Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

ROBINEAU, Claude, 2000, Les îles mystérieuses ; paysages et problèmes de sociétés paysannes (Comores, Congo, Madagascar, Polynésie)

Abbeville, Paillart, 198 p.
Jean-Baptiste Boutrais
p. 329-331

Texte intégral

1L'ouvrage s'inscrit dans la tradition de grands scientifiques qui ont éprouvé le besoin de compléter des études fondamentales par des récits de vie et d'itinéraire intellectuel. Mais les expériences vécues et les réflexions personnelles de ceux-ci n'ont mobilisé que de façon allusive des résultats de leurs recherches. Au contraire,

2C. Robineau mêle les deux registres dans un même cadre et d'un seul mouvement. Ce parti pris comportait des risques, le contenu de l'ouvrage risquant d'être ambigu mais le défi est relevé par un dosage subtil de récits, de réflexions épistémologiques et de synthèses socio-économiques à l'époque des indépendances africaines. Ces synthèses restituent la quintessence de nombreux travaux que l'auteur a publiés, des années 1960 à 80, dans le cadre des éditions de l'ex-ORSTOM.

3L'ouvrage est organisé en quatre parties qui correspondent à des terrains de recherche très différents de C. Robineau au cours de sa carrière. Comme chaque terrain exige un investissement préalable important lorsqu'il s'agit de sciences sociales, l'ensemble constitue un parcours ample et diversifié, d'autant plus que la problématique et les approches ont été constamment renouvelées. Du point de vue éditorial, chaque séquence de recherche est présentée en une partie autonome mais des réflexions renvoient souvent à des acquis obtenus sur d'autres terrains.

4La première partie, intitulée « voyage » à Madagascar, tire un caractère impressionniste et descriptif du fait que l'auteur occupe alors un poste administratif sans faire encore des recherches de terrain. Les réflexions sur les opérations de développement entreprises juste après l'indépendance s'appuient donc sur les travaux d'autres chercheurs, notamment de Jacques Charmes. Auparavant, une déambulation piétonne dans Tananarive donne lieu à une séduisante description de cette ville. Des considérations générales sur la culture malgache, en particulier le fait religieux et la société paysanne, débouchent sur une analyse géo-politique du développement et du pouvoir à Madagascar dans les années 1960 et 70.

5Alors que les problèmes de Madagascar sont surtout présentés à partir de la capitale, l'enquête de terrain imprègne le diagnostic porté sur Anjouan aux Comores. Le récit de la recherche entreprise est un plaidoyer chaleureux en faveur de l'enquête dans les villages mais l'analyse dépasse le cadre de la monographie villageoise. Dans le cadre général d'une paysannerie dominée par quelques grandes « firmes », le système comporte des facettes différentes selon les régions et la paysannerie elle-même est relativement variée. Ici, l'analyse sociale fait constamment référence à l'histoire, par exemple dans l'évolution historique des dominations. Le tableau d'une situation sociale bloquée se termine par la brève évocation d'un épisode révolutionnaire qui, pour l'auteur, prend sens dans la question des rapports entre population et ressources agricoles.

6À Souanké au nord du Congo, il s'agit d'une autre forme d'insularité, liée à l'éloignement, à la faiblesse du peuplement et à la coupure par une frontière politique. Ici, C. Robineau délaisse les problèmes socio-économiques de l'agriculture du cacao pour entreprendre une étude anthropologique. Sans doute, cette orientation entérine-t-elle une préférence de l'auteur nanti d'une bonne culture anthropologique mais elle tient également au contexte de la recherche. Bien que le peuplement de Souanké soit faible, il est loin d'être uniforme car deux petites ethnies voisines s'y différencient nettement. La complexité réside dans l'organisation lignagère dont Robineau comprendra le modèle grâce à des théories élaborées ailleurs par d'autres chercheurs. Malgré une forte implication dans sa recherche de terrain, l'auteur se montre en effet attentif aux avancées théoriques dans les sciences sociales.

7La partie sur la Polynésie se nourrit à la fois d'une recherche de terrain dans une île voisine de Tahiti, d'emprunts à d'autres recherches sur les sociétés et les économies polynésiennes et de réflexions personnelles sur les rapports entre la tradition et une modernité faite des techniques les plus avancées. Après avoir présenté l'enquête interdisciplinaire dans laquelle son travail s'insérait, C. Robineau propose une synthèse des comportements économiques polynésiens, avec leurs fondements anthropologiques, puis un diagnostic des problèmes politiques. Il découvre que les logiques socio-politiques actuelles reprennent des principes qui régulaient déjà l'ancienne société polynésienne. La réciprocité qui sous-tend les rapports entre les leaders modernes et leur communauté reproduit ainsi celle qui assurait le pouvoir des anciens chefs. Avec ce dernier terrain, l'auteur fait preuve, une nouvelle fois, d'une grande culture socio-anthropologique et manifeste une forte connivence avec la société étudiée.

8Dans tous ses terrains de recherche, C. Robineau établit le diagnostic de situations de non-développement qui appellent, dans les années 1960-70, des politiques de décolonisation. Pour lui, les deux phénomènes (développement et décolonisation) étaient alors intimement liés. Son itinéraire intellectuel et ses analyses relèvent d'une anthropologie économique, une approche dont il défend la pertinence en conclusion de l'ouvrage. De fait, tout un groupe d'économistes de l'ex-ORSTOM pratiquait, à cette époque, une économie attentive aux données qualitatives de l'anthropologie. L'ouvrage n'est pas seulement un résumé des publications de C. Robineau, c'est également l'explicitation d'une méthode de recherche en anthropologie économique. En ce sens, ce livre peut être considéré comme un manuel mais qui n'a rien d'un exposé rigide et systématique. C. Robineau raconte simplement comment il a conduit ses recherches, en les construisant progressivement par emprunts et adaptations mais aussi interrogations et remises en cause. Au fil des terrains et des recherches se dégage ainsi le profil d'un vrai chercheur compétent, passionné par les problèmes qu'il étudie et ouvert aux apports scientifiques de ses contemporains. C'est ce qui fait l'intérêt majeur de ce témoignage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Baptiste Boutrais, « ROBINEAU, Claude, 2000, Les îles mystérieuses ; paysages et problèmes de sociétés paysannes (Comores, Congo, Madagascar, Polynésie) », Journal des africanistes, 75-1 | 2005, 329-331.

Référence électronique

Jean-Baptiste Boutrais, « ROBINEAU, Claude, 2000, Les îles mystérieuses ; paysages et problèmes de sociétés paysannes (Comores, Congo, Madagascar, Polynésie) », Journal des africanistes [En ligne], 75-1 | 2005, mis en ligne le 06 avril 2007, consulté le 28 avril 2017. URL : http://africanistes.revues.org/631

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org