Navigation – Plan du site
Mélanges
In memoriam

Guy Le Moal (1924 – 2010)

Michèle Coquet
p. 285-290

Texte intégral

1De ses ancêtres brestois, militaires, navigateurs et bâtisseurs – un arrière grand-père en Guadeloupe et un grand-père à Madagascar –, Guy Le Moal avait hérité le désir de l’action et du voyage. Lorsque tout jeune homme, en 1944, il s’engage dans un régiment des Forces françaises de l’intérieur, il « pense » déjà à l’Afrique. C’est ce qu’il confia à quelques-uns d’entre nous, peu de temps avant sa disparition.

2En 1948, après une licence ès Lettres, il obtient un diplôme du tout nouveau Centre de formation à la recherche ethnologique (CFRE) du musée de l’Homme. Il y côtoie entre autres, Georges Condominas, Hélène Balfet, Georges Savonnet, Jacqueline Delange, Jean Laude, Claude Tardits : retracer l’histoire de sa formation à l’ethnologie porte ainsi à l’évocation d’une génération pionnière de chercheurs africanistes et à celle des institutions qui, en France, permirent son éclosion. Fondé en 1947 par André Leroi-Gourhan, le Centre initie les étudiants à l’ethnologie ainsi qu’aux techniques de l’observation ethnographique et à la pratique du terrain. G. Le Moal y suit l’enseignement du préhistorien ainsi que celui de Marcel Griaule. Leroi-Gourhan lui transmet sa passion pour la paléontologie, le pousse à participer aux fouilles des grottes des Furtins et d’Arcy-sur-Cure, et à celles du site de Pincevent, et sera le directeur de sa thèse d’Etat, soutenue en 1977 à la Sorbonne.

3G. Le Moal évoquait avec émotion sa première rencontre avec l’Afrique, lorsque l’avion ayant atterri sur le tarmac de l’aérodrome de Dakar un jour de l’année 1949, l’air chaud exhalé par la terre desséchée vint s’engouffrer par la porte ouverte de l’appareil. Une « première impression sensitive », disait-il, « à jamais demeurée dans ma mémoire ». Il a alors 25 ans et vient d’être engagé par Théodore Monod, directeur de l’Institut français d’Afrique noire. Après un séjour de quelques mois à Dakar et à Saint-Louis, où il assure la direction du Centre Sénégal-Mauritanie, il est chargé par Monod de construire un nouveau centre. Attiré par le Sahel, il choisit Ouagadougou.

4En 1950, Ouagadougou est une petite ville d’environ 30 000 habitants, mossi en majorité, constituée essentiellement de bâtiments en adobe. C’est dans une de ces maisons de terre crue, à moitié en ruines, que G. Le Moal s’installe. Il se transforme en maçon, en charpentier, en jardinier, et retrouve le plaisir du travail en équipe, comparable à celui des chantiers de fouilles. La construction du centre et la plantation du parc botanique durent environ cinq années (1951-1955) pendant lesquelles G. Le Moal s’emploie également à d’autres tâches : jeter les bases d’une histoire du peuplement de la Haute-Volta et en établir la carte ethnique, mener une enquête de sociologie urbaine portant sur la ville de Ouagadougou, et participer à des recherches dirigées par Jean Rouch sur les migrations de main-d’œuvre en direction du Ghana et de la Côte-d’Ivoire ; Jean Rouch, une vieille connaissance, qui le sollicite pour figurer dans Jaguar, film tourné en 1954, où on peut toujours le voir, assis au volant d’un camion à destination de la Gold Coast.

5Lorsque, en 1963, peu après l’Indépendance, il quitte la direction du Centre de Haute-Volta, celui-ci comprend des départements d’Ethnologie, de Géographie humaine et de Botanique, ainsi que divers services : bibliothèque, photothèque, collections d’enregistrements et de films, fonds muséographique. Devenu Centre national de la recherche scientifique et technique (CNRST), ce lieu a accueilli depuis cette époque plusieurs générations de chercheurs africanistes de toutes nationalités. Le parc jouxtant désormais le campus de l’université constituait il y a quelques années encore un lieu de promenade pour les étudiants. Cette œuvre valut à G. Le Moal d’être honoré en 1962 du titre de Chevalier de l’Ordre National de la Haute-Volta. Intégré dès 1959 à l’ORSTOM en tant que maître de recherches, il y devient directeur de recherches en 1979. Mais dès 1963, il bénéficie d’un détachement au CNRS, et entre au laboratoire « Systèmes de pensée en Afrique noire » (CNRS-EPHE) où il participe activement aux travaux portant sur les sociétés de l’aire mandé-voltaïque. Il y retrouve Rouch et Germaine Dieterlen, fait la connaissance de Luc de Heusch et de Michel Cartry.

6G. Le Moal consacra la majeure partie de ses recherches aux Bobo, une ethnie de l’ouest du Burkina Faso, qu’il rencontre dès 1950. Appartenant à cette génération d’ethnologues pour qui les recherches de terrain dans la longue durée sont essentielles à la connaissance d’une société humaine, il retourna régulièrement en pays bobo jusqu’à la fin des années quatre-vingt-dix. Il rappelait fréquemment que ce travail n’aurait pas été possible sans le concours de Sibiri Sanou, forgeron bobo formé à l’Ecole coloniale française, dans un premier temps informateur, conseiller et nécessaire intermédiaire, puis ami fraternel que la collaboration avec Guy transforma en érudit de sa propre culture.

7Les travaux de G. Le Moal comprennent tant des écrits que de remarquables images, photographiques et cinématographiques. Certains de ses films, tels que Les masques de feuilles (1961), Le grand masque molo (1969), ou Dwo a tué (1971), ont une valeur inestimable, non seulement parce qu’ils documentent des moments de la vie quotidienne et rituelle désormais presque disparus, dont le filmage, quant aux scènes relatives à l’initiation par exemple, constitua un exploit, mais aussi pour la qualité du regard de l’ethnologue : pour exemple, on doit à G. Le Moal quelques rares et précieuses images de rituels conduits par des enfants, un « petit sujet » qu’il reprit, en collaboration avec Suzanne Lallemand, pour un numéro du Journal des Africanistes (1981, 51, 1-2).

8Les images rapportées par G. Le Moal montrent la complexité sociale, visuelle et esthétique des pratiques religieuses des Bobo et de leurs réalisations plastiques, en particulier celles où ils font intervenir des représentations masquées. Elles sont exactement complémentaires de son œuvre écrite, issue d’une ethnographie rigoureuse, qui, par les thèmes qui y sont privilégiés – notion de personne, sacrifice, rites funéraires, initiation, mythologie,… –, s’est inscrite dans les travaux du laboratoire « Système de pensée en Afrique noire », qui ont eux-mêmes pérennisé la tradition d’une école française d’ethnologie africaniste sensible à la question du fait religieux. L’apport de ses recherches sur les fonctions sociales et politiques des institutions de masques – publiées dans Les Bobo. Nature et fonction des masques (1980) – demeure essentiel à la compréhension de ce que furent ces sociétés rurales qui ont laissé à la postérité un très vaste ensemble de réalisations artistiques, finalement peu étudié malgré sa grande richesse. G. Le Moal, sensible à la scénographie de ses objets et à leur diffusion, avec les cultes les accompagnant, avait entrepris, lors de ses derniers séjours au Burkina, un dernier travail sur d’autres créateurs de masques, les Bolon.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie de Guy Le Moal

1951 « L’histoire et la légende mossi », Albums de l’AOF, décembre : 95-105, ill.

1954 « Peuple mossi », Encyclopédie Mensuelle d’Outre-mer, III, N° 41, fév. : 17-21, phot., carte.

1955 « Peuples de la Haute Volta, AOG Magazine, nov. : 44-47, ill.

1956 « Les migrations de main-d’œuvre voltaïque », Conferencia internacional dos africanistas ocidentais, 6a sessao, SaoTOme, Ve vol. : Sciences humaines, s.1, CCTA/CSA : 247-260.

1957 « Note sur les populations bobo », Bulletin de l’Institut français d’Afrique noire, XIX, 2 :193-202.

1960 « Un aspect de l’émigration : la fixation de voltaïques au Ghana », Bulletin de l’Institut français d’Afrique noire, XXII, 3-4, juil-oct. : 446-454.

1960 « Les habitations semi-souterraines en Afrique occidentale », Journal de la Société des africanistes, XXX, 2 : 193-202.

1961 « Au Ghana avec les tirailleurs voltaïques », Bulletin d’information, 5 p., Ouagadougou.

1961 « Une enquête de sociologie urbaine dans la capitale de la Haute Volta », Réunion des spécialistes CAS sur l’urbanisation et ses aspects sociaux, Abidjan, Fondation pour l’assistance mutuelle et Afrique au sud du Sahara / Conseil scientifique, Pub. nº 75.

1963 Cartes ethnographiques de l’Afrique occidentale, en collaboration avec Gérard Brasseur, feuilles 3 et 4 Nord, IFAN, Dakar.

1967 Contributions au « Colloque sur les cultures voltaïques » (Sonchamp, 6-8 déc. 1965), Recherches voltaïques, 8 : 7-9, 23-32.

1968 « Enquêtes sur l’histoire du peuplement bobo », Notes et documents voltaïques, I, 2, janv.-mars : 6-9.

1971 « Les classe d’âge chez les Bobo (Haute Volta) », dans Paulme, Denise (éd.), Classes et associations d’âge en Afrique de l’Ouest, Paris, Plon : 114-130.

1973 « Quelques aperçus sur la notion de personne chez les Bobo », La notion de personne en Afrique noire, Paris, CNRS (Colloques internationaux du CNRS, nº 544) : 193-202, 9 fig.

1975 « Poisons, sorciers et contre-sorcellerie en pays bobo (Haute Volta) », Systèmes de pensée en Afrique noire : 78-95, 1 fig.

1976 « Le peuplement du pays bobo, bilan d’une enquête », Cahiers ORSTOM, Série Sciences Humaines, XIII, 2 : 137-142.

1978 « Rites de purification et d’expiation », dans Systèmes de signes. Textes réunis en hommage à Germaine Dieterlen, Paris, Hermann : 349-357.

1980 Les Bobo. Nature et fonction des masques, Paris, travaux et document de l’ORSTOM, 121, 535 p., 37 fig., 13 tab., 36 pl., 3 carte H.T., 6 index, bibliog., filmog. (réédité en 1999, voir ci-dessous).

1981 « Introduction à une étude du sacrifice chez les Bobo de Haute Volta », Le sacrifice IV, Systèmes de pensée en Afrique noire, cahier 5 : 99-125, 2 phot.

1981 « Un petit sujet », en collaboration avec Suzanne Lallemand, Journal des africanistes, 51, 1-2 : 5-21.

1981 « Les activités religieuses des jeunes enfants chez les Bobo », Journal des africanistes, 51, 1-2 :235-250, 4 phot.

1982 « Vestiges préhistoriques en pays bobo (Haute Volta) », Cahiers ORSTOM, Série Sciences Humaines, XVIII, 2 : 255-259, 4 phot.

1983 « Code sacrificiel et catégories de pensée chez les Bobo de Haute Volta », Le sacrifice V, Systèmes de pensée en Afrique noire, cahier 6 : 9-64, 3 phot.

1986 « Contrôle social et sanctions chez les Bobo du Burkina Faso », Droit et Culture, 11 : 171-175.

1986 « Naissance et rites d’identification : les objets sabî na frè », Archiv für Völkerkunde, Vienne, 40 : 75-92, 22 fig.

1987 « Le sacrifice comme langage », dans Cartry, Michel (textes réunis par), Sous le masque de l’animal. Essais sur le sacrifice en Afrique noire, Paris, PUF (Bibliothèque de l’Ecole des Hautes Etudes. Sciences religieuses, vol. LXXXVIII) : 41-87.

1987 « Bobo. Le temps des masques », L’Univers du vivant, 24 : 20-34, 21 phot.

1989 « Les voies de la rupture : veuves et orphelins face aux tâches du deuil dans le rituel funéraire bobo (Burkina Faso ) (première partie ) », Le deuil et ses rites I, Systèmes de pensée en Afrique noire, cahier 9 : 11-32.

1990 « De la brousse au village : autels de fondation et code sacrificiel chez les Bobo », dans Detienne, Marcel (dir.), Tracés de fondation, Louvain-Paris, Peeters : 69-84.

1991 « Animisme », dans Bonte, Pierre & Izard, Michel (dir.), Dictionnaire de l’Ethnologie et de l’Anthropologie, Paris, PUF : 72-73.

1991 « Les voies de la rupture : veuves et orphelins face aux tâches du deuil dans le rituel funéraire bobo (Burkina Faso ) (deuxième partie ) », Le deuil et ses rites II, Systèmes de pensée en Afrique noire, cahier 11 : 15-56.

1999 Les Bobo. Nature et fonction des masques, Tervuren, Musée royal de l’Afrique centrale, Annales Sciences Humaines, vol. 161 : 338 p. (réédition, 1re éd. en 1980, ORSTOM).

2008 Masques bobo. Vie, formes, couleurs, Paris - Tervuren, Biro / IRD / Musée royal de l’Afrique centrale, 127 p.

Filmographie de Guy Le Moal

Cette filmographie, résumant en quelques mots chacun des sujets des films, a été réalisée par Guy Le Moal (documents déposés au laboratoire Système de pensée en Afrique noire, CNRS-EPHE, aujourd'hui composante du Cemaf)

Les dates reportées à gauche sont celles de la production des films.

1961 - Les masques de feuilles, 16 mm, couleur, sonore optique. Durée : 40 mn., Masques et initiation chez les Bobo. Film réalisé en 1956 et 1958.

1966 - Yele danga, 16 mm, couleur, sonore optique. Durée : 20 mn., Jeux, masques et rites d'initiation chez les Bobo et les Bolon de Haute-Volta. Film réalisé de 1959 à 1962.

1969 - Le grand masque Molo, 16 mm, couleur, sonore optique. Durée : 25 mn., La taille d'un masque chez les Bobo. Film réalisé en 1968.

1970 - Les pêcheurs du Sourou, 16 mm, noir, sonore optique. Durée : 61/2 mn., Une pêche collective dans un affluent de la Volta. Série "Documents voltaïques" 1. Film réalisé en 1954.

1970 - Théâtre comique chez les Kurumba, 16 mm, noir, sonore optique. Durée : 41/2 mn., Une farce jouée dans le style de la commedia dell'arte. Série "Documents voltaïques" 2. Film réalisé en 1954.

1970 - Sur la route du marché, 16 mm, couleur, sonore optique. Durée 41/2 mn. Les gestes de la parure chez la femme lobi. Série "Documents voltaïques" 3. Film réalisé en 1954.

1970 - Les falaises de Bandiagara, 16 mm, couleur, sonore optique. Durée : 31/2 mn. Simple présentation du pays dogon et des sites d'habitat. Série "Images du Mali" 1. Film réalisé en 1958.

1970 - Mopti, 16 mm, couleur, sonore optique. Durée : 21/2 mn. Les fonctions de la Métropole du Moyen-Niger. Série "Images du Mali" 2. Film réalisé en 1958.

1971 - Dwo a tué !, 16 mm, couleur, sonore optique. Durée : 20 mn., Un prêtre de la religion traditionnelle bobo, son rôle au cours de deux grandes cérémonies. Film réalisé en 1970.

1974 - Initiation, 16 mm, couleur, sonore optique. Durée : 20 mn., Version courte de Les masques de feuilles(1961) et yele danga(1966).

1974 - Naissance d'un masque, 16 mm, couleur, sonore optique. Durée : 20 mn., Version courte de Le grand masque Molo et Dwo a tué ! Film réalisé en 1976.

1977 - Hivernage à Kouroumani, 16 mm, couleur, sonore optique Durée : 55 mn., Chronique des activités sociales et religieuses au début d'une saison des pluies.

1977 - Pyrotechnie africaine, 16 mm, couleur, sonore optique. Durée : 9 mn., Fabrication chez les Bobo de la poudre, des capsules et des balles de fusil. Série "Documents voltaïques" 4.

1977 - Les masque bobo : un inventaire filmé, 16 mm, couleur, son magnétique. Durée : 16 mn., Film de montage réalisé avec des documents extraits de Les Masques de Feuilles (1961), Yele Danga (1966) et Dwo a tué ! (1971).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Coquet, « Guy Le Moal (1924 – 2010) », Journal des africanistes, 81-2 | 2011, 285-290.

Référence électronique

Michèle Coquet, « Guy Le Moal (1924 – 2010) », Journal des africanistes [En ligne], 81-2 | 2011, mis en ligne le 30 janvier 2017, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4719

Haut de page

Auteur

Michèle Coquet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org