Navigation – Plan du site
Mélanges
In memoriam

Eldridge Mohammadou (1934-2004)

Christian Seignobos
p. 299-306

Texte intégral

1Personnage paradoxal, Eldridge Mohammadou est devenu une référence incontournable dans l’historiographie du Cameroun1. Son œuvre particulièrement féconde paraît, au premier regard, inattendue. On ne relève pas moins d’une vingtaine d’ouvrages pour seulement une trentaine d’articles, Eldridge estimant que seul le livre fondait le savoir. Son œuvre est celle d’un solitaire. Il n’a jamais eu « d’équipier », jamais de co-signataire de ses travaux2. Il laisse chez ceux qui l’ont côtoyé l’image d’un moine soldat de la recherche.

2Eldridge Mohammadou est né à Garoua le 15 janvier 1934 d’un père anglais, Georges William Eldridge, et d’une mère peule, Mayrhama, Yillaga du lamidat de Mayo-Luwe. Elle le déclare sous le nom de Mohammadou, mais son père l’appellera Maurice. G.W. Eldridge, qui ne supporte de vivre ni en Angleterre, ni dans ses colonies, est un homme violent et fantasque. Il gifle un administrateur à Garoua et doit quitter le Cameroun. En 1941, il s’engage à Fort Lamy dans la colonne Leclerc. Il laisse Mohammadou à Fort Lamy avec sa marâtre car, entre temps, il a divorcé de Mayrhama. La guerre du Fezzan terminée, il reprend Mohammadou et descend à Brazzaville. Il va créer au Congo Léopoldville la « société allumettière du Congo ». Il ne sait que faire de son rejeton et le laisse en pension à Brazza. A partir de 1945, Mohammadou suit une scolarité à peu près régulière chez les pères spiritains, qui le remarquent. Il a, au passage, appris le sango et le kikongo. Les pères l’envoient chez les Maristes de Cannes, dès la classe de quatrième, mais il passera son bac philo à Strasbourg en 1954. Hors système scolaire il apprend l’allemand. De là, il part à Bordeaux faire son droit, mais le droit ne l’intéresse pas. Il voyage et apprend l’espagnol, se met à l’anglais – qu’il connaît mal – pour retrouver ses racines britanniques. La famille Eldridge, anglicane de stricte obédience et qui a déjà coupé les ponts avec son père, refuse de le recevoir ; seule une tante fait exception.

3Au Cameroun, ce sont déjà les bouillonnements de la pré indépendance. Il monte à Paris et s’inscrit à l’IHEOM (Institut des hautes études d’outre-mer). Il s’affilie à la FEAN (Fédération des étudiants d’Afrique noire) et intègre la serre chaude des étudiants upécistes3. Ils sont pris en mains par le Parti Communiste et des tiers-mondistes de tous horizons pour préparer au Cameroun la guerre psychologique et s’initier à la clandestinité. Eldridge devient le représentant des étudiants du Nord-Cameroun. Il écrit un article sur une feuille upéciste : « L’expectative de la jeunesse du Nord-Cameroun ». Le gouvernement camerounais s’en émeut et lui intime l’ordre de rentrer immédiatement. Il ne passera pas ses examens, pourtant proches, et rentrera sans diplôme au Cameroun.

4Au moment de son séjour à Paris, il avait tenté de retrouver, dix-sept ans plus tard, ses racines peules. Il recherche sa mère et y parvient. Mayrhama est mariée à un notable du lamido de Garoua.  

5A Yaoundé, le gouvernement affiche un impérieux besoin de Camerounais bilingues. Il sera affecté en 1961 aux Affaires Etrangères. Remarqué par John Ngu Foncha, vice-président et premier ministre du Cameroun occidental, il devient, à 28 ans, son chef de cabinet (1962-1963). Foncha milite pour faire entrer l’ex Cameroun britannique dans une entité fédérale camerounaise. Mohammadou sera à ses côtés durant toutes ses campagnes qui, parfois, tournent au drame, comme dans l’Ouest où ils échappent miraculeusement à un guet-apens.  

6Il sera donc l’interpète de Foncha, mais aussi du président Ahidjo en Europe, au Moyen-Orient, auprès du groupe de Monrovia… Foncha étant délaissé par Ahidjo, Mohammadou perd son protecteur. Le président se défie d’Eldridge, qu’il juge peu fiable, son passé upéciste ne jouant pas en sa faveur. Ahidjo lui propose, pour l’éloigner, d’intégrer le corps des ambassadeurs. Eldridge démissionne alors de l’administration centrale, en 1964.

7En renonçant à toute ambition dans le domaine politique, Mohammadou fera le choix de la culture et des traditions orales, puis passera insensiblement à l’histoire. Il participe à la mise en place des bases de la recherche en sciences humaines au Cameroun et sera le fondateur le plus actif de la revue Abbia . L’UNESCO engage, à ce moment-là, un vaste programme à travers « le Centre fédéral Linguistique et culturel » de Yaoundé, que Mohammadou intègre. Il sera de 1964 à 1970, consultant de l’UNESCO sur les langues et traditions orales.

8De 1972 à 1975, il travaillera à la direction de la recherche au ministère de l’éducation et de la culture et enchaînera, de 1975 à 1980, à l’ONAREST (Office national de la recherche scientifique et technique). Eldridge sera le plus souvent sur le terrain. Il va utiliser son atout majeur : sa connaissance du fulfulde, qu’il ne cessera de perfectionner. Il commence à moissonner les traditions orales à travers la cinquantaine de lamidats peuls de l’Adamawa, tout en écumant les archives des sous-préfectures, dont il abritera certaines dans ses placards métalliques, son « trésor de guerre ».

9En mal de publications homologuées et de reconnaissance, il soutient, en 1973 auprès de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes à Paris, un travail sur Rey-Bouba. Le CNRS lui publiera deux ouvrages. Toutefois, de 1976 à 2002, l’ILCAA (Institute for studies of languages and culture of Asia and Africa) de Tokyo va reprendre et publier un à un la plupart de ses travaux, en particulier sa série « Traditions historiques des Foulbé de l’Adamawa ».

10A Yaoundé, les relations entre Eldridge et ses responsables administratifs sont exécrables. Son départ à Garoua, avec la création au sein de l’ISH (Institut des Sciences Humaines) en 1974 d’une unité de muséologie, va être pour Eldridge une libération. Il devient, de 1976 à 1981, le coordonnateur du Musée Dynamique de Garoua qui, malheureusement, ne verra pas le jour. Eldridge avoue avoir fait pendant cette période le gros de ses découvertes, celles qui vont l’entraîner hors du monde peul. Par la suite, de 1981 à 1991, il acquiert, en tant que chef de la station ISH, l’image antithétique d’un « chercheur mbororo », comme il aimait à se définir, mais il est aussi le parfait gestionnaire d’un dispositif où se croisent de nombreuses équipes de chercheurs.

11Lorsqu’en 1991, l’ISH est supprimé par le gouvernement Biya, qui le considère comme un « nid d’opposants », Eldridge vit un traumatisme. L’Université de Yaoundé refuse de l’incorporer et celle de Ngaoundéré, récemment créée (1992) fait de même. C’est le Nigeria qui l’accueille à l’Université de Maiduguri comme visiting professor au Centre for trans-saharan studies (1992-2004). Appelé à être cofondateur d’une association norvégienne de l’université de TromsØ, « Anthropos », basée à Ngaoundéré, il aura par ce biais l’occasion de revenir au Cameroun.  

12Les clercs ont toujours tenu Eldridge pour suspect en ce qu’il n’avait pas suivi un cursus universitaire, son travail était-il celui d’un mémorialiste ou d’un ethnohistorien ? Cet ostracisme n’a fait que renforcer son aura victimaire et le conforter dans sa posture de seul contre tous4. Mohammadou, qui n’eut ni vie sociale, ni véritable vie familiale, n’a cessé de puiser dans son mal-être la force de construire son œuvre.

13Toutefois, les critiques de ses contempteurs ne sont pas sans fondement. Eldridge donne à lire directement de l’histoire à partir de sources premières retravaillées sans que l’on puisse distinguer ni l’origine, ni l’assemblage. Il y a là, pour certains, de quoi décrédibiliser l’œuvre. Cette façon d’hybrider les sources peut toucher aux textes primaires donnés en fulfulde. Eldridge s’interroge assez peu sur l’articulation des divers outils de la reconstitution du passé. Il est également accusé de ne jamais s’éloigner d’un parti pris pro peul et d’avoir quasi ignoré certains sujets, comme l’esclavage au fondement même des principautés musulmanes prédatrices.  

14Autodidacte très éclairé, plus polyglotte que linguiste, Eldridge se révèle un « passeur » de savoirs historiques. On lui doit la remise à jour du catalogue des archives coloniales allemandes du Cameroun (1970) et des traductions en français de textes allemands fondamentaux : Frobenius, Struempell, Dominik, Bauer, Passarge…

15Eldridge a toujours refusé d’entrer dans le « champ batailleur de l’historiographie », mais il s’exonère par là, à peu de frais, d’une technicisation qu’il estime prétendument scientifique. A ceux qui l’accusent de s’être limité aux histoires dynastiques, il répond que leur recensement est un préalable à tout autre entreprise d’historien car elles impriment un premier cadre chronologique indispensable.  

16Cet énorme corpus accumulé sur quarante ans confère une indéniable unité et une originalité certaine à l’œuvre d’Eldridge. Et ses chroniques de lamidats comme celles des ethnogenèses créent, mises bout à bout, plus qu’une histoire, un contexte qui donne à penser. Sans doute Eldridge aurait-il pu en tirer plus de sens par quelques synthèses, mais il dit en laisser le soin à d’autres. Sa genèse tâtonnante a continué à infléchir la pratique de sa recherche jusqu’à la fin de sa vie. Toutefois, pendant sa dernière décennie, travaillant enfin dans un milieu universitaire, apaisé par une forme de reconnaissance, il a abordé des thèmes d’études plus théoriques, plus contemporains.

17Lorsqu’on entre dans l’œuvre de Mohammadou Eldridge, il est utile de garder constamment une clef de lecture, donnée en partie par le personnage lui-même et par les linéaments d’une vie hors du commun.

Haut de page

Annexe

Bibliographie d’Eldridge Mohammadou

1963. Introduction à la littérature peule du Nord-Cameroun, Abbia 3, pp. 66-72.

1963. pour servir à l’histoire du Cameroun : La chronique de Bouba Njidda Rey,

Abbia 4, pp. 17-55.

1964. L’histoire des lamidats foulbé de Tchamba et Tibati, Abbia 6, pp. 15-158.

1965. Contes foulbé de la Bénoué, Abbia 9-10, pp. 11-46.

1965. L’Histoire de Tibati, chefferie foulbé du Cameroun, Yaoundé : Abbia &

Clé, 72 p., 1 carte. 1965 (avec Henriette Mayssal). Contes et poèmes foulbé de la Bénoué (Nord-Cameroun), Yaoundé : Clé, 84 p. 1965. Un manuscrit peul sur l’histoire de Garoua , par Mal Hammadou Bassoro. Abbia 8. 1965. Compte-rendu de Histoire du Cameroun par Engelbert Mveng. 1963. présence Africaine, Abbia 8.

1967. pour une histoire du Cameroun central : les traditions historiques des

Vouté ou « Babouté », Abbia 16, pp. 59-127.

1969. Yeerwa : poème des peuls Yillaga de l’Adamawa, Camelang 1, p. 73-111.

1969. Récits peuls du Macina, du Kounari et du Torodi (Mali, Haute-Volta,

Niger), recueillis et traduits par Gilbert Vieillard ; présentés et transcrits par Eldridge Mohamadou (Fonds G. Vieillard de l'IFAN, Dakar), Niamey : Centre Régional de Documentation pour la Tradition Orale, 253 p.

1969. Les peuls du Niger oriental : groupes ethniques et dialectes, Camelang 2.

1970. L'histoire des peuls Feroobe du Diamaré : Maroua et pétté. Les Traditions Historiques des Peuls de l'Adamaua 1, recueillies, traduites et éditées par Eldridge Mohammadou. Niamey : Centre Régional de Documentation pour la Tradition Orale, 482 p. (réédition 1976, Tokyo : ILCAA).

1970. Lexique Fulfulde comparé – Tome 1 (A-D), Yaoundé : Centre Fédéral Linguistique et Culturel, 324 p.

1971. Lexique Fulfulde comparé – Tome 2 (F-K), Yaoundé : Centre Fédéral Linguistique et Culturel, 258 p.

1971. Mohammadou Eldridge, A. Sow, p.-F. Lacroix & D.W. Arnott . Dictionnaire élémentaire Fulfulde-Francais-English. Niamey : Centre Régional de Documentation pour la Tradition Orale, 166 p.

1971. Lisez et écrivez le fulfulde, Yaoundé : Direction des Affaires culturelles, 123 p.

1971. Abbo Mohammadou & Mohammadou, Eldridge, Un nouveau manuscrit arabe sur l'histoire du Mandara, Revue Camerounaise d'Histoire 1, pp. 129

169. 1972. Lexique Fulfulde comparé – Tome 3 (L – S), Yaoundé : Centre Fédéral Linguistique et Culturel, 294 p. 1972. Ray ou Rey Bouba, Cameroun : Onarest, 599 p. + cartes et photos (2ème édition 1979, paris : CNRS).

1972. Le catalogue des archives coloniales allemandes du Cameroun. Katalog des deutschen Kolonial-Archivs in Kamerun, Yaoundé : Service des archives nationales de Yaoundé, Sté Camerounaise d’Histoire, 284 p. (2ème édition 1978, Tokyo : ILCAA).

1972. Les recherches sur les traditions orales. Cameroun in : La Tradition Orale, Niamey, pp. 41-44.

1972. Notes sur les Tikar et les Mambila, Yaoundé : Société camerounaise d’Histoire 1.

1974. De la Bénoué à Bamenda : la chevauchée fantastique des Bali-Tchamba, Cameroun-Dimanche, N° 13-14, Yaoundé.

1975. Le Royaume du Wandala, ou Mandara, au XIXe siècle. [Bamenda, Cameroun] : Onarest, Institut des sciences humaines, 302 p. (rééd. 1982, Tokyo : ILCAA).

1975. Kalfu or the Fulbe Emirate of Bagirmi and the Toorobbe of Sokoto, In :

Y.B. Usman (ed.) The Sokoto Seminar papers, ABU, Zaria.

1975. Kalfu ou l’émirat peul de Baguirmi et les TooroBBe de Sokkoto in : Afrika Zamani, 4, pp. 67-114.

1976. L’Histoire des peuls Férôbé du Diamaré : Maroua et pétté, Tokyo : ILCAA (Institute for the Study of Languages and Cultures of Asia and Africa), 409 p. (1ère éd. 1970, Niamey).

1977. L’histoire de Garoua, cité peule du XIXe siècle, Cameroun : Onarest, 296 p. + cartes (2ème édition 1980 paris : CNRS).

1978. Traditions historiques des Foulbe de l’Adamaoua. Vol. 4. Fulbe hooseere : les Royaumes foulbe du plateau de l’Adamaoua au XIXe siècle : Tibati, Tignère, Banyo, Ngaoundéré, Tokyo : ILCAA, 439 p.

1978. Catalogue des Archives coloniales allemandes du Cameroun. Tokyo : ILCAA, 282 p. (1ère édition 1972, Yaoundé).

1978. Introduction à l'histoire des Yillaga de Bindir, In : Christian Seignobos et Henry Tourneux (eds.), Chronique des peuls de Bindir. N'Djaména : Université du Tchad, pp. 6-14.

1978. La région de la Haute-Bénoué avant le XIXe siècle, communication au séminaire « L’Histoire du Soudan central avant 1804 ». ABU, Zaria.  

1979. Mohammadou Eldridge et Hamadjoda Abdoullaye, Les Yillaga de la Bénoué : Ray ou Rey-Bouba. paris : C.N.R.S. et Garoua (Cameroun) : Musée dynamique du Nord-Cameroun, (Traditions historiques des Foulbé de l'Adamâwa 2), 376 p.

1979. Ray ou Rey-Bouba, paris : CNRS (1ère édition 1972, Cameroun : Onarest).

1980. Mohammadou Eldridge et Modibbo A. Bassoro, Garoua, tradition historique d'une cité peule du Nord-Cameroun. paris : C.N.R.S., 197 p. (1ère édition 1977, Cameroun)

1981. L’implantation des peuls dans l’Adamawa : Approche chronologique,

Contribution de la recherche ethnologique à l’histoire des civilisations du Cameroun, paris : CNRS, vol. 1, pp. 229-247.

1982. Le royaume du Wandala ou Mandara au XIXe siècle. Tokyo : ILCAA, 333 p. (1ère éd. 1975, Cameroun).

1983. Idriss Aloma, ou l'apogée du Kanem-Bornou (XVIe siècle). Libreville : Edition Lion & Dakar : Les Nouvelles Editions Africaines, (Coll. Grandes Figures Africaines), 125 p.

1983. peuples et royaumes du Foumbina, Tokyo : ILCAA, 307 p. 1984. Approche historique au problème du peuplement des monts du Mandara, Sudan Sahel Studies I, Tokyo: ILCAA, pp. 139-166.

1985. Les invasions pa’are ou Baare-Tchamba et l’émergence du royaume bamoun au XIXe siècle. Communication à la Table Ronde organisée à l’occasion du centenaire de la naissance du Roi Njoya, Foumban, 14-16 février 1985. 37 p. multigr.

1986. Traditions d'origine des peuples du Centre et de l'Ouest du Cameroun. Tokyo : ILCAA, 207 p.

1986. Envahisseur du Nord et Grassfields Camerounais aux XVIIIe et XIXe siècles ; le cas du Bamoum, Sudan Sahel Studies, 2, Tokyo : ILCAA, pp. 237-273.

1987. peuples et sociétés traditionnelles du Nord-Cameroun. Etude de Leo Frobenius (traduit de l'allemand). Stuttgart : Steiner Verlag, 175 p.

1988. Les Traditions historiques des Foulbe de l’Adamawa. Vol. 6. Les lamidats du Diamaré et du Mayo-Louti au XIXe siècle (Nord-Cameroun). African Languages and Ethnography, Tokyo : ILCAA, 324 p.

1989. Islam et urbanisation dans le Soudan central au XIXe siècle : la cité de Maroua (Nord-Cameroun), The proceedings of International Conference on Urbanism in Islam, vol. 4, Research project "Urbanism in Islam" and The Middle Eastern Culture Center in Japan, Tokyo, pp. 118-154.

1990. Traditions historiques des peuples du Cameroun Central, vol. 1 : Mbere et Mboum, Tikar. Tokyo : ILCAA, 414 p.

1990. Lexique fulfulde comparé : parler des Jallinko'en de l'Ader (Niger central). Yaoundé : Ministère de l'éducation et de la culture, Centre fédéral linguistique et culturel, 19 v. ; 21 x 31 cm.

1991. Traditions historiques des peuples du Cameroun Central, vol. 2 : Ni-zoo,Voute et Kondja. Tokyo : ILCAA, 302 p.

1991. Northern Cameroun or the Camerounian section of the Emirate of Adamawa, Borno Museum Newsletter, vol. 6 & 7, pp. 39-41.

1992. Le Soulèvement mahdiste de Goni Waday dans la Haute-Bénoué (juillet 1907), Osaka, Senri Ethnological Studies 31, pp. 423-464.

1992-1993. The International Conference on the Sokoto Caliphate and the Europeans. 1890-1906, Borno Museum Society Newsletter 13/14, pp. 54-60 [review].

1994. Les sources de l'exploration et de la conquête de l'Adamaoua et du Bornou allemands (1893-1903) : passarge, Dominik, Bauer, paideuma 40, pp. 37-66.

1996. L’empreinte du Borno sur les Foulbe de l’Adamawa et leur langue. Ngaoundéré-Anthropos 1, Ngaoundéré, pp. 90-113.

1997. Kanuri imprint on Adamawa Fulbe and Fulfulde. in Cyffer N. & Geider T.(éd.). Advances in Kanuri Scholarship. Cologne : Köppe. pp. 257

311. 1999. De St. Croix’ Fulfulde-English dictionary and recent Fulani lexicography, Borno Museum Society Newsletter 38-39, pp. 114-123. [review]

1999. Nouvelles perspectives de recherche sur l’histoire du Cameroun central au tournant du XVIIIe siècle (c. 1750-1850) : l’invasion Baare-Tchamba‚ Ngaoundéré- Anthropos, Vol. 4, pp. 53-98. (Communication présentée au colloque du FENAC à Ngaoundéré, 7-9 décembre 1996).

1999. Le poney conquérant des savanes du Cameroun central (c. 1750-1850), in

C. Baroin et J. Boutrais (eds.), L’homme et l’animal dans le bassin du lac Tchad, Actes du colloque du Réseau Méga-Tchad, Orléans, 15-17 octobre 1997, paris : IRD, pp. 81-106.

1999. Fulani Lexicography (continued). A Dictionary of Verb Roots in Fulfulde Dialects, Fulfulde-French-English / Dictionnaire pluri-dialectical des racines verbales du peul, peul-français-anglais, Borno Museum Society Newsletter 40 & 41, pp. 88-90 [review].

1999. The Fulbe of Eastern Niger. Ethnic groups and dialects, Borno Museum Society Newsletter 40 & 41, pp. 31-58. 2001. Chronique royale versus histoire : le facteur Baare et le Bamoum au XIXe siècle (Cameroun) ‚ in D. Ibriszimow, R. Leger, U. Seibert (eds.), Von

Ägypten zum Tschadsee, Eine Linguistische Reise durch Afrika (Festschrift fiir Herrmann Jungraithmayr, Zum, 65. Geburtstag), Deutsche Morgenländische Gesellschaft, Würzburg : Ergon Verlag, pp. 273-287.

2001. Environnement-esclavage-ethnogenèses-invasion Baare-Tchamba dans le contact forêt savane au sud et sud-ouest du plateau bamiléké (c.1750-1850). Colloque : « Ecologie humaine et gestion du milieu dans l’écotone forêt savane de l’Afrique Centrale » MINRES-IRD, Yaoundé, 13-15 novembre 2001, 38 p. multigr.

2002. Mohammadou Eldridge (ed.), L'expédition allemande : Niger, Bénoué, lac Tchad (1902-1903) / Fritz Bauer ; traduit de l'allemand et présenté par Eldridge Mohammadou. paris : Karthala, 186 p.

2004. Climate and History in Central Sudan, l8th - 19th Centuries. Baare-Chamba expansion from upper Benue Region (Nigeria, Cameroon, Chad, C.A.R., Gabon). In : Ibriszimow, Dymitr & Eva Rothmaler (eds.). Tesserae of Borno. In memory of Wilhelm Seidensticker (1938-1996). [= FAB, 16.] Köln : Köppe, pp. 51-76.

(sous presse), Adamawa, présentation S. passarge, paris : Karthala.

Haut de page

Notes

1Cette nécrologie est inspirée d’une biographie : « Comment peut-on lire l’œuvre d’Eldridge Mohammadou ? » pour le Colloque Mega-Tchad d’octobre 2005 à Maroua.
2Il n’a cosigné que deux travaux de jeunesse très secondaires, un sur les contes et l’autre, un « dictionnaire élémentaire fulfulde, français, english ». Par ailleurs, deux ouvrages font apparaître à ses côtés le nom d’un érudit local, principal informateur.
3De l’UPC, Union du peuple camerounais, parti d’obédience marxisante.
4Thierno Bah, 1997, « L’œuvre d’Eldrige Mohammadou : sa contribution à l’historiographie du Cameroun », in : « La recherche en histoire et l’enseignement de l’histoire en Afrique centrale francophone ». Colloque international, Institut d’histoire comparée des civilisations, Aix en Provence, pp. 41-61.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Seignobos, « Eldridge Mohammadou (1934-2004) », Journal des africanistes, 75-1 | 2005, 299-306.

Référence électronique

Christian Seignobos, « Eldridge Mohammadou (1934-2004) », Journal des africanistes [En ligne], 75-1 | 2005, mis en ligne le 04 juin 2007, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/640

Haut de page

Auteur

Christian Seignobos

IRD

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org