Navigation – Plan du site
Mélanges
Notes et documents
Des travaux pluridisciplinaires : les atlas ‘jeune Afrique’

Note sur la fabrication d’un Atlas du Cameroun

Christian Seignobos
p. 278-280

Texte intégral

1Les éditions du Jaguar (groupe Jeune Afrique) m’ont proposé la direction scientifique d’un atlas du Cameroun en juin 2006. Le cahier des charges précisait une page de texte et sa carte en vis-à-vis, soit 27 notices, à réaliser en trois mois. Le lectorat visé est un public local de personnes scolarisées, niveau terminale, et d’étrangers intéressés par une image couvrante du Cameroun. Pour ce faire, j’ai recruté 19 Camerounais des universités de Yaoundé I, Douala et Ngaoundéré, d’institutions comme l’INC (Institut national de cartographie) et le CNE (Centre national de l’éducation), avec un appoint de 5 chercheurs expatriés.

2Le Cameroun présente, toutes disciplines confondues, un important vivier d’enseignants-chercheurs. Il fallut choisir entre les « aînés » et les juniors, tout en composant a minima un panachage régional. Mais la rapidité d’exécution me commandait d’avoir, sous la main, à Yaoundé, un maximum d’intervenants. Cet Atlas à l’espérance de vie supérieure à une décennie confère aux collègues camerounais une labellisation au sein de leurs disciplines.

3Mis en chantier en juillet, l’Atlas est sorti de l’imprimerie le 28 décembre 2006, en français (119 pages) et deux mois plus tard en anglais. La présentation et la remise officielles le 17 avril 2007 à Yaoundé en présence du Premier Ministre, du gouvernement, du staff de Jeune Afrique et des auteurs ont souligné son aspect « commande officielle ». L’équipe de chercheurs se voyait quelque peu dessaisie par cette dimension.

4Le lendemain de la cérémonie, l’atlas faisait la une de la presse gouvernementale avec ses superlatifs, alors que les journaux d’opposition s’épanchaient plutôt négativement dans les pages intérieures. Par défaut de culture critique, la presse camerounaise opère soit par mise en accusation, soit par propos laudatifs.

5La difficulté qui a présidé à la fabrication de cet atlas relève de sa concision induite par le faible nombre de signes autorisés, difficulté majeure reconnue par tous les contributeurs qui se trouvaient pour la première fois confrontés à cet exercice. Comment opérer des économies de titre, de paragraphes et, dans les paragraphes, de phrases et, dans les phrases, de mots. Comment en si peu de mots éviter le vite dit, le trop dit, forcément le mal dit, tout en sachant que l’on sera accusé de non-dit ou d’oublis essentiels ? (cf. ladite presse d’opposition). Quant au fond, inutile de préambuler, on se doit d’être court sans être simpliste, cohérent sans être ennuyeux et sincère sans être militant.

6Au Cameroun, les chiffres n’ont pas connu de véritables améliorations et la libéralisation de certaines activités économiques en font des données confidentielles et, pour le reste, lorsque les administrations n’exercent pas leur pouvoir de rétention, ils ne sont livrables qu’à titre indicatif. Malheureusement ceux du recensement national engagé en septembre 2005 et clos en janvier 2006 n’ont pu être connus avant la sortie de l’Atlas. Ils ne le sont toujours pas en 2007. Nous avons dû nous contenter de projections à partir du dernier recensement de 1987. Depuis l’époque d’Ahidjo, les chiffres des populations, qui conditionnent les quotas de députés, sont très contrôlés dans certains périmètres électoraux.

7L’élaboration de l’Atlas confirme la difficulté, toujours plus grande, de l’accès aux données, leur marchandisation devient un véritable handicap pour la recherche.

8Ayant dirigé ou participé à la fabrication d’atlas papier, régionaux, thématiques, nationaux, j’ai pu constater qu’il n’existe pas d’utilisateurs satisfaits : format trop grand, trop petit, cartes dissociées des textes, pliées, atlas en kit…

9Au Cameroun, on peut comparer cet atlas J.A. 2006 au premier de la « République Unie du Cameroun » en 1979 sous les auspices de G. Laclavère, directeur honoraire de l’IGN. Ils rendent ainsi compte de l’évolution de ces ouvrages. Après avoir conçu un premier atlas de l’Afrique, G. Laclavère a patronné l’initiative de la toute jeune Mme Danielle Ben Yahmed de se lancer dans une série d’atlas nationaux. Dans cette génération d’atlas, les différentes disciplines, géographie en tête, imposent leurs métiers. En 2006, il s’agit de suivre la ligne éditoriale de vulgarisation qui fait le choix de textes clairs et de cartes synthétiques facilement lisibles. Depuis 2002 la présentation a changé avec la présence d’un pré-atlas de l’ensemble du continent africain, fonctionnant un peu comme un SIG avec renouvellement des données chiffrées. Il autorise une restitution de chaque état sur l’échiquier du continent.

10Toutefois un atlas national et, qui plus est, une collection d’atlas nationaux offre peu de liberté pour des notices qui sont autant de figures imposées avec l’obligation d’introduire par « Relief et hydrologie », « Géologie » et « Climatologie ». Certaines notices auraient pu être reproduites sans grand changement, comme la climatologie, qui manifeste un simple infléchissement des isohyètes vers le sud. Les thèmes peuvent néanmoins se chevaucher et s’hybrider ; ceux « innovants » doivent faire la preuve de leur cartographiabilité. Les atlas peuvent alors témoigner à la fois de l’originalité du pays et des avancées de différentes recherches, on parle alors de « risques », on cartographie l’ADN des populations… Certaines notices connaissent une éclipse en rapport avec la crise même de leur discipline, comme la pédologie. L’ethnie retrouve quelques faveurs grâce à l’émergence des démarches patrimoniales et peut être traitée non masquée, derrière de la linguistique. Le fait religieux s’impose comme une donnée clé du futur, de même que les préoccupations environnementales. Toutes ces notices n’en demeurent pas moins des points de vue. Ces productions grand public, avec leurs contraintes « à prendre ou à laisser », assorties de délais toujours plus courts, semblent correspondre à des demandes de plus en plus couramment faites aux chercheurs.

11Les atlas Jeune Afrique, ouvrages didactiques introductifs au pays, maintiennent le rôle qui leur a été assigné depuis le début, comme le formulait déjà J.F. Loung, dans son introduction (1979) pour le Cameroun de « donner une idée complète de l’étape actuelle de son évolution », sorte de bilan avec ses points forts, ses faiblesses et ses zones d’ombre.

12Ouvrage utile que l’on aimerait voir diffuser en dépit de l’atonie des circuits de distribution au Cameroun et d’une commande officielle qui plomberait toute velléité de le commercialiser … Nous attendons de le voir apparaître à la « vente au poteau » ou proposé par les « sauveteurs » (vendeurs à la sauvette) dans les rues de Douala et de Yaoundé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Seignobos, « Note sur la fabrication d’un Atlas du Cameroun », Journal des africanistes, 81-2 | 2011, 278-280.

Référence électronique

Christian Seignobos, « Note sur la fabrication d’un Atlas du Cameroun », Journal des africanistes [En ligne], 81-2 | 2011, mis en ligne le 30 janvier 2017, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4711

Haut de page

Auteur

Christian Seignobos

IRD

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org