Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

BERNUS Edmond, 2002, Les Touaregs

Paris, Ed. Vents de Sable, 171 p. (1 cart, 41 photos couleurs pleine page de Jean-Marc Durou)
Jeanne-Françoise Vincent
p. 309-311

Texte intégral

1Depuis plus de trente ans le nom d’Edmond Bernus est associé à celui des Touaregs sur lesquels il a publié un grand nombre de travaux d’excellente qualité. Il n’a pourtant pas hésité à leur consacrer un nouvel ouvrage, dans un genre difficile – plus accessible, dit-on, aux géographes – la synthèse. Ainsi se donne-t-il pour tâche de présenter cette société du désert dans son milieu naturel, avec son histoire, son organisation sociale, la place qu’elle réserve aux femmes et aux artisans, son évolution récente et ses révoltes, écartelée qu’elle est entre cinq républiques différentes. Le tout illustré par de superbes photos de Jean-Marc Durou. Disons le tout de suite, ce livre apparaît comme une totale réussite.

2Sur un territoire aride et immense les Touaregs sont à peine deux millions, parlant pourtant la même langue, « dénominateur commun majeur », et possédant la même écriture. Ils ne sont pas les premiers occupants de ce Sahara auquel on les identifie aujourd’hui : de nombreux monuments funéraires attestent de la présence en ce pays, alors plus fertile, d’autres populations, que lesTouaregs appellent « les gens d’avant », et que parfois ils ont côtoyés, les chassant ou les assimilant. A l’origine de leurs migrations, venues du nord généralement, ils citent, d’un bout à l’autre du Sahara, le nom de femmes ou de groupes de femmes. C’est là une première indication de la place occupée par la femme dans cette société, qui apparaîtra tout au long de l’ouvrage.

3Le XIXe siècle voit les premiers contacts entre Touaregs et Européens, voyageurs, puis militaires, enfin colonisateurs. De nombreux jugements de valeur sont alors portés sur cette civilisation. Jugements passionnés et contrastés, allant de l’enthousiasme au mépris ; « les Touaregs, » remarque E. Bernus, « ne laissent jamais indifférents ». Alors que le pays semblait avoir accepté la présence des Français – les fusils ne pouvant que l’emporter sur les épées –- il s’embrase en 1916 et 1917 en une révolte qui se transforme en véritable guerre où les chefs touaregs connaîtront quelques succès. Elle vaudra aux nomades « repacifiés » une étroite surveillance administrative, différant entre Afrique du Nord et Afrique noire, le pays touareg étant ainsi coupé en deux. Constituant dans chacun des Etats où ils sont implantés une minorité peu scolarisée, les Touaregs restent à l’écart d’une évolution que, selon E. Bernus, ils n’ont pas vu venir. Ils atteindront l’époque des indépendances sans avoir été vraiment préparés aux changements qu’elle allait représenter.

4C’est que, de tout temps, la société traditionnelle est organisée de façon hiérarchisée et complexe. Dans chaque grand ensemble politique, ou confédération, une tribu noble domine et fournit le chef suprême, amenokal, dont le pouvoir est matérialisé par un grand tambour, ettebel ou tobol. Son commandement s’exerce à la fois sur des aristocrates – et les vassaux qui en dépendent – et des religieux, « ceux de l’islam ». Tous sont hommes libres, au-dessous desquels figure la classe servile – théoriquement disparue aujourd’hui – rassemblant affranchis, serfs et serviteurs de case, noirs le plus souvent. Attachés aux tribus influentes et aux chefs on trouve enfin les artisans, maîtres du métal, du bois et du cuir, et aussi parfois maîtres de la parole, indispensables et pourtant souvent méprisés.

5Pour les nobles le courage personnel est à la fois idéal et réalité, admirée souvent par les officiers occidentaux. Les guerres fréquentes entre confédérations rivales – ayant rassemblé jusqu’à plusieurs centaines de combattants montés, assistés de troupes à pied – sont le terrain où les hommes se doivent de réaliser des exploits propres à immortaliser leurs noms, celui d’Eféllan par exemple, qui vécut vers la fin du XIXe siècle et que célèbrent des récits épiques, encore connus aujourd’hui.

6Les Touaregs sont musulmans, et pourtant la monogamie est de règle chez eux, fait unique en Afrique. C’est que la femme occupe dans cette société une place remarquable. Sa seule pensée galvanise le combattant qui crie le nom de celle qu’il aime avant de se lancer dans la mêlée. Comme les hommes, les femmes composent des poèmes et ce sont elles qui organisent les célèbres réunions galantes, ahal, où les hommes, vêtus de leurs plus beaux atours, les rejoignent pour les écouter jouer du violon – but officiel, du moins, de ces rencontres – et réciter avec elles des poèmes, œuvre des unes ou des autres. Le verbe haut, elles s’expriment et apostrophent, et leurs poèmes moqueurs, répétés de campement en campement, sont des armes assassines. Détail significatif, les femmes ont une part sur l’héritage de leur père, moitié, il est vrai, de celle de leurs frères. C’est à l’épouse en tout cas qu’appartient la tente familiale qu’elle emporte avec elle en cas de divorce. Elle sait d’ailleurs ce qu’est la solitude : le mode de vie nomade impose aux familles touarègues de continuels déplacements et des séparations pour suivre leurs animaux, et cette solitude forge aussi le caractère des jeunes bergers réduits, loin des campements,à la seule compagnie de leurs troupeaux.

7Les Touaregs sont parvenus à dominer ce milieu naturel redoutable qu’est le Sahara. Ils ont donné un nom à chaque lieu et ils possèdent une connaissance intime de ses plantes, de ses arbres, des pâturages où ils peuvent mener leurs troupeaux, de ses puits et de ses pistes. Pendant des décennies ils ont su tirer parti de ces étendues désertiques, rusant avec les sécheresses par de grands déplacements vers le sud, ou menant en vue d’échanges, de l’Algérie au Niger et au Mali, d’importantes caravanes commerciales – plusieurs milliers de chameaux parfois – dont les célèbres caravanes de sel observées en direct par l’auteur.

8Les trente dernières années ont été dures pour ce peuple et sa culture : arrêt des déplacements caravaniers, politiques de sédentarisation menées par les nouveaux Etats, longues et terribles sécheresses obligeant ces nomades à quitter leurs zones pastorales pour trouver refuge et travail dans les banlieues des grandes villes du sud. Chaque république a vu l’apparition de mouvements touaregs d’opposition présentant des revendications suivies de soulèvements, durement réprimés parfois, ce qui n’a pas empêché, à partir de 1990, une révolte généralisée affectant dans chaque pays tous les niveaux de la hiérarchie sociale touarègue. Ce fut l’embrasement, auquel des négociations s’échelonnant sur plusieurs années ont fini, péniblement, par mettre fin.

9Quelles perspectives pour les Touaregs aujourd’hui ? « Il est très difficile de dresser un bilan et plus difficile encore de s’interroger sur l’avenir » remarque Edmond Bernus. Les « révoltes n’[ont] pas débouché sur une reconstitution d’une élite ». Aussi pour certains Touaregs c’est le sentiment d’échec qui prévaut car il leur est impossible d’accepter l’éclatement de leur peuple en cinq morceaux. Il existe pourtant des signes positifs de l’évolution de la société. Les Touaregs ne sont pas en voie de disparition démographique, contrairement à ce qui est parfois affirmé, même si leur taux d’accroissement est moins fort chez les purs nomades que chez les sédentaires. Les jeunes migrants, ishumar, ont acquis une ouverture sur le monde, susceptible de faire reconnaître dans chacun des pays quel est l’apport positif qu’ils peuvent représenter. Les artisans n’ont-ils pas déjà adapté leurs bijoux et leurs produits au nouveau marché du tourisme ? Et une nouvelle poésie touarègue, souvent œuvre de femmes, faite de révolte et de nostalgie du campement lointain, est en train de naître.

10En cherchant bien on pourrait adresser de menus reproches à ce travail : maigreur des documents cartographiques réduits à une seule carte, absence d’une table des illustrations redonnant les thèmes des splendides photographies de Jean-Marc Durou qui présentent les Touaregs d’aujourd’hui. Tout cela est peu de chose. Ce qui compte, c’est la clarté et l’élégance des présentations thématiques, fondées sur une connaissance approfondie aussi bien des lieux que des auteurs, la réussite des formulations, la concision et la beauté d’un style imagé, le charme des recours constants au langage de la poésie touarègue. Disons-le, ce livre, où nous retrouvons tout entier ce remarquable chercheur qu’a été Edmond Bernus, est un bonheur …

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jeanne-Françoise Vincent, « BERNUS Edmond, 2002, Les Touaregs », Journal des africanistes, 75-1 | 2005, 309-311.

Référence électronique

Jeanne-Françoise Vincent, « BERNUS Edmond, 2002, Les Touaregs », Journal des africanistes [En ligne], 75-1 | 2005, mis en ligne le 06 avril 2007, consulté le 28 avril 2017. URL : http://africanistes.revues.org/621

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org