Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus d'ouvrages

UGOCHUKWU, Françoise et OKAFOR, Peter, Dictionnaire igbo-français suivi d’un index français-igbo

Paris, Ibadan (Nigeria) : Karthala, IFRA, 2004. 267 pages
Sylvester Osu
p. 172-175

Texte intégral

1Cet ouvrage s’inscrit dans un projet plus vaste, initié par l’IFRA (Institut Français de Recherche en Afrique) d’Ibadan au Nigeria. Ce projet consiste à produire un dictionnaire bilingue pour chacune des trois langues principales du Nigeria : le hausa, le yoruba et l’igbo. Ces langues sont dites principales en raison du nombre de leurs locuteurs. Le dictionnaire bilingue yoruba-français publié par Michka Sachnine a paru en 1997 ; celui du français-hausa publié par Bernard Caron et Ahmed H. Amfani a paru en 1997 également. Il ne manquait plus alors que celui de l’igbo-français.

2Mais alors même qu’il n’a jamais manqué de nouveaux dictionnaires bilingues igbo-anglais, depuis la liste de mots igbo de E. Norris (1841), les dernières tentatives pour confectionner un dictionnaire igbo-français remontent à Ganot (1904) et Zappa (1907). C’est pourquoi l’on peut affirmer que l’ouvrage que nous présentent Ugochukwu et Okafor cent ans après Ganot, vient à la fois remédier à un manque véritable et compléter la série d’IFRA. C’est dire l’importance à la fois politique, sociologique et linguistique de cet ouvrage qui, lancé en 1996, « est né au confluent d’initiatives individuelles » (p.13) bénéficiant notamment de la collaboration de chercheurs du NINLAN (National Institute of Nigerian Languages) Aba (Nigeria). On mesure d’autant plus son importance que parmi les trois langues principales citées plus haut, avec ses 20 millions de locuteurs, environ, l’igbo reste toutefois, la seule à n’être parlée qu’à l’intérieur du Nigeria, si l’on excepte la diaspora.

3Or, à l’inverse de Ganot (1904) qui compte 306 pages et contient à peu près 17 000 mots igbo, le présent ouvrage ne compte que 267 pages avec un peu moins de 4000 entrées. Cette différence du nombre d’entrées s’explique par le fait que le dictionnaire d’Ugochukwu et Okafor tient compte des récents développements des études de la langue igbo. Ainsi, les auteurs s’appuient sur l’igbo standard et non sur un dialecte particulier (à rappeler que Ganot s’appuie sur le dialecte d’Onitsha et Zappa sur celui d’ika-igbo). De plus, ils indiquent systématiquement les tons selon les règles de l’orthographe officielle de l’igbo et tiennent à illustrer les entrées avec des exemples (ce que ne fait pas Ganot, par exemple). Cependant, on dénombre des entrées sans exemples. Le lecteur curieux souhaiterait savoir selon quels critères les auteurs ont choisi les entrées à illustrer avec exemples ?

4Ce dictionnaire contient également un grand nombre de termes de la botanique (e.g. àkpaka arbre à semelles Pentaclethra macrophylla, izelu cotonnier américain Gossypium hirsutum, òbù coucal Centropus senegalensis), zoologie (e.g. ebì ntà porc-épic à queue en brosse Atherura africana, ideèlè type de poisson Schilbeidae sp., ugbàlà héron garde bœufs Bubulcus ibis) et santé (e.g. mgbụ hémorroïdes, ịbà malaria, ụkwarà toux).

5Le dictionnaire s’ouvre sur une page de remerciements à l’endroit des partenaires qui ont contribué à sa confection. Sinon, il se compose essentiellement de trois parties.

6D’abord, une partie ‘introduction’ qui compte à peu près une trentaine de pages, passe en revue le pays igbo et sa langue, le développement des études igbo, les dictionnaires bilingues existants (aussi bien igbo-français que igbo-anglais), la présentation du dictionnaire lui-même puis, une esquisse linguistique de l’igbo ainsi qu’une bibliographie. Dans cette partie, on apprend entre autres choses, que les Igbo entretiennent depuis longtemps, des rapports avec l’écriture (voir nsibidi ou encore le script uri-àlà Ngwa).

7Une deuxième partie qui constitue la majeure partie de l’ouvrage (150 pages environ), recense les mots igbo avec leurs correspondants en français. Les entrées sont classées par ordre alphabétique igbo. A titre indicatif, le graphème ch [c] vient après b ; gb (pour l’implosive bilabiale sonore) vient après g ; gh [γ] après gb, et gw [gw] après gh. De même, kp (pour l’implosive bilabiale sourde) vient après k, puis kw [kw] après kp ; et enfin, l’occlusive nasale vélaire [ŋ] vient après n, nw [nw] après [ŋ], et l’occlusive nasale palatale ny vient après nw. Quant aux voyelles, celles avec un point souscrit pour indiquer le trait [-ATR] (c'est-à-dire que la racine de la langue n’est pas avancée), viennent systématiquement après leurs correspondantes [+ATR] (c'est-à-dire que la racine de la langue est avancée). Cette présentation se différencie de celle de K. Williamson dans « Igbo-English dictionary (1972) Benin-City (Nigeria), Ethiope » par exemple, car Williamson classe les entrées par bases ou racines. Ainsi, dans son classement, les mots formés à partir d’une même base ou racine apparaissent sous l’entrée de la base ou racine en question. Cela présente un inconvénient non négligeable, c’est que l’utilisateur doit être capable d’identifier les bases des mots sans quoi il court le risque de ne pas trouver les mots qu’il cherche. En revanche, le dictionnaire d’Ugochukwu et Okafor réduit énormément ce risque puisque à priori les mots apparaissent tels qu’ils sont employés dans la langue.

8De façon générale, le mot-vedette est présenté en caractères gras pour « faciliter son repérage » (p.14). Est ensuite signalée la partie du discours du mot en question. S’il s’agit d’un verbe, le mot-vedette est précédé d’un tiret, et ceci afin d’éviter que tous les verbes se retrouvent sous la même entrée. Car, il faut savoir que les verbes igbo dans leur forme non fléchie (infinitive) commencent tous par une voyelle préfixe qui n’est autre que « i » [+ATR] ou sa variante [-ATR] « ị ». On peut cependant se demander si le tiret dans ce cas ne fait pas double emploi puisque le verbe est également signalé au moyen de la lettre v (pour verbe). Dans certains cas, les auteurs indiquent les variantes dialectales possibles des mots en utilisant les virgules pour séparer le mot et sa ou ses variantes. Par exemple, àsè, èsè ‘demande de renseignement’; -gụnwè, -gụnwù ‘relire’ ; ikekwa, ikekwo ‘peut-être’ ; nnyòbaanya, nnyòcha ‘enquête’. On peut regretter qu’ils n’indiquent pas en même temps, les dialectes dans lesquels sont prises les variantes en question. Aussi, le choix d’indiquer le genre du correspondant français pourrait paraître peu pertinent dans la mesure où il n’existe pas de genre grammatical en igbo. On peut penser qu’il est signalé dans le but de faciliter la pratique du français par les utilisateurs Igbo.

9Les différents sens d’un mot sont signalés au moyen des chiffres romains 1, 2, 3, etc. en caractères gras. Toutefois, comme la plupart des dictionnaires, celui-ci n’a pas su éviter l’écueil qui consiste à considérer les termes soit comme polysémiques soit comme homonymiques ou encore comme des synonymes sans pour autant chercher ce qui peut, même de manière abstraite, les relier entre eux. Pourquoi par exemple, ne pourrait-on pas postuler que les différentes entrées de « –gbu1 », « -gbu2 », « -gbu3 » … « -gbu8 » ne sont que différentes manifestations d’un seul et même verbe dont la propriété est très abstraite et donc n’est pas immédiatement accessible, mais que l’on peut cerner à travers une étude minutieuse de son fonctionnement dans la langue (voir Uchechukwu, 2004 pour une telle approche).

10Cette réflexion ne doit pas toutefois, masquer le dilemme auquel est confronté tout linguiste qui travaille sur un dictionnaire à savoir, quelle forme doit-on retenir pour un mot donné ? Pour ce qui concerne les langues igboides, la question se pose encore d’une manière plus pertinente. En effet, les études récentes montrent la nécessité de distinguer pour le même verbe dans ces langues, un verbe morphologique et un verbe sémantique (voir en particulier, Osu 2003).

11Une troisième partie enfin, nous présente en 76 pages environ, un index français-igbo. Comme l’on sait, ce type d’index est toujours très pratique d’autant plus qu’il est présenté de façon simple et sans trop d’information à la fois. Ce qui évite la dispersion lorsqu’on cherche un mot.

12En somme, nous avons là un dictionnaire conçu en ayant pour souci principal les difficultés que l’utilisateur est susceptible de rencontrer. D’abord, en termes de poids, il ne pèse que quelques grammes, ce qui facilite énormément son utilisation. De plus, son jeu de caractères –les mots-vedettes en gras, la partie du discours en abrégé et italiques, les correspondants français en normal- contribue à une typographie qui rend la lecture encore plus agréable puisqu’on peut reconnaître le début et la fin d’une entrée.

13Au Nigeria l’igbo est étudié à tous les niveaux : primaire, secondaire et université. Il est utilisé comme langue d’expression dans les journaux et autres médias. Aussi, il existe une importante littérature et grammaire écrites en cette langue. Au Nigeria également, le français est devenu depuis une dizaine d’années, l’une des langues étrangères promues au rang de langues officielles. Nul doute que ce dictionnaire sera désormais d’un grand secours aux étudiants igbo qui souhaitent apprendre le français ou faire des études francophones au Nigeria, en France ou ailleurs. Nul doute que ce dictionnaire sera d’une grande utilité aux Français qui s’intéressent d’une manière ou d’une autre à l’igbo. Enfin, ce dictionnaire sera très utile aux enseignants de français langue étrangère ayant pour public des étudiants Igbo. On l’aura compris, c’est un dictionnaire qui tombe à pic.

Haut de page

Bibliographie

Osu, S. (2003). A semantic approach to Ikwere verbs: the case of àbá. In: Mírovský, J., Kotěšovcová, A., Hajičová, E. (eds). Proceedings, 17th International Congress of Linguists, July 24-29, 2003. Prague, Univerzity Karlovy. [CD-ROM].

Uchechukwu, C. (2004). The cognitive basis of the Igbo verb cluster. The ontology of the –gba cluster. In Text Processing and Cognitive Technologies. Valery Solovyev & Vladimir Polyakov (eds.). Moscow, MISA.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvester Osu, « UGOCHUKWU, Françoise et OKAFOR, Peter, Dictionnaire igbo-français suivi d’un index français-igbo », Journal des africanistes, 76-2 | 2006, 172-175.

Référence électronique

Sylvester Osu, « UGOCHUKWU, Françoise et OKAFOR, Peter, Dictionnaire igbo-français suivi d’un index français-igbo », Journal des africanistes [En ligne], 76-2 | 2006, mis en ligne le 30 mai 2007, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/918

Haut de page

Auteur

Sylvester Osu

Université François Rabelais, Tours//LLACAN (Villejuif)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org