Navigation – Plan du site

Le contexte magico-religieux de la pêche au lac Tumba : entre le "normal" et l’insolite1

Hélène Pagezy
p. 44-62

Résumés

Les Ntomba, ethnie du groupe Mongo en RDC, occupent la forêt inondée de la Cuvette centrale dans la région du lac Tumba. Le réseau hydrographique y est hypertrophié. La pêche comme la chasse est régie par le bon-vouloir de génies anthropomorphes, hiérarchisés, territorialisés, vivant en société sur le modèle humain. Bons ou méchants, les génies bilima vivent en couple et dispensent leurs créatures, poissons (pour la femme) et gibier (pour l’homme), à ceux auxquels ils veulent du bien. Les campements de pêche et les pêches collectives hautement productives sont régis par des maîtres de pêche, descendants du premier occupant. Ces derniers ont hérité du pacte originel conclu avec le génie-chef du lieu. Ainsi, la relation au monde invisible est la clef de la gestion traditionnelle des ressources naturelles.

Haut de page

Texte intégral

1L’exploitation du milieu naturel par l’homme dans un souci de gestion durable des ressources est une des préoccupations majeures des gestionnaires de l’environnement (C.I.C /MAB, 1971; Vincke, 1982; Kabala et Maldague, 1989). Le passage d’une production locale artisanale à un prélèvement plus intense, justifié par des contraintes économiques (passage d’une économie de subsistance basée sur l’échange différé à une économie de marché basée sur l’usage de la monnaie), sociales (nécessité de nourrir les villes) ou démographiques, s’accompagne souvent d’une ponction des ressources dépassant leurs capacités de renouvellement. Ce n’est pas seulement le changement du dispositif techno-économique et l’accroissement de la pression de prédation qui se trouvent impliqués dans cette dynamique. Il faut aussi inclure les fondements du droit foncier, des structures de pouvoir et les rapports existentiels de l’homme à la nature, en particulier par les représentations cosmogoniques liant l’homme aux êtres vivants et aux puissances surnaturelles (Boungou, 1986; Verdeaux, 1986; Gami, 1998; Nginguiri, 1988; Fay, 1989a et b).

2Que les animaux se donnent eux mêmes au chasseur dans une relation d’amitié, voire d’amour comme chez Indiens Cree du Labrador (Tanner, 1979, p. 148) ou les Inuit (Robbe, 1989, p.369-71) ou que des entités supérieures, les "maîtres des animaux", les envoient au chasseur ou au pêcheur (Jensen, 1954) comme chez les Indiens Wayapi de Guyane (Grenand, 1980, p.43-44, Ouhoud-Renoux, 1998, p. 182, 189), ces croyances inspirent aux hommes des conduites que l’on est enclin à décrire en terme de crainte et de respect (Levy-Bruhl, 1963; Singleton, 1982; Rivière, 1992). Chez les Indiens de Big Trout Lake au contraire, selon E. Désveaux (comm. 1992) ce sentiment de respect n’existerait pas. On observe une relation contractuelle entre une nature hostile et des hommes qui parviennent à la dominer par ruse.

3Nous nous proposons de présenter les relations des pêcheurs ntomba avec le monde invisible en fonction des types de pêche, et le rôle qu’elles sont susceptibles de jouer dans le contrôle des ressources naturelles en influençant leur comportement.

Les Ntomba, leur habitat et leurs types de pêche

4Les Ntomba appartiennent à la grande ethnie Mongo dont ils sont, avec les Ekonda et les Bolia, un des groupes les plus méridionaux. Ils occupent une région de forêt inondée au Sud-Est du lac Tumba (RDC, 0°5 latitude Sud) connue sous la dénomination de "cuvette centrale" ou "cuvette congolaise" (carte 1). Les villages Ntomba sont structurés en quartiers (etuka, pl. bituka), chacun correspondant à un clan, de même nom que le quartier, composé d’un ou plusieurs lignages rassemblant le patriarche, ses fils et petits enfants, ses frères, neveux et petit neveux. La transmission des savoirs-faire et des territoires de pêche s’effectuant au sein du lignage, la spécialisation en une technique particulière de pêche concerne un lignage, voire un quartier.

5Trois grands types de biotopes caractérisent le réseau aquatique de la région du lac Tumba : (1) le lac proprement dit, (2) les grandes rivières qui s’y jettent, leurs affluents et les bras morts, (3) la forêt inondée marécageuse.

6A chaque biotope est associée une diversité particulière de poissons dont les tailles adultes culminent dans le lac et sont les plus faibles dans la forêt inondée (fretin).

7Dans la région du lac Tumba, les variations saisonnières sont bimodales : deux saisons sèches alternent avec deux saisons pluvieuses plus ou moins2 synchronisées avec les variations bimodales des crues et des décrues (fig.1).

Figure 1 : Précipitations (diagramme ; 0 à 400 mm) et niveau du lac Tumba (trait continu ; 0 à 4 mètres) à la station de recherche IRS-Mabali en 1970-72.

Figure 1 : Précipitations (diagramme ; 0 à 400 mm) et niveau du lac Tumba (trait continu ; 0 à 4 mètres) à la station de recherche IRS-Mabali en 1970-72.

8Au début des deux saisons sèches, les hommes du village de Nzalekenga partent massivement s’installer pour 2-3 mois dans les 4 campements de pêche saisonniers sur la rivière Lolo. Ces campements de pêche sont Mwembeli, Malebela, Mokolo (constitué de la réunion de Nongo et Mabeke), Iboko i Molongo, Les pêcheurs de Nzalekenga font tous les 3-4 jours des allers-retours entre campement et village situé à 4h de marche en forêt inondée, à moins que leur femme ne leur rende visite. Ces visites sont l’occasion d’échanges entre campement (poisson, crevettes, gibier) et village (manioc). Les femmes les rejoignent ensuite pour une quinzaine de jours, lorsqu’elles ont terminé leurs travaux agricoles. Elles pratiqueront la pêche féminine par écopage des marigots, en rayonnant autour du campement. Poussés par la récession économique, certains pêcheurs de Mokolo se sont engagés dans une dynamique d’installation définitive dans les plus grands campements où les milieux sont moins moins dégradés et ressources plus abondantes. Dans un premier temps, ils y séjournent de plus en plus longtemps avec femme et enfants. De saisonniers, certains campements devien­dront permanents (présence de plantations), puis villages (pré­sence d’une école pri­maire, le chef de campement devenant chef de village). Sur le lac et les rivières, les techniques de pêches indivi­duelles se prati­quent surtout pendant la saison sèche, sauf certaines, comme les petits barrages de nasses dont le sens est inversé à chaque mouvement de flux et de reflux (fig. 2). La plupart ne sont pas spécifiques à la cuvette centrale : filets de nylon – qui ont remplacé ceux en raphia du temps jadis (Mong’Etokwa Kata­mu, 1977), pêche à l’épervier apparue dans les années 70, lignes fixes fichées dans les endroits protégés de rives peu profondes, hameçons qui pendent à intervalles réguliers d’un fil barrant un cours d’eau, nasses placées dans les interstices de barrages en forêt inondée, nasses de fond...

Fig. 2 : Activités saisonnières du village de Nzalekenga

Fig. 2 : Activités saisonnières du village de Nzalekenga

9Les pêches collectives ne se pratiquent qu’à l’étiage. Extrêmement productives, elles sont toujours accompagnées de négociations entre les maîtres de pêche (nanga) et les êtres surnaturels ou génies (bilima). Il s’agit :

  • dans la forêt inondée, de l’écopage dans les marigots par les femmes (photo 1), ou de l’installation par les hommes de longs barrages de nasses qui peuvent s’étendre sur plus d’une centaine de mètres (ph. 2) ;

  • dans les bras morts : de plateformes-pièges (emenu), énormes engins en vannerie, de 3 à 5 mètres de haut, souvent placés en batterie. Ils sont actionnés de jour comme de nuit à l’arrivée des poissons par un guetteur

  • dans une pirogue les poissons qui ont été auparavant dirigés par par des rabatteurs vers ladite plateforme par une longue clôture de nattes pouvant atteindre la centaine de mètres (ph. 3) ;

  • dans les petits cours d’eau : de la pêche au harpon que les invités d’un maître de pêche pratiquent en groupe, individuellement, en remontant les cours d’eau ;

    dans le lac : une pêche engageant plusieurs pirogues lokobo. Elle consiste à encercler au moyen de nattes, puis à rabattre vers la rive, les bancs de micro­thrisses3, fretin qui envahit le lac depuis le fleuve Congo entre octobre et juin ;

  • dans le lac et les estuaires de grandes rivières : une pêche collective simple (d’1 seul piège enzu constitué de nattes encerclant un refuge de poissons relié à deux nasses géantes) et surtout multiple (grand enzu ou molebe enene, compor­tant de 3 ou 4 éléments). Cette pêche consiste à encercler avec des nattes les refuges des poissons, qu’ils soient artificiels – tas de branches immergées une semaine plus tôt –, ou naturels

  • bas-fond du lac à statut delieu sacré matupu (sg. itupu) où les génies créent les poissons qu’on repère en voyant une multitude de poissons qui « jouent » (frétillent) –, afin de capturer dans de gigantesques nasses la multitude de poissons qui se sont fait piéger (ph. 4).

Ph. 1 : Femmes Ntomba pêchant à l’écope dans un marigot de forêt inondée. Pagezy, 1972.

Ph. 1 : Femmes Ntomba pêchant à l’écope dans un marigot de forêt inondée. Pagezy, 1972.

Ph. 2 : Barrage de nasses en forêt inondée. Pagezy, 1979.

Ph. 2 : Barrage de nasses en forêt inondée. Pagezy, 1979.

Ph. 3 : plateforme-piège. Pagezy, 1972

Ph. 3 : plateforme-piège. Pagezy, 1972

Photo 4 : Piège enzu. Pagezy, 1979.

Photo 4 : Piège enzu. Pagezy, 1979.

Les génies de la pêche

10Les Ntomba se représentent la nature peuplée de génies bilima (sg. elima), êtres surnaturels, intermédiaires entre Nzakomba (ou Nyambe), le Créateur suprême, « producteur de la vie, et maître de la mort », et les Hommes (Hulstaert, 1961). Selon Van Everbroeck (1974), le Créateur « ne s’occupe plus très activement de la gestion de sa création. Il l’a abandonnée aux mains de régisseurs, ses créatures, également établis sur terre mais invisibles au commun des mortels », si ce n’est par voie onirique ou par l’intermédiaire d’un médiateur (nkanga). Ces régisseurs sont les bilima (génies) et les bekali (mânes). Contrairement à Nzakomba, être inaccessible, dernier recours en cas de malheur ou de malchance, les génies ont été investis par la Créateur du pouvoir de juger et de punir les hommes ici-bas.

Organisation familiale et fonctions des génies

11Les génies ressemblent à des hommes ou des femmes à la peau claire. Les femmes ressemblent à des sirènes : elles ont de longs cheveux blonds et une queue de poisson. Ce sont des génies anthropomorphes, parfois célibataires, qui vivent le plus souvent en couple. Dans ce cas, la femme crée les poissons et les donne aux pêcheurs, tandis que son mari crée le gibier et le donne aux chasseurs. Chacun d’entre eux considère poisson ou gibier comme ses enfants4, bien qu’ils aient eux-mêmes leurs propres enfants, génies moins puissants qui règnent sur de moins vastes territoires (affluent, portion de rivière, marigot pour les génies des eaux).

12D’autres génies règnent sur l’espace cultivé et donnent les légumes, en particulier le manioc, dont le tubercule est l’aliment de base des Ntomba. Ainsi, au village de Yembe situé sur la route principale qui relie Bikoro à Mbandaka, le génie Lokio, où prospère le manioc, ressemble à un serpent boa qui aurait une ligne blanche sur le front et autour des yeux comme les personnes possédées. D’autres enfin règnent sur les villages et dispensent chance, prospérité et fertilité aux habitants.

13Les Ntomba appellent les génies par leur nom propre (par exemple génie Mbolo, ou simplement Mbolo) et le contexte dira quels sont son sexe et ses fonctions.

Territorialité et hiérarchie des génies

14Les génies des eaux, comme ceux de la forêt, des espaces cultivés ou des villages, sont fortement territorialisés5. De fait, les toponymes sont nommés en référence aux génies des différents territoires (Pagezy, 1996).

15De plus, la structure sociale des génies est hiérarchisée selon une logique étonnante, en rapport avec l’importance du domaine concerné. La société de génies qui créent les animaux sauvages6 est dominée par les génies-chefs qui règnent sur les grands domaines que sont d’une part les bassins versants des rivières, et d’autre part les vastes territoires giboyeux.

16Chaque affluent ou portion de rivière, en particulier dans les campements, est le domaine de génies subalternes, enfin chaque ruisseau est le domaine d’un génie de moindre importance ; tous ces génies sont dispensateurs de poissons, dont la quantité est fonction de l’importance du génie et de sa bienveillance. Enfin, chaque marais7 liamba (pl. maamba) a aussi son génie qui donne aux pêcheurs le poisson fretin des marais. Par exemple le génie-chef Lolo est une femme qui règne sur l’ensemble du bassin versant de la rivière à laquelle elle donne son nom Lolo, alors que Malebela est un génie subalterne qui règne sur un des affluents de la Lolo qui porte de même le nom de ce dernier, Malebela.

17La hiérarchie entre génies renvoie souvent au système de parenté qui est saisissant dans sa logique. Le premier quartier du village de Nzalekenga possède plusieurs marais d’eau courante dans la forêt inondée dépendant chacun de génies. Poissons et le gibier y sont diversement abondants. Là où on trouve à la fois poissons et gibier, on en déduit que les génies vivent en couple, Là où le gibier est absent, le génie est une femme célibataire. S’il n’y a que du gibier, le génie est un homme non marié.

18Bien qu’ils règnent sur des territoires plus ou moins vastes, les génies ont installé leur résidence propre dans des lieux qui se distinguent par leur caractère insolite8 : tourbillon dans les rivières, arbres à forme bizarre, mares bordées d’une végétation inhabituelle, bas-fonds, termitières des savanes acides naturelles bisobe (sg. Esobe) (Van Everbroek, 1974).

Bienveillance ou malveillance des génies

19Foncièrement bons ou méchants, les génies accordent aux hommes prospérité ou malheur selon leur bon vouloir. On peut ainsi savoir si les génies sont bons ou méchants par l’abondance des ressources.

20Par exemple, sur la rivière Lolo, existe un génie très méchant qui se nomme Mobenga. C’est une femme. Elle habite au campement Bokoba, précisément à un endroit dangereux où de nombreux pêcheurs ont trouvé la mort. Malebela est un bon génie qui exerce son autorité sur un campement saisonnier de même nom et qui dispense beaucoup de poissons.

21Si un génie subalterne est méchant le génie-chef peut, à la demande des pêcheurs, le permuter avec un bon génie. On s’en rend compte a-posteriori car le poisson redevient abondant et les accidents se font plus rares à l’endroit redouté, tandis qu’ils apparaissent sur le lieu de permutation. D’où l’intérêt de solliciter la bienveillance du génie-chef par des prières et en lui faisant des présents.

22Par exemple au village de Nzalekenga, le couple Melipe, dont la femme réside dans le marais du même nom, a 3 enfants dont Melipe me Bokoha qui vit dans un petit marigot. Ce sont de bons génies qui dispensent beaucoup de gibier et de fretin. Autre exemple, le campement de Mokolo est en fait la réunion de 2 campements : Noongo, dont le génie de sexe masculin, règne sur les cultures, et Mabeke, son épouse donne le poisson. Ce sont de bons génies. Leur fils accompagne souvent son père en rêve et donne la fertilité. Ces deux campements dépendent du même représentant visible des génies, le chef de campement Yeli Oto.

23La fécondité est de la même façon donnée par les génies protecteurs des villages, qui accordent de nombreux enfants, dont des jumeaux, aux couples d’humains qu’ils chérissent. Au village de Nzalekenga, le génie Mongotele réside dans le quartier de Bompia connu pour la grande fertilité des femmes. Les jumeaux y sont relativement fréquents. C’est dans ce quartier que vit le chef coutumier du village (nsomi), dont la fille Amba a mis par deux fois au monde des jumeaux9. Inversement, au village de Mato, réside un génie méchant car les femmes ont des problèmes de stérilité.

Contexte magico-religieux de la pêche

24Pour les Ntomba, la forêt dans son ensemble – terre ferme, villages, lac, rivières et marais – appartient donc aux génies, les bilima. Ils en sont les véritables propriétaires.

25Le droit coutumier réglementant l’accès aux poissons10 est fondé sur le droit d’usufruit, accordé par le génie à l’ancêtre11 de l’actuel chef du campement (nkolo) ou du maître de pêche (nanga). C’est par un pacte de sang que le génie a accordé au premier occupant le droit d’usage (droit de pêcher) sur son territoire, constitué des lieux sacrés du bas fond du lac et les campements – à la fois les rivières et le périmètre environnant : forêt et marais. Ce droit est transmis de père en fils aîné12 qui devient le représentant légitime et visible du génie ; c’est lui qui le remplace. Le pacte de sang fait référence à la compensation que le maître de pêche doit au génie s’il tue trop de ses créatures : il devient redevable d’une âme.

26De façon identique, le chef coutumier du village, appartenant au lignage du premier occupant, tient sa légitimité, comme le chef du campement ou le maître de pêche, de la tractation entre l’ancêtre fondateur et génie-chef qui le conseille, l’avertit de dangers, lui donne les consignes à respecter, à travers de rêves métaphoriques. A Mpaha il y a beaucoup de génies dont Mpembe Inyembe qui donne les enfants et les jumeaux. Ce génie habite une partie de termitière qui ressemble à un îlot avec de grands arbres. Les gens s’y rendent pour prier :

Tu prends une herbe courte (molelenge), la roule dans tes cheveux et tu pars sans te retourner. La nuit, tu rêves; c’est elle qui te teste. Elle envoie un Pygmée chez toi. Il est affamé et te demande une chikwangue (pain de manioc). Ou bien c’est une femme qui te demande du sel, ou des enfants à aider. Il ne s’agit pas de personnes mais de Mpembe Inyembe, tu le sais en rêve. Elle te donne en rêve un oeuf et une calebasse pour un enfant et deux oeufs et deux calebasses pour des jumeaux. L’elima Mbolo aussi peut donner des enfants, ou bien l’elima de ton village.

27A ce propos, la presqu’île de Mabali, où réside le très méchant génie Mbolo, n’a jamais été habitée ni chassée. A la fin des années 50, découvrant en ce lieu une véritable réserve naturelle, les Belges y ont naïvement installé un centre de recherche en écologie employant plusieurs dizaines de salariés congolais et leur famille. De son côté, la population locale était persuadée que les Blancs avaient contracté un pacte avec le mauvais génie Mbolo puisqu’ils se comportaient en maîtres des lieux, légitimes représentants du génie ici-bas. Ils étaient censés capturer des enfants locaux pour le compte de Mbolo lorsqu’ils faisaient leurs relevés météorologiques de nuit en s’éclairant avec leur torche. Les enfants étaient transformés en corned beef (marque « le petit négrillon13 ») dans le sous-sol (lieu insolite) du grand laboratoire.

28Au début des deux saisons sèches, le chef du campement avertit la population du jour de l’ouverture de la saison de pêche – décision transmise par le génie – qui autorise l’établissement de pêcheurs, la pose de barrages de nasses ou les activités d’écopage en forêt inondée. Il se rend avant tout le monde dans « son » campement. Sur place, il offre au génie-chef du lieu les cadeaux les plus appréciés. Le vin de palme et les noix de cola sont les présents incontour­nables.

29Pour l’écopage, les grands barrages en forêt inondée, la pêche à pièges multiple et la pêche engageant plusieurs pirogues sur le lac, le maître de pêche se rend sur le lieu de pêche sans s’être coupé cheveux ou barbe, et demande au génie l’autorisation de pêcher. Il peut y rester une semaine, jusqu’à ce que le génie lui parle en rêve. Il lui offre de la nourriture : noix de cola, de l’alcool distillé de maïs et de manioc (lotoko), vin de palme, fruits de Zingiberaceae14 (monongo molukutu) et une sorte de muscade sauvage (lonyunyu), fruits que les parents de jumeaux mâchent et crachent sur les jumeaux pour attirer la bénédiction du génie Mpia, leur mère invisible. Si le génie apparaît en rêve la nuit, la pêche sera possible et fructueuse ; si elle n’apparaît pas, c’est que l’endroit est mauvais et qu’il vaut mieux s’abstenir de pêcher. La pose de filets, nasses et d’hameçons n’est pas soumise à ces rites.

30Une fois assuré de la bienveillance du génie, il en informera les autres pêcheurs, qui s’y installeront pour pêcher. Comme le chef du campement l’a fait pour l’ensemble du campement, chaque pêcheur procédera de la même façon avec le génie subalterne, propriétaire de l’emplacement choisi sur la rivière : dialogues par le truchement de rêves métaphoriques et dons de cadeaux honorifiques destinés à l’amadouer. L’abondance de poisson au profit d’un seul pêcheur entraîne la réprobation sociale. Le pêcheur est assimilé à un sorcier qui le soir aurait fait des fétiches, destinés à porter malchance à un ennemi ou pour attirer à lui le poisson. La plupart des génies désapprouvent la pratique de fétiches.

31Doté de pouvoirs accordés par le génie-chef et transmis par ses ancêtres, le chef de campement est l’objet de respect et d’obéissance de la part des pêcheurs, car il a été choisi par le génie qui lui a octroyé le statut de représentant visible. Cette fonction lui donne des devoirs et des obligations. Ainsi, chaque pêcheur doit se soumettre au règlement du campement et avertir le chef de sa nouvelle installation (même pour une journée) ainsi que de l’intention de séjourner plus d’une année. Le périmètre de validité du règlement ne se limitant pas au campement stricto sensu, mais à la forêt et aux marais qui l’entourent, le règlement s’applique également à la chasse et à la pêche en forêt inondée. Si un pêcheur ne le fait pas et qu’un accident survient, il risque d’être accusé de meurtre avec préméditation.

32En échange, le chef de campement a le pouvoir d’accorder sa bénédiction ou sa malédiction au campement. Il est responsable de la chance ou la malchance à la pêche et la chasse. Il est l’équivalent du chef coutumier du village, étant responsable de ce qui se passe dans le campement. En cas de dispute, il doit déterminer le coupable après enquête, et le chasser si nécessaire. C’est toujours lui qui a le dernier mot. Lorsqu’il est absent, le plus âgé le remplace. Il est ainsi le garant de l’ordre, règle les problèmes de la vie quotidienne comme le chapardage, les disputes, l’adultère, la violence – mais non le meurtre qui est du ressort de la juridiction d’Etat –, et autorise à choisir des emplacements de pêche qu’il validera. En contrepartie de quoi chacun devra lui verser la totalité de ses captures d’une journée lorsque la saison est mauvaise, à celle d’une semaine lorsque la saison est bonne. Ainsi tout pêcheur, qu’il soit résident permanent ou occasionnel, devra remettre au chef du campement une partie de ses prises (poisson et gibier le cas échéant), fixée par celui-ci en nombre de jours de pêche. Le montant dépend des moyens du pêcheur et de la saison. Selon les dires, le chef n’est en général pas très exigeant, surtout si la saison est mauvaise, car le génie ne le souhaite pas.

33Les génies des eaux considérant le poisson comme leurs enfants, les captures d’un pêcheur doivent se situer dans les limites du raisonnable, c’est-à-dire de la juste mesure, l’appréciation de cette mesure variant en fonction du rendement de la saison. Une pêche normale peut être bonne, jamais miracu­leuse, à moins d’avoir préalablement obtenu en rêve des garanties d’impunité de la part du génie.

34Tout pêcheur à qui la chance sourit d’une façon inhabituelle, en particulier les maîtres de grandes pêches collectives, devra en supporter les conséquences. Il risque la mort, conséquence du pacte originel.

Mwanza mo Mongo, nanga originaire de Mabinza, village situé au sud du lac Tumba, face de l’Institut de Recherche de Mabali, a passé outre la mise en garde du génie et a organisé avec ses proches une campagne de pêche collective molebe enene ou grand enzu à l’emplacement du lieu sacré où celle-ci crée et élève ses enfants. Ayant remarqué l’abondance extraordinaire de poissons "jouant" en ce lieu précis, le nanga a vu l’elima en rêve ; celle-ci lui a parlé dans un langage métaphorique "Je te donne 2 pirogues de chikwangues (manioc) et de bananes plantain mais tu dois me donner un des tiens". Bien qu’ayant refusé le pacte, Mwanza mo Mongo a convoqué les siens pour pêcher. Advienne que pourra ! s’est-il dit. Ayant refusé de donner son propre enfant, l’elima l’a emporté. Mwanza mo Mongo est mort d’hypertension en décembre 1990, des suites de cette affaire, raconte-t-on.. (Récit 115).

35C’est alors qu’il essaye de négocier sa vie en jouant au naïf : « Pardonnez moi, explique t-il au génie, je ne savais pas que c’était vos enfants ».

Il y avait dans le lac un coin appelé itupu i Mbolo , ce qui signifie la résidence de l’elima Mbolo, un endroit vraiment à risque. Un jour, un pêcheur se dit : "Depuis toujours, pourquoi ne pêche-t-on pas dans cet itupu ? Car l’itupu est un coin du lac qui ressemble aux autres et je pense qu’il y a beaucoup de poissons". Vers 15 heures, ce pêcheur prend ses instruments pour aller pêcher. Il se dit : "Je vais mettre mes filets à cet endroit ". Au moment où il les place, il voit des poissons sautant ici et là, partout autour de sa pirogue. Puis il retourne chez lui. La nuit vient. Le pêcheur dit à sa femme : " Demain, j’aurai beaucoup de poissons parce que je n’en ai jamais vus autant depuis ma naissance". De grand matin, le pêcheur part relever ses filets. Crouac, crouac, doucement, doucement, il déplace la première branche. Alors il voit que ses filets ont capturé beaucoup de poissons, rien que des meilleurs. Il en remplit sa pirogue. Le lendemain, même chose, et le surlendemain encore. Vraiment c’est trop. Nuit après nuit, le pêcheur rêve. Il fait un cauchemar. Un homme lui dit : "Cher pêcheur, je t’ai donné beaucoup de mes enfants, mais aujourd’hui tu dois me rembourser, sinon nous allons lutter." Le pêcheur répond : "Quels enfants m’avez vous donnés ?". Mbolo lui dit :"Les poissons que tu captures chaque jour, ne sont-ils pas mes enfants ?" Le pêcheur répond : "Père, regardez moi, je suis très pauvre, que voulez vous de moi ?". Mbolo répond : "Ce sont bien mes enfants que je t’ai donnés, tu dois me donner le tien". Le pêcheur le supplie en lui disant :"Pardon, mon Père, je ne savais vraiment pas que mes poissons étaient les enfants de quelqu’un. Pardonnez moi. Moi, je n’ai qu’un fils. Prenez moi tout, mais laissez moi avec ma femme et mon fils." Mbolo répond : "Non, j’ai envie du tien, c’est ton enfant que je veux". Aussitôt après, le pêcheur voit un aigle pêcheur qui s’empare de son fils. Il se réveille en pleurs. Sans toutefois raconter son histoire, le lendemain le pêcheur va à la pêche. Pendant ce temps, son enfant tombe malade, sérieusement malade. Sa femme éclate en sanglots. Elle dit : "Est-ce que ce n’est pas la faute des sorciers bandoki ?" Le pêcheur s’approche de la rive, il accoste. Il a pris beaucoup de poissons, encore plus que la veille. Il appelle sa femme, mais celle-ci ne répond pas. "Pourquoi n’est elle pas là ?" se demande t il. Alors, il se souvient du rêve. "Comment, pense t-il, ce serait-il passé quelque chose de grave ?". Il court chez lui, et trouve son enfant malade. "Pourquoi restes tu à la maison, dit il à sa femme, prends vite l’enfant et courrons à l’hôpital". "Qu’y a-t-il ?" demande le Docteur. "Mon enfant est malade" répond le pêcheur. "Depuis quand ?" "Aujourd’hui même". Sur ce, le Docteur fait une injection et dit "Retournez chez vous, ça va aller". Deux heures plus tard, l’enfant est mort… Malheur au pêcheur ! (Récit 2)

36En général, sa propre mort est commuée en décès d’une personne de son lignage. Il s’agit toujours d’une personne apparentée : chez les Ntomba ce sont « les enfants de la soeur parce qu’ils sont héritiers directs des biens de leur oncle, la soeur source des richesses de son frère, des parents descendants des fondateurs du clan, enfin ses propres enfants et son épouse, qui n’appartiennent pas exclusivement au clan ». (Mong’etokwa Katamu, 1977).

Ngenge, oncle de Mola Imana de Mpaha Lokumu, suite à une chasse miraculeuse – tous ses pièges étaient productifs, dont la plupart avec du gros gibier (sitatunga, potamochère, athérure) – et ce plusieurs jours de suite, a eu affaire avec le méchant elima Mbolo « propriétaire » du gibier. Quelques jours après l’événement, le génie a enlevé sa soeur à qui il avait fait don du morceau de l’antilope situtonga là où Mbolo avait pénétré - et ce, malgré les protestations de Ngenge, qui avait pourtant été averti en rêve : "Tu vois ce qui t’est arrivé. Tu n’as pas voulu me donner un des tiens, je l’ai donc pris moi-même. Maintenant tu peux continuer de chasser." Mais Ngenge a refusé et n’a plus chassé. (Récit 3)

37Le jeune enfant, faible de corps et d’esprit peu affirmé, est la proie idéale (cf. Récit 4). Lorsqu’un enfant décède d’une maladie difficile à expliquer, une interprétation s’impose à son entourage : courroucé du mauvais comportement de son parent, le génie le prendra à son service et le fera travailler sur son domaine.

38Comment les Ntomba se représentent-ils la « normalité », ou plutôt quand qualifient-ils une pêche d’événement anormal, impliquant le courroux des êtres surnaturels ? D’une façon générale, chez les Ntomba, tout événement étrange, insolite, est attribué à un génie16 et on en craint les conséquences que sont la mort, la maladie ou le malheur.

39Dans le cas de l’exploitation des ressources naturelles, le Ntomba attribue à un génie, par exemple, une pêche au cours de laquelle absolument toute les nasses ou tous les hameçons attrapent quelque chose, et parfois plusieurs jours de suite.

Un homme de Mpaha, Mbalo, a tellement eu de chance à la pêche dans ce même marais que même les hameçons non appâtés avaient des poissons. Mbolo, l’elima lui a alors demandé un enfant, ce qu’il a refusé. Il est reparti pêcher avec 200 hameçons et a attrapé 200 poissons, le maximum. Pourquoi se demande t il ? Depuis que je pêche, je n’ai jamais eu autant de chance. Il revient au campement et attrape toujours autant de poisson même sans appât. Il rêve la nuit et une femme blonde lui dit : "Que fais tu ici Mbalo ?" "Je suis venu chercher quelque poisson pour nourrir ma famille" "C’est bien, mais pourquoi es-tu venu consommer ma famille, Mbalo, tu as eu beaucoup de poissons et je t’en veux, tu vas voir". Mbalo se réveille et entend des bruits de gavials (ngonde) dans toute la forêt (il était seul à les entendre). Il demande à son fils "Entends tu les caïmans ?" "Non". Au matin il part relever ses hameçons: 199 sur 200 n’ont rien. Le dernier hameçon a capturé un singe nsoli. Mbalo laisse le singe et revient, troublé par cette évenement. Tout de suite il se demande "Y aurait-il un décès chez moi ?" Inquiet, il s’en va. De retour chez lui, il donne les poissons pêchés à ses 3 femmes. Ses enfants, dont l’esprit est un peu "fort", n’ont rien eu mais ses 2 neveux sont morts le jour-même de fièvre et de diarrhée. En fait, ils sont partis travailler au service de l’elima Mbolo. (Récit 4).

40On retrouve la même logique en ce qui concerne la chasse : dans ce cas, tous les pièges tendus par le chasseur sont fructueux, parfois plusieurs jours de suite (cf. récit 1). Parce qu’exceptionnels, ces événements ne sont pas dus au hasard pour les Ntomba : ils sont censés impliquer l’intervention de puissances surnaturelles. Ainsi, les pêches collectives, en général très productives, font partie de ces pratiques à haut risque. C’est pourquoi le maître de pêche doit préalablement entrer en contact avec le génie-chef du lieu afin de connaître ses intentions. Si le génie répond en rêve par un message bienveillant, il pourra convoquer les participants. Une pêche collective débute obligatoirement par une prière aux génies. Néanmoins, qu’il s’agisse de pêche individuelle ou collective anormalement bonne, elle appelle compensation de la part du pêcheur. Le risque encouru est à la hauteur de l’importance des captures, c’est-à-dire du nombre d’enfants enlevés au génie (cf. récits 1 et 2). Le plus souvent le pêcheur essaie de jouer au naïf en tentant de se disculper : "Pardonnez moi, dit-il en rêve, je ne savais pas qu’il s’agissait de vos enfants". Si la négociation aboutit et que le génie miséricordieux accepte sa repentance, le pêcheur ou le chasseur se soumettra à la sanction : ne plus jamais pêcher (ou chasser) sur le lieu devenu maudit (cf. récit 3, 5, 6 et Singleton, 1982 : 79-80).

Malinga, un autre oncle de Mola Imana, suite à une pêche miraculeuse avec ses nasses sur le lieu appelé Membe, un grand marais de Mpaha, a courroucé la femme de Mbolo, maître des poissons. En rêve elle lui a dit à plusieurs reprises "Tu as pris beaucoup de mes enfants. J’ai aussi besoin d’avoir le tien". Malinga a refusé poliment en disant "Excusez moi, je ne savais pas que ces poissons étaient vos enfants, ayez pitié de moi". Mbolo a répondu « Tu les as déjà consommés, tu me les dois". Malinga a continué de prier Mbolo de l’épargner. Celle-ci lui dit "Si je te pardonne, tu devras refuser de pêcher là-bas". Malinga a accepté la sentence. Il ne pêche plus et s’est engagé comme menuisier dans le projet de développement de l’habitat à la mission de Ntondo." (Récit 5)

A Ikoko Motaka, au sud du lac, où réside l’elima Malinga Boteke, le maître de pêche Makanga a refusé de prendre le risque de perdre l’un des siens suite à l’avertissement de ce génie. Depuis 6 ans, il n’organise plus de pêche « grand enzu ». Une personne de sa famille aurait pu le remplacer comme maître de pêche, mais toutes ont refusé, de peur de perdre un enfant. (Récit 6)

Normalité, anormalité

41Tandis que la plupart des opérations de pêche et de chasse ne sont pas habituellement pratiquées dans les lieux sacrés que sont les bas-fonds du lac, certaines pêches, comme la pêche à pièges multiple, le sont, elles, dans un contexte faisant intervenir un monde de génies dispensateurs de ressources. Nous avons vu que le pacte originel qui lie un maître de pêche au génie du lieu est fondé sur le droit d’usufruit accordé par ce génie à l’ancêtre de cet homme, ce droit impliquant une exploitation « raisonnable », donc « modérée », des enfants de génies. Toute opération de chasse ou de pêche « anormalement » fructueuse peut entraîner des conséquences redoutées, car il s’agit bien de capturer en grand nombre ces enfants. Ainsi, au lac Tumba, dans un contexte de subsistance, la représentation du monde surnaturel est fortement impliquée dans gestion à long terme des ressources. Le choix de certains maître de pêche ne plus pêcher dans les lieux sacrés du lac par crainte du prix du sang, en est un exemple (cf. récit 5).

42Cette logique de pêche, fondée sur le droit d’usufruit accordé par les génies, évolue actuellement vers une logique de profit que suivent, non seulement des pêcheurs allochtones, mais aussi la fraction d’autochtones la plus engagée dans une dynamique de changement. La logique de profit émergeant chez ces nouveaux producteurs et leurs clients, disposant d’engins plus sophistiqués que le dispositif technique traditionnel, étrangers aux représen­tations cosmogoniques locales, ne va pas dans le sens d’une gestion durable des ressources qui prévalait autrefois dans un contexte de subsistance. Suite à la situation économique catastrophique, à la détérioration des infrastructures (en particulier des routes), le commerce de poisson se fait essentiellement par baleinières, bateaux à fond plat, construits dans de nouveaux chantiers navals, pas toujours expérimentés. De riches commerçants arrivent directement dans les campements de pêche. Au début de chaque saison, ils vendent à crédit aux pêcheurs, les outils qui leur seront nécessaires; ils viendront chercher leur dû à chaque fin de saison. Les deux logiques peuvent coexister au sein d’une société en mutation, car le droit d’usage des temps anciens n’a pas toujours fait place au respect de lois étatiques sur la nature, que personne ne connaît et qu’il est souvent impossible de faire respecter – sauf peut-être au niveau de ces espaces très particuliers que sont les Parcs Nationaux, mais cela ne concerne pas le territoire des Ntomba – ce qui présage des difficultés de gestion à long terme des ressources naturelles.

Haut de page

Bibliographie

Boungou, G., 1986, Le rôle des pratiques magico religieuses des pêcheurs Vili en baie de Loango, Sciences et Technologies, Brazzaville, 4 : 91-105.

C.I.C./ MAB, 1971, Rapport final 1. Conseil International de Coordination du Programme sur l’homme et la biosphère, Première session, Paris 9-19 nov.1971.

Désveaux, E., 1992, Peut-on parler du "respect des Indiens vis-à-vis de la nature ?" Communication au Séminaire d’Ethnosciences, journées du 7-8 décembre 1992, Museum National d’Histoire Naturelle, Paris.

Fay, C., 1989a, Sacrifices, prix du sang, "eau du maître" : fondation des territoires de pêche dans le Delta Central du Niger (Mali), ORSTOM, Cahiers des Sciences humaines, ORSTOM, Paris, 25 (1-2) : 159-176.

, 1989b, Systèmes halieutiques et espaces de pouvoirs : transformation des droits et des pratiques de pêche dans le delta central du Niger (Mali) 1920-1980, ORSTOM, Cahiers des Sciences humaines, 25 (1-2) : 213-236.

Gami, N., 1995, Représentation du milieu et gestion des ressources halieutiques par les Vili et les Lumbu (Réserve de faune de Conkouati, Congo Brazzaville), in Barraqué B., Vernezza-Licht N., Bley D., Boestsch G., Fozzati L., Rabino-Massa E. (eds), L’Homme et la lagune, de l’espace naturel à l’espace urbanisé, Chioggia (Italie), Ed. du Bergier.

Grenand, P., 1980, Introduction à l’étude de l’univers Wayapi. Ethnoécologie des Indiens du Haut-Oyapock (Guyane française), Paris SELAF, LACITO n°40.

Hulstaert, G., 1961, Les Mongo, aperçu général. Musée Royal de l’Afrique centrale, Tervuren, Belgique, Archives d’ethnographie, n°5.

Jensen, A.E., 1954, Mythes et cultes chez les peuples primitifs, Paris, Payot.

Kabala, M. et Maldague, M., 1989, Actes du séminaire environnement et développement durable, DGSE/MRSE, PNUD, FNUAP, Unesco/MAB, Paris, UNESCO.

Levy-Bruhl, L., 1963, Le surnaturel et la nature dans la mentalité primitive, Nouvelle édition, Paris, P.U.F.

Mong’Etokwa Katamu, 1977, L’influence des croyances religieuses traditionnelles sur l’organisation de la pêche dite "boluba no nsooki" chez les populations du lac Tumba (zône de Bikoro), Mémoire de licence en sociologie, Université Nationale du Zaïre, Campus de Lubumbashi.

Nguinguiri, J.C., 1988, Traditions et coutumes foncières des communautés du littoral congolais, ORSTOM, Doc. Scientifiques du Centre de Pointe Noire n°69 N.S.

Ouhoud-Renoux, F., 1998, De l’outil à la prédation. Technologie culturelle et ethno-écologie chez les Wayapi de Guyane française, Thèse de doctorat, Université Paris X, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative.

Pagezy, H. et Guagliardo, V., 1992, Rôle du surnaturel dans la gestion des res­sources naturelles chez les Ntomba du Zaïre, Ecologie Humaine, vol. X, 1 : 69-70.

Pagezy, H., 1996, Aspects psychoculturels de l’exploitation des ressources naturelles dans la région du lac Tumba (Zaïre), in Froment, A., de Garine, I., Binam Bikoï, Ch. et Loung, J.F. (eds), Bien manger et Bien vivre. Anthropologie alimentaire et développement en Afrique intertropicale : du biologique au social, ORSTOM/L’Harmattan, Paris : 447-458.

Rivière, C., 1992, Attitudes africaines face à l’environnement, Anthropos, 87 : 365-378.

Robbe, P., 1989, Le chasseur arctique et son milieu: stratégies individuelles et collectives des Inuit d’Ammassalik, Thèse de doctorat d’état es Sciences, Université Paris VI, Pierre et Marie Curie.

Romaniuk, A., 1967, La fécondité des populations congolaises.

Singleton, M., 1982, De l’intendance indigène du gibier à une gestion endogène de la faune. in Vincke, P.P. et Singleton, M. (Eds) Gestion de la faune sauvage, facteur de développement ? Environnement africain, série Etudes et Recherches, 71-72, pp. 69-106. ISE, ENDA, MAB/UNESCO.

Tanner, A., 1979, Bringing home animals. Religious ideology and mode of production of the Mistassini Cree hunters, C. Hurst & C°, London.

Van Everbroeck, N., 1974, Ekond’eMputela. Histoire, croyances, organisation clanique, politique, sociale et familiale des Ekonda et de leurs Batoa, Musée Royal de l’Afrique Centrale, Trevuren, Belgique, Archives d’Anthropologie, 21. Verdeaux, F., 1986, Du pouvoir des génies au savoir scientifique, Cahiers d’Etudes africaines, Paris, 101-102, XXVI-1-2 : 145-171.

Vincke, P.P., 1982, L’approche des sciences naturelles : "faune sauvage, environnement et développement", Environnement africain, série Etudes et Recherches, 25-68.

Haut de page

Notes

1 Ce travail a été réalisé grâce au financement du Ministère de la recherche et de la Technologie (contrat MRT n° 90 L 0379). Il a été présenté au colloque international Les sites sacrés "naturels", Diversité culturelle et Biodiversité, UNESCO/MAB, 1999. Nos remerciements vont à l’Institut des Musées Nationaux du Zaïre (IMNZ), à Mola Imana Symon du village de Mpaha Lokumu, Mongu Bwembia du village de Nzalekenga et Vanessa Manceron, ethnologue.
2 Il existe des microvariations correspondant aux microclimats.
3 Mopehu (pluriel mepehu) : Microthrissa sp., Clupeidae.
4 Poisson et gibier sont en fait les « créatures » des génies, mais les Ntomba emploient à leur égard le terme de mwana (pl. bana), qui veut dire enfant.
5A l’opposé, certains génies n’ont pas de territoire fixe. Ce sont les génies des grands rites de possession comme soonde, mpombo, zebola, ntambu, qui s’introduisent dans des personnes pour les tourmenter. Les guérisseurs, eux-mêmes anciens malades, font appel à un ancêtre bienveillant qui s’introduit dans le corps du malade. Le traitement, qui consiste en plantes, danse sur des rythmes et est joué sur des instruments spécifiques, permet de chasser l’esprit malveillant et l’ancêtre protecteur reste. Les personnes qui ont été possédées par le même génie appartiennent à la même « confrérie ». Elles se retrouvent périodiquement au domicile du guérisseur pour se soutenir mutuellement et accueillir les nouveaux malades.
6 Reptiles, oiseaux ou mammifères "qui ne disparaissent pas au cours d’une saison comme le font les chenilles ou certains insectes" (Pagezy et Guagliardo, 1992).
7 Forêt inondée dont l’eau est courante.
8 A Nkolo, village du sud du lac, se trouve un génie très puissant. Bonkanga Bolongoma habite l’arbre bolondo dont les branches ne tombent pas à terre, mais sous terre, et ses feuilles mortes ne tombent jamais.
9 Dans cette région forestière où, dans la première moitié du XXe siècle, la stérilité des touchait près de 40 % des femmes (Romaniuk, 1967), les jumeaux sont considérés comme les enfants chéris de l’elima protégeant le village et de mama Mpia, la mère spirituelle de tous les jumeaux.
10 La logique est la même pour le gibier.
11 A l’origine un groupe d’hommes a quitté le village à la recherche d’un emplacement favorable à la pêche. Dans, ce groupe, le chef est celui qui a pris l’initiative et la « propriété » du campement lui revient. Le statut d'elima visible est la marque de sa légitimité.
12 Ou fille aînée le cas échéant.
13 Ainsi interprété par les informateurs à cause d'un dessin de petit négrillon sur l'étiquette.
14 Aframomum meleguetta K. Schum.
15 Ces récits ont été produits par Mola Imana Symon et recueillis à Mpaha Lokumu en 1991.
16 Ainsi la naissance d’enfant malformé, la naissance de jumeaux, des enfants dont les dents poussent d’abord à la mâchoire supérieure, etc. De nombreux interdits alimentaires marquent ces événements et les individus ayant eu la même expérience avec le monde surnaturel.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Précipitations (diagramme ; 0 à 400 mm) et niveau du lac Tumba (trait continu ; 0 à 4 mètres) à la station de recherche IRS-Mabali en 1970-72.
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/791/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 2 : Activités saisonnières du village de Nzalekenga
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/791/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Ph. 1 : Femmes Ntomba pêchant à l’écope dans un marigot de forêt inondée. Pagezy, 1972.
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/791/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Ph. 2 : Barrage de nasses en forêt inondée. Pagezy, 1979.
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/791/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Ph. 3 : plateforme-piège. Pagezy, 1972
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/791/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Photo 4 : Piège enzu. Pagezy, 1979.
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/791/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Pagezy, « Le contexte magico-religieux de la pêche au lac Tumba : entre le "normal" et l’insolite », Journal des africanistes, 76-2 | 2006, 44-62.

Référence électronique

Hélène Pagezy, « Le contexte magico-religieux de la pêche au lac Tumba : entre le "normal" et l’insolite », Journal des africanistes [En ligne], 76-2 | 2006, mis en ligne le 31 décembre 2009, consulté le 22 mars 2017. URL : http://africanistes.revues.org/791

Haut de page

Auteur

Hélène Pagezy

UMR 5145, Ecoanthropologie et ethnobiologie, Museum d’Histoire Naturelle. pagezy(at)mnhn[point]fr

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org