Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus d'ouvrages

BOUQUIAUX, Luc, 2001, Dictionnaire Birom (langue Plateau de la famille Niger-Congo), Nigéria septentrional, livre I (Birom-Français), II (lexiques) et III (Thématique)

Paris, Peeters-Selaf.
Paulette Roulon-Doko
p. 170-171

Texte intégral

1Ce dictionnaire porte sur la langue des Birom, une population du centre du Nigéria d’environ 200 000 locuteurs. Il comporte 3 parties. Le premier livre est un dictionnaire de langue birom-français-anglais. Le corpus provient d’enquêtes faites dans les années 1960. Langue à classe, le birom n’a pas recours à des préfixes ou suffixes facilement segmentables puisque ses marques de classe sont le plus souvent des infixes ou des variations tonales. En conséquence, c’est la forme la plus courante qui a été retenue comme entrée principale, les autres étant simplement mentionnées avec un renvoi systématique à cette forme principale. En outre les formes diminutives ou augmentatives qui ne sont pas, en birom, réductibles à un traitement unique font à chaque fois l’objet d’une entrée. Lorsqu’il y a polysémie, l’auteur a choisi de faire figurer une entrée par sens, selon un ordre arbitraire qui ne présume d’aucune hiérarchie. Pour ce qui est de l’ordre alphabétique, l’auteur a préféré utiliser un ordre phonologique comme cela a déjà été fait, entre autres pour l’encyclopédie aka1. Il considère en effet que cet ordre rend mieux compte de la nature articulatoire de la langue présentée que l’ordre alphabétique du français – dans lequel on insèrerait les lettres qui n’y sont pas présentes –, lequel n’est que le produit d’une habitude que rien ne justifie. Je crains, pour ma part, que ce choix ne rende difficile la recherche d’un mot et entraîne de réelles difficultés pour l’utilisateur non linguiste. Certaines abréviations comme Nom p. pour ‘nom propre’ auraient gagné à être signalées dans la liste qui précède le volume. Les homonymes sont donnés, les uns à la suite des autres, sans aucun numéro d’indexation permettant de les différencier. Celle-ci me semblerait pourtant souhaitable surtout lorsqu’il faut faire un renvoi. De nombreux morphèmes qui s’amalgament à un autre terme sont introduits comme entrée. Il me semble que ces termes auraient mieux leur place dans une grammaire que dans un dictionnaire. Enfin, le dictionnaire comprend de nombreux noms d’animaux et de plantes qui sont, chaque fois que possible, accompagnés de leur nom scientifique latin. De très nombreuses entrées sont illustrées d’exemples qui vont du syntagme à l’énoncé complet. Le traitement de ces exemples varie, certains sont accompagnés d’un mot à mot extrêmement précis, d’autres non, sans qu’une raison précise n’explique la différence de traitement. L’ensemble fournit cependant une masse importante de vocabulaire très bien renseigné et donne au lecteur locuteur de cette langue, comme à celui qui veut l’apprendre ou l’étudier, une bonne base.

2Le deuxième livre appelé ‘lexiques’ correspond à un lexique inverse et s’organise en trois parties, chacune d’elle correspondant à une des langues cibles retenues : le français, l’anglais et le haoussa, langue véhiculaire de cette région. Ce volume sera très précieux pour les comparatistes et d’une grande aide pour tous les autres chercheurs.

3Le troisième volume, que l’auteur dit le plus innovant est une présentation thématique du vocabulaire birom abondamment illustrée de dessins et photogra­phies. N’ayant pu travailler plus longuement sur cette langue et conscient que la connaissance qu’il en a acquis reste partielle, l’auteur a choisi un découpage arbitraire de grands domaines : milieu naturel, milieu intérieur et relationnel, société et techniques. Pour chacun cependant, la prise en compte systématique des termes et expressions birom permet de voir apparaître certaines lignes directrices de leur pensée, voire de faire émerger certaines terminologies qui leur sont propres. Sans prétendre à présenter la vision du monde birom, cette étude apporte une information dense et riche dont l’organisation originale est bien ciblée.

4Pour conclure, ce travail très rigoureux contribue grandement à la connaissance et à la diffusion de la langue et de la culture birom. Maintenant que nous sommes entrés dans l’aire de l’informatique il serait souhaitable qu’un tel travail puisse être intégré aux bases de données qui se constituent sur l’Afrique.

Haut de page

Notes

1 Thomas J. M. C., Bahuchet S., Epelboin A., Fürniss S. (éds), 2005, Encyclopédie des Pygmées Aka II., Dicitonnaire ethnographique aka-français, Tradition Orale, SELAF, 50.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paulette Roulon-Doko, « BOUQUIAUX, Luc, 2001, Dictionnaire Birom (langue Plateau de la famille Niger-Congo), Nigéria septentrional, livre I (Birom-Français), II (lexiques) et III (Thématique) », Journal des africanistes, 76-2 | 2006, 170-171.

Référence électronique

Paulette Roulon-Doko, « BOUQUIAUX, Luc, 2001, Dictionnaire Birom (langue Plateau de la famille Niger-Congo), Nigéria septentrional, livre I (Birom-Français), II (lexiques) et III (Thématique) », Journal des africanistes [En ligne], 76-2 | 2006, mis en ligne le 22 mai 2007, consulté le 26 avril 2017. URL : http://africanistes.revues.org/909

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org