Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus d'ouvrages

WIESE, Martin, 2004, Health-vulnerability in a complex crisis situation. Implications for providing health care to a nomadic people in Chad

Saarbrücken, Verlag für Entwicklungspolitik, Studies in Development Geography 26, 436 p. + CDrom
Catherine Baroin
p. 175-177

Texte intégral

1Le titre un peu rébarbatif de ce livre reflète mal son contenu. Il ne s’agit pas uniquement de santé en effet, mais d’un bilan global, et tout à fait remarquable, de la situation socio-économique actuelle de deux groupes de pasteurs nomades du Tchad. Ceux-ci se côtoient sans se mêler sur des circuits de transhumance différents, entre le Kanem et le Bahr-el-Ghazal au nord, et le Chari-Baguirmi au sud. Les deux groupes en question sont d’une part des Arabes Juhayna, éleveurs de dromadaires réfugiés du Tchad central (région d’Ati), et d’autre part des Dazagada (Kréda et Daza) éleveurs de bovins, établis de longue date au Bahr-el-Ghazal et au Kanem mais dont les transhumances s’allongent vers le sud sous la poussée de Teda eux-mêmes descendus du nord, et avec lesquels ils doivent partager maintenant la région du Bahr-el-Ghazal.

2Sous le vocable collectif de « Dazagada » l’auteur englobe de nombreuses tribus kréda et daza (dont les noms sont précisés sur la carte p. 137), ce qui présente l’avantage d’éviter de préciser chaque fois de quels tribus et clans précis il s’agit. On peut regretter cependant que Martin Wiese ne prenne nulle part la peine d’indiquer le sens du terme Dazagada. Rappelons qu’il signifie littéralement « ceux qui parlent la langue daza ». Ce terme désigne donc, dans la langue des Daza, tous les Toubou du sud qui sont locuteurs de cette langue (le daza-ga), par opposition aux Toubou du nord qui sont locuteurs du teda-ga et appelés par conséquent Tedagada, « ceux qui parlent la langue teda ». A l’heure actuelle, ces appellations basées sur le critère de la langue sont de plus en plus utilisées au Tchad. Elles sont en effet moins sujettes à controverses que les termes Toubou, Téda ou Daza, auxquels les intéressés eux-mêmes, selon le groupe auquel ils appartiennent, attribuent des sens différents.

3Ce détail mis à part, le bilan établi par Martin Wiese sur ces deux groupes nomades traduit la richesse d’une longue expérience de terrain. L’auteur indique qu’il a passé 14 mois, entre 1998 et 2000, à accompagner les nomades à dos de chameau dans leurs déplacements. Mandaté dans le cadre d’un projet de développement pour étudier la situation sanitaire de ces groupes et la manière de l’améliorer, il partait en effet du point de vue qu’on ne peut comprendre leurs problèmes sanitaires sans avoir acquis au préalable une intelligence approfondie du contexte dans lequel vivent ces pasteurs et des aléas auxquels ils sont exposés. C’est donc à comprendre ce contexte, dans tous ses aspects pratiques, économiques, sociaux et politiques que ce spécialiste de géographie de la santé s’est s’attaché, en menant son analyse en termes de problèmes et de stratégies de survie.

4De ce travail de terrain, Martin Wiese rapporte une riche moisson d’informa­tions récentes et de première main. Elles sont d’un intérêt d’autant plus grand qu’elles s’assortissent d’une analyse aussi réaliste que perspicace des difficultés croissantes auxquelles sont confrontés ces nomades dans leur vie quotidienne. L’impact des évolutions récentes, telles que l’essor des cultures de mil de contre-saison ou les répercussions de la politique de décentralisation y est notamment discuté.

5Mais l’intérêt de ce travail tient aussi à sa dimension historique. La situation actuelle des nomades, telle qu’elle se dégage des enquêtes personnelles de l’auteur, est comparée à ce qu’elle était trente ans plus tôt. L’auteur s’appuie à cet égard sur la consultation d’une imposante bibliographie de documents disponibles à N’Djaména, qui figure en fin de volume. Celle-ci permet de mesurer avec précision l’évolution des parcours, qui dans le cas des Dazagada se sont allongés de 110 à 180 km vers le sud (p. 158), et d’en discuter les raisons. Le facteur climatique est loin d’être la seule cause, comme le souligne Martin Wiese, les facteurs politiques ont joué également. Ainsi les Arabes Juhayna, en migrant vers l’ouest, ne fuyaient-ils pas seulement les sécheresses, mais aussi les troubles politiques de l’Est du Tchad. Quant aux Dazagada étudiés par l’auteur, s’ils ont étendu leurs transhumances vers le sud, c’est pour laisser la place à leurs parents teda venus du nord, eux-mêmes chassés de leurs parcours habituels en partie pour des raisons de sécurité.

6Sans chercher à rendre compte de tous les aspects, ni même des principaux qu’aborde cette étude, je me contenterai de quelques remarques. Il importe de souligner tout d’abord le mérite de l’auteur de s’être intéressé à une question cruciale pour un anthropologue, mais qu’abordent rarement les géographes car elle est plus éloignée de leur champ habituel de compétence. Il s’agit du ressort profond des sociétés. Martin Wiese observe que pour faire face aux difficultés, le principal atout des Daza est leur capacité à mobiliser un large réseau de solidarité, sur la base de liens cognatiques de parenté (p. 261). Telle est à son sens leur principale force, alors que chez les Arabes Juhayna, les principes de la cohésion sociale ont une toute autre base : ils se fondent sur l’autorité des patriarches et la richesse individuelle (p. 264). Je rappellerai simplement que la remarque de Martin Wiese sur le mode de cohésion sociale des Dazagada concorde parfaitement avec les principes de cohésion sociale que j’ai moi-même mis en lumière à propos des Daza du Niger1 sur la base d’enquêtes réalisées au début des années 1970. C’est un fait dont Martin Wiese, qui cite peu mes travaux, ne semble pas avoir eu conscience. Mais il est n’en est que plus gratifiant de constater que de manière indépendante un autre chercheur, travaillant presque 30 ans plus tard dans un autre groupe daza, aboutisse au même constat. On ne peut trouver meilleure confirmation de la solidité d’une analyse.

7Un autre point d’importance souligné par Martin Wiese, à propos de l’évolution des conditions de vie des pasteurs, est la dégradation des termes de l’échange pour les vendeurs de bétail en l’espace d’une génération : avant la sécheresse et la dévaluation du franc CFA, la vente d’une tête de bétail permettait d’acheter deux fois plus de mil qu’aujourd’hui (p. 231). Il est bien évident que ce facteur ne peut qu’entraîner une paupérisation considérable des pasteurs, par rapport aux agriculteurs, tout en les incitant à cultiver chaque fois qu’ils le peuvent.

8Autre conclusion majeure de ce travail : l’auteur souligne la vulnérabilité accrue des pasteurs, en règle générale. Celle-ci tient non seulement à l’allongement de leurs parcours de transhumance, qui doit être effectué dans un laps de temps limité, mais aussi à leur marginalité et leur marginalisation croissante dans un espace politique et juridique où ils ont de moins en moins leur place. Il faudrait, selon Martin Wiese, rééquilibrer au profit des nomades le droit foncier national qui les ignore entièrement. Notons que cette conclusion rejoint celle d’une autre spécialiste des nomades, Brigitte Thebaud (1988, 2002)2, dont Martin Wiese ne cite pas les travaux.

9Cette étude en conclusion (p. 370-371) souligne la vulnérabilité accrue des pasteurs, dans leurs conditions actuelles d’existence, même si celle-ci n’entraîne aucune misère (social destitution) observable. Cette précarité n’a pas seulement des causes climatiques et écologiques, phénomènes auxquels les pasteurs sont habitués à faire face de longue date. Leur vulnérabilité tient au fait qu’ils sont de plus en plus dénués de moyens légaux pour faire valoir leurs droits face au monde extérieur, en raison de leur illétrisme et des caractéristiques actuelles du droit foncier. C’est pourquoi Martin Wiese en conclut, de façon un peu paradoxale mais non moins justifiée, que la meilleure mesure à mettre en place pour améliorer la situation sanitaire des nomades serait de mettre en place un système efficace de scolarisation au niveau primaire. C’est bien l’intelligence de ce travail de nous faire comprendre que les problèmes sanitaires des nomades sont avant tout des problèmes politiques.

Haut de page

Notes

1 BAROIN, Catherine, 1985, Anarchie et cohésion sociale chez les Toubou : les Daza Kécherda (Niger), Cambridge : Cambridge University Press/Paris : Editions de la Maison des sciences de l'homme, collection "Production pastorale et société", 456 p.
2 THEBAUD, Brigitte, 1988. Elevage et développement au Niger - Quel avenir pour les éleveurs du Sahel ?  Genève : Bureau International du Travail, 147 p.
—, 2002, Foncier pastoral et gestion de l’espace au Sahel. Peuls du Niger oriental et du Yagha burkinabé, Paris : Karthala, 318 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Baroin, « WIESE, Martin, 2004, Health-vulnerability in a complex crisis situation. Implications for providing health care to a nomadic people in Chad », Journal des africanistes, 76-2 | 2006, 175-177.

Référence électronique

Catherine Baroin, « WIESE, Martin, 2004, Health-vulnerability in a complex crisis situation. Implications for providing health care to a nomadic people in Chad », Journal des africanistes [En ligne], 76-2 | 2006, mis en ligne le 23 mai 2007, consulté le 26 avril 2017. URL : http://africanistes.revues.org/910

Haut de page

Auteur

Catherine Baroin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org