Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

YATTARA, Almamy Maliki & Bernard SALVAING, 2003, Almamy, l’âge d’homme d’un lettré malien

Grandvaux, Brinon-sur-Sauldre, 446 p .
Michèle Dacher
p. 336-337

Texte intégral

1Ce texte constitue le deuxième volume de la biographie d’Almamy Maliki Yattara 1. Dans une première partie, Almamy raconte ses années d’études chez différents maîtres coraniques puis, à partir de 1950, sa vie d’enseignant en école coranique et en médersa. Cette période est scandée par d’incessants déplacements d’une ville à l’autre, dus au manque d’élèves, à la jalousie des marabouts en place, aux difficultés économiques… Elle est marquée par une permanente précarité financière et par plusieurs mariages et divorces. Mais autant il est disert sur sa vie professionnelle ou sur ses connaissances juridiques et ésotériques islamiques, autant il parle peu de sa vie familiale. Sa science ésotérique est si réputée qu’on lui demande régulièrement son assistance magico-religieuse pour écarter le mauvais sort. Il essaie de remédier à sa pauvreté en adjoignant à l’exercice de son magistère, qu’il offre gratuitement aux plus démunis, des tentatives de commerce dans lesquelles il se fait régulièrement rouler par les proches auxquels il confie ses affaires. Chacune de ses activités met en lumière l’importance et la densité de son réseau social. La joie que lui procurent cette reconnaissance et cette surface sociales compense largement ses soucis économiques, du moins dans la première partie de sa vie.

2Il raconte ensuite sa rencontre en 1962 avec Amadou Hampaté Ba qui le fait venir à Abidjan pour travailler avec lui sur des manuscrits arabes et qui lui procurera un poste de technicien de recherche à l’Institut des Sciences Humaines de Bamako. Dès lors, il abandonne l’enseignement coranique et devient collaborateur de nombreux chercheurs étrangers et chercheur lui-même. Il raconte ses missions avec eux, la quête des manuscrits, les grossièretés ou les maladresses de certains avec les informateurs et la longue et profonde amitié avec la plupart d’entre eux. Il assistera Amadou Hampaté Ba dans sa tentative – avortée – de réconcilier Peul, Kounta et Toucouleur et de reconstruire la ville de Hamdallaye détruite par El Hadj Oumar.

3Dans une troisième partie, il évoque sa vie à Bamako dans les années 90 et son extrême pauvreté : avec sa minuscule retraite, il doit nourrir quantités de parents qui s’installent plus ou moins longtemps chez lui alors que le passage du franc malien au franc CFA a fait renchérir encore davantage le coût de la vie. Il décrit les grandes sécheresses des années 73-74 et 83-84 qui ont désertifié le riche Guimballa de son enfance (décrit dans le premier volume), il raconte ses voyages en Afrique et en Europe. Il parle enfin du Mali contemporain, regrettant l’évolution politique et celle de l’islam mais admettant – contrairement à d’autres musulmans – les voyages sur la lune et les inventions modernes qu’il pense prévus par le texte coranique.

4Une quatrième partie est constituée de notes sur certains points d’histoire tels que la conversion à l’islam de l’Askya Muhammad, le passé de la ville de Djenné, l’origine des Bozo et de la ville d’Hamdallaye, fondée par Shékou Amadou et détruite par El Hadj Oumar lors de la guerre qu’il mena contre Amadou Amadou, petit fils de Shékou Amadou et chef de la Dîna d’Hamdallaye.

5Suivent des témoignages sur Almamy par les chercheurs avec qui il a travaillé et dont il parle dans ses souvenirs. Une postface de Bernard Salvaing reprend et éclaire trois points essentiels du témoignage d’Almamy : son rôle et sa personnalité de chercheur passionné et de traditionniste lui-même détenteur de nombreuses connaissances ; les relations d’Almamy et d’Hampaté Ba sur lesquelles il s’étend peu alors qu’elles furent déterminantes dans sa vie, sans doute parce qu’elles allèrent en se détériorant ; et les rapports désenchantés d’Almamy avec le monde d’aujourd’hui. B. Salvaing souligne en conclusion qu’Almamy, homme à la personnalité extrêmement attachante, fut un être de paradoxes alliant fidélité à sa culture et tolérance vis-à-vis des autres.

Haut de page

Notes

1YATTARA, Almamy Maliki & Bernard SALVAING, 2000, Almamy. une jeunesse sur les rives du fleuve Niger, Grandvaux, Brinon-sur-Sauldre, 447 p. Ce premier tome avait fait l’objet d’un compte rendu par Michèle Dacher dans le Journal des Africanistes, 2003, 73-2, pp. 180-182.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Dacher, « YATTARA, Almamy Maliki & Bernard SALVAING, 2003, Almamy, l’âge d’homme d’un lettré malien », Journal des africanistes, 75-1 | 2005, 336-337.

Référence électronique

Michèle Dacher, « YATTARA, Almamy Maliki & Bernard SALVAING, 2003, Almamy, l’âge d’homme d’un lettré malien », Journal des africanistes [En ligne], 75-1 | 2005, mis en ligne le 06 avril 2007, consulté le 30 mars 2017. URL : http://africanistes.revues.org/637

Haut de page

Auteur

Michèle Dacher

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org