Navigation – Plan du site
Mélanges
Notes et documents
Des travaux pluridisciplinaires : les atlas ‘jeune Afrique’

Note sur la fabrication d’un Atlas du Tchad

Christine Raimond et Claude Arditi
p. 280-283

Texte intégral

1L’atlas du Tchad aux éditions Jeune Afrique est sorti en France en juillet 2007. Il a fait l’objet du même type de commande que ceux des autres pays qui composent cette collection : cartes simples, textes courts, délais très serrés. Une recette éditoriale qui marche, qui a même été primée pour son caractère éminemment pédagogique, dans un créneau de l’information peu couvert par ailleurs, et dont la vocation de diffusion et l’utilité dépassent largement le milieu de l’enseignement et de la recherche.

2Mais le Tchad n’est pas un pays où la réalisation d’un atlas est chose aisée. Le dernier atlas scientifique datait de 1972. Il avait fait l’objet, sous la direction de J. Cabot, d’un véritable travail de synthèse des recherches menées jusqu’alors dans le cadre du centre ORSTOM et de la jeune université de N’Djaména. Les domaines classiquement couverts par les atlas géographiques étaient traités (relief, sols, climat, végétation, peuplement, productions agricoles et pastorales), et on y trouvait déjà les premiers résultats d’une recherche de pointe dans les domaines émergents, celui de la télédétection notamment, et attestant d’une recherche active dans de nombreuses disciplines.

3Depuis, le pays a traversé des crises graves qui, outre les conséquences dramatiques sur les sociétés et l’économie du pays, ont marqué le glas d’une recherche scientifique de qualité. Lors de la guerre de 1979, le centre ORSTOM de N’Djaména a brûlé et n’a jamais été rouvert. Malgré des tentatives répétées depuis les années 1990 de remonter des instituts de recherche au niveau national (Laboratoire zootechnique de Farcha, Institut National des Sciences Humaines, Institut de Recherche Agronomique) ou des structures d’appui à la recherche (Centre National d’Appui à le Recherche), une réelle politique de recherche scientifique à mener en support à un système éducatif performant fait cruellement défaut. Il en résulte une production scientifique très parcellisée, consistant essentiellement en une littérature grise qui n’a pas de véritable statut scientifique. Au sein de cette production, les sciences humaines sont faiblement représentées, particulièrement la linguistique, l’histoire, et l’anthropologie. Certaines régions sont aussi mieux connues que d’autres pour des raisons certaines d’accessibilité, mais aussi en fonction d’une attention particulière de la part des organismes de développement, les seuls dans le pays à assurer une présence sur le terrain et l’apport de financements. C’est ainsi que le « Tchad utile », correspondant au sud « cotonnier » reste encore, comme au temps de la colonisation française, la région la mieux connue. Dans le Sahel et le Sahara, les recherches en sciences sociales se sont terminées avec l’enlèvement de l’archéologue Françoise Claustre en 1974.

4La réalisation d’un atlas, c’est aussi l’exploitation d’une information chiffrée et cartographiable. La fiabilité des données statistiques produites par les pays africains a été largement débattue par les scientifiques ; ce qu’il en ressort souvent, c’est qu’elles restent intéressantes pour analyser des tendances. Ici, le défaut d’enregistrement pendant de nombreuses années, et dans de nombreux domaines, rend leur utilisation particulièrement difficile. Au Cameroun, des atlas existent à différentes échelles (atlas nationaux, régionaux) et à différentes dates, qui autorisent un essai de synthèse. Ici, nulle possibilité de la sorte.

5Dès lors, comment sortir un atlas dit « de synthèse » à partir d’une information incomplète voire inexistante, réalisé par des spécialistes tchadiens peu nombreux et répondant à une grille thématique pré-établie difficilement modifiable, tout en remplissant des critères de qualité scientifique rigoureuse et d’une représentativité minimale entre chercheurs du Nord et du Sud du Tchad ?

6Le défi était de taille, et les candidats à la prise en charge d’un tel projet peu nombreux. C’est uniquement la perspective de produire un document présentant les grandes problématiques par disciplines et les grands enjeux du Tchad aujourd’hui, avec un support cartographique à jour faisant cruellement défaut à la fois dans l’enseignement et dans le développement, qui nous a fait accepter ce projet.

7En tant que scientifiques, notre objectif était de faire le point sur les différents thèmes imposés, en faisant appel aux dernières recherches effectuées, tout en mettant en valeur des domaines non envisagés par les éditeurs : les planches « Paléontologie » et « Pétrole » ont ainsi bonne place dans ce dispositif et montrent que la recherche au Tchad, tout comme les opportunités de développement, ne sont pas tout à fait absentes aujourd’hui. Les jeunes docteurs tchadiens et français ont également bonne place dans l’équipe des auteurs, aux côtés de chercheurs plus confirmés dont l’expérience et la connaissance du terrain sur le plus long terme étaient indispensables pour compenser le défaut de données.

8Notre première tâche a été de négocier les délais : avec une signature du contrat mi-septembre 2005, une composition des planches non décidée et une équipe d’auteurs non constituée, il était impossible de tenir le délai imposé à la fin novembre 2005 ! Sachant qu’il n’était pas prévu de donner la parole aux responsables scientifiques pour justifier des choix opérés pour la conception de l’atlas, nous avions exprimé dès le départ une position assez commune, qui est qu’un atlas scientifique doit être préfacé par une personnalité scientifique du pays. Nous avions donc, pour éviter cet écueil, proposé plusieurs noms de scientifiques, et certaines personnes ont été contactées par l’éditeur. Mais comme pour les autres atlas de la collection, cette demande n’a pas été respectée, et c’est au final un choix politique qui a prévalu.

9Un aspect important des nombreux problèmes rencontrés dans la réalisation de ce travail concerne l’identité de son véritable commanditaire, qui selon toute vraisemblance est le gouvernement du Tchad dont les préoccupations scientifiques ne sont pas évidentes.

10Ceci s'est traduit par une suite « d'incidents », caractéristiques d'une vision politique à court terme, plus proche de la communication que de la recherche scientifique. Ainsi, des changements iconographiques importants de dernière heure et, bien sûr à notre insu, se sont produits (ajouts de photos de l'Ennedi, région du président Déby !), alors que nous avions aussi bien dans le choix des collaborateurs tchadiens que des photos accompagnant les textes, privilégié une certaine cohérence et une volonté de montrer la diversité écologique et partant humaine du pays. Parmi ces incidents : « erreur » sur le nom des auteurs sur le site internet de la FNAC, préface et photo du président ! Ces dérives font penser que nos éditeurs sont plus habitués à faire des publi-reportages (cf. L'intelligent et autres publications) que des ouvrages scientifiques.

11Contrairement au Cameroun, aucune cérémonie de remise officielle de l'Atlas, plus ou moins médiatisée, n'a eu lieu à moins que nous n'en ayons pas entendu parler. En fait, nous disposons de peu d’informations sur la distribution de cet atlas. Le commanditaire n’ayant, semble-t-il, pas payé la totalité du contrat, le nombre d’exemplaires édités a du être revu à la baisse, et aucun ne serait parti au Tchad à ce jour. Les collaborateurs tchadiens ont du attendre longtemps leur exemplaire personnel et le dernier d’entre eux n’a été rémunéré qu’en mars 2007.

12Que conclure de cette expérience éditoriale ? Si c’est le produit d’une politique de publication scientifique de qualité, les chercheurs ne sont pas hostiles à la production de textes concis dans un court laps de temps. Mais en contrepartie, ils souhaitent que règne une certaine transparence dans la réalisation (origine et nature de la demande, justification des choix scientifiques) et par suite, un respect total de leur travail. La réalisation de l’atlas du Tchad n’a pas été chose facile, mais elle est partie d’un réel souci de la part des responsables scientifiques de produire une information simple mais de qualité, dans le cadre d’une réelle coopération franco-tchadienne, ce qui n’est pas si courant. La non-diffusion de cet atlas au Tchad témoigne du peu d’intérêt accordé par les commanditaires et l’éditeur au travail des scientifiques, mais aussi au public visé, tout particulièrement les enseignants et leurs étudiants qui, dans le défaut dramatique des connaissances sur leur pays, auraient grande utilité de cet ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Raimond et Claude Arditi, « Note sur la fabrication d’un Atlas du Tchad », Journal des africanistes, 81-2 | 2011, 280-283.

Référence électronique

Christine Raimond et Claude Arditi, « Note sur la fabrication d’un Atlas du Tchad », Journal des africanistes [En ligne], 81-2 | 2011, mis en ligne le 30 janvier 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4712

Haut de page

Auteurs

Christine Raimond

CNRS

Claude Arditi

EHESS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org