Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

SANOU, Salaka, s.d. [2000], La littérature burkinabé : l’histoire, les hommes, les œuvres

(Préface de Jean-Marie Grassin), Presses Universitaires de Limoges (PULIM), « Francophonies », 220 p.
Michèle Dacher
p. 331-332

Texte intégral

1L’auteur – et son remarquable préfacier – retracent d’abord les conditions historiques de la toute récente émergence de la littérature burkinabé au sein de l’ensemble littéraire négro-africain. Ils s’attachent ensuite à définir les conditions d’existence d’une littérature nationale. « Pour qu’on puisse parler de littérature comme système constitué, encore faut-il qu’un espace d’écriture constitue un foyer de création plus ou moins autonome, le terroir d’où jaillit une parole inédite ; encore faut-il qu’une communauté nationale reconnaisse ces textes-là comme des biens culturels et les inscrive à son patrimoine. » (Grassin, p. 14). À la question de savoir de quelle nature serait la spécificité de la littérature burkinabé, J.-M. Grassin parle joliment d’une écriture sahélienne qui serait une « parole nomade » sur le mode de l’indéterminé, de l’inachevé, de la déconstruction, du déséquilibre. Le livre de S. Sanou, qui étudie les auteurs mais reporte celle des textes, établirait ainsi l’émergence de la littérature burkinabé sur une relation dynamique entre le vide et la création : une « poétique de l’absence ».

2Salaka Sanou, évoquant les repères de l’histoire littéraire voltaïque, puis burkinabé, souligne qu’il n’existe encore aucun travail d’ensemble sur cette littérature qui ne s’est véritablement constituée qu’à partir des années 80, malgré les œuvres de prestigieux pionniers, tels Dim Delobson Ouedraogo (1932 et 34), Nazi Boni (1962) et quelques autres de moindre envergure. La création littéraire burkinabé est intimement liée à l’histoire politique tourmentée du pays. Son émergence à partir des années 80 est à mettre en rapport avec la prise en charge de la culture par l’État et la création de nombreuses institutions ou associations d’écrivains dont l’étude sera donnée au dernier chapitre.

3L’auteur offre ensuite au lecteur une fiche bio-bibliographique des quarante-cinq auteurs que ses étudiants ont pu joindre. Synthétisant les quelques renseignements fournis, il établit un profil de ces écrivains : niveau intellectuel (plus des trois quarts ont suivi des études supérieures) ; situation socio-professionnelle (trente-sept sont fonctionnaires, dont vingt dans l’enseignement, douze journalistes, un avocat et un interprète) ; âge (ceux nés entre 50 et 60 se sont manifestés plus tôt que leurs aînés à qui ils reprochent de n’avoir rien fait  pour favoriser le développement de la littérature burkinabé) et lieu de résidence (trente sur quarante-cinq vivent à Ouagadougou, six à l’étranger, quatre en province, cinq sont décédés).

4S. Sanou, soulignant une fois encore l’importance des conditions sociohistoriques, socioéconomiques, sociopolitiques dans l’œuvre littéraire, laquelle participe, selon lui, au dévoilement de la société, décrit le cadre organisationnel que les écrivains burkinabè ont le plus souvent créé eux-mêmes. Les principales associations furent ou sont le Cercle d’Activités Littéraires et Artistiques de Haute Volta (C.A.L.A.V.H.) qui exista de 1966 à 1974 et jeta les bases de la Semaine Nationale de la Culture (S.N.C.) et du Grand Prix National des Arts et des Lettres (G.P.N.A.L.) ; la Société des Ecrivains voltaïques  (S.E.V) née en 81 et rapidement paralysée par les rivalités internes ; l’Association des poètes burkinabè (A.P.B.) née en 84 et qui subit le même sort; l’Union des Gens de Lettres du Burkina Faso (U.G.E.L.) gelée dès 88 ; la Mutuelle pour l’Union et la Solidarité des Ecrivains (M.U.S.E.). Toutes ces associations ont vu le jour lors de grands bouleversements politiques, ont été créées par des écrivains qui étaient en même temps des hommes politiques et dont l’œuvre était fortement marquée par leur engagement politique, et sont tombées à cause de ces mêmes engagements politiques.

5Une dernière partie donne la liste des œuvres littéraires de la période regroupées par genres, la liste des travaux publiés sur la littérature burkinabé et l’index des écrivains traités dans les notices bio-bibliographiques. L’ensemble constitue un outil utile pour toute personne intéressée par la littérature burkinabé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Dacher, « SANOU, Salaka, s.d. [2000], La littérature burkinabé : l’histoire, les hommes, les œuvres », Journal des africanistes, 75-1 | 2005, 331-332.

Référence électronique

Michèle Dacher, « SANOU, Salaka, s.d. [2000], La littérature burkinabé : l’histoire, les hommes, les œuvres », Journal des africanistes [En ligne], 75-1 | 2005, mis en ligne le 06 avril 2007, consulté le 23 mars 2017. URL : http://africanistes.revues.org/633

Haut de page

Auteur

Michèle Dacher

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org