Skip to navigation – Site map
Mélanges
Comptes rendus

Mouser Bruce L., 2014, The William Cooper Thomson Expedition to Timbo and the Cycle of Regime Change in Fuuta Jalon, West Africa, 1841 to 1844

Madison, University of Wisconsin-Madison
Philippe David
p. 451-453
Bibliographical reference

Mouser Bruce L., 2014, The William Cooper Thomson Expedition to Timbo and the Cycle of Regime Change in Fuuta Jalon, West Africa, 1841 to 1844, Madison, University of Wisconsin-Madison, 157 p.

Full text

1Étrange aventure d’une mission ambiguë, encore ignorée sans doute des publics français et francophone, et qui s’est achevée par un triste échec.

2Nos historiens ont peut-être oublié que, bien avant les Français, les Anglais, installés de longue date à Freetown sur la côte de Sierra Leone, étaient attentifs aux Rivières du Sud, au Fouta-Dialon et, bien au-delà, depuis Mungo Park, à l’ensemble de la vallée du Niger. En 1841, W. C. Thomson, un Écossais, linguiste africaniste chevronné au service de la puissante Christian Missionary Society/CMS, se voit donc confier, à la fois par les marchands de Freetown et sa congrégation, une mission double, presque contradictoire, sinon même impossible à exécuter.

3En effet, on lui demande, d’une part, de retrouver et de reconnaître les précieux itinéraires commerciaux qui relient la côte à l’intérieur de la Guinée. Périlleux, incertains, contrôlés chacun par toute une succession de petits chefs exigeants, pillards, procéduriers, plus ou moins soumis aux Peuls de l’intérieur, ils ont été délaissés depuis vingt ou trente ans. Thomson devra donc déterminer et rouvrir la plus favorable de ces routes jusqu’à Timbo, capitale mythique du Fouta-Dialon, puis pousser jusqu’aux mines d’or du Bouré et, de là, jusqu’à Ségou sur les bords du Niger, pour préparer à terme la maîtrise du grand fleuve. Mais on lui demande aussi et avec la même insistance d’ouvrir en douceur la voie, spirituelle celle-là, de la christianisation du Fouta musulman, considérée comme seule porteuse de civilisation et d’occidentalisation, notamment par l’éducation des fils de chefs et de princes invités à séjourner dans les écoles et institutions des Anglais de la côte, pour décourager en même temps la poursuite de la traite négrière officiellement abolie par eux depuis 1812. Mission à coup sûr écrasante et irréaliste : impatients de relancer leurs affaires, les marchands, qui financent, en espèrent évidemment pour leur argent, mais c’est la CMS, soucieuse de religion et de diplomatie, qui dirige, et les instructions d’une tout autre nature qu’elle donne à Thomson sont aussi contraignantes sinon davantage.

4Le récit proprement dit de cette expédition malheureuse n’occupe que 41 pages mais il est très fortement documenté par la reproduction des 29 lettres conservées aux archives de la CMS, échangées pour moitié, de 1841 à 1843, entre Thomson et ses deux mandants (p. 43 à 132), tous documents évidemment dans un anglais dont la syntaxe et le vocabulaire ont fortement vieilli.

5Parti de Freetown le 23 décembre 1841 avec une petite escorte civile et un important lot de marchandises et de cadeaux à distribuer en cours de route, Thomson – étrange décision – emmène aussi avec lui l’un de ses trois fils, Billy, qui n’a encore que 11 ans. Des difficultés multiples l’assaillent dès l’embouchure de la Mellacorée. Ignorant des protocoles tracassiers et des procédures complexes en usage dans la région, prétendant faire fi des exigences des chefs géographiquement emboîtés les uns aux autres et incontournables, il suscite en outre contre lui toutes sortes de méfiances et de rumeurs quant aux vrais objectifs de son voyage et réagit mal aux gloutonnes exigences de ses partenaires. En avril 1842, il est encore à Kambaya et n’atteint finalement Timbo et Dara que le 4 mai, juste à la veille d’une grave crise politique, au cœur même de cet état peul du Fouta-Dialon doté d’un curieux et très fragile pouvoir théocratique bicéphale mais alterné. Bien accueilli à son arrivée par Boubakar, l’almamy régnant, il choisit de lui rester fidèle même après son élimination par son rival Oumar en mai 1843, s’attirant évidemment le courroux mitigé du vainqueur. Souvent malade et transporté en hamac, parfois assiégé aux pires heures du conflit, il doit renoncer aux objectifs de sa mission au Bouré et à Ségou. Au moment où, résigné, il amorce enfin son retour à la côte, très vraisemblablement empoisonné par le lait frais qu’on lui a offert en route, il meurt trois jours plus tard, le 26 novembre 1843.

6Prévue pour un mois, sa mission aura duré presque deux ans, pour un résultat aussi nul qu’humiliant. Malhabile et trop naïf, il s’est empêtré aussi dans les instructions équivoques et contradictoires qu’il avait reçues. À Freetown, une fois le jeune Billy récupéré sain et sauf six mois après le décès de son père, les missionnaires de la CMS comme les marchands tombent vite d’accord pour oublier cette malheureuse entreprise, tout en redoublant de jugements très sévères contre les Africains : décidément décevants, cupides et indignes de confiance, les naturels de la région restent accrochés à l’esclavage et pratiquent une politique versatile et imprévisible de « turn-turn » contre laquelle on ne peut rien négocier de solide. La meurtrissure est si profonde qu’aucun Anglais ne va plus se risquer dans la région pendant trente ans.

7Le « Journal d’une visite au Rio Nunez » du capitaine Edward Jones en janvier 1844 raconte ensuite l’opération de son steamer « Albert » dans le Rio Nunez contre les Nalou du roi Sarah, au moment où le rapatriement du jeune Billy Thomson n’était pas encore confirmé. Les cinq cartes géographiques très sommaires et, plus encore, les trois cartes postales et les trois dessins qui illustrent ce rapport ont été rassemblés à la va-vite et aux moindres frais : les cartes postales datent des années 1905-1910 et les dessins portant la mention « collection Bayol » et signés « E. Noirot » (dont on ne nous dit rien) concernent la mission de ces deux Français au Fouta-Dialon en 1881, quarante ans après celle du malheureux Thomson.

8En revanche, 166 notes, abondantes et détaillées, éclairent les particularités d’histoire ou de vocabulaire d’une période tout à fait révolue qui nous est aujourd’hui, par maints aspects politiques et toponymiques, difficile à comprendre. Enfin, l’abondante bibliographie de Bruce Mouser, spécialiste méconnu de la Guinée depuis sa thèse de 1972, nous est tout aussi précieuse.

Top of page

References

Bibliographical reference

Philippe David, « Mouser Bruce L., 2014, The William Cooper Thomson Expedition to Timbo and the Cycle of Regime Change in Fuuta Jalon, West Africa, 1841 to 1844 », Journal des africanistes, 85-1/2 | 2015, 451-453.

Electronic reference

Philippe David, « Mouser Bruce L., 2014, The William Cooper Thomson Expedition to Timbo and the Cycle of Regime Change in Fuuta Jalon, West Africa, 1841 to 1844 », Journal des africanistes [Online], 85-1/2 | 2015, Online since 08 July 2016, connection on 21 August 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4681

Top of page

About the author

Philippe David

By this author

Top of page

Copyright

Société des africanistes

Top of page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org