Navigation – Plan du site

Nouveaux membres de la société des africanistes 2015

Joanne Chehami

Joanne Chehami est docteure en sociologie. Sa thèse, réalisée sous la direction de Jacques Barou et soutenue en décembre 2013 à l’IEP/UPMF de Grenoble 2, est intitulée Les « talibé » du Sénégal : une catégorie de la rue prise entre réseaux religieux et politiques d’action humanitaire. Joanne Chehami s’intéresse à l’islam, l’éducation et l’enseignement coraniques et confrériques en Afrique de l’Ouest (Sénégal) et a publié un article dans le Journal des africanistes dans lequel elle reprend certaines des questions de sa thèse. Elle travaille actuellement au remaniement de cette dernière en vue de sa publication aux Presses universitaires de Liège (collection « Mondes de l’enfance »). Elle mène diverses activités scientifiques, de formation et d’enseignement et propose de participer à la vie de la Société des africanistes.

Elara Bertho

Elara Bertho s’intéresse à l’Afrique depuis son entrée à l’ENS de Lyon. Depuis 2013, elle prépare, à l’université Paris 3, sous la direction de Xavier Garnier, une thèse de littérature comparée dont le titre est Nehanda, Samori, Sarraounia comme héros culturels : mémoire postcoloniale et figures de résistants africains dans la littérature et dans les arts. Elle a en outre une expérience d’enseignement à Paris 3 Sorbonne Nouvelle et à Paris 7 Diderot. Elle a aussi deux publications à son actif : « Sarraounia, une reine africaine entre histoire et mythe littéraire (1899-2010) » dans Genre et histoire, mise en ligne en novembre 2012, et « Fictions littéraires et récits historiques de la capture de Samori : archéologie d’une fabrique de héros », actes du colloque « Yves Person, un historien de l’Afrique engagé dans son temps » (juin 2013), paru en 2015 chez Karthala. Son approche interdisciplinaire l’a menée vers la Société des africanistes, où elle espère trouver de nouveaux interlocuteurs.

Monica Labonia

Monica Labonia est docteure en anthropologie et chargée de cours à l’université de Nice Sophia Antipolis. Elle a soutenu, en octobre 2014, sous la direction du professeur Joël Candau, une thèse intitulée Les Dynamiques locales de coopération des institutions « traditionnelles » pour la pacification des conflits dans l’Afrique noire : L’exemple des joola-ajamaat de la Basse-Casamance. Sénégal. Ses travaux interrogent le politique en s’intéressant aux autorités dites traditionnelles et au religieux. Elle est l’auteur de plusieurs publications en français et en espagnol dont, en 2013, « Le discours de la réconciliation : convergences et divergences. Le cas d’étude de Youtou (Sénégal) », publié dans Actes de langage et actions politiques. La réconciliation à l’épreuve du discours et de la société, coordonné par Aimée Danielle Lezou Koffi et Virginia Marie, ou encore, en 2006, « Le travail humanitaire : le travail anthropologique », dans L’Anthropologie appliquée aujourd’hui sous la direction de Bernard Traimond, Société d’Ethnologie Française, Presses universitaires de Bordeaux. De plus, elle est intervenue dans plusieurs colloques et congrès nationaux et internationaux. Monica Labonia espère nouer un dialogue fructueux avec les membres de la Société des africanistes.

Nolwenn Blanchard

Nolwenn Blanchard est titulaire d’une thèse soutenue en 2011 à l’université de Lyon 2 sous la direction de Raymond Mayer et intitulée Identité culturelle et patrimoine immatériel : La collection sonore constituée par Herbert Pepper au Gabon (1954-1966). Ses recherches portent sur les enjeux de la patrimonialisation d’archives culturelles issues de pays colonisés. Actuellement en poste à la maison des cultures du monde (annexe de Vitré, en Bretagne), elle souhaite poursuivre ses recherches sur le fonds gabonais de l’Orstom et nouer des échanges avec les chercheurs de la Société des africanistes qui partagent ses centres d’intérêt. Elle est l’auteur d’articles et de supports multimédia, dont, en 2010, « Les musiques traditionnelles du Gabon », publié dans un collectif d’auteurs, L’Art ancestral de l’Afrique occidentale au temps de Noël Ballay, ouvrage de l’exposition qui s’est tenue à Chartres de mai à septembre 2010 publié par le musée des Beaux-Arts de la Ville de Chartres ; en 2014, « Herbert Pepper : de la collecte à la mise en patrimoine », publié dans la revue Analyse musicale ; en 2011, elle a réalisé un film, Les Voies du passé, dans le cadre de sa thèse de doctorat qu’elle a présenté lors de sa soutenance en 2011 ; en 2014, elle a également collaboré à la réalisation de l’ouvrage de Gilbert Rouget, Afrique musiquante (300 photographies et enregistrements de 1946 à 1982), publié aux éditions Riveneuve.

Maxime Michaud

Docteur en anthropologie sociale et culturelle, Maxime Michaud est titulaire d’une thèse en anthropologie de l’université Lumière Lyon 2 (2011) qui portait sur la pratique du safari au Bénin, intitulée Chasseurs d’Afrique. Safari de chasse et quête du sauvage. Il est l’auteur de plusieurs publications, dont un article à paraître dans Anthropologie et sociétés (no 39-1) intitulé « De l’animal au trophée : réification ou relation amoureuse ? », et a codirigé l’ouvrage L’Animal cannibal-ISE. Festins d’Afrique avec Michèle Cros et Julien Bondaz, paru en 2012 aux Éditions des Archives contemporaines. Il est actuellement chargé de recherche en Food Studies au Centre de recherche de l’Institut Paul-Bocuse (Lyon). Ses champs de recherche principaux sont les dimensions sociales et culturelles de l’alimentation, les relations entre les hommes et leur environnement, le patrimoine naturel et culturel, les pratiques touristiques et, plus largement les représentations du continent africain. Il souhaite partager le fruit de ses recherches avec les membres de la Société des africanistes.

Florian Fontrier

Titulaire d’un master d’archéologie à Paris 4 – Sorbonne (spécialité « Islam ») intitulé Morphologie des villes musulmanes dans la Corne de l’Afrique sous la direction du professeur Jean-Pierre Van Staëvel, Florian Fontrier est également diplômé en ge’ez (éthiopien ancien) de l’École des langues et civilisations de l’Orient ancien (ELCOA) à l’Institut catholique de Paris. Il est actuellement en troisième année d’amharique et de tegrigna à l’Institut des langues et civilisation orientales (INALCO). Il a déjà effectué plusieurs séjours en Éthiopie et a débuté en 2013 un doctorat en archéologie africaine à l’université de Toulouse, au laboratoire TRACE (CNRS), sous la direction du professeur François-Xavier Fauvelle. Il s’intéresse plus particulièrement à l’histoire et à l’archéologie des routes commerciales entre Harär et ses exutoires maritimes entre les XVIe et XIXe siècles. Passionné par l’Afrique, il souhaite intégrer la Société des africanistes afin de s’insérer dans un environnement de recherche stimulant où se côtoient des spécialistes issus de disciplines différentes.

Amalia Dragani

Titulaire depuis 2009 d’un doctorat en anthropologie sociale intitulé Intérieur touareg. Ethnographie de la poésie chez les Kel Aïr et les Kel Azawagh (République du Niger), codirigé par Francesco Remotti, de l’université de Turin et André Bourgeot, de l’EHESS, Amalia Dragani est affiliée au Laboratoire d’anthropologie sociale (LAS). Elle a bénéficié de divers financements et bourses dont un contrat post-doctoral au Labex-CAP (IIAC-MQB) en 2013-2014. Elle met en œuvre une approche ethnobiographique pour étudier le processus de création dans la poésie et chez les poètes touareg au Niger, en Algérie, et au Mali. Amalia Dragani a plusieurs publications à son actif, dont divers articles et chapitres d’ouvrage en italien et en français. Elle publiera notamment « Poète en morceaux, morceaux de poète. Organes du corps et processus créateurs chez les Touareg » dans l’ouvrage Expériences du corps, coordonné par Margarita Xanthakou aux Éditions du Collège de France. Sa thèse remaniée a en outre été acceptée pour publication chez Karthala, sous le titre Intérieur touareg. Ethnographie des poètes nomades du Sahara. Son profil scientifique international et sa motivation sont des atouts pour la Société des africanistes, qu’elle souhaite rejoindre comme membre actif.

Andrea Cerania Mayneri

Titulaire d’un doctorat en anthropologie, dirigé par le professeur Bruno Martinelli et obtenu en 2010 à l’université d’Aix-Marseille 1, Andrea Ceriana Mayneri s’intéresse à la sorcellerie et à la violence en Afrique équatoriale, à la biomédecine et aux étiologies non conventionnelles de la maladie en Afrique équatoriale, ainsi qu’aux missions et mouvements prophétiques en Centrafrique. Il a publié chez Karthala en 2014, dans la collection « Religions contemporaines », une version remaniée de sa thèse, sous le titre Sorcellerie et prophétisme en Centrafrique : l’imaginaire de la dépossession en pays banda. Il est l’auteur de plusieurs publications en anglais, en italien et en français dont en 2014 : « Sorcellerie et violence épistémologique en Centrafrique » dans L’Homme et « La Centrafrique, de la rébellion Séléka aux groupes anti-balaka (2012-2014). Usages de la violence, schème persécutif et traitement médiatique du conflit » dans Politique africaine. Andrea Ceriana Mayneri est chercheur associé à l’Institut des mondes africains (IMAF -UMR 8171) et a bénéficié d’une bourse postdoctorale Fernand Braudel-IFER incoming cofinancée par L’Union européenne (COFUND). Il est membre de divers programmes ANR et mène également diverses activités d’enseignement et de consultance. Il souhaite mettre son engagement dans la production de connaissances sur l’Afrique et son dynamisme au service de la Société des africanistes, où il sait pouvoir trouver des interlocuteurs de renom dans les domaines qui l’intéressent.

Bernard Aristide Bitouga

Titulaire depuis 2011 d’un master en anthropologie, option « Anthropologie du développement » (université de Yaoundé 1), Bernard Bitouga est actuellement inscrit en thèse sous la direction du professeur Godefroy Ngima Mawoung. Sa recherche s’intitule Insertion des femmes Bakola/Bagyelli dans l’économie rurale et agricole : dynamique et contribution au développement socioéconomique des campements. Il a participé à de nombreux projets de recherche, et ses principaux centres d’intérêt sont l’étude des conflits, l’éducation et la citoyenneté des peuples autochtones, les transformations sociales liées au développement, la recherche-action, le genre, les politiques de santé publique, les systèmes de croyance et les mouvements religieux. Il a souhaité entrer à la Société des africanistes pour partager ses connaissances sur les Pygmées Bakola/Bagyeli du Cameroun. Un de ses articles, « Projets de développement et réactivation des conflits entre les Pygmées Bakola/Bagyeli et leurs voisins Ngumba et Ewondo », est paru dans le tome 84-2 du Journal des africanistes.

Actes de la société pour l’année 2015

Séance du 15 janvier 2015

  • Lecture et adoption du procès-verbal de la séance 6 novembre 2014.

  • Présentation d’un nouveau membre : Johanne Chehami, parrainée par Élodie Razy et Françoise Le Guennec-Coppens.

  • Conférence de François Palm d’Assise : « Nuptialité et processus matrimonial chez les Dagara du Burkina Faso ».

Sont intervenus : Line Eskenazi, Cécile de Rouville, Anne Fournier, Michèle Dacher, Élisée Coulibaly, Ibrahim Barwane, Françoise Le Guennec-Coppens, Galaxie Vujanic, Danièle Poitou, Bernard Dumont, Roland Colin.

Séance du 5 février 2015

  • Lecture et adoption du procès-verbal de la séance du 15 janvier 2015.

  • Présentation de trois nouveaux membres : Elara Bertho, parrainée par Roland Colin et Charles Becker ; Monica Labonia, parrainée par Élodie Razy et Marina Lafay ; Nolwenn Blanchard, parrainée par Suzanne Furniss et Élisée Coulibay.

  • Conférence d’Ibrahim Barwane : « Le pouvoir des notables à la Grande Comore ».

Sont intervenus : Line Eskenazi, Michel Lafon, Françoise Le Guennec-Coppens, Papa Abdou Issa, Abdoulbar Omar Awad, Mounira Charif, Abdelraram Wadjid, Mohamed Djamchid, Cheikh Said, Roland Colin.

Séance du 19 mars 2015

  • Lecture et adoption du procès-verbal de la séance du 5 février 2015.

  • Conférence de Fabio Viti : « L’art baoulé de la guerre (Côte d’Ivoire, fin XIXe-début XXe siècle) ».

Sont intervenus : Jean-Louis Boutiller, Suzanne Lallemand, Jean-Pierre Chauveau, Roland Colin, Line Ezkenazi, Danièle Poitou, Élisée Coulibaly, Na Champassak Keo Masissak.

Séance du 16 avril 2015

  • Lecture et adoption du procès-verbal de la séance 19 mars 2015.

  • Présentation de deux nouveaux membres : Maxime Michaud, parrainé par Michèle Cros et Julien Bondaz ; Florian Fontrier, parrainé par Marc Fontrier et Marie-José Tubiana.

  • Conférence de Alice Degorce : « Chants et identité féminine : à propos de trois performances orales au Burkina Faso ».

Sont intervenus : Christiane Seydoux, Line Eskenazi, Bony Guiblehon, Roland Colin, Anne Fournier.

Séance du 22 mai 2015

  • Lecture et adoption du procès-verbal de la séance du 16 avril 2015.

  • Présentation de deux nouveaux membres : Amalia Dragani, parrainée par Catherine Baroin et Françoise Le Guennec-Coppens ; Andrea Cerania Manyneri, parrainé par Fabio Viti et Christian Seignobos.

  • Conférence Marie Rodet : « Résistances et rebellions contre l’esclavage à Kayes (Mali), 1905-1940 ».

Sont intervenus : Line Eskenazi, Charles Becker, James Patrick Kudawoo, Monique Chastenet, Ngo Malabo, Élisée Coulibaly, Alain/Claude Sissao, Bernard Dumont.

Séance du 11 juin 2015 -Assemblée générale

L’assemblée générale de la Société des africanistes s’est tenue le 11 juin 2015 à 17 heures dans la salle de cinéma du musée du Quai Branly, sous la présidence d’Élisée Coulibaly. Après la lecture et l’adoption du procès-verbal de la séance du 22 mai 2015, la secrétaire générale, Françoise Le Guennec-Coppens, donne lecture du rapport d’activité et invite la trésorière, Anne-Marie Benezech, à présenter le rapport financier. Le rapport d’activité et le rapport financier sont approuvés à l’unanimité par l’Assemblée. Roland Colin présente ensuite sa conférence : « La société Sara du Tchad face au défi du développement : entre le choc colonial et les déboires de la libération. Une approche anthropologique ». Différentes personnes sont intervenues dans le débat qui a suivi la communication de Roland Colin. Les résultats des élections pour le renouvellement du conseil d’administration sont donnés : sur 25 membres élus, 13 sont des membres sortants et 12 sont des nouveaux membres.

Séance du 5 novembre 2015

  • Lecture et adoption du procès-verbal de la séance du 11 juin 2015 (assemblée générale).

  • Présentation d’un nouveau membre : Bernard Aristide Bitouga, parrainé par Serge Bahuchet et Susanne Fürniss.

  • Conférence de Danièle Poitou :» Pratiques éducatives et cultures traditionnelles ».

Sont intervenus : Line Eskenazy, James Kudawoo, Berthe Fournel.

Assemblée générale du 11 juin 2015 rapport d’activité

Dans ce rapport d’activité seront présentées tout d’abord les activités qui ont été réalisées pendant cette année, puis celles qui sont en cours de réalisation.

Ce qui a été réalisé et ce qui est en cours de réalisation

Les conférences mensuelles 

Nous aurons donné 8 conférences, celle d’aujourd’hui comprise, entre le mois d’octobre 2014 et le 5 juin 2015 :

  • Le 9 octobre 2014 : Nicolas Courtin : « Du théâtre d’une soumission à une soumission théâtrale. Une approche photographique de la cérémonie de soumission de Ravezavana et Rainibetsimisaraka, Madagascar, 29 juillet 1897 ».

  • Le 6 novembre 2014 : Catherine Baroin : « Ça marche ! Une heureuse formule de microcrédit en Tanzanie ».

  • Le 15 Janvier 2015 : François Palm d’Assise : « Nuptialité et processus matrimonial chez les Dagara du Burkina Faso ».

  • Le 5 février 2015 : Ibrahim Barwane : « Le pouvoir des notables à la Grande Comore ».

  • Le 19 mars 2015 : Fabio Viti : « L’art baoulé de la guerre (Côte d’Ivoire, fin XIXe-début XXe siècle ».

  • Le 16 avril 2015 : Alice Degorce : « Chants et identité féminine : à propos de trois performances orales au Burkina Faso ».

  • Le 22 mai 2015 : Marie Rodet : « Résistances et rebellions contre l’esclavage à Kayes (Mali), 1905-1940 ».

  • Le 11 juin 2015 (assemblée générale) : Roland Colin : « La société sara du Tchad face au défi du développement : entre le choc colonial et les déboires de la libération. Une approche anthropologique ».

Les dates des conférences pour le dernier trimestre 2015 et les deux premiers trimestres de 2016 sont arrêtées, et nous avons pour le mois de décembre Anne Fournier pour conférencière ; sa conférence est intitulée Tressage d’herbes et attachements juvéniles chez les Bwaka du Burkina Faso. Nous avons également une proposition de Afsata Kabore-Pare, de l’Université de Koudougou au Burkina Faso, mais qui, actuellement à l’UNESCO, pourrait intervenir au mois de novembre prochain (Afsata Kabore serait également désireuse de devenir membre de la Société ; ce qui me paraît être une très bonne candidature). D’autre part, d’autres conférenciers potentiels (par exemple Danièle Poitou et Monique Chastenet), qui ont déjà été contactés, nous ont promis leur accord pour intervenir. Nous allons également faire appel à nos jeunes et nouveaux membres qui ont certainement beaucoup de choses à nous dire et à nous apprendre. Donc je pense que le programme 2015-2016 ne devrait pas être trop difficile à remplir.

À l’occasion des séances, nous avons accueilli 8 nouveaux membres : Joanne Chehami, docteure en sociologie, parrainée par Élodie Razy et Françoise Le Guennec-Coppens (janvier 2015) (qui est d’ailleurs candidate pour le prochain CA) ; Elara Bertho, doctorante en littérature comparée, parrainée par Roland Colin et Charles Becker (février 2015) ; Monica Labonia, docteure en anthropologie et chargée de cours à l’université de Nice SophiaAntipolis, parrainée par Élodie Razy et Marina Lafay (février 2015) ; Nolwenn Blanchard, docteure en ethno-musicologie, parrainée par Suzanne Furniss et Élisée Coulibay (février 2015) ; Maxime Michaud, docteur en anthropologie sociale et culturelle, parrainé par Michèle Cros et Julien Bondaz (avril 2015) ; Florian Fontrier, doctorant en archéologie, parrainé par Marc Fontrier et Marie-José Tubiana (avril 2015) ; Amalia Dragani, docteure en anthropologie sociale, parrainée par Catherine Baroin et Françoise Le Guennec-Coppens (mai 2015) ; Andrea Cerania Manyneri, docteur en anthropologie, parrainé par Fabio Viti et Christian Seignobos (Andrea est également candidat pour le prochain CA). Une fois de plus, ces recrutements démontrent que notre Société s’ouvre de plus en plus à des jeunes et que certains d’entre eux sont prêts à s’y investir ; ce qui est très rassurant pour l’avenir de la Société.

Les séances de cinéma 

Comme l’année dernière, grâce au programme, établi par le Comité du film des africanistes, coordonné par Anne-Marie Bézénech, les séances du Cinéma des africanistes ont eu lieu le mercredi à 16 h 30 une fois par mois depuis le 12 novembre 2014 jusqu’au 3 juin. On peut, comme les autres années, déplorer le peu de participation des membres de la Société puisque le public est essentiellement composé de visiteurs du musée. Mais comme nous persistons cependant à croire qu’un jour et une heure plus adéquats pourraient encourager nos collègues à venir plus nombreux aux projections, il a été décidé en réunion de CA d’essayer de modifier le rythme des séances en faisant une projection tous les deux mois au lieu de tous les mois, et de faire (si possible) cette projection le jeudi en fin d’après-midi, jour où le musée est ouvert plus tard. Il y a eu 8 séances de cinéma dont une exceptionnelle au mois de mai puisqu’elle a été consacrée à un hommage à Youssouf Tata Cissé.

  • 12 novembre 2014 : Deux films de la réalisatrice Rina Sherman (membre de la Société) ont été présentés : Tchitundu-Ulu (film montrant les peintures et gravures rupestres des peuples ovatva, au nord du désert de Namibie) ; Quand les invités arrivent (ce court métrage témoigne des relations entre la cinéaste et les villageois avec lesquels elle a vécu et travaillé).

  • 10 décembre 2014 : Les Lances de sickle-cell ou Chronique d’une souffrance dévoilées (ce film parle de la drépanocytose, sickle-cell desease, qui est actuellement une maladie génétique des plus fréquente, et des malades qui se battent au quotidiens contre la douleur physique et morale suscitée par l’ignorance et l’exclusion).

  • 7 janvier 2015 : Congo, le rafiot de l’enfer (ce film raconte le voyage en bateau qui assure en RDC la liaison entre la capitale Kinshasa et Kisangani, située au nord de la RDC. La liaison, sur une distance de 2 000 km, est assurée par des vieux bateaux dans des conditions de sécurité et d’hygiène très difficiles).

  • 11 février 2015 : Les Himbas font leur cinéma (une vingtaine de Himbas de Namibie, las d’être filmés par les caméras du monde entier, décident de prendre en main leur image et, en étant leurs propres acteurs, mettent en scène leurs cérémonies, leurs relations aux ancêtres, leurs secrets de beauté et leurs recettes de cuisine ainsi que les dangers de la modernité).

  • 11 mars 2015 : Jikoo, la chose espérée (dans un parc national au Sénégal, des paysans cherchent un financement pour installer des clôtures afin de défendre leurs champs des animaux protégés qui ruinent leurs récoltes).

  • 8 avril 2015 : Masaiitis (ce film, tourné en 1990 au Kenya, montre la dernière initiation officielle à l’âge d’homme des guerriers masaï).

  • 13 mai 2015 : Séance en hommage à Yousouf Tata Cisé L’Astronaute et le Marabout (dans ce film, porte-parole de deux visions du monde, l’astronaute Jean-Pierre Haigneré et l’ethnologue Yousouf Tata Cissé nous invitent à regarder le ciel depuis la terre du Mali et depuis l’espace, à bord de la station MIR).

  • 3 juin 2015 : Les Maîtres de la forêt (ce film observe trois communautés – des pygmées, des grands noirs et des patrons blancs – qui, au Cameroun, à la frontière du Congo, son « condamnés » à vivre ensemble pour le bon fonctionnement d’une exploitation forestière située dans un endroit très isolé).

La lettre électronique

Comme vous l’avez peut-être constaté, la lettre électronique n’a pas été éditée aussi régulièrement que l’année dernière. En effet, Marina Lafay, sa rédactrice, étant en mission au Mali, elle n’a pu assurer l’édition de la lettre du mois de novembre et décembre 2014 et ni janvier 2015. Mais depuis le mois de février 2015, grâce au travail de notre nouvelle recrue Cécile Vermot et avec l’aide de Marina, la lettre est à nouveau éditée régulièrement. Le succès de la lettre est toujours intact. En effet, il n’y a pas de publication sans que nous ayons de nouvelles demandes d’inscription à notre liste de contacts pour la recevoir. Pour alimenter cette lettre, nous vous demandons de continuer de nous envoyer des informations sur vos publications, les séminaires ou colloques ou toute autre manifestation scientifique qui sont organisés dans vos laboratoires, ou dont vous avez entendu parler. Nous soulignons que, tout en facilitant le travail de rédaction de la lettre, les informations que vous envoyez sont ainsi plus largement diffusées.

Le Journal des africanistes

Publication de la revue

L’année 2015 aurait dû permettre de rattraper le retard pris par la publication du Journal des africanistes. Cependant, le premier tome de 2014 (84-1) n’a été imprimé qu’au mois d’octobre 2014 car l’été a introduit une rupture qui a empêché son bouclage et son impression pour la fin juillet, comme escompté initialement. Ce numéro présente à nouveau un dossier, Making a future in contemporary Africa, (resp. Jan Patrick Heiss et Michaela Pelican) composé de 6 articles et quelques articles de varia. Quant au tome 84-2, il sera très prochainement envoyé chez l’imprimeur, et nous espérons l’avoir dans la première semaine de juillet. Ce numéro faisant 355 pages, est donc, selon l’expression de Luc Pecquet, aussi « joufflu » qu’un numéro double. Il est consacré à l’ethnomusicologie et ses rapports à l’histoire. À ce dossier ont été ajouté, deux varia et quelques courts articles ou témoignages en hommage à Michel Izard, à partir des journées organisées en 2014 en son honneur au LAS (resp. Fabio Viti et Dominique Casajus).

Pour 2015, le numéro 85 qui, par décision du comité de rédaction, sera un numéro double (85/1et 2), sera en hommage à Geneviève Calame Griaule. Il est actuellement en préparation (resp. Cécile Leguy, Paulette Roulon-Doko, Suzy Platiel, Christiane Seydou, et Luc Pecquet). Mais avant de l’envoyer chez la maquettiste, certains articles, qui accompagneront le dossier, sont à finaliser.

Pour 2016 (86-1), il est envisagé la publication d’un dossier sur Revalorisation patrimoniales des sites naturels sacrés (Kenya, Ouganda, Madagascar). Enjeux locaux, nationaux et internationaux (resp. Sophie Blanchy et Marie-PierreBallarin). Les articles de ce dossier sont en cours d’évaluation. L’objectif est de le publier début 2016, afin de pouvoir sortir le 86-2 au 3e trimestre 2016 et, ainsi rattraper le retard et rendre la publication plus régulière.

Revues.org

La mise en ligne des numéros 81-1, 81-2 et 82-1 et 2 et 83-1 du Journal sur Revues.org devrait se faire rapidement, puisque le stylage est maintenant terminé. Mais la personne responsable de la numérisation du Journal a été absente pendant plusieurs mois. Comme elle est revenue, nous pouvons espérer que le problème sera bientôt résolu ; Marina Lafay s’y emploie. Du fait de notre statut d’association, nous espérons également pouvoir bénéficier de façon permanente (ou provisoire) d’une exonération ou d’une aide pour le stylage des numéros du journal. En effet, cette disposition devrait être votée par Revues.org mais nous n’avons pas encore de réponse. Je rappelle que pour les précédents numéros, nous avions payé plus de 2 000 euros pour la mise en ligne. Afin d’être à jour dans la numérisation du Journal, nous allons envoyer à Revues.org les versions en word des derniers numéros, à savoir les numéros 82 (1-2), 83-1, 83-2, 84-1, 84-2.

Déstockage des anciens numéros de la revue

L’année dernière, nous avons mené une grande opération de déstockage des numéros anciens de la revue, en envoyant 60 collections incomplètes (1931-1999) à des universités africaines ou à des centres culturels et en vendant 40 collections complètes (1931-2007) en France et en Italie. Cette opération a permis de réduire de près de la moitié les stocks se trouvant chez notre stockeur de la région de Tours. Aujourd’hui, nous n’avons plus de collections complètes ou incomplètes dignes de ce nom puisque 67 numéros, sur les 114 numéros publiés entre 1931 et 1999, sont épuisés, soit à peu près 60 % des numéros. Signalons que 5 collections complètes sont conservées dans le bureau de la Société et qu’une collection complète se trouve également à la bibliothèque du musée du Quai Branly.

Lors de la dernière réunion du conseil d’administration, la question s’est posée de savoir ce que nous devions faire des 5 palettes de revues, représentant environ 3 tonnes, restant chez le stockeur, et il nous a semblé absurde de continuer à payer un stockeur pour des numéros anciens et disparates alors qu’ils ont été numérisés et donc accessibles sur Internet. Il a donc été décidé de rapatrier à Branly tous les ouvrages de la collection « Mémoires » qui se trouvent chez le stockeur (2 palettes) pour les vendre ou éventuellement les donner, par exemple aux familles des auteurs. Ce rapatriement est maintenant fait et tous les mémoires sont maintenant entreposés dans le bureau des Africanistes, au musée Branly.

À ce propos, nous nous sommes inscrits en tant qu’éditeur à l’ECAS1 pour la VIe Conférence européenne des études africaines qui aura lieu du 8 au 10 juillet prochain. Nous espérons bien pouvoir y vendre des numéros récents du Journal et aussi des mémoires. D’autre part, Cécile Leguy, qui organise, le 19 juin, à l’INALCO, une journée en hommage à Geneviève Calame-Griaule, nous a demandé de lui faire parvenir le livre de Geneviève, Des cauris au marché, pour le vendre.

Quant au reste des numéros, anciens et disparates, du journal, Luc Pecquet propose, sans toutefois en prendre la responsabilité, de les stocker dans sa maison de campagne pour en éviter le pilonnage. Le conseil d’administration étant d’accord sur cette proposition, le transfert de chez le stockeur vers la maison de campagne de Luc devrait être organisé cet automne. Il reste que les numéros récents du Journal (de 1999 à aujourd’hui), qui sont stockés gratuitement chez notre imprimeur Paillart, sont bien sûr conservés.

La publication des actes du colloque et de la thèse primée

Le manuscrit définitif, qui est divisé en 7 chapitres, comporte 20 articles, une introduction pour chaque chapitre, une introduction et une conclusion générale ; ce qui fait plus de 400 pages. Ce manuscrit a été remis à Karthala il y a déjà plusieurs mois après qu’ont été réunies les lettres de cession de droit de tous les auteurs ; nous avons signé depuis la convention avec l’éditeur et réglé une facture de 3 000 euros à Karthala pour aide à la publication. Le manuscrit est donc prêt, à part quelques détails d’iconographie à finaliser (et dont s’occupe Élisée Coulibaly). Ces détails, qui retarde la publication, devraient être régler rapidement, puisque Xavier Audrain nous a promis que l’ouvrage Regards scientifiques sur l’Afrique depuis les indépendances (c’est le titre du livre) devrait paraître pour la VIe Conférence européenne des études africaines de l’ECAS, qui a lieu le 8 juillet 2015. En attendant, nous nous excusons auprès des auteurs qui, comme nous pouvons l’imaginer, sont impatients de voir enfin cette publication.

La publication de la thèse primée

La thèse de Céline Flory, qui a eu le 1er prix de thèse des Africanistes, est maintenant publiée sous le titre De l’esclavage à la liberté forcée. Histoire des travailleurs africains engagés dans la Caraïbe française au XIXe siècle (avec une préface de Catherine Coquery-Vidrovitch). C’est un très beau livre de 450 pages divisé en 3 parties : 1re partie, « La liberté à l’épreuve du besoin de main-d’œuvre » ; 2e partie, « La liberté à l’épreuve du passage » ; 3e partie, « La liberté et la vie en colonie ». Je rappelle que ce prix a favorisé l’entrée de Céline Flory au CNRS. D’autre part, nous avions décidé, en conseil d’administration, d’accorder aux lauréats ayant obtenu les 2e et 3e prix des Africanistes, une aide financière pour publier leur thèse. C’est ce qui a été fait pour la thèse d’Ismael Moya, avec le versement d’une subvention de 2 000 euros à l’Institut d’ethnologie qui en est l’éditeur. Dans l’ouvrage qui doit être publié prochainement sera bien sûr mentionnée la Société des africanistes. Enfin, je signale que la publication de ces deux ouvrages a été l’occasion d’ouvrir chez Karthala une collection nommée « Karthala-Société des africanistes ».

Ce qui est en cours de réalisation

Le site web et la communication

Comme certains d’entre vous ont pu le remarquer, toutes les fonctionnalités du site web Africanistes.org ne sont pas opérationnelles, en raison d’un dysfonctionnement dans l’interface administratif que Marina, actuellement la seule administratrice du site, s’efforce de résoudre rapidement. Si quelqu’un d’entre vous peut l’aider, vous êtes le bienvenu. Nous souhaitons, à la rentrée, mettre en place de nouveaux modes de communication externe afin de mieux diffuser nos activités et notre revue (par exemple : Twitter, la publication de toutes les conférences ou des séances de cinéma sur Calenda.org et Africultures, la création d’un blog scientifique Hypothèses, etc.).

Je vous remercie.

Françoise Le Guennec-Coppens

Secrétaire générale

Rapport financier juin 2014-mai 2015

Image 1000020100000332000004688CB97461.png

  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org