Navigation – Plan du site
Introduction

Cité, centre, capitale

Pour une anthropologie du statut politique de la ville
Gilles Holder et Anne-Marie Peatrik
p. 9-34

Texte intégral

1Ce volume paraît alors que les anthropologues sont entrés à nouveau dans une phase d’interrogation quant à la place qu’ils occupent aux côtés d’autres disciplines dont la capacité d’innovation semblerait mieux reconnue. Dans ce contexte d’examen critique salutaire, parfois teinté de découragement, les recherches conduites en Afrique pâtiraient en outre d’un désintérêt croissant à l’endroit de ce continent.

2Or, le projet intellectuel qui nous a réunis, à rebours de la morosité ambiante, a produit un effet fructueux dont témoignent les contributions de ce volume1. En tant que discipline, l’anthropologie dispose de terrains et de théories qui s’étayent mutuellement ; au fil du temps, les théories stimulantes perdent de leur intérêt et les enquêtes font émerger des objets qui renouvellent les questionnements. Au travers de réalisations multiples, ce double mouvement est à la base de toute recherche, et la nôtre, interdisciplinaire, s’inscrit résolument dans cette dynamique.

3L’idée d’examiner des matériaux africains à la lumière de la cité-État, notion forgée il y a bien longtemps par des historiens de l’Antiquité, a suscité des réactions contraires, entre adhésion à un projet séduisant et fédérateur et désapprobation d’un propos jugé ethnocentrique et anachronique, mais elle nous a permis d’arriver à des résultats inédits2. Comme tel, son rôle d’embrayeur conceptuel a donc pleinement fonctionné car il s’est bien agi d’analyser des matériaux de terrain, d’opérer des rapprochements et de brasser les données sous des angles nouveaux.

4Une politie, repérée depuis longtemps en Afrique mais jamais analysée en tant que telle, a été ainsi identifiée : la cité - ou la cité-État, nous y reviendrons - combine des institutions politiques et une organisation territoriale et résidentielle qui fait référence à la ville mais ne s’y réduit pas. Ce lien organique entre territoire et pouvoir a révélé par contraste d’autres modalités d’inscription territoriale du corps politique. Élargi de la sorte dans le temps et dans l’espace, le champ considéré a fait apparaître des agrégats locaux fort variés dont les caractéristiques ne répondaient guère aux critères habituellement retenus pour différencier la ville et le village ou des centres urbains de diverses natures ; l’inadéquation des catégories établies conduisit à envisager la question du statut politique de la ville, non pas comme une modalité de l’anthropologie urbaine car il n’est pas certain que la ville constitue un champ en soi, mais le statut de la localité en tant que nouvel objet de l’anthropologie politique.

5La ville, ou son absence, résulte d’un processus à la fois délibéré et incertain qu’éclaire la prise en compte de ce que les gens font du lieu dans lequel ils vivent, de leurs pratiques et de leurs discours, de leurs stratégies et de leurs conflits, de leurs utopies et de leurs échecs. Les articles l’illustreront abondamment : projeter, faire ou ne pas faire une ville, opter pour une capitale ou pour une cité, raser ou ignorer une ville sont autant d’actes politiques, lesquels s’inscrivent aussi dans une histoire, évaluée ici à la lumière des situations contemporaines. De ce point de vue, les sociétés non occidentales étudiées dans ce volume, et singulièrement en Afrique, sont révélatrices d’une grande diversité de réalisations.

6Le choix de regrouper les contributions par grandes régions répond au souci de permettre au lecteur de prendre rapidement connaissance du contenu de cette livraison ; il ne préjuge en rien des conclusions qu’on peut en tirer. Des modèles régionaux existent sans aucun doute, comme l’attestent les enquêtes à l’origine de nos problématiques ; ils sont loin cependant d’épuiser le contenu de la riche matière ainsi produite. De ce foisonnement de pistes et d’interrogations, la présentation suivante dégage quelques articulations clés et des cadres d’analyse pour des recherches futures.

Entre cité et cité-état, la ville comme politie africaine

7Cette dernière décennie, la ville africaine, envisagée dans la longue durée, a fini par devenir un objet de recherche pour diverses disciplines. La prise en compte des multiples aspects de ce phénomène a été progressive ; sans entrer dans le détail de la chronologie et des raisons de cette lente maturation, rappelons-en quelques jalons.

8À l’instigation des géographes3, rompus à ne rien négliger de ce qu’ils observent dans la lecture des paysages, sociologues puis anthropologues ont multiplié les études locales sur un fait urbain envisagé initialement comme la retombée de la modernisation de sociétés jugées jusqu’alors essentiellement rurales et agropastorales4. Les historiens, qui ne peuvent se passer d’un certain recul dans le temps pour développer des analyses - et l’on pense ici autant aux repères chronologiques fournis par les fouilles archéologiques qu’à la constitution d’archives de diverses sortes - sont entrés plus tardivement dans ce champ, mais ils nous proposent les premières saisies d’ensemble des processus urbains africains5. Deux ouvrages, conçus dans un esprit bien différent et rédigés l’un en français, l’autre en anglais, témoignent de ce nouvel état des lieux de la recherche. Il s’agit d’abord de celui de Catherine Coquery-Vidrovitch (1993) dans lequel l’auteur brosse un tableau de l’émergence et du développement de l’urbanisation à l’échelle du continent en articulant périodisation et thématiques régionales. C’est ensuite le livre de David Anderson et Richard Rathone (2000) qui regroupe une vingtaine de contributions et autant de points de vue différents, en commençant par les situations les plus anciennes avant de se concentrer sur différents objets d’histoire sociale urbaine contemporaine.

9Notre propos, s’il se nourrit bien évidemment de ces très utiles synthèses, s’en démarque aussi. D’une part, il privilégie la réflexion anthropologique en ce sens que, fondé sur des études de cas, il se déploie tant dans le passé que dans le présent à la recherche de conceptions et de pratiques locales qui s’éclairent mutuellement par la méthode comparative. D’autre part, en mettant en perspective la ville, la cité et la cité-État, c’est le statut politique des localités qui est interrogé, ou, pour le dire autrement, la ville comme politie. Cette nouvelle optique provient d’enquêtes de terrain conduites en Afrique de l’ouest par Gilles Holder (2001) qui, comme d’autres, s’est trouvé confronté à des matériaux incitant à diversifier les grilles d’analyse habituellement utilisées ; l’usage de la notion de royauté ou de chefferie étant insuffisant pour rendre compte de l’organisation politique des Saman du pays dogon, il proposa une lecture en termes de cité-État qui permit de donner sens aux pratiques observées. Quant à l’idée de rapprocher l’Afrique de l’est et l’Afrique de l’ouest, elle est née d’un échange informel entre les deux instigateurs de ce projet ; Anne-Marie Peatrik travaillait alors avec Sophie Blanchy (2003) sur les systèmes d’âge des Comores - archipel de l’aire swahili - qui présentent des ressemblances troublantes avec des organisations similaires qu’elle étudiait dans les sociétés des hautes terres d’Afrique orientale ; ces Comoriens sont de surcroît regroupés en agglomérations de taille variable désignées localement du même terme mdji, polysémie difficile à restituer en français sauf, précisément, à les qualifier de « cités ». D’un coup, l’horizon comparatif s’élargissait pour cette seule région et s’ouvrait aux configurations repérées en Afrique de l’ouest.

10Entre la cité et la cité-État, où se situe notre propos initial ? Les cités de par le monde sont nombreuses, y compris en Afrique qui n’est pas restée à l’écart du processus6. C’est un des mérites de la synthèse conduite par l’helléniste Mogens Hansen (2000, 2002) d’avoir mis au jour ce phénomène très répandu dans le temps et dans l’espace qu’il appelle « cité-État » : il en donne une définition très large au point de parler en anglais de city-state culture, désignation qui, traduite en français, n’est pas loin de recouvrir l’idée de « civilisation de la cité-État ». Il faut donc sérier.

11S’agissant de la cité, chacun aura à l’esprit le texte fondateur de Fustel de Coulanges (1864) sur La cité antique, fondateur pour l’histoire, la sociologie générale et aussi la sociologie de la ville : Max Weber (1921) fut un de ses lecteurs7. À notre tour nous avons puisé dans ce texte étonnamment moderne par sa méthode, au moins parce que Fustel eut en Afrique du Nord un continuateur en la personne d’Émile Masqueray (1886) : critique de l’origine religieuse attribuée à la cité antique par Fustel, Masqueray, utilisant enquêtes et archives, identifie des cités en Kabylie, républiques villageoises qu’il juge régies par des assemblées (djemâat). Mais en Afrique, à l’exception de travaux épisodiques8, la tentative d’examiner la cité dans le prisme de l’anthropologie politique tourna court. D’autres paradigmes occupèrent le devant de la scène intellectuelle, à commencer par la distinction - appelée au succès que l’on connaît - opérée par Meyer Fortes et Edward Evans-Pritchard (1940) entre les sociétés avec et sans État, en réponse à des interrogations suscitées par la confrontation avec les populations conquises par les empires coloniaux.

12Quant à la cité-État, Jean-Jacques Glassner nous rappelle dans ce volume les fortunes et les misères que connut cette notion, très prisée des historiens hors de l’Afrique, et dont le succès, à la mesure de sa polysémie, incite à rappeler l’usage heuristique qui en a été fait dans nos travaux. Depuis son invention, en 1840, par le savant danois Johan N. Madvig, pour caractériser la Rome du Ier siècle avant notre ère, les historiens font un ample usage de la catégorie de « cité-État ». Ce terme composé fait simultanément référence à la ville et à l’État ; entre polis et respublica, « petit État indépendant » et « micro-État », « ville qui s’est constituée en État » et « culture de la cité-État », il semble qu’il y ait autant de définitions que de cas (ou d’auteurs), et l’on doit s’interroger sur cette « catégorie flexible » qui menace parfois de faire obstacle à l’analyse.

13Dans un premier temps, il paraît plus productif de démarier la cité et l’État. En français, le terme cité se suffit à lui-même car il recouvre l’idée de politie, au sens d’un système politique - avec ou sans État, la question reste à dessein ouverte - qui n’est pas séparable des liens sociaux qui s’y nouent, informés dans ce cas d’espèce par la résidence et la territorialité. Ce choix ménage la possibilité de désigner, quand cela paraît nécessaire, les cités organisées à des degrés divers - entre cités désétatisées et cités-États - qui tantôt ont été dessaisies de la conduite des affaires publiques, tantôt les ont cultivées au point de devenir des villes capitales à la tête de formations étatiques élaborées. D’où la déclinaison de ce continuum réversible « cité, centre, capitale » sous-tendu par la question du statut politique de la ville : il permet d’apprécier concrètement des aspects ressortissant à l’État, saisis ici non seulement à l’aune wébérienne du « monopole de la violence légitime sur un territoire donné » et de la souveraineté, mais aussi - et le terme même de cité y conduit - à celle de la citoyenneté et de l’espace public.

14Quelles sont ces cités africaines ? Certaines, anciennement fondées, sont encore observables de nos jours ; d’autres relèvent de la recherche historique, mêlant archéologie, enquêtes orales et sources textuelles. À quelques nuances près, on suit le recensement réalisé par Hansen9. En Afrique de l’ouest, dans la zone sahélienne, il s’agit des cités kotoko, haoussa et de la Boucle du Niger, et en direction du Golfe de Guinée, des cités yoruba et du Bénin. En Afrique de l’est, les cités swahili s’égrènent sur la côte de l’océan Indien et dans l’archipel des Comores ; dans les hautes terres continentales, sur le plateau éthiopien, outre les cités konso contemporaines, un ancien réseau de cités marchandes musulmanes dont ne subsiste que Harar a été identifié par les historiens (Bertrand Hirsch et François-Xavier Fauvelle-Aymar).

15En guise de formulation intermédiaire, un modèle de cité africaine, combinant structure territoriale et organisation politique, nous a permis d’échafauder notre problématique. Nous examinerons tour à tour ces deux dimensions, au sein des cités et dans d’autres configurations, ce qui nous permettra de dégager progressivement le parti analytique que l’on peut tirer du concept pivot de cité-État.

Régimes de territorialité

Le territoire de la cité : une hétérogénéité constitutive

16La cité africaine relève d’un principe de souveraineté lié à une inscription territoriale associant trois types d’espace : l’enceinte, l’arrière-pays, l’outre-pays.

17L’enceinte peut prendre des formes matérielles très diverses, allant de la simple palissade à la fortification, ménageant des transitions, jouant de l’opposition entre bâtiments en pierre et bâtiments en matériaux périssables10. Mais toujours existe l’idée selon laquelle l’espace, délimité par un acte fondateur, tranche avec les alentours ; le territoire de l’enceinte rejaillit sur la qualité des habitants qui en sont partie prenante et en tirent une identité particulière.

18L’arrière-pays est l’espace voisin, proche et périphérique, où la cité continue d’affirmer sa souveraineté ; situé hors de l’enceinte, ce territoire indique une discontinuité qui se lit dans le paysage. La cité vise à contrôler cette périphérie où elle prélève ou extorque les ressources indispensables au quotidien de ses habitants. Cet espace inclut des dépendants, des étrangers, des villages, des espaces cultivés ou en friche, des postes de défense, des lieux de culte… Les limites de l’arrière-pays ne sont pas nettes, elles résultent d’un rapport, de force ou d’équilibre, entre le centre et sa périphérie : les cités rivales s’y affrontent - ce qui soulève la question des forces armées dont elles disposent -, empiètent sur leurs arrière-pays respectifs ; des populations organisées sous d’autres formes politiques peuvent apparaître, nouant des pactes de diverses sortes avec les gens de chaque cité.

19L’outre-pays, néologisme forgé pour désigner des espaces, continentaux ou maritimes, répartis au-delà de l’arrière-pays, où la cité n’exerce plus sa souveraineté : cependant, par le truchement de relais et de réseaux familiaux ou associatifs, elle entretient, avec ces positions parfois fort éloignées, des liens commerciaux et politiques, religieux aussi, décisifs pour sa prospérité et sa reproduction.

20Thomas Vernet analyse ce dispositif territorial en trois dimensions dans les cités-États de l’archipel de Lamu (Kenya) à l’époque des conquérants portugais dont l’arrivée, qui produisit des effets divers, illustre précisément le poids de l’outre-pays dans le destin des cités. Bien que délimité pour les Swahili par l’opposition entre civilisation et barbarie, le « territoire hors les murs », aux contours fluctuants où se jouent des échanges pacifiques et conflictuels, a fonctionné comme un lieu d’assimilation de populations continentales et de diffusion des influences côtières et d’outre-mer. Les rivalités entre cités qu’évoque aussi Vernet incitent à considérer une autre dimension de leur inscription territoriale.

Expansion territoriale et inclusion par la conquête

21Le fait est connu, encore faut-il en apprécier toute la portée. Sauf dans des formes résiduelles, révélatrices d’une capacité d’adaptation instructive, les cités ne vont pas seules, comme s’il était impossible qu’une seule unité de ce type existât, dimension à laquelle fait référence Hansen lorsqu’il parle de « civilisation des cités-États ». Elles forment des agrégats, parfois des confédérations, au contact de zones et de milieux propices aux échanges et aux confrontations, pacifiques ou guerrières : cités de la Boucle du Niger, cités kotoko au sud du lac Tchad, cités haoussa entre Sahel, Soudan et cuvette du Tchad, cités yoruba entre Soudan, forêt et océan Atlantique, cités swahili des rives africaines de l’océan Indien… Cette répartition, qui renverrait à une sorte de méta-territoire, appelle plusieurs types d’analyse.

22L’un, d’ordre géographique, souligne leur multiplication dans des situations favorables aux contacts et aux échanges, et leur installation sur des sites présentant divers avantages, en termes d’accessibilité, de sécurité, d’approvisionnement, etc. : collines des cités yoruba, buttes exondées des cités kotoko ou de la Boucle du Niger, îles côtières au débouché de rivière pour les cités swahili…

23Le fait que les cités ne vont jamais seules renvoie aussi à la question, proprement politique, de la nature et de la dynamique des liens qui les unissent, qu’ils soient de coopération, de rivalités, de subordination intermittente ; l’agrégat et la confédération, comme n’importe quelle politie, ont une durée de vie historiquement limitée. Régime d’historicité ? Disons pour le moment régime de territorialité particulier.

24Incapables de résister à leurs propres dissensions - attisées par le fait que toute cité ne peut outrepasser une certaine taille sauf, précisément, à changer ses modalités d’existence11 -, les cités essaiment par le départ des dissidents qui vont fonder ailleurs leur propre cité, d’où l’extension de leur aire d’implantation. Ou alors, incapables de s’unir face à un conquérant poursuivant d’autres objectifs avec des moyens différents, les cités perdent leur indépendance. Les exemples d’inclusion de cités dans des États de nature différente sont légion ; en raison de leur ancrage local, les cités conservent souvent une certaine autonomie et peuvent se maintenir à l’état résiduel, ainsi Kani-Gogouna ou Djenné (Holder) et d’autres encore mal identifiées12. Elles peuvent aussi devenir de simples villes, voire des bourgades, car le principe d’inscription territoriale du conquérant devient à la longue incompatible avec la souveraineté de la cité même lorsque celle-ci est réduite à la portion congrue.

25On dispose en Afrique de témoignages assez précis sur le devenir des cités consécutif à leur inclusion dans des États coloniaux, puis dans les États indépendants qui ont pris le relais.

26Les cités swahili, annexées au xviiie siècle par les Omanais qui profitèrent des remous entraînés par l’implantation des Portugais, perdirent leur indépendance en tant que cités-États mais continuèrent d’exister en tant que cités avec lesquelles les Omanais durent compter, au moins comme relais dans leur empire commercial fondé sur le trafic d’esclaves. Les conquêtes coloniales subséquentes, britannique et allemande, apportèrent d’autres ruptures ; après un siècle de domination d’un type nouveau, sans réelle solution de continuité entre États coloniaux et États indépendants, et d’une histoire ponctuée par des crises multiples dont le massacre de représentants des anciennes classes dominantes à Zanzibar en 1964 fut la manifestation la plus tangible, les cités swahili se sont dissoutes dans le contexte environnant, tanzanien ou kenyan. La langue swahili certes subsiste et s’est même diffusée au point d’être promue au rang de langue nationale, mais les Swahili en tant qu’ils s’organisaient en entités politiques singulières ont disparu ; et les villes de pierre, symbole de leur grandeur, sont devenues des ressources pour un tourisme dont les revenus leur échappent le plus souvent13.

27Mais ce scénario est loin d’être le seul possible. Les cas où les cités perdurent d’une manière ou d’une autre semblent fréquents et soulèvent la question de la capacité d’adaptation de ces entités politiques et des ressorts qui les animent.

28L’exemple des Comores (Blanchy) en est une bonne illustration. Contrairement à la côte swahili, l’archipel est demeuré relativement en marge des bouleversements de l’histoire contemporaine. Les cités de Ngazidja plus particulièrement, de tailles bien différentes mais dont le tramage territorial couvre toute l’île, ont continué d’exister au fil des siècles face à des autorités étatiques de diverse nature - royaumes, État colonial - et maintiennent une forme d’administration de leurs populations, y compris les migrants, dans un État indépendant particulièrement défaillant. On ne peut cependant les qualifier de cités-États : ces cités, toujours ancrées dans leur territoire, sont plus que des municipalités, elles gèrent avec leurs propres moyens les affaires publiques.

29Les cités yoruba contemporaines relèvent d’une autre dynamique qu’éclaire l’article de Jean-Luc Martineau. L’auteur examine la multiplication des oba (rois) et des cités à l’époque coloniale (comme si la conquête romaine avait donné un coup de jeune aux cités grecques) ; il étudie comment, à partir des années trente, l’administration britannique interféra, involontairement ou délibérément, dans le jeu politique des cités et dans leur répartition en favorisant certaines plutôt que d’autres et en promouvant nombre de centres secondaires au rang de cité royale. La multiplication des oba et l’homogénéisation des titulatures qui en résulta contribuèrent à l’émergence d’une référence commune à une cité des ancêtres, et à la constitution d’une identité pan-yoruba inédite à l’échelle de leur histoire.

Utopies et déterritorialisation de la cité

30Une retombée du phénomène d’idéologisation de la cité yoruba, analysée par Bernard Müller, est perceptible dans le répertoire et la scénographie du Yoruba Traditional Theatre. Nourrie de mythologie (la cité des ancêtres) et d’eschatologie biblique (la Jérusalem céleste), la cité idéale des pièces de ce théâtre d’expression anglaise, réalisée sur scène dans un décor de carton-pâte le temps d’une représentation, offre aux spectateurs une image inversée et rassurante qui leur fait oublier les contraintes inextricables de la tentaculaire Lagos, mégapole réellement existante et invivable au jour le jour. Sur la scène d’un théâtre où la muraille découpe un espace qui est aussi un plateau de divination, lieu et ressort de la dramaturgie, la cité des origines fait écho à la cité future, manifestant une utopie qui nourrit les projets politiques de certains Yoruba.

31Non plus sur une scène cette fois-ci mais dans l’enceinte d’une ville bien réelle devenue lieu de performances musicales, la musique témoigne de façon inattendue d’une autre forme de cité idéale : Djenné (Mali) comme cité musulmane qu’étudie Emmanuelle Olivier au travers des chants de louanges au Prophète et aux savants musulmans, répertoire présent dans l’ensemble du monde musulman et localement réinterprété par des élèves avancés et des maîtres coraniques. C’est à la fois la mise en œuvre d’une utopie - celle du Paradis, dont témoigne le nom supposé arabe de Djenné : al-Janna - et d’un modèle - celui de Médine, nom que les lettrés donnent aussi à Djenné, comme à Tombouctou et à Dia, étant entendu que le terme al-Madîna signifie en arabe « la ville ». Entre utopie religieuse, idéal urbain et ville réelle, le cas de cette cité africaine qu’est aussi Djenné (Holder) nous fait aborder la question clé de la nature de la cité musulmane : formulée dès la fin du xive siècle par Ibn Khaldûn, celle-ci renvoie à la tension récurrente entre l’origine tribale, extra-urbaine de la monarchie et de l’État, et le fait que l’État a besoin de la ville - de ses artisans, de ses artistes et de ses intellectuels - pour se développer ; la vie urbaine érode cependant la légitimité de l’État et précipite en retour son déclin (voir à ce propos la contribution de Hirsch et Fauvelle-Aymar sur Harar, mais aussi celles de Camelin sur le Yémen, de Blanchy et de Vernet).

32En bref, la mise au jour d’une territorialité propre à la cité nous a ouvert de grandes avenues. Les discontinuités constitutives, conceptualisées par les citadins et engendrées par la délimitation de l’enceinte et le lien singulier noué avec l’outre-pays, font apparaître par contraste des configurations révélatrices d’autres rapports entre agglomérations résidentielles, territoire et pouvoirs. Deux directions se présentent. Nous considérerons d’abord les situations où l’agglomération, sous l’apparence de la continuité, est en réalité divisée en fractions juxtaposées, avant de nous tourner vers les situations inverses, peut-être plus familières à travers l’exemple bien connu de l’« État-territoire » où la continuité et l’homogénéité de l’espace sont postulées et recherchées par l’institution politique14. Leur examen éclairera en retour la singularité de l’inscription territoriale de la cité.

Agglomérations fractionnées : la question des quartiers

33Certaines agglomérations résidentielles se forment par un assemblage de quartiers, unités territoriales autonomes regroupant des habitations qui entretiennent des rapports organiques avec une portion d’arrière-pays ; mais ces quartiers, adjacents et associés par divers liens de coopération et de rivalité, ne sont pas englobés dans une institution, de type municipal par exemple, qui les structurerait en tant que politie urbaine. Entre village et ville, quels traits de leur morphologie donnent à penser sur le statut de ces localités ?

34Stéphan Dugast nous offre une spectaculaire démonstration à propos de la dense agglomération de Bassar (15 000 habitants, nord du Togo) en déconstruisant l’idée selon laquelle celle-ci serait une ville un peu particulière, de type multicentré. C’est en réalité une association de quartiers qui fait sens par rapport à une chefferie singulière.

35Chaque quartier est une unité territoriale distincte rassemblant des lignages « détenteurs de la localité » et des lignages d’étrangers ; cette hétérogénéité, établie dès la fondation du quartier, transcende la sphère de la parenté et dessine les contours des pouvoirs locaux par l’entremise des doyens des lignages et des doyens des devins qui établissent quand nécessaire des liens avec d’autres quartiers. Chaque quartier entretient une relation constitutive avec une portion d’arrière-pays, espace éloigné dont les gens du clan détenteurs de la localité se disent originaires, et où ils ouvrent des parcelles au rythme des besoins de leur agriculture itinérante. Le rassemblement en quartiers, et non pas en villages, des paysans et des artisans trouve une première explication dans un ancien courant migratoire vers le mont Bassar qui servit au fil du temps de refuge contre les incursions ennemies. Cependant, l’inexistence d’un centre polarisateur tient autant à la nature de la chefferie ; procédant d’un clan et d’un quartier, certes un peu particuliers, l’institution, de type roi sacré, en réalité ne dépasse pas durablement ce niveau ; chaque quartier demeure autocentré et autonome la plupart du temps.

36Un autre cas, plus inattendu, est celui de Djenné dont l’agglomération compacte lui confère une allure visiblement urbaine (Holder et Olivier). Les quartiers, divisions territoriales élémentaires, constituent là aussi l’unité de décision la plus englobante dans une ville qui n’est pas, ou n’est plus, un centre politique. Là encore on constate l’importance des liens économiques et rituels unissant chaque quartier avec des portions particulières de l’arrière-pays. L’importance des quartiers résulte cependant d’un processus différent de celui observé à Bassar. Djenné, depuis la mise en place de l’État théocratique peul au début du xixe siècle, est une cité privée d’État et coupée, en bonne partie, de son outre-pays. Conquis et englobés successivement par différents États-territoires depuis cette époque jusqu’à nos jours, les citadins se sont réorganisés selon une logique de quartiers. Dans la ville actuelle de Djenné, l’unité de l’entité urbaine se manifeste dans la cité, idéale, musulmane, tandis que la cité, entendue au sens de gestion concrète des affaires publiques, est de l’ordre du quartier, et l’on pourrait presque dire que Djenné est une cité musulmane constituée par un ensemble de micro-cités.

37Enfin, Shihr, au Yémen, offre un intéressant prolongement à cette question. Sylvaine Camelin propose, à travers l’étude d’un quartier de pêcheurs, une analyse éclairante du fait, toujours paradoxal même s’il est connu depuis longtemps par les spécialistes du monde arabo-musulman15, d’une civilisation qui valorise la vie urbaine mais où aucune autorité n’émane de la ville, autre façon d’aborder la question de la cité musulmane. Chaque quartier, en revanche, entité distincte régie par des règles résidentielles, lignagères et statutaires, est un lieu du politique ; mais, ne faisant référence à aucune autorité de type municipal, le pouvoir du muqaddam, tête qui émane de chaque quartier, s’inscrit dans des instances extra-urbaines, tribales, religieuses et étatiques, qui lui confèrent, ou lui dénient, sa légitimité. De surcroît, l’étude de Shihr - qui, comme maintes villes de ce littoral, entretenait des liens étroits avec les côtes africaines - éclaire comparativement le profil des cités swahili, dont le pouvoir urbain procédait du territoire délimité par l’enceinte, ce qui relativise l’influence arabo-musulmane dans l’histoire de leur fondation au profit du rôle plus manifeste de l’apport africain.

38Ce dispositif, où quartiers et portions d’arrière-pays forment des entités structurantes, serait révélateur d’une antinomie entre pouvoir urbain et pouvoir des quartiers, alternative qui appelle des commentaires.

39Après tout, l’on pourrait penser à Paris, ville-capitale privée d’autorités municipales entre 1850 et 1977 et réduite à une addition d’arrondissements. La comparaison s’arrête là car l’arrondissement n’entretient pas de lien préférentiel avec une portion de la banlieue, encore que les migrants gardent pendant longtemps des liens avec leurs régions d’origine.

40Ce lien entre le quartier et une portion d’arrière-pays montre une certaine permanence de l’arrière-pays ; les rapports de domination qu’il subit du centre, du moins tels qu’on les observe dans une cité politiquement forte, sont donc à nuancer ; lorsque le centre s’affaiblit et que les pouvoirs urbains cèdent le pas à ceux du quartier, l’arrière-pays, la « brousse », acquiert une dimension toute particulière qui se traduit en termes de jeux et d’enjeux économiques, identitaires, matrimoniaux, etc. On a peut-être là aussi une des genèses de la cité dont la formation, au-delà de la délimitation de l’enceinte, est conditionnée par un espace propice qui deviendra l’arrière-pays ; d’une certaine manière, l’arrière-pays est antérieur au centre, comme la situation l’est au site.

Continuités territoriales

41À l’inverse des configurations marquées du sceau des discontinuités propres aux cités ou aux divisions en quartiers se repèrent des organisations territoriales où, nonobstant les disparités concrètes toujours existantes ou renaissantes, un principe de continuité s’affirme par des moyens multiples ; postulé par les institutions politiques, il est révélateur d’une autorité prépondérante qui s’incarne dans des localités elles-mêmes diverses. Où morphologie du territoire et lieu du politique vont de pair une fois encore.

42À propos de l’ancien royaume d’Asante (Ghana), établi dans la zone forestière, où les essarts sont des clairières défrichées à grands frais et toujours susceptibles d’être reconquises par le reboisement spontané, Gérard Pescheux analyse le modèle et la pratique selon lesquels il faut en permanence entretenir et repousser les limites. Kumase, capitale du royaume, que la tradition historique locale présente comme l’héritière d’anciennes cités et qui fut détruite au moment de la conquête coloniale16, s’est développée au centre d’un territoire où la royauté fit construire un réseau de routes permettant des échanges de diverses natures et un contrôle politique de type absolutiste. Point d’arrière-pays ici, mais un territoire sous l’emprise d’un centre monarchique, et des liens entretenus avec un outre-pays, source d’échanges lucratifs. Le territoire, cependant, toujours sous la menace d’impuretés provenant de la périphérie, fait l’objet d’un rituel organisé par le roi à intervalles réguliers qui consiste à repousser ces menaces du centre vers l’extérieur, à rétablir un territoire continûment indemne de toute pollution, gage de la capacité du monarque à contrôler les forces socio-cosmiques.

43Ce principe de continuité peut s’inscrire dans un modèle plus vaste, où celle-ci est obtenue par une homologie postulée entre deux dimensions de la matière, le microcosme et le macrocosme, et par la permanence de leurs orientations à différentes échelles.

44Il en est ainsi des villes-capitales royales de la vallée de Kathmandu, au Népal (Anne Vergati), qualifiées aussi de cités-royaumes17. Chaque ville royale hindoue est le modèle réduit, tracé sur un organigramme orienté, d’un macrocosme universel régi par les divinités tutélaires, et ce procédé se duplique au moment de la fondation de toute nouvelle capitale, créant une dynamique d’essaimage qui n’est pas sans évoquer ce que l’on connaît des anciennes cités yoruba18.

45L’Empire inca, et sa capitale Cuzco, qu’évoque Antoinette Molinié n’est pas une entité de taille réduite comme les précédentes ; un procédé comparable cependant s’y relève. Sur un très vaste espace conquis par la guerre, l’homologie du microcosme - le temple du Soleil à Cuzco - et du macrocosme - l’Empire inca - est instituée par le moyen de rites et d’échanges sacrificiels effectués le long d’itinéraires rectilignes, rayonnant à partir de Cuzco et tracés suivant le mouvement des astres. Par ces relais s’affirme une continuité du territoire et de la souveraineté : les divinités des peuples vaincus sont ramenées au centre, la capitale contrôle un espace qui s’accroît aussi longtemps que les vainqueurs réussissent à imposer leur pacte sacrificiel.

46Enfin, un autre moyen, qui peut aussi user de l’équivalence du microcosme et du macrocosme, consiste à déplacer sur le territoire la personne incarnant l’autorité, pérégrination créatrice d’ubiquité qui aboutit au très intéressant cas des États sans centre urbain, l’antipode de la cité-État en quelque sorte.

47Ce sont en premier lieu les enclos-royaux des monarchies des Grands Lacs que nous présente Jean-Pierre Chrétien. Dans ces hautes terres d’habitat dispersé, et de forte densité, les divers enclos royaux - version élaborée des enclos des gens du commun - où le souverain réside l’un après l’autre et exerce son autorité, dessinent les contours d’une région-capitale ; cet instructif exemple d’État sans ville questionne le lien génétique si souvent établi entre l’apparition de l’État et l’existence de la ville.

48Ou encore les camps royaux éthiopiens itinérants (Hirsch et Fauvelle-Aymar) : cette fois-ci le souverain ne se déplace pas d’enclos en enclos, c’est le camp royal, modèle réduit du macrocosme, qui se déplace sur un territoire par là même instauré. Mais le système est aussi prédateur ; le camp regroupait dans son enceinte plusieurs milliers de sujets, répartis autour du roi selon un plan immuable, et quand le pays environnant était à sec, de bois par exemple, quand il n’y avait plus rien à prélever chez les paysans, les dignitaires responsables de cette tâche recherchaient un autre site et organisaient un nouveau déplacement19.

49Les derniers modèles évoqués ci-dessus font écho aux royaumes moose décrits par Michel Izard (op. cit.), États sans capitale où n’existait ni ville ni capitale dédiée à une même dynastie ; la résidence royale formait en soi une capitale le temps du règne, avant d’être remplacée par une autre au règne suivant. Cette agglomération de type palatial excluait toute activité marchande, laquelle était reléguée dans des localités périphériques de commerçants-artisans étrangers, tandis que les pouvoirs rituels de la guerre et de la terre relevaient de deux autres centres. Les États moose étaient par définition « a-centrés », et il est significatif de constater que le chef ne devenait roi qu’au terme d’une reconquête symbolique de la périphérie du royaume - le ringu -, avant de s’installer en un lieu-centre historiquement et politiquement marqué par son unique et éphémère présence.

En somme

50Comment traiter ces configurations multiples, ces déclinaisons diverses de la résidence et de la territorialité dont la morphologie variable n’est pas que le fruit du hasard ? Certes la contingence - le contexte géographique et historique mouvant dans lequel les sociétés s’organisent et évoluent - produit ses effets à un moment ou un autre ; mais au-delà, des constitutions différentes, saisissables à travers la répétition de modèles, sont révélatrices de processus à identifier.

51Certains aspects pourraient faire l’objet d’une formalisation plus poussée que celle que nous avons esquissée. Ainsi des auteurs se sont attachés à traiter la différence entre habitat dispersé et habitat groupé, comme la réalisation de deux structures élémentaires du peuplement ou de la résidence20. La ville, comme le village, suppose en effet l’habitude de regrouper l’habitat. Or celle-ci n’est pas universelle. Certaines sociétés, en Afrique orientale par exemple, réprouvent très profondément cet usage ; il est malséant de juxtaposer les résidences ; les règles de la vie en société imposent qu’une distance minimale soit respectée entre les habitations, dimension cachée - règle de proxémie aurait dit Edward Hall (1971) - qui varie d’une société à une autre. Les capitales itinérantes des royaumes des Grands Lacs se retrouvent précisément dans des régions d’habitat dispersé dont elles épousent en quelque sorte la trame profonde ; et les camps itinérants des rois éthiopiens, mais aussi ceux de la noblesse, relèvent d’une structuration de l’espace marquée du sceau d’un habitat paysan en « hameaux desserrés » et de l’empreinte du réseau des monastères21. Dans les deux cas, l’immobilisation du centre politique et la concentration concomitante de l’habitat seront tardives et exogènes.

52Quant à l’habitat groupé, il peut donner naissance à des villages, des quartiers, des agglomérations, mais il ne donne pas toujours naissance à des centres urbains ou à des cités ; faire ou ne pas faire une ville, une enceinte, un centre est une décision politique ; configuration et statut de la localité relèvent de modalités politiques et des institutions qui les régissent.

Processus politiques

53Territorialité et résidence, projection dans l’espace du pouvoir qui les organise, en retour, le modèlent. La polysémie de la cité-État est précisément au cœur de ce questionnement. Démêlons ces relations par le biais, cette fois-ci, des institutions et des pratiques politiques en présentant quelques thèmes saillants apparus dans nos travaux.

Centre, non-centre et ville

54Chaque article traite à sa manière de la question de la fabrication politique de la ville, mais quelques contributions l’abordent de manière plus explicite.

55Dugast, analysant le cas de Bassar, agglomération qui, on l’a vu, ne s’est pas constituée en ville, souligne l’impact particulier de la chefferie ; ne dépassant pas durablement l’ordre des quartiers et des clans, l’institution n’a pas d’effet centralisateur sur l’agglomération à l’instar, par exemple, de la royauté moundang (Tchad). Dans ce cas, le chef, roi sacré qui transcende les clans et les organise par rapport à lui, réside dans un palais, à la fois centre du royaume et centre de l’agglomération qui est constituée par des quartiers où résident des clans à fonctions spécialisées ; centre, de surcroît, dont la tradition rapporte qu’il était autrefois mobile mais qu’il finit par se fixer à l’abri de remparts élevés pour des raisons défensives22. Mais, sans être d’emblée un centre politique ou administratif, une ville peut se former spontanément sous l’effet de seuls facteurs économiques ; et, on l’a évoqué, l’absence de centre et d’agglomération peut résulter d’autres processus ayant trait au déplacement, par des moyens divers, du souverain sur son territoire. En somme, refuser la centralisation ou l’établir, faire un centre vide ou démultiplier les centres pour empêcher la prééminence d’un seul, sont des opérations qui interrogent tant la nature des institutions que les modalités de leur déploiement sur leur territoire, et cette problématique qui émerge en Afrique est aussi pertinente dans d’autres continents23.

56Jean Bazin, à propos des cités Marka et Ségou (Boucle du Niger), dégage les éléments d’un scénario historique où il identifie deux dynamiques, relativement autonomes : celle de cités marchandes où se nouent des réseaux commerciaux à plus ou moins longue distance et qui, de par leur fonctionnement, ont les moyens de résister aux aléas des événements politiques ; celle d’États, à la vie relativement brève, qui se constituent autour de chefs aussi longtemps que ces derniers sont capables de retenir sous leurs ordres des guerriers en nombre suffisant, en somme de conserver à leur profit le « monopole de la violence ».

57Ces formes dédoublées de cité, l’une à fonction plutôt politique et l’autre à fonction plutôt marchande, pourraient éclairer comparativement le cas éthiopien. Pendant des siècles, il y aurait eu coexistence entre les camps royaux itinérants et les cités marchandes musulmanes avant que ces dernières ne disparaissent pour des raisons qui restent à élucider. L’évolution vers autre chose viendra plus tard, à l’exemple des enclos-capitales des Grands Lacs. Un des enclos, fixé par les échanges qui se développèrent au xixe siècle, devint une ville-capitale qui opéra à son tour un effet supplémentaire de centralisation des activités et des résidences ; ce fut le cas de Kampala (capitale du Buganda puis de l’Ouganda) et, mutatis mutandis, d’Addis-Abeba, site où le camp du négus Ménélik II finit par se fixer.

58Poursuivant dans le registre des processus contemporains, Martineau et Müller, à propos de la recréation des cités yoruba, nous donnent de beaux exemples de rétroactions entre un État colonial prônant l’administration indirecte, le Nigeria indépendant dont la structure fédérale ajoute ses effets centrifuges, et les citadins, habitants d’agglomérations proliférantes qui vivent des cités plus ou moins imaginaires.

59La contribution de Benoît Hazard répond très directement à la question de la fabrication de la ville en nous décrivant la naissance d’une ville surnommée Little Italy, au sud-est du Burkina Faso. Béguédo, son premier nom, est une agglomération rurale qui s’est développée grâce aux revenus accumulés ces dernières décennies par des migrants qui sont allés d’abord dans des États voisins puis sont partis travailler en Europe, notamment dans les Pouilles italiennes. Sous l’effet des investissements, la transformation des lieux et leur équipement en infrastructures modernes sont devenus tels que les résidents ont cherché à modifier le statut administratif de leur village en le promouvant au rang de ville. Suivant des règles dont le principe et la légitimité procèdent du droit de l’État-territoire burkinabé contemporain, la possibilité de cette transformation s’est présentée au travers de l’opération de lotissement et de l’attribution de titres de propriété individuelle. Cette procédure, en cours, fait rejouer d’anciens conflits territoriaux et introduit de nouvelles divisions de l’espace et du corps social entre les ayants droit et les autres. Le cas de Béguédo serait à rapprocher d’autres exemples de création urbaine (on pense ici à Touba24, « cité idéale » qui a encore un statut de village, fondée au Sénégal par les Mourides avec des moyens à la fois identiques et différents de Béguédo), mais il montre aussi toute l’importance des acteurs - en l’occurrence, les migrants et leurs alliés - dans ces processus.

Sujets et citoyens

60Les modalités de la décision, et pas seulement son contenu, conduisent à s’interroger sur les institutions qui les promeuvent ou les freinent et les individus qui les animent. Où l’on retrouve enfin la question de la citoyenneté, inscrite d’emblée dans celle de la cité, mais l’examen des matériaux fait apparaître des réalités contrastées et un carroyage de statuts où le sujet se différencie du citoyen, le citadin du citoyen, les groupes lignagers des groupes d’âge, la citoyenneté ancienne de la citoyenneté contemporaine.

61À un pôle, l’on trouve les cités-royaumes où l’existence même de la cité découle de la présence d’un monarque et d’un principe dynastique, mais aussi du fait que la royauté ne peut se constituer sans une cité : les sujets, enserrés dans une muraille, protègent le monarque qui est au centre, dont le palais peut à son tour être entouré d’une autre enceinte, établissant parfois une citadelle. Dans ces sociétés urbaines prévalent des rapports de subordination et d’assujettissement, mais cela ne veut pas dire que le pouvoir du monarque est sans limites ; des dignitaires, émanations de groupes lignagers affirmés et de groupes d’âge peu formés, entourent et conseillent le roi, régentent intronisation et funérailles.

62L’organisation du corps politique, révélateur du degré de différenciation et de hiérarchisation sociales est un trait essentiel, significatif d’une certaine forme d’État. L’appareil d’État de la cité peut atteindre des niveaux de complexité qui se traduisent dans la morphologie du tissu urbain ; quelques études l’attestent, celles conduites par exemple à Ondo (Yoruba), à Abomey et à Porto-Novo25. Ces deux derniers exemples soulèvent la question de la transformation des cités-royaumes en royaumes de plus grande taille ; la clé de cette évolution réside dans le devenir de l’arrière-pays qui doit être contrôlé en continu par la cité-centre, à l’exemple du royaume asante. Cela suppose aussi qu’une cité réussit à prendre le pas sur les cités avoisinantes, en captant notamment à son seul profit les ressources de l’outre-pays.

63Le cas des cités-royaumes de Kathmandu (Vergati) est une autre illustration de ce type de cité-État. La royauté hindoue ne va pas sans ville ; la ville s’organise à partir du centre où se trouvent le palais et les divinités protectrices de la dynastie et de la ville ; autour se répartissent les différents ordres sociaux, en l’occurrence les castes qui protègent le monarque ; et les hors-castes sont précisément hors la ville, hors de ses limites. On comprend qu’un tel dispositif, très anciennement attesté dans la littérature sanskrite, ait pu nourrir la réflexion sur l’origine des castes puisque le monarque - instance politique et religieuse - est au centre du dispositif qui régit leur distribution territoriale et peut-être leur constitution26.

64À l’autre pôle se trouvent des cités, où certes souvent résident des rois et des princes dont la présence est à l’origine du qualificatif de principautés, mais leur corps politique est sans conteste régi par un principe de citoyenneté. La citoyenneté recouvre l’idée que les affaires de la cité sont contrôlées par les citoyens, à tout le moins qu’ils pèsent dessus ; en outre, tous les citadins ne sont pas des citoyens, la qualité de citoyen s’acquiert d’une façon ou d’une autre.

65Nos enquêtes attestent qu’une forme de citoyenneté peut se déployer dans le cadre des classes d’âge, toujours vivantes dans les cités des Comores, actives il y a peu encore chez les Konso, attestées autrefois dans les cités swahili et kotoko27, classes d’âge qui nourrissent l’idée qu’existe une communauté de destin au-delà des liens de parenté, qu’ils soient de filiation ou d’alliance, et définissent le droit de participer aux diverses instances, assemblées et conseils, qui décident des affaires de la cité.

66Ngazidja (Comores) permet d’étayer très concrètement une réflexion sur le corps politique des cités, gouvernées qu’elles sont dans cette île - certes de manière officieuse - par les assemblées, tenues sur la place publique, où siègent les représentants des Gens du pays ; cet ordre social dominant est organisé par un système de classes d’âge où la prééminence demeure aux mains des Accomplis. Ngazidja a connu une évolution politique marquée par les rivalités endogènes entre cités de rangs différents, agrégées en royaumes qui existaient aussi longtemps que les cités constitutives acceptaient cette unification. Au fil des siècles, les cités en tant qu’entités autonomes sont demeurées actives au point de conditionner les migrations contemporaines, nourries qu’elles sont par la compétition des fils qui veulent à leur tour s’accomplir par la réalisation de leur dispendieux « grand mariage » et occuper le rang de leurs pères à la tête de leur cité.

67L’exemple des Meru du Kenya (Peatrik), agropasteurs qui valorisent l’habitat dispersé, prolonge cette réflexion par un biais qui peut surprendre mais qui n’en est pas moins complémentaire. Dans les hautes terres d’Afrique orientale, les Meru Tigania-Igembe, comme maintes populations de ces régions, s’organisaient en classes d’âge et de génération qui détenaient tour à tour l’autorité ; les Pères du pays, titre de la classe responsable des affaires politiques, décidaient de la guerre et de la paix, délibéraient des affaires communes dans des assemblées tenues sur la place publique. Sans autorité centrale mais non dénuée de caractères étatiques associant une forme de souveraineté, de démocratie et de citoyenneté, la politie meru illustre très précisément en quoi les classes d’âge, lorsqu’elles émergent dans les cités, sont le cadre d’un corps politique original. Cette citoyenneté ne fonctionne plus en tant que tel dans le Kenya contemporain, mais elle n’en persiste pas moins au travers d’un ethos égalitaire qui puise dans l’initiation et implique le renouvellement de l’autorité à intervalles réguliers28.

68En Afrique de l’ouest, outre l’exemple des Kotoko déjà évoqué, des groupes d’âge ont existé chez les Yoruba29 ; l’ethnographie, succincte, indique des classes à usage militaire et des conseils d’anciens entourant les souverains qui complétaient ou contrebalançaient leurs pouvoirs. L’exemple de Djenné (Holder) relève d’une situation intermédiaire mais éloquente ; les organisations d’âge structurent la vie de quartiers, dont on a vu la raison d’être, et la participation à des assemblées traitant de manière « euphémisée » des affaires d’une cité qui n’a plus d’existence officielle depuis longtemps. Ce dernier exemple nous conduit à agrandir la focale sur les lieux du politique et à examiner les espaces locaux où se prennent des décisions.

La question de l’espace public

69Les éléments d’une réflexion sur la question de l’espace public, entendu au sens des lieux d’assemblée où se discutent les affaires communes, par opposition aux affaires secrètes, particulières, privées, familiales, se trouvent dans les contributions de Blanchy, Peatrik, Dugast, Bazin. Mais c’est surtout celle d’Holder qui la traite de façon centrale avec l’exemple de deux localités maliennes : Kani-Gogouna, au pays dogon, et Djenné, dans le delta intérieur du Niger.

70De fait, la question de l’espace public est peut-être l’une des plus constitutives parmi celles que pose la cité, pour laquelle on peut se demander si elle se contente d’organiser un espace communautaire, ou si elle introduit une distinction stricte entre public et privé. En problématisant l’enceinte et les effets que produit sa délimitation, c’est la « cité » dans sa spécificité qui est ici interrogée, en tant qu’espace dénommé répondant à un statut politique susceptible de définir, voire de se définir, comme un espace public. Entrent alors en jeu, non plus seulement des sujets, mais des citoyens et des citadins, deux catégories de droit dont l’articulation permet de saisir la distinction entre opinion et parole publiques d’une part, espace et place publiques d’autre part. Car ce n’est évidemment pas le citadin qui dispose du droit de parole, mais bien le citoyen, le « fils de la cité ». Du reste, plus encore que la parole, c’est parler qui est politique, pour autant que les citoyens puissent être rassemblés en un lieu et un temps dédiés à cette pratique. Dès lors, la cité a besoin d’instaurer concrètement une place publique comme condition de lieu et de temps manifestant une logique à la fois d’assemblée et d’individualisation. Mais cette émergence politique de l’individu dans la cité n’implique pas nécessairement que l’espace public adopte, comme le suggérait jadis Aristote, une forme panoptique, ni même qu’il implique une critique rationnelle à l’égard de l’autorité, argument développé notamment par Habermas30. En réalité, selon que la cité est en ou hors l’État, la citoyenneté peut fort bien être envisagée sans une inscription dans un régime démocratique, tandis que l’action publique peut aussi céder la place à un simple maintien de l’ordre social ou à la (re)production d’un consensus. On en revient là à la nature du politique de ces cités, dans lesquelles on peut douter qu’il faille un monarque, au sens du pouvoir d’un seul. Nombre d’études de cas semblent le montrer, on a plutôt affaire à une forme collégiale et multicentrée de la sphère du pouvoir, une sorte de compétition institutionnalisée des lieux du politique qui permet alors, pour reprendre à nouveau Habermas, de discuter « des règles générales de l’échange, sur le terrain de l’échange des marchandises et du travail social - domaine qui reste essentiellement privé, mais dont l’importance est désormais d’ordre public »31.

71La modernité de la cité ? Sans outre-pays et ancrage du pouvoir dans une localité et un arrière-pays, point de cité ou de cité-État, lesquelles résultent de la conjonction de ces deux échelles. En quoi ce concept éclaire-t-il les dynamiques contemporaines ? À notre époque de redistribution des forces et d’accélération du phénomène déjà ancien de la mondialisation, l’image lénifiante du village planétaire selon laquelle l’humanité ne relèverait plus que d’un seul modèle, n’a pas longtemps résisté à la montée de nouvelles hétérogénéités. La crise de nombre d’États, de type national ou impérial, signifie la paralysie ou la disparition de ces niveaux d’autorité et de régulation. Dans cette dérégulation internationale inédite, les territoires se défont, jeux et rivalités de pouvoir reprennent de plus belle ; d’anciens lieux sont reconfigurés, de nouvelles « arènes politiques »32 apparaissent. La ville, en ce qu’elle offre un cadre investi d’une certaine permanence, est une de ces localités.

72L’Afrique, plus que d’autres continents, connaît un phénomène de déprise des États sur leur territoire et de rétrécissement des zones où ils exercent leur souveraineté ; certains États résistent mieux que d’autres, et quelques expériences de décentralisation en Afrique de l’ouest, au Mali notamment, laisseraient même apparaître une autre manière de faire de l’État, en optant pour la « gouvernementalité »33 plutôt que la gouvernance. Mais même ceux qui paraissaient les mieux affermis sur leurs bases finissent par être déstabilisés. Dans ce contexte, les centres urbains de diverses natures, métropoles et semis de villes secondaires34, sont investis d’une importance nouvelle pour les populations qui y résident ou y affluent. À titre d’illustration, on pourrait évoquer le cas, paradigmatique, de la ville de Mogadisco, ancienne cité swahili et capitale d’un État récemment disparu (la Somalie)35. La ville, en tant que lieu du politique, n’en continue pourtant pas moins d’exister par le biais de l’auto-organisation de factions rivales procédant de solidarités de clans et de quartiers, qui font régner un certain ordre à la pointe des fusils de leurs miliciens ; au travers aussi de réseaux qui se ramifient dans un arrière-pays empiétant sur le territoire des États voisins (Éthiopie, Kenya), et dans un outre-pays incluant les États du golfe Arabo-Persique et les métropoles des pays occidentaux.

73Ce type de processus se répète de nos jours en Afrique à un point tel que l’on pourrait dresser de nouvelles cartes géopolitiques des centres urbains organisateurs, grands et petits, qui se surimposeraient aux tracés des frontières actuelles. Où notre exploration sur la cité-État et le statut politique de la localité prend tout à coup une portée nouvelle. Au-delà des alternatives figées entre sociétés traditionnelles et sociétés modernes, entre sociétés rurales et sociétés urbaines, entre sociétés acéphales et sociétés étatiques, elle permet d’examiner ces reconfigurations à la lumière de la question du centre et du refus du centre, des notions d’espace public et de lieu du politique, de citadinité et de citoyenneté, de pouvoir local et de pouvoir global. Peut-être, enfin, le processus politique incertain menant à la cité a-t-il quelque intérêt pour l’analyse de ces villes où des acteurs explorent et inventent de nouveaux arrangements face à des États africains exsangues.

74Nous avons bien conscience que ce volume, bilan d’étape d’une réflexion largement en chantier, soulève plus de questions qu’il n’en résout. Il a cependant atteint le but implicite que nous nous étions fixé : faire sauter certains cloisonnements intellectuels et disciplinaires qui brident la réflexion et empêchent la définition de nouveaux objets de recherche, promouvoir l’échange tant avec les historiens et les archéologues qu’avec les chercheurs engagés dans l’analyse des sociétés contemporaines, en Afrique et ailleurs.

Haut de page

Bibliographie

ADLER, Alfred, 1982, La mort est le masque du roi. La royauté sacrée chez les Moundang, Paris, Payot.

AMSELLE, Jean-Loup & M’BOKOLO, Elikia (éd.), 1985, Au cœur de l’ethnie. Ethnie, tribalisme et État en Afrique, Paris, La Découverte.

ANDERSON, David M. & RATHONE, Richard (sous la dir. de), 2000, Africa’s urban past, Oxford, James Currey.

BALANDIER, Georges, 1955, Sociologie des Brazzavilles noires, Paris, A. Colin.

BERQUE, Augustin, 1993, Du geste à la cité. Formes urbaines et lien social au Japon, Paris, Gallimard.

BERTRAND, Monique & DUBRESSON, Alain (éd.), 1997, Petites et moyennes villes d’Afrique noire, Paris, Karthala.

BIERSCHENK, Thomas & OLIVIER DE SARDAN, Jean-Pierre (éd.), 1998, Les pouvoirs au village. Le Bénin rural entre démocratisation et décentralisation, Paris, Karthala.

BLANCHY, Sophie, 2003, « Seul ou tous ensemble ? Dynamique des classes d’âge dans les cités de l’île Ngazidja (Comores) », L’Homme, 167-168, pp. 153-186.

CAMARA, Camille, 1973, « Une ville précoloniale au Nigeria : Ondo », Cahiers d’études africaines, XIII, 51 (3), pp. 417-441.

CAPRON, Jean, 1973, Communautés villageoises Bwa (Mali, Haute-Volta), Paris, Institut d’ethnologie. CLAVAL, Paul, 1981, La logique des villes. Essai d’urbanologie, Paris, Litec.

CONNAH, Graham, 2000, « African city walls, a neglicted source ? », in David M. Anderson & Richard Rathone (sous la dir. de), op. cit., pp. 37-51.

COQUERY-VIDROVITCH, Catherine, 1993, Histoire des villes d’Afrique noire. Des origines à la colonisation, Paris, Albin Michel.

DAKHLIA, Jocelyne, 1988, « Dans la mouvance du prince : la symbolique du pouvoir itinérant au Maghreb », Annales ESC, 43 (3), pp. 735-760.

DRESCH, Jean, 1948, « Villes congolaises. Études de géographie urbaine et sociale », La Revue de géographie humaine et d’ethnologie, 3, pp. 3-24.

FORTES, Meyer & EVANS-PRITCHARD, Edward E., [1940] 1978, African political

systems, Oxford, Oxford University Press.

FOUCAULT, Michel, 1997, Il faut défendre la société, Cours au collège de France, 1976, Paris, Gallimard/Le Seuil.

FUSTEL DE COULANGES, Numa-Denis, [1864] 1984, La cité antique. Étude sur le culte, le droit, les institutions de la Grèce et de Rome, Paris, Flammarion (Champs).

GALLAIS, Jean, 1989, Une géographie politique de l’Éthiopie. Le poids de l’État, Paris, Economica.

GEERTZ, Clifford, 1983, Local knowledge. Further essays in interpretative anthropology, New York, Basic Books.

GERNET, Jacques, 1994, L’intelligence de la Chine. Le social et le mental, Paris, Gallimard.

GUEYE, Cheikh, 2002, Touba. La capitale des Mourides, Paris, Karthala.

HABERMAS, Jürgen, 1992, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot [1res éd. all. 1962, 1990]. HANSEN, Mogens H., 2001, Polis et cité-État. Un concept antique et son équivalent moderne, Paris, Les Belles Lettres.

- (sous la dir. de), 2000, A Comparative study of thirty city-state cultures. An investigation conducted by the Copenhagen Polis Centre, Copenhagen, The Royal Danish Academy of Sciences and Letters (Historisk-filosofiske Skrifter, 21).

- 2002, A Comparative study of six city-state cultures. An investigation conducted by the Copenhagen Polis Centre, Copenhagen, The Royal Danish Academy of Sciences and Letters (Historisk-filosofiske Skrifter, 27).

HALL, Edward, T., 1971, La dimension cachée, Paris, Le Seuil [trad. de l’angl. 1976]. HALLPIKE, Christopher, R., 1970, « The principles of alliance formation between Konso towns », Man, 5 (2), pp. 258-280.

- 1972, The Konso of Ethiopia. The studies of the values of a Cushitic people, Oxford, Clarendon Press.

HARTOG, François, 1988, Le XIXe siècle et l’histoire. Le cas Fustel de Coulanges, Paris, Presses universitaires de France.

HÉRAN, François, 1987, « L’institution démotivée. De Fustel de Coulanges à Durkheim et au-delà », Revue française de sociologie, 28 (1), pp. 67-97.

HOCART, Arthur M., 1978, Rois et courtisans, Paris, éditions du Seuil [trad. de l’angl. 1936].

HOLDER, Gilles, 2001, Poussière, Ô Poussière ! La Cité-État sama du pays dogon (Mali), Nanterre, Société d’ethnologie (Mémoires de la Société, 6).

HORTON, Mark & MIDDLETON, John, 2000, The Swahili. The social landscape of a mercantile society, Oxford, Blackwell.

HOUSEMAN, Michael, LEGOUNOU, Blandine, MASSY, Christiane & CREPIN, Xavier, 1986, « Note sur la structure évolutive d’une ville historique. L’exemple d’Abomey (République populaire du Bénin) », Cahiers d’études africaines, XXVI, 104 (4), pp. 527-546.

IBN KHALDÛN, [ca. 1375-1379] 2002, Le livre des exemples. I. Autobiographie - Muqaddima, Paris, Gallimard.

IZARD, Michel, 1992, L’odyssée du pouvoir. Un royaume africain : État, société, destin individuel, Paris, éditions de l’EHESS.

LEBEUF, Annie M. D., 1969, Les principautés kotoko. Essai sur la sacralité du pouvoir, Paris, éditions du CNRS.

LEBEUF, Jean-Paul, 1973, « Personne et système du monde chez les Kotoko », in Colloques internationaux du CNRS, La notion de personne en Afrique noire, Paris, éditions du CNRS, pp. 373-386.

LE BRAS, Hervé, 2000, Essai de géométrie sociale, Paris, Odile Jacob.

LE COUR GRANDMAISON, Colette & CROZON, Ariel, 1998, Zanzibar aujourd’hui, Paris/Nairobi, Karthala/Ifra.

LUKES, Steven, 1973, Émile Durkheim. His life and work (A historical and critical study), Hardmondsworth, Penguin Books.

LLOYD, Peter C., [1954] 1967, « The traditional political system of the Yoruba », in Ronald Cohen & John Middleton (éd.), Comparative political systems, New York, The Natural History Press, pp. 269-292.

- 1960, « Sacred kingship and government among the Yoruba », Africa, 30 (3), pp. 221-237.

- 1973, « The Yoruba : an urban people ? », in Aidan Southall (éd.), Urban Anthropology. Cross-cultural studies of urbanization, New York, Oxford University Press, pp. 107-123.

MAQUET, Jacques, [1962] 1981, Les civilisations noires, Verviers, Nouvelles Éditions Marabout.

MARCHAL, Roland, 2000, Mogadiscio dans la guerre civile : rêves d’État, Paris, FNSP (Les Études du CERI, 69).

MARGARIDO, Alfredo, 1970, « La capitale de l’empire Lunda, un urbanisme politique », Annales ESC, 25 (4), pp. 857-861.

MASQUERAY, Émile, [1886] 1984, La formation des cités chez les populations sédentaires d’Algérie (Kabyles du Djurjura, Chaouîa de l’Aourâs, Beni Mzab),

Aix-en-Provence, Édisud.

MERCIER, Paul (sous la dir. de), 1973, Villes africaines, numéro thématique des Cahiers d’études africaines, XIII, 51.

NADEL, Siegfried F., 1971, Byzance noire. Le royaume des Nupe au Nigeria, Paris, Maspero [trad. de l’angl. 1942]. PEATRIK, Anne-Marie, 2002, « New wine in old bottle. Age systems, Swahili urbanism and the city-state in Sub-Saharan Africa », ms. non publié.

PECQUET, Luc, 1998, Le banco de l’autre. Bâtir les murs d’un ensemble d’habitations en pays lyela (Burkina Faso), thèse de doctorat, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

PERROT, Claude-Hélène, 1999, « Kumasi et les Britanniques. La capitale ashanti niée par le colonisateur », in Jean-Pierre Chrétien & Jean-Louis Triaud (sous la dir. de), Histoire d’Afrique. Les enjeux de mémoire, Paris, Karthala, pp. 143-172.

PINEAU-JAMOUS, Marie-José, 1986, « Porto-Novo : royauté, localité et parenté », Cahiers d’études africaines, XXVI, 104 (4), pp. 547-576.

PLANHOL, Xavier de, 1957, Le monde islamique. Essai de géographie religieuse, Paris, Presses universitaires de France.

PRADINES, Stephan, 2001, Fortifications et urbanisation swahili : l’exemple de la cité de Gedi (Kenya), thèse de doctorat, université de Paris IV-UFR Art et Archéologie.

RICHARD-MOLARD, Jacques, [1950] 1953, « Villes d’Afrique noire », in Hommage à Jacques Richard-Molard (1913-1951), Présence africaine, 15, pp. 295-306.

SAUTTER, Gilles, 1951, « Aperçus sur les villes “africaines” du Moyen Congo », L’Afrique et l’Asie, 14, pp. 34-53.

SCHLEE, Günther, 2002, « Régularités dans le chaos. Traits récurrents dans l’organisation politico-religieuse et militaire des Somali », L’Homme, 161 (1), pp. 17-50.

SCHMITZ, Jean, 1994, « Cités noires : les républiques villageoises du Fuuta Tooro (vallée du fleuve Sénégal) », Cahiers d’études africaines, XXXIV, 133-135 (1-3), pp. 419-460.

SOUTHALL, Aidan (sous la dir. de), 1979, Small towns in African development, numéro thématique d’Africa, 49 (3).

TOFFIN, Gérard, 2002, « Les cités-royaumes de la vallée du Népal ca. 1482-1769 », in Mogens H. Hansen (sous la dir. de), op. cit., pp. 107-123.

VERDIER, Raymond, 1982, Le pays kabiyé. Cité des dieux, cité des hommes, Paris, Karthala.

VERNET, Thomas, 1999, Les cités-États swahili de l’archipel de Lamu, XVIe-XVIIIe siècles : politique, économie et territoire, mémoire de DEA, université Paris 1-CRA.

WEBER, Max, 1982, La ville, Paris, Aubier Montaigne [1re éd. all. 1921].

Haut de page

Notes

1Le présent volume est l’aboutissement de travaux collectifs entrepris entre 1999 et 2002 dans le cadre du séminaire de l’équipe Afrique du Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (CNRS-université Paris X-Nanterre) et du colloque organisé les 21 et 22 juin 2001 à la Maison de l’archéologie et de l’ethnologie. Les lecteurs extérieurs qui ont accepté de relire les contributions nous ont apporté une aide précieuse, et nous les en remercions vivement.
2Indépendamment, Thomas Vernet (1999) remettait sur le métier la notion de cité-État à propos des cités swahili. Nous avons pris connaissance de la synthèse en trois volumes de Mogens H. Hansen (2000, 2001, 2002) plus tardivement.
3Dresch 1948 ; Richard-Molard 1950 ; Sautter 1951.
4Balandier 1955 ; Mercier 1973 ; Southall 1979.
5Les Annales ont cependant donné très tôt le ton à cette entreprise. En 1970, un numéro spécial intitulé « Histoire et urbanisation » esquissait des comparaisons mondiales incluant l’Afrique à travers notamment l’article d’Alfredo Margarido.
6Jacques Maquet ([1962] 1981) dans sa synthèse sur Les civilisations noires évoque « la civilisation des cités » ; sa présentation en fin d’ouvrage, juste avant « la civilisation des industries », traduit le souci de l’auteur de ne rien omettre mais révèle aussi une difficulté à classer ce qu’il avait identifié. Notre projet reprend en quelque sorte son idée sur de nouvelles bases.
7Hartog 1988 ; Héran 1987 ; Lukes 1973.
8On peut mentionner ici quelques titres évocateurs, tels que Byzance noire de Siegfried F. Nadel ([1942] 1971), Les principautés kotoko d’Annie Lebeuf (1969), Communautés villageoises Bwa de Jean Capron (1973), ou Le pays kabiyé. Cité des dieux, cité des hommes de Raymond Verdier (1982) ; plus récemment, Jean Schmitz (1994) à propos des communautés villageoises de la vallée du fleuve Sénégal.
9Hansen (2000 : 463-545) : nuances qui tiennent aux critères retenus par l’auteur ou aux sources disponibles ; on pourrait ainsi s’interroger sur l’oubli des cités konso en Éthiopie (Hallpike 1970, 1972).
10Les archéologues ont étudié des enceintes (voir par exemple Connah 2000 ; Pradines 2001), matérialisation de limites à usage bien souvent, mais pas exclusivement, défensif ; la construction de ces édifices, outre ses aspects techniques, est aussi révélatrice de modes particuliers d’organisation territoriale, sociale et symbolique (Pecquet 1998).
11Les cités yoruba, entre autres exemples, abritaient une majorité de citadins-paysans qui travaillaient leurs champs aussi longtemps que les terres alentour n’étaient pas épuisées ; cela limitait la taille des cités mais poussait aussi à l’expansion territoriale (Lloyd 1973 ; Camara 1973).
12Jean-Loup Amselle (1985 : 11-48) avait souligné cette permanence de la cité dans son essai d’« anthropologie topologique ».
13Horton & Middleton 2000 ; Lecour-Grandmaison & Crozon 1998.
14Michel Izard (1992 : 14-16), esquissant un classement des territorialités politiques, définit un « État-territoire » par opposition à un « État-cité » constitué par un centre et un glacis extérieur. En partant de la cité-État, notre tentative recoupe et prolonge celle d’Izard.
15Planhol 1957 : 5-45.
16Perrot 1999.
17Toffin 2002.
18Lloyd 1960.
19La comparaison pourrait s’élargir aux camps itinérants (mehalla, harka) des sultans ou des beys en Afrique du Nord analysés par Jocelyne Dakhlia (1988). À intervalles réguliers, le souverain se devait de quitter son palais sis en ville, pour entretenir et renouveler une légitimité amoindrie par sa sédentarité urbaine, voire incompatible avec cette situation. Il parcourait le territoire de son ressort, escorté par une suite nombreuse formant une colonne qui s’immobilisait chaque soir dans un nouveau campement. Clifford Geertz (1983 : 121-146) a donné une première élaboration du thème du déplacement du centre en le croisant avec le charisme du souverain.
20Claval 1981 ; Le Bras 2000.
21Gallais 1989 : 27-32.
22Adler 1982.
23Voir, sur la ville en Chine, Gernet 1994 : 17-30, et au Japon, Berque 1993 : 125-138.
24Gueye 2002.
25Camara 1973 ; Houseman et al. 1986 ; Pineau-Jamous 1986.
26Hocart [1936] 1972.
27Le cas des Kotoko illustre l’importance, bien connue, des termes utilisés pour désigner les phénomènes étudiés. Annie M. D. Lebeuf (1969) décrit avec une grande finesse leurs cités mais, se concentrant sur le caractère sacré de l’autorité dans ce qu’elle appelle des « principautés », elle laisse de côté des informations substantielles, entre autres sur les classes d’âge (pp. 108-115 et 210-214 ; voir aussi J.-P. Lebeuf 1973), qui lui auraient permis de dégager une catégorie originale de politie africaine.
28Rappelons que les populations à classes d’âge et de génération étaient prédominantes dans ces régions qui correspondent aussi à l’arrière-pays et à l’outre-pays continental des anciennes cités swahili. Des ressemblances, structurelles et lexicales, entre les classes meru et les classes comoriennes, sont révélatrices d’une histoire commune remontant à une date pour le moment indéterminée mais vraisemblablement ancienne ; elles recentrent sur l’apport africain l’histoire et la genèse des cités côtières (Peatrik 2002).
29Lloyd [1954] 1967.
30Habermas [1962] 1993 : 38.
31Ibid.
32Bierschenk & Olivier de Sardan 1998.
33Foucault 1997.
34Bertrand & Dubresson 1997.
35Marchal 2000 ; Shlee 2002.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Holder et Anne-Marie Peatrik, « Cité, centre, capitale », Journal des africanistes, 74-1/2 | 2004, 9-34.

Référence électronique

Gilles Holder et Anne-Marie Peatrik, « Cité, centre, capitale », Journal des africanistes [En ligne], 74-1/2 | 2004, mis en ligne le 10 avril 2007, consulté le 28 juin 2017. URL : http://africanistes.revues.org/519

Haut de page

Auteurs

Gilles Holder

Articles du même auteur

Anne-Marie Peatrik

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org