Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Bouttiaux Anne-Marie (éd.), 2013, La Dynamique des masques en Afrique occidentale. Dynamics of masks in West Africa

Tervuren, Royal Museum for Central Africa
Christian Dupuy
p. 434-437
Référence(s) :

Bouttiaux Anne-Marie (éd.), 2013, La Dynamique des masques en Afrique occidentale. Dynamics of masks in West Africa, Tervuren, Royal Museum for Central Africa, 213 p., « Studies in social sciences and humanities » 176.

Texte intégral

1Les masques sont des êtres « animés, dotés d’une personnalité, de comportements spécifiques, de parole parfois et de mouvement pratiquement toujours » (p. 9). Les libérer du « statisme mortifère » dans lequel les enferment les musées, telle est la mission que s’assigne Bouttiaux dans ce livre. Elle satisfait à cet objectif en présentant, d’une part, les résultats de ses recherches chez les Guro au centre de la Côte d’Ivoire et, d’autre part, en sollicitant les contributions de huit ethnologues qui se sont intéressés respectivement aux masques des Minyanka dans le sud du Mali (Jespers), des Bedik au Sénégal oriental (Ferry), des We à l’ouest de la Côte d’Ivoire (Guiblehon), des Bobo au Burkina Faso (Le Moal), des Yoruba et des Fon de la ville d’Ouidah au Bénin méridional (Noret), de différents groupes évoluant en Guinée (Lamp), d’autres groupes présents au nord-est de la Côte d’Ivoire (Arnaut) et d’autres encore au Ghana (Poppi). Bouttiaux synthétise les apports de ces diverses études dans une introduction bien développée et bien structurée, rédigée en français et en anglais par ses soins. Plusieurs auteurs soulignent la difficulté qu’il y a à rendre compte par écrit de manière exhaustive des phénomènes sociaux en rapport avec les masques, tant est grande leur complexité. Et ne suffisent pas à combler ces inéluctables lacunes, les 79 photos prises au cours de performances et la quinzaine de dessins croqués en ces circonstances, rassemblés dans ce bel ouvrage de format A4. Les descriptions des contextes dans lesquels sont appréhendés ces masques de l’Afrique de l’Ouest, n’en demeurent pas moins riches d’enseignements.

2Par-delà la diversité des situations, les masques sont des réceptacles d’entités surnaturelles dans lesquels s’incarnent les esprits de la nature, les âmes des morts, plus exceptionnellement quelques parcelles d’énergie divine, parfois un agrégat de ces diverses puissances invisibles. Leur participation aux initiations, aux cycles des saisons, aux funérailles, aux commémorations d’ancêtres, vise à préserver ou à rétablir l’ordre social ; leur intervention, en d’autres circonstances, à mettre fin aux fléaux qui menacent les hommes : maladies, épidémies, sècheresses, conflits, sorcellerie… Il existe en Afrique de l’Ouest des masques dits « auditifs » que l’on ne voit pas et qui se manifestent uniquement par les sons d’instruments à vent, à friction ou à percussion, ou bien par des voix humaines modifiées au moyen de mirlitons. Les masques « visuels », plus communs, se produisent seuls ou par familles, de jour ou de nuit, en public ou devant des initiés. Les matériaux utilisés pour dissimuler les têtes et les corps de leurs porteurs sont diversifiés ; ils consistent en feuilles, fibres, écorces, bois, tissus, piquants, plumes, peaux d’animaux, crânes, cornes, coquilles, objets de récupération… Certaines confections relèvent de codes plutôt bien établis. D’autres sont une source permanente de créativité, à l’instar du masque Bedu sculpté et peint de multiples façons, dans la région de Bondoukou, en Côte d’Ivoire (p. 149). Une communauté peut détenir une famille de masques spécifiques tandis que, par ailleurs, plusieurs groupes aux appartenances sociolinguistiques distinctes peuvent utiliser un même masque dans un même but. Les masques à usage répété sont parfois revitalisés avant leur performance par le biais de manipulations magiques impliquant, entre autres gestes, des libations et des sacrifices sanglants. Musique et chants annoncent souvent la sortie des masques, puis les accompagnent dans leurs animations. Ces mises en scène visent à témoigner de la vigueur des principes spirituels qui les habitent. Leurs interventions suscitent chez les spectateurs un large éventail d’émotions : délassement, réjouissance, fascination, et jusqu’à de l’effroi, chez les non-initiés et les femmes, à l’approche des masques « auditifs ».

3Bouttiaux (p. 122) remarque que plus les masques sont sacrés, moins les femmes y ont accès, du moins tant qu’elles sont en âge de procréer. Une parenthèse s’impose à ce sujet. Il est troublant de constater que cette mise à l’écart de la gent féminine s’observe chaque fois que les hommes convoquent les esprits. Il en va pareillement devant les fours métallurgiques de réduction des minerais de fer pour que réussisse l’alchimie mystérieuse conduisant à la production d’éponges métalliques, lors des cérémonies d’ouverture de la chasse au gros gibier pour garantir le succès de cette entreprise risquée, et dans de nombreuses autres situations… Cette exclusion physique des femmes, là où les hommes s’adonnent à leurs rites propitiatoires, ne se limite pas à l’Afrique de l’Ouest. De nombreux travaux anthropologiques et historiques montrent combien ce phénomène est récurrent en Afrique, hors d’Afrique et à travers les siècles. Sa prégnance s’explique par les pouvoirs occultes que les femmes sont supposées détenir et dont les menstruations, gestations, accouchements, allaitements, manifesteraient l’existence. Ces pouvoirs, hors de contrôle des hommes, conduisent ces derniers à penser que les femmes sont plus expertes qu’eux dans le domaine de la sorcellerie et, par-là, qu’elles sont en mesure de perturber l’équilibre terrestre en influant négativement sur les puissances invisibles sensées gouverner le monde avec qui les hommes se considèrent comme les seuls autorisés à dialoguer. Se sentant de fait menacés dans leur prérogative et craignant que leurs desseins spirituels ne soient contrariés, ceux-ci éloignent les femmes de leurs rituels religieux, en élaborant des mythes les dissuadant d’y participer. Les informations recueillies par Bouttiaux s’accordent plutôt bien avec cette explication générale (p. 17 et p. 19) : « Dans cet environnement […] où le surnaturel et les contacts avec les esprits sont en jeu […], les hommes donnent l’impression d’être sur leurs gardes. Il n’est pas rare d’entendre relater des mythes relatifs aux premiers contacts avec les masques dans lesquels les femmes détiennent le privilège de la communication avec les entités qu’ils incarnent […]. Les Guro ont poussé à l’extrême l’antagonisme des genres en relation avec leurs masques, et cela, tout en admettant implicitement à quel point cette manière d’écarter les femmes de leurs manifestations relève d’une crainte de les voir (re)prendre ce pouvoir de domination. Les mythes racontent souvent que c’est l’atavique curiosité féminine et leur incapacité à garder un secret qui leur ont fait perdre cette précieuse emprise sur les autres que représente la communication avec les esprits de la nature et les contrats passés avec eux pour bénéficier de leur puissance. »

4Un autre aspect de ce livre mérite d’être souligné : l’adaptation des masques aux transformations de la société. Ainsi, au nord-ouest du Ghana, ceux qui, dans un passé récent, étaient réputés pour leur invulnérabilité aux combats, sont dévolus de nos jours à la lutte contre la sorcellerie (p. 185). Le masque koui en pays we dont les apparitions visaient et visent encore au maintien de l’ordre cosmique et de l’ordre social, a désormais pour fonction supplémentaire la gestion des angoisses existentielles, des compétences politiques et des réconciliations (p. 111).

5Ces quelques lignes ne sauraient rendre compte des multiples tenants et aboutissants de la vie des masques restituée avec un grand souci des détails dans cet ouvrage. À ressorts multiples, rebondissements incessants. Depuis les enquêtes menées sur le terrain par Bouttiaux et ses collègues, de nouvelles cérémonies ont probablement vu le jour et se sont greffées aux rituels préexistants pour répondre aux évolutions, soubresauts et tourments de la société ouest-africaine d’aujourd’hui. Ce volume d’ethnographie comparée, eu égard à son objet d’étude – « la dynamique des masques » –, recouvre déjà une portée historique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Dupuy, « Bouttiaux Anne-Marie (éd.), 2013, La Dynamique des masques en Afrique occidentale. Dynamics of masks in West Africa », Journal des africanistes, 85-1/2 | 2015, 434-437.

Référence électronique

Christian Dupuy, « Bouttiaux Anne-Marie (éd.), 2013, La Dynamique des masques en Afrique occidentale. Dynamics of masks in West Africa », Journal des africanistes [En ligne], 85-1/2 | 2015, mis en ligne le 07 juillet 2016, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4665

Haut de page

Auteur

Christian Dupuy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org