Navigation – Plan du site
Histoire, Anthropologie

Formation des États et alliances intercommunautaires dans la Côte d’Or (xviie-xviiie siècles)

Pierluigi Valsecchi

Résumés

L’article examine les étapes parcourues par la recherche historique dans cette région, qui s’est focalisée sur l’histoire de l’occupation de la forêt, les matriclans devenant le critère déterminant régissant les relations entre groupes dominants et groupes dominés. Cependant l’historiographie des sociétés akan ne doit pas se borner aux limites d’entités politiques et historiques ou dites « ethniques », et doit s’étendre aux réseaux de relations opérant à travers la région vue comme un tout, relations qui s’expriment dans les sources locales à travers le langage de la parenté. L’analyse historique permet de contextualiser les relations entre alliance/parenté et Etat, en insistant sur des mécanismes sociaux, tels que le gyaase, qui réalisent une médiation entre parenté et classe sociale.

Haut de page

Texte intégral

Une considération préliminaire

  • 1 Il s’agit d’un ensemble d’entités de dimension, d’origine et de composition territoriale, linguisti (...)

1Le rapport qui existe entre la catégorie « akan » –région akan, « mondes » akan1– et le cadre de référence géographique de notre étude, le sud du Ghana, pose des problèmes qui ne sont pas seulement de dénomination. Car le sud-Ghana coïncide en grande partie avec la Gold Coast (ou Côte de l’Or), –nom qui autrefois, avant que la Gold Coast soit placée sous l’autorité britannique, comprenait également les zones extrêmes du sud-est de la Côte d’Ivoire.

  • 2 La question de l’utilisation du terme “akan” comme définition identitaire et comme catégorie histor (...)
  • 3 Les deux documents cartographiques les plus anciens qui offrent un cadre détaillé de la Côte de l’O (...)
  • 4 Dans cet article, le terme akan est considéré comme une catégorie souple. Il peut indiquer égalemen (...)

2Indéniablement, la Gold Coast inclut une partie fondamentale de ce qui peut être défini comme « akan » ; on peut même dire qu’elle constitue le berceau historique et le cœur humain et culturel du monde akan2. Mais elle recouvre aussi des réalités humaines et historiques qui ne sont pas akan, ou ne le sont que partiellement. C’est le cas par exemple des groupes de langue ga-dangme et guang de l’Akuapem, de Winnebah et des centres ewutu. Mais l’on pense aussi aux héritages linguistiques et culturels spécifiquement « pré-akan » de Shama, Ahanta, Nzema, Sanwi, Aowin, Ndenye, Sehwi, et, globalement, des forêts et des lagunes de l’ouest. Néanmoins, au-delà de leur degré d’« akanité » –plus ou moins prononcé–et au-delà de toute autre possible alchimie identitaire, toutes ces composantes sont étroitement liées, fondues dans l’histoire et dans la culture de la région. Comme le disait Metternich au sujet de l’Italie de la première moitié du xixe siècle, la Gold Coast précoloniale est une « expression géographique » dans le sens d’une entité privée d’unité politique –ou de dimension « nationale »– qui néanmoins est pourvue d’une unité et, fondamentalement, d’une logique d’intégration des communautés qui la composent, sur la base, en premier lieu, du partage d’un espace commun de rapports territoriaux, productifs, commerciaux, politiques, culturels, cultuels, linguistiques, etc.3 Mais les degrés de mélange et de fusion varient sensiblement dans les différentes parties de cet espace. Même si la catégorie « akan » n’est ni essentielle ni exclusive dans notre discours, elle est toutefois objectivement prégnante sous de multiples aspects. En particulier, elle permet de définir la composante qui prévaut, et de loin, dans la tradition des études africanistes auxquelles nous nous référons explicitement dans ce contexte4.

Une historiographie dominée par l’Asante

  • 5 L’étude historique du grand ensemble akan se développe selon un parcours extraordinairement bien si (...)
  • 6 Je citerai en particulier Arhin, 1967 ; 1970 ; Daaku, 1970 ; Fynn, 1971 ; Lewin, 1978 ; McCaskie, 1 (...)

3Même en dehors du milieu des africanistes de profession, on entend souvent répéter que, dans la deuxième moitié du xxe siècle, la région akan a été l’un des objets privilégiés sur lesquels s’est exercée et formée l’historiographie nouvellement née concernant les sociétés de l’Afrique subsaharienne précoloniale5. Il s’est d’abord agi d’histoire politique6 mais –spécialement à partir des années 80– l’ouverture progressive à des thèmes et à une sensibilité de « nouvelle histoire » a produit des résultats fructueux en ce qui concerne le rapprochement de disciplines, comme l’anthropologie et l’histoire (Perrot, 1982 ; Terray, 1995), et aussi la place faite à des questions d’histoire sociale, histoire des idées, des croyances, de la culture, etc. (McCaskie, 1995 ; 2000-2001 ; Wilks, 1993).

  • 7 T. C. McCaskie est un critique sévère de l’historiographie concernant l’Asante, dominée par une att (...)

4A l’intérieur du cercle des initiés, chacun sait combien cette constatation est fondée, mais nous savons également qu’Akan est à considérer en premier lieu comme Asante. L’activité de recherche s’est en effet concentrée, avec une intensité sans égale, sur le grand système de pouvoir qui s’est constitué autour de la capitale asante, Kumase à partir de la fin du xviie siècle et qui, au cours des deux siècles suivants, a donné lieu à l’une des formations politiques les plus complexes de l’Afrique occidentale, jusqu’à la conquête européenne. C’est évidemment « l’Etat », en tant qu’ensemble tangible de pouvoir, d’institutions, d’idéologie et de culture, qui définit et structure l’Asante, en jouant le rôle d’agent identitaire principal à l’époque précoloniale. Et c’est la présence et l’héritage de cet « État » qui explique la grande part d’attraction qu’exerce l’histoire asante sur la nouvelle historiographie de l’Afrique, dans le contexte de la décolonisation et de l’indépendance. Savoir que « quelque chose de grand » avait son siège à Kumase bien avant l’arrivée des Européens fournit une base aisée à la représentation historique qui entend valoriser ce qui est spécifiquement africain-autochtone en l’opposant à ce qui est perçu comme étant européen-extérieur-colonial-imposé. C’est là un processus qui, selon certains, serait à l’origine d’une série de dépassements et de faiblesses de l’historiographie « nationaliste »7.

5Un net déséquilibre en faveur de l’Asante est en somme le « péché originel » de ces études, mais c’est aussi leur felix culpa car le résultat d’un tel travail est patent dans la production de haut niveau à laquelle doivent se confronter inéluctablement aussi bien l’historiographie sur les « mondes » akan que, plus généralement, les études sur les Etats et les sociétés de l’Afrique occidentale. Il suffit de rappeler des ouvrages comme Asante in the Nineteenth Century, de Wilks (1975), State and Society in Pre-colonial Asante de McCaskie (1995) ou encore Asante and the Dutch de Yarak (1990). En 2002, l’institution d’une chaire d’histoire d’Asante au Centre of West African Studies de Birmingham –la première du genre– attribuée à T. M. McCaskie représente la consécration d’une activité de recherche imposante, développée sur plusieurs décennies.

  • 8 Un discours à part doit être fait pour la plus qu’abondante portion du monde akan qui se trouve en (...)
  • 9 Parmi les principaux représentants locaux de cette tradition d’études historiques, les Fante J. M. (...)

6Les nombreuses autres composantes de l’histoire de la région aux xviie et xviiIe siècles –sur la côte comme à l’intérieur– ont sans aucun doute suscité une attention plus sporadique, et en tout état de cause dépourvue du caractère systématique qui a caractérisé, dans les quarante dernières années, les études historiques sur l’Asante. Exception faite8, toutefois, pour certaines sections de la société composite de la Gold Coast (au sens ancien du terme), notamment des centres côtiers exposés aux trafics atlantiques, qui ont été le théâtre d’une présence européenne qui remonte, au moins, à la fin du xve siècle. Nous faisons référence ici, en particulier, à la zone Fante et à celle des Gã, placées au centre d’une riche tradition historiographique9.

Les « origines » : De Wilks à Klein

7Une fois les distinctions établies, une fois tracées les frontières appropriées, il est nécessaire de souligner un élément fondamental : la très forte homogénéité de toute la région –non seulement de la Gold Coast mais de tout l’ensemble akan– qui constitue un processus historique de fond. Or toutes les études sur le monde akan ont été caractérisées, et, par maints aspects, elles le sont encore, par une forte dimension « ethnique », au sens où l’attention s’est concentrée sur les caractères propres de la région étudiée. À l’évidence, il est pratiquement impossible de séparer l’histoire de l’une de ces régions des composantes spécifiques communes à l’aire akan : le milieu (la forêt), le commerce entre la côte et l’intérieur, la présence, les ambitions et la concurrence des Européens, la présence de commerçants et marabouts mandé, les grandes aventures politiques de la zone forestière, les migrations, l’interaction continue entre les différents groupes impliqués dans des logiques de réseau qui oeuvrent à une échelle macro-régionale, etc. Un tel fait est évident, mais sa réception par l’historiographie ne s’est pas réalisée. Cette dernière est souvent, au contraire, caractérisée par une « insularité » dont l’origine est à relier à la tradition des études anthropologiques.

8Néanmoins, une telle homogénéité régionale est soulignée par un tissu étroit de liens entre les différentes histoires particulières. Elle émerge avec une force particulière dans les études qui visent à la formulation de modèles interprétatifs fiables concernant les « origines » des sociétés en question et qui visent, plus précisément, à éclairer la phase cruciale qui précède immédiatement l’arrivée des Portugais sur la côte (deuxième moitié du xve siècle) et qui correspond aux débuts de la période qu’on peut documenter grâce à des sources européennes.

9Si l’on jette un regard sur ce champ d’études, on peut tenter de résumer les termes du débat théorique –intense, même s’il se limite à un nombre précis de participants. Le débat s’est déroulé spécialement dans les années 70-80. Aussi, en le parcourant, nous serons portés à user d’expressions comme « mode de production », qui peuvent paraître datées à des oreilles d’experts. Mais on ne peut pas oublier que c’est précisément dans le cadre de ce débat que les études ont atteint des résultats particulièrement importants et fructueux pour la recherche historique et une meilleure connaissance de la société akan.

10Il faut souligner l’impact durable de la brillante construction interprétative d’I. Wilks qui a élaboré une thèse fascinante sur la manière dont se fit, dans le monde akan des xve-xvie siècles, la transformation d’une économie de forêt basée surtout sur la chasse et la cueillette –donc à très basse densité de population– en un système fondé sur la production agricole. Les formes d’organisation sociales précédentes (bandes ou « groupes ») auraient été remplacées par des institutions plus adaptées au nouveau contexte productif, en permettant l’absorption, dans le corps social indigène, de l’énorme surplus démographique dû à l’importation sur une vaste échelle de la main-d’œuvre nécessaire à l’expansion des zones à cultiver, aux dépens de la forêt. Ces institutions sont le matrilignage (abusua, pl. mmusua) et surtout le grand matriclan exogamique (abusua kese, pl. mmusua kese).

  • 10 Big man (définition anthropologique courante) est la traduction littérale de øøbirmpøn. Wilks (198 (...)

11Ce processus de transformation –et l’explosion démographique révolutionnaire par rapport à la situation précédente– est rendu possible et est alimenté, selon I. Wilks, par la conjonction entre la demande croissante d’or sur le marché mondial et la demande locale de main-d’œuvre : l’aire forestière est, dans cette phase particulière, importatrice d’esclaves de différentes provenances. Une partie d’entre eux est obtenue –moyennant paiement en or extrait localement– de fournisseurs portugais qui les achètent eux-mêmes, surtout dans l’actuel Nigeria, à des commerçants dyula, ou de fournisseurs locaux qui les importent à leur tour d’autres zones de l’intérieur. Ceux qui contrôlent la production de l’or, les abirεmpon (singulier birεmpon) ou big men10, deviennent les plus grands importateurs de main-d’œuvre forcée qu’ils réutilisent dans l’expansion des activités minières et agricoles, à savoir pour leur propre source d’accumulation et de pouvoir. L’organisation territoriale et démographique du système d’entreprise du birεmpon, celui que Wilks définit comme birεmpon-dom, devient un Etat in nuce et certains de ces domaines sont à l’origine immédiate des unités politiques de la Côte de l’Or des forêts. Parmi ces figures d’entrepreneurs on trouve, selon Wilks (1977, 1978, 1882, 1985, 1993), celles des fondateurs des entités politiques historiques de la zone akan.

12Ce cadre interprétatif est devenu de fait un paradigme historiographique largement accepté, même si la chronologie proposée par Wilks pour le développement du peuplement de la forêt est remis en question par les résultats de la recherche archéologique menée spécialement à partir du milieu des années 80, car ceux-ci soulignent la présence d’installations stables de grandes dimensions (de l’ordre de milliers d’habitants) remontant au moins au xe siècle de l’ère chrétienne, où l’on pratique le travail du fer et probablement une activité agricole (Shinnie and Shinnie, 1995, Shinnie, 1996).

13L’un des critiques les plus convaincus de la thèse de Wilks, A. N. Klein (1994, 1996) soutient pour sa part que le processus de colonisation intensive de la forêt par les ancêtres des groupes akan d’aujourd’hui serait à reporter au début de notre ère. En dehors des données archéologiques, Klein fonde sa propre assertion sur une simulation biomédicale, à savoir sur l’histoire du développement de la résistance des groupes installés dans la forêt à des agents pathogènes, tels que ceux de la malaria. Les Akan auraient donc pratiquement vécu dans la forêt pendant des millénaires avant l’époque où Wilks situe la constitution effective de ce type de société. Certes, les xvie-xviie siècles, selon Klein, auraient été marqués par une transformation radicale mais en sens contraire de celui de l’hypothèse de Wilks. Les données disponibles démontrent en effet qu’a eu lieu un processus de concentration d’habitants dû à la nécessité d’assurer la défense et la survie d’une population durement éprouvée du point de vue démographique par de nouveaux agents pathogènes dérivant du contact avec les Européens, mais aussi des conflits dévastateurs déchaînés par le développement de la traite atlantique (Klein, 1996). Comme l’admet Klein lui-même (ibid. : 248), les éléments probants et en général les données disponibles sont encore trop rares pour permettre une reconstruction détaillée. Pour y arriver, très probablement, l’archéologie est appelée à jouer un rôle de première importance.

Les transformations au xviie siècle : les propositions de Kea et Van Dantzig

14Dans l’obscurité persistante qui entoure la question des « origines », il n’est qu’un seul point fixe dans la perception actuelle de l’histoire de la Côte de l’Or et de toute l’aire akan, tant au niveau de la représentation que l’on en a localement qu’à celui de l’historiographie académique C’est la conscience partagée de la portée révolutionnaire du grand processus de transformation socio-politique et économique qui intéresse la région dans la deuxième moitié du xviie siècle. Il s’agit d’une série de développements qui transforment le cadre politique, humain, démographique, social et économique en partant des zones forestières de l’intérieur pour s’étendre à toute la région. Il en émerge un nouvel ordre socio-économique ainsi que de nouvelles entités politiques plus vastes et mieux organisées que les précédentes, tendant à la réalisation d’une expansion territoriale, démographique, économique : de véritables « projets impériaux ». Les principales sont, dans l’ordre chronologique de leur formation, Akwamu, Denkyira et Asante.

15Cette phase historique a été l’objet d’une recherche intense dans le cadre d’un intérêt plus général pour la question de l’Etat et des formes d’organisation socio-économique en Afrique de l’Ouest, recherche qui se base surtout, en termes théoriques, sur l’analyse du « mode de production » - en particulier Terray (1974, 1975), Dumett (1979), Yarak, (1996).

16Sur ce sujet, l’ouvrage important publié en 1982 par Kea, Settlements, Trade and Polities in the Seventeenth-Century Gold Coast, décrit de manière incisive une série de changements structuraux à la suite desquels, entre le xviie et le xviiie siècle, naissent ou se renforcent de nouveaux acteurs politiques, économiques et militaires. L’auteur examine la relation qui existe entre la formation de la structure de classe de la société, le système de production et la présence d’intérêts commerciaux d’origine étrangère.

  • 11 La période qui va de la fin du xve siècle à la décennie qui marque le passage du xviie au xviiie si (...)

17Selon Kea, dont les analyses que je vais citer sont largement redevables aux études de Wilks (1997 : 1982), ce processus apparaît comme une transition entre deux formes dominantes de reproduction sociale : un type commercial-agraire (les groupes dirigeants étant structurés dans des réseaux oligarchico-commerciaux11) et un type impérial-agraire (les groupes dirigeants étant fondés sur la concentration du pouvoir militaire).

18Ces changements dans les logiques productives et commerciales auraient été provoqués et conditionnés par la transformation radicale du cadre géopolitique, militaire et social de la région, elle-même liée aux effets de l’essor de l’économie atlantique, qui a remplacé l’ancien système des rapports économiques méditerranéens. Les phénomènes nouveaux sont l’introduction sur le marché européen de l’argent américain, le développement de l’agriculture de plantation qui nécessite un usage intensif de la main-d’œuvre, et entraîne la croissance exponentielle de la demande d’esclaves. Le système de marché africain en fut profondément modifié. Pendant la seconde moitié du xviie siècle, dans la région akan les esclaves sont devenus une marchandise d’exportation plus recherchée que l’or. Or l’arrivée de ces changements coïncide avec la réalisation du grand processus de transformation socio-économique, et la création du système d’agriculture forestière. Les sociétés Akan sont donc en mesure de s’adapter rapidement et de s’intégrer avec succès au nouveau système de l’économie atlantique (Wilks, 1985 : 493).

  • 12 Akani, nom qui apparaît déjà au xvie siècle (Boahen, 1973 ; Van Dantzig, 1990 : 206), semble désign (...)
  • 13 Au xviie siècle, marqué par une phase de grande expansion commerciale, on assiste, selon Kea, à une (...)

19Néanmoins, la structure du pouvoir politico-mercantile du xviie siècle –qui fut incarné, en premier lieu, par le célèbre système politico commercial des Akani12– ne résista pas au changement. Alors que la demande d’esclaves surpasse progressivement celle de l’or, progressivement certains interlocuteurs privilégiés des Européens deviennent des acteurs politiques, militairement organisés. Ils se renforcent à l’intérieur, aux dépens du réseau akani (dont ils avaient fait partie) qui, lui, s’effrite progressivement (Van Dantzig, 1990 : 205). Mais le déclin du système « mercantile » a également à voir avec l’exaspération du contraste social entre les groupes dirigeants urbains et la société rurale dont l’enjeu est le contrôle du surplus agricole. Dans le cadre de cette crise, le rapport entre ville et campagne se transforme à l’avantage de la seconde (Kea, 1982 : 11, 285-287, 322-326)13.

  • 14 Selon l’auteur, au xviiie siècle, l’intérieur de la Côte de l’Or présente, outre l’affirmation de q (...)

20L’équilibre précédent, souligne Kea, s’écroule à la suite de l’affirmation de nouvelles formations impériales avec leurs nouveaux groupes marchands émergents. L’ancien réseau akani est remplacé par de grands intermédiaires commerciaux vivant dans les villes de la côte, spécialement dans la région fante, chacun étant à la tête d’un système de correspondants placés dans différents centres de l’intérieur. Le renforcement de ce nouveau réseau va de pair avec l’expansion politico-militaire fante. Cependant, plus généralement, la dynamique de conquête militaire sur une vaste échelle, mise en place par les acteurs « impériaux » de l’intérieur, détermine une augmentation proportionnelle du nombre des prisonniers de guerre qui, comme l’atteste Van Dantzig, sont immédiatement employés à satisfaire la demande de plus en plus forte des Européens de la côte en esclaves (Van Dantzig, 1980 : chap. 3). Dans ce cadre, surgissent et s’affirment une série de formations étatiques comme Akwamu, Denkyira mais surtout l’Asante (Kea, 1982 : 321-326). Selon Kea, ce sont là les prototypes du nouveau modèle de formation impérialo-agraire14.

  • 15 En particulier De Marees, 1602 ; Brun, 1624 ; Hemmersam, 1663 ; De Bellefond, 1669 ; Dapper, 1676 ; (...)

21Du point de vue sociopolitique, une telle dynamique marquerait le rapprochement de deux formes différentes d’organisation corporative des groupes dirigeants. La forme précédente –celle des organisations sociales qui unissent les classes dirigeantes aux sujets politiques « marchands »– consistait en regroupements horizontaux, établis selon l’ordre que Kea définit comme étant celui des « confréries nobiliaires » (brotherhoods of nobles). Celles-ci unissaient les individus socialement importants, les abirεmpon, par delà les différentes entités politiques et affiliations linguistiques et culturelles de la Côte de l’Or des xviie et xviiie siècles. Kea fait reposer sa propre reconstruction sur des sources qui décrivent les procédures de reconnaissance de l’ascension sociale –« l’anoblissement »– par intégration dans des groupements institutionnalisés (Kea, 1982 : 101-104 ; 364-365, n. 165)15

22Outre les « confréries », il existerait d’autres formes d’organisation corporative dans les classes supérieures, liées, en premier lieu, à l’activité commerciale, comme par exemple les organisations de commerçants akani (Akanist). Elles réunissaient les marchands et les intermédiaires organisés en « captaincies » d’habitation (Kea, 1982 : chap. 7). Van Dantzig voit dans ces réseaux, mais aussi dans d’autres organisations comparables de l’ouest du monde akan, des systèmes de connexions corporatistes entre certains opérateurs commerciaux, au niveau de la grande région, en formant l’hypothèse de leur rôle crucial dans les origines du Denkyira dans la deuxième moitié du xviie siècle (Van Dantzig, 1990).

23Kea soutient qu’en conséquence des grandes mutations politiques et économiques de la seconde moitié du xviie siècle, les anciennes formes de structuration de l’hégémonie sociale ont perdu rapidement de l’importance, alors que le grand matriclan exogamique, l’abusua kese, s’est imposé comme étant la forme principale de coordination des classes dirigeantes au niveau régional et, par conséquent, comme la structure qui, mieux que les autres, règle les rapports entre éléments dominants et éléments dominés (Kea, 1982 : 90-94, 364-365, n. 165).

24À l’origine, l’abusua kese –selon la thèse de Wilks reprise par Kea– est lié au contrôle et à la gestion de la terre, à savoir à la production. Il s’agit d’une corporation de familles d’abirεmpon, –y compris leurs dépendants, non libres de statut–, familles alliées entre elles. Comme on l’a dit, ces groupes sont impliqués dans des activités commerciales. Pourtant, souligne Kea, ils se reproduisent socialement, non pas comme une classe de marchands et intermédiaires, mais en tant que propriétaires terriens et autorités à l’intérieur de nouvelles formations politiques. Avec efficacité, les abirεmpon s’adaptent au nouveau contexte. Ils changent leurs propres moyens de subsistance et investissent les revenus du commerce en propriétés terriennes et en main-d’œuvre forcée :

Thus the mmusua-kese may be said to have emerged as a result of changing patterns in the ownership of the means of production. Not only were they corporate organizations that assimilated persons of servile status ; they were also class organizations that represented the new social political identities and roles of particular obirempon families. (Kea, 1982 : 92).

25Ce serait le triomphe du matriclan comme forme universelle de structuration de la hiérarchie sociale, à l’exclusion de presque tout autre type de regroupement, aboutissement d’un processus commencé, selon Wilks, au cours des xve et xvie siècles (Wilks, 1977).

26Mais sur ce point, la lecture de Kea ne paraît ni fondée ni convaincante. Elle se base sur la thèse qui s’appuie sur la différence de nature entre les formes associatives antérieures des groupes dirigeants, fondées sur la classe et le rang social, les « confréries » marchandes, et les formes suivantes qui réfèrent à la parenté. Néanmoins, Kea ne fournit pas d’éléments susceptibles d’appuyer sa thèse et de documenter le processus présumé du passage d’une forme d’organisation à l’autre. Il ne suffit pas pour cela qu’il note que les procédures d’admission aux « confréries », décrites par les sources européennes du xviie siècle comme les cérémonies « d’anoblissement », cessent dans la première partie du xviiie siècle (Kea, 1982 : 168 ; Memel-Fotê, 1993).

Logiques de « réseau »

27Un fait évident pour quiconque a eu contact avec les matériaux historiographiques de l’aire akan, est l’existence à l’échelle macrorégionale d’interactions entre les groupes dirigeants, à travers des associations et des réseaux qui recoupent les frontières des différentes entités politiques, dessinant « une géographie particulière ».

  • 16 Sur le matriclan, Wilks (1977 : 522) observe : “historically, clan affiliations seem not to have be (...)

28Cela dit, il faut constater que la recherche relative à ce type de rapports s’avance rarement au-delà des confins d’une entité historico-politique ou « ethnique » circonscrite16. Des liens de « parenté » entre groupes dirigeants ont été recherchés dans d’importantes études sur la formation et le peuplement des entités politiques akan de l’Ouest, aux xviiIe et xixe siècles, comme, par exemple, celles de Terray sur le Gyaman, de Perrot sur le Ndényé, de Diabate sur le Sanwi, de Viti sur les Baule.

29Néanmoins cette perspective (à l’échelle macrorégionale) est davantage présente dans les analyses sur les « origines » de ces formations politiques entre la fin du xviie et le début du xviiie, mais s’estompe dans le traitement de leur histoire postérieure ; elle est alors remplacée par l’attention presque exclusive donnée à la structuration des assises politiques, sociales et économiques internes des nouveaux Etats et par une histoire de leurs relations avec l’extérieur conçue comme un système classique de « relations internationales » entre unités politiques homogènes (Boahen, 1974b). A plus forte raison ce caractère est manifeste dans l’historiographie de l’Asante, dominée, ce qui est compréhensible, par la vive attention donnée aux dynamiques du centre de cette complexe organisation étatique et impériale.

30Cependant, plusieurs éléments cruciaux qui émergent dans les analyses de l’histoire des xviiie-xixe siècles font penser que l’incidence politique des autres logiques d’associations entre groupes se maintient comme une constante fondamentale, quoique avec une intensité et une importance inégales selon la conjoncture historique spécifique.

31La situation observable dans l’aire akan occidentale pendant le xviiIe siècle est particulièrement emblématique. On voit clairement dans ce cas comment, dans une perspective de longue durée, les dynamiques des différents groupes dirigeants locaux sont assez difficilement isolables de circuits plus vastes et généraux, sinon peut-être aux fins d’analyses de situations contingentes et très spécifiques spatialement et chronologiquement. En fait les matériaux historiographiques, dans l’acception la plus large du terme (sources écrites et traditions orales), tendent constamment à réclamer l’attention du chercheur sur les contextes qui transcendent de façon décisive les logiques d’agrégation territoriale, politique ou ethnique à l’échelle locale, suggérant ou affirmant ouvertement l’existence et le caractère opérationnel des réseaux de rapports ramifiés, au point d’en rendre ardus le démêlage et le décodage. L’impact de cette donnée fondamentale risque de limiter sérieusement la valeur de l’étude localisée, ou bien des « histoires ethniques ».

32La particularité de cette situation qui concerne un vaste ensemble d’entités politiques incluant les actuels Ahanta, Nzema, Egila (Edwira), Pepeesa, Wassa, Aowin, Sanwi, Bassam et les aires ewuture (mekyibo) et abure (de Bonoua), est restituée avec pertinence par J. P. T. Huydecoper, commandant hollandais du fort Saint-Antoine d’Axim. En 1762, il rend compte (dans la traduction de Furley) du caractère conjoncturel des conflits entre entités politiques et groupes par ailleurs alliés, et même étroitement apparentés et interconnectés :

  • 17 FC (Furley Collection, Balme Library, University of Ghana) N49 (A-F) ; 1757-1762 (E) (ARA WIC 963), (...)

Parmi eux [les autochtones] ils sont tous divisés en différents Stammen [tribus] dont ni eux ni nous ne connaissons l’origine… mais qui a une très forte influence sur leur vie commune… Certaines de ces tribus sont étroitement liées à d’autres, certaines fortement opposées l’une à l’autre. La conséquence de cela est que… quelque grand que puisent être les désagréments entre elles, elles ont coutume de s’aider l’une l’autre contre un 3ème parti. L’amour de leur patrie est seul assez fort pour briser ce lien et dans la défense de celle-ci aucune attention n’est donnée aux associations (fondées sur une origine commune, sur une tribu)17.

  • 18 Dans la Carte particulière de la partie principale de la Guinée, située entre Issini et Ardra, dess (...)

33Premièrement, les patries sont les unités politico-territoriales dont sont héritiers plus ou moins directement les « Etats traditionnels » actuels de la région ; ces unités constituent une référence constante dans la dynamique politique de la région à travers trois siècles18. Deuxièmement, en position de retrait et en constante potentialité de conflit avec celles-ci, mais avec des implications également fondamentales relativement aux dynamiques de structuration de l’ordre social, politique et économique, se place l’entité que Huydecoper définit comme stam (tribu).

34L’identification du stam avec le matriclan (abusua kese en asante, et abusua eku en nzema), va de soi. Toutefois cette identification n’est pas exhaustive. Diverses sources locales et européennes nous permettent de reconstruire en filigrane certains des rapports synthétisés par Huydecoper dans l’expression stam, et nous verrons comment ceux-ci incluent un cadre de relations beaucoup plus vaste, complexe et bigarré, et non réductible à un schéma de parenté unilinéaire.

35On peut, en effet, parler de relations déterminées par l’appartenance à un même abusua ou abusua kese, mais aussi, très souvent, par des degrés de parenté patrilatérale. L’affinité née d’une appartenance commune à la lignée maternelle, le matriclan, ou à la lignée paternelle, peut être consolidée par des pactes d’alliance assermentés, normalement sanctionnés par des échanges matrimoniaux.

36Esawa en constitue un exemple significatif. Il s’agit d’un grand groupe de mmusua présent dans une vaste portion du monde akan occidental. Esawa est représenté par ses membres comme étant un groupement de matriclans. Pourtant, selon les zones d’appartenance, les mmusua esawa s’associent à des matriclans différents : Aduana en Sehwi et Aowin, Asona ou Bretuo en Ahanta, Ndweafo en Egila, Axim et dans les zones Nzema à l’ouest d’Ankobra, où toutefois, surtout dans le Nzema occidental, ils sont étroitement liés au matriclan local Azanwule. À la fin du xixe siècle, les Esawa d’Egila constituent dans la région un groupement dont font partie, pour n’en citer que les principaux, les sièges de Bamianko, Banso, Tomento et Essuawa mais aussi Salman, Kekame et Anwea, dans le Nzema oriental. Les Esawa de Bamianko sont en outre étroitement liés, avec échange d’héritiers, au siège d’Akatalyi, en Ahanta, et aussi à celui de Kwawu, en Aowin. La succession, dans chaque siège, est potentiellement garantie par plusieurs mmusua, grâce à ceux qui forment le réseau.

  • 19 NAG (National Archives of Ghana) ADM 11\1\1470 (case N° 27\1911) Bamianko Native Affairs, S.C.R. Be (...)

37Mais ce n’est pas tout : certains sièges peuvent obtenir des héritiers d’abusua qui ne se définissent pas comme étant Esawa et qui reconnaissent des liens de parenté avec une ou plusieurs composantes du groupe Esawa. Très souvent, ces liens particuliers sont formulés dans des lignées unies par un pacte assermenté. Ce caractère de réseau ou, mieux, de hiérarchie (pas nécessairement fixe), d’alliance entre les différents groupes, qui résulte de contingences historiques précises, est présent de manière emphatique dans des récits relatifs aux origines des Esawa d’Egila. Ces récits s’étendent en détail sur les modalités d’énonciation des pactes entre les groupes concernés et sur les échanges matrimoniaux qui les renforcent19.

38Nous sommes en face d’une galaxie composée d’une série de systèmes solaires pourvus de planètes et de satellites dont certains participent à la fois de plusieurs orbites de matriclans différentes. Autrement dit, le langage de la parenté traduit de manière évidente dans le cas d’Esawa une stratification de rapports de nature différente : en premier lieu, le contexte historique de la formulation de liens d’alliance, égaux ou inégaux, entre les groupes, soulignés par des stratégies matrimoniales précises (Valsecchi, 1999 : 252-259 ; 2002 : 266-272). La logique qui dérive de ces accords d’association est synthétisée en 1920 de la manière suivante par un ancien ohene [roi] de Bansu (Egila) :

  • 20 NAG ADM 11/1/1470, “Kweku Attah, former ohin of Bansu, 6 sept. 1920”.

The families become one, when the member of one family sits on the stool of the other and vice versa (…) have made one, they don’t separate. There are families of one blood, and families of the same name but not of the same blood.20

39Dans plusieurs cas, les groupes mentionnés agissent comme un vaste ensemble, selon une certaine cohérence et, en particulier, selon des formes institutionnalisées servant à la médiation des conflits internes. Ils ont recours à un même ntam, c’est-à-dire à une même formule de serment (Valsecchi, 2002 : 271).

Dépendance, intégration et langage de la parenté : Yarak, McCaskie, Terray

40Cependant les recherches approfondies dans ce domaine ne sont pas simples. D’une part les recherches antérieures sont peu nombreuses et les points de référence matériels et méthodologiques sont rares, d’autre part les sources disponibles sont souvent trop générales ou trop indirectes pour donner corps aux dynamiques qu’ils suggèrent ; enfin l’entrée dans ce domaine d’analyse suppose qu’on porte une grande attention à un discours complexe et souvent allusif : celui de la parenté. Car les sources locales présentent l’histoire des liens entre les groupes à travers le langage de la parenté : les différents groupes auraient été associés sur la base de relations matrilinéaires (matrilignage et matriclan) et patrilinéaires, ou bien d’alliances fondées sur des échanges matrimoniaux.

  • 21 Wilks a formulé l’hypothèse selon laquelle la création du matriclan est liée à la résolution d’un p (...)

41Ces catégories sont généralement acceptées par les historiens comme traduisant les données réelles de la société locale, mais elles ont été rarement (et seulement récemment) soustraites à l’atemporalité « structurale » du traitement anthropologique et analysées dans leur dimension historique. Une tentative tout à fait pionnière en ce sens est celle d’I. Wilks (1977, 1982), au sujet des origines du matriclan,21 institution énigmatique dans son affaiblissement actuel relativement à la cellule qui le constitue, c’est-à-dire le matrilignage (abusua), alors qu’il détient en Asante et dans d’autres aires akan un rôle crucial de grande unité exogamique (mais non toutefois au Nzema, Ahanta, Aowin, Anyi, Baule et dans l’ouest en général). Dans l’analyse de Wilks, le matriclan se présente comme un système d’alliance plus encore que de descendance. Selon McCaskie, cette donnée fondamentale caractérise l’histoire de la matrilinéarité asante, matrilignage inclus, avec des implications déterminantes en matière de perceptions locales de la hiérarchie des rapports entre individus et groupes membres.

  • 22 Je me réfère en particulier à Rattray, 1923, 1929 ; Fortes, 1950, 1969.

42À une interprétation anthropologique classique du matrilignage22, comprise dans un plus vaste matriclan comme « a constituent equally derived from the principle of descent », McCaskie sur la base de la « théorie de l’alliance » (1985 : 169) oppose :

  • 23 Pour des témoignages fante au xixe siècle sur les rapports inégaux à l’intérieur de l’abusua, cf. J (...)

la perception des Asante de l’abuswa en termes d’alliance plutôt que de descendance… Dans la pensée politique asante ces « lignages » [sont interprétés] en termes de prémisses d’inégalité : dans le lignage une distinction est faite entre les « vrais » descendants et les assimilés et souvent non libres.23

  • 24 Selon Yarak (1996), qui tente de fonder son analyse marxiste de l’Etat asante sur de nouvelles assi (...)

43Les implications de cette lecture sur le plan historique sont visibles dans certaines réflexions intéressantes de L. Yarak qui aident à mettre en contexte le rapport entre alliance / parenté et Etat. Yarak analyse le rapport entre membres dominants et dépendants dans l’abusua comme étant aussi un système de médiation pour l’accès à la terre, le figurant en termes de rapports landlords / tenanciers, et de relations entre les membres « libres » du matrilignage et ceux qui ont été « acquis » (Yarak les définit comme « adoptés : ce sont les gyasefo « les gens du foyer », d’ascendance non libre ou étrangère).24

44Le gyaase (foyer), qui inclut tous les hommes de condition non libre assimilés à l’abusua, agit comme un corps placé au service direct du chef de famille. Il est constitué par ses domestiques, ses serviteurs, ses défenseurs, mais aussi par ses conseillers les plus intimes (et influents). Ce sont les fils des chefs de famille qui dirigent le gyaase, soit qu’il s’agisse de fils de mères libres, appartenant donc à des lignées maternelles différentes de celle du chef de famille, soit qu’il s’agisse de fils de femmes non libres, et donc directement assimilés au propre lignage maternel de celui-ci. Le membre du gyaase prend des responsabilités à la place de son seigneur : il en cultive les terres comme fermier locataire, recherche de l’or pour lui, fait du commerce et combat pour lui, le sert chez lui et, lorsque celui-ci meurt, il est fait l’héritier de ses biens (Wilks, 1982 : 243 ; Yarak, 1996 : 234-235).

  • 25 Sur ce thème, cf. aussi McCaskie, 1995 : 18-19, 248-52, 346, n.73.

45Yarak élabore sa caractérisation du rapport entre lignées « libres » et lignées assujetties dans le contexte d’une série d’importantes trouvailles théoriques utiles à une lecture de l’Asante des xviiie et xixe siècles. Il part de la catégorie wébérienne de patrimonialisme (Yarak, 1983, 1990, 1996)25. Une fois établies les grandes différences en matière de dimension et de développement des institutions politiques qui distinguent de l’Asante toutes les autres formations politiques de la région, plusieurs de ses considérations s’appliquent néanmoins à une analyse générale des Etats akan. Plus précisément, Yarak (1990 : 282-287) relit de manière critique l’interprétation du système d’administration impériale asante, que Wilks considère comme un système de bureaucratie formalisé en termes wébériens, en particulier Wilks (1966, 1967, 1975). Pour sa part, il voit un « patrimonialisme » asante plus proche d’une variante du patrimonialisme oriental, en raison de ses traits arbitraires (« sultanisme »), que de la variante occidentale dont l’expression accomplie est l’état féodal. En outre il conteste (Yarak, 1996) l’interprétation d’un « mode de production esclavagiste » spécifique de certains grands états akan, comme Asante et Gyaman, avancée par E. Terray (1974 ; 1975). Dans sa critique, il constate l’adéquation et l’efficacité des mécanismes permettant l’intégration rapide des esclaves dans le corps de la société.

46Yarak souligne avec force le rôle fondamental que joue le gyaase. Pour expliquer le rapport entre pouvoir, système d’esclavage et société, il utilise les catégories de « mode de production féodal » (ou coercive rent-taking) et de « mode de production tributaire » (ou tax-raising), revisité par C. Wickham (1984 ; 1985) sur la base d’une approche matérialiste appliquée à des situations historiques du haut Moyen Âge d’Europe et d’Asie. Dans le premier cas (« féodal ») le propriétaire terrien, non seulement perçoit de son fermier une rente en monnaie ou en services, mais il est en mesure d’exercer sur lui un contrôle par voie non économique, soit formelle (par exemple l’administration de la justice) soit informelle. Dans le second cas (« tributaire »), le surplus est extrait des produits à travers l’impôt exigé par une « classe d’état » fondée sur une institution publique qui dispose du droit politique d’exploiter un secteur de la société qu’elle ne contrôle pas directement à travers la gestion de la terre.

47Pratiquement, le rapport chef / gyaase est une variante du « mode de production féodal » inséré dans un rapport plus vaste, entre chef et société, de type « tributaire ». Néanmoins, l’insertion se produit en position subordonnée, étant donné que les membres du gyaase ont non seulement des obligations spécifiques mais sont, malgré tout, soumis à impôts, comme tous les autres sujets (Yarak, 1996 : 234-235).

48L’institution du gyaase a pour fonction permanente de rééquilibrer des corps sociaux sujets à l’absorption continue d’un grand nombre d’individus et de groupes, non libres à l’origine, esclaves, prisonniers, étrangers, réfugiés, alliés, dépendants, etc. En associant étroitement, grâce aux formes prégnantes de la parenté, seigneurs et sujets, maîtres et esclaves, dominants et alliés subordonnés, le gyaase agit de fait –et de manière très efficace– comme une sorte de filtre, de médiation, de caisse de décompression entre les instances parentales et celles de la classe sociale.

49Si l’on veut comprendre pleinement cette logique, on ne peut éviter de porter son attention sur le gyaase, institution sociale fondamentale dans la société akan (du moins entre les xvie et xxe siècles). I. Wilks souligne l’importance cruciale de l’étude de ses membres, les gyaasefo, du point de vue historiographique. Il les définit ainsi : « this peculiarly servile, yet peculiarly powerful status » (Wilks, 1994 : 664).

En guise de conclusion : histoires de gyaasefon

  • 26 Un des plus hauts dignitaires de cour, le Bantamahene (chef de Bantama) occupait (et occupe encore (...)

50L’observation, même superficielle, des histoires individuelles de nombreux membres du gyaase réserve en effet des surprises intéressantes. L’une des histoires les plus connues est celle d’Amankwatia Panin, premier Bantamahene26 sur qui repose la puissance militaire asante. Il s’agit d’un individu de statut non libre, un serviteur (akoa) membre du gyaase d’Osei Tutu, le premier Asantehene (Wilks, 1993 : 241-246). Cependant l’histoire d’Amankwatia Panin, liée à celle des débuts du grand système étatique et impérial asante, peut très bien se lire comme un cas classique de promotion sociale individuelle liée à l’affirmation du rôle du roi, dans le cadre d’une centralisation du pouvoir qui passe par l’augmentation du corps des serviteurs de l’Etat dépendant directement du souverain. Il s’agit d’un processus solidement attesté dans le cas de l’Asante (Wilks, 1966 ; 1987 ; Hagan, 1971).

51Mais d’autres cas se sont vérifiés dans des régions de la Côte de l’Or où il n’existe pas d’institutions centrales de la même force, et où l’on n’assiste pas à un processus de croissance étatique comparable. Aussi sont-ils davantage révélateurs d’une situation dans laquelle le statut de forte dépendance personnelle n’est pas considéré comme incompatible avec la possibilité d’aspirer et d’accéder à des positions qui assurent le contrôle de portions importantes de pouvoir politique, militaire, économique –y compris la fonction suprême, celle de roi.

52Aniaba, l’otage célèbre que les Esuma d’Assinie avaient laissé en gage aux Français en 1687, baptisé et élevé à Paris comme filleul de Louis XIV et « héritier au trône » d’Assinie, est en même temps membre du matrilignage royal des Ewuture [Eotilé] et membre du gyaase du chef des Esuma (auxquels il avait probablement été donné en gage dès son jeune âge). Esuma et Ewuture sont deux groupes qui habitent les rives et les îles de la lagune Aby. De retour à Assinie en 1701, Aniaba se trouve dans une situation difficile à définir, car il peut effectivement avancer des prétentions au siège royal des Essuma, en tant que « fils » du roi et, en même temps, il est candidat au siège royal ewuture –resté vacant– par son appartenance au matrilignage royal. Les aspirations d’Aniaba sont réduites en cendres dans les circonstances politiques compliquées et conflictuelles de l’installation française à Assinie (1700-1702). En conflit avec le commandant Damon, il perd l’appui français et il lui en coûtera non seulement la perspective d’occuper une fonction de pouvoir très élevée chez les Esuma (si ce n’est la charge royale), mais aussi l’accès au siège des Ewuture dont il était le candidat le mieux accrédité. La famille royale et les chefs ewuture choisissent Coucocrou, « l’esclave favori » du précédent souverain, un individu puissant et ingénieux qui, comme chef du gyaase, a pris le contrôle des biens du défunt (Tibierge, 1692), (Damon, 1702), (Loyer, 1714) dans (Roussier, 1935) et (Valsecchi, 2002 : 207-209).

  • 27 L’étymologie du terme odehyee a probablement à voir avec l’union de de (posséder quelque chose, dét (...)

53Des histoires de ce genre ne sont pas des cas isolés, exceptionnels, mais se produisent fréquemment dans la société de la Côte de l’Or aux xviie et xviiie siècles. En tant qu’institution qui occupe une position centrale dans le système de pouvoir de la région, le gyaase contribue au maintien même du système, autant que la composante originelle de l’abusua, à savoir ceux que l’on peut définir comme adehyeε (sing. odehyeε), les ingénus (nés libres)27. À défaut, parmi les adehyeε, de candidats acceptables à la charge de chef de matrilignage (abusua panin), ce sont les « fils » de l’abusua et en particulier les gyaasefo qui doivent fournir le successeur.

  • 28 L’abusua soumet le cas aux autorités hollandaises d’Elmina en demandant à la cour de mettre Tannie (...)

54Un exemple de cette logique est donné par Yarak qui rapporte le cas particulièrement intéressant de Tannie Boroe, un esclave acquis, entré en compétition pour la succession à la tête d’un abusua d’Elmina en 1830. Après la mort du maître, en l’absence d’héritier mâle, la charge d’abusua panin fut occupée par un esclave, selon la coutume, mais celui-ci mourut presque aussitôt, ouvrant la voie à Tannie Boroe qui avait déjà hérité de l’une des femmes de ses prédécesseurs et assumé les fonctions et les privilèges de la charge en tant qu’héritier présomptif. Toutefois, les membres de la famille ne s’accordent pas sur son nom : une partie ne veut pas de lui et conteste sa capacité à occuper la position d’abusua panin parce que trop jeune et sans expérience. Tannie Boroe se trouve alors dans une situation difficile et essaie de s’en sortir en exigeant de ses maîtres de l’argent et une femme à épouser et, dans le cas d’un refus, d’être vendu à de nouveaux propriétaires. Il menace, sinon, de causer des dommages à la famille en s’endettant et en créant des problèmes judiciaires28.

55Il est une caractéristique commune aux personnages mentionnés. Elle me paraît fondamentale : du point de vue de leur position dans le système de parenté fondé sur le matrilignage, on peut les considérer tous comme des gyaasefoø, « gens du foyer », « fils » ou assimilés. Leur statut personnel est assez douteux si on le considère du point de vue de la catégorie d’odehyeε (exception faite d’Aniaba) mais il n’empêche pas en principe, et en fait, d’aspirer légitimement et d’accéder à des charges prestigieuses ainsi qu’à une haute position.

56Il découle de leur histoire que les facteurs de dépendance inscrits dans leur ascendance peuvent être composés de manière à offrir une grille servant à interpréter aussi bien un échec éventuel que la célébration du pouvoir. Il en est ainsi d’Aniaba, dont on peut souligner, dans la phase de son succès, le lien entre deux lignages royaux, comme « fils » de l’un (esuma) et odehyeε de l’autre (ewuture) mais, au moment de sa chute et de sa défaveur, on ne rappelle que sa condition d’esclave. Ainsi en va-t-il de Tannie Boroe, esclave, nul n’en doute, mais légitimé dans son titre par la coutume établie qui lui permet d’occuper une charge à laquelle il aspirait, en l’absence d’un héritier éligible dans la branche « noble » de l’abusua d’acquisition.

57Une observation attentive du cadre historique des xviie et xviiie siècles semble contredire une image de la société akan répandue au xxe siècle et que l’anthropologie coloniale a considérablement contribué à forger : selon celle-ci, l’échelle du statut personnel et l’échelle du pouvoir politique et économique tendent à coïncider. Les situations observées montrent, au contraire, comment une condition de dépendance personnelle et le contrôle du pouvoir politique, militaire et économique, à un niveau élevé, ne sont absolument pas contradictoires.

58Il est assez difficile d’identifier (à l’époque précoloniale) l’existence d’une condition de liberté individuelle. De manière abstraite, on pourrait identifier un concept de liberté individuelle dans la catégorie akan qui est à la base de la condition d’odehyee. Mais dans les faits être né libre procure une condition extrêmement précaire : très facilement l’individu, à un certain moment de son existence, perd sa condition de liberté, soit par la force, soit de son propre gré, et il entre dans une catégorie de forte dépendance (comme mis en gage, otage, prisonnier ou comme client volontaire ou vassal d’un puissant). Par ailleurs, la condition d’odehyeε, même quand elle n’est pas perdue, n’assure que potentiellement la jouissance continue de garanties et privilèges. Autrement dit, elle n’est effective que dans certaines conditions partagées par une portion extrêmement minoritaire du corps social : le citoyen dans la pleine jouissance de ses droits, le « libre » par définition, c’est l’abusua panin, le chef de lignage (homme ou femme), celui qui, dans le langage des tambours, est défini comme « celui qui n’est pas mis en vente » (Viti,1998 : 277), au moins jusqu’à ce qu’un pouvoir supérieur –comme c’est par exemple le cas dans l’État asante– n’en décide autrement.

59Cependant même dans ce cas, déceler et définir une telle condition dans des situations historiques concrètement observées, est une autre affaire. Toute assertion d’autonomie par rapport à des pouvoirs forts est difficilement séparable de l’affirmation d’une capacité et d’une autonomie financières : est libre celui qui est en mesure de garantir ses sujets et lui-même dans l’éventualité, toujours présente, de dette, d’amendes, ou de rançon en cas de capture. Ainsi, très souvent, l’akoa est en mesure de préserver pour lui-même des espaces d‘autonomie, de « liberté », espaces plus grands et réels que ne le peut l’odehyeε, surtout si celui-ci n’est pas riche.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit d’un ensemble d’entités de dimension, d’origine et de composition territoriale, linguistique et historico-politique différentes, désignées comme groupes « ethniques ». Cette terminologie tend à souligner la portée, la durée et la capacité de reproduction d’une homogénéité locale fondée sur des caractères forts (territoire, langue, histoire, économie). Qu’il suffise de citer Denkyira, Aowin, Anyi, Baule, Sehwi, Fante, Asante, Abron, Akyem, Akwapem, Akwamu, Kwahu, Wassa, Nzema, Ahanta.

2 La question de l’utilisation du terme “akan” comme définition identitaire et comme catégorie historique a animé un débat intéressant dont on trouve des échos dans “The Akan of Ghana”, Daaku &Van Dantzig 1966 ; Boahen, 1966 ; 1974a ; Niangoran-Bouah, 1971. Il ne s’agit pas de simples querelles académiques : on peut bien s’en rendre compte en considérant l’impact évident, quoique non clairement formulé, de l’usage idéologique qui est fait de la catégorie d’appartenance ethnique aux groupes qui se définissent « akan » lors des événements politiques tourmentés de la Côte d’Ivoire d’aujourd’hui.

3 Les deux documents cartographiques les plus anciens qui offrent un cadre détaillé de la Côte de l’Or sont la carte de L. Teixeira et S. Rovelasco, Effigies ampli Regni auriferi Guineae in Africa siti et celle de Hans Propheet de 1629. Le premier document, qui se rapporte à la fin du xvie siècle, a été publié en 1602 dans P. de Marees, Berschryvinghe ende historische verhael vant Gout Kononckrijck van Guinea. Deux copies originales de la carte sont conservées au British Museum (Catalogue of printed maps dl. 7, kol. 86) et à la Bibliothèque de l’Université d’Amsterdam, Oud. Kart. 132. La carte de Propheet est conservée au Algemeen Rjks Archief de La Haye (ARA VEL Collectie Leupen n. 743, Caerte des Lantschaps van de Gout Kust in Guinea, Mouri, Dec. 25, 1629) Daaku &Van Dantzig, 1966a.

4 Dans cet article, le terme akan est considéré comme une catégorie souple. Il peut indiquer également des éléments qui, au sens strict du terme, ne devraient pas rentrer dans cette définition.

5 L’étude historique du grand ensemble akan se développe selon un parcours extraordinairement bien signalé, « facile » à entreprendre relativement à la grande majorité des autres régions de l’Afrique subsaharienne. Cela est dû à la singulière abondance des matériaux documentaires écrits depuis la fin du xve siècle et au caractère intensif des recherches sur les sources orales dans de nombreuses parties de cet ensemble.

6 Je citerai en particulier Arhin, 1967 ; 1970 ; Daaku, 1970 ; Fynn, 1971 ; Lewin, 1978 ; McCaskie, 1974 ; Reynolds, 1974 ; Terray, 1995 ; Van Dantzig, 1980 ; Wilks, 1975.

7 T. C. McCaskie est un critique sévère de l’historiographie concernant l’Asante, dominée par une attention excessive à la superstructure politique – traitée isolément de l’histoire de la société asante dans son ensemble – et par une tendance acritique à la rationalisation du faire historique asante, sur la base d’un « sens commun » arbitraire et de matrice matérialiste : cette historiographie considère comme des épiphénomènes d’une importance relative des secteurs de pratiques culturelles propres à la société asante comme la religion, la croyance, la perception du monde et des rapports sociaux, des pratiques cognitives, etc. A l’origine de cette limite, il y aurait, selon McCaskie, un éloignement, voire une « mise au ban », de la part de l’historiographie naissante, des prémisses de la tradition structuralo-fonctionnaliste de l’anthropologie sociale britannique des années coloniales, attitude qui s’est traduite par un refus généralisé et soudain de l’étude de la culture. La polémique de McCaskie vise en particulier la reconstruction historiographique d’I. Wilks dont il critique, entre autres, un usage incorrect de catégories wébériennes (McCaskie, 1995 : chapitre 1 ; et également McCaskie, 1992).

8 Un discours à part doit être fait pour la plus qu’abondante portion du monde akan qui se trouve en Côte d’Ivoire. Elle est traitée ailleurs dans ce volume. Je me limiterai à rappeler les recherches importantes – même si en nombre limité – qui se sont intéressées à certains sujets historiques comme le Ndenye (Perrot, 1982) ; le Sanwi (Diabate, 1984) ; le Gyaman (Terray, 1995) ; le Baule (Viti, 1998).

9 Parmi les principaux représentants locaux de cette tradition d’études historiques, les Fante J. M. Sarbah (1897,1906), J. E Casely Hayford (1903), J. C. De Graft Johnson et la production de C. C. Reindorf (1895) originaire d’Accra. Pour des études sur la tradition historiographique de la Gold Coast, cf. Baku, 1990 ; Jenkins, R. 1990 ; Jenkins, P. (ed) 1998.

10 Big man (définition anthropologique courante) est la traduction littérale de øøbirmpøn. Wilks (1985 : 489) souligne la précision conceptuelle de l’explication offerte par W. J. Muller en 1673 : « a superior rich man ».

11 La période qui va de la fin du xve siècle à la décennie qui marque le passage du xviie au xviiie siècle serait caractérisée par des processus d’expansion commerciale, intérieure et extérieure, de croissance démographique et d’urbanisation, accompagnés du développement d’un réseau de centres de commerce et de centres politico-administratifs, de la monétarisation de l’économie (emploi de la poudre d’or dans les transactions et dans le paiements des tributs), de l’augmentation de la spécialisation de métiers et de l’articulation de classes, du renforcement de l’esclavage dans la production (surtout celle de l’or), de la croissance des capitaux mercantiles urbains et de la primauté sociale du groupe des marchands intermédiaires. Les hiérarchies de pouvoir, dues aux richesses, et les activités artisanales se concentrent dans les centres urbains. C’est là qu’est monétisé le surplus agricole. Dans ce système mercantile et agraire, le mécanisme de l’hégémonie se fonde sur la domination contextuelle des moyens d’administration (politiques), de destruction (forces militaires), de production (terre et commerce). La classe supérieure contrôle directement les trafics (profits commerciaux et entrées d’impôts) ainsi que la terre, qui produit du surplus en termes de revenus monétaires et en impôts sur l’exploitation agricole, et de travail obligatoire fourni par la population rurale mais – et c’est là un facteur important – elle assure également l’appropriation de la production d’or dont l’exploitation est confiée aux esclaves. Le développement des commerces est lié à l’augmentation des impôts sur les producteurs et à l’expansion de la production de marché à travers des mesures administratives. Le surplus, extrait sous forme monétaire (or), afflue de la campagne à la ville en se transformant en capital marchand, en favorisant les échanges et la production et en rendant possible l’expansion de l’urbanisation. Sur le plan politique, on voit un bon nombre d’entités indépendantes, de forces équivalentes. Il s’agit d’une structure axée sur des centres de commerce dominants dans les différentes zones et les différents réseaux dispersés de centres mineurs. « L’empire » mercantile akani s’affirme en particulier. Il est basé sur une constellation de villes-marchés. Les armées sont formées par des élites et se structurent autour de forces contrôlées par les classes dirigeantes, de troupes militaires citadines et de corps de mercenaires (Kea, 1982 : 3213).

12 Akani, nom qui apparaît déjà au xvie siècle (Boahen, 1973 ; Van Dantzig, 1990 : 206), semble désigner, de manière générique, des groupes établis dans les bassins des fleuves Prah, Ofin et Birim, comprenant des entités historiques comme Adanse, Akyem, Assin, Twifo, Denkyira et Asante. Ces groupes revendiquent une origine ancestrale commune : les Adanse et Amansie (Wilks, 1977, 1993 : 91). Il s’agit du foyer de développement d’un Etat dans un contexte forestier. Le nom Akani ne semble pas désigner une entité politique aux contours bien définis mais plutôt une large confédération ou ligue (Wilks, 1993 : 91 ; Daaku, 1970 : 146-149). Van Dantzig (1990 : 205) les compare au système de hanses marchandes du nord de l’Europe. Sur l’organisation politico-commerciale akani, voir également Kea, 1982 : chap. 3 ; Terray, 1995 : 138-142.

13 Au xviie siècle, marqué par une phase de grande expansion commerciale, on assiste, selon Kea, à une plus forte pression sur les producteurs ruraux à cause de la demande de ressources, toujours plus pressante, de la part des groupes dirigeants, qui veulent les échanger contre des biens d’importation. Dans les marchés urbains, les paysans sont obligés de monétiser des pourcentages de leur production. Or ceux-ci augmentent constamment par rapport à la portion retenue pour leur subsistance. Il s’ensuit un processus d’appauvrissement rural toujours plus grand, d’un côté, ainsi qu’une forte émigration vers les villes entraînant des phénomènes de désagrégation sociale et, de l’autre, la recrudescence du banditisme rural, des insurrections paysannes et des révoltes ouvertes qui atteignent l’ordre politique existant. La dernière partie du siècle est marquée par une période de crise et de conflits généralisés. En particulier, les communautés rurales attaquent le précédent primat urbain en augmentant leurs propres marges d’autonomie. Selon Kea, est mis en place un véritable processus de désurbanisation diffus et de dislocation démographique qui porte, dans certaines zones, à un renversement du cadre d’habitation. Entre le xviie et le xviiie siècles, de nombreux grands centres situés au milieu des forêts, dont on trouve les traces dans des sources anciennes, cessent d’exister (Kea, 1982 : 11, 336, n.2 ; cf. aussi Perrot, 1982 : 42-64). Avec la chute du système akani, plusieurs zones côtières et forestières se dépeuplent, la production de l’or diminue ainsi que celle de l’agriculture ; les activités artisanales se ruralisent.

14 Selon l’auteur, au xviiie siècle, l’intérieur de la Côte de l’Or présente, outre l’affirmation de quelques capitales politico-militaires, une structure d’implantations très disséminées, petites et plus rurales qu’au xviie siècle. Les nouveaux groupes dirigeants réalisent leur propre projet hégémonique en développant les potentialités militaires et les techniques de guerre. On assiste au déclin social relatif de l’øbirmpøn comme marchand, au moment où émerge la figure de l’øbirmpøn comme leader militaire. À la base de ce changement, il y a une révolution dans le milieu militaire. Elle a lieu dans la deuxième moitié du xviie siècle : le fusil remplace l’arc et les armes blanches ne sont plus les armes principales ; les milices urbaines et celles qui sont formées par les esclaves des abirmpøn sont remplacées par des armées de masse fondées sur la mobilisation de la population rurale libre. Cette évolution présuppose une transformation du rapport entre Etat et paysans, différent de celui de la période précédente. Elle est marquée – selon Kea – par le remplacement de l’impôt monétaire (en or) sur la terre par un tribut fixé en nature (une partie du produit) ou par des prestations de main-d’œuvre, y compris le service militaire. Le rôle économique des villes décline et, dans la phase impérialo-agraire, il devient surtout administratif. Les marges de contrôle des communautés rurales sur leur production augmentent et, parallèlement, augmente leur pouvoir contractuel avec l’autorité politique. Dans l’Asante du xviiie siècle, conclut Kea, de nombreuses familles rurales sont en mesure d’accumuler leur propre surplus et d’acquérir des richesses en réinvestissant dans le commerce ou dans la guerre (butin, esclaves). L’Asante connaît une expansion économique et démographique exceptionnelle et son secteur rural, prospère, commence à devenir une des bases sociales importantes du système impérialo-agraire. En outre, les esclaves sont de plus en plus souvent destinés à l’agriculture pour satisfaire la demande de la ville (dont les besoins, dans la phase mercantilo-agraire, sont couverts par la production du marché des paysans libres), alors que diminue leur emploi dans l’extraction de l’or, qui est confié à des travailleurs libres (Kea, 1982 : 11, 285-287, 322-326).

15 En particulier De Marees, 1602 ; Brun, 1624 ; Hemmersam, 1663 ; De Bellefond, 1669 ; Dapper, 1676 ; Bosman, 1705 ; Loyer, 1714.

16 Sur le matriclan, Wilks (1977 : 522) observe : “historically, clan affiliations seem not to have been such as to transcend local, political allegiances, and in various internecine struggles fellow clansmen found themselves quite naturally aligned one against the other”.

17 FC (Furley Collection, Balme Library, University of Ghana) N49 (A-F) ; 1757-1762 (E) (ARA WIC 963), pp. 63-72, October 15th 1762 : letter from Axim (Huydercoper), 12/10. Le texte de la citation est constellé de traductions d’expressions que Furley avait laissées en hollandais.

18 Dans la Carte particulière de la partie principale de la Guinée, située entre Issini et Ardra, dessinée en 1729 par J. B. B. d’Anville et publiée dans Labat, 1731, II, l’on trouve une idée articulée de la géographie politique de la Côte de l’Or occidentale entre la fin du xviie siècle et les premières décennies du xviiie siècle.

19 NAG (National Archives of Ghana) ADM 11\1\1470 (case N° 27\1911) Bamianko Native Affairs, S.C.R. Beaven “Statements taken at an enquiry held at Suku Suku on the 6th day of September, 1920, relative to a petition, addressed to his Excellency the Governor, from Ohene Kobina Intiri II of Bamiankor”.

20 NAG ADM 11/1/1470, “Kweku Attah, former ohin of Bansu, 6 sept. 1920”.

21 Wilks a formulé l’hypothèse selon laquelle la création du matriclan est liée à la résolution d’un problème fondamental d’intégration sociale, à savoir un problème posé par la main-d’œuvre importée dans le cadre du développement agraire des régions forestières au cours des xvie et xviie siècles. La stabilisation du nouvel ordre socio-économique aurait toutefois privé le matriclan de cette fonction et affaibli le sens de ses institutions alors que ses lignages maternels constitutifs auraient gardé un rôle central comme unité fondamentale d’organisation sociale. L’affirmation d’une dimension étatique forte comme celle de l’Asante dans laquelle le pouvoir central a effectivement la capacité d’intervenir sur le système des matriclans, en allant jusqu’à en modifier le nombre à travers des suppressions et des regroupements, aurait complété ce processus en faisant du matriclan un sorte de vestige institutionnel. Cf. Wilks, 1977, 1993 ; cf. aussi McCaskie, 1985. Pour une étude sur la parenté asante publiée après la rédaction de ce article, voir Pescheux, 2003.

22 Je me réfère en particulier à Rattray, 1923, 1929 ; Fortes, 1950, 1969.

23 Pour des témoignages fante au xixe siècle sur les rapports inégaux à l’intérieur de l’abusua, cf. J. M. Sarbah (1897 : 8-11,45). Sur les régions akan occidentales et plus précisément les zones anyi et nzema, une intéressante confirmation « de l’intérieur » de la prémisse idéologique de fond soulignée par McCaskie est offerte par le chercheur ivoirien Amon d’Aby (1960 : 127-36) qui présente explicitement le matrilignage, sans tenir compte des caractérisations d’ordre biologique, comme une entité juridique corporative, comme le fruit d’un processus historique ayant abouti à l’établissement de rapports inégaux entre groupes. Le résultat est une structure ordonnée et hiérarchique regroupant différentes sections de « parents », à savoir : 1) les individus originaires d’un ancêtre commun ; 2) ceux qui sont incorporés de force à la descendance du même ancêtre ; 3) ceux qui y ont été incorporés à leur propre demande ; l’ordre de priorité hiérarchique, évident par exemple dans les procédures de succession à l’ebia du matrilignage est le suivant : 1. 3. 2, du moins en principe (1960 : 129).

24 Selon Yarak (1996), qui tente de fonder son analyse marxiste de l’Etat asante sur de nouvelles assises, ce rapport « constitutes a distinct mode of surplus appropriation in Asante, a « coercive rent-taking » or « feudal » mode of production that was subordinate to the tax-raising mode » (1996 : 235).

25 Sur ce thème, cf. aussi McCaskie, 1995 : 18-19, 248-52, 346, n.73.

26 Un des plus hauts dignitaires de cour, le Bantamahene (chef de Bantama) occupait (et occupe encore aujourd’hui) la principale charge militaire (Krontihene) de Kumase. A Bantama, une banlieue de la capitale asante, se trouve le plus important mausolée royal.

27 L’étymologie du terme odehyee a probablement à voir avec l’union de de (posséder quelque chose, détenir, avoir) et de hyee (être désigné, élevé à un statut). Le terme est communément employé dans le sens de « noble » et d’héritier légitime dans une succession de matrilignage. Voir McCaskie, 1995 : 279.

28 L’abusua soumet le cas aux autorités hollandaises d’Elmina en demandant à la cour de mettre Tannie Boroe en prison jusqu’à ce que la famille ait fini de traiter sa vente. La requête fut acceptée. Ils le mirent en prison quoiqu’il n’ait commis aucun crime en donnant pour seule raison la menace que représentait son comportement pour l’ordre public (Yarak, 1989 : 53).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierluigi Valsecchi, « Formation des États et alliances intercommunautaires dans la Côte d’Or (xviie-xviiie siècles) », Journal des africanistes [En ligne], 75-1 | 2005, mis en ligne le 29 mars 2007, consulté le 28 juin 2017. URL : http://africanistes.revues.org/61

Haut de page

Auteur

Pierluigi Valsecchi

Université d’Urbino, Italie

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org