Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Alpern Stanley B., 2014 [Hurst 1998], Les Amazones de la Sparte noire. Les femmes guerrières de l’ancien royaume du Dahomey

(trad. Christiane Owusu-Sarpong), Paris, L’Harmattan
Philippe David
p. 434
Référence(s) :

Alpern Stanley B., 2014 [Hurst 1998], Les Amazones de la Sparte noire. Les femmes guerrières de l’ancien royaume du Dahomey (trad. Christiane Owusu-Sarpong), Paris, L’Harmattan, 334 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage passionnant n’est pas le premier consacré aux amazones (ni le dernier, car on en annonce déjà d’autres) mais il est certainement le plus exhaustif, poussé jusque dans les moindres détails, avec pas moins de 14 pages d’une bibliographie essentiellement anglaise (sauf pour la toute dernière période de la conquête), 50 pages de notes et 37 pages de précieuses cartes et illustrations en noir et blanc.

2Si les véritables origines des amazones (peut-être chasseuses d’éléphants) demeurent malgré tout incertaines, leur existence est abondamment attestée à partir du roi d’Abomey Ghezo intronisé en 1818. On est même étonné du grand nombre de voyageurs européens de toutes qualités qui les ont décrites, témoins de passage plus ou moins brefs, plus ou moins précis, parfois contradictoires, des festivités d’Abomey, mais jamais résidents à demeure. Les missionnaires Bowen et Townsend furent, en 1851, les premiers à observer (et même à assister en armement !) les amazones au combat, lors de l’assaut lancé par les Danhomenou contre la ville yoruba d’Abeokuta.

3On nous décrit donc ici, avec une extrême richesse de détails, leurs costumes et leurs parures, leur armement, leurs effectifs supposés, leurs défilés, leurs casernements, leur formation, leurs traditions et leur esprit de corps, leur alimentation, leur art de la guerre, leurs hiérarchies, leurs carrières et leurs récompenses. La traductrice crée même (ou reprend) plusieurs substantifs féminins adaptés à leurs fonctions : artilleuses, archères, baïonnetteresses et eunuquesses !

4L’auteur, américain, est évidemment moins à l’aise et plus rapide pour évoquer les deux guerres franco-dahoméennes qui ont abouti à l’occupation du pays en 1892, et surtout, avant ou après cette date, les séjours d’amazones vraies ou fausses, exhibées en Europe et aux États-Unis, et attestés eux aussi par une iconographie abondante mais ici absente.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe David, « Alpern Stanley B., 2014 [Hurst 1998], Les Amazones de la Sparte noire. Les femmes guerrières de l’ancien royaume du Dahomey », Journal des africanistes, 85-1/2 | 2015, 434.

Référence électronique

Philippe David, « Alpern Stanley B., 2014 [Hurst 1998], Les Amazones de la Sparte noire. Les femmes guerrières de l’ancien royaume du Dahomey », Journal des africanistes [En ligne], 85-1/2 | 2015, mis en ligne le 07 juillet 2016, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4663

Haut de page

Auteur

Philippe David

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org