Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Ferry Marie-Paule, 2014, Ceux de la nuit. Les sorciers tenda au Sénégal oriental

Paris, Société d’ethnologie
Icir Mimina Di Muro
p. 442-444
Référence(s) :

Ferry Marie-Paule, 2014, Ceux de la nuit. Les sorciers tenda au Sénégal oriental, Paris, Société d’ethnologie, 75 p.

Texte intégral

  • 1 Ferry Marie-Paule, 1991, Thesaurus Tenda. Dictionnaire ethnolinguistique de langue sénégalo-guinéen (...)

1Réputée pour ses travaux d’ethnobotanique et de lexicologie, Marie-Paule Ferry a travaillé de longues années au Sénégal oriental. Elle a publié, outre de nombreux articles et ouvrages, un Thésaurus tenda en trois volumes1, un travail majestueux et essentiel pour qui souhaite étudier ces populations.

2Comme l’indique le sous-titre, cet ouvrage s’intéresse aux sorciers tenda du Sénégal oriental, dénommés par l’auteure, en utilisant l’expression locale, « ceux de la nuit ». Ce travail est fractionné en quatre parties.

  • 2 Ferry Marie-Paule, 2009, Ethnobotanique tenda. Identification et usage des plantes chez les Bedik, (...)

3La première partie, qui comprend les quatre premières sections (« La nuit chez les populations tenda du Sénégal », « Les sorciers ou sorcières », « Quelle protection contre ceux de la nuit ? », « Que se passe-t-il la nuit ? »), présente la question de la sorcellerie chez les Bedik et chez les Bassari du Sénégal oriental. L’auteure fait une analyse approfondie des termes et des expressions qui la caractérisent. Elle examine en particulier le terme « nuit », qui éveille l’angoisse et la peur réelle des sorciers. En expliquant la manière dont est organisée la société nocturne de « ceux ou celles de la nuit », Marie-Paule Ferry présente les plantes utilisées par les tenda pour leur efficacité protectrice contre les sorciers. Une comparaison significative entre ces dernières et les êtres humains expose clairement l’action de la sorcellerie pour ces populations : « les plantes elles-mêmes ne sont pas exemptes de sorcellerie, certaines d’entre elles se nourrissent d’autres plantes, comme en sorcellerie on dévore la vitalité de sa victime » (p. 19). Les observations fournies sur la manière dont les plantes sont utilisées pour se protéger des attaques de sorcellerie attestent d’une connaissance analytique et pointue de l’usage des plantes chez les populations tenda, dont rend compte un travail antérieur2.

  • 3 Favret-Saada Jeanne, 1977, Les Mots, la mort, les sorts : la sorcellerie dans le bocage, Paris, Gal (...)

4La seconde partie de l’ouvrage ne comprend qu’une section, « Des souffrances et des morts ». Elle se distingue des autres parties par son contenu, bien sûr, mais aussi par son style, qui fait apparaître l’émotivité de l’auteure dans l’exposition des sujets traités. Sont exposés ici des événements qui ont eu lieu lors de ses missions chez les Bedik en 1964 et en 1985, par lesquels l’auteure attire l’attention sur ce qui caractérise la sorcellerie chez populations et sur la manière dont les gens qui y sont impliqués agissent. L’histoire de la jeune excisée, poursuivie par un mauvais esprit quand elle allait chercher l’eau, montre qu’habiter dans un hameau près de la brousse augmente l’éventualité d’être attaqué par les sorciers, et rappelle que dans la majorité des cas les « attaques » se produisent entre les membres d’une même famille. L’histoire de l’enfant mort par une crise de paludisme signale que certains oiseaux nocturnes, comme le hibou ou le corbeau pie, peuvent être des avatars des sorciers, ce que peut être aussi le vent. Une autre histoire, celle d’un jeune homme mort par sorcellerie et qui avant de mourir avoua qu’il avait dévoré plusieurs de ses parents, parmi lesquels son propre petit-fils, montre que la relation entre les parents de génération alternée est particulière. Ils sont liés par une relation réciproque, ils s’appellent du même nom et, selon Marie-Paule Ferry, « dévorer son petit-fils est impardonnable : c’est comme une auto dévoration, une autophagie » (p. 34). Le dernier événement rapporté par l’auteure provoque une vive émotion au lecteur, et évoque ce que Jeanne Favret-Saada constate à propos de la sorcellerie dans son étude sur le bocage mayennais3, où elle se trouvait elle-même dans une situation délicate : « On ne peut étudier la sorcellerie sans accepter d’être inclus dans les situations où elle se manifeste et dans le discours qui l’exprime. » L’auteure raconte comment la mort de son ami interprète, avec lequel elle avait collaboré vingt-cinq ans durant, révèle des perspectives inattendues sur les gens impliqués dans les cas de sorcellerie et sur les soupçons qui les caractérisent : « En mourant, il m’apprenait que je ne savais rien des soupçons qui couraient, que la sorcellerie était si cachée que l’on pouvait travailler vingt-cinq ans avec un sorciers sans le savoir ! Et lui non plus… ne le savait pas. » (p. 38)

5Dans la troisième partie de l’ouvrage, qui comprend trois sections (« Les invisibles », « Rites de protection », « Un enfant confié aux masques, le fils d’Etyita »), l’auteure fait une analyse exhaustive d’un rite de protection d’un enfant confié aux masques. Si, dans la partie précédente, elle expose des événements qui ont eu lieu chez les Bedik, là elle décrit un rite qui a eu lieu chez les Bliyan, en 1968. La transcription précise et détaillée qu’elle fait d’un enregistrement réalisé pendant cette cérémonie permet de mieux comprendre les rapports des Beliyan avec la sorcellerie. Elle note scrupuleusement, heure après heure, tout ce qui arrive, en mentionnant les dialogues et les textes des chansons entonnées par les masques et les femmes, et cela permet au lecteur d’apprécier la vision beliyan des faits de sorcellerie.

  • 4 Ferry Marie-Paule, 1983, Les Dits de la nuit. Contes tenda du Sénégal oriental, Paris, Karthala.

6La dernière partie de l’ouvrage, qui comprend deux sections (« Le temps des fêtes », et « Un aveu ») conclut ce travail en mettant en évidence la manière dont la nuit, si elle est le temps de la sorcellerie, est aussi le temps des fêtes et du conte. Marie-Paul Ferry, qui est aussi l’auteure d’un extraordinaire corpus de quarante-neuf contes recueillis en pays tenda4, propose là d’intéressantes considérations sur ce temps du conte, conte qu’il faut introduire avec précaution car sa parole est « chargée de pouvoir, elle est performative, elle accomplit » (p. 61). En outre, elle souligne l’incompatibilité entre le conte et la sorcellerie : « Dans les contes, il n’est jamais question de sorcellerie ; ce serait sans doute trop dangereux d’évoquer les sorciers de nuit » (p. 62). L’ouvrage se conclut avec une « dénonciation », au vu des changements d’identité des individus dans leur fuite pour échapper à « ceux de la nuit ». Ce problème concerne de nombreux chercheurs, qui se trouvent souvent en difficulté pour rattacher les noms des générations actuelles aux anciennes. De belles photos et de beaux dessins nous permettent de visualiser le paysage, les personnages, les plantes, les animaux, les objets et les rituels traités dans le livre.

Haut de page

Notes

1 Ferry Marie-Paule, 1991, Thesaurus Tenda. Dictionnaire ethnolinguistique de langue sénégalo-guinéennes (bassari-bedik-konyagi), Paris, Petters.

2 Ferry Marie-Paule, 2009, Ethnobotanique tenda. Identification et usage des plantes chez les Bedik, les Bassari, et les Konyagi, Paris, Ibis Press.

3 Favret-Saada Jeanne, 1977, Les Mots, la mort, les sorts : la sorcellerie dans le bocage, Paris, Gallimard.

4 Ferry Marie-Paule, 1983, Les Dits de la nuit. Contes tenda du Sénégal oriental, Paris, Karthala.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Icir Mimina Di Muro, « Ferry Marie-Paule, 2014, Ceux de la nuit. Les sorciers tenda au Sénégal oriental », Journal des africanistes, 85-1/2 | 2015, 442-444.

Référence électronique

Icir Mimina Di Muro, « Ferry Marie-Paule, 2014, Ceux de la nuit. Les sorciers tenda au Sénégal oriental », Journal des africanistes [En ligne], 85-1/2 | 2015, mis en ligne le 07 juillet 2016, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4687

Haut de page

Auteur

Icir Mimina Di Muro

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org