Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Goerg Odile, 2015, Fantômas sous les tropiques. Aller au cinéma en Afrique coloniale

Paris, Vendémiaire
Philippe David
p. 444-445
Référence(s) :

Goerg Odile, 2015, Fantômas sous les tropiques. Aller au cinéma en Afrique coloniale, Paris, Vendémiaire, 287 p.

Texte intégral

1Sous un titre un peu accrocheur, Odile Goerg, déjà spécialiste des « fêtes urbaines » et du « cinéma et de la censure en AOF », reprend ici, sous une forme plus élaborée et géographiquement plus élargie, l’histoire de la pénétration, de l’expansion en période coloniale et de l’ancrage définitif du cinéma sur le continent africain, avec tous les effets politiques, juridiques, psychologiques et culturels que le septième art y a inévitablement suscités. À une bibliographie particulièrement abondante, s’ajoutent de multiples entretiens personnels, et la précision de sa recherche nous vaut par exemple jusqu’à la liste des films projetés au Soudan (futur Mali) en 1936 (p. 261-263).

2L’histoire du cinéma à partir des années 1920 jusqu’aux indépendances est très difficile à raconter à des rythmes différents, dans des contextes politiques et juridiques non comparables et dans des territoires coloniaux très divers, de Dakar jusqu’au Congo belge, à Zanzibar et même à Maurice (p. 123). Un récit véritablement chronologique de l’extension du phénomène dans un ensemble aussi vaste était impossible. C’est dès lors imposée l’étude inévitablement répétitive, parfois désordonnée, de thèmes souvent difficiles à comparer de ville à ville et de pays à pays, qu’il s’agisse du rôle des premiers introducteurs, de leurs procédés marchands et publicitaires, de leurs politiques de programmation, des aménagements techniques et architecturaux progressifs des espaces de projection, des effets sur les différentes catégories de public et, surtout, des opérations intermittentes de contrôle et de censure.

3Les analyses les plus finement documentées concernent la Guinée, le Sénégal, la Côte d’Ivoire et le Togo, les relations initiales entre le music-hall et le cinéma muet puis parlant, et la politique des tarifs et des programmes à la lumière notamment de la concurrence, en AOF, des deux réseaux SECMA et COMACICO (p. 32). Insidieux et toujours gagnant en définitive, le cinéma colonial est surtout et toujours examiné en fonction de l’attitude des autorités globalement inquiètes et, le cas échéant, répressives, en dépit de la difficulté de lui appliquer des définitions juridiques solides (p. 91-92).

4On appréciera l’étude successive des comportements, très différents, des femmes, d’abord peu nombreuses, des adolescents et même des délinquants, ainsi que des réactions respectives des missions catholiques (notamment au Congo belge), des milieux islamiques parfois franchement hostiles, des politiciens du Nigeria ou des publics aisés français, anglais ou libanais (ces derniers plus sensibles aux films égyptiens produits à partir de 1932 ; p. 74).

5Domine en tout cas, surtout en AOF-AEF, l’inquiétude permanente des autorités, d’abord quant à la sécurité et à la salubrité des espaces consacrés aux projections, avant même qu’ils ne soient tous devenus de véritables salles ; ensuite, quant à l’impact des projections sur des foules indigènes a priori considérées comme incultes, fragiles, prêtes à tout avaler sans comprendre, avant tout passionnées de Tarzan et de westerns, puis progressivement éveillées et donc capables de moquerie, de critique et bientôt de contestation politique (p. 151-152). À cette vigilance, poussée parfois jusqu’à l’obsession, Odile Goerg est très sensible. Elle s’attache à détailler toutes les péripéties d’une surveillance coloniale aussi velléitaire et irrégulière que malhabile et, somme toute, inefficace : en 1950, les salles de cinéma sur le continent africain avoisinent les 2 200 (p. 130). Le septième art a déjà triomphé, avant même l’arrivée d’une première génération de films africains. Les salles obscures sont même devenues ici et là, à Dakar, Conakry, Labé, Gagnoa et Treichville, les berceaux de l’action politique. C’est dans la salle Comacico de Treichville que le RDA d’Houphouët-Boigny tient ses premières réunions avant la répression de 1949 et l’on rappelle, bien sûr, le fameux incident du 13 décembre 1938, lorsque le vétérinaire sénégalais Birago Diop, au cinéma du Buffet de la gare de Bamako, s’offre le plaisir de lancer à un Blanc rouspéteur : « Les nègres, ils t’emmerdent ! » (p. 40-41). Un peu désordonné, très fractionné mais foisonnant, cet ouvrage, pionnier dans un domaine jusqu’alors négligé, s’impose à toute recherche complémentaire ultérieure.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe David, « Goerg Odile, 2015, Fantômas sous les tropiques. Aller au cinéma en Afrique coloniale », Journal des africanistes, 85-1/2 | 2015, 444-445.

Référence électronique

Philippe David, « Goerg Odile, 2015, Fantômas sous les tropiques. Aller au cinéma en Afrique coloniale », Journal des africanistes [En ligne], 85-1/2 | 2015, mis en ligne le 07 juillet 2016, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4672

Haut de page

Auteur

Philippe David

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org