Navigation – Plan du site

De la transition à  la transformation : comprendre l’Afrique du Sud démocratique

Thierry VIRCOULON
p. 155-165

Résumés

L’Afrique du Sud démocratique présente l’exemple d’une conciliation politique réussie après des années d’affrontements. Cet article tente d’explorer le contrat politique qui a permis à ce « miracle » d’arriver et est à la base du nouveau régime démocratique. Cette contractualisation politique entre les élites blanches et noires crée un changement historique spécifique qui garantit la paix mais suscite toutefois son lot de mécontentements aussi bien parmi les Noirs que parmi les Blancs.

Haut de page

Texte intégral

1Dix ans ont passé et la transition politique sud-africaine reste toujours une énigme. Que s’est-il passé au bout de l’Afrique entre 1990 et 1994 pour que le racisme institutionnel cède le pas à la démocratie et que le dernier chapitre de la décolonisation du continent soit ainsi clos ? Que s’est-il passé pour que la guerre civile localisée qui caractérisait l’Afrique du Sud depuis le milieu des années 80 s’achève en processus électoral ? Que s’est-il aussi passé pour que, dix ans plus tard, l’enthousiasme des débuts de la nation1 soit retombé et le désenchantement se manifeste aussi bien dans la communauté blanche que dans des fractions plus ou moins importantes de la communauté noire ? Certains discours décrivent les dix ans de démocratie comme un marché de dupes (dans les bidonvilles périurbains ou dans les fermes, on se demande ce qui a changé), voire une descente aux enfers (quoique J.-M. Coetzee s’en défende, n’est-ce pas l’interprétation la plus évidente de son livre Disgrace2 ?). Loin d’être l’effet d’une dérive des bonnes intentions, le mécontentement contemporain partagé des deux côtés de la color line paraît, en fait, étroitement lié au mode de changement historique qu’a été la transition.

2La production livresque considérable sur le transfert de pouvoir et l’avènement d’un régime démocratique en Afrique du Sud n’est pas parvenue à répondre de manière totalement satisfaisante à ces questions et elle a parfois même davantage obscurci l’horizon qu’elle ne l’a éclairci. Par ailleurs, la naissance de la démocratie sud-africaine a été accompagnée d’un enthousiasme collectif tel qu’il a donné lieu à une mythification de l’histoire et au sentiment d’un destin exceptionnel sur le continent africain. S’appuyant sur la référence historique de la guerre anglo-boer, certains n’ont pas hésité à faire de la réconciliation une caractéristique centrale de la « sud-africanité » et expliquent la réussite de la transition par des valeurs partagées par delà la color line et largement mythifiées. Si cette mythification – incarnée par la notion-symbole de rainbow nation – a joué un rôle dans la construction d’une démocratie multiraciale pacifiée, elle n’en est pas moins insuffisante pour rendre compte de l’effondrement de l’apartheid et contraste fortement avec l’ambiance désenchantée qui règne dans certains milieux. Si le recul du temps peut permettre d’éviter le piège du discours des vainqueurs tout comme celui des vaincus (dont l’identification n’est d’ailleurs pas si évidente), cet article revient sur la notion de « transition » en Afrique du Sud pour montrer qu’elle est porteuse de son propre désenchantement.

Le paradoxe de la transition : un changement contractualisé et global

3L’avènement d’une démocratie multiraciale et non sexiste a été rendu possible par la convergence de forces sociales, par une évolution de fond de la société sud-africaine. Contrairement à la mythologie politique forgée dans l’instant, le changement politique n’est pas l’œuvre de la sagesse de deux grands hommes « nobélisés » qui ont su mettre les armes de côté et la raison nationale au-dessus des passions politiciennes. S’il va de soi que Mandela et De Klerk ont été les acteurs centraux de la transition, ils n’en étaient ni les acteurs uniques (conçues comme quantités négligeables au début des négociations, d’autres forces politiques que l’African National Congress (ANC) et le Parti National ont su s’imposer, voire œuvrer en coulisse) ni les représentants omnipotents de leurs communautés politiques respectives (les « dérapages incontrôlés » ont été nombreux durant la Conférence pour une Afrique du Sud démocratique (CODESA) et, si elle a été surestimée, l’action d’une « troisième force » au sein de l’establishment sud-africain n’en était pas moins réelle). De même que la société sud-africaine avait produit l’apartheid, elle l’a donc annulé et annulé par deux fois : lors du référendum de 1992 qui a confirmé sans équivoque l’accord de la minorité blanche pour un changement de régime et lors de l’élection de 1994 qui a sanctionné le choix de la démocratie multiraciale. L’apartheid qui reposait sur un certain contrat social a trouvé sa fin dans un nouveau contrat élaboré de 1990 à 1994 autour d’une table de négociations. Les CODESA I et II ont été une véritable transaction politique. Certes, cela pourrait être dit de tout changement pacifique de régime (on songe bien sûr aux mouvements démocratiques récents à l’Est), à ceci près que les négociations de la transition ont été une véritable contractualisation du changement de société. Se négociait alors de manière tout à fait consciente pour les protagonistes un changement en bloc. Du Parti National à l’ANC en passant par les petits partis des bantoustans, tous étaient conscients que la société et l’économie sud-africaine, liées à un système politique particulier, ne pouvaient qu’être bouleversées par le changement politique. Aussi fallait-il les intégrer dans le champ de la négociation. C’est cette négociation d’une nouvelle société qui constitue le miracle sud-africain et qui a étonné le monde, plus habitué à des changements de société par la force ou par l’effondrement du pouvoir comme en Europe de l’Est.

4En ce sens, les négociations de la transition ont été une transaction politique d’une ampleur rarement atteinte. Cet échange primordial qui constitue le contrat fondateur du nouveau régime démocratique portait sur les points fondamentaux des deux camps, leurs valeurs essentielles. A la table des négociations, le Parti National de De Klerk et à travers lui la communauté blanche a préservé du changement les points fondamentaux suivants :
- la propriété privée a été constitutionnalisée et donc mise à l’abri à la fois de l’idéologie économique de l’ANC (les nationalisations) et d’une certaine justice corrective du nouveau régime (des expropriations sans compensation comme au Zimbabwe voisin),
- la continuité de l’Etat – et donc la garantie d’un changement contrôlé – demeurait assurée à travers le maintien des personnels administratifs de l’ancien régime. Ils bénéficiaient d’un moratoire de cinq ans sur les licenciements dans l’administration qui les mettait à l’abri de toute épuration (sans compter les garanties d’emploi offertes par le statut de fonctionnaire en Afrique du Sud).
- l’Etat central devenait moins centralisateur (en fait, moins que les négociateurs ne l’imaginaient). Le Parti National, l’Inkatha et les partis des bantoustans ont refusé une centralisation du pouvoir et défendu une position fédéraliste comportant une « porte de sortie », c’est-à-dire l’autonomie (l’idée d’un bantoustan blanc était alors dans les esprits de l’extrême-droite afrikaner). La structure de l’Etat a donc été remodelée autour de la table des négociations avec la création de neuf provinces disposant de compétences renforcées (par rapport aux anciennes provinces) et partagées avec l’Etat selon des modalités autorisant des blocages mutuels.
- la représentation politique des Blancs a été garantie grâce au système électoral proportionnel prévu à tous les échelons électoraux (national, régional, local) pendant une durée déterminée.
- d’une manière subtile, l’absence de culpabilité collective a elle aussi été négociée. En créant la Commission « Vérité et Réconciliation », les protago­nistes de la transition évacuaient la question de l’apartheid en tant que régime, pour ne traiter que la question des violations des droits de l’Homme, c’est-à-dire l’apartheid en tant que violences physiques. En outre, le jugement des responsables sécuritaires par une apparence de justice (un système de confession / absolution) a eu l’avantage de faire porter la responsabilité de l’apartheid essentiellement sur les organes sécuritaires (les tentatives de juger les politiques n’ont guère été couronnées de succès comme l’a illustré le cas de Magnus Malan3).

5De son côté de la table des négociations, l’ANC a préservé ses propres valeurs fondamentales : une égalité des droits entre les « groupes raciaux » et entre les sexes, un système électoral démocratique qui lui assurait et lui assure encore une majorité automatique, l’absence de fédéralisme, l’intégration de ses combattants dans l’armée, la transformation des institutions sécuritaires, la constitutionnalisation de droits sociaux et une politique générale de correction des inégalités dans tous les domaines pour les communautés historiquement défavorisées (affirmative action, restitution des terres, égalisation des prestations sociales entre Blancs et Noirs, etc. : autant de politiques résumées par l’expression policy of redress).

6Les quatre ans de la transition ont donc consisté à s’accorder sur une nouvelle constitution qui marquait en même temps une nouvelle orientation sociétale, incarnée par le concept de « transformation ». Les lecteurs de la constitution sud-africaine ne s’y trompaient d’ailleurs pas quand ils saluaient une des constitutions les plus libérales de son temps4. Loin d’être un pur plan d’organisation politique, la constitution sud-africaine est porteuse d’une vision de la société, vision largement modelée par les aspirations à la liberté et au bien-être des Africains et par un progressisme social d’origine occidentale. Mais le changement qu’incarnait l’ANC et sur lequel un certain consensus avait été établi avec les autres forces politiques était un changement paradoxal car il se voulait à la fois contrôlé et global. Contrôlé par les garanties constitutionnelles obtenues de part et d’autre et par les arrangements plus pratiques tels que l’intégration des combattants de la branche armée de l’ANC dans l’armée, le maintien de l’appareil d’Etat, des personnels de l’ancien régime, etc. Global parce qu’il ne s’agissait ni d’un simple changement de dirigeants ni d’un changement un peu plus ambitieux de régime ; tout comme il ne s’agissait pas d’un changement de politique économique ou d’idéologie. La nouvelle Afrique du Sud se caractérisait en 1994 par une volonté de refondation d’un ordre social, économique, politique et culturel différent et la notion de transformation qui devint après 1994 – et reste encore aujourd’hui – le leitmotiv de l’ANC correspondait à un désir collectif. C’est, en fait, l’ensemble de ces changements qui furent débattus à la CODESA et c’est la raison pour laquelle, une fois au pouvoir, l’ANC a engagé au moins une dizaine de réformes institutionnelles en même temps : des réformes économiques qui reprenanaient des changements sectoriels partiels concédés par le gouvernement de De Klerk (Black Economic Empowerment, propriété foncière, dérégulation de l’agriculture, etc.), réforme de l’enseignement, réforme de la santé, réforme des transports, réforme de la justice, etc. Si cet empressement générateur de désorganisation lui a été reproché, il n’en était pas moins cohérent avec la volonté de changement exprimée par la majorité de la société sud-africaine. Cette grande transaction politique a été célébrée par tout l’imaginaire de réconciliation qui s’est déployé après 1994, avec la figure de Nelson Mandela comme père de la nouvelle nation sud-africaine, de la rainbow nation, imaginaire qui nécessiterait à lui seul une étude5. Bien que négociée pendant quatre ans, la transformation qui devait constituer le centre de la politique post-apartheid a rapidement donné lieu à des controverses et polémiques qui contrastent avec la durée de son élaboration et accréditent l’idée qu’un marché de dupes a eu lieu.

Les problèmes spécifiques à ce mode de changement 

7La transformation qui est l’aboutissement logique de la transition évolue, depuis dix ans, dans une ambiance de controverses, de mises en cause et de contestations fragmentaires. Celles-ci n’émanent pas seulement de la minorité blanche mais aussi de l’aile gauche de l’ANC (le parti communiste et la première centrale syndicale du pays, le Congress of South African Trade Unions, COSATU) et, plus encore, de mouvements qui disent exprimer un mécontentement issu des townships et des camps de squatteurs. La transformation est donc en quelque sorte critiquée des deux bords et évolue dans une dialectique tendue entre les « trop peu » et les « trop » de changement, entre l’impatience des uns et l’inquiétude des autres. Cette situation inconfortable qui consiste à être pris entre deux feux s’explique toutefois par les problèmes spécifiques posés par le mode de changement historique choisi par les Sud-Africains de 1990 à 1994, problèmes qui sont au nombre de trois : la sur-visibilité du passé, l’harmonisation des dynamiques de changement et la méfiance mutuelle.

8Ce changement contractualisé, sans bouleversement révolutionnaire et finalement sans tragédie politique, porte en lui-même sa propre critique dans la mesure où du passé il n’était pas prévu de faire table rase : ce dernier continue donc de peser d’un poids très lourd dans le présent et il y a, en Afrique du Sud, de longs développements sur les héritages de l’apartheid. La question foncière en est la plus parfaite illustration puisqu’en dépit d’un programme de redistribution des terres agricoles, celles-ci demeurent encore aux mains des Blancs à hauteur de 82 %. Au lieu d’être effacée en cinq ans (ce qui était l’objectif du gouvernement Mandela), voire en quinze ans (ce qui est le nouvel objectif gouvernemental), l’inégalité foncière est encore et toujours une réalité qui pèse aujourd’hui plus lourd qu’avant, non pas en termes statistiques mais en termes symboliques comme en témoignent les attaques de fermes6. Exemple typique de la force d’inertie de l’héritage de l’apartheid, le problème foncier finit par symboliser, pour les ruraux pauvres, les limites de la capacité de changement de la nouvelle Afrique du Sud. L’absence de rupture a surtout été une absence de transfert du pouvoir économique et c’est donc surtout dans la sphère économique que la continuité est la plus visible. S’il n’y a pas lieu d’être surpris du poids de l’histoire dans le contexte de la transition négociée, il ne faut cependant pas négliger l’effet induit de sur-visibilité du passé qui masque les évolutions.

9En effet, le maintien de rapports économiques inchangés conduit à une généralisation abusive de l’idée que rien ne change et même à une incapacité à voir le changement là où il se trouve : les évolutions finissent par être invisibles car le passé est par trop visible. Les continuités sont plus visibles que les évolutions, accréditant l’idée que « plus ça change et plus c’est pareil » : le passé finit par créer un effet d’aveuglement. Il en est ainsi de la question raciale en ville. On entend souvent dire en Afrique du Sud que l’espace urbain est racialement divisé « comme au temps de l’apartheid » (sic), grâce non plus à la loi mais à pire que la loi : l’argent. Cela est vrai à un détail près : la séparation spatiale qui persiste n’est plus une ségrégation. Dans les villes sud-africaines, il semble y avoir des mouvements contradictoires de dé-ségrégation et de re-ségrégation et, de ce point de vue, l’histoire est extrêmement ironique car, après avoir chassé les Africains des centres villes vers des townships, les Blancs qui avaient commencé à s'exiler en banlieue dans les années 1980 ont accentué massivement ce phénomène. On passe donc ironiquement d’une ségrégation involontaire à une ségrégation volontaire, en même temps que s’effectue un mouvement inverse (départ des Blancs des centres villes et arrivée des Africains). La re-ségrégation dont on parle est surtout un mouvement de repli, i.e d’auto-exclusion alors qu’avant l’exclusion était une politique appliquée à d’autres. En ce sens, la permanence est souvent plus apparente que réelle et, en l’occurrence, une ségrégation volontaire n’est plus une politique de ségrégation : c’est une séparation, un divorce. De même, dans l’Afrique du Sud démocratique, le procès des institutions est souvent le procès de leur non-transformation : qu’il s’agisse de la « Banque de la Terre » (le Crédit Agricole sud-africain), de l’armée, de la police et de la justice, elles sont toutes accusées de demeurer des institutions racistes, et opposées à la modification de leur composition raciale. Or, sans préjuger des stratégies tout à fait réelles de résistance et de contournement du changement qui ont pu se manifester dans ces organismes après 1994, la plupart d’entre eux ont d’abord été accusés parce qu’ils ne donnaient pas satisfaction au pouvoir politique dans leurs fonctions organiques : pour de multiples raisons, après l’apartheid, la police sécurise mal, la justice juge mal, la « Banque de la Terre » ne fait pas assez de prêts aux agriculteurs africains émergents, etc. Plus qu’une résistance active à la transformation, ces institutions ont connu – et connaissent toujours – de graves problèmes d’adaptation à leur nouvel environnement et, loin d’être vues pour ce qu’elles sont, ces difficultés d’adaptation ont été perçues comme autant de résistances et de sabotage de l’action gouvernementale. Ainsi, la résistance quasi-naturelle des bureaucraties au changement a souvent été interprétée en termes politiques, alors qu’elle relevait davantage d’un phénomène sociologique.

10Le problème de la transformation n’est pas seulement de créer le changement (toute l’énergie de l’ANC est focalisée sur l’impulsion et la mise en œuvre du changement et tout son discours souligne la résistance au changement) mais, comme le gouvernement l’a découvert cruellement à la fin des années 90, d’harmoniser les dynamiques de changement. Contrairement à ce que prétendent ceux pour lesquels rien n’a changé, le problème de ce pays est la disharmonie dans le changement. La plus grande disharmonie concerne le rapport entre l’économique et le politique : le miracle politique n’a pas été accompagné d’un miracle économique. Avec des taux de croissance avoisinant les 3 %, la stagnation économique – dont l’Afrique du Sud semble maintenant sortir lentement – a dominé la décennie 90 et généré un chômage massif. La disharmonie s’est aussi manifestée dans le domaine institutionnel, le gouverne­ment menant simultanément une grande réforme de l’appareil d’Etat et des réformes sectorielles. L’administration a été soumise à un processus de réforme globale (personnel, méthodes de travail, organisation interne, etc.) tout en étant astreinte à une cure d’austérité budgétaire. De plus, au même moment, on lui demandait d’instaurer des politiques nouvelles et complexes visant à corriger les inégalités du passé (les politiques de redress). N’ayant pas le temps de digérer leur propre réforme7 et n’ayant pas souvent les moyens financiers de leurs ambitions, les administrations ne sont pas parvenues à mettre en œuvre ces politiques de manière satisfaisante et certaines d’entre elles se sont tout simplement enlisées8. En essayant de réformer simultanément les politiques sectorielles et leur instrument (i.e. les administrations), le gouvernement a créé une disharmonie qui a handicapé un appareil d’Etat, victime de surcroît du départ de ses cadres. Une disharmonie plus grave a été créée dans l’appareil institutionnel local avec le démantèlement des anciens bantoustans en 1994. Ce démantèlement a créé un vide de gouvernance locale qui n’a pas immédia­tement été comblé par les nouvelles administrations provinciales et les nouvelles municipalités (mises en place seulement en 2001). Ainsi, entre 1994 et 2001, s’est instaurée une certaine confusion quant aux responsabilités de l’administration locale et à la répartition des rôles entre les acteurs publics locaux. Le caractère global du projet de transformation, allié aux bénéfices politiques d’une action gouvernementale immédiatement visible, a conduit à engager un train de réformes alors qu’il aurait fallu les séquencer, en donnant la priorité à la réforme de l’instrument, c’est-à-dire la réforme de l’administration. Confrontés à des politiques en panne, mal coordonnées et génératrices de confusion, les dirigeants se sont vite rendu compte que gouverner devenait l’art de gérer les disharmonies simultanées, et, dès son arrivée au pouvoir, Thabo Mbéki a tenté de réintroduire la coordination manquante dans le processus de réforme.

11Le mode de changement historique par contrat implique une confiance limitée entre les signataires du contrat, c’est-à-dire une méfiance mutuelle. Dans un contrat, chaque partie doit respecter les clauses la concernant mais est tentée de pousser son avantage au-delà. Les parties surveillent le respect du nouveau contrat national et, en Afrique du Sud, cette surveillance se traduit par une méfiance réciproque : le nouveau gouvernement ne croit guère à l’adhésion de la minorité blanche à la rainbow nation et la minorité blanche soupçonne des tendances hégémoniques dans l’ANC. Mon propos n’est pas ici de contester ou de confirmer l’un ou l’autre point de vue mais de montrer que cette méfiance est consubstantielle au changement négocié et fait de celui-ci un processus plus qu’un acquis. Jusqu’ici, les Blancs ont pour ainsi dire excellé dans ce travail de surveillance, en instaurant des critères de vigilance issus bien sûr des négociations de la transition. Parmi ces critères de vigilance figurent, entre autres, la structure régionale de l’Etat, l’indépendance du pouvoir judiciaire et le respect de la propriété privée. Ils constituent en quelque sorte les lignes rouges à ne pas franchir pour l’ANC : abolir ou amoindrir les provinces pour des questions de politique interne au parti, soumettre le judiciaire au politique et tolérer les occupations foncières constituent autant d’éléments de rupture du « contrat moral » de 1994. Tout comme d’ailleurs le recours à la violence politique. Dans un pays qui a connu une grande violence politique et qui connaît maintenant une grande violence de droit commun, la violence politique est tabou, c’est-à-dire que toutes les forces politiques sont d’accord pour exclure la violence de la sphère politique. Un parti qui serait prêt à utiliser les méthodes de l’ancien temps n’aurait plus sa place dans la nouvelle Afrique du Sud. Cette méfiance réciproque, propre à la transition, fait de la transformation une sorte de processus contesté en permanence et mouvant en partie car le contrat n’a pas pensé à tout : il comporte des angles morts, des omissions, voire des lacunes.

12C’est dans cet espace laissé libre que se déploie la poursuite de l’opposition entre Blancs et Africains et que se mène la lutte pacifiée entre ces deux communautés constitutives du pays. Le contrat de 1994 comportait ainsi une lacune majeure : s’il y avait consensus sur le rattrapage socio-économique, et même sur l’entrée des Africains dans les grandes maisons du capitalisme sud-africain (les grandes banques, les compagnies minières, d’assurances, etc.), il n’y avait pas d’accord sur le financement de ce rattrapage socio-économique. Le gouvernement de Nelson Mandela instaura un impôt de solidarité pour financer le Reconstruction and Development Programme, mais cet impôt s’avéra vite à la fois impopulaire et insuffisant. Hostile à l’option de l’endettement extérieur, le gouvernement sud-africain a depuis résolu de recourir à des impositions indirectes, moins visibles, comme les impôts locaux ou les subventions croisées, et à la création de nouveaux impôts (autrefois exemptés d’impôts sur leurs terres, les fermiers doivent maintenant payer un impôt foncier). Combler la lacune du contrat par l’augmentation de l’imposition n’a pas manqué de susciter une opposition et les grèves fiscales locales ont souvent trouvé leur conclusion en justice. Ce sont dans les zones grises du contrat que le jeu de négociation entre les « nouveaux partenaires » se déploie et qu’ils mesurent leurs forces respectives. Il est tentant de l’interpréter comme une version pacifiée de la lutte ancienne, car l’objet du combat est le même que du temps de l’apartheid : le contrôle et la répartition des ressources.

13Dix ans plus tard, les deux hypothèses de travail qui étaient fréquemment mises en avant en 1994 sont toutes deux invalidées : l’échec ou la réussite de la nouvelle Afrique du Sud. Cette dernière a surpris en étant capable de négocier sa transition et elle surprend encore par sa transformation ambiguë. Entre l’échec et la réussite s’est glissée une normalisation étrange, dynamique, pleine de contradictions et sans cesse en re-négociations.

Haut de page

Notes

1 Afin de célébrer son caractère multiracial, l’Afrique du Sud était définie comme une « rainbow nation », une  « nation arc-en-ciel » dans les discours officiels durant la présidence de Nelson Mandela.
2 J M. Coetzee, Disgrâce, Seuil, Paris, 2001. Ce livre qui décrit le devenir tragique d’une femme blanche dans la nouvelle Afrique du Sud a été très mal reçu par l’ANC qui y a vu une attaque directe contre le gouvernement et une dénonciation du sort fait aux Blancs par le nouveau régime.
3 Ex-ministre de la Défense, Magnus Malan a comparu devant la justice pour les violations des droits de l’Homme commises par les forces armées sous sa direction mais n’a pas été condamné.
4 Cf. La République d’Afrique du Sud, nouvel Etat, nouvelle société, par G.Conac, F.Dreyfus et N.Maziau, Economica, Paris, 1999.
5 L’imaginaire politique sud-africain s’est d’ailleurs révélé extrêmement proche de la culture religieuse.
6 Les fermiers sud-africains sont victimes d’une délinquance violente qui est devenue fréquente depuis 1994. Dans la majorité des cas, elle a pour finalité le vol et met en évidence la violence des rapports sociaux en milieu rural. Cf. J. Steinberg, 2002, Midlands, Jonathan Ball Publishers, Cape Town. Cet ouvrage est, sur ce point, particulièrement éclairant.
7 Le ministère du commerce et de l’industrie a fait l’objet d’au moins 4 réorganisations avant que sa structure interne ne soit stabilisée.
8 La politique de réforme du système de transports urbains est la parfaite illustration de ce phénomène d’enlisement ou de panne. Le projet de recapitalisation des taxis collectifs qui était central dans cette réforme n’a jamais vu le jour (cf. R. Lomme &  T. Vircoulon, « La guerre des taxis collectifs en Afrique du Sud », Afrique contemporaine, 218, 2, 2006, pp. 119-140).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry VIRCOULON, « De la transition à  la transformation : comprendre l’Afrique du Sud démocratique », Journal des africanistes, 76-2 | 2006, 155-165.

Référence électronique

Thierry VIRCOULON, « De la transition à  la transformation : comprendre l’Afrique du Sud démocratique », Journal des africanistes [En ligne], 76-2 | 2006, mis en ligne le 31 décembre 2009, consulté le 18 août 2017. URL : http://africanistes.revues.org/869

Haut de page

Auteur

Thierry VIRCOULON

T. Vircoulon est l’auteur de L’Afrique du Sud démocratique ou la réinvention d’une nation, L’Harmattan, Paris, 2005.

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org