Navigation – Plan du site
Mélanges
In memoriam

Document sans titre

Nadine Decourt, Oger Kabore, Praline Gay-Para et Michèle Chiche
p. 397-423

Texte intégral

1Geneviève Calame-Griaule - (1924-2013)

Hommage à Geneviève Calame-Griaule

  • 1 Voir : web/revues/home/prescript/article/jafr_0399-0346_2001_num_71_1_1246) : « Avec Germaine en pa (...)

2De ce premier contact avec le pays dogon, j’ai contracté comme un virus qui ne m’a plus quittée l’amour du terrain, la passion de la recherche et des contacts humains qu’elle procure. Je dois cela à mon père, mais toute l’équipe était animée de la même flamme.
écrit Geneviève Calame-Griaule dans un article d’hommage à Germaine Dieterlen publié dans le Journal des africanistes. (2001 : 501)

3Geneviève nous a quittés à son tour, mais nous avons la chance de disposer de nombreux écrits où il est possible de renouer une conversation comme dans l’intimité d’une confidence.

4De Geneviève Calame-Griaule, je retiendrai d’abord l’histoire d’un parcours qui a pris à mes yeux, au fil des années, valeur exemplaire, tandis que mes propres travaux de recherche me menaient au plus près de paroles traditionnelles transplantées : paroles de femmes issues de l’immigration maghrébine relayées par des conteurs qui ont contribué à faire renaître une oralité quasi disparue des grands centres urbains. Maintes fois lus et relus, certains passages ont guidé mes pas dans la longue émergence d’un renouveau du conte en France et ailleurs dont Geneviève Calame-Griaule a accepté d’être la figure tutélaire, lors du colloque éponyme (21-24 février 1989, Paris). Ainsi a-t-elle dessiné les contours d’un domaine qui conjugue tant la matière des contes populaires et genres apparentés que la manière (style oral, art de conter). Elle a su en faire une discipline à part entière, à travers la revue des Cahiers de littérature orale, les si précieux CLO aujourd’hui mis en ligne (http://clo.revues.org). Pourtant le numéro sur les nouvelles pratiques de contes, pour lequel j’avais été sollicitée au sein du comité de rédaction, n’a pu voir le jour comme nous le souhaitions. Le combat pour la promotion d’un art à la fois si ancien et si nouveau perdure, le monde de l’écrit rechigne encore à la reconnaissance d’un oxymore qui n’en finit pas de déranger, tressant la lettre et la voix, sans compter les intrications de ces dernières avec l’image. Les perspectives ouvertes par l’anthropologue spécialiste de la parole chez les Dogon n’en sont que plus importantes à explorer. Ce sont de féconds chemins à la mesure des circulations de la parole et des imaginaires que nous révèlent aujourd’hui tant d’artistes conteurs nouveaux nomades de la voix. Trois points seront ici mis en débat et dialogue : la place des conteurs, l’exercice joyeux de la comparaison, enfin la littérature orale elle-même comme terrain d’aventure : un chantier-école pour des chercheurs à venir ?

À l’écoute des conteurs

5Une des composantes essentielles du succès du colloque était la qualité du public… Un autre atout du succès, dont il est malheureusement impossible de rendre compte dans ces Actes, a été fourni par les veillées dans lesquelles conteurs professionnels ou amateurs ont prêté avec bonne grâce et simplicité leurs talents si divers au plaisir de tous. (1991 : 14)

6L’introduction des Actes dont Geneviève Calame-Griaule est l’éditrice souligne ainsi l’ambiance particulièrement chaleureuse et festive d’un colloque qui doit une bonne part de sa richesse à la présence mêlée de chercheurs, conteurs et autres passionnés de la parole. Alors au démarrage d’une thèse de Littérature comparée dont je soumettais les prémices à cette noble assemblée, j’allais être à jamais marquée par cette réussite, bien plus que je n’ai pu le croire alors. Je n’aurais de cesse de retrouver, de provoquer l’heuristique mélange, notamment avec les journées et soirées du colloque Littérature orale : paroles vivantes et mouvantes organisées à l’Université de Lyon sous le parrainage de l’association La Forêt des contes en Vocance (Martin, Decourt, 2003). À partir de 2001, des conteurs découverts à Paris, Mariette Vergne et Jean Porcherot, sont devenus mes partenaires de recherche dans le cadre d’un projet conduit au sein du GREMMO (CNRS, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon, 2001-2003). S’y sont ajoutées alors Melisjdane Sezer, Nora Aceval, Lila Khaled et Myriam Pellicane. Ces conteurs qui se proclament parfois de tradition contemporaine se sont avérés de merveilleux compagnons de route. Par-delà une thèse qui mettait en jeu le conte comme objet lien en situation interculturelle, il m’est vite devenu évident que je devais travailler avec eux. La littérature orale, dans ses développements hic et nunc, m’a donc obligée à aller sur le terrain, à passer de l’idée de médiation entre l’école et les familles (où s’enracinait ma pratique professionnelle) à une enquête ethnographique plus particulièrement attachée aux performances de mes partenaires. Il s’agissait de saisir des processus de transformation dans le vivant de la relation entre conteurs et auditoires, mais aussi à travers l’écoute de ce que j’appelais récit de conte, dans le droit fil de l’idée de corpus aux prises avec des histoires de vie. Le renouveau du conte, dès ses premiers instants, défiait les méthodologies classiques, celles passant par l’établissement d’ethnotextes dûment circonscrits dans la pratique de telle ou telle langue locale estimée suffisamment pure pour se prêter à la construction d’un objet d’étude scientifique réputé sûr. Or des conteurs, dits d’abord néoconteurs (qu’ils soient professionnels ou amateurs), héritiers pour certains de traditions venues d’ailleurs, venaient bouleverser les séparations admises par les ethnologues régionalistes comme par les anthropologues partis dans des terres lointaines. D’une certaine manière, la prise de risque académique pour moi n’était pas négociable. J’ai été mue et soutenue tant par l’exemple de ce colloque installé au cœur du Musée National des Arts et Traditions Populaires que par les encouragements constants de Camille Lacoste-Dujardin, plus proche des populations berbères et des contes que je commençais tout juste à collecter en région lyonnaise et que j’allais éditer bien plus tard en collaboration avec Naïma Louali-Raynal (1995).

7Geneviève Calame-Griaule, sur ses propres terrains, a toujours apporté une extrême attention à celles et ceux qui lui sont apparus comme des personnes-ressources de tout premier plan (enfants ou adultes), tels le conteur touareg Ahmaden Ag-Assala ou encore sa conteuse favorite, la vieille Taheera au mot fameux : « Si tu ne remues pas les bras, tes contes n’ont pas de goût » (CLO 50, 2001 : 25).

8J’ai pu mesurer petit à petit, comme en écho, la chance formidable qui était la mienne de travailler avec des conteuses et conteurs qui ne cessaient de mettre leurs répertoires à l’épreuve des publics les plus variés, de partager au quotidien leurs observations, leurs réflexions, leurs interrogations. Ainsi ai-je pu vivre deux missions, l’une au Maroc (Oujda, 2002), l’autre au Brésil (Recife, Fortaleza, 2007), avec Melisjdane Sezer (conteuse danseuse libano-turque d’adoption grenobloise, citoyenne du monde, pour reprendre ses mots). Bien d’autres moments, à Lyon, Grenoble, Saint-Étienne, Paris, Annonay, ont été décisifs. La notion de démarche expérimentale s’est imposée comme une tranquille évidence (CLO 64-65, 2008 : 231-239). Suivant régulièrement Jean Porcherot dans ses ateliers contes avec des élèves d’école primaire ou de collège, je suis irréversiblement entrée dans une oralité vivante, infixée, qui m’a un temps séparée de mes collègues comparatistes, mais rapprochée d’anthropologues à la recherche de nouvelles pratiques, de nouveaux terrains, de nouveaux enjeux (Abélès, Ghasarian, Laplantine, Leservoisier et Vidal).

9De comparatiste, je suis devenue anthropologue aussi, en soutenant une double Habilitation à Diriger des Recherches (Dossier : La littérature orale comme paradigme de la variance, juin 2003). C’est avec des étudiants très tôt intéressés par le récit oral, les nouvelles technologies aidant, que l’article dans lequel Geneviève (ainsi l’appelions-nous entre nous avec respect) ouvre des pistes pionnières autour de la gestualité du conteur, « Ce qui donne du goût au contes » (Littératures 45, 1982 : 45-60), allait s’avérer très utile. De travaux pratiques en travaux pratiques, nous en sommes venus à quelques-uns (étudiants, chercheurs, conteurs, réalisateurs), à élaborer un site prototype, Collectifconte, en partenariat avec Gérald Foliot (Ressources Informatiques) et Christian Dury (Pôle Image Animée) à l’ISH de Lyon. À l’heure du numérique, le conte, telle était notre hypothèse de recherche, offre les possibilités d’une expérimentation inédite des processus de variation, dans l’étayage entre lien (parole traditionnelle) et hyperlien (écriture numérique), – voir l’article de Jeanne Drouet, 2010 : « Collectifconte : un contexte numérique pour l’étude de la variation2 ». Le site s’ouvre à présent à d’autres projets. Nous voici pleinement engagés dans une approche créative de corpus en images et en sons.

L’exercice lucide et joyeux de la comparaison

10Il se trouve cependant que la récurrence obstinée de certains éléments ou motifs dans des contextes narratifs de structure comparable amène à se demander si on ne pourrait pas, même à la limite, en l’absence d’informations précises sur leur signifi dans tous les contextes, poser l’hypothèse d’une certaine permanence de signifi à travers des contextes culturels différents, hypothèse qui ne devrait être, bien entendu, que le prélude à de nouvelles enquêtes destinées à en vérifi le bienfondé au plan ethnologique.

11Cette longue phrase, dans la prudence même de son énonciation, m’a servi à maintes reprises de planche de salut. Elle est extraite d’un recueil d’articles réunis sous le titre Des Cauris au Marché (1987 : 13-14), dont « Blanche-Neige au soleil ». J’y puisais comme une autorisation à faire pleinement confiance à la comparaison pour entrer dans la connaissance subtile d’une culture, quand bien même l’on serait encore ignorant du contexte. Ainsi ai-je osé m’atteler à un corpus berbère dont je ne maîtrisais pas les langues-sources, à prendre le temps de rencontrer enfin Naïma Louali-Raynal, linguiste hélas disparue qui m’a accompagnée dans cette gageure d’éditer des corpus en migration. C’est une leçon de méthode que j’ai essayé, à l’exemple de Suzy Platiel, de mettre en pratique avec des enseignants (Decourt, Raynaud, 1999) : laisser venir les questions, les transformer en hypothèses, miser sur le temps, mais aussi le hasard pour débusquer d’éventuels éléments de réponse, faire usage d’humilité et de sérendipité. Ainsi le comparatisme est-il pratique transfrontalière qui aide à embrasser du mieux qu’on peut les mouvances du même et de l’autre, à jouer avec les possibles narratifs de l’humanité. Je conserve un souvenir ému du numéro 61 des CLO auquel j’ai participé sous la houlette de Geneviève : La ronde des éléments (2007) – un grand moment de plaisir partagé autour d’un thème qui lui tenait particulièrement à cœur : les quatre éléments constitutifs de l’univers (terre, air, eau et feu) et leurs infinies variations cosmogoniques.

La littérature orale ou l’éloge de l’interdisciplinarité

12Une étude d’ensemble devrait tenir compte de quatre « pôles » principaux à ne jamais perdre de vue : le texte (ou « message »), le contexte, l’agent transmetteur et la langue.

13Ici un tout petit schéma vient illustrer le propos (CLO 50 : 19). Il clôturera cet hommage, tant il a pris place dans ma vie d’enseignant-chercheur exposée à des interventions tous azimuts (recherche, formation). Comment dynamiter plus simplement les visions réductrices les plus incrustées (le conte est encore trop souvent confiné dans le monde de la petite enfance et de l’écrit) ? Geneviève Calame-Griaule, réfléchissant à son itinéraire d’ethnolinguiste, nous invite à une modélisation dont tous les pôles pourraient s’écrire au pluriel. Il nous faut, dit-elle, accorder autant de place au contexte qu’au texte. Il s’agit d’entrer dans une vision symbolique dont seule la culture peut donner les clés (le conte transmet des modèles culturels). Ce faisant on étudiera de près les relations qui se tissent dans la circularité des pôles : les normes qui, reliées au contexte et à l’agent, déterminent les règles sociales d’usage ; les codes qui, entre contexte et langue, fixent les modalités de la performance et définissent les genres ; les procédés littéraires qui, en relation étroite avec la langue, donnent au texte ses qualités esthétiques ; enfin le style oral, plus particulièrement lié à tel agent, aux ressources d’un corps, d’une voix, d’une expérience de vie. Par-delà l’ethnolinguistique, j’ai maintes fois tenté de transformer ces considérations méthodologiques en une cartographie étoilée où les disciplines, les écoles, leurs auteurs peuvent entrer dans la danse, – chorégraphie sans fin, à l’image des entrelacs passés, présents et même à venir, car de nouvelles recherches se profilent dans des contextes en mutation. En voici, pour exprimer toute ma gratitude à celle qui en a conçu la dynamique, comme une esquisse que chacun pourra lier et délier à loisir…

14Nadine Decourt

Geneviève Calame-Griaule, une femme au cœur d’or !

15J’ai connu Geneviève Calame-Griaule en 1973 lorsque je suis arrivé à Paris pour préparer une maîtrise en lettres modernes. J’avais entendu parler d’elle et de son séminaire sur la littérature orale par notre professeur de l’époque, Bakary Coulibaly, qui nous enseignait la même matière au Centre National d’Enseignement Supérieur (CESUP), embryon de ce qui devait devenir par la suite l’Université de Ouagadougou. Mais, des circonstances imprévues m’ayant contraint à repartir au pays, je ne pus m’inscrire à son séminaire cette année-là.

L’artisan de mon succès

16Ce n’est que plus tard, en 1981, que, après avoir achevé une maîtrise en lettres modernes à l’Université de Strasbourg, mon désir de travailler sur ma culture traditionnelle me ramena auprès de Geneviève Calame-Griaule pour préparer un DEA, puis un Doctorat de 3e cycle en ethnolinguistique. Formé par elle, j’étais sûr que la voie me serait ouverte pour des recherches passionnantes sur les cultures de mon pays, le Burkina Faso. Comme je l’ai précisé dans l’ouvrage issu de ma thèse (préparée et soutenue sous sa direction en 1986), qu’elle a accepté de préfacer :

Si le présent travail a vu le jour, c’est surtout grâce à Mme Geneviève Calame-Griaule qui a accepté de guider mes pas incertains dans la recherche sur la tradition et la littérature orales. Tournant résolument le dos aux méthodes dictatoriales, elle a suivi mes travaux avec une patience et une sagesse qui inspirent le respect. Sa disponibilité, sa souplesse et son ouverture d’esprit ont grandement joué dans l’accomplissement de ce travail. Comprenant les problèmes que vivent les étudiants africains en France, elle m’a souvent aidé à résoudre bon nombre de difficultés administratives. J’ai également bénéficié auprès d’elle d’une attention et d’une bienveillance presque maternelle au cours de ma formation et de mes recherches. Les mots me manquent pour lui exprimer ici toute ma reconnaissance.

17Je lui dois énormément comme certaines lignes de cette préface le confirment, lorsqu’elle écrit à mon propos : « Son honnêteté, son enthousiasme et son respect pour sa culture sont manifestes dans ce travail… » Outre l’encouragement que me procurait cette reconnaissance de mes efforts, l’efficacité de sa direction et le suivi de mes travaux à distance m’ont été précieux.

18Je ne citerai qu’un exemple. Lorsque, en dépit de son intervention auprès des autorités en place, je dus rentrer au pays avant d’avoir pu soutenir ma thèse, c’est à distance, malgré les incommodités dues à l’éloignement et aux correspondances, qu’elle a continué de suivre et de corriger mes travaux. Ce qui m’a permis de revenir à Paris un an après pour soutenir ma thèse.

De l’étudiant au disciple

19J’avais beaucoup d’admiration pour cette pédagogue exceptionnelle et pleine d’humanisme. Elle aimait s’occuper des autres, être à l’écoute de ses étudiants comme de ses collègues de travail et de recherches ; elle avait une énergie incroyable et, malgré ses nombreuses occupations, elle restait toujours disponible pour ses étudiants qu’elle enseignait et encadrait avec bienveillance. Ses enseignements ont marqué tous ceux qui ont suivi ses séminaires sur la littérature orale. Attentive, elle savait les encourager. Tolérante, elle ne manquait jamais de reconnaître les qualités d’un travail bien fait. Ainsi, lors de mon exposé sur Les noms de chiens chez les Moose pour l’obtention de mon DEA en ethnolinguistique avec Serge Sauvageot, ses félicitations me comblèrent. De même, lors de ma soutenance de thèse, en 1985, elle me félicita pour la qualité de la présentation de mon travail devant le jury.

20Et c’est encore elle qui proposa ma thèse au jury du concours de thèses des Éditions L’Harmattan qui, à l’unanimité, a décerné le premier prix à ce travail en 1986. Cette Maison qui éditait les thèses africaines primées publia donc mon travail sous le titre Les oiseaux s’ébattent, chansons enfantines au Burkina Faso (Kaboré 1993), avec une belle préface de Geneviève Calame-Griaule. J’étais comblé !

21Autant de faits qui m’ont convaincu que cette femme avait une conception philosophique particulière de la vie et de la dynamique positive qui devrait toujours régir les relations humaines. Elle m’a fait découvrir des valeurs jusque-là insoupçonnées que recèle ma propre culture, et cela a influencé le cours de mes recherches une fois rentré au pays. Ainsi, après avoir été son étudiant, je suis devenu son disciple.

Humilité et simplicité

22Geneviève Calame-Griaule était une grande dame d’une humilité et d’une simplicité étonnantes. Par exemple, comme probablement avec d’autres étudiants qu’elle a dirigés, nous avons entretenu des relations cordiales après la soutenance de ma thèse. Souvent, lorsque je venais à Paris, j’eus le privilège d’être invité à déjeuner à son domicile, et c’était chaque fois l’occasion d’échanger aussi bien sur des thèmes de recherche ainsi que sur des sujets d’actualité ou encore sur l’évolution de nos états africains.

23Je me suis toujours étonné de l’extrême modestie de cette dame pourtant bien reconnue dans le monde scientifique. En toute simplicité, sans condescendance ni paternalisme, elle s’intéressait à l’apprenti-chercheur africain que j’étais ; appréciait-elle chez moi les valeurs humaines d’entraide et de solidarité bien connues chez tous les Africains, ces valeurs universelles, ontologiquement liées à l’homme, pour ne pas dire à l’espèce humaine, dans ses rapports avec ses semblables

Une collaboration scientifique fructueuse

24Après ma thèse, entre le disciple et le maître s’est instaurée une collaboration scientifique, même si celle-ci avait un caractère occasionnel ; Geneviève a eu parfois recours à mes modestes compétences : ainsi, son invitation à venir présenter une communication au Colloque international sur le thème du renouveau du conte. Ce fut pour moi une expérience très enrichissante que de pouvoir échanger avec toutes ces personnes venues de plusieurs pays, du globe, passionnées de littérature orale et en particulier du conte (cf. Communication publiée dans les actes du Colloque sous le titre Les contes du Larhallé, une cure d’édification spirituelle, 1991). Elle me demanda aussi de faire un article qui me permit d’approfondir mes recherches sur la conception africaine de la parole, sujet qui lui était si cher (cf. Paroles de femmes, dans le Journal des africanistes, tome 57, 1987).

25Par ailleurs, je m’en voudrais de ne pas mentionner l’aide essentielle qu’elle m’a apportée tant par ses indications bibliographiques et ses recommandations de lecture que par les tirés à part de ses publications dont elle m’a fait profiter. Tout naturellement, je m’en suis inspiré pour mes propres recherches comme pour mes interventions. Et je tiens à préciser que ses séminaires et ses publications m’ont énormément aidé à écrire mes articles et, surtout, à élaborer, dans mon pays, mes cours sur la tradition orale, la littérature orale, l’ethnolinguistique et l’ethnomusicologie. C’est, en effet, grâce à sa formation que mes cours ont reçu un bon accueil auprès de nombreuses promotions d’étudiants de différentes Universités du pays et de certains centres de formation.

Un maître initiateur charismatique

26Avec son charisme et sous sa direction scientifique éclairée, de nombreux chercheurs et les membres de son équipe spécialisés dans les recherches en littérature orale ont réalisé, soit dans le cadre de programmes communs, soit à titre personnel, des travaux de qualités exceptionnelles : séminaires, conférences, ateliers, colloques, et nombreuses publications dans différentes collections et revues telles, entre autres, les Classiques africains en édition bilingue ou les Cahiers de littérature orale (dont Geneviève fut l’un des artisans).

27Et, grâce à ces nombreux travaux qui constituent un apport capital et une contribution remarquable à l’enrichissement des connaissances sur les sociétés traditionnelles africaines et sur leurs littératures orales, on peut dire que les cultures africaines ont connu avec elle et ses disciples leurs lettres de noblesse. Et cela d’autant que la plupart de ces travaux ont été traités avec une approche ethnolinguistique inspirée du remarquable ouvrage de Geneviève, Ethnologie et langage, la parole chez les Dogon (1965), qui était et demeure encore aujourd’hui pour beaucoup d’étudiants et de chercheurs confirmés un véritable bréviaire qui leur fournit les clés pour mieux appréhender et décrypter le fonctionnement de leurs propres sociétés

28Personnellement, j’ai été très impressionné par ses séminaires de littérature orale que j’ai suivis de 1981 à 1984. Elle savait instaurer une ambiance chaleureuse qui nous mettait tous à l’aise, nous amenant à partager nos expériences. Ce qui nous éclairait dans bien des domaines et élargissait notre vision de la culture africaine. Sa patience et sa douceur faisaient le reste. Ses recherches sur la parole m’ont d’autant plus séduit qu’elles m’ont ouvert la voie vers des découvertes étonnantes dans ma langue (le mooré) en rapport avec la culture et la vision du monde des Moose. Ce qui m’a conduit à inclure dans mes travaux de thèse un chapitre important consacré à la parole traditionnelle chez les Moose. Cette démarche m’a aussi permis de mieux étayer mes analyses sur les littératures orales et en particulier sur les chants d’enfants dans ma société. Et Geneviève qui avait bien apprécié ce travail a aussi été très intéressée en relevant des similitudes entre les deux cultures dogon et mooaga.

29En conclusion, je dois avouer mon incapacité à exposer de manière exhaustive tout ce que j’ai vécu et ressenti durant mes années à son contact. Car, en vérité, parler de Geneviève, c’est prendre le risque de rester bien en-deçà d’un propos qui se voudrait aussi complet que possible ; et les mots me manquent pour parvenir à cerner ne serait-ce que les traits les plus saillants de sa personnalité. Femme aux qualités humaines exceptionnelles, c’était un grand cœur, et c’est pourquoi sa générosité était sans bornes. Elle m’a donné le goût du travail bien fait et a contribué ainsi, sans le savoir, à me rendre utile à d’autres personnes autour de moi.

30Riche d’une vaste connaissance, Geneviève Calame-Griaule s’est mise au service des autres tout au long de sa vie. Les Africains qui l’ont connue, en particulier les Dogon, ne l’oublieront sans doute jamais. Il est certain qu’elle aimait l’Afrique et que, à sa manière, elle s’est employée à servir ce continent. Elle aura marqué son époque et laissé des traces indélébiles dans le milieu de la recherche, car son héritage scientifique est considérable. Les Graines de parole (1989) qu’elle a semées continueront de produire des fruits pour les générations actuelles et futures. Et comme on le dit en Afrique en général et chez nous les Moose en particulier lors des rituels de salutations funéraires, je souhaite que Dieu rafraîchisse la terre pour qu’elle s’y couche ! Puisse-t-elle trouver le repos mérité après avoir tant œuvré au profit de l’humanité ! Merci Geneviève !

31Oger Kabore

Poser Les Bonnes Questions

32« Ce que j’ai préféré dans ma carrière, ce sont mes étudiants. Ils étaient brillants. » Geneviève Calame-Griaule

33Tous ceux qui ont connu Geneviève Calame-Griaule ont entendu au moins une fois sa déclaration d’amour à son métier d’enseignante. Cette érudite généreuse avait placé la transmission en première place de sa longue et riche carrière de chercheuse.

34J’ai eu la chance de faire partie de ses étudiants. C’est David Cohen, qui m’avait conseillé de contacter Geneviève Calame-Griaule afin qu’elle codirige ma thèse sur un corpus de contes libanais : « Le séminaire de 3e cycle est consacré à l’Afrique de l’Ouest, mais vous pourrez y acquérir une méthodologie solide. » C’est grâce à ce conseil précieux que j’ai découvert en 1978, à l’Institut de Linguistique, rue des Bernardins dans le 5e arrondissement à Paris, un bateau ivre qui m’a emmenée tous les vendredis matin, pendant dix ans, à la rencontre du monde.

35Geneviève, nous accueillait dans son séminaire comme dans son jardin de Warluis, avec un sourire généreux et bienveillant. Le premier trimestre était consacré à des « cours ». Elle avait très rarement des documents dans la main. Lors de ces premières séances, elle abordait la méthode structuraliste, la mythologie, la vision du monde, la classification des paroles, des insectes, des plantes et la langue Dogon, soulignant le fil qui reliait tous ces aspects de manière incontournable. Puis elle abordait le domaine de la littérature orale. C’était une conteuse remarquable : son morceau de bravoure ; la création du monde chez les Dogon comme entrée en matière de la notion de parole. Passionnée et passionnante. Je l’entends encore s’excuser auprès des étudiants ou des chercheurs récidivistes « Vous avez déjà entendu ce récit mais je dois le raconter à ceux qui viennent d’arriver ». Pour moi, c’était chaque fois la première fois. Le reste de l’année, chacun à son tour, présentait au groupe un état des lieux de sa recherche. Au fil des échanges, nous nous forgions une méthodologie à partir de corpus divers venus de différentes cultures.

36Nous avons découvert la notion de parole chez les Sérères du Sénégal, le répertoire de comptines et de chansons des tout-petits chez les Mossi du Burkina Faso, les légendes du Perche, les contes de Lifou – Nouvelle Calédonie, les chants de dépossession au Malawi, les contes de la renarde chez les Gabra du Kenya, les récits facétieux de Roumanie, les proverbes du Zaïre, les noms de pagnes à Lomé… Nous sommes passés par le Bénin, le Mexique, la Mandchourie, les États Unis d’Amérique, Noirmoutier, et j’en oublie. Nous étions par ailleurs invités à suivre un cycle de conférences et d’échanges organisé par le Centre de Recherche sur l’Oralité qu’elle dirigeait, un mardi soir par mois. La carte du monde de l’oralité s’élargissait au fil des interventions.

37Dix années pour naviguer dans les multiples manières de dire le monde. S’il fallait retenir une seule phrase, LA devise de Geneviève : « Une bonne thèse est celle qui pose les bonnes questions. » Et en matière de questions, elle nous a si bien appris à nous en poser sans cesse, qu’il est difficile de s’arrêter.

38Un autre aspect de sa démarche m’avait profondément marquée. Quand elle abordait le sujet de la langue Dogon, elle ne mentionnait pas les locuteurs qu’elle avait rencontrés sur le terrain comme « informateurs » à l’instar de tant d’autres chercheurs. Elle se plaisait à préciser : « Les Dogon sont d’excellents linguistes. »

39Elle ne confinait pas la culture dans un passé immuable, elle l’abordait toujours d’un point de vue diachronique, tenant compte des évolutions, changements, bouleversements sociaux et historiques. Remettre en question les résultats des observations et des analyses. Ne jamais camper sur des certitudes.

40Geneviève nous a transmis sa passion, sa rigueur, son exigence. Elle a su tirer le meilleur de chacun d’entre nous. Elle nous a soutenus, encouragés, et écoutés. Son enthousiasme à l’égard de chaque projet nous donnait des ailes. En ce qui me concerne, je lui dois plus encore.

41L’année de mon DEA, j’ai failli arrêter ma recherche pour des raisons diverses. Il me restait un mois avant la date butoir et je n’avais pas rédigé une seule ligne. J’avais au cours du séminaire abordé la question de la mémoire et de l’oubli chez les conteurs que j’avais enregistrés au Liban. J’avais exposé quelques pistes de recherche, donné quelques exemples oralement. Un mois avant la date butoir, Geneviève fait une intervention aux Langues’O, si mes souvenirs sont bons, et cite mes prémisses de travail sur la question en précisant bien que c’était une thèse en cours. Je ne pouvais pas trahir cette confiance. J’ai non seulement terminé et soutenu mon DEA, mais je suis allée jusqu’au bout de ma thèse, grâce à elle.

42Pour la thèse, un défilé de questions certes, presque pas de réponses, mais arrive le moment d’écrire. Geneviève m’a renvoyé trois fois le premier chapitre. Elle corrigeait, je réécrivais. Elle recorrigeait, je recommençais. Ce n’était toujours pas lisible. Elle m’a invitée à déjeuner dans un restaurant chinois en bas de chez elle et là, elle a sorti mon chapitre raturé et annoté et a repris avec moi chaque phrase, chaque mot, chaque tournure… Ce jour-là, nous avons quitté le restaurant avec les balayures du patron. Nous venions de passer trois heures sur un chapitre, le premier que j’ai enfin réussi à rendre cohérent et lisible, grâce à elle. La ligne claire, la pensée organisée et exprimée avec les termes adéquats.

43C’est aussi grâce à elle que j’ai écrit mon premier petit article dans les Cahiers de littérature orale, modeste portrait des conteuses avec lesquelles j’avais constitué la majeure partie de mon corpus au Liban. Et comme les petits poissons peuvent parfois devenir grands pourvu qu’une bonne fée veille sur eux, j’ai dirigé un numéro de ces mêmes Cahiers sur le monde arabe quelques temps plus tard. C’est de cette confiance que je veux la remercier aujourd’hui.

44En 1981, elle m’a demandé de bien vouloir aller à sa place participer à un colloque. Comme si je pouvais la remplacer ! J’étais jeune et donc je croyais savoir beaucoup de choses. Ne réussissant pas à rendre mon intervention cohérente, j’ai raconté un conte facétieux misogyne et raciste à souhait pour poser la question (encore) des éléments d’humour rétrogrades dans certains contes. Rire généralisé. À cette occasion j’ai appris l’existence de conteurs professionnels.

45De fil en aiguille… Suite à cela, Bruno de la Salle m’a enregistrée pour la Criée aux contes sur France Culture. Muriel Bloch organisait un programme de conteurs pour l’ancêtre du Salon du livre de Montreuil. Elle m’a entendue à la radio… et… Je ne suis pas devenue chercheuse mais conteuse. Conteuse en recherche permanente. Grâce à elle.

46Et comment oublier, avant ma soutenance, ses mots d’or et de douceur, au jury : « Mesdames, Monsieur, avant de commencer, je voudrais juste vous dire que Praline a porté cette thèse comme on porte un enfant et qu’elle nous l’offre aujourd’hui comme un bouquet de fleurs. Je prendrai chacune de vos remarques à mon compte personnel. » Je ne pouvais plus parler tant mon émotion était forte. On n’a jamais vu une directrice de recherche soutenir ainsi l’un de ses étudiants. De l’or vingt-quatre carats. Geneviève, qui pouvait s’étendre pendant des heures sur la parole numéro 7 chez les Dogon, la parole féconde qui resserre les liens dans le groupe social et assure sa pérennité, avait, comme personne, la faculté de la mettre en pratique.

47Et puis il y a eu notre aventure commune à France Culture, où j’avais eu le privilège de l’interviewer dans le cadre de l’émission À voix nue. Elle ne voulait pas entendre parler d’une interview avec un ou une journaliste qui ne la connaissait pas. Puisque c’était moi qui en tenais le rôle, elle a joué le jeu avec un engagement exemplaire. Nous y avons travaillé pendant plusieurs jours avant l’enregistrement en studio. Si Geneviève connaissait parfaitement son sujet, elle avait toujours le souci de revoir, de relire, de repréciser. Une érudite avec une humilité incroyable face au travail. Je proposais le bâti et je l’écoutais défaire, refaire, réaménager.

48Après la diffusion des cinq émissions, une femme m’a dit avoir écouté fidèlement les cinq entretiens : « C’est incroyable, cette dame parle de choses très pointues et j’ai tout compris. À l’écouter, on se sent intelligent. » Geneviève avait cette qualité rare de formuler avec une clarté saisissante des notions complexes. Quand ces entretiens ont été publiés, elle a encore lu et relu, corrigé et précisé.

49Après sa retraite, Geneviève m’a demandé à plusieurs reprises de l’accompagner lors de ses conférences. Je n’étais pas d’une grande utilité en vérité, mais elle me demandait de jouer l’horloge suisse pour ne pas dépasser le temps imparti ou alors de la ramener au corps du sujet après une digression, souvent aussi passionnante que le reste de son intervention. L’accompagner était un honneur mais surtout une responsabilité. Je me devais d’être à la hauteur de la tâche. Aussi j’étudiais le sujet pendant des mois. Lors de ces moments ensemble, non seulement j’apprenais encore mais je pouvais observer le respect qu’elle vouait à chaque personne qui lui demandait une explication ou une précision. Geneviève répondait avec une déférence absolue, une patience réelle, quelle que soit la question. Ces moments ensemble étaient aussi faits de complicité, de rires, de confidences… d’amitié.

50Geneviève a rejoint le pays des ancêtres voici un an maintenant. À sa mort je me demandais quel outil les Dogon briserait pour ses funérailles. Après avoir passé en revue tous les outils possibles ; un crayon comme pour Marcel Griaule, un magnétophone, un cahier,… Un seul objet s’est imposé : un cauri ! Ce petit coquillage avait toute son affection. Symbole des paroles qui ne doivent pas se perdre, et de fécondité. Puissent les cauris que Geneviève a semés continuer à fleurir et ne jamais se perdre.

51Praline Gay-Para

GENEVIÈVE

52Lorsque j’entends ton prénom ou que je l’évoque, je suis inondée de bien-être, tu m’as tant offert ! Je t’ai connue à la période la plus difficile de ma vie : les enfants, devenus adultes, avaient quitté le nid pour construire leurs vies, à Marseille pour l’une, en Bretagne pour l’autre ; et leur père les a suivis, ne supportant pas la maison vide. J’étais seule et inactive. Impossible de reprendre mon métier d’institutrice, suspendu par une longue dépression due au surmenage. Que faire ?

53Grâce à ma sœur qui était membre de ton équipe, j’avais pu obtenir des vacations CNRS auprès de ses collègues et c’est là que je t’ai croisée. Sympathie immédiate. Nous étions faites pour nous entendre : même âge, même éducation, même milieu. Tu m’as proposé de reprendre le secrétariat de l’équipe que Robert Hurel venait de quitter et tu es tout de suite intervenue pour faciliter mon intégration au CNRS, ce qui m’assurait la sécurité de l’emploi. Pour moi c’était le paradis. Sous tes auspices, un travail intéressant, rémunérateur. Que rêver de mieux ?

54Comment pourrais-je décrire ta patience pour me former à ce nouvel emploi, ta gentillesse lorsque je faisais des erreurs, même graves et gênantes ? Jamais de reproches, ni de rejet. D’une humeur toujours égale, avec beaucoup de ménagements, tu me montrais mes erreurs et tu minimisais toujours les conséquences pour ne pas me vexer ni me peiner. Où trouvais-tu tant de patience, de douceur et d’abnégation ? J’entends encore ta voix si douce, si mesurée, et je revois ton air navré d’avoir à me critiquer.

55Je revois les conseils d’équipe, surtout quand il fallait établir le programme et le budget de l’année à venir. Tu commençais par écouter avec intérêt les projets de chacun et leurs desiderata budgétaires en notant soigneusement toutes leurs suggestions. Puis, avec impartialité, tu envisageais chaque projet, son importance pour le chercheur et pour l’équipe, et tu proposais la répartition des crédits en fonction de leur urgence, tout veillant à ce que chacun ait son tour, sans aucun favoritisme et sans jamais te mettre en avant. Tes arguments, toujours pertinents, étaient adoptés par tous et les séances se terminaient dans la convivialité à la satisfaction générale.

56C’est grâce à ta justice et à ta compétence que l’équipe a été pendant plusieurs années classées première par le CNRS et que tous ses chercheurs ont travaillé dans l’union et dans la joie.

57C’est aussi grâce à ta présence compréhensive et affectueuse que les chercheurs de ton équipe, pourtant de disciplines diverses, de formations et d’âges différents, sont restés unis, attentifs les uns aux autres et, aujourd’hui encore, ils sont contents de se retrouver pour évoquer l’heureux temps du travail en commun sous ta bienveillante présence.

58Merci, Geneviève, pour toutes ces années de dévouement affectueux et pour tout ce que tu nous as transmis. Nous ne t’oublierons pas.

59Michèle Chiche

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie de Geneviève Calame-Griaule

Articles et ouvrages

1951 Le vêtement dogon, confection et usage, Journal de la Société des africanistes 21 (2) : 151-163.

1952 Diversité linguistique et organisation sociale chez les Dogon au Soudan français, Notes Africaines 55 : 77-79.

1954 Les moqueries de villages au Soudan français, Notes Africaines 61 : 12-15.

— Ésotérisme et fabulation au Soudan, Bulletin de I’IFAN 16 (3/4), Série B : 307-

321. (Traduction anglaise in J. Gleason (ed.), The Viking Portable. Traditional African Reader, New York, 1975.)

1955 Ésotérisme d’une littérature orale, La Revue Française, mai.

— Notes sur l’habitation du plateau central nigérien, Bulletin de l’IFAN 17 (3/4), Série B : 477-499.

1956 Les dialectes dogons, Africa 26 (1) : 62-72.

— (avec Blaise Calame), Le problème des langages tambourinés, La Revue Française 75 : 68-70.

— (avec Blaise Calame), Symbolisme de la musique africaine, Essec, Reflets d’une promotion : 73-76.

— Note complémentaire sur le symbolisme du tambour kunyu (Soudan français),

Notes Africaines 72 : 121-123.

M. Griaule. Méthode de l’ethnographie. Publié et présenté par G. Calame-Griaule, Paris, PUF (Publications de la Faculté des Lettes de Paris, 6), 108 p.

1957 Signification ésotérique des contes dogon, Présence Africaine 14/15 : 335-342.

— (avec Blaise Calame), Introduction à l’étude de la musique africaine, Revue Musicale 238 : 24 p. (Les Carnets Critiques).

— (avec Blaise Calame), Les Trésors de l’art musical populaire. Scènes de la vie des Dogon (Soudan français), enregistrement sonore, S.l., Résonances, Disque 33 t.

1958 Culture et humanisme chez les Dogon, Recherches et Débats du CCIF, Aspects de la Culture Noire 24 : 9-21.

Le lièvre et le tambour : fable dogon, Paris, Présence Africaine, 7 p. ill. (album pour enfants).

1960 (avec Germaine Dieterlen), L’alimentation dogon, Cahiers d’Études Africaines 3 : 46-89.

1961 Marcel Griaule. Classification des insectes chez les Dogon, (publié et présenté par Geneviève Calame-Griaule pp. 7-18), Journal de la Société des africanistes 31 (l) : 7-71.

— (avec Z. Ligers), L’homme-hyène dans la tradition soudanaise, L’Homme I (2) : 89-118.

1962 La structure symbolique des fables soudanaises, in Actes du VIe Congrès International des Sciences Anthropologiques et Ethnologiques, Paris, Musée de l’Homme, 30 juil.-6 août 1960, vol. 2 : 163-167.

— Le rôle spirituel et social de la femme dans la société soudanaise traditionnelle, Diogène, Le monde noir 37 : 81-92. Édition anglaise : traduction de S.Alexander : 75-87. 1963 Le verbe dogon, in Actes du Second Colloque International de Linguistique

Négro-Africaine, Dakar 12-16 avr. 1962, Dakar Université : 99-111.

— L’art de la parole dans la culture africaine, Présence Africaine, Nouvelle Série 47, 3e trim. : 73-91. Édition anglaise : 197-214.

— Syntaxe des particules « subordinatives » en dogon, Journal of African Languages 2 (3) : 268-271.

1965 Ethnologie et Langage. La parole chez les Dogon, Paris, Gallimard (Bibliothèque des Sciences Humaines), 593 p.

1966 La littérature orale, in Fonction et signification de l’art négro-africain dans la vie du peuple et pour le peuple, Dakar, 30 mars/8 avril 1966 : 12 p.

1967 Essai d’étude stylistique d’un texte dogon, Journal of West African Languages 4 (1) : 15-24.

1968 Dictionnaire Dogon (dialecte tɔrɔ). Langue et civilisation, Paris, Klincksieck, 334 p.

1969 (dir.), Le thème de l’arbre dans les contes africains, vol. I, Paris, Selaf (Bibliothèque de la Selaf, l6).

— L’arbre au trésor, in Geneviève Calame-Griaule (dir.), Le thème de l’arbre dans les contes africains I, Paris, Selaf (Bibliothèque de la Selaf, l6) : 25-58.

— (avec Pierre Francis Lacroix), Graphies et signes africains, Semiotica I (3) : 256-272.

1970 (dir.), Le thème de l’arbre dans les contes africains, vol. II, Paris, Selaf (Bibliothèque de la Selaf, 20).

— Introduction, Le thème de l’arbre dans les contes africains, vol. II (Bibliothèque de la Selaf 20) : 19-21.

— (avec Pierre Francis Lacroix), La « mère-vendue », essai d’analyse d’un thème de conte africain, in jean pouilon, pierre maranda (éds), Échanges et communications. Mélanges offerts à Claude Lévi-Strauss à l’occasion de son 60e anniversaire, Paris-La Haye, Mouton, vol. 2 : 1356-1380.

— Pour une étude ethnolinguistique des littératures orales africaines, Langages, L’ethnolinguistique, 18 : 22-47. (Traduction en hébreu Ha Sifrut/Literature 20, Tel Aviv, avr. 1975 : 119-135.)

— Étude stylistique d’un conte dogon, in Veronika six, Norbert CyFFer, Ekkehard WolF (eds.), Afrikanische sprachen und Kulturen. Ein Querschnitt, Hamburg, Deutsches Institut für Afrika Forschung (Beitrage zur Afrika kunde 14) : 266-278.

— Problèmes stylistiques dans la narration orale, in Annales de l’Université d’Abidjan, Série H : Linguistique, vol. 2 (no hors-série, Actes du 8e Congrès International de Linguistique Africaine, Abidjan, 24-28 mars 1969) : 585-587.

1971 Le langage gestuel des conteurs touareg, Journal des africanistes 41 (2) : 252-253.

1972 (avec Veronika Görög-Karady), La calebasse et le fouet : le thème des « objets magiques » en Afrique occidentale, Cahiers d’Études Africaines 45 : 12-75.

— L’expression du temps en dogon de Sanga. Études lexicales, in Pierre Francis Lacroix (éd.), L’expression du temps dans quelques langues de l’Ouest africain, Paris, Selaf (Bibliothèque de la Selaf, 29) : 19-59.

— Une affaire de famille. Réflexion sur quelques thèmes de « cannibalisme » dans les contes africains, Nouvelle Revue de Psychanalyse, Destins du cannibalisme 6 : 171-202.

— Préface, in Laënnec Hurbon, Dieu dans le Vaudou haïtien, Paris, Payot (Bibliothèque scientifique).

1973 La collecte des traditions orales en Afrique Occidentale, Comptes rendus trimestriels des Séances de L’Académie des Sciences d’Outre-Mer (Paris), (Colloque sur la collecte des traditions orales) 23 (3) : 329-336.

— “Stylistic Study of a Dogon Text”, in Pierre Alexandre (ed.), French Perspectives in African Studies, Oxford, Oxford University Press for the International African Institute: 26-39.

1974 (dir.) Le thème de l’arbre dans les contes, vol. III, Paris, Selaf (Bibliothèque de la Selaf 42/43).

— Introduction et L’univers végétal dans les contes dogon, in Geneviève Calame-Griaule (éd.), Le thème de l’arbre dans les contes III, Paris, Selaf (Bibliothèque de la Selaf 42/43) : 13-17 et 65-112.

— Rôle de la parole dans l’adaptation au milieu, Dossiers Pédagogiques Aude-cam, 10 : 2-11 ; et rééd. in Recherche Pédagogie et Culture 22, 1976 : 21-31.

— Projet de questionnaire pour le style oral des conteurs traditionnels, in Gabriel manessy, Jacqueline M.C. Thomas (éds), Les langues sans tradition écrite. Méthodes d’enquête et de description (Actes du Colloque International du CNRS, Nice, 28 juin-2 juil. 1971), Paris, Selaf : 195-215.

— La lengua y la vision del mundo : problemas de etnolinguistica africana, in Oscar Uribe-villeGas (ed.), La Sociolinguistica actual : algunos de sus problemas, Mexico, Instituto de Investigaciones Sociales : 196-219.

— La transmission orale de la connaissance, Dossiers Pédagogiques Audecam 11/12 : 4-12.

— Commentaires, in Petites Sœurs de Jésus (éds), Contes Touareg de l’Aïr, Paris, Selaf, (Tradition Orale 7) : 249-261.

— Projet de questionnaire pour l’enquête sur le style oral des conteurs traditionnels, Afrique et Parole 46 : 33-50.

1975 La fille de l’éléphant, conte nigérien, Bulletin du Centre Thomas More 12 : 3-11.

— (dir.), Permanence et métamorphose du conte populaire : La Mère-Traîtresse et le Tueur de dragons, Paris, Publications Orientalistes de France (POF-Études).

— Introduction, in Geneviève Calame-Griaule (dir.), Permanence et métamorphose du conte populaire : La Mère-Traîtresse et le Tueur de dragons, Paris, Publications Orientalistes de France (POF-Études) : 5-15.

— Le conte des Deux Filles en Haute-Volta, Recherche Pédagogie et Culture,

(Paris) 20 : 2-11.

1976 Enquête sur le style oral des conteurs traditionnels, in Luc bouquiaux, Jacqueline M.C. Thomas (éd.), Enquête et Description des langues à tradition orale 3, Paris, Selaf : 915-929.

— (avec A. Dupuis et F. N’Diaye), Les serrures dogon du Musée de l’Homme : Analyse ethno-morphologique, Paris, Institut d’Ethnologie : 254 p. en microédition : 9 microfiches.

1977 De l’huile au miel, Recherche Pédagogie et Culture 23/30 : 9-13.

— (dir), Langage et cultures africaines. Essais d’ethno-linguistique, Paris, Maspero.

— Introduction. Pourquoi l’ethnolinguistique, in Geneviève Calame-Griaule (dir), Langage et cultures africaines. Essais d’ethno-linguistique, Paris, Maspero : 11-28.

— Pour une étude des gestes narratifs, Ibidem : 303-359.

— Language and world vision. Problems of African Ethnolin-guistics, Issues in Sociolinguistics, Paris/La Haye, Mouton: 145-167.

1978 (avec Claude H. Breteau et Norbert Le Guérinel), Pour une lecture initiatique des contes populaires, Bulletin du Centre Thomas More 21 : 11-29.

— Le dogon, in Inventaire des études linguistiques sur les pays d’Afrique Noire d’expression française et sur Madagascar, Paris, C.I.L.F : 63-69.

— Maurice Leenhardt, pionnier de I’ethnolinguistique, Journal de la Société des Océanistes 58/59, mars-juin : 43-44.

— Approches du conte, entretien entre Geneviève Calame-Griaule et Marie-Clotilde Jacquey, Notre Librairie, Les contes 42/43 : 19-33.

1979 Peau d’ânesse, Cahiers d’Études Africaines, Gens et paroles d’Afrique, Écrits pour Denise Paulme 73/76 (l/4) : 501-515.

1980 Avant-propos et Synthèse, in Veronika Görög, Suzanne Platiel, Diane Rey-Hulman, Christiane Seydou, Histoires d’Enfants Terribles, Paris, Maisonneuve et Larose (Les littératures de toutes les nations, 27) : 7-10 et 241-250.

— Le temps des contes, Critique 39 (4) : 278-287.

— Préface, Dossiers du Centre Thomas More, Initiation et Éducation.

— L’arbre et l’imaginaire, Cahiers ORSTOM, L’arbre en Afrique tropicale 17 (3/4) : 315-320.

— Il gesto del narratore e la sua immagine (avec Edmond Bernus), La Ricerca Folklorica, Antropologia visiva, la fotografia 2 : 15-25.

— La strutture della parola e le funzioni del discorso presso i Dogon, in Gli Dei della danza e del potere, Torino, Edizioni RAI : 93-100.

— Ethnologie et Sciences du Langage, in Bernard Pottier (éd.), Les sciences du langage en France au XXe siècle 1, Paris, Selaf (Numéros Spéciaux, 10) : 113-144.

1981 De l’infiniment petit à l’infiniment grand. Observer, nommer, classifier,

Notre Librairie, Dire le milieu naturel 62 : 47-57.

— L’ethnolinguistique et la sociolinguistique en France, in Études africaines en Europe. Bilan et inventaire 1, Paris, AGECOP-Karthala : 476-498.

— (Article collectif de l’ERA 246) L’ethnolinguistique est-elle une chauvesouris ?, in Ethnolinguistique : contributions théoriques et méthodologiques, Paris, Selaf (LACITO-Documents) : 49-56.

— Blanche-Neige au soleil, in ERA 246, Itinérances... en pays peul et ailleurs. Mélanges offerts à la mémoire de Pierre Francis Lacroix 2, Paris, Société des africanistes : 61-78.

— Délimitation d’un terrain ethnolinguistique : la parole chez les dogons, Langage et société, supplément au no 17, Pratiques langagières et stratégies de communication. Terrains, méthodes d’enquête et d’analyse : 9-11.

— (avec Edmond Bernus), Le geste du conteur et son image, Geste et Image. Bulletin de liaison 2 : 45-68.

1982 Ce qui donne du goût aux contes, Littérature, Le conte, Oral/Écrit, Théorie/ Pratique 45 : 45-60. (Traduction en hébreu : Hasifrut/Literature – Tel-Aviv – 34, 1985.)

— Langage gestuel des conteurs africains, Bulletin de Geste et Image, Anthropologie de la gestuelle, anthropologie de l’image (no spéc.) : 91-99.

— Préface, in Hélène Claudot, La sémantique au service de l’anthropologie, Paris, CNRS (Recherches Méthodologiques) : 3-5.

— Éditorial, Cahiers de littérature orale, Conteurs 11 : 7-10.

— Taheera la vieille aveugle, Cahiers de littérature orale, Conteurs 11 : 179-181.

— La jeune fille qui cherche ses frères, essai d’analyse (Aa Th 451), in Veronika Görög-Karady (éd.), Genres, Formes, Significations (Actes des Journées d’Études sur la Littérature Orale Africaine, Oxford, juin 1981), Oxford, JASO : 45-56.

Etnologia y lenguaje. La palabra del Pueblo Dogon (trad. de Sol Assor Castiel), Madrid, Editora Nacional, 624 p.

Il mondo della parola, Etnologia e linguaggio dei Dogon (trad. abrégée de Giovanna Antongini), Torino, Boringheri, 273 p.

1983 À propos de « Mr Fox in the cow’s Belly », Cahiers de littérature orale 14 : 197-199.

— (avec Veronika Görög-Karady), Introductory note, Journal of Folklore Research 20 (2/3): 151-152.

— (avec Veronika Görög-Karady, Suzanne Platiel, Diana Rey-Hulman, Christiane Seydou, traduit par Brunhilde Biebuyck), “The Variability of Meaning and the Meaning of Variability”, Journal of Folklore Research 20 (2/3): 153-170.

1984 (avec Michèle Chiche et Veronika Görög-Karady) (éd.), Le Conte, pourquoi ? Comment ? Folktales, Why and How ? Actes des journées d’étude en littérature orale Analyse des contes, problèmes de méthodes, Paris, 23-26 mars 1982, Paris, Éditions du CNRS (Colloques internationaux du CNRS).

— (avec Veronika Görög), Introduction, in Le Conte. Pourquoi ? Comment ? Folktales, why and how ?, Paris, Éditions du CNRS (Colloques Internationaux du CNRS) : 11-18.

— (avec Veronika Görög-Karady, Suzanne Platiel, Diana Rey-Hulman, Christiane Seydou), De la variabilité du sens et du sens de la variabilité, Ibidem : 201-226.

— The father’s bowl. Analysis of a dogon version of AT 480, Research in African Literatures, l5 (2) (Special Issue): 168-184.

— Le langage gestuel dans la narration, L’École Maternelle Française 8 : 12-16.

1985 Éditorial, Cahiers de littérature orale, Substances symboliques 18 : 7-16.

— Le miel des relations humaines, Cahiers de littérature orale, Substances symboliques 18 : 65-85.

— Éditorial, Geste et Image 4 : 5-8.

— Le tissage de la mémoire, Revue Française de Psychanalyse 4 : 1071-1079.

— À l’écoute de la parole africaine, Bulletin Terre Humaine, Regards croisés sur l’Afrique 9 : 6.

— La gestuelle des conteurs : état d’une recherche, in Bruno Gentili, Giuseppe paioni (eds), Oralita Cultura, Letteratura, discorso (Atti del convegno internazionale Urbino 21-25 luglio 1980), Edizioni del L’Ateneo : 301-314.

— Préface, in Dominique Casajus, Peau d’âne et autres contes touaregs, Paris, l’Harmattan (Connaissance des Hommes) : 1-4.

— La famille africaine traditionnelle, Arcade. Bulletin de la communauté paroissiale de Moret-Veneux, La Famille 17 : 6-7.

1986 La parole qui est dans l’étoffe, Cahiers de littérature orale 19 :15-28.

— Traduire pour conserver, in Bibliographie chronologique et thématique commentée et illustrée de Monique Gessain, Paris, Centre de Recherches Anthropologiques : 83-88.

Words and the Dogon World (trad. par Deirdre LaPin, avec une préface de Dell Hymes), Philadelphia, I.S.H.I., 704 p.

1987 (avec Jean Guiart), Dakar-Djibouti : le « Minotaure » et Marcel Griaule, Regards sur le Minotaure. La revue à tête de bête, Genève, Musée Rath : 286-295.

— Dogon Religion (traduit par Brunhilde Biebuyck), in Mircea Eliade (ed.), Encyclopaedia of Religion IV, Hampshire, Macmillan : 393-395.

— Des insectes et des hommes, essai d’analyse sémantique des noms d’insectes dogon, in Solange de Ganay, Annie et Jean-Paul lebeuF, Dominique zahan (éds), Ethnologiques : Hommages à Marcel Griaule, Paris, Hermann : 3-17.

Des cauris au marché. Essais sur des contes africains, Paris, Mémoires de la Société des africanistes, 293 p., ill.

— (dir.), Les voix de la parole, Journal des africanistes 57 (1-2).

— Éditorial, in Geneviève Calame-Griaule (dir.), Les voix de la parole, Journal des africanistes, 57 (1/2) : 7-18.

Ethnologie et Langage. La parole chez les Dogon, Paris, Institut d’Ethnologie, 593 p. (2e éd. augmentée d’une postface).

1988 Le cheval merveilleux, in Dany hadjadj (éd.), Henri Pourrat et le Trésor des Contes, Clermont-Ferrand, Centre Henri Pourrat, « Cahiers Henri Pourrat » 6 : 273-292.

— Giorgio Cardona (1943-1988) (In memoriam), Journal des africanistes 58-2: 119-122.

1989 Une Cendrillon sans pantoufle (Niger), Cahiers de littérature orale, Cendrillons 25 : 187-200.

1990 « Prends ta houe mon frère ». Chant funéraire dogon, Cahiers de littérature orale, Chanter la Mort 27 : 77-98.

— La recherche du sens en littérature orale, Terrain 14 : 119-125.

— Suzanne Bernus (1928-1990), L’Homme 115: 5-6.

1991 On the Dogon Restudied, Current Anthropology 32 (5): 575-577.

— (dir.) Le Renouveau du conte/The Revival of Storytelling Paris, Éditions du CNRS, 1991.

1992 Avant-propos, Journal des africanistes, Mémoire de sable 62-2 : 5-9.

— Manoirs d’argile. Note sur l’habitat à In Gall, Journal des africanistes, Mémoire de sable 62-2 : 131-152.

— Le mariage chez les Isawaghen d’In Gall, extrait des carnets d’enquête de Suzy Bernus, Journal des africanistes, Mémoire de sable 62-2 : 219-232.

1993 Le Goitre indiscret, Cahiers de littérature orale, Le Temps de l’Enfance 33 : 99-110.

— Éditorial. Le pouvoir de la femme, Cahiers de littérature orale, Le pouvoir de la femme 34 : 7-18.

— La nasalité et la mort, in Nicole Revel et Diana Rey-Hulman (dir.), Pour une anthropologie des voix, Paris, L’Harmattan : 23-33.

1994 Jean-Paul Lebeuf (In memoriam), Journal des africanistes 64-2 : 97-98.

1995 Collaboration à L’art du pays dogon dans les collections du Musée de l’Homme, (de Francine Ndiaye) Zurich, Museum Rietberg.

1996 (avec Paulette Roulon-Doko), Présentation du dossier, Journal des africanistes, Nourritures, goûts et symbolisme 66 (1-2) : 7-8.

— Valeurs symboliques de l’alimentation chez les Dogon, Journal des africanistes, Nourritures, goûts et symbolisme 66 (1-2) : 81-104.

1998 (avec Nicole Belmont), Éditorial : Les Voies de la mémoire, Cahiers de littérature orale, Les voies de la mémoire 43 : 7-21.

— Le tissage de la mémoire. Document, Cahiers de littérature orale, Les voies de la mémoire 43 : 221-231.

1999 Éditorial, Cahiers de littérature orale 45 : 7-10.

— Mohammed et Ghazala. Un avatar nigérien de « la Fille du Diable », Cahiers de littérature orale 45 : 145-157.

2000 (avec Micheline Lebarbier), Éditorial, Cahiers de littérature orale, Diable(s), 48 : 7-14.

— Un perturbateur africain. L’exemple dogon, Cahiers de littérature orale, Diable(s), 48 : 175-202.

2001 (avec Francine Ndiaye et Alain Bilot), Masques du pays dogon, Paris, Adam Biro.

— Avec Germaine en pays dogon (1946), Les empreintes du renard pâle, Journal des africanistes 71-1 : 35-51.

— Un itinéraire en ethnolinguistique, Cahiers de littérature orale, Entrelacs et traverses 50 : 15-29.

2002 Contes tendres, contes cruels du Sahel nigérien, Paris, Gallimard.

La Parole du monde (entretien avec Praline Gay-Para), Paris, Mercure de France.

— (avec François Coulomb, Benoît Coutancier, Étienne Féau), Dogons, mais encore... Objets d’Afrique, collections d’Europe, Paris, Somogy Éditions d’Art. 2003 (avec Alain Bilot, Michel Bohbot, Francine Ndiaye), Serrures du pays do- gon, Paris, Adam Biro.

— Solange de Ganay. Une femme du monde dans la falaise (In memoriam), Journal des africanistes 73-2 : 169-171.

2004 D’un sexe à l’autre. À propos d’un conte dogon, Cahiers de littérature orale, Métamorphoses 55 : 53-71.

2005 Edmond Bernus (1929-2004) (In memoriam), Journal des africanistes, Approches croisées des mondes akan I, 75-1 : 295-299.

— Rhampsinitus goes West, Cahiers de littérature orale, Nommer/classer les contes populaires 57-58 : 179-194.

2006 Contes dogon du Mali, Paris, Karthala-Langues O’.

— Le Malchanceux. Conte dogon, Cahiers de littérature orale, Des noms et des personnes 59-60 : 117-130.

2007 (avec Brunhilde Biebuyck), Éditorial, Cahiers de littérature orale, La ronde des éléments 61 : 7-17.

— Claude Tardits (18 avril 1921-1er mai 2007) (In memoriam), Journal des africanistes 77-1 : 143-144.

2008 Dites-le avec des gestes. Comment étudier la gestuelle des conteurs, Cahiers de littérature orale, Pratiques d’enquêtes 63-64 : 83-108.

2009 Ethnologie et langage : la parole chez les Dogon, Limoges, Lambert-Lucas, 600 p. (3e éd., augmentée d’une Postface, p. 563-572, et de la traduction en français de la préface de Dell Hymes).

— Le temps de l’absence, in Nicolás Sánchez Durá et Hasan G. López Sanz (eds.), La Misión etnográfica y lingüística Dakar-Djibouti y el fantasma de África (1931-1933), Valencià, Museu Valencià de la Illustraciò i de la Modernitat : 289-291.

— La calebasse brisée : étude du thème initiatique dans quelques versions africaines des « Deux Filles » (T 480), Cahiers de littérature orale, Mémoires des CLO 66 : 18-64.

2010 (dir., avec Jean-Marie Privat), Cahiers de littérature orale, Quand l’art prend la parole 67-68, 276 p.

Comptes rendus

1961 Dominique Zahan, Sociétés d’initiation bambara, Paris, La Haye, Mouton et Cie, 1960. L’Homme 1-1 : 120-123.

— Marie-José et Joseph Tubiana, Contes Zaghawa, Paris, Les Quatre Jeudis, 1961. Journal des africanistes 31-2 : 266-267.

1962 Jean-Paul Lebeuf, L’habitation des Fali, montagnards du Cameroun septentrional. Technologie, sociologie, mythologie, symbolisme, Paris, Librairie Hachette, 1961. L’Homme 2-1 : 118-120.

— André Worbe s. j. Étude de l’arabe parlé au Tchad, S.N.O., Fort-Lamy, 1962.

Journal des africanistes 32-3: 339-340.

1963 Alta Jablow, Yes and No. The intimate Folklore of Africa, New York, Horizon Press, 1961. L’Homme 3-2 : 130.

— Jean Servier, Les portes de l’année. Rites et Symboles. L’Algérie dans la tradition méditerranéenne, Paris, Robert Laffont, 1962. Journal des africanistes 33-2: 315-317.

— Paul Parin, Fritz Morgenthaler, Goldy Parin-Matthèy, Die weissen denken zuviel psychoanalytische untersuchungen bei den dogon in westafrica, Ibidem: 328-330. 1969 Paul Parin, Fritz Morgenthaler et Goldy Parin-Matthey, Les Blancs pensent trop. 13 entretiens psychanalytiques avec les Dogons, Paris, Payot, 1966. L’Homme 9-1 : 111-113.

— Montserrat Palau-Marti, Le Roi-Dieu au Bénin. Sud-Togo, Dahomey, Nigeria occidental, Paris, Berger-Levrault, 1964. Ibidem : 113-114.

— Gérard Brasseur, Les Établissements humains au Mali, Dakar, IFAN, 1968. Journal des africanistes 39-2 : 246.

— Claude Hagège, Esquisse linguistique du Tikar (Cameroun), Selaf, II, Paris Klincksieck, 1969. Ibidem: 248-249.

— Ariette Roth-Laly, Lexique des parlers arabes tchado-soudanais (An Arabic-English-French Lexicon of the dialects spoken in the Tchad-Sudan area), Paris, CNRS, 1969. Ibidem : 254-255.

— Louis-Vincent Thomas, René Luneau et Jean-Louis Doneux, Les religions de l’Afrique noire. Textes et traditions sacrés, Paris, Fayard-Denoël, 1969. Ibidem : 255-256.

Wort und religion. Kalima na dini, Ernst Dammann zum 65, Evangelischer Missionverlag GMBH, Stuttgart, 1969. Ibidem: 256-257.

1970 Mary Douglas, Phyllis M. Kaberry (eds), Man in Africa, London, New York, Sydney, Toronto, Wellington, Tavistock Publications, 1969. Journal des africanistes 40-2: 187-188.

1971 Jane Barbour, Doig Simmonds (eds.), Adire cloth in Nigeria, Ibadan, Institute of African Studies, 1971. Journal des africanistes 41-2: 267.

— Luc Bouquiaux, La Langue birom (Nigeria septentrional), Phonologie, Morphologie, Syntaxe, et Textes birom (Nigeria septentrional) avec traduction et commentaires, Paris, Les Belles Lettres, 1970. Ibidem : 269-270.

— Ariane Deluz, Organisation sociale et tradition orale. Les Guro de Côte d’Ivoire, Paris-La Haye, Mouton et Co., 1970. Ibidem : 271-272.

— Martin Samuel Eno Belinga, Découverte des chantefables beti-bulu-fang du Cameroun, Paris, Klincksieck, 1970. Ibidem : 272.

— Luc de Heusch, Pourquoi l’épouser ? Et autres essais, Paris, Gallimard. Ibidem : 275.

— Jacqueline M. C. Thomas, Contes, Proverbes, Devinettes ou Énigmes, Chants et Prières Ngbaka-Ma’bo (République Centrafricaine), Paris, Klincksieck, 1970. Ibidem : 280-281.

1972 Alfa Ibrâhîm Sow (éd.), Le Filon du bonheur éternel (Classiques africains 10), Micheline Galley (éd.), Badr-az-zîn et six contes algériens (Classiques africains 11), Herbert Pepper, Paule et Paul de Wolf (éds), Un mvet de Zwè Nguèma (Classiques africains 9), Christiane Seydou (éd.), Silâmaka et Poullôri (Classiques africains 13), Journal des africanistes 42-2 : 228-230.

— Dominique Noye, Un cas d’apprentissage linguistique : l’acquisition de la langue par les jeunes Peuls du Diamaré, Paris, Librairie orientaliste Paul Geuthner, 1971. Ibidem : 236-237.

— Ariette Roth-Laly, Lexique des parlers arabes tchado-soudanais, Paris, CNRS, 1971-1972. Ibidem : 240.

— Jan Vansina, La légende du Passé, Tervuren, Musée royal de l’Afrique centrale, 1972 ; Diouldé Laya, La Tradition orale. Problématique et méthodologie des sources de l’histoire africaine, Niamey, CRDTO. Ibidem : 241-242.

— Hugo Zemp, Musique dan. La musique dans la pensée et la vie sociale d’une société africaine, Paris-La Haye, Mouton, 1971. Ibidem : 242-243.

1973 Jeanne Bisilliat, Diouldé Laya (éds), Le Zamu ou poèmes sur les noms, Niamey. CNRSH, 1972. Journal des africanistes 43-2 : 266-267.

— René Kaës, Didier Anzieu, Louis-Vincent Thomas, Norbert Le Guérinel, Janine Filloux, Fantasme et formation, Paris, Dunot. Ibidem : 279-280.

1974 Paulette Galand-Pernet, Recueil de poèmes chleuhs, I. Chants de trouveurs,

Paris, Klincksieck, 1972. Journal des africanistes 44-2 : 207-208.

— Jacqueline M.C. Thomas, L. Bernot (éds), Langues et Techniques. Nature et Société, I. Approche linquistique. II. Approche ethnologique. Approche naturaliste, Paris, Klincksieck, 1972. Ibidem : 217-218.

1975 Monique Brandily, Instruments de musique et musiciens instrumentistes chez les Teda du Tibesti, Tervuren, Musée royal de l’Afrique centrale, 1974. Journal des africanistes 45-1 : 220-221.

— Jean Capron, Communautés villageoises bwa. Mali-Haute-Volta, Paris, Institut d’ethnologie, 1973. Ibidem : 222-223.

— Idelette Dugast, Contes, Proverbes et Devinettes des Banen, Paris, Selaf, Langues et civilisations à tradition orale, 12, 1975. Ibidem : 224-225.

1976 Jean Derive, Collecte et traduction des littératures orales, Paris, Selaf, Langues et civilisations à tradition orale, 18, 1975 ; La crotte tenace et autres contes ngbaka-ma’bo de République centrafricaine, Paris, Selaf, Langues et civilisations à tradition orale, 13, 1975. Journal des africanistes 46-1 : 245-247.

— Alfred Erbs, Approche de la religion des Birifor, Paris, Institut d’ethnologie, 1975. Ibidem : 250.

— Lilyan Kesteloot, Les écrivains noirs de langue française : naissance d’une littérature, Bruxelles, Éditions de l’université de Bruxelles, 5e édtion, 1975. Ibidem : 253.

— Ada Martinkus-Zemp, Le Blanc et le Noir. Essai d’une description de la vision du Noir par le Blanc dans la littérature française de l’entre-deux-guerres, Paris, Nizet, 1975. Ibidem : 258-259.

— Pierre Smith, Le récit populaire au Rwanda, Paris Classiques africains 17, 1975. Ibidem : 269-270.

— Jeanne-Françoise Vincent, Traditions et transition. Entretiens avec des femmes beti du Sud-Cameroun, Paris-ORSTOM-Berger-Levrault, 1976. Ibidem : 275-276.

— Georges Guédou, Xo et gbè. Langage et culture chez les Fon, Dahomey, thèse de 3e cycle, Université Paris III, 2 vol. , dactyl., 1976. Ibidem : 277.

— Nzuka zi Kabwiku, Chants de deuil ntandu : présentation et description, thèse de 3e cycle, Université Paris III-INLCO, 2 vol. dactyl., 1976. Ibidem : 278-279.

— Diana Rey-Hulman, Les bilinguismes littéraires. Signification sociale de la littérature orale chez les Tyokossi, thèse de 3e cycle, Université Paris III-INLCO, 2 vol. dactyl., 1976. Ibidem : 279-280.

1977 Pierrette Ceccaldi, Essai de nomenclature des populations, langues et dialectes de Côte-d’Ivoire, CARDAN-EPHE, 1974. Journal des africanistes 47-2 : 204-205.

— Jean Jamin, Les Lois du silence, Paris, Maspero, 1977. Ibidem : 215-216.

— Issa H. Khayar, Le Refus de l’école. Contribution à l’étude des problèmes de l’éducation chez les musulmans du Ouaddaï (Tchad), Paris, A. Maisonneuve. Ibidem : 216-217.

— René Luneau, Les chemins de la noce. La femme et le mariage dans la société rurale au Mali, Lille III, Service de reproduction des thèses, 1975. Ibidem : 220-221.

1978 Littérature Orale Arabo-Berbère (LOAB), Journal des africanistes 48-2 : 157.

— Louis Mallart Guimera, Médecine et pharmacopée evuzok, Nanterre, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, 1977. Ibidem : 157-158.

— Anne Stanford, Le corps androgyne. L’habitation au Burundi, thèse de 3e cycle, EHESS, 1977. Ibidem : 168-169.

1979 Colloque Théorie et méthodes de l’ethnolinguistique, Ivry, 1979, Journal des africanistes 49-1 : 163-164.

— Serge Tornay (éd.), Voir et nommer les couleurs, Nanterre, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, 1978. Ibidem : 192-193.

1981 Yvonne Verdier, Façons de dire, façons de faire. La laveuse, la couturière, la cuisinière, Paris, Gallimard, 1979. L’Homme 21-1 : 124-125.

1983 Edmond et Suzanne Bernus, Catherine et Bernard Desjeux, Touaregs, Paris, L’Harmattan, 1983. Journal des africanistes 53-1 : 215-216.

1984 Marie-Paule Ferry. Les Dits de la nuit. Contes tenda du Sénégal oriental,

Paris, Karthala, 1983. Journal des africanistes 54-1 : 225-227.

1990 Suzanne Bernus (1928-1990), L’Homme 30-115 : 5-6.

1991 Marie-José et Joseph Tubiana, Contes zaghawa du Tchad, Trente-sept contes et deux légendes, Paris, L’Harmattan, 1989, 2 vol. Journal des africanistes 61-2 : 224.

— Edmond Bernus, Touaregs. Chroniques de l’Azawak, Éditions Plume, 1991. Cahiers de littérature orale 30 : 254-255.

1992 Marie-Paule Ferry. Thesaurus tenda. Dictionnaire ethno-linguistique de langues sénégalo-guinéennes (bassari-bedik-konyagi), Paris, Peeters, 1991, Selaf, no 324, 325, 326. Journal des africanistes 62-1 : 179-180.

— Bernadette Bricout, Le Savoir et la Saveur. Henri Pourrat et le Trésor des Contes, Paris, Gallimard, 1992. Cahiers de littérature orale 31 : 207-209.

1993 Veronika Görög-Karady, Bibliographie annotée. Littérature orale d’Afrique noire, Paris, Conseil international de la langue française (CILF), 1992. Journal des africanistes 63-2 : 124-125.

— Marcel Griaule, Germaine Dieterlen, Le Renard pâle. I : le Mythe cosmogonique, Fasc.1 : La Création du monde, rééd. Paris, Institut d’ethnologie, 1991. L’Homme 33-125 : 184-185.

— Nicole Revel, Fleurs de parole. Histoire naturelle palawan, Paris Selaf, Peeters, 1990-1992. Cahiers de littérature orale 33 : 211-216.

— Evelyne Sorlin, Cris de vie, cris de mort. Les fées du destin dans les pays celtiques. Helsinki, Academia Scientiarum Fennica, 1991. Cahiers de littérature orale 34 : 265-267.

1994 Edmond Bernus, Touaregs nigériens. Unité culturelle et diversité régionale d’un peuple pasteur, Paris, Éditions de l’ORSTOM. Journal des africanistes 64-2 : 143.

— Florence Dupont, L’Invention de la littérature. De l’ivresse grecque au livre latin, Paris, Éditions La Découverte, 1994. Cahiers de littérature orale 36 : 158-163.

1995 Edmond Bernus, Eguéréou. Niger, d’une rive à l’autre, 1953-1977, Paris, Marval, 1995. Journal des africanistes 65-2 : 262-263.

— Claudine Fabre-Vassas Claudine, La Bête singulière. Les juifs, les chrétiens et le cochon, Paris, Gallimard, 1994. Cahiers de littérature orale 37 : 151-155.

1997 Véronique Duchesne, Le cercle de kaolin, Boson et initiés en terre anyi, Côte d’Ivoire, Paris Institut d’ethnologie, 1996. Journal des africanistes 67-1 : 180-181.

— Gilbert Rouget, 1996, Un roi africain et sa musique de cour. Chants et danses du palais à Porto-Novo sous le règne de Gbèfa (1948-1976), Paris, CNRS-Éditions, 1996. Ibidem : L’Afrique vue du Brésil : 195-197.

1999 Veronika Görög-Karady, L’Univers familial dans les contes africains. Liens de sang, liens d’alliance, Paris, L’Harmattan, 1997. Cahiers de littérature orale 43 : 237-238.

2001 Amadou Hampâte Bâ, Il n’y a pas de petite querelle. Nouveaux contes de la savane, Paris, Stock, 1999. Les empreintes du renard pâle, Journal des africanistes 71-1 : 265-266.

2003 Marlène Albert-Llorca, Les Vierges miraculeuses. Légendes et rituels, Paris, Gallimard, 2002. Cahiers de littérature orale 53-54 : 369-372.

2004 Micheline Galley, Le Figuier magique et autres contes algériens, Paris, Paul Geuthner, 2003. Cahiers de littérature orale 55 : 161-163.

2007 Véronique de Colombel, Contes ouldémés (Nord-Cameroun). L’Idiot, l’Infirme, l’Orphelin et la Vieille femme, Louvain-Paris-Dudley, MA Peeters, 2005. Cahiers de littérature orale 61 : 233-236.

— Margarita Xanthakou, Identités en souffrance. Une ethnologie de la Grèce, Paris, Odile Jacob, 2007. Cahiers de littérature orale 62 : 203-204.

Haut de page

Notes

1 Voir : web/revues/home/prescript/article/jafr_0399-0346_2001_num_71_1_1246) : « Avec Germaine en pays dogon (1946). »

2 Voir <http://publije.univ-lemans.fr>.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/4656/img-1.png
Fichier image/png, 42k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nadine Decourt, Oger Kabore, Praline Gay-Para et Michèle Chiche, « Document sans titre », Journal des africanistes, 85-1/2 | 2015, 397-423.

Référence électronique

Nadine Decourt, Oger Kabore, Praline Gay-Para et Michèle Chiche, « Document sans titre », Journal des africanistes [En ligne], 85-1/2 | 2015, mis en ligne le 08 juillet 2016, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4656

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org