Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

PLIEZ, Olivier. 2003. Villes du Sahara. Urbanisation et urbanité dans le Fezzan libyen

Paris, CNRS Editions, 200 p.
Vanni Beltrami
p. 328-329

Texte intégral

1S’il y a une représentation que l’on se fait des lieux qui est bien loin d’être exacte, c’est celle du désert : par exemple, on ne pense normalement pas au Sahara comme à une région « urbaine », où la majeure partie de la population se concentrerait dans des villes. Le livre d’Olivier Pliez aborde le Fezzan libyen du point de vue de son urbanisation, changement qui s’est opéré depuis que la rente apportée par les hydrocarbures a permis au gouvernement de « fixer » la population et de susciter un renouveau agricole. Pendant les années suivantes, l’érosion de cette rente liée à l’embargo n’a pas arrêté le rythme du phénomène : le Fezzan compte à présent un taux d’urbanisation qui dépasse les 90% et une population supérieure à 350 000 habitants, dont 150 000 résident dans une de ses villes.

2La croissance démographique du Fezzan, selon l’auteur, est probablement aussi le fruit d’un réseau dense de relations dans lequel s’insère ce territoire, de part et d’autre des frontières de la Libye, de l’Algérie, du Tchad et du Niger. L’organisation transsaharienne, avant la période coloniale, se caractérisait déjà par la valorisation de la circulation liée à l’activité commerciale des nomades. Cette organisation entre en crise entre la fin du XIXe siècle et les premières années du XXe, sous l’impulsion des Ottomans, puis des colonisateurs venus de France et d’Italie. La volonté des autorités militaires de contrôler le territoire conduit à la mise en place systématique de structures administratives sur les aires de parcours pastorales, les oasis perdant progressivement de leur importance avec l’émigration massive des oasiens à vocation agricole. En même temps les nomades, dépossédés de leur liberté de circuler, acceptèrent peu à peu de se sédentariser sur les lieux qu’ils occupaient jusque-là temporairement. La résistance à l’avancée coloniale italienne dans le Sud libyen, de même que la brièveté de cette présence coloniale, eurent des effets déstructurants sur l’organisation spatiale traditionnelle, sans qu’un nouveau modèle lui soit substitué.

3L’indépendance de la Libye se concrétisa par une vigoureuse politique d’intégration nationale, et par conséquent de consolidation des territoires hérités de la colonisation, mais aussi par le maintien de l’opposition entre le nord et le sud du pays. C’est seulement plus tard que les circuits régionaux furent intégrés au réseau national, et que les réseaux transsahariens se reconstituèrent : à la simple urbani­sation « d’Etat » firent suite une urbanisation et une intégration  spontanées, de même qu’une atténuation des divisions sociales de l’espace urbain fondée sur le regroupement des habitants par appartenance tribale ou origine géographique.

4Le livre nous dévoile le Fezzan comme carrefour historique saharien et décrit les changements qui s’y sont produits au fil du temps : son intégration au territoire national libyen, son renouveau, qui s’appréhende à diverses échelles, telles que celle du dynamisme des villes - majeures et mineures –, lié à la présence des immigrés venant du Sud saharien. Les étapes de la croissance des différentes agglomérations urbaines sont l’objet des chapitres qui suivent, avec la description des mutations rurales sous l’influence de l’urbanisme, des modèles d’urbanisation, du logement comme indice du changement social, du quartier comme « unité », des limites enfin d’un urbanisme idéal. Ces thèmes intéresseront aussi bien les non-spécialistes et permettront d’élaborer des hypothèses sur la nature du phénomène urbain au Sahara libyen.

5En conclusion, cet ouvrage associe le sérieux scientifique et un agrément de lecture favorisé par un nombre important d’illustrations, de tableaux et de photographies, des documents cartographiques précieux, un index des noms de lieux et une bibliographie très complète.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vanni Beltrami, « PLIEZ, Olivier. 2003. Villes du Sahara. Urbanisation et urbanité dans le Fezzan libyen », Journal des africanistes, 75-1 | 2005, 328-329.

Référence électronique

Vanni Beltrami, « PLIEZ, Olivier. 2003. Villes du Sahara. Urbanisation et urbanité dans le Fezzan libyen », Journal des africanistes [En ligne], 75-1 | 2005, mis en ligne le 06 avril 2007, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/629

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org