Navigation – Plan du site

Les Comoriens de Zanzibar durant la « Révolution Okello1 » (1964-1972)

La xénophobie de la république
Toibibou Ali Mohamed
p. 137-154

Résumés

Cet article étudie la nature et les raisons des persécutions dont les Comoriens de Zanzibar ont été victimes sous le gouvernement d’Abeid Amani Karume. Il étudie aussi le rôle que les Comoriens, revenus chez eux porteurs de grandes idées révolutionnaires et culturelles, ont joué dans le processus d’accès à l’indépendance des Comores.

Haut de page

Texte intégral

1Les relations entre l’île de Zanzibar et l’Archipel des Comores remontent au Moyen Âge. Mais c’est à partir de 1864, date à laquelle est inaugurée la ligne des Messageries maritimes2, qu’un nombre considérable de Comoriens se sont installés à Zanzibar. Ainsi, les peuples de ces îles de l’océan Indien, qui se sont côtoyés au cours des XIXe et XXe siècles, ont, grâce à des échanges et des influences réciproques, contribué à enrichir la culture swahilie. (Ahmed, 1995 : 203-210)

2Sous la dynastie omanaise des Al-Bu Saïd3 (1832-1964), l’île de Zanzibar est devenue, en particulier, le centre de la diffusion du savoir islamique en Afrique orientale (Ahmed, 2002: 207). C’est là, que les Africains et les Arabes se sont le plus fréquentés, mais aussi, le plus entre-déchirés. (Glassman, 1995 et 1991 : 277-312)

3Certains Comoriens sont venus à Zanzibar pour apprendre ou enseigner les sciences religieuses, alors que d’autres s’y sont installés, soit pour fuir les guerres intestines que se livraient les princes de la Grande Comore à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, soit simplement pour y chercher du travail4.

4Jusqu’en 1964, la situation de la colonie comorienne, ou d’origine comorienne, dans le sultanat de Zanzibar et au Tanganyika (Dar es-Salaam) ne fut jamais menacée. Mais, à la suite de la Révolution5 dirigée par John Okello en 1964, qui aboutit au départ du Sultan Sayyid Jamshid Ibn Abdallah de Zanzibar et à l’instauration d’un gouvernement révolutionnaire, la population comorienne, assimilée à la minorité arabe, fut durement touchée. Massacres, pillages et emprisonnements accompagnèrent, en effet, l’arrivée au pouvoir du Président Abeid Amani Karume6 qui manifesta rapidement sa volonté d’expulser les Comoriens arrêtés vers leur pays7. Cette « colonie », forte de 15 000 individus8 et composée en majorité de fonctionnaires et de commerçants, était relativement aisée9.

5Cet article étudie la nature et les raisons des persécutions dont les Comoriens de Zanzibar ont été victimes sous le gouvernement d’Abeid Amani Karume. Il étudie aussi le rôle que les Comoriens, revenus chez eux porteurs de grandes idées révolutionnaires et culturelles, ont joué dans le processus d’accès à l’indépendance des Comores.

Le statut des Comoriens de la fin du Sultanat
à la naissance de la République à Zanzibar

6L’île de Zanzibar a une population hétérogène qui est le résultat de différentes vagues de migrations pendant plusieurs siècles. D’après le recensement de 1948, la population se répartissait de la façon suivante (Bacari, 2000 : 64) : 1,1 % de Comoriens, 5,8 % d’Indiens, 16,9 % d’Arabes, 75,7 % d’Africains dont 19,5 % de Continentaux et 56,2 % de Shirazi10. La société zanzibarite est donc pluri-communautaire et considérée comme telle par la population elle-même. Selon A. Crozon, « chaque communauté est perçue par les autres à partir des caractéristiques d’un groupe et d’un sous-groupe qui est globalisé à l’ensemble de la communauté concernée » (Crozon, 1991 : 181). Ainsi, les Arabes apparaissaient comme les oppresseurs des Africains continentaux et des Shirazi. Minoritaires, ils constituaient une oligarchie détentrice du pouvoir économique, politique et tiraient leurs profits de l’exploitation des Africains (ouvriers dans les plantations de girofliers)11. Les Africains continentaux et certains Shirazi rangeaient les Indiens et les Comoriens dans la catégorie des Arabes en raison d’une conviction confuse et mystificatrice : ceux qui ne sont pas opprimés sont forcément des oppresseurs. (Crozon, 1991 : 182).

7D’après Mohamed Ahmed Saleh12, « Les Comoriens ne voulaient pas être dans la même situation que les Africains, mais en aucun cas, ils ne se sont comportés comme des Arabes. […] Ils faisaient les métiers de « col blanc » : un Comoriens ne travaillait jamais au port ou ne faisait les travaux de la terre ». En effet, les Comoriens de Zanzibar voulaient s’affirmer dans la société en tant que groupe à part. En 1940, par exemple, à la suite d’une pénurie de riz, les autorités zanzibarites (sultan) promulguèrent une Loi de Rationnement. D’où, un rationnement de riz pour les Asiatiques (Arabes et Indiens) et de farine de maïs pour les Africains et les Comoriens, qui, dit-on, « ne sont pas habitués au repas de luxe » (Saleh, 1972 : 61). Les Comoriens refusèrent ce rationnement en farine de maïs et exigèrent une alimentation semblable à celle des Arabes et des Indiens.

8À partir de 1945, la contestation de cette domination arabe fut perceptible dans la capitale de l’île de Zanzibar. Dans ces conditions, il importait que l’administration britannique13 définisse de nouvelles orientations permettant de prévenir de futurs conflits « multiraciaux ». Si l’hétérogénéité de la population de Zanzibar avait été ignorée par les autorités britanniques dans l’entre-deux-guerres, elle prit une importance particulière pour les réformes à réaliser après la Seconde Guerre mondiale. Mais les Arabes trouvaient des motifs d’inquiétude dans la ligne d’émancipation définie par l’autorité coloniale (Horrut,1971 : 65). Les dirigeants arabes furent placés devant un dilemme : devaient-ils refuser de se plier à une évolution imposée par la puissance coloniale qui associait plus largement les autres communautés à l’exercice du pouvoir tandis que jusqu’alors ils en étaient les détenteurs privilégiés ? Devaient-ils au contraire « jouer le jeu » du développement multiracial en le considérant comme un « moindre mal », comme leur expliquaient les Britanniques ? (ibidem). Deux attitudes coexistaient au sein de la communauté arabe. D’un côté, il y avait ceux, dont certains leaders et en particulier le Sultan Sayyid Abdallah Bin Khalifa, qui, selon une attitude traditionnelle de soumission aux autorités britanniques, souscrivaient à une ligne d’évolution multira­ciale. D’un autre côté, il y avait ceux qui opposaient un refus intransigeant à cette perspective afin de garder leurs privilèges économiques, politiques et sociaux14. La stratégie de ces derniers consistait à conquérir au plus vite l’indépendance qui, compte tenu du faible degré d’instruction des populations africaines, leur serait dévolue (Lofchie, 1965 : 127-156). En réalité, comme le souligne G. Prunier (1998 : 98), « le principe fondamental de l’action politique anglaise dans les îles (Zanzibar et Pemba) était le maintien du rôle socio-économique dominant des Arabes ».

9Le 10 décembre 1963, Zanzibar accéda, sous l’autorité du Sultan, à l’indépendance en tant que membre du Commonwealth. Pour la majorité africaine de l’île, cette indépendance proclamée était une uhuru wa waarabu tu (« une indépendance pour seulement les Arabes » (ibidem)). C’est de cette perception que sont nées les violences de la Révolution. De plus, dès le lendemain de l’indépendance, à l’instigation du ministre des Affaires étrangères, Ali Muhsin El Barwani, une série de mesures gouvernementales attesta de la volonté des Arabes de consolider leur pouvoir15. Ainsi des réglementions interdisant la libre activité des groupements politiques furent définies. Elles visaient en particulier le Parti Umma16 (litt. « Communauté ») dont l’idéologie pro-castriste et pro-chinoise constituait pour les Arabes une menace plus sérieuse que celle plus raciste de l’Afro Shirazi Parti (ASP)17. La même politique fut poursuivie en ce qui concerne l’appareil policier du territoire dont le gros des effectifs était composé d’Africains continentaux recrutés par la Grande Bretagne et dont la sympathie allait plutôt à l’Afro Shirazi Parti (ASP) qu’au Zanzibar National Party (ZNP), le parti au pouvoir.

10En janvier 1964, un mois après l’indépendance, 600 insurgés (freedom fighters), venus des côtes africaines voisines, se rendirent maîtres de Zanzibar après de sanglants combats. Cette Révolution menée par John Okello, un « Continental » d’origine ougandaise, avait pour but de « libérer les frères africains de la domination arabe » (Diallo, 2003 : 82). Le mouvement révolution­naire s’attaqua aux communautés arabes et indiennes en tuant beaucoup de leurs membres, en pillant leurs biens et en enfermant les survivants dans des camps. Abeid Amani Karume proclama la République et John Okello fut nommé « Maréchal » de l’Armée de libération. Le Gouvernement formé par l’alliance Zanzibar National Party-Zanzibar Pemba People’s Party (ZNP-ZPPP) capitula et le Sultan Sayyid Jamshid Ibn Abdallah, réfugié dans son yacht (le Salama), se dirigea d’abord vers Mombassa (où l’exil lui fut refusé) avant de regagner Dar es-Salaam d’où, par la suite, il fut autorisé à se rendre à Londres18. Le 30 janvier 1964, Zanzibar devint officiellement une « République populaire », dirigée par Abeid Amani Karume avec un parti unique, l’Afro Shirazi Parti (ASP)19.

11Le nouveau gouvernement révolutionnaire ne tarda pas à prendre des mesures discriminatoires à l’encontre des Comoriens qui, assimilés à la minorité arabe, ont aussi beaucoup souffert dans leurs biens et leurs personnes physiques. On estime à 15 morts et 30 blessés, les victimes de cette communauté dans la seule nuit du 11 au 12 janvier 1964, tandis que beaucoup d’autres furent emprisonnés. Le gouvernement de Zanzibar, plus ou moins soutenu en sous-main par celui du Tanganyika, ne tarda pas à manifester son intention d’expulser vers leur pays les Comoriens arrêtées, en particuliers ceux de nationalité française, considérés en situation irrégulière. Ainsi, le 26 novembre 196420, le ministre zanzibarite des Affaires étrangères adressa à son homologue français une liste de 106 personnes (vingt familles) à rapatrier d’urgence à Moroni, la capitale des Comores. Selon Mohamed Ahmed Saleh21, la vague d’expulsions toucha en premier les fonctionnaires en service sous le Sultanat. De plus les disparitions devinrent constantes après la Révolution et des menaces de mort pesèrent sur les Comoriens incarcérés. L’exemple le plus frappant est celui d’Ali Mzee Mbalia22, jeune homme de 24 ans, qui, en raison des tortures inhumaines qu’il avait subies à la prison Ba Mkwe (litt. « Beau-père »), préféra se suicider en se défenestrant du troisième étage de l’hôpital de Mnazi Mmoja où il avait été transféré pour des soins23.

12En 1965, la situation des Comoriens en République Unie de Tanzanie24 s’aggrava. En effet, le ministre tanzanien des Relations extérieures, Oscar Kambona, procéda à une expulsion massive de Comoriens vers leur pays d’origine. Selon une note adressée au ministre des Affaires étrangères par le ministre d’Etat français chargé des Départements et Territoires d’Outre-mer, en 1965, « M. Kambona cherche à recruter parmi ces personnes, des agents en vue du détachement des Comores de la France »25.

13De 1965 à 1968, plusieurs centaines de Comoriens, expulsés de la République Unie de Tanzanie, décidèrent, pour la grande majorité, de rentrer chez eux ou de s’exiler dans des pays voisins tels que le Kenya et l’Ouganda. D’anciens fonctionnaires, des agents de police ou des personnalités religieuses (comme Sheikh Sayyid Omar Bin Ahmad Bin Abubakar Bin Sumeit26, cadi à Zanzibar) furent contraints de partir. En 1968, la situation des Comoriens s’aggrava encore lorsque des troubles intérieurs, coïncidant avec une nouvelle campagne anti-comorienne à Zanzibar, se produisirent. En effet, le 15 novembre 1968, dans une conférence de presse, le vice-président Karume annonça que « tous les Zanzibarites d’origine comorienne, qui ne renoncent pas expressément à leur statut de ressortissants français pour obtenir la nationalité tanzanienne, seront considérés comme des étrangers, au même titre que les Belges, les Canadiens, les Australiens27» Le 20 novembre 1968, pour soutenir publiquement la déclaration de Karume, des milliers de jeunes de l’Afro Shirazi Youth League encadrés par des dirigeants de l’Afro Shirazi Party (ASP) et par des militants de la Tanganyika African National Union (TANU) de Julius Nyerere, venus spécialement de Dar es-Salaam à Zanzibar, manifestèrent en scandant des slogans hostiles à la communauté comorienne tels que : « Comorians go home » (Saleh, 1972 : 130). Le 22 novembre 1968, Aboud Maalim, ministre tanzanien du Commerce, fut contraint de démissionner en raison de ses origines comoriennes. Le vice-Président Karume se justifia en disant :

Les Comoriens sont responsables de tous les actes de provocation. Ayant refusé de s’identifier avec Zanzibar et avec leurs frères africains, ils continuent d’assumer des postes de grande responsabilité dans l’administration alors qu’ils ne sont pas des citoyens. 
Journal, Le Monde, Paris, 22 novembre 1968.

14Karume dénonça l’« opportunisme et le rôle réactionnaire de ces Comoriens qui, au temps du Sultanat, formaient une classe privilégiée avec la minorité arabe, et qui tremperaient dans les intrigues et les complots visant à le renverser » (Ibidem).En fait, dans le gouvernement renversé par la Révolution du 12 janvier 1964, deux Comoriens occupaient des postes de ministres. Il s’agissait d’Ibuni Saleh (ministre du Commerce et de l’Industrie) et de Maulidi Mshangama Hadji, ministre de l’Education et de l’Information qui, en janvier 1964, après la Révolution, furent arrêtés et incarcérés.

15Les Comoriens ont aussi joué un rôle important dans le développement de l’éducation à Zanzibar. En effet, les lettrés musulmans d’origine como­rienne ont laissé leur empreinte, grâce à leur rôle dans la transmission du savoir islamique à Zanzibar28. Il en est de même pour un grand nombre de femmes devenues célèbres, en particulier dans le quartier de Ng’ambo où elles ont occupé une place de premier plan dans l’enseignement du Coran29. De plus, Salim Hadji Himidi30 rapporte qu’au lycée George VI (l’un des plus connus de Zanzibar) qu’il avait fréquenté entre 1959-1964, de nombreux professeurs étaient d’origine comorienne. Ainsi, le niveau d’instruction des Comoriens de Zanzibar, qui les rapprochait plus de l’élite que des Africains, favorisa leur capacité de réflexion, donc leur sensibilité politique. C’est aussi, sans doute, l’une des raisons pour laquelle ils furent persécutés par le régime de Karume.

16Le paiement d’un droit d’enregistrement de 150 shilling sembla apporter aux présumés « étrangers » qui voulaient demander la nationalité tanzanienne, une autre solution que l’exil31. Ce droit d’enregistrement était analogue à celui qui avait été institué en novembre 1968 dans la partie continentale de la Tanzanie. Cependant, cette possibilité d’acquérir la nationalité tanzanienne ne fut pas accueillie avec beaucoup d’empressement par les groupes d’« étrangers ». Ceux-ci estimaient qu’ils possédaient déjà une citoyenneté en vertu du jus soli (droit du sol) appliqué à Zanzibar avant l’union avec le Tanganyika. De plus, ils craignaient que les droits d’un citoyen par naturalisation ne soient pas aussi tangibles que ceux d’un citoyen de naissance. Quoi qu’il en soit, Karume annonça, le 21 décembre 1968, que « les Comoriens et autres groupes allogènes disposent d’un délai se prolongeant jusqu’au 1er mars 1969 pour prendre une décision relative à l’application de la nationalité tanzanienne » (CAC, Ibid.).

17Beaucoup de Comoriens se tournèrent alors vers Abdou Bacar Boina32, secrétaire général du Mouvement de Libération Nationale des Comores (MOLINACO) pour qu’il intervienne auprès des autorités zanzibarites. Mais ce dernier se cantonna dans une prudente réserve qui « indisposa même ses plus fidèles partisans » (CAC, Ibid.). C’est ainsi que les Comoriens implorèrent le secours du Consulat de France à Dar es-Salaam.

La France au secours des Comoriens de Zanzibar

18Dès le lendemain de la Révolution, un agent de l’Ambassade de France au Kenya fut dépêché à Zanzibar pour « assurer la protection des Comoriens ». Mais ce dernier, qui se vit refuser tout débarquement dans l’île, dut reprendre l’avion sous la menace des armes33. En dehors de son caractère humanitaire et protecteur de citoyens français, cette mission avait pour but d’éviter l’embrigadement des expulsés comoriens dans un parti ou un mouvement nationaliste d’inspiration nassérienne.

19Les Comoriens qui n’avaient pas la possibilité de rentrer dans l’Archipel des Comores par leurs propres moyens demandèrent leur rapatriement au Consul de France à Zanzibar. Dans une lettre du 13 avril 1964 adressée au ministre des Affaires étrangères, le ministre d’Etat chargé des Départements et Territoires d’Outre-mer s’exprima à ce propos :

Le Haut Commissaire de la République française aux Comores ne voyait pas d’objection au retour des intéressés dans leur Territoire. En revanche, il est exclu que le budget des Comores puisse prendre à sa charge les frais de rapatriement. J’estime que les dépenses de cet ordre ne peuvent, lorsqu’il s’agit de Français originaires des Territoire d’Outre-mer et établis à l’étranger, qu’incomber à votre seul département.

CAC, 19940163 (40)34

20Cette colonie comorienne de Zanzibar posait en effet un problème de nationalité. En général, les Comoriens ne semblaient pas attacher beaucoup d’importance à l’acquisition de telle ou telle nationalité (anglaise, tanganyikaise, française, etc.) puisque certains se réclamaient déjà d’une double nationalité, anglaise-française ou zanzibarite-tanganyikaise. Cette confusion rendit très difficile la protection des Comoriens par les autorités consulaires35. En août 1965, le problème devint encore plus aigu lorsque les autorités tanzaniennes décidèrent de procéder au recensement des Comoriens de Zanzibar et de Pemba en vue de l’application de la loi sur la nationalité. En janvier 1966, le Consul de France à Zanzibar, sur instruction du ministre des Affaires étrangère, et en accord avec le ministre d’Etat chargé des Départements et Territoires d’Outre-mer, fut autorisé à reconnaître comme nationaux français « les seules personnes apportant des preuves incontestables de leur origine comorienne et de leur nationalité française et à leur assurer sa protection »36.

21Les personnes n’ayant aucun document probant, mais pouvant se réclamer d’une ascendance comorienne, devaient constituer un dossier individuel qui était transmis au Haut Commissaire de la République française aux Comores pour examen et décision en accord avec le Président du Conseil de Gouvernement du Territoire, Said Mohamed Cheikh37.

22Dans ce dossier individuel figuraient, outre l’état civil de l’intéressé (nom, prénom, date et lieu de naissance), son emploi occupé dans l’administration zanzibarite avant la Révolution, son temps de service, sa profession actuelle, les membres de sa famille, le montant de ses indemnités de licenciement payées par l’administration, l’adresse de sa famille aux Comores et son numéro d’immatriculation au Consulat de France à Zanzibar.

23À la lecture de ces dossiers conservés au Centre des Archives Contemporaines, on constate tout d’abord que la majorité des requérants étaient des fonctionnaires (professeurs, maîtres d’écoles, policiers etc.) et des commerçants. Ensuite, pour ce qui est de leur « profession actuelle », la plupart des intéressés ont déclarés être « sans profession » puisque après la Révolution, les membres de la colonie comorienne avaient été licenciés de l’administration zanzibarite et leurs biens pillés. Enfin, l’intérêt pour les autorités consulaires de connaître l’adresse de la famille aux Comores était double. D’une part, elles voulaient s’assurer que le demandeur avait une famille qui le prendrait en charge aux Comores (pour épargner au Conseil du Gouvernent des Comores des problèmes de logistique et de réinsertion) et, d’autre part, elles voulaient éviter le retour des expulsés de Zanzibar originaires de certains cantons de la Grande-Comore où l’autorité du Président Said Mohamed Cheikh (et peut-être aussi celle de la France) semblait menacée :

[…] Il ressort que les Comoriens originaires des cantons de Mitsamihuli, Mbude, Ntsaweni et Ntsudjini38 occupent une place importante. Quand on sait l’influence du PASOCO-MOLINACO dans ces cantons, on peut craindre que se glissent dans cette première liste de candidats au rapatriement de nombreux sympathisants ou agents de ces mouvements anti-français.
Il vous appartient donc de faire vérifier avec le maximum de précaution l’identité, les liens familiaux et la personnalité de chacun de ces candidats.

CAC, 19940163 (40)39

24En 1965, le ministre d’Etat chargé des Départements et Territoires d’Outre-mer, dans une lettre adressée au ministre des Affaire étrangères, manifesta ses réticences lors de l’instruction des dossiers de demande de rapatriement :

[…] Pas un seul Comorien ne recevra de notre représentation à Zanzibar les visas et documents nécessaires à son rapatriement sans que son dossier complet n’ait été communiqué au Haut-Commissaire aux Comores et sans que ce dernier, après un examen attentif, n’ait donné son accord, cas par cas, au rapatriement des intéressés.
Un soin tout particulier devra être apporté, des deux côtés, au contrôle et à la vérification des identités déclarées ainsi qu’à la similitude de l’orthographe des noms des demandeurs de façon à ce que toute différence dans les divers documents concernant une même personne puisse être, le cas échéant, assimilée à une usurpation d’identité justifiable d’une action en justice. CAC, 19940163 (40)40

25Entre 1964 et 1971, plusieurs centaines de familles comoriennes, dont la nationalité française était prouvée et dont la présence aux Comores ne faisait l’objet d’aucune réserve, furent rapatriées par voie aérienne ou maritimes (sur des bateaux comme le Royal Soverein, Bonanza ou le Maréchal Gallieni…) grâce à l’aide financière des autorités françaises. Mais quelle attitude le Consulat de France à Zanzibar devait-il adopter à l’égard des Comoriens de Tanzanie dont le rapatriement vers les Comores n’était pas autorisé ou qui manifestaient leur désir de rester en Tanzanie en se réclamant de leur nationalité française ? En 1965, cette question prit un caractère aigu lorsque les autorités de Zanzibar demandèrent officiellement au Consul de France de procéder d’urgence au recensement des Comoriens de Zanzibar et de Pemba. Cependant, même si les autorités zanzibarites exigeaient le départ des Comoriens, le désir de ces derniers de rentrer aux Comores relevait de leur seule volonté. Quant à ceux dont le retour était refusé ou qui souhaitaient rester à Zanzibar, ils devaient néanmoins bénéficier de la protection du Consulat de France.

26La mise au point du rapatriement des Comoriens de Zanzibar fut longue et laborieuse pour l’Ambassade de France en Tanzanie. Malgré cela, « elle n’avait soulevé de la part des autorités territoriales des Comores qu’un intérêt très modéré »41. La prudence dont celles-ci firent preuve dans cette affaire s’explique par des préoccupations d’ordre politique. Des considérations économiques et sociales ne furent pas non plus étrangères à cette réserve. Le Conseil de Gouvernement des Comores, dirigé par Said Mohamed Cheikh, était en effet conscient du problème insoluble que lui poserait le retour dans l’Archipel d’un trop grand nombre de Comoriens qui pouvaient manifester un mécontentement facile à exploiter et difficile à contenir.

La réticence de Said Mohamed Cheikh face au retour des expulsés

27Dès l’éclatement de la Révolution zanzibarite et malgré les massacres des Arabes, des Indiens et des Comoriens qui s’ensuivirent, Said Mohamed Cheikh afficha sa réticence à l’égard des Comoriens de Zanzibar.

Said Mohamed Cheikh exige que seuls les expulsés titulaires d’un passeport français seraient autorisés à débarquer. À défaut de ce document, ils devraient justifier d’une caution morale parmi la notabilité de l’archipel. CAC, 19940163 (40)42

28Cette attitude du Président du Conseil de Gouvernement des Comores vis-à-vis de ses compatriotes expulsés de Zanzibar s’explique par des soucis tant politiques qu’économiques. En effet, Said Mohamed Cheikh pensait que parmi ceux dont le Président Abeid Amani Karume exigeait le rapatriement aux Comores, figuraient des éléments subversifs, membres de l’opposition indépendantiste du MOLINACO (Mouvement de Libération Nationale des Comores). Créé le 4 février 1963 par Ali Mohamed Chami43 à l’occasion de la conférence de solidarité des pays afro-asiatiques de Moshi (Tanganyika), ce mouvement paraissait, aux yeux de Said Mohamed Cheikh, l’opposition la plus sérieuse car il était le seul à s’affirmer « indépendantiste ». En fait, durant tout le mandat de Said Mohamed Cheikh, aucun mouvement politique ne put se déclarer indépendantiste puisque la loi coloniale en vigueur dans l’archipel interdisait la création et l’existence de tels mouvements (Ibrahime, 2004 : 411). Pourtant, Said Mohamed Cheikh lui-même ne savait comment se situer vis-à-vis de cette question essentielle : en fonction de la situation politique du pays, il était tantôt contre, tantôt favorable à l’indépendance (Ibidem).

29À Zanzibar et au Tanganyika, l’action du MOLINACO avait trouvé un écho au sein de la colonie comorienne grâce, notamment, à une émission de radio en langue comorienne (La voix du MOLINACO) diffusée quatre fois par semaine, à Dar es-Salaam44. Pour mieux propager leurs idées, plusieurs membres du mouvement voulaient, dès la création du parti, s’installer aux Comores pour acquérir une crédibilité auprès de la population (Ibrahime, 2004 : 416). La Révolution et les expulsions de Zanzibar leur offraient l’opportunité de rentrer aux Comores pour y diffuser leurs idées. Mais Said Mohamed Cheikh signifia clairement aux autorités françaises « qu’il faut tout faire pour éviter leur retour » (Ibidem). Ces précautions et ce refus des autorités comoriennes semblaient aller à l’encontre du sentiment du Consul de la République française à Dar es-Salaam qui croyait « qu’il serait désirable de donner le plus rapidement possible une réponse positive aux intentions exprimées par le Président Abeid Amani Karume » (Ibidem). Mais Said Mohamed Cheikh demeura réticent :

Chaque cas fera donc l’objet d’un examen attentif de l’accord et le rapatriement ne se sera donné que si les renseignements fournis permettent de se prononcer en parfaite connaissance de cause. CAC, 19940163 (40)45

30Plusieurs dossiers de demande de rapatriement furent donc rejetés par Said Mohamed Cheikh. C’est, par exemple, le cas en 1965 de ceux de Mohamed Ahmed, natif du village de Bangwa Nkuni (au nord de la Grande-Comore), et d’Abdou Mohamed, originaire de la ville de Mitsamihuli46 (ville natale du Président) qui étaient tous deux présumés sympathisants du Mouvement de Libération Nationale des Comores (MOLINACO).

31Dans une lettre du 22 décembre 1966, le Haut-Commissaire de la République française à Moroni tint à souligner que la suite à donner aux demandes de rapatriement des Comoriens de l’extérieur ne dépendait pas de sa seule autorité, mais qu’elle était subordonnée à l’avis du Conseil de Gouvernement des Comores47. Cette mise au point permit aux Comoriens de Zanzibar d’apprendre que leur pays d’origine jouissait, grâce à la France « d’une autonomie interne qui n’était pas un vain mot »48. Ainsi, pour exercer un contrôle direct sur les rapatriés de Zanzibar, « la solution proposée par le Conseil de Gouvernement des Comores, consistait en un rapatriement progressif par groupe de six personnes, choisies, non en fonction de la précarité de leur situation, mais surtout en tenant compte de la répartition géographique des familles d’accueil dans le but d’éviter d’avoir, en un même lieu, un trop grand nombre de rapatriés »49.

32Le 31 juillet 1967, l’incident de Ntsaweni50, après celui de Mayotte51, montra que le pouvoir de Said Mohamed Cheikh était contesté, non seulement à Mayotte mais aussi à la Grande-Comore, son île d’origine. Ce dernier craignait, avec le retour des expulsés, que son pouvoir soit de plus en plus fragilisé. En effet, les « insurgés » de la région de Mbude (dont la ville de Ntsaweni est le chef lieu) avaient déjà reçu le soutien du MOLINACO. Dans une lettre adressée à Hadji Soidiki, chef des « insurgés » de Ntsaweni, en date du 25 octobre 1967, le secrétaire général de ce mouvement déclarait :

[…] Nous vous déclarons que nous sommes au côté des habitants de Mbude, particulièrement les vaillants villageois de Ntsaweni, pour leur ferme position contre l’injustice qui règne dans ce pays depuis plus de vingt ans. […] Il s’avère, cher Soidik, que Said Mohamed Cheikh et son équipe se permettent d’agir de la sorte à cause de la loi électorale en vigueur qui ne permet pas au peuple comorien de se prononcer démocratiquement sur le choix du candidat. Nous sommes convaincus que vous êtes avec nous pour affirmer que chaque canton élit son représentant, vous seriez malgré l’opposition de Said Mohamed, élu dans le canton de Mbude.
Nous vous invitons à vous rejoindre avec nous et collaborer ensemble pour apporter la justice au peuple comorien ; nous sommes prêts à vous aider moralement et matériellement52.

33Par ailleurs, la réticence de Said Mohamed Cheikh à l’égard des expulsés de Zanzibar était également motivée par des raisons purement économiques53. En effet, en 1964, l’économie de l’archipel, qui n’avait pas évolué depuis la mise en place de l’autonomie interne, demeurait sous perfusion54. La population, évaluée à 183 133 habitants lors du recensement de 1958 atteignait 212 000 en 1964 et 243 948 en 196655 : trop de bouches à nourrir pour le Conseil de Gouvernement des Comores. Les jeunes de moins de vingt ans représentaient 52% de la population alors que les personnes de plus de soixante ans avoisinaient 8%. La question foncière était aussi un problème central à Anjouan et à la Grande-Comore, les deux principales îles de l’archipel d’où étaient originaires la grande majorité des expulsés de Zanzibar. Selon le rapport du « bilan économique et social des Comores » de 1964, chaque paysan possédait 38 ares pour nourrir sa famille à Anjouan et 48 ares à la Grande-Comore.

34De plus, le pays dépendait essentiellement de l’étranger notamment pour les produits alimentaires qui, en 1963, représentaient 30 à 35% des importations globales du pays. En 1964, cette situation difficile à gérer pour le Conseil de Gouvernement des Comores fit dire au rédacteur du « bilan économique et social des Comores », qu’« une telle situation fait de l’archipel un pays incapable de faire vivre sa population par ses propres moyens » (Ibrahime, 2000: 320).

Conclusion

35Les persécutions dont furent victimes les Comoriens de Zanzibar entre 1964 et 1972 ont conduit plusieurs centaines de familles à rentrer aux Comores. Pour le premier semestre de l’année 1964, le crédit alloué par le Consul de France à Zanzibar pour le rapatriement d’urgence de 150 personnes était estimé à 64 542 shillings (7 646 €). Mais, une fois de retour aux Comores, la diaspora comorienne de Zanzibar va influencer l’avenir politique du pays. Elle est à l’origine de l’accélération du processus d’accès à l’indépendance des Comores. En effet, beaucoup de ses membres ont participé activement à la vie politique du pays sous les couleurs de différents partis comme le Parti Socialiste des Comores (PASOCO). Ils ont ainsi fourni, après l’indépendance du 6 juillet 1975, une partie des politiciens du pays en dépit de certaines difficultés d’intégration dues sans doute à leur bon niveau d’instruction (par rapport à l’élite formée à Madagascar) et à leur appartenance au système anglophone.

36Mais les Comoriens de Zanzibar n’ont jamais oublié la « Révolution Okello » qui a si brusquement bouleversé leur vie. En 1993, selon Mohamed Ahmed Saleh56, les partis politiques et la presse tanzanienne d’opposition la présentait de nouveau comme un exemple flagrant de violation des droits de l’homme commis par le régime en place depuis trois décennies. Au mois de mai 2001, la visite à Moroni de Fatuma Karume (épouse du feu Président Abeid Amani Karume) venue promouvoir les liens culturels séculaires entre Zanzibar et les îles Comores, a encore suscité la colère de nombreux Comoriens issus de la diaspora « swahili », en particulier celle des enfants des rescapés de la Révolution zanzibarite de 1964. À cette occasion, ces derniers ont tenu à rappeler que la famille Karume « a du sang comorien sur les mains57 ». Un journaliste appartenant à cette communauté a ajouté que « non seulement, elle [la famille Karume] a chassé nos parents d’un pays qui était le leur, mais qu’elle est aussi responsable de plusieurs assassinats restés impunis comme celui de Said Mdahoma Kombanyongo (membre du Zanzibar National Party, ZNP), kidnappé à l’enterrement de sa femme et qui n’a jamais été revu depuis » (ibid.). De même, Halima Daroueche, infirmière à Moroni, n’a jamais oublié que son père, Kassim Daroueche, alors inspecteur de police à Zanzibar, avait été chassé « sans avoir pu percevoir ni son salaire ni ses droits. Nous avons dû reprendre à zéro ici ! Libre au Réseau Femme et Développement58 de croire Madame Karume sur parole, mais nous, nous avons connu la haine ethnique et ses ravages au temps où son mari était au pouvoir. On ne peut pas occulter cette partie de l’histoire » (ibid.).

Haut de page

Bibliographie

Ahmed A. C., 2002, Ngoma et mission islamique (da’wa) aux Comores et en Afrique orientale. Une approche anthropologique, Paris, L’Harmattan, 260 p.

—, 1999, Islam et Politique aux Comores. Evolution de l’autorité spirituelle depuis le protectorat français (1886) jusqu’à nos jour, Paris, L’Harmattan, 272 p.

Ayany S.G., 1970, A history of Zanzibar. A study in constitutional development 1934-1964, East African Litterature Bureau, Nairobi, Dar es-Salaam, Kampala, 207 p.

Bakari M. A., 2000, The Democratisation Process in Zanzibar. A Retarded Transition, Hamburg, African Studies, 361 p.

Crozon A., 1991, Les Arabes à Zanzibar. Haine et fascination, in F. Le Guennec-Coppens et P. Caplan (dir.), Les Swahili entre Afrique et Arabie, CREDU-Karthala, pp. 179-193.

Diallo A., 2003, L’autobiographie de John Okello. L’Afrique orientale et Zanzibar à travers son itinéraire, Mémoire de maîtrise d’histoire, Université Paris 7, 171 p.

Fairooz A. T., 1995, The Truth (To Refute Falsehood), Dubaï, Emirats Arabes Unis.

Gillian M.-S., 1982, The Comorians in Kenya: the establishment and loss of an economic niche, thèse de philosophie, London School of Economics, 417 p.

Glassman J., 1995, Feasts and Riots. Revelry, Rebellion, and Popular Consciousness on the Swahili Coast, 1856-1888, Heinemann (Portsmouth), James Currey (London), E.A.E.P (Nairobi),Mkuni na nyota (Dar es Salaam).

—, (1991) The Bondsman’s News Clothes: the contradictory Consciousness of Slaves Resistance on the Swahili Coast, Journal of African History, n° 32, pp. 277-312.

Hamoud al maaminy A., 1988, Omani Sultan in Zanzibar, 1832-1964, New Delhi, Lancers Books, 83 p.

Horrut C., 1971, Les décolonisations est-africaines, Paris, Ed. Pedone, 231 p.

Ibrahime M., 2004, Le parcours d’un notable comorien en politique. Said Mohamed Cheikh (1904-1970), Thèse d’histoire, Université Paris 7, 566 p.

—, (2000), La naissance de l’élite politique comorienne (1945-1975), Paris, L’Harmattan, 204 p.

Journal, Le Monde, 22 novembre 1968.

Le cour grandmaison C. et Crozon A. (dir.), 1998, Zanzibar aujourd’hui, Paris, Karthala-IFRA, 378 p.

Lofchie M., 1965, Zanzibar, Background to a Revolution, Princeton University Press, 316 p.

Prunier G., 1998, La Révolution de Zanzibar, in C. Le Cour Grandmaison et A. Crozon (dir.), Zanzibar aujourd’hui, Paris, Karthala-IFRA, pp. 95-111.

Saleh A., 1972, Zanzibar et la Grande-Comore 1870-1970, thèse d’histoire, Université Paris I, 365 p.

Saleh M. A., 1998, « L’enjeu des traditions dans la communauté comorienne de Zanzibar », in F. Le Guennec-Coppens et D. Parkin (dir.), Autorité et pouvoir chez les Swahili, Paris, Karthala, IFRA, pp. 221-244.

—, 1995, « La Communauté zanzibari d’origine comorienne premiers jalons d’une recherche en cours », Islam et société au sud du Sahara, n° 9, pp. 203-210.

—, 1994, The cry of a lamenting mother, poème dédié à Ali Mzee Mbalia, Change, Dar es-Salaam, Tanzanie.

—, Tolerance. Principal foundation of the cosmopolitan society of Zanzibar, site Internet: http://www.dantan.dk/hsm/tolerance.htm

Topan F., 1991, « Réseaux religieux chez les Swahili », in F. Le Guennec-Coppens et P. Caplan (dir.), Les Swahili entre Afrique et Arabie, Paris, Karthala, pp. 39-57.

Haut de page

Notes

1 Dans les archives officielles françaises consultées au Centre des Archives Contemporaines, (CAC) pour la rédaction de cet article, cette expression revient souvent. C’est la raison pour laquelle nous avons préféré la garder telle quelle même si John Okello ne fut pas le seul artisan de la Révolution de Zanzibar.
2 La ligne des Messageries maritimes facilite les voyages entre les Comores et Zanzibar qui, avant 1864, se font en boutre.
3 Le Sultan d’Oman installe sa cour à Zanzibar en en 1840. Pour plus de détails sur la dynastie des Al-Bu Saïd, voir Ahmed Hamoud Al Maaminy (1988 : 83)
4 L’île de Zanzibar fut, en raison de la proximité géographique et des liens entre les sultanats comoriens et zanzibarites, le premier lieu d’implantation des migrants comoriens au XIXe siècle.
5 Sur la Révolution de Zanzibar, voir Michael Lofchie (1965 : 316).
6 Né à Zanzibar en 1905, Abeid Amani Karume n’a jamais été scolarisé et ne parlait aucune langue européenne. Ceci pourrait expliquer sa réserve envers les lettrés et les modèles étatiques occidentaux. Mais, en 1954, grâce à sa popularité et à son charisme, il succède à Herbert Barnabas à la tête de l’African Association qui devient l’Afro Shirazi Party (ASP) en 1957. Il est assassiné en avril 1972.
7 Centre des Archives Contemporaines (CAC), Fontainebleau, 19940163 (40), Note d’information sur la « colonie comorienne » de Tanzanie (Dar es-Salaam - Zanzibar), 1969.
8 Ibid.
9 CAC, 19940163 (35), Pierre Brasseur, Directeur des Territoires d’Outre-mer, « Les Comoriens de Zanzibar », 23 novembre 1966.
10 Les Shirazi se réclament d’une origine persane (de Shiraz en Perse) et sont dits les premiers immigrants de Zanzibar.
11 A Zanzibar, tous les Arabes n’étaient pas riches. Certains occupaient des emplois subalternes comme videurs de latrines, vendeurs ambulants de café, porteurs d’eau (mzegazega). Mohamed Ahmed Saleh, entretien du 18 juin 2005.
12 Ahmed Saleh, entretien du 18 juin 2005.
13 Zanzibar est sous protectorat britannique depuis 1890.
14 Trois personnalités ont joué un rôle important dans ce refus de l’évolution multiraciale : Ali Muhsin El Barwani, dirigeant du parti « arabe », Zanzibar National Party (ZNP), Seïf Hamoud, représentant de l’aile radicale de l’Arab Association, dans les années 1949-1951, et Mohamed Lemke.
15 Les élections législatives de 1963 devant préluder à l’indépendance, sont remportées par l’alliance Zanzibar National Party – Zanzibar Pemba People’s Party (ZNP-ZPPP) qui forme le nouveau Gouvernement. Créé en 1955, le Zanzibar National Party (ZNP) dirigé par Ali Muhsin El Barwani défend une conception arabe du territoire. L’Afro Shirazi Parti (ASP), né en 1957 de la fusion de l’African Association (crée en 1934 et composée de continentaux) et de la Shirazi Association (crée en 1939), est dirigé par Abeid Amani Karume. Ce parti demande la revalorisation sociale des Africains et leur possibilité de participer à la vie politique. À la suite d’un différend, certains Shirazi quittent l’Afro Shirazi Parti (ASP) en 1959 et forment leur propre parti, le Zanzibar Pemba People’s Party (ZPPP). Voir A. Crozon, Op. Cit. (1991 : 182).
16 C’est un parti créé par des déserteurs du Zanzibar National Party (ZNP) et présidé par Abdoul Rahman Mohamed dit « Babu ». Il s’allie à l’ Afro Shirazi Parti (ASP) après la Révolution.
17 C. Horrut, Op. Cit. (1971 : 182).
18 CAC, 19940163 (35), Pierre Brasseur, Directeur des Territoires d’Outre-mer, « Les Comoriens de Zanzibar », 23 novembre 1966.
19 Après la Révolution, le parti Umma a cessé d’exister. La République populaire de Zanzibar est dirigée par un parti unique, l’Afro Shirazi Party (ASP) jusqu’en 1977, date à laquelle il fusionne avec la Tanganyika African National Union (TANU) pour former l’actuel Chama Cha Mapinduzi (CCM).
20 CAC, 19940163 (40), Correspondances entre le Quai d’Orsay et le Consulat de France à Zanzibar, 1964-1965.
21 Mohamed Ahmed Saleh, Op. Cit. (1995 : 203-210).
22 Il avait été arbitrairement arrêté en 1968 sur ordre du chef de la Révolution et torturé sans explications. Voir Mohamed Ahmed Saleh (1994).
23 Aman Thani Fairooz (Janv. 1995). Dans ce livre, Aman Thani Fairooz, un des camarades de prison d’Ali Mzee Mbalia, apporte son témoignage sur les tortures infligées aux Arabes, aux Indiens et aux Comoriens après la Révolution de 1964.

Source : http://www.fortunecity.com/victorian/abbey/313/truth.html

24 Trois mois après la Révolution, le 24 avril 1964, le Président Karume signe avec le Président du Tanganyika, Julius K. Nyerere, un traité d’union qui donne naissance à la République Unie de Tanzanie. Julius K. Nyerere en devient le Président et Abeid A. Karume, le Vice-président.
25 CAC, 19940163 (40), Correspondance entre le Quai d’Orsay et le Consulat de France à Zanzibar, 1964-1965.
26 Son père, Ahmad Bin Abubakar Bin Sumeit (1861-1925), nommé cadi en 1883 par Sayyid Barghash, a été à 23 ans, le plus jeune cadi de Zanzibar. Voir Farouk Topan (1991 : 39-57).
27CAC, 19940163 (40), Note d’information sur la « colonie comorienne » de Tanzanie (Dar es-Salaam-Zanzibar), 1969.
28 L’hymne national (salamu-l-malik) sous la dynastie des Al-Bu Saïd (1832-1964), est l’œuvre de Bourhane Mkelle, lettré musulman originaire de la ville d’Ikoni à la Grande-Comore. Voir, Ahmed Abdallah Chanfi (1999 : 120).
29 Mohamed Ahmed Saleh (1998 : 221-244).
30 Né en 1945 à Mbéni (Grande-Comore), il rejoint ses parents à Zanzibar à l’âge de deux ans. Très jeunes il fréquente les milieux « révolutionnaires » et politisés de l’île. De retour aux Comores, il devient un militant indépendantiste convaincu. Après l’indépendance des Comores, il est nommé ministre de l’Intérieur sous la Révolution d’Ali Soilih (1975-1978).
31 CAC, 19940163 (40), Note d’information sur la « colonie comorienne » de Tanzanie (Dar es-Salaam-Zanzibar), 1969.
32 Né à Kouwa (Grande-Comore) en 1937, Abdou Bacar Boina est membre de l’Association de la Jeunesse Comorienne (AJC) de 1959 à 1962. En mai 1962, il est nommé instituteur à l’école française de Zanzibar. Il devient alors secrétaire général du premier mouvement indépendentiste des Comores, le Mouvement de Libération Nationale des Comores (MOLINACO), de 1963 à 1975. Créé en février 1963 (lors de la conférence de solidarité afro-asiatique de Moshi, au Tanganyika) et dont le siège est à Dar es-Salaam, le MOLINACO réussit à obtenir la reconnaissance de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA). Il intervient à plusieurs reprises sur la scène internationale (ONU) pour obtenir, en août 1968, l’inscription des Comores sur la liste des pays à décoloniser. Voir Ibrahime, 2000 : 202.
33CAC, 19940193 (35), Pierre Brasseur, Directeur des Territoires d’Outre-mer, « Les Comoriens de Zanzibar », 23 novembre, 1966.
34 Lettre du Ministre d’Etat chargé des Départements et Territoires d’Outre-mer au ministre des Affaires étrangères, 13 avril 1964.
35 Selon Ali Saleh, (1972 : 42), à Zanzibar, il y avait des Comoriens de nationalité française, des Comoriens de nationalité anglaise, des Comoriens de nationalité portugaise etc. En réalité, il suffisait que chacun se fasse enregistrer au consulat de chaque pays. Mais malheureusement de nombreux Comoriens de Zanzibar avaient négligé de faire cette démarche qui leur aurait permis d’obtenir un passeport pour partir.
36CAC, 19940163 (40), Note d’information sur la « colonie comorienne » de Tanzanie (Dar es-Salaam – Zanzibar), 1969.
37 Il est important de noter que le domaine de compétence du Haut-Commissaire s’est limité, à partir de 1963, aux relations extérieures, à la défense, à la monnaie et à la justice. En effet, le 13 juillet 1963, le Premier ministre de la République française, George Pompidou, avait donné des instructions qui accordaient une prééminence au Président du Conseil de Gouvernement des Comores. Il y est précisé que le Président, responsable de la sécurité intérieure, a également autorité sur les forces de gendarmerie. Ce dernier a aussi la possibilité de correspondre directement avec les autorités métropolitaines sans passer par le Haut-Commissaire. Ibrahime, 2004 : 306 et ssq.
38 Lors d’un recensement de la population de Ngazidja en 1898, Charles-Henri Pobeguin (1856-1951), administrateur de la Grande Comore, estime la population de la ville de Ntsudjini à 213 habitants. Après la destruction de leurs cocoteraies par leurs voisins de la province de Bambao, les habitants de Ntsudjini ont émigré en masse à Zanzibar. Archives de la bibliothèque municipale de Saint Maure des Fossés, fonds Pobeguin, « recensement de la population de la Grande Comore en 1898 ».
39 Lettre du ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé des Départements et Territoires d’Outre-mer au Haut Commissaire de la République dans le Territoire des Comores, 28 septembre, 1970.
40 Lettre du ministre d’Etat chargé des Départements et Territoires d’Outre-mer au ministre des Affaires étrangères, 25 janviers 1965.
41CAC, 19940163 (40), Lettre du Haut-Commissaire de la République aux Comores au Ministre d’Etat chargé des Département et Territoires d’Outre-mer, 8 mars 1971.
42 Lettre du Haut Commissaire de la République française aux Comores au ministre d’Etat chargé des Départements et Territoires d’Outre-mer, 24 décembre 1964.
43CAC, 19940163 (34), Note de synthèse sur le Mouvement de Libération Nationale des Comores (MOLINACO), novembre 1963.
44 CAC, 19940163 (40), dossier intitulé « Relation avec la Tanzanie I ».
45 Lettre du ministre d’Etat chargé des Départements et Territoires d’Outre-mer au ministre des Affaires Etrangères, 22 octobre 1964.
46 CAC, 19940163 (40), Correspondances entre le Quai d’Orsay et le Consulat de France à Zanzibar, 1964-1965.
47 CAC, 19940163 (40), Note d’information sur la « colonie comorienne » de Tanzanie (Dar es-Salaam - Zanzibar), 1969.
48 Ibid.
49 CAC, 19940163 (40), Lettre de H. De Bourdeille, ambassadeur de France en République Unie de Tanzanie au ministre des Affaires Etrangères, 10 mai 1966.
50 C’est un incident au départ bénin mais qui, en raison du comportement de Said Mohamed Cheikh, dégénère en affrontements entre les forces de l’ordre et les villageois de Ntsaweni, au nord ouest de la Grande-Comore. La cause immédiate est la non-inscription sur la liste électorale de l’« Union et Action Sociale et Economique » de Hadji Soidiki que la majeure partie de la région de Mbude souhaite avoir pour représentant à la chambre des députés. CAC, Fontainebleau, 19940193 (33), « Rapport du Haut commissaire de la République aux Comores au ministre d’Etat chargé des Départements et Territoires d’Outre-mer sur l’ « incident survenu à la ville de Ntsaweni (Grande-Comore) le 31 juillet 1967 », 16 août 1967.
51 Le 1èr août 1966, Said Mohamed Cheikh se rend à Mayotte pour la troisie fois depuis le début de l’année. Dès son arrivée, une centaine de femmes se rassemblent devant sa résidence pour manifester leur colère suite aux conséquences économiques liées au transfert de la capitale de Dzaoudzi (Mayotte) à Moroni. Elles jettent des pierres sur sa résidence pour le forcer à les recevoir. Mais cette manifestation dégénère en affrontement avec les forces de l’ordre. Said Mohamed Cheikh exige qu’un avion vienne immédiatement le prendre pour rentrer à Moroni. Ces jets de pierre font de Said Mohamed Cheikh un notable désavoué qui, depuis cet événement, n’a jamais remis les pieds à Mayotte. Voir Ibrahime, 2004 : 401.
52 CAC 19940163 (33), « Lettre d’Abdou Bakar Boina, secrétaire général du MOLINACO, à Hadji Soidiki », 25 octobre 1967.
53 CAC, 19940163 (40), Note d’information sur la « colonie comorienne » de Tanzanie (Dar es-Salaam–Zanzibar), 1969.
54 Ibrahime, 2000: 317.
55 CAC, 19940163 (33), « Comores : situation démographique 1958-1969 ».
56 Mohamed Ahmed Saleh, Op. Cit. (1995 : 203-210).
57 « Madame Karume, en visite aux Comores », Comores-Infos, journal comorien sur le Web, n° 39 du 13 mai 2001. http://www.comores-online.com/Comores-infosweb
58 Fatuma Karume a été accueillie aux Comores par l’ONG comorienne « Réseau Femme et Développement ».
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Toibibou Ali Mohamed, « Les Comoriens de Zanzibar durant la « Révolution Okello » (1964-1972) », Journal des africanistes, 76-2 | 2006, 137-154.

Référence électronique

Toibibou Ali Mohamed, « Les Comoriens de Zanzibar durant la « Révolution Okello » (1964-1972) », Journal des africanistes [En ligne], 76-2 | 2006, mis en ligne le 31 décembre 2009, consulté le 18 août 2017. URL : http://africanistes.revues.org/819

Haut de page

Auteur

Toibibou Ali Mohamed

Doctorant en histoire à l’Université Paris VII, l’auteur prépare une thèse sur Ahmad Qamardine (1882-1974), intellectuel de la Grande-Comore, savant en sciences religieuses et fonctionnaire colonial.

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org