Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Saint Moulin Léon de, 2012, Kinshasa : enracinements historiques et horizons culturels

Tervuren, Paris, L’Harmattan, « Cahiers africains »
Sarah Demart
p. 458-459
Référence(s) :

Saint Moulin Léon de, 2012, Kinshasa : enracinements historiques et horizons culturels, Tervuren, Paris, L’Harmattan, 358 pages, « Cahiers africains » 79.

Texte intégral

1Professeur émérite à l’Université catholique de Kinshasa, Léon de saint Moulin est ce que l’on peut appeler un monument au Congo. Grâce à un mandat du Fonds national de la recherche scientifique, ce jésuite belge se rend en 1959 au Congo pour une étude sur Kinshasa. Par la suite, en 1967, il prend part à une étude sociodémographique de la ville avant de participer à la réalisation, en 1969, de la mise à jour du plan de la ville, conduite par l’institut géographique du Congo. C’est une expérience qu’il qualifie de fondamentale dans son parcours au regard de l’élaboration des outils de recherche, notamment la construction d’échantillons et la formation des enquêteurs qui en découlent.

2L’approche macrosociale, au carrefour de l’histoire et de la démographie, est clairement la ligne conductrice des travaux ici présentés, à travers la compilation d’articles couvrant quatre décennies d’enquêtes. Pour qui veut analyser la ville de Kinshasa, l’ouvrage fournit une base sociodémographique tout à fait impressionnante. La démarche entend aussi être qualitative, en vue de donner un éclairage de l’intérieur, y compris au niveau spirituel, de la « conscience sociale spécifique » du Kinois. Cet engagement visant à rompre avec le regard extérieur et l’approche matérialiste pose toutefois, par moments, problème. En particulier lorsque le point de vue moral prend le pas sur l’analyse sociologique.

3Trois parties organisent ce livre préfacé par l’historien Isidore Ndaywel. La première revient sur l’enracinement historique de la ville de Kinshasa au regard des périodes coloniales et précoloniales. À partir du récit des chefs coutumiers, c’est l’analyse des « anciens villages » confrontés aux politiques sociales et spatiales de la colonisation qui est mise en évidence. La recomposition historique de cet espace amené à être un centre urbain, une capitale et aujourd’hui une mégalopole de 10 millions d’habitants est restituée de manière fine et dynamique : du point de vue des habitants, des politiques urbaines et des migrations internes. C’est aussi le développement quasi autonome de certaines zones face à des politiques publiques défaillantes qui est mis au jour, à travers l’avènement de la cité satellite de Kinshasa que constitue Ndjili, commune populaire surpeuplée.

4La seconde partie se focalise sur la perception de la démocratie par les Kinois à partir de trois enquêtes menées en 1992, en 1995 et en 2002, dans différents contextes sociopolitiques donc, mais aussi au sein de différentes communes et de populations n’ayant pas les mêmes niveaux socioéconomiques. Enfin, la troisième partie, plus hétéroclite, analyse la vie et la culture urbaines au travers de huit enquêtes menées entre 1988 et 2008 sur des thèmes aussi divers que la philosophie du travail, la télévision, la justice, les problèmes sociaux, la mondialisation, les identités, les conflits, l’éducation. La perception sociale des interviewés y est recueillie en vue de faire ressortir les dynamiques d’organisation sociale ainsi que les valeurs et grilles de lecture spécifiquement mobilisées par les Kinois.

5Plusieurs ressources et niveaux de lecture de cet ouvrage sont donc accessibles en termes d’évolution démographique, de transformations sociales et territoriales, d’enquêtes d’opinion ou encore de représentations. Au niveau conceptuel, cependant, le recours aux sciences sociales depuis la sociologie américaine jusqu’à Bourdieu en passant par Touraine, Jean Rémy et la sociologie religieuse, passe parfois au second plan, à la faveur des catégories d’analyse de l’homme de foi, de sa subjectivité, de ses normes et de ses espoirs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sarah Demart, « Saint Moulin Léon de, 2012, Kinshasa : enracinements historiques et horizons culturels », Journal des africanistes, 85-1/2 | 2015, 458-459.

Référence électronique

Sarah Demart, « Saint Moulin Léon de, 2012, Kinshasa : enracinements historiques et horizons culturels », Journal des africanistes [En ligne], 85-1/2 | 2015, mis en ligne le 08 juillet 2016, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4685

Haut de page

Auteur

Sarah Demart

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org