Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

NÓBREGA, Alvaro, 2003, A luta pelo poder na Guiné Bissau

Lisboa, Instituto Superior de Ciências Sociais e Políticas, 333 p., 30 cartes et 4 tableaux, bibl., glossaire, index des noms de personnes.
Gérald Gaillard-Starzmann
p. 325-328

Texte intégral

1Résultat d’une thèse, le livre comporte une préface, des remerciements et une introduction. Ce sont ensuite trois parties comportant respectivement 6, 7 et 12 chapitres. Ils sont subdivisés en sections qui exposent un point particulier.

2Après une introduction méthodologique, l’auteur replace la Guinée-Bissau dans son environnement régional et « international ». Du point de vue régional, le propos vise à montrer qu’en dépit de la faiblesse de son poids démographique, économique et de sa taille, la Guinée-Bissau n’est pas une enclave, mais un territoire propre, se voulant autonome de ses voisins (Guinée Conakry et Sénégal). L’histoire récente a effectivement montré que c’était la volonté populaire. L’environnement international est abordé sous l’intitulé : « La contribution de la lusophonie et du Portugal ». Il s’agit d’un plaidoyer pour une intervention portugaise plus forte dont l’auteur propose même une liste des modalités possibles (exercices militaires communs, etc.). Il s’agit de contrecarrer « l’agressivité des réseaux de la francophonie » (p.46). La guerre de 1999 a montré, s’il en était besoin, que les deux puissances européennes sont (ou étaient) en rivalité, mais le ton du chercheur n’en est pas moins étonnant.

3Après ces introductions « La dimension socioculturelle de la Guinée », intitulé de la première partie du livre, aborde la composition ethnique du pays en comparant les recensements effectués en 1950 par l’Ecole anthropologique de Bissau (1945­1972) à celui publié en 1991 par l’Institut national d’études et de recherches (INEP). L’auteur divise le pays en trois zones : animiste, islamique et urbaine, qui sont successivement examinées en deux chapitres chacune. L’un expose les caractéristiques générales dites « sociologiques », de la zone, l’autre, les ethnies qui la composent. Ainsi pour la zone animiste : culte des ancêtres, organisation en clans, etc., font l’objet d’un premier chapitre puis, un second passe en revue les ethnies animistes qui sont subdivisées entre celles qui seraient politiquement décentralisées (Balante, Félupe) et celles qui seraient politiquement centralisées (Manjack, Papel, Mancagne et Bijogo). La zone dite islamique est présentée d’identique manière. Un chapitre est dédié à l’islam en Guinée-Bissau et aux grands traits de « l’islam africain », puis le suivant présente chacune des ethnies islamiques (Fula, Mandingues, Beafada, Nalou et Soussou). L’espace urbain qui fait l’objet d’un traitement spécifique (puisque à la fois animiste et islamique), se réduit à Bissau. Les villes de l’intérieur (Cachao, Bafata, Boloma..) sont dites en décadence, à l’abandon et en dépeuplement. L’auteur remarque que quoique absorbant toutes les ressources nationales, la capitale n’est plus ce qu’elle fut du temps des Portugais : la saleté a envahi les rues, l’électricité est rare, les éclairages publics sont inexistants, les monuments ont disparu sans être remplacés, les (« nos ») jardins publics sont à l’abandon. C’est avec la même nostalgie que l’auteur va jusqu’à écrire que la violence, « auparavant strictement dirigée vers les opposants, touche aujourd’hui chaque citadin du fait de l’insécurité ». Ce chapitre comporte encore une section intitulée « les quartiers populaires » qui met en avant les conditions de vie déplorables que l’on rencontre dans toutes les capitales africaines et une section intitulée : « l’Ambivalence culturelle » qui reprend des conclusions émises dès 1954 par Balandier. Le propos est illustré d’anecdotes : les sacrifices animaux de l’ex-président réfugié à l’ambassade ou la profusion des amulettes portées par Ansouman Mané, chef de l’Etat major, abattu après une possible tentative de coup d’Etat.  

4Page 130 s’ouvre la seconde partie du livre qui est intitulée « Les facteurs de conflits en Guinée : une longue tradition de violence ». Le premier chapitre évoque les origines, l’occupation portugaise effective, puis la guerre de libération en soulignant la vigoureuse action socio-économique qu’avait alors engagée le Portugal. Pour le prouver, l’auteur cite en exemple qu’en 1968 il y avait 60 kilomètres de route bitumée et en 1973, 550. Naïveté ? Il ne fait pas le lien entre ce progrès et le transport de troupes et d’armement. « Conflit interethnique : la défense du territoire », le chapitre suivant, pose que la violence est un paramètre constant des relations interethniques et argue que la cause principale en est l’exiguïté du territoire. Il me semble pour ma part, que la course à l’esclave, qui a dominé jusqu’à sa prohibition par la marine anglaise, suffit à expliquer l’état de guerre permanent d’une région à faible densité. Si, grâce à la colonisation, les ethnies vivraient enfin en paix, le tribalisme n’est, selon l’auteur, aujourd’hui pas éteint. La défense du territoire ethnique serait une réalité encore prégnante et il cite deux cas de conflits récents. Ils sont à vrai dire très particuliers, mais impossible à exposer ici. Je considèrerais au contraire qu’à observer l’importance des migrations internes, les Bissauguinéens sont absolument exemplaires sur ce point et que s’il y a lieu de s’étonner, c’est à l’inverse de la facilité avec laquelle les mouvements de populations se font sans violence. Un étrange chapitre trois se nomme : « La violence des traditions ». Il regroupe diverses sections : « les cérémonies de deuil », « le fétichisme », « le droit coutumier », « les infanticides rituels », « les problèmes de succession », « l’anthropophagie », « l’esclavage » et finalement « le vol de bétail ». Ces anciennes « traditions » sont examinées et des exemples récents (provenant des journaux et radios) en sont rapportés, montrant que toutes ces pratiques seraient encore bien présentes. Les autres chapitres de cette seconde partie s’intitulent : « Le conflit entre la modernité et la société traditionnelle », « Les conflits entre factions » (c’est-à-dire entre populations racialement hétérogènes), « La capture et la conservation du pouvoir » et enfin, « Une vision patrimoniale de l’Etat ». Après la liste des curiosités exotiques, il s’agit là encore de montrer qu’en chacun de ces points, la Guinée secrète une « culture de la violence ».

5La troisième partie du livre est intitulée : « Les crises de leadership ». À travers treize chapitres qui sont autant de moments d’une micro-histoire, l’auteur retrace les luttes pour le pouvoir de l’avènement du PAIGC à aujourd’hui. Se succèdent ainsi : « De la maison des étudiants de l’Empire au Parti armé », « Le Congrès de Cassaca », « Le labyrinthe de la mort d’Amilcar Cabral », l’indépendance, le mouvement réajustateur et la prise de pouvoir de Nino Vieira, puis une liste d’événements moins lointains tels que les dynamiques de libération économique imposées par le FMI et la Communauté européenne, les différentes tentatives de coup d’Etat, les élections démocratiques, la guerre récente, la venue à la présidence de Kumba Ialá (ou Yala) et la balantisation de l’Etat.

6Les conclusions du livre répètent que la société bissauguinéenne est hétérogène, que s’y cultivent une conception patrimoniale du pouvoir et une culture de violence « en grande partie due au passé militaire de beaucoup de dirigeants » et qu’une bonne gouvernance, la transparence et une culture du respect de l’opposition politique, doivent les remplacer.

7C’est ainsi surtout la succession des luttes pour le pouvoir qui nous est relatée dans un détail souvent précis, mais sans le cadre international. Or, en ne s’en tenant qu’aux destins des personnalités locales, l’auteur s’interdit de dépasser le niveau des luttes intestines que se livrent les protagonistes du jeu politique. Concernant le passé, sont absents les rôles qu’ont pu jouer après l’indépendance les fortes influences de Cuba et de la République démocratique allemande. Concernant le présent, l’auteur n’aborde rien de la rivalité luso-francophone, sinon par les déclarations déjà citées. Ni l’entrée dans la zone franc, ni le rôle de cette rivalité durant la guerre de 1998-99, ni le fait que Faustino Imbali, fut plutôt un Premier Ministre pro-francophone quand son successeur, Alamara Nhassé, fut plutôt pro-lusophone, ne sont évoqués. N’est pas mentionné non plus le fait que la substitution du second au premier en décembre 2001 se fit lors de nouveaux accords de pêche coréenne dont les droits sont un élément non négligeable du budget national et sur lesquels les politiques se déchirent. Les tentations de sédition de l’archipel bijogos (ainsi une corporation américaine avait tenté d’en faire un port franc) et leur énorme potentiel touristique, la présence de gisements pétroliers off-shore, l’aide chinoise, l’existence de la guerrilla casamançaise, les liens que certains des acteurs locaux entretiennent avec certains dirigeants étrangers, les présences de la Libye et du royaume saoudien, bref, le jeu complexe, qui dépasse les seuls acteurs locaux et qui est un élément essentiel des dynamiques politiques locales, est absent. Certes, peu en est connu, mais que Bakar Sanha (ou Sagna), le candidat du PAIGC ait eu pour chef de sa campagne un membre de la grande famille Bayo (ou Baho) qui entretient des liens avec les puissances arabes et dont l’ancêtre fut le grand propagateur de l’islam jusque chez les Baga de Guinée Conakry n’est pas innocent. Ne l’est pas non plus que le trafic d’armes avec la Casamance ait dû cesser sous la pression française auprès de la Présidence ou que ceci donne lieu à des accusations qui débouchaient sur une guerre dont le Sénégal espérait qu’elle lui permettrait de résoudre ses problèmes. Enfin l’auteur ne distingue pas les grandes familles islamiques présentes sur le territoire et l’islam est simplement le nom d’une quantité chiffrée, présentée comme une entité globale et non dynamique.

8Les luttes de pouvoirs sont donc décrites comme isolées des influences externes. Elles sont au mieux expliquées par des luttes entre Guinéens et Capverdiens, puis entre les Guinéens de pure souche (les pretu-nok) et les Guinéens métis au sang-mêlé « d’étrangers » (les Burmedjos).

9Le livre a cependant de grandes qualités. Il donne de nombreux détails inédits provenant d’entretiens. C’est aussi un livre rafraîchissant, car écrit loin des modes et des médias. Le politiquement correct n’y a pas cours (ou ce n’est pas le même qu’à Paris). Dans le même esprit, c’est à ma connaissance le premier livre (y compris parmi ceux rédigés par de jeunes Portugais) qui reconnaît systématiquement ses dettes à l’égard de l’Ecole de Bissau chaque fois qu’il en utilise les matériaux et de plus sans considérations intempestives ni pesantes circonvolutions sur ce qui est souvent donné comme « la mauvaise qualité de l’ethnographie raciste des administrateurs coloniaux ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérald Gaillard-Starzmann, « NÓBREGA, Alvaro, 2003, A luta pelo poder na Guiné Bissau », Journal des africanistes, 75-1 | 2005, 325-328.

Référence électronique

Gérald Gaillard-Starzmann, « NÓBREGA, Alvaro, 2003, A luta pelo poder na Guiné Bissau », Journal des africanistes [En ligne], 75-1 | 2005, mis en ligne le 06 avril 2007, consulté le 30 mars 2017. URL : http://africanistes.revues.org/628

Haut de page

Auteur

Gérald Gaillard-Starzmann

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org