Navigation – Plan du site
Mélanges
In memoriam

René Bureau (1929-2004)

Philippe Laburthe-Tolra
p. 306-308

Texte intégral

1Le 15 mai dernier au matin, notre aimable ami et collègue René Bureau a été retrouvé endormi paisiblement pour toujours devant son poste de télévision allumé. Mon témoignage reprend ce qu'il dit de soi dans l'introduction de son dernier livre en 2002.

2Né d'une famille nantaise aisée, doté précocement de rares qualités physiques, intellectuelles et pratiques, il rêvait d'être marin et prépara d'abord l'école de la Marine Marchande à Nantes. Mais, idéaliste et généreux, il opte pour une autre façon de partir au loin : il rentre à 19 ans dans la Compagnie de Jésus, célèbre dès son origine pour sa quête missionnaire universelle. Après de sérieuses études scientifiques et philosophiques, il est envoyé comme professeur de mathématiques au collège secondaire Libermann de Douala et va aussitôt s'intéresser à la vie des Duala, en particulier à leur religion. Il en tire un doctorat de 3° cycle remarqué des spécialistes, dont G. Balandier, et publié en 1962 (Ethno-sociologie religieuse des Duala et apparentés, Institut des recherches scientifiques du Cameroun, IRCAM, Yaoundé).

3Ayant quitté les jésuites (mais tenant à se redire catholique jusqu'à la fin de sa vie), R. Bureau est recruté à l'E.P.H.E. pour diriger le Centre d'analyses documentaires pour l'Afrique noire (Cardan). Il est chargé d'un séminaire sur les religions africaines à la Sorbonne. Il rencontre au fil de nombreux colloques Roger Bastide, qui sera son directeur de thèse d'Etat, J. Rouch (à Bouaké), Darryl Forde (à l'I.A.I. de Londres). Il effectue grâce au CNRS des missions en Côte d'Ivoire pour étudier le harrisme, et au Gabon pour explorer le bwiti, syncrétisme à base d'eboga, révélation à ses yeux de la culture africaine, et qui constituera la matière de son doctorat d'Etat, publié en 1971 (La religion d'eboga, 2 vol. ronéo, Université d'Abidjan).

4Remercié de l'E.P.H.E. à cause de ses engagements « gauchistes » en 1968, mais désireux avec son ami Le Guérinel de participer à l'africanisation des cadres, il est nommé à la Direction de l'office national de la formation professionnelle en Côte d'Ivoire. Puis il devient maître de conférences en ethno-sociologie à l'Université d'Abidjan. Fin 1971, il rejoint la Faculté des sciences humaines de l'Université de Paris X - Nanterre, à laquelle il restera rattaché jusqu'à sa retraite en 1998, tout en donnant des enseignements à l'Institut Catholique de Paris.

5En 1969, il a rencontré « la femme de sa vie », Christiane, dont il restera toujours très amoureux, et qui lui sera d'un très grand secours à partir de juin 1989, ainsi que Brigitte, la fille de Christiane, lorsqu'à la suite d'erreurs hospitalières il connaîtra huit jours de coma et restera hémiplégique, recouvrant difficilement l'usage de la parole, et obtenant son transfert au service des cours par correspondance. Ses amis se mobilisent pour l'aider, en particulier le directeur des éditions Karthala, R. Ageneau : celui-ci, à partir de 1996, prendra à cœur de publier thèse, œuvres et articles jusque là restés plutôt confidentiels ou à visées surtout pratiques (voir bibliographie), mis à part Péril Blanc (1978) qui constitue une charge contre la civilisation occidentale sans doute excessive et une déclaration d'amour passionnée envers l'Afrique, typique en tout cas de l'idéalisme généreux et peut-être hélas ! utopique de son auteur. La paralysie ne pouvait que signifier une terrible épreuve pour qui avait connu René jeune et suractif, « manuel » et non intellectuel, dit-il lui-même, fort en dessin, athlète capable d'acrobatie et mime, qui se serait bien vu architecte ou comédien, et reconstruisit de ses mains sa maison de Bazainville près de Houdan, largement ouverte aux étudiants, surtout africains, et aux collègues et amis. Non sans héroïsme, il continua de se rendre à des colloques, comme celui sur son maître Bastide à Cerisy-la-Salle en 1992, apportant son soutien à la revue Bastidiana et à l'association Roger Bastide. Il se rendit jusqu'en Australie en 2002.

6Curieux de tous et de tout, il avouait deux influences majeures, celles de René Girard et Lewis Mumford, avec qui il communiait dans la foi religieuse et dans la méfiance envers la « civilisation ». Cet homme passionné aux multiples facettes termina ainsi sa vie en donnant un exemple, inattendu il faut l'avouer, de courage, de maîtrise de soi et de sérénité.

Bibliographie de René Bureau

71962. Ethno-sociologie religieuse des Duala et apparentés. Yaoundé :  Institut des recherches scientifiques du Cameroun (IRCAM). 1971. La religion d'eboga, Université d'Abidjan, 2 vol. ronéo. 1971 (en collaboration avec Ph. Laburthe-Tolra). Initiation Africaine.

8Supplément de philosophie et de sociologie à l'usage de l'Afrique Noire.

9Yaoundé : éditions Clé. 1974. Vade-mecum de l'expatrié. Paris : S.I.E.I. 1978. Péril Blanc, Propos d'un ethnologue sur l'Occident. Paris : L'Harmattan.

101988 (en collaboration avec Denyse de Saivre). Apprentissage et cultures. Paris : Karthala.

111996. Le Peuple du fleuve. Sociologie de la conversion chez les Douala. Paris : Karthala (reprise un peu remaniée du texte de la thèse de 3° cycle).

121996. Le prophète de la lagune. Les harristes de Côte d'Ivoire. Paris : Karthala.

131996. Bokayé ! Essai sur le bwiti fang du Gabon. Paris : L'Harmattan.

14(Il s'agit également d'une reprise corrigée de la thèse d'Etat).

15En revanche les deux ouvrages suivants sont des recueils d'articles et de textes parfois inédits d'époques diverses :

161999. L'homme africain au milieu du gué. Entre mémoire et avenir. Paris : Karthala.

172002. Anthropologie, religions africaines et christianisme. Paris : Karthala.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Laburthe-Tolra, « René Bureau (1929-2004) », Journal des africanistes, 75-1 | 2005, 306-308.

Référence électronique

Philippe Laburthe-Tolra, « René Bureau (1929-2004) », Journal des africanistes [En ligne], 75-1 | 2005, mis en ligne le 06 avril 2007, consulté le 30 mars 2017. URL : http://africanistes.revues.org/644

Haut de page

Auteur

Philippe Laburthe-Tolra

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org