Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Alain BILOT, Michel BOHBOT, Geneviève CALAME-GRIAULE, Francine NDIAYE, Serrures du pays dogon

Paris, Editions Adam Biro, 2003, 223 p., bibl., ill.
Michèle Coquet
p. 311-313

Texte intégral

1Voici un livre, fruit d'une collaboration avec des collectionneurs, dont le lecteur appréciera tant la grande qualité des reproductions et des objets photographiés que la richesse du propos. Il ne s'agit pas en effet d'un simple catalogue d'œuvres dogon. Un commentaire abondamment nourri par la connaissance exceptionnelle qu'ont Geneviève Calame-Griaule et Francine Ndiaye de la société dogon, des archives et des collections muséographiques la concernant accompagnent la présentation d'un ensemble d'une centaine de pièces, essentiellement des serrures mais aussi quelques portes et amulettes. Destiné à un large public, l'ouvrage évoque en quelques pages l'histoire des Dogon ainsi que la place qu'occupe chez eux le forgeron qui sculpte ces serrures et il expose les linéaments de la cosmogonie telle qu'elle a été relatée dans les travaux de Marcel Griaule et de ses collaborateurs et successeurs. Une démonstration minutieuse menée par F. Ndiaye, croquis à l'appui, du mode de fermeture des serrures éclaire le lecteur sur le fonctionnement d'objets dont il ne voit bien souvent, dans les musées et les galeries d'art africain, que des exemplaires amputés, seul le coffre ayant été conservé pour ses décors.

2Les serrures dogon, au moins dans leur version ancienne – le cadenas européen les ayant souvent remplacées aujourd'hui –, apparaissent, par la symbolique attachée à leur mécanisme et aux motifs qui les ornent, comme un condensé des représentations associées à la maison, à ce qu'elle protège, femmes, enfants, petit bétail et récoltes, et à ce qu'elle favorise, la reproduction du lignage. Cependant, les Dogon ne ferment pas les portes d'entrée de leurs demeures avec ces serrures. Pour ces portes-là, ils utilisent des verrous. Ils n'en font pas usage non plus pour clore leurs sanctuaires dont les portes sont maintenues en place à l'aide d'un simple bois long placé en travers. Appelée ta koguru, fixée sur la face externe du vantail et exposant aux regards son coffre sculpté, la serrure ornée est destinée à d'autres portes, celles des pièces d'habitation à l'intérieur même de la maison ainsi qu'aux volets de grenier, qu'il s'agisse des greniers aménagés au premier étage d'un édifice comme de ceux formant des constructions autonomes. Elle partage ces fonctions avec une autre serrure, nommée duro kunu, invisible de l'extérieur parce que son coffre est pris dans la terre du mur de l'habitation et ne présente aucun élément de décor : pour celle-ci, seul un trou pratiqué dans la paroi permet de passer le bras et d'introduire la clef. Les serrures des ginna, les maisons de famille habitées par le doyen de chaque lignage et comportant les autels dédiés à ses ancêtres, seraient davantage travaillées de même que les portes auxquelles elles sont clouées. Aux dignitaires, il revient plus généralement le privilège de posséder des exemplaires plus richement ouvragés.

3L'iconographie des serrures aurait été autrefois conçue en fonction de leur usage et de leur affectation : à une serrure de Hogon, chef spirituel et politique, étaient attribués des emblèmes, tel que celui du cavalier sur son cheval, qui la distinguaient des autres. Les serrures des greniers (les unes et les autres appartenant aux femmes) comportent parfois des motifs se rapportant à des événements ayant marqué la vie de leur propriétaire. Certaines serrures présentent ainsi l'association de deux couples d'effigies mâle et femelle ou la figuration de trois personnages alignés, sculptés en ronde-bosse, évoquant les deux paires de jumeaux ou les triplés auxquels la femme aurait donné naissance. De manière générale cependant, les motifs, qu'ils soient incisés ou sculptés en volume, ne se rapportent pas tant au vécu de celui qui utilise et possède la serrure qu'à des thèmes puisant plus largement leur signification dans les récits cosmogoniques et conviant de manière insistante les principes de fécondité, d'ordre et de prospérité, appelant l'abondance et l'harmonie souhaitées par les possesseurs du grenier comme par les occupants de l'habitation. Les protubérances en forme de seins jaillissant de deux linteaux de bois liés l'un à l'autre par des lanières de cuir et formant la porte d'une maison de famille offrent un exemple parlant de ces préoccupations : le linteau de gauche en comporte sept, chiffre du mariage et somme de trois et de quatre, nombres attribués respectivement à l'homme et à la femme ; le linteau de droite dans lequel sont taillés les pivots encastrés dans le chambranle en comprend trois, soulignant la préséance masculine dans la perpétuation de la descendance et dans la conduite des affaires de la maison. Le message que délivre le mécanisme de la serrure  véhicule la même idée : le coffre constituerait la partie femelle de l'ensemble, le pêne la partie mâle et le mouvement faisant manoeuvrer l'un dans l'autre serait comparable à l'acte sexuel. À la serrure en position fermée semblable à la femme enceinte répondrait la clef, appelée « fils de la porte », conçue comme son enfant.

4G. Calame-Griaule, s'appuyant sur la collection de serrures du Musée de l'Homme et sur les matériaux d'enquête réunis à leur sujet à la suite de missions menées dans la région de Sanga, propose un répertoire des principaux motifs géométriques gravés sur les coffres de ces serrures, formés essentiellement à partir de la ligne droite : ligne brisée, croix, carré, losange, quadrillage, etc. composent le vocabulaire de base de ces graphismes, commun au décor d'autres objets dogon et à ceux produits par de nombreuses populations de l'aire soudanaise. Pour chaque motif, elle donne au lecteur quelques-unes de leurs interprétations. Il apparaît ainsi que ces graphismes évoquent avec constance les eaux pluviales ou terrestres (la ligne brisée), l'association du ciel et de la terre (deux rectangles accolés), la terre cultivée (le quadrillage), l'espace (un carré) et son centre (les deux diagonales du carré ou la croix) marquant la place de l'homme. Tout se passe comme si ces coffres de serrure, que leurs proportions importantes par rapport à celles de leur support rendent particulièrement visibles, signifiaient par leurs dessins cette vocation essentielle de la maison : celle d'être pour les humains le lieu où ils viennent à la vie, où ils donnent à leur tour naissance et où ils meurent, celle d'être le centre de leur existence, maintenue dans les limites d'un espace pris entre le ciel, pourvoyeur de pluies, et la terre d'où ils tirent leur subsistance. « Être homme veut dire : être sur terre comme mortel, c'est-à-dire : habiter », écrivait Martin Heidegger analysant le sémantisme propre à ce terme dans différents dialectes germaniques anciens. Ou encore : « ...la condition humaine réside dans l'habitation, au sens du séjour sur terre des mortels [...] 'sur terre' déjà veut dire 'sous le ciel'"1.

5Nombre des motifs figuratifs viennent relayer le sens donné par les dessins géométriques. Ils représentent principalement des animaux ou des parties de leur corps (les cornes pour l'antilope par exemple) selon une logique de la fragmentation très répandue dans l'iconographie mandé et voltaïque et permettant toutes sortes de jeux combinatoires. Certains d'entre eux sont directement associés à l'eau, comme la tortue aquatique ou le crocodile, fréquemment accompagnés du motif en ligne brisée selon ce principe qui veut qu'il y ait redoublement du message en suivant les voies figurative et géométrique, l'une et l'autre s'ouvrant sur un champ connotatif propre. D'autres compositions unissent des motifs figurant la terre et l'eau à un cheval, monté souvent d'un cavalier qui évoque le personnage mythique du Nommo incarnant la composante aquatique de l'univers. On compte également parmi les figurations qui reviennent fréquemment celle du couple de jumeaux primordiaux appartenant à ces temps anciens où la gémellité proposait un modèle idéal d'union entre les éléments mâle et femelle.

6Tout propos tenu sur la serrure amène nécessairement à s'interroger sur l'aspect symbolique de sa double fonction, ouvrir et fermer, et les développements qu'elle implique. Les Dogon ont une conception, dont G. Calame-Griaule nous fait part, qui diffère sensiblement de la nôtre. À la question : « Trouvez-vous plus agréable d'ouvrir ou de fermer ? », ils répondent : « C'est mieux d'ouvrir que de fermer, car ouvrir c'est faire sortir les richesses ». Seuls les morts sont enfermés à jamais, souligne l'auteur car, pour reprendre l'expression dogon, « La terre les a avalés » (p.47). La serrure ferme donc moins qu'elle n'ouvre sur l'abondance d'enfants et de biens que toute maison prospère abrite ; la fermeture ne peut être que provisoire sur un monde clos en gestation mais destiné à éclore. Le livre offre quelques images d'objets illustrant parfaitement cette conception, celles d'amulettes protectrices portées par les hommes en pendentif sous leur tunique, en forme de petites serrures pourvues d'une clef. Le guérisseur consacre ces « serrures de la prière » en prononçant dans leur trou des paroles qui rendent le talisman efficace avant de le refermer à clef. Encore une fois, ce geste viserait moins à refermer l'amulette sur son secret qu'à préserver la puissance de son action sur le monde.

Haut de page

Notes

1Martin Heidegger, « Bâtir habiter penser », dans Essais et conférences, 1958, Paris, Gallimard, collection Tel : 173 et 176.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Coquet, « Alain BILOT, Michel BOHBOT, Geneviève CALAME-GRIAULE, Francine NDIAYE, Serrures du pays dogon », Journal des africanistes, 75-1 | 2005, 311-313.

Référence électronique

Michèle Coquet, « Alain BILOT, Michel BOHBOT, Geneviève CALAME-GRIAULE, Francine NDIAYE, Serrures du pays dogon », Journal des africanistes [En ligne], 75-1 | 2005, mis en ligne le 06 avril 2007, consulté le 28 avril 2017. URL : http://africanistes.revues.org/623

Haut de page

Auteur

Michèle Coquet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org