Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

SISSAO, Alain Joseph, 2002, Alliances et parentés à plaisanterie au Burkina Faso. Mécanismes de fonctionnement et avenir

Ouagadougou, Sankofa & Gurli Editions, 186 p.
Cécile Leguy
p. 333-336

Texte intégral

1Alain Joseph Sissao ne se contente pas de nous brosser le tableau complet des relations à plaisanterie au Burkina Faso, il vise à faire œuvre d’anthropologie appliquée en envisageant les apports des relations séculaires à la construction d’une société africaine moderne, d’où l’intérêt de cet ouvrage. On s’accorde en effet à penser que la présence de relations à plaisanterie n’est pas étrangère à la stabilité sociale observée dans cette région d’Afrique de l’Ouest. L’auteur qualifie ainsi « la survie d’institutions garantes de paix sociale » de « privilège historique » (p. 16). Cependant, différents facteurs liés à la modernisation de la société, telles l’urbani­sation et la scolarisation, ou au contexte international tels les récents troubles en Côte d’Ivoire, mettent à mal les institutions traditionnelles qui régulent certaines relations, contribuant à menacer cette stabilité.

2La réflexion que nous propose Alain Joseph Sissao est principalement fondée sur une série d’enquêtes menées dans les différentes provinces du pays par l’auteur accompagné d’informateurs de relais.

3Partant de la bibliographie consacrée au sujet, l’auteur explore les différentes modalités selon lesquelles se présentent les alliances et parentés à plaisanterie observables sur le terrain africain. Il est convenu de parler de « parenté » à plaisanterie quand la relation a lieu à l’intérieur de la famille (entre belles-sœurs et beaux-frères ou entre grands-parents et petits-enfants par exemple). Le terme d’« alliance » à plaisanterie est utilisé lorsqu’il existe un lien entre deux groupes, deux villages, deux quartiers, deux régions, deux ethnies à la suite d’un pacte sacré scellé par des ancêtres, pacte fondé sur des relations amicales, des liens de non-agression, de respect, de solidarité et d’assistance mutuelle. Les relations à plaisanterie se situent à différents niveaux : familial (entre parents), clanique (entre personnes de clans différents), interethnique (entre personnes d’origine ethnique différente), entre groupes de travail, d’initiation, etc. ; ou encore à la suite d’un pacte de sang entre deux individus. Leurs origines s’inscrivent dans la légende ou le mythe, comme c’est le cas pour les relations existant entre les Peul et les forgerons, ces derniers se prétendant les civilisateurs mythiques des Peul, malgré les protestations de ceux-ci. D’autres relations à plaisanterie sont basées sur l’histoire, telle l’alliance cathartique entre Moose et San qui trouve son origine dans l’esclavage autrefois pratiqué. Il existe encore des relations fondées sur la toponymie, telle l’alliance à plaisanterie entre les habitants de Koupéla et ceux de Zorgho.

4Dans une deuxième partie, Alain Joseph Sissao s’applique à nous donner la nomenclature concernant les relations à plaisanterie dans les différentes ethnies du pays, suivie d’une typologie illustrée par un tableau synoptique des alliés à plaisanterie. Une « carte des ethnies alliées à plaisanterie au Burkina Faso » annoncée à paraître sera un complément bienvenu. Les différentes fonctions de ce jeu verbal sont ensuite analysées. Outre le rôle cathartique qu’on lui reconnaît, l’alliance à plaisanterie se présente comme une instance de réconciliation garante de stabilité sociale, puisque les conflits mis en scène se désintègrent d’eux-mêmes. Il s’agit aussi d’une « école de rhétorique », dans la mesure où l’individu doit apprendre à maîtriser l’art de la parole pour garder la tête haute face aux invectives publiques de ses alliés. Les enquêtes ont ainsi porté sur les échanges verbaux entre parents et alliés à plaisanterie, relevant ce qui fait sens pour les uns et pour les autres. L’auteur prend le soin de mentionner, pour chaque relation, le symbole qui la représente : la boisson zom koom, symbole de l’alliance à plaisanterie entre les Moose et les San ; les arachides évoquant l’alliance à plaisanterie entre les Bisa et les Gurunsi ; le haricot, symbole de l’alliance à plaisanterie entre les patronymes Traoré et Koné, qui se qualifient mutuellement de « mangeurs de haricots » , etc. Ainsi entend-on fréquemment les Cerma (Gouin) accuser les Lobi d’être des « mangeurs de chiens » et ces derniers se défendre en rétorquant que « les Cerma sont de grands buveurs de banji (vin de palme) ».

5À ces relations cathartiques où tout semble permis, il est cependant possible de relever certaines limites. Des enquêtes ont été menées sur les interdits dans l’alliance et la parenté à plaisanterie selon les groupes concernés. Chez la quasi totalité des groupes ethniques, il est par exemple interdit de faire la cour à la femme de son parent ou allié à plaisanterie. Il est aussi généralement interdit d’adresser des injures portant sur les défauts physiques ou moraux de la personne, tout comme dans la plupart des sociétés, on se refuse à insulter la mère de son allié. L’interdiction de verser le sang de son allié, sous peine de rompre le pacte initial, est commune à toutes les ethnies où des enquêtes ont été menées au Burkina Faso. L’auteur met en valeur la portée éducative de la parenté et l’alliance à plaisanterie, qui ont pour fonction de renforcer la cohésion sociale en prônant une certaine solidarité interethnique et une transmission des valeurs, en particulier l’art de « bien parler » et de savoir répliquer. « Les faits qui sont à l’origine de l’alliance et parenté à plaisanterie ont en fait contribué au raffermissement des relations sociales, interethniques, communautaires et régionales et ont été de puissants ferments de culture » (p. 110).

6Dans la troisième partie enfin, sont envisagées les perspectives de ré-appropriation de la tradition pour le futur ainsi que la possible modernisation des relations à plaisanterie. Retenons la définition proposée page 35 : « la parenté à plaisanterie pourrait se définir comme la gestion sociale par le rire, de différentes sources de tensions possibles. Il s’agit d’évoquer le lien pour le dédramatiser, de jouer sur un savoir-faire pour faire savoir ce qui fut ou ce qui est, de situer l’autre à bonne distance, assez proche pour être le même, mais suffisamment distant pour rester l’autre ». Comme le rappelle Alain Joseph Sissao, les relations à plaisanterie sont évolutives, continuant de se développer en fonction des rencontres et de l’histoire partagée. Parmi les apports de la pratique, la faculté de médiation est un élément fondamental qu’il faudrait pouvoir conserver dans la perspective d’un avenir harmonieux pour la nation tout entière. Certains écrivains contemporains font ainsi la part belle à la parenté et à l’alliance à plaisanterie dans leurs romans, tels Le Retour au village de Noaga Kollin, La Défaite du Yargha d’Etienne Sawadogo ou encore Le Procès du muet de Patrick Ilboudo. Dans le même esprit, un « village des parents à plaisanterie », dans lequel on peut entre autres assister à des joutes verbales entre alliés, a pris place au sein de la Semaine Nationale de la Culture (SNC), manifestation culturelle qui a lieu tous les deux ans. Plusieurs villes du Burkina Faso ont leur « association pour la promotion de la parenté à plaisanterie », à l’image de l’AB3P (Association Burkinabé pour la Promotion de la Parenté à Plaisanterie) de Ouagadougou qui a organisé un grand rassemblement en 2001 autour de conférences sur la pratique et de matches de football opposant Bisa et Gourounsi, Moose et San.

7L’auteur envisage différentes propositions pour une pérennisation des relations à plaisanterie dans le monde moderne, comme par exemple l’introduction d’un enseignement portant sur les parentés et alliances à plaisanterie au sein du programme d’instruction civique, ou encore l’instauration d’une « Journée de la parenté et de l’alliance à plaisanterie » ou « Journée des nations au Burkina Faso » qui viserait à favoriser l’unité en valorisant la diversité culturelle qui fait la richesse du pays. Cependant, se pose la question des écueils d’une mauvaise utilisation ou d’une mauvaise compréhension de ce qui peut être qualifié de « valeur culturelle ». Des risques de dérive sont en effet possibles, d’aucuns pouvant recourir à la pratique pour régler leurs comptes à certaines personnes. Ce risque conforte la position de ceux qui prônent l’abandon de ces relations ancestrales dans une société tournée vers la modernité. Fervent défenseur de la position adverse, Alain Joseph Sissao nous invite, grâce à cet ouvrage, à envisager une modernité qui tienne compte des valeurs du passé en sachant leur conserver leur sens malgré les changements socioculturels. Renvoyons en écho au récent article de Méké Meité1, où sont évoquées les possibilités d’un recours aux alliances à plaisanterie pour aider à résoudre l’actuel conflit ivoirien.

8Pour avoir souvent assisté au Burkina Faso ou au Mali à des rencontres, même très sérieuses, où la « plaisanterie » est au rendez-vous, j’ose croire que cette pratique sociale saura s’adapter à la « modernité » et y jouer ses rôles de médiation et d’apaisement des tensions, raison de plus pour féliciter l’auteur et encourager les chercheurs à étudier ce phénomène dans divers contextes.

Haut de page

Notes

1Méké Meité, « Les alliances à plaisanterie comme voie », Ethiopiques - Revue negroafricaine de littérature et de philosophie, n°72 « Littérature, philosophie, art et conflits », 1er semestre 2004. [Article publié sur http://www.refer.sn/ethiopiques ]
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Leguy, « SISSAO, Alain Joseph, 2002, Alliances et parentés à plaisanterie au Burkina Faso. Mécanismes de fonctionnement et avenir », Journal des africanistes, 75-1 | 2005, 333-336.

Référence électronique

Cécile Leguy, « SISSAO, Alain Joseph, 2002, Alliances et parentés à plaisanterie au Burkina Faso. Mécanismes de fonctionnement et avenir », Journal des africanistes [En ligne], 75-1 | 2005, mis en ligne le 06 avril 2007, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/636

Haut de page

Auteur

Cécile Leguy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org