Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

GUEUNIER, Noël J., 2001, Le coq du roi. Contes comoriens en dialecte malgache de l’île de Mayotte

Louvain-Paris, Peeters, SELAF, 303 p., ill.
Sophie Blanchy
p. 316-318

Texte intégral

1Les habitants de Mayotte, une des îles Comores située en face des côtes du nord-ouest malgache, se répartissent entre deux communautés linguistiques : l’une de langue comorienne (bantu) et l’autre de langue malgache (austronésienne), tout en partageant la même culture. Noël Gueunier, qui a recueilli ces contes en langue malgache de 1975 à 1983, a réalisé un travail précieux car la société mahoraise se transforme à une telle vitesse que ce patrimoine culturel n’est plus guère transmis aujourd’hui.  

2L’édition de son corpus de 136 textes a commencé en 1990 avec « La Belle ne se marie point » suivi en 1994 par « L’oiseau chagrin chez le même éditeur » ; un quatrième et dernier volume est annoncé. Le premier était consacré au thème du mariage et le deuxième aux êtres étranges et monstrueux, diables et ogres, figures effrayantes mais  parfois positives du « merveilleux » mahorais. Cependant, il est bien difficile de classer les textes des contes selon un thème unique : celui du mariage traversait les deux volumes. L’homme qu’épousaient, par leur caprice, les « jeunes filles difficiles » se révélait être un monstre. Ces contes démontraient combien à Mayotte le mariage est un péril, une alliance bien fragile face à la force de la famille de naissance1.

3Ce troisième volume reprend le motif des monstres pour traiter le thème du pouvoir dans la société. Un monstre, développé à partir d’un animal anodin élevé par un roi, dévore toute la population sauf le jeune héros qui permettra le rétablissement d’une société équilibrée. Noël Gueunier a systématiquement exploré les recueils de contes provenant des sociétés voisines pour fournir des comparaisons et pour réfléchir sur la diffusion des textes et leur insertion dans le contexte culturel où ils font sens. Longtemps enseignant à Madagascar, il a lui-même publié d’autres contes en malgache et en swahili et des travaux de lexicographie. Dans le nord-ouest malgache, ce motif du « monstre dévorant », bien étudié par P. Ottino, témoigne de l’idéologie des monarchies traditionnelles. Dans le sud-est, où l’a analysé Ph. Beaujard, il relève aussi de la quête du père. À Mayotte, ce thème est recentré sur le village et la famille :  l’enjeu est la richesse plus que le pouvoir politique.  

4On aurait pu cependant analyser aussi la figure de ce roi abusif, et des autres personnages tout-puissants auxquels s’affronte le petit héros, à la lumière de l’initiation masculine aux Comores. Les garçons, exploités dans leur jeunesse par leurs aînés, doivent franchir des étapes initiatiques à travers les classes d’âge et la célébration d’un Grand Mariage : ils accèdent alors à la classe des Rois dans le village ou la « cité ».

5Le deuxième grand motif de ce volume est celui de « la princesse faite esclave », très populaire dans cette région. L’érudition de l’auteur en matière de textes lui permet de comparer les versions d’un chant en différents dialectes malgaches et en swahili de Nosy Be (p. XXIX n. 28). L’attention portée aux chants n’est pas superflue : ils sont les points centraux à la fois du texte et de l’intrigue des contes. C’est par le chant que les conteurs et l’assistance arrivent à se remémorer le texte (qui ne porte jamais de titre). Partie la mieux mémorisée, ils en sont aussi la plus figée. Archaïques, répétés sans compréhension au fil de leur diffusion, déformés, certains chants aujourd’hui intraduisibles détiennent le secret de l’origine, africaine ou malgache, et de la circulation du texte.

6Plus variés sont les autres motifs, « les enfants chez l’ogre », « jalousies et haines intimes ». Le conte « Le coq d’or » ouvre un débat sur le pouvoir et la fortune. La rivalité qui oppose un fils de roi et un fils de riche marchand les amène à aller chercher au loin l’objet le plus extraordinaire. Le riche ramène un grand coq d’or. Quand la sœur du roi veut admirer cet objet, il s’introduit à l’intérieur et, par ce subterfuge, pénètre chez elle et la rend enceinte, ce qui contraint le roi à la lui accorder en mariage. Néanmoins, celui-ci chasse sa fille, au mépris de la règle de résidence uxorilocale suivie à Mayotte. Dans la version en comorien que j’ai recueillie à Mayotte dans les années quatre-vingt, le fils du marchand déflore les sept sœurs du fils du roi, leur faisant sept enfants. Gueunier signale que ce conte était jusque là resté curieusement inconnu des recueils des malgachisants et que plusieurs versions malgaches viennent d’être publiées (p.XXI). Or le thème de l’affrontement entre roi et marchand  est fréquent dans les recueils swahili, peut-être à cause de sa pertinence dans le contexte des cités-états de la côte est-africaine, qui vivaient essentiellement du commerce. C. Velten en publia plusieurs versions en 18982, dont l’une qui reprend le dialogue central : « –Yezi ndaula. – Mali ulingo ( – C’est la royauté qui domine. – La fortune permet de monter.) ; elle n’utilise pas le motif du coq mais elle met en avant les qualités morales du marchand, aimé de la sœur du roi, et les bassesses de ce dernier.

7Ce dialogue, qui tient la place du chant dans d’autres textes, reste transmis en swahili dans les textes malgaches de Mayotte. N. Gueunier compare ceux-ci aux autres versions malgaches connues : celle de Majunga (du nord-ouest) conserve le motif du coq d’or (et le jeune riche fait deux jumeaux à la fille du roi), et la version tanosy (du sud-est) remplace le coq d’or par un simple coffre. En revanche la version vezo (du sud-ouest) intègre ce motif étranger à celui, bien malgache, du mariage avec la fille de Dieu, les rois étant d’origine divine.

8Ce volume contient enfin un texte d’origine européenne fixé au XIIe siècle par Mme d’Aulnoy, « la Belle aux cheveux d’or ». Le beau nom du héros, Avenant, est conservé sous la forme Avonà par les malgachophones de Mayotte. Cet exemple de la circulation des contes et de leur adaptation au contexte socio-culturel frappera les lecteurs francophones et ouvrira la réflexion sur la forme et le fond du texte, sur sa transmission et sur le contexte de son énonciation.

9Les vingt contes de ce troisième volume sont présentés sous plusieurs variantes et en double texte ce qui en fait un document précieux pour les linguistes et les ethnologues ; ils sont suivis par une intéressante bibliographie comparative dont les références sont citées dans l’introduction. Avec ce travail minutieux et précis, l’auteur s’inscrit dans la tradition des grands travaux des malgachisants et des swahilisants.

Haut de page

Notes

1À partir des mêmes thèmes l’auteur a exploré les figures de « L’hôte et l’étranger dans les contes en dialecte malgache de Mayotte », dans L’hospitalité dans les contes, études réunies par Alain Montandon, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2002.
2C. Velten, Märchen und Erzählungen der Suaheli, Stuttgart & Berlin, W. Speman, 1898, 168 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Blanchy, « GUEUNIER, Noël J., 2001, Le coq du roi. Contes comoriens en dialecte malgache de l’île de Mayotte », Journal des africanistes, 75-1 | 2005, 316-318.

Référence électronique

Sophie Blanchy, « GUEUNIER, Noël J., 2001, Le coq du roi. Contes comoriens en dialecte malgache de l’île de Mayotte », Journal des africanistes [En ligne], 75-1 | 2005, mis en ligne le 06 avril 2007, consulté le 28 juin 2017. URL : http://africanistes.revues.org/625

Haut de page

Auteur

Sophie Blanchy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org