Navigation – Plan du site
Mélanges
Notes et documents
Des travaux pluridisciplinaires : les atlas ‘jeune Afrique’

Des témoins de l’Afrique et des recherches africanistes

Jean Boutrais
p. 267-278

Texte intégral

  • 2 Si cette collection concerne actuellement surtout des pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre, deux (...)
  • 3 Les atlas récents du Nigeria et du Cameroun comportent une édition en anglais simultanée à celle en (...)

1La publication pratiquement conjointe en 2006 des Atlas du Cameroun et du Tchad par les éditions Jeune Afrique s’inscrit dans une longue série d’atlas sur des pays africains. Intitulée actuellement « Atlas de l’Afrique », la collection était d’abord appelée « Les atlas Jeune Afrique » et c’est encore sous cette appellation qu’ils sont habituellement connus. Depuis la parution du premier atlas en 1975, la collection n’a cessé d’être enrichie par de nouveaux pays. Il convient de saluer ce programme éditorial mené sur le long terme car il constitue un corpus remarquable de données, essentiellement sur les pays de l’Afrique francophone mais pas exclusivement2. Il n’existe pas, à notre connaissance, d’équivalents en édition anglaise, ne serait-ce qu’à propos des pays africains anglophones3.

2La formule d’atlas nationaux semble, à première vue, répétitive avec les mêmes rubriques d’inventaires passées en revue d’un pays à l’autre. En fait, la collection a évolué au fil des rééditions, dans sa présentation et surtout son contenu. Des atlas ont été réédités plusieurs fois, en particulier pour des pays comme le Burkina Faso et le Sénégal. Certaines rééditions étaient des réimpressions pratiquement à l’identique tandis que d’autres furent préparées par des actualisations, voire des refontes. Il est intéressant de repérer des étapes significatives, tant éditoriales que scientifiques, dans cette entreprise constamment évolutive. Elle a comporté au moins trois ensembles d’atlas assez différents les uns des autres.

Les premiers atlas des années 1970 et 80

3Alors que les atlas nationaux réalisés dans les années 1960 et 70 à propos de plusieurs pays africains après les indépendances étaient de grands documents peu diffusés car onéreux et, de plus, difficiles à consulter et à manier, le premier atlas « Jeune Afrique » se remarquait par un petit format (21 × 29) qui restera constant par la suite. De plus, c’étaient des publications peu volumineuses, à tel point que l’Atlas de Haute-Volta en 1975 consistait en un simple cahier d’une quarantaine de pages. Ces atlas de vulgarisation reprenaient souvent des planches d’atlas nationaux, en les résumant et en les synthétisant, du côté à la fois des cartes et des notices. Cependant, quelques cartes, présentées sur deux pages contiguës, relevaient d’une véritable création, par exemple les cartes des « Groupes ethniques » et « Régions agricoles » dans l’Atlas initial de Haute-Volta. La seconde carte était de conception originale, en combinant des types de systèmes de culture avec des classes d’occupation des sols, ce qui permet de visualiser immédiatement les aires agricoles saturées et celles qui réservent des disponibilités spatiales. Dès le second atlas (celui du Congo en 1977), les ouvrages devenaient calibrés sous forme de livres cartonnés de 64 ou 72 pages, les thématiques étant réparties en une vingtaine de rubriques dont un tiers concernait les composantes du milieu naturel et deux tiers celles du milieu humain et des activités économiques. En fait, la place accordée à chaque thème était modulée selon son importance géographique et économique pour le pays étudié. Ainsi, la planche « Agriculture » dans l’Atlas de Côte d’Ivoire (1978) ne comportait pas moins de 11 pages, avec toute une série de petites cartes, de graphiques et une magnifique carte des régions d’agricultures vivrières. Atlas de vulgarisation destinés à un large public, ils participaient aussi d’un état des lieux qui restait à dresser en de nombreux domaines après les indépendances. C’était encore le cas de la répartition spatiale de la population en plusieurs pays. En s’appuyant sur des recensements de population nettement améliorés, la plupart des atlas de cette série présentaient une carte de « Distribution de la population » reportant la localisation des villages et des villes figurés par des points ou cercles proportionnels aux chiffres de population. Toutes ces cartes sont extrêmement parlantes et des introductions aux atlas (celle de G. Laclavère pour la Haute-Volta et de G. Lasserre pour le Congo) ne manquaient pas d’attirer l’attention sur ces documents souvent inédits.

4Sur la carte de localisation de la population en Côte d’Ivoire, on voit littéralement l’entassement d’une multitude de petits villages dans la zone dense de Korhogo et les vides des vallées en zones de savanes. De même, on repère bien le bourgeonnement de petites villes dans le sud-est forestier et le vide du sud-ouest où se déploient déjà des fronts pionniers. En Haute-Volta de l’époque, on voit le bloc massif du peuplement mossi contraster avec les semis clairsemés des villages d’autres ethnies. En Centrafrique, c’est le tissu réticulaire du peuplement d’une moitié du pays qui s’oppose au vide de l’autre moitié. Partout, les contrastes de peuplement sautent aux yeux sur ces cartes qui, à elles seules, annoncent clairement des potentiels et des contraintes de peuplement à prendre en compte pour le développement des pays africains dans les années 1970.

5En plus des grandes composantes du milieu naturel, des sociétés et des activités, les atlas comportaient deux rubriques originales : des présentations de types de terroirs et des études régionales. Chaque atlas sélectionnait quelques terroirs parmi ceux étudiés dans le pays, de façon à illustrer par des exemples précis la diversité des agricultures. Ainsi, trois terroirs étaient mis en avant dès l’Atlas de Haute-Volta, reflétant l’investissement en recherches menées aux échelles locales dans ce pays par l’école géographique française. Le choix comportait bien sûr un terroir mossi à facettes largement cultivées mais également deux terroirs chez les petites populations de l’ouest, à terres abondantes permettant encore de longues jachères ou même, des avancées pionnières agricoles. Dans l’Atlas du Congo, trois terroirs, répartis au centre et au nord du pays, attestaient des différences de techniques agricoles en savanes et en forêt. Pour l’Atlas de Côte d’Ivoire, la même logique géographique prévalait, avec trois terroirs échelonnés du littoral au nord, en passant par un terroir au contact entre forêt et savane. L’opposition entre agricultures en savane et en forêt était encore illustrée dans l’Atlas de Centrafrique (1984) par deux terroirs qui mettaient en même temps en avant des « jeux » différents entre les cultures vivrières et celles de rente. En dehors de la diversité géographique évidente d’un pays complètement étiré en latitude comme le Togo, c’était également la place inégale des cultures de rente qui différenciait les trois terroirs retenus dans l’atlas de ce pays (1981). L’Atlas du Cameroun (1979) sélectionnait encore trois terroirs localisés au nord, au centre et à l’ouest, ce qui cette fois paraît peu, par rapport à la grande diversité agraire de ce pays. Mieux, l’Atlas du Sénégal (1980) comportait quatre « modèles de terroirs » correspondant aux systèmes agraires les plus significatifs du pays. La faveur accordée à cette expression cartographique pour le Sénégal n’est pas étonnante car l’auteur de cette planche est P. Pélissier, l’un des initiateurs de l’approche de l’agriculture africaine par le biais des terroirs.

6L’intérêt de cette connaissance cartographique locale des activités agricoles et des paysages ruraux devient sans aucun doute moins évident pour les pays sahéliens où les collectivités rurales s’inscrivent dans des espaces plus larges et plus flexibles. Cependant, l’Atlas du Niger (1980) maintenait cette approche, avec trois terroirs restituant les logiques agricoles des cultivateurs dans le sud du pays et des jardiniers montagnards de l’Aïr. Quant aux auteurs de l’Atlas de Mauritanie (1977), ils avaient choisi de représenter des exemples concrets de parcours de nomadisation de pasteurs. À des échelles complètement différentes et avec des rapports à l’espace d’une autre nature, cela correspond effectivement au mode d’inscription spatiale des communautés pastorales. Ainsi, pratiquement tous les atlas « Jeune Afrique » de la première série ont-ils valorisé les recherches entreprises sur les terroirs au cours des mêmes années ou dès les années 1960. Certes, ces études de terroirs ont fait l’objet d’autres valorisations plus amples et plus spécialisées. Malgré tout, l’originalité de ces petits atlas consistait dans la restitution d’études fines de terroirs sous une forme très allégée et pour un large public, tout en faisant état des formes fondamentales d’organisation d’espaces agraires et en esquissant des dynamiques en cours.

7Une autre particularité de la première série d’atlas tenait à la présence d’études régionales en fin de chaque volume. Cependant, ce n’était pas une règle suivie dans tous les atlas. Ainsi, ceux de Haute-Volta, de Mauritanie, de Côte d’Ivoire, du Zaïre (1978), du Cameroun et de Centrafrique ne comportaient pas d’études régionales. Pour les atlas du Congo et du Mali (1980), elles n’étaient pas exhaustives, soit par suite d’un choix (Congo), soit par l’absence de données concernant des régions, par exemple désertiques (Mali). Quant aux autres atlas, les études régionales y occupaient une place importante, à la mesure des contraintes humaines, des disparités économiques et des oppositions politiques qui les caractérisent (Niger, Sénégal, Togo). Bien que la période des années 1970 fût marquée par un centralisme politique accentué dans la plupart des pays africains, certains mettaient en œuvre des politiques régionales de façon à pallier des déséquilibres qui s’étaient accentués entre régions. L’Atlas de Côte d’Ivoire compensait ainsi l’absence d’études régionales par une étude de la « Stratégie de développement » aboutissant en fait au repérage d’une succession de régions « volontaristes ». Les autres atlas mettaient en évidence des régions soit à forte identité écologique (le nord du Niger, la vallée du Sénégal, le delta intérieur du fleuve Niger), soit façonnées par un cadre historico-politique (la Casamance) ou par des dynamiques économiques (le Bassin de l’arachide au Sénégal). Dans l’Atlas du Sénégal, il convient de souligner l’importance du corpus final des études régionales. Elles reprenaient de façon dense et synthétique de grandes publications qui s’inscrivaient dans le sillage de l’école française de géographie régionale : repérage des paysages naturels et des fondements de la vie rurale, notamment des spécificités agricoles, puis mise en évidence des dynamiques spatiales et des composantes de la vie régionale. Ces descriptions s’appuyaient sur des cartes régionales elles-mêmes synthétiques. Dans les années 1970 et 80, les polarisations régionales autour de grandes villes se limitaient aux régions autour de capitales (Dakar et le Cap Vert, Bamako et sa région, Brazzaville et le Pool). Une armature urbaine de commandement et d’organisation de régions n’existait pas vraiment. D’ailleurs, dans cette première série d’atlas de pays africains, la place des études urbaines restait généralement secondaire (l’étude des villes se trouvant parfois associée à celle du tourisme !) par rapport aux espaces ruraux et régionaux.

8En une dizaine d’années, la série initiale d’atlas « Jeune Afrique » a couvert la majorité des pays francophones d’Afrique Noire. Il y manquait certes des pays où les recherches étaient faibles pour des raisons politiques (Guinée) ou restaient fragmentaires (Tchad). Cependant, on comprend que le Professeur A. Steck, dans la préface à l’atlas du Sénégal, tenait à saluer de façon enthousiaste cette série d’atlas nationaux.

La seconde série d’atlas

9En 1993, une première réédition de l’Atlas du pays devenu, entre-temps, le Burkina Faso, inaugure une nouvelle série. Après une interruption de quelques années, cette deuxième série est relancée en 2000 (Atlas du Sénégal) et surtout en 2001 quand paraissent, coup sur coup, quatre atlas (Burkina Faso, Mali, Congo, Guinée Equatoriale). Plusieurs de ces nouveaux atlas actualisent ceux de la première série. L’initiative est judicieuse car des changements décisifs, non seulement économiques mais également écologiques, sont survenus pendant les dernières décennies du siècle.

10Ainsi, l’Atlas du Burkina Faso en 1993 reconsidère d’abord la carte des « Régions climatiques », en représentant une zone sahélienne deux fois plus étendue qu’en 1975 dans le pays. Alors qu’elle était contenue à la latitude du parallèle 14° Nord, elle se déploie désormais jusqu’au 13°, en suivant un transfert de l’isohyète des 600 mm. Cette péjoration climatique entraîne une dégradation parallèle de la végétation, encore accentuée par les pressions anthropiques. La simple comparaison des cartes climatiques des deux atlas illustre l’aridification de cette zone écologique, alors que les limites de la zone soudanienne restent apparemment stables, ce qui est étonnant. Quant à l’Atlas du Sénégal en 2001, il atteste un transfert des isohyètes des 400 et 1000 mm qui participent d’une sahélisation du centre du pays. Ce phénomène de grande ampleur est resitué dans un ensemble de « Perspectives environnementales » qui font l’objet d’une nouvelle planche dans l’atlas.

11Les rubriques de l’Atlas du Burkina Faso en 1993 restent les mêmes qu’en 1975 si ce n’est à propos de l’urbanisation qui bénéficie d’une étude générale puis de monographies des deux villes principales beaucoup plus détaillées qu’en 1975. De même, la notice et la carte de la planche « Industries et mines » sont entièrement refaites, en mettant en évidence par exemple l’importance des zones d’orpaillage qui émaillent le centre et le nord du pays. La planche « Agriculture et élevage » est toujours illustrée de terroirs mais, à part le terroir mossi, les autres ne sont plus les mêmes qu’en 1975. Faute de suivis de ces terroirs qui étaient autrefois au large dans leurs espaces, deux autres exemples sont privilégiés : un terroir sahélien privé de disponibilités en terres par suite de processus de dégradation et un terroir mossi qui, en trois décennies, a évolué par remplissage spatial pratiquement complet. Ces terroirs rendent compte de situations agraires significatives mais pas de manière exhaustive, si l’on pense aux migrations et fronts agricoles dans le sud-ouest, de même qu’à l’essor de la culture cotonnière dans la même région.

12L’Atlas du Sénégal en 2001 maintient lui aussi les mêmes rubriques qu’en 1980, tout en rendant compte des changements survenus en deux décennies cruciales pour le pays. L’agriculture est devenue un secteur en stagnation avec des filières en crise (arachide, coton) mais, au contraire, quelques-unes en essor (agriculture maraîchère et fruitière). La combinaison de l’aridification et des aménagements hydro-agricoles explique que le modèle de terroir toucouleur dans la vallée du Sénégal ne soit plus figuré car il n’existe pratiquement plus. À l’inverse, la pêche, surtout maritime, a pris un essor spectaculaire, ce qui justifie qu’une planche entière lui soit consacrée dans l’atlas. Si ces bouleversements sont bien restitués dans les actualisations des notices, leur expression cartographique n’est pourtant pas assez vigoureuse, les cartes reprenant simplement celles de l’ancien atlas. Les études régionales, si importantes dans l’Atlas du Sénégal en 1980, sont mises à jour de façon pertinente pour les phénomènes majeurs des dernières décennies : crise de la riziculture diola et développement de la pêche en Casamance ; disparition des agricultures traditionnelles, effondrement de la pêche et remodelages incessants des aménagements agricoles dans la vallée du Sénégal. Une fois encore, les cartes n’enregistrent pas suffisamment ces reconfigurations dans leurs dimensions spatiales.

13Les atlas publiés en 2001 manifestent des changements éditoriaux et scientifiques significatifs par rapport à la première série. Certains tiennent aux évolutions vécues par les pays eux-mêmes mais d’autres proviennent de nouvelles conceptions quant aux données à mettre en avant dans un atlas de vulgarisation à propos de pays africains. Ainsi, l’Atlas du Burkina Faso en 2001 montre bien des changements agricoles majeurs, par exemple sur la carte des « Régions agricoles » l’expansion considérable de la culture cotonnière dans tout le sud du pays. Cependant, d’autres différences cartographiques dénotent plutôt de nouvelles approches scientifiques. Ainsi, la carte de « Distribution de la population » qui faisait pourtant la fierté des concepteurs des premiers atlas, a-t-elle disparu. En même temps, à l’analyse des inégalités spatiales du peuplement se substitue une étude des composantes de la démographie et des migrations. Une approche démographique en remplace ainsi une précédente, de conception plus géographique. Autre disparition notoire, celle des types de terroirs. Certes, ces documents n’auraient gardé de leur pertinence que si des suivis avaient été entrepris, pour montrer comment des changements agricoles majeurs s’expriment dans les parcellaires et l’organisation agraire locale. Or, ce genre d’étude n’est plus engagé à partir des années 1990. Les nouveaux atlas enregistrent ainsi la tombée en désuétude des études de terroirs en Afrique. D’une façon, ces atlas reflètent les thématiques qui ont gagné et celles qui ont perdu la faveur des scientifiques.

14Ce n’est pas à propos d’un pays comme la Guinée Equatoriale que des études agraires fines et locales peuvent être actuellement stimulées. Ce que l’atlas de ce pays résume à propos de son agriculture relève d’une logique d’effondrement des productions, de manque de main-d’œuvre et d’absence de travail agricole malgré des conditions agro-écologiques favorables à de nombreuses cultures et, pour certaines (le cacao), parmi les meilleures du monde (p. 39). Dans une telle situation exemplaire de « dutch disease », les espaces agricoles sont en cours de déprise et les populations rurales se rétractent en bordure des routes. Les études du monde paysan ne sont guère dynamisées lorsque celui-ci se trouve en cours de marginalisation.

La série récente d’atlas

15D’abord en 1993 puis en 2000 (2e édition), les éditions Jeune Afrique publient un « Atlas de l’Afrique ». S’il est général dans une première partie, il valorise la documentation rassemblée dans les petits atlas pour constituer une longue seconde partie qui passe en revue les pays africains, l’un après l’autre. Inversement, des planches générales concernant le continent africain se trouvent désormais insérées en tête de la troisième série de petits atlas (sauf, curieusement, pour le Tchad). Ces planches générales offrent ainsi une sorte d’introduction, à l’échelle du continent, avant les rubriques qui portent spécifiquement sur le pays étudié. Les deux échelles se complètent. Reprises à l’identique d’un atlas à l’autre, les planches initiales de présentation du continent accentuent le caractère de manuels de ces atlas. Certains atlas, republiés en étant étoffés de ces planches générales sur le continent, n’ont pas leur contenu vraiment modifié quant à l’étude du pays lui-même (Atlas du Burkina Faso en 2005).

16L’Atlas du Nigeria (2003) marque un élargissement de la collection hors du monde francophone, déjà amorcé par celui de la Guinée Equatoriale. Rendre compte d’un pays aussi énorme et complexe en une centaine de pages est une gageure. Dès lors, l’atlas présente inévitablement des points forts mais aussi des faiblesses. Parmi les premiers figurent les planches relatives à la population urbaine : urbanisation du Nigeria et monographies de grandes villes. A l’inverse, la représentation cartographique de la répartition de la population reste grossière, en se limitant aux densités par Etats fédérés. Or, les auteurs admettent eux-mêmes l’intérêt d’une connaissance des inégalités de peuplement au niveau spatial le plus fin. Quant à la carte relativement grande de l’agriculture, elle est faiblement documentée. Aucune carte de terroir, même schématique, ne vient l’enrichir. La grande école anglaise de géographie rurale au Nigeria dans les années 1960 (M.J. Mortimore au nord, W.B. Morgan au sud) ne semble pas avoir eu d’héritiers parmi les géographes nigérians. La carte de l’agriculture ne fait pas ressortir l’expansion de certaines cultures, par exemple celle du manioc, vers le nord aux dépens de céréales, ailleurs en compétition avec l’igname. Dans quelle mesure de célèbres civilisations de l’igname (par exemple, celle des Tiv) résistent-elles à la conversion agricole en faveur du manioc ?

17Une particularité de l’Atlas du Nigeria tient à la présentation, en fin de volume, de 11 villes du pays, pratiquement toutes « millionnaires ». Ces études attestent à la fois du caractère massif de l’urbanisation du pays, surtout depuis « l’époque du pétrole », mais aussi de l’intérêt prioritaire des géographes nigérians envers les phénomènes urbains. En fait, ces monographies urbaines s’avèrent souvent assez décevantes. Les plans de villes, dressés selon une légende uniforme mais pauvre en rubriques, ne permettent pas de vérifier le modèle urbain nigérian qui serait caractérisé par la situation des habitats précaires et de la population pauvre dans les périphéries et non dans les centres (modèle invoqué dans la planche générale sur l’urbanisation). Les textes, très descriptifs, s’en tiennent à énumérer les institutions, les équipements et les dessertes de chaque ville, aux dépens de problèmes urbains cruciaux comme ceux du ravitaillement, des configurations sociales et des rapports à l’espace (le foncier urbain). Bien que le titre de cette partie affiche « Les villes principales et leurs régions », il n’est guère question d’organisations régionales dans l’orbite et le commandement des grandes villes. A propos de ces villes de la pauvreté (p. 88), les connexions avec des espaces ruraux fournisseurs de produits agricoles à la fois vivriers et marchands restent rarement évoquées. Quant à l’industrie pétrolière, elle aurait mérité qu’une planche spéciale lui soit consacrée, tant elle est décisive pour l’économie du pays et sources d’enjeux humains, écologiques et politiques cruciaux.

18Au-delà de choix thématiques dans l’Atlas du Nigeria qui tiennent aux spécificités d’un grand pays plus urbanisé que d’autres pays africains et dont l’agriculture est très affectée par le « syndrome hollandais », d’autres choix des atlas les plus récents relèvent plutôt d’orientations scientifiques. Certains changements avec les atlas des séries précédentes paraissent surtout des affaires d’affichage, le contenu restant presque identique. Ainsi, le « Patrimoine naturel » (Atlas du Tchad en 2006) se substitue-t-il aux planches anciennes « Végétation et faune », voire à « Biogéographie » (1e édition de l’Atlas du Mali en 1980). La biogéographie semble, en l’occurrence, une science pratiquement mise hors-jeu par l’écologie. Il est vrai que la notion de patrimoine ajoute aux inventaires naturalistes antérieurs les évaluations de menaces ou de disparitions qui pèsent sur des espèces végétales et surtout animales. De façon encore plus nette, l’absence de planches sur les sols et l’hydrologie dans les atlas récents ne manque pas d’attirer l’attention. Il suffit de rappeler les places dominantes qu’occupaient la pédologie et l’hydrologie dans les activités d’un organisme de recherches en Afrique comme l’ORSTOM (IRD) au cours des années 1960 et 70 pour prendre conscience du déclassement scientifique intervenu. Pendant les décennies après les indépendances, les inventaires pédologiques étaient tenus comme des entreprises scientifiques indispensables, en préalable à toute action de développement rural. Entre-temps, le développement rural a perdu de son caractère impératif et la science pédologique africaniste est en crise. Des pédologues se sont reconvertis en spécialistes de l’environnement, notamment des problèmes d’érosion des sols. Quant à l’hydrologie, de façon curieuse, elle a rarement figuré en bonne place parmi les composantes naturelles retenues dans les atlas « Jeune Afrique », si ce n’est dans quelques uns, par exemple celui du Sénégal. Pourtant elle constitue une ressource naturelle majeure de certains pays africains en termes d’équipement, de source d’énergie, d’activités agricole-piscicole et de transport. Le potentiel important d’un pays comme le Cameroun en ressources hydrauliques justifie qu’une planche spéciale soit accordée à « L’eau, irrigation et énergie » dans l’atlas mais elle aborde le problème davantage en termes économiques qu’hydrologiques.

19Une disparition confirmée dans les derniers atlas concerne les terroirs. Il n’en est plus question ni dans l’atlas du Cameroun ni dans celui du Tchad (2006). Et ceci, alors même que les auteurs des planches sur l’agriculture dans ces atlas ont pourtant effectué de remarquables études de terroirs dans les deux pays. Tout se passe comme si cette approche scientifique était disqualifiée pour figurer dans des supports de vulgarisation, même ceux à caractère cartographique.

20A l’inverse de sciences africanistes qui s’effacent ou se recomposent, de nouvelles disciplines émergent dans les atlas récents. L’Atlas du Cameroun, dans sa deuxième édition, accueille ainsi la génétique humaine dont les données principales (« Composantes du peuplement ») confirment ce que l’on soupçonnait déjà mais réservent également quelques surprises. De même, l’archéologie commence à remplir les grandes phases de la mise en place du peuplement préhistorique par régions mais en reconnaissant encore de grands vides chronologiques. L’Atlas du Tchad présente, quant à lui, mais de façon curieuse au milieu des composantes du milieu naturel, une planche de paléontologie dont les données débordent bien logiquement des limites du Tchad. Les atlas de la dernière série innovent également par la présentation du « Patrimoine culturel » des deux pays, une notion complexe dont le contenu ne se prête pas facilement à une expression cartographique satisfaisante, sauf lorsqu’il a donné lieu à l’identification d’une aire culturelle ancienne (par exemple, la culture nok au Nigeria et celle des Sao aux Cameroun et Tchad). Par ailleurs, si le nouvel Atlas du Cameroun introduit une planche importante sur les religions dans ce pays, le registre des thématiques économiques et sociales traitées reste pratiquement le même que dans la première édition. L’Atlas du Tchad innove davantage en faisant le point sur la nouvelle donne pétrolière, sur les perspectives cartographiées de développement et il dresse surtout, en fin d’atlas, les tableaux nuancés de quelques régions.

21Par le biais d’exemples régionaux exposés dans l’Atlas du Tchad, on comprend comment l’urbanisation actuellement accélérée peut stimuler des productions agricoles à condition qu’un réseau commercial existe, de même que de bonnes conditions de transport des produits. Cette revitalisation d’espaces ruraux par l’accroissement urbain est démontrée à la fois dans le tandem N’Djamena - rives sud du lac Tchad et dans les réseaux de connexions à la fois agricoles, commerciales et urbaines du sud du pays. A contrario, la dynamique agricole dans la région du Salamat ne se déploie pas comme elle le pourrait, freinée qu’elle l’est par un enclavement persistant. Finalement, les interrogations lancinantes que soulèvent les monographies des grandes villes dans l’Atlas du Nigeria trouvent peut-être des esquisses de réponses, toutes choses égales par ailleurs, par des systèmes vivriers marchands comparables à ceux dévoilés dans l’Atlas du Tchad.

Conclusion : des atlas bons à comparer

22Chaque atlas d’un pays en fournit un tableau à partir des données disponibles les plus récentes. Même si des auteurs s’efforcent de retracer les évolutions plus ou moins longues qui ont abouti à la situation observée, l’expression cartographique en fixe (en fige) les manifestations spatiales davantage qu’elle n’en restitue les étapes. Or, les pays africains ne cessent de se transformer. Etalés sur plusieurs décennies et, pour quelques pays, refaits et réédités, les atlas « Jeune Afrique » offrent des documents fort intéressants pour prendre conscience de changements économiques mais aussi écologiques. En même temps, ces atlas de vulgarisation renvoient des reflets de l’histoire des sciences et des grandes problématiques, celles qui ont dominé les recherches africanistes dans les décennies passées puis celles qui émergent ou qui s’imposent déjà aujourd’hui. Pour en prendre conscience, la comparaison de deux atlas successifs consacrés à un même pays est évidemment fort instructive. Mais la lecture de l’atlas d’un pays africain en regard de celle d’un autre peut également donner matière à réflexions. Cette remarque fait espérer que l’entreprise éditoriale continuera et qu’elle s’élargira aux pays africains encore absents du catalogue.

Haut de page

Annexe

Liste des atlas « Jeune Afrique », par dates de publication :

Péron, Y., V. Zalacain (dir.), 1975, Atlas de la Haute-Volta, Paris, éditions J. A., Les atlas Jeune Afrique, 48 p.

Vennetier, P. (dir.), 1977, Atlas de la République Populaire du Congo, Paris, éditions J. A., Les atlas Jeune Afrique, 64 p.

Toupet, C., G. Laclavère (dir.), 1977, Atlas de la République Islamique de Mauritanie, Paris, éditions J. A., Les atlas Jeune Afrique, 64 p.

Vennetier, P. (dir.), 1978, Atlas de la Côte d’Ivoire, Paris, éditions J. A., Les atlas Jeune Afrique, 72 p.

Laclavère, G. (dir.), 1978, Atlas de la République du Zaïre, Paris, éditions J. A., Les atlas Jeune Afrique, 72 p.

Laclavère, G. (dir.), 1979, Atlas de la République Unie du Cameroun, Paris, éditions J. A., Les atlas Jeune Afrique, 72 p.

Traoré, M., Y. Monnier (dir.), 1980, Atlas du Mali, Paris, éditions J. A., Les atlas Jeune Afrique, 64 p.

Bernus, E., S.A. Hamadou (dir.), 1980, Atlas du Niger, Paris, éditions J. A., Les atlas Jeune Afrique, 64 p.

Pélissier, P. (dir.), 1980, Atlas du Sénégal, Paris, éditions J. A., Les atlas Jeune Afrique, 72 p.

Gu Konu, Y.E. (dir.), 1981, Atlas du Togo, Paris, éditions J. A., Les atlas Jeune Afrique, 64 p.

Vennetier, P. (dir.), 1984, Atlas de la République Centrafricaine, Paris, éditions J. A., Les atlas Jeune Afrique, 64 p.

Laclavère, G. (dir.), 1993, Atlas du Burkina Faso, Paris, éditions J. A., Les atlas Jeune Afrique, 54 p.

Sall, M. M., P. Ndiaye (dir.) 2000, Atlas du Sénégal, Paris, Les éditions du Jaguar, Les atlas de l’Afrique, 84 p.

Arnauld, J.C. (dir.), 2001, Atlas du Mali, Paris, Les éditions du Jaguar, Les atlas de l’Afrique, 80 p.

Mengho, B.M. (dir.), 2001, Atlas du Congo, Paris, Les éditions du Jaguar, Les atlas de l’Afrique, 76 p.

Ovono, F.E. (dir.), 2001, Atlas de la Guinée Equatoriale, Paris, Les éditions du Jaguar, Les atlas de l’Afrique, 64 p.

Lerebours Pigeonnière, A., M.T. Ménager (dir.), 2001, Atlas du Burkina Faso, Paris, Les éditions du Jaguar, Les atlas de l’Afrique, 62 p.

Obgu Igah, E. (dir.), 2003, Atlas du Nigeria, Paris, Les éditions du Jaguar, Les atlas de l’Afrique, 160 p.

Ben Yahmed, D. (dir.), 2005, Atlas du Burkina Faso, Paris, Les éditions du Jaguar, Les atlas de l’Afrique, 115 p.

Raimond, C., C. Arditi (dir.), 2006, Atlas du Tchad, Paris, Les éditions du Jaguar, Les atlas de l’Afrique, 63 p.

Seignobos, C. (dir.), 2006, Atlas du Cameroun, Paris, Les éditions du Jaguar, Les atlas de l’Afrique, 119 p.

Ben Yahmed, D. (dir.), 2007, Atlas du Sénégal, Paris, Les éditions du Jaguar, Les atlas de l’Afrique, 115 p.

Haut de page

Notes

2 Si cette collection concerne actuellement surtout des pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre, deux atlas sont consacrés à Djibouti et au Maroc et un autre à l’Equateur. Les réflexions de ce texte sont relatives aux atlas des pays africains au sud du Sahara.

3 Les atlas récents du Nigeria et du Cameroun comportent une édition en anglais simultanée à celle en français. De même, celui de Guinée Equatoriale est édité en espagnol et en français.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Boutrais, « Des témoins de l’Afrique et des recherches africanistes », Journal des africanistes, 81-2 | 2011, 267-278.

Référence électronique

Jean Boutrais, « Des témoins de l’Afrique et des recherches africanistes », Journal des africanistes [En ligne], 81-2 | 2011, mis en ligne le 30 janvier 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4707

Haut de page

Auteur

Jean Boutrais

Géographe IRD

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org