Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Santos João Dos, 2011 [1609], Ethiopia orientale. L’Afrique de l’Est et l’océan Indien au XVIe siècle. La relation de João dos Santos (1609)

Introduction, traduction et notes de Florence Pabiou-Duchamp, Paris, Chandeigne
Thomas Vernet
p. 459-463
Référence(s) :

Santos João Dos, 2011 [1609], Ethiopia orientale. L’Afrique de l’Est et l’océan Indien au XVIe siècle. La relation de João dos Santos (1609), introduction, traduction et notes de Florence Pabiou-Duchamp, Paris, Chandeigne, 768 p.

Texte intégral

  • 1 João dos Santos, Etiópia Oriental e vária história de cousas notáveis do Oriente, Lisbonne, CNCDP, (...)

1Depuis 1992, les éditions Chandeigne, à travers la collection « Magellane », publient les récits de voyageurs des XVe-XVIIIe siècles, témoins privilégiés de l’accélération de l’ouverture du monde à l’époque moderne. Elles mettent ainsi à notre disposition des périples longtemps oubliés, mal où jamais traduits. Dans un contexte où la publication de sources n’apparaît plus rentable, ni pour les éditeurs scientifiques, ni pour les chercheurs, il faut souligner à quel point cette collection est précieuse. Félicitons également Chandeigne pour la qualité du travail d’édition de ce nouveau titre : belle couverture reliée, papier de qualité, illustrations en couleurs, nombreuses cartes ; en somme, un bel objet, pour un prix très contenu. La publication de l’Ethiopia Orientale du dominicain portugais João dos Santos s’avère surtout une initiative remarquable, tant cet ouvrage est dense, offrant un panorama formidablement informé de l’Afrique orientale à la fin du XVIe siècle. L’œuvre est traduite et présentée par Florence Pabiou-Duchamp, qui lui consacra une thèse. Envoyé pour missionner, João dos Santos vécut de 1586 à 1597 dans la juridiction de Mozambique, officiant dans les différents comptoirs de la côte et de la vallée du Zambèze. Il vécut ensuite en Inde, avant de rentrer au Portugal en 1600, où il achève en 1608 la rédaction de l’Ethiopia Orientale, publié dès 1609. L’œuvre est hybride et plutôt singulière dans la littérature portugaise de son temps ; elle mêle géographie, histoire, récit de voyage et rapport missionnaire. Son objectif principal relève surtout de ce dernier point : défendre son action et celle des dominicains, particulièrement dans le cadre d’une intense rivalité avec les jésuites. L’œuvre missionnaire en Orient et les martyrs de la foi y sont exaltés, mais pour autant qu’ils sont dominicains ou augustins. Sa publication s’inscrit également dans un contexte de relance de projets de conquête dans l’océan Indien, notamment face au Monomotapa. L’Ethiopia Orientale fut rééditée en 1999 par la Comissão Nacional para as Comemorações dos Descobrimentos Portugueses (CNCDP), dans une édition respectueuse de l’original. Cette publication, de qualité, propose une introduction et des notes très utiles1. L’édition conduite par Pabiou-Duchamp en est, en quelque sorte, le pendant, offrant enfin aux lecteurs francophones un accès au texte – la traduction de 1684 étant médiocre.

2L’Ethiopia Orientale telle que l’entend Santos correspond à ce que nous appelons l’Afrique orientale, Éthiopie incluse. L’auteur se concentre cependant sur ce que l’historiographie nomme communément le Sud-Est africain et, dans une moindre mesure, sur la côte swahili. Le premier regroupe l’actuel Mozambique, la vallée du Zambèze et les hauts plateaux de l’arrière-pays. La seconde inclut, grossièrement, les rivages de la Tanzanie et du Kenya contemporains. Notons que ces découpages découlent de frontières historiographiques dont la pertinence est discutable, ce que ne perçoit pas Pabiou-Duchamp.

  • 2 Thomas Vernet, Les Cités-États swahili de l’archipel de Lamu, 1585-1810. Dynamiques endogènes, dyna (...)

3Il n’est pas excessif de dire que, avant la seconde moitié du XVIIIe siècle, aucun autre voyageur ne nous livre un tableau aussi riche de ces régions. L’Ethiopia Orientale est donc tout à fait incontournable pour leur étude à l’époque moderne. D’autre part, s’il convient d’y porter systématiquement un regard critique, elle s’inscrit dans un discours de vérité dont les fondements sont souvent solides. En effet, João dos Santos plaide pour l’expérience de terrain, rappelant régulièrement sa qualité de témoin ou la crédibilité de ses informateurs. Il spécule peu, notamment sur l’intérieur de l’Afrique (sauf, curieusement, au sujet du Damot), critiquant à ce titre les contrevérités de Pigafetta. Lorsqu’il utilise des sources écrites, ce n’est pas – ou peu – pour compiler mais avant tout pour renforcer son argumentation. Doté d’un solide bagage intellectuel, il cite près de 70 ouvrages (soigneusement listés en annexe). Il n’a pas visité le rivage au nord des Kerimba, ni les royaumes du Monomotapa et du Quiteve, mais nous comprenons qu’il a interrogé de bons témoins à leur sujet. Mes propres recherches en archives sur l’épisode du retour du capitaine turc Ali Bey vers Mombasa en 1588-1589 ont montré combien son récit, malgré d’évidentes exagérations et une reconstruction narrative a poste-riori, est proche de la correspondance rédigée par des témoins et agents impériaux quelques mois après les faits ; peut-être a-t-il eu accès à ces écrits. Quant aux fantasmes autour de la prétendue anthropophagie des Zimba, il n’en est pas à l’origine et les partage avec des acteurs portugais, et certainement africains, de l’époque de son séjour2. Nous ignorons si Santos parle la langue shona-karanga, mais indéniablement il a une certaine familiarité avec celle-ci, citant un très grand nombre de termes locaux. Pabiou-Duchamp minimise en introduction son recours aux informateurs « cafres » (les Africains païens), pourtant il ne fait aucun doute que ces derniers sont aux sources de bien des faits rapportés. Santos admet d’ailleurs avoir interrogé des « Cafres honorables et savants ». Plus globalement, l’œuvre suggère sa très grande familiarité avec les populations locales, islamisées comme païennes. C’est sans doute ce qui donne le plus de valeur au texte. En outre, bien que la hiérarchie des sociétés du monde dans laquelle il s’inscrive soit très commune, sa représentation des « Cafres » n’est pas systématiquement dépréciative. Nombre de pratiques locales sont d’ailleurs mises en parallèle avec d’autres parties du monde, notamment la Chine : la « Cafrerie » n’est pas pour Santos un univers radicalement autre ou étrange. Au fil des pages, Santos dévoile même une indéniable empathie pour ses habitants.

4Il n’est pas possible de résumer ici tout l’intérêt de l’Ethiopia Orientale. De fascinantes descriptions sont par exemple consacrées aux pouvoirs karanga et à l’exercice de leur autorité – tantôt surestimée, tantôt nuancée : rituels de cour, cultes des ancêtres royaux, rites de possession, ordalies, etc., sont décrits, souvent accompagnés de leur vocabulaire (tels les midzimu ou esprits des ancêtres). Mais, pour mieux dénoncer les superstitions et la pollution spirituelle qui menace les chrétiens, João dos Santos mentionne également les croyances et les rites du quotidien. Ce faisant, il montre que les frontières sociales et religieuses sont ténues : païens, chrétiens et musulmans cohabitent, collaborent et souvent s’influencent. L’islam local apparaît ainsi bien moins homogène et « orthodoxe » que l’historiographie swahili ne le suppose souvent, par exemple à travers Chande, célèbre « sorcier » de Zanzibar. Des chrétiens participent aux fêtes entourant le ramadan ou les rites de circoncision, un Portugais consulte un devin swahili. Même si ces descriptions ne sauraient être neutres, nulle autre source des XVIe-XVIIe siècles n’offre une telle fenêtre sur ces échanges et ces mélanges, très loin d’un regard impérial, globalisant et in fine trompeur. Santos ne cesse aussi de s’intéresser au commerce régional et à toute une économie vivrière : la chasse, la pêche, les remèdes, les multiples usages du cocotier, la fabrication de la bière de mil et ses usages sociaux, etc. Son regard se porte sur les matelots swahilis, les femmes dans les champs, ou l’habitat des plus humbles, c’est-à-dire de la majorité, comme il l’explique. Au-delà des seules élites, un monde s’ouvre à l’historien et il est clair que l’Ethiopia Orientale est encore loin d’avoir été étudiée à sa juste valeur.

  • 3 Pour une excellente synthèse, on pourra consulter les premiers chapitres de Malyn Newitt, A History (...)

5Aux côtés de l’immense intérêt de cette édition, on compte aussi quelques imperfections, qu’il importe de mettre en évidence. Les sondages effectués n’ont pas révélé de graves erreurs de traduction. Pour une étude approfondie, on conseillera néanmoins de consulter l’édition de 1999, car certaines interprétations peuvent être discutées. Plus grave, la traductrice ne donne aucune explication sur ses choix de traduction et de transcription. L’harmonisation est floue : les noms portugais sont modernisés, mais non les noms musulmans ou les noms et termes issus de langues bantu. Certains noms apparaissent sous leur forme moderne ou « bantu », d’autres sous une forme portugaise. Parfois le texte traduit passe de l’une à l’autre : on trouve ainsi « Querimba » et « Kerimba », « Macua » et « Makua ». Il est dommage que l’introduction manque de clarté sur le contexte, à la fois sur les sociétés est-africaines, complexes, et sur ce qu’est l’Estado da Índia, objet impérial très délicat à saisir tant s’y entremêlent le formel et l’informel. Or, le Sud-Est africain est l’une des meilleures illustrations de son caractère mouvant et poreux : comme l’a montré Malyn Newitt, il s’y dissout dans les sociétés et les pratiques locales. Le texte de Santos indique notamment combien l’empire, mais aussi des Portugais aventureux, se coulent dans des formes locales d’autorité, devenant des seigneurs africains parmi d’autres, souvent très éloignés d’un contrôle impérial centralisé. Il montre combien, également, leur présence dans l’intérieur est soumise à des puissances karanga, à travers le paiement de tributs et diverses formes de contrôle. Le Mwene Mutapa considère probablement les Portugais comme ses vassaux et non l’inverse. On regrette ainsi que Pabiou-Duchamp ne fasse pas un meilleur usage des travaux de Newitt et de ceux qui ont renouvelé l’histoire de l’Estado, tel Anthony Disney. L’introduction ne livre d’ailleurs pas d’indications bibliographiques générales afin de guider le lecteur peu familier de la région3. En outre, il aurait été souhaitable d’étoffer un peu les notes afin, là aussi, de mieux contextualiser le texte. Ceci est particulièrement sensible pour les sociétés africaines, quelque peu négligées : les détails biographiques sur les acteurs historiques portugais sont très fournis, à l’inverse des pouvoirs, institutions ou pratiques sociales est-africaines. La plupart des termes bantu ne sont pas expliqués, ni transcrits dans une forme actuelle. Parfois ils sont transcrits, mais non expliqués, et inversement. Plus globalement, un glossaire aurait été très utile. Sur ces points, l’édition de la CNCDP est bien meilleure. Par ailleurs, on constate dans les notes une lecture maladroite de certains travaux, par exemple dans les pages 702-704 sur le monde swahili, ainsi que quelques erreurs factuelles : ainsi, Zanzibar n’est pas soumise à Kilwa vers 1600 ; ou bien encore, c’est le sultanat hadrami de Kishn qui contrôle Socotra et non l’île iranienne de Qeshm. Les cartes de localisation sont de qualité variable, la carte de l’Inde, p. 66, est étrangement approximative. Les cartes et illustrations anciennes sont nombreuses et rendent l’ouvrage attrayant mais, à l’image du reste de la collection, elles ne sont pas ou très inégalement identifiées et légendées ; leur usage est donc restreint.

6L’ouvrage a donc des limites, que l’édition de la CNCDP – qui a aussi ses problèmes – peut en partie combler. Néanmoins, on ne peut que remercier Florence Pabiou-Duchamp de rendre enfin accessible cette œuvre inestimable pour l’histoire de l’Afrique orientale.

Haut de page

Notes

1 João dos Santos, Etiópia Oriental e vária história de cousas notáveis do Oriente, Lisbonne, CNCDP, éd. Manuel Lobato et Eduardo Medeiros, 1999.

2 Thomas Vernet, Les Cités-États swahili de l’archipel de Lamu, 1585-1810. Dynamiques endogènes, dynamiques exogènes, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, thèse de doctorat, 2005, p. 106-120.

3 Pour une excellente synthèse, on pourra consulter les premiers chapitres de Malyn Newitt, A History of Mozambique, Bloomington, Indiana University Press, 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Vernet, « Santos João Dos, 2011 [1609], Ethiopia orientale. L’Afrique de l’Est et l’océan Indien au XVIe siècle. La relation de João dos Santos (1609) », Journal des africanistes, 85-1/2 | 2015, 459-463.

Référence électronique

Thomas Vernet, « Santos João Dos, 2011 [1609], Ethiopia orientale. L’Afrique de l’Est et l’océan Indien au XVIe siècle. La relation de João dos Santos (1609) », Journal des africanistes [En ligne], 85-1/2 | 2015, mis en ligne le 08 juillet 2016, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4688

Haut de page

Auteur

Thomas Vernet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org