Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Goerg Odile, Raison-Jourde Françoise (coordonné par), 2012, Les Coopérants en Afrique. Portrait de groupe (années 1950-1990)

Paris, L’Harmattan, « Cahiers Afrique »
Philippe Lavigne Delville
p. 445-447
Référence(s) :

Goerg Odile, Raison-Jourde Françoise (coordonné par), 2012, Les Coopérants en Afrique. Portrait de groupe (années 1950-1990), Paris, L’Harmattan, « Cahiers Afrique » 28, 255 p.

Texte intégral

1À des titres divers, plusieurs dizaines de milliers de personnes ont été coopérants français en Afrique ou à Madagascar, depuis les indépendances. Proposé par des historiens, cet ouvrage a le grand mérite d’ouvrir (ou presque) le sujet pour la recherche, et de tenter un « portrait de groupe » de ces coopérants, aux profils très divers, du volontaire du service national aux assistants techniques professionnels passant l’essentiel de leur carrière en expatriation, des militants aux « chercheurs de franc CFA ». Mais paradoxalement, les coopérants ont moins écrit sur leur expérience que les administrateurs coloniaux. Issu d’un projet de recherche, cet ouvrage est constitué de deux parties.

2La première partie explore les différentes approches méthodologiques, entre analyse quantitative, archives des institutions, entretiens avec d’anciens coopérants. La question de leurs rôles dans les pays, de leurs engagements, de leurs trajectoires ultérieures pose des problèmes méthodologiques, en termes de sources : les chiffres sont incomplets ou contradictoires, les « dossiers personnes » des coopérants demeurent encore inaccessibles, et constituer un échantillon d’anciens coopérants n’est pas aisé. Analysant les archives de l’École nationale de la France d’outre-mer, Julien Hélary discute la représentation de l’Afrique et du rôle des administrateurs promus par cette institution, à la veille des indépendances, et montre que le recrutement d’Africains et le repositionnement dans une logique d’assistance technique vont de pair avec le maintien d’une conception essentialiste de l’Afrique et des Africains. À partir des statistiques, Marie-Albane de Suremain met en perspective le basculement des années 1980-1990 en montrant les évolutions des postes proposés. La réduction des effectifs commence réellement en 1984, et doit plus aux contraintes budgétaires qu’aux changements de politique. Les trois quarts des coopérants sont des enseignants, même si leur part se réduit peu à peu. Le nombre de volontaires double entre 1960 et 1990. La répartition entre pays évolue, les plus gros contingents se situant dans les pays à fort enjeu économique (dont certains paient eux-mêmes les assistants techniques). À partir d’entretiens, Françoise Imbs restitue les regards d’anciens coopérants sur leur expérience, mettant en avant un fort engagement dans leurs tâches, les dilemmes des positionnements et des rapports à la politique, les marques de cette expérience dans leur trajectoire ultérieure, tant dans le quotidien (cuisine, raccompagner les visiteurs à la porte) que dans l’intérêt porté au continent et à son actualité.

3La seconde partie offre des éclairages sur certains groupes spécifiques. Entre souvenirs, entretiens et archives, Françoise Raison-Jourde discute les passions politiques en milieu coopérant, entre 1960 et 1975, avec un focus sur Madagascar. Elle retrace la diversité des motivations, l’engagement chrétien et de gauche et leurs évolutions et imbrications, la mobilisation politique de jeunes enseignants ou de chercheurs en sciences sociales. À « l’illusion lyrique » de la décennie des indépendances succède vite un retournement critique face aux élites. C’est un pan d’histoire sociale, intellectuelle et politique qui est finement retracé, illustré par une analyse des archives de La Vie nouvelle, groupe chrétien tiers-mondiste pour le ralliement des chrétiens au marxisme, et du bulletin du Gimoi (groupe d’information sur Madagascar et l’océan Indien), publié par des coopérants ou d’anciens coopérants très engagés politiquement au début des années 1990. Faranirina Rajoanah s’intéresse aux volontaires protestants à Madagascar, affectés dans les églises, principalement en tant qu’enseignants. Elle souligne la modestie de leurs conditions de vie, l’expérience de l’altérité, la difficulté à se positionner tant par rapport aux autres coopérants que par rapport aux institutions protestantes. Étudiant les coopérants dans l’enseignement secondaire en Haute-Volta, dans les années 1960 et au début des années 1970, Honoré Ouedraogo rappelle que le pays comptait en 1962 seulement deux professeurs nationaux licenciés et que tous les autres, plus de quatre-vingts, étaient étrangers. Il montre que les coopérants ont eu un rôle essentiel dans l’extension de l’éducation, tant publique que religieuse, assumant, sans moyens pédagogiques, et souvent sans guère de formation, une présence dans le monde rural, avant le recrutement progressif, à partir de 1972, de Voltaïques formés à l’École normale supérieure de Ouagadougou. Céline Labrune-Badiane explore la question des coopérants antillais et guyanais au Sénégal, pour qui la question des engagements dans la coopération intègre, à des degrés variables, une question identitaire, qui se pose à eux en pratique à travers le regard de leurs collègues mais aussi des Sénégalais. L’ouvrage s’achève par un contrepoint original sur les coopérants soviétiques en Afrique, leurs perceptions des régimes politiques africains et de leur propre coopération, leurs expériences du monde occidental, qu’ils découvrent par un petit bout très spécifique.

4À travers ces différents coups de projecteur qui mettent l’accent sur le secteur de l’enseignement et le volontariat, cet ouvrage questionne le cliché des coopérants comme instruments de rapports néo coloniaux et cherchant seulement « à faire du Franc CFA ». Il donne une image assez nuancée de la coopération, avec des acteurs variés, plutôt engagés et réfléchis, pris dans les débats intellectuels du moment et les contradictions de leurs positions. Inégal dans son contenu, souffrant de lacunes éditoriales regrettables (erreurs de signe dans quelques tableaux, bibliographies incomplètes), cet ouvrage montre tout l’intérêt qu’il y a à poursuivre les recherches pour construire une histoire sociale de la coopération, entre archives et entretiens, histoire dont il est un premier jalon et qui gagnerait sans doute à donner plus de poids aux entretiens avec les anciens coopérants et leurs interlocuteurs nationaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Lavigne Delville, « Goerg Odile, Raison-Jourde Françoise (coordonné par), 2012, Les Coopérants en Afrique. Portrait de groupe (années 1950-1990) », Journal des africanistes, 85-1/2 | 2015, 445-447.

Référence électronique

Philippe Lavigne Delville, « Goerg Odile, Raison-Jourde Françoise (coordonné par), 2012, Les Coopérants en Afrique. Portrait de groupe (années 1950-1990) », Journal des africanistes [En ligne], 85-1/2 | 2015, mis en ligne le 07 juillet 2016, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4674

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org