Navigation – Plan du site
En Afrique de l’Est et au-delà

Les capitales royales de l’Afrique des Grands Lacs peuvent-elles être considérées comme des villes ?

Jean-Pierre Chrétien
p. 277-298

Résumés

La région des Grands Lacs illustre la difficulté de définir le phénomène urbain, étant donné la diversité des situations géo-culturelles et la nécessité de ne pas plaquer l’étiquette « ville » sur tout espace à forte densité humaine. La définition « urbaine » proposée en 1993 par C. Coquery-Vidrovitch pour les enclos royaux qui constituaient les capitales de l’ancien Burundi donne lieu à une discussion sur la nature de ces résidences à la fois rustiques et politiques, leur architecture végétale, le caractère agropastoral de leur économie, leur fluctuation démographique et finalement l’existence d’une organisation politique centralisée sans villes dignes de ce nom. La comparaison avec le Buganda au xixe siècle révèle a contrario une urbanisation fondée sur l’essor d’échanges à longue distance, sur le développement d’une population stable et de métiers spécialisés et sur la mise en œuvre d’une architecture ordonnée mettant matériellement en valeur le centre du pouvoir.

Haut de page

Texte intégral

1La place des villes dans l’historiographie de l’Afrique ancienne n’est pas claire, du moins au sud du Sahara. En effet, le modèle urbain, selon les définitions classiques des géographes, semble rare et périphérique, lié à des contacts extérieurs marginaux : cités et capitales de la vallée du Niger, comptoirs du golfe de Guinée ou d’Angola, cités swahili. Le poids des réalités rurales, amplifié par une anthropologie africaniste focalisée exclusivement sur les entités villageoises ou « tribales », a fait des sociétés citadines des sortes d’isolats étrangers. « L’Afrique, dans son ensemble, est pays de villages », écrivait Paul Mercier en 19681. Même les villes contemporaines, nées du commerce, des transports modernes, de l’administration et des ébauches d’industrialisation de l’époque coloniale2, ont attendu, du moins en français, les travaux de Georges Balandier3 pour être considérées comme aussi authentiquement africaines que les villages.

2Ces pesanteurs justifient l’importance des efforts pour remettre les villes africaines dans une véritable perspective historique. Cette entreprise conçue comme une réhabilitation du passé africain commença notamment avec Basil Davidson4 à l’aube des indépendances, fut relayée dans des synthèses des années 1980 sur le phénomène urbain dans l’histoire universelle5. Le dernier état de la question est celui de Catherine Coquery-Vidrovitch dans la collection « Évolution de l’humanité »6.

3L’identification de ces villes dans les espaces physiques et culturels qui leur sont propres n’empêche cependant pas de garder en mémoire les critères classiques de définition du phénomène urbain, au risque de voir des « villes » partout après n’en avoir vu nulle part. La dignité du passé africain ne suppose pas qu’il soit reconstruit à l’aune du passé européen ou proche-oriental, ni que la ruralité soit perçue a priori comme un marqueur d’infériorité. Cela étant, les comparaisons sont utiles, car elles rappellent que les villes ne se présentent pas avec un paysage, des fonctions et une logique uniformes à travers les siècles. L’histoire de l’urbanisation a connu des parcours et des phases très contrastées, que l’on peut d’abord rappeler à grands traits

Questions de définition.

L’urbanisation, un processus révolutionnaire contemporain ?

4En Europe, l’urbanisation apparaît comme liée à un contexte d’intensification de la production agricole et surtout d’industrialisation. Mais il ne faut pas oublier le passé de ce continent : en 1800 encore, 2,2 % seulement de la population était urbanisée, dans des villes de moins de 20 000 habitants, essentiellement en Italie et aux Pays-Bas. Il serait réducteur de ne prendre en compte que le processus de l’Europe du nord-ouest lié aux révolutions industrielles des xixe et xxe siècles. En Afrique il serait plus récent encore, visible surtout après 1950, avec une croissance de 69 % en dix ans. Mais cet essor accéléré se produit sans une industrialisation correspondante. L’Amérique latine connaît aussi un dynamisme urbain depuis la colonisation, marqué par une culture métisse, mais en rupture totale avec le passé indigène. De même, l’Afrique coloniale a conçu la ville comme un élément moteur, politiquement et économiquement, mais généralement sans lien avec les héritages précoloniaux.

5Les termes vernaculaires africains sur les villes attestent aussi cette rupture. Très souvent, ils traduisent mal la différenciation entre ville et village. Ou alors les vocables employés ont une forte connotation politique, plus que socioéconomique, comme l’expression haussa « entre les murailles », caractérisant le village du chef. De façon analogue, chez les Yoruba, ilu désignerait à la fois un espace urbain et le conseil des chefs7.

Débats sur les critères

6Gordon Childe avait énuméré dix critères8 : une agglomération humaine dense et permanente ; des fonctions spécialisées non agricoles ; un centre de collecte d’impôts et d’accumulation de capital ; une architecture monumentale ; la présence d’une classe dirigeante ; le rôle de l’écriture ; la place de la science et de la prospective (dimension mathématique) ; une expérience artistique spécifique ; le rôle du commerce ; la résidence substituée à la parenté comme base d’appartenance sociale. Avec l’écriture et la science on retrouve l’argument de la « civilisation » liée à la ville. Fernand Braudel qui prône aussi une définition universelle de la ville9 insiste sur l’élément monétaire. Cette vision mercantiliste occidentale, issue du modèle méditerranéen, empêcherait de parler de ville en Afrique avant la colonisation.

7Graham Randles a suggéré trois critères10, à partir des cas de Mbanza Kongo (la capitale du royaume de Kongo à la fin du xve siècle), de Zimbabwe (au Monomotapa avant 1450) et de Musumba (capitale de l’empire lunda vers le milieu du xixe siècle) : une alimentation qui ne dépend pas exclusivement de la production des habitants ; un artisanat lié à la résidence plus qu’à la parenté (donc la spécialisation du travail) ; une architecture monumentale des bâtiments principaux. Il s’agit donc de critères de consommation, de production et de paysage. Il manque le pouvoir, l’imaginaire, les fonctions spécifiques, car il y a des villages ou des hameaux spécialisés, ou des moments de l’année spécialisés hors d’un contexte proprement urbain.

8On peut tenter de synthétiser avant de poursuivre sur le cas de la région des Grands Lacs. Six grands aspects doivent rester en mémoire, d’ordre spatial, esthétique, économique, social, culturel et politique.

91. Dans le rapport des populations à l’espace, la ville correspond à un processus d’agglomération, c’est un lieu construit densément. Il ne s’agit pas d’une question de taille : Lewis Mumford11 a montré qu’il y a des villages de 50 000 habitants, d’énormes villages constitués pour des raisons défensives ou autres. Par exemple, certains villages de pêcheurs sur le moyen Congo représentent des relais commerciaux, mais sans que soient modifiées l’autosubsistance des familles et la dominante des liens de parenté, donc sans spécialisation socioéconomique différente du milieu rural ambiant.

102. Un paysage urbain implique une certaine mise en scène monumentale, soulignée par Randles comme par Childe.

113. Sur le plan économique, Max Weber12 proposait que la ville soit un lieu où tout le monde ne vit pas directement de l’agriculture, où en fait l’agriculture est une activité non dominante. En effet, des espaces urbains peuvent comporter des concessions avec des jardins et des parcs à bestiaux. 70 % des citadins yoruba vivaient de l’agriculture, comme à Sumer, au Yucatan, dans un bourg médiéval ou dans une ville du Kongo. Encore au xxe siècle, Poto Poto a des allures de grand village et Dar-es-Salam a grandi au sein d’une cocoteraie. Une ville peut naître de la fusion de villages (par exemple Bénin). Donc l’urbanisation n’est pas liée à la disparition de traits ruraux. Les conditions nécessaires à l’urbanisation, c’est-à-dire à une spécialisation des tâches marginalisant l’agriculture sont doubles. D’une part, la possibilité de surplus agricoles permettant de nourrir des non-producteurs : en Afrique cela a souvent supposé des innovations agricoles régionales, par exemple la diffusion du maïs et du manioc, mais aussi un réseau de tributs affluant vers un pôle de pouvoir ; d’autre part, la présence du commerce, de marchands et de tout le personnel induit (portage, gestion, piroguiers). Il y a des cas de marchés sans ville, par exemple dans le Pool et sur les périphéries rwandaises et burundaises, vers les lacs Tanganyika et Kivu, mais pas de ville sans marché, sans échanges à longue distance de produits précieux ou à forte plus-value comme le sel, généralement sous le contrôle d’une autorité politique qui protège et extorque (exemple des Ashanti).

124. Sur le plan social, la ville représente un établissement dense et permanent d’individus socialement hétérogènes. La diversité est multiple : ethnique, religieuse, professionnelle, de classes. Cela traduit aussi la multiplicité des fonctions urbaines, par-delà l’espace même de la ville, d’où la notion de réseau urbain.

135. Sur le plan culturel, l’hétérogénéité des origines, des activités, des statuts, des religions, des coutumes est un gage d’ouverture. La ville est un lieu d’accessibilité, un lieu de marché et d’échanges, une porte sur des horizons extérieurs, mais aussi un pôle d’attraction, de synthèse, de métissage, de rencontre des mémoires (que l’on pense aux cités swahili) et un centre de diffusion et transmission (rôle de Tombouctou), d’émergence d’une nouvelle civilisation. Sans que cela exclue les récupérations, l’intégration et la réactivation de fonds culturels locaux préexistants.

146. Enfin, sur le plan politique, la ville est un foyer de pouvoir : elle offre en principe une image d’ordre, de stabilité, de police, d’équilibre entre les groupes, de protection, de gestion collective au quotidien, sans oublier la dimension instrumentalisée du religieux, même si ce dernier est parfois clairement séparé du politique (comme dans les rôles respectifs d’Ife et d’Oyo). On n’imagine pas de ville en société non « étatique », ou alors c’est la ville qui crée l’État : cités-États haussa ou cités swahili en réseaux, avec parfois une métropole. Ces réseaux ont souvent été déstabilisés par la colonisation qui a tout rabattu vers les littoraux.

Villes et campagnes

15Pour des anthropologues, la ville africaine ancienne serait surtout politico-religieuse et elle serait devenue militaire et économique seulement avec les contacts capitalistes. À vrai dire, cette prévalence apparente de l’idéologie dans des situations anciennes se retrouve en Europe avec le modèle romain de la cité repris par l’évêque du haut Moyen Âge confronté aux pagani par définition à la fois paysans et païens. Mais il ne faudrait pas oublier que si Athènes et Rome furent de grandes métropoles, c’est aussi parce qu’elles étaient de grands centres économiques.

16La vraie question est celle du rapport avec les paysanneries environnantes, prédateur ou promoteur. On a pu dire que les villes anciennes étaient surtout parasites, vivant des extorsions de la production environnante au nom de leur rôle politico-militaire. Mais il y a beaucoup d’actifs, autres que les dirigeants, qui font vivre la cité aristocratique. Cela étant, on peut discerner une césure entre ville ancienne ou médiévale et ville « moderne ». Georges Duby définit les cités anciennes comme essentiellement politiques (la polis) par opposition à la ville plus artisanale et marchande déjà affirmée au Moyen Âge classique13. Guy Bois insiste sur cette nouvelle révolution urbaine, où la ville apporte à la campagne. Il situe la césure vers l’an mille, entre la cité antique, fonctionnant en parasite, et la nouvelle ville moteur de production14. Fred Cooper précise15 que la ville devient alors non seulement un marché, mais le centre d’une économie de marché. Il n’y a plus de coupure entre la ville et la campagne comme dans l’Antiquité. Ce serait la différence qui opposerait les villes-capitales sahéliennes et les villes des réseaux ashanti ou yoruba. Une nouvelle rupture interviendra au xixe siècle, celle des nouvelles sources d’énergie émanant de la révolution industrielle.

17La colonisation européenne fait de la ville un outil ambigu, rayonnant et coercitif à la fois. Les citadins viennent toujours d’ailleurs, des environs ou de plus loin. Cela était déjà observable en pays yoruba ou ashanti. Mais la ville « coloniale » fut un « cas extrême de pouvoir coercitif, englobant et surtout excentré »16 encadrant une masse africaine assujettie et en grande partie transplantée récemment.

18Cette situation caricaturale à plus d’un titre conduit à rechercher une nouvelle mise en perspective du phénomène urbain dans la longue durée de l’histoire du continent africain, avec le risque toujours présent de transpositions ou d’amalgames, pouvant aller jusqu’à détecter une situation urbaine en milieu rural, comme nous allons le voir en analysant la situation de la région des Grands Lacs à la fin du xixe siècle.

Le cas du Burundi : des capitales agropastorales

19Dans sa fresque historique sur l’histoire urbaine de l’Afrique, Catherine Coquery-Vidrovitch, soucieuse de réhabiliter ce versant du passé du continent, traite des « villes bantu avant l’islam », successivement Zimbabwe, les capitales des royaumes des Grands Lacs et les capitales des royaumes kuba et kongo17. Nous ne retenons ici que le deuxième cas. Commentant une carte des « villes et domaines royaux au Burundi sous le règne de Mwezi Gisabo (vers 1852-1908) », tirée de la thèse de l’historien burundais Émile Mworoha18, elle écrit : sous ce roi, « l’urbanité du pays était étroitement liée à son système politique… Il n’y avait pas alors au Burundi une ville-capitale, mais un réseau de villes — ou “collines royales” (ikirimba) — disséminées un peu partout dans le pays […] ». Certes, il est noté un peu plus loin que ces résidences royales « s’apparenteraient davantage à de grandes exploitations rurales qu’à des “villes” »19. Le conditionnel de la formulation ne fait que renforcer l’ambiguïté quant à l’identification des résidences du mwami du Burundi à la fin du xixe siècle.

20En quoi consiste réellement ce « réseau de villes » ? Nous prendrons pour exemple la principale résidence royale au xixe siècle, Mbuye, véritable capitale du roi Mwezi Gisabo. Cette colline au centre du pays a été occupée par un domaine royal du début du xixe au début du xxe siècle, sous les souverains successifs, Ntare Rugamba, Mwezi Gisabo et Mutaga Mbikije20. On peut y distinguer deux espaces habités. Le plus important correspond aux lieux dits Bikinga et Muzenga, il porte les traces de quatre enclos principaux sous forme de bosquets de ficus, marquant les résidences successives de Ntare Rugamba, puis de Mwezi avec son épouse Inasize et plus tard de Mwezi avec sa jeune épouse Ririkumutima, enfin celle du jeune Mutaga. Le deuxième espace est celui de Bisoro, qui a donné lieu à une enquête détaillée en 1982, dont nous analysons les résultats ci-dessous21.

Une architecture végétale

L’enclos royal de Bisoro (Mbuye) au Burundi, fin du xixe siècle

L’enclos royal de Bisoro (Mbuye) au Burundi, fin du xixe siècle

1. case royale ; 2. case des princes ; 3. sentare ; 4. case des cuisiniers ; 5. intangaro ; 6. inyubakwa ; 7. ururimbi ; 8. akago ; 9. sanctuaire Nyamwiza ; 10. icanzo (sortie discrète) ; 11. case de la suivante Nyenumugamba ; 12. veilleurs ; 13. trayeurs ; 14. greniers ; 15. tambour Rukinzo ; 16. foyer ; 17. feux ; 18. feu des vaches ; 19. étables à veaux
(reconstitution en 1982 d’après les arbres témoins et les enquêtes orales menées par J.-L. Acquier 1986 : 48).

21L’exemple de l’enclos de Bisoro22 permet de présenter ce qu’était une résidence royale (ikirimba) dans le Burundi d’autrefois. Le plan est conforme à celui des autres enclos du Burundi, du moins de ceux abritant du bétail, mais en plus grand. Il mesure environ 115 mètres sur 65. Il se dresse au sommet d’une colline. Pour y accéder on traverse d’abord un espace occupé par des huttes provisoires de visiteurs campant aux alentours (on y reviendra) et un espace herbeux dégagé pour le passage du bétail au départ et au retour, dit inama (« lieu de réunion »), puis on emprunte un chemin bordé d’arbustes qui débouche sur une grande cour ovale de 70 mètres sur 50. Celle-ci peut contenir 200 à 300 vaches et est appelée intangaro, « lieu largement ouvert » ou « qui suscite l’ébahissement ». Cette cour est précédée d’une avant-cour. Elle abrite des étables à veaux et des veilleurs qui y entretiennent deux à trois feux la nuit, mais aussi des cases pour bergers et trayeurs.

22Sur cette cour donne une autre cour, dite inyubakwa (« la construite »), beaucoup plus petite, lieu de rencontres politiques et de sacrifices, sur laquelle donnait une petite clôture en bambous, ururimbi, lieu des conseils du roi, devant l’entrée de sa demeure, précédée elle-même d’une dernière petite clôture. Ce palais est une grande hutte hémisphérique, appelée nyamugari, faite de perches et d’arceaux entrelacés de papyrus : une maison de 6 à 8 mètres de diamètre et de 5 à 6 mètres de haut. À l’intérieur le foyer domestique (composé d’une aire circulaire d’argile cuite et de trois pierres), l’entrée et les chambres sont séparées par des cloisons en papyrus finement tressés. Des étagères portent paniers, calebasses, pots à lait en bois, parures de coquillages ou de cuivre.

23Une deuxième sortie donne sur une cour arrière appelée kigo, comme dans les habitations des simples Barundi. Dans cette cour on trouve les cuisines, des greniers, les habitations des cuisiniers, des suivantes et des jeunes princes, une petite courette réservée à la toilette du souverain où il pouvait recevoir des intimes. Une porte dérobée permet de sortir discrètement par l’arrière.

24Sur l’intangaro et sur l’inyubakwa donnent d’autres cours réservées à des lieux de culte variés. Donc l’ensemble de la résidence contenait près d’une dizaine de cours emboîtées et une vingtaine de cases au maximum. Les portes étaient étroites et basses. Ces enclos et ces habitations en bois ou en végétal devaient être périodiquement refaits. Le luxe y était très relatif, comme l’atteste cette description d’un missionnaire au début du xxe siècle23 :

 « Le lugo de Kisabo est assez grand, mais pas bien beau. Même la case royale, quoique précédée d’un péristyle, n’a rien de particulier et surtout rien d’auguste. L’atrium est gardé par un Muhutu portier, grand introducteur. Le Père est immédiatement invité à entrer dans le case. En haut de la porte pend un lot d’iviheko (amulettes), qu’on est obligé de frôler en entrant. Kisabo est assis sur une natte derrière la porte-cloison, près de l’entrée même. »

Un domaine agropastoral

25Une résidence est au cœur d’un domaine royal au sens à la fois territorial (une petite chefferie gérée en son nom par un fidèle d’origine non princière, un Hutu très souvent) et foncier (une réserve de terres cultivées ou d’herbages)24. Il existait au centre-ouest du pays une douzaine de résidences royales de la sorte, où résidait généralement une des épouses du souverain, et plusieurs dizaines d’autres domaines à vocation purement économique gérés par des intendants ou des chefs de troupeaux.

26Des champs de sorgho, d’éleusine, des jardins de courges et de colocases, des pâturages, sont donc les supports économiques de ces hauts lieux de consommation de nourriture et de bière, mais aussi de lait, de beurre, de viande. Aux alentours on trouve des ficus dont l’écorce est battue pour les habits. Les papyrus utilisés dans la vannerie ou même l’architecture sont prélevés dans les marais voisins.

27Ces domaines étaient de taille relativement importante : des témoins parlent de l’équivalent de cinq propriétés de l’époque (soit une dizaine d’hectares ?), mais cette superficie est à multiplier par autant de domaines, qui plus est, établis sur des terres riches. Un témoin de Mbuye, interrogé par Émile Mworoha, lui dit : « Le père des Barundi, croyez-vous qu’il s’installe sur de la latérite ou bien dans du sable ou des cailloux ? ! »

28N’oublions pas enfin les troupeaux, nombreux chaque fois de plusieurs centaines de têtes.

Un lieu de prestations et de redistributions en nature

29On peut distinguer deux grandes séries de prestations en nature25 : d’une part, des collectes régulières générales, notamment en paniers de sorgho ; d’autre part, des prestations spécialisées livrées sur une base lignagère : miel ou hydromel, objets métalliques, habits en écorce de ficus battue, nattes, parfums, raphias, sel ou terre salée, vaches laitières…

30D’autres contributions sont fournies en travail, soit des tâches considérées comme « dignes » et valorisantes, soit des corvées agricoles. On rencontre à la cour des cuisiniers, des bergers, des trayeurs, des suivantes, des chasseurs, mais aussi des porteurs d’eau et de bois de chauffage, des ramasseurs de bouse, etc. Sur les réserves foncières du souverain travaillent des équipes de cultivateurs venues des environs par rotations mensuelles (faisant intervenir à la fois les appartenances territoriales et lignagères), sous la responsabilité d’intendants des cultures (souvent des femmes). Ces corvées agricoles occupent une centaine d’hommes sur un domaine durant un nombre variable de jours chaque mois selon la saison agricole26. Le poids de ces dernières change donc selon l’époque, également selon les régions et selon les positions sociales. Certains groupes de jeunes paysans pauvres peuvent être proches du servage, mais généralement, au Burundi central, le poids de cette corvée n’excédait guère une semaine par an et par travailleur adulte. Une astreinte qui a été estimée quatre fois inférieure à celle de la corvée coloniale, plus pesante certes que les obligations des paysans en société esclavagiste, mais nettement moins lourde que celle des serfs du Moyen Âge occidental27.

31La vie sociale de ces cours est faite de visites, de présentations d’hommages et de requêtes, donc d’échanges de cadeaux : des cruches contre des vaches, ou du bétail avec l’espoir de dons différés plus importants. Les délégations de chefs ou de notables, avec leurs suites de porteurs de cruches ou de paniers et de gardiens de vaches, séjournent à proximité de la cour le temps (parfois très long) de régler une affaire ou de tisser un lien. Durant le séjour, tous ces gens se font approvisionner par leurs familles. Il s’y ajoute des jeunes gens en quête de bonne fortune, attendant un don ou une fonction et qui emploient le temps libre à des exercices guerriers : c’est l’activité de l’espace des insago, ces huttes provisoires implantées à la périphérie de la résidence.

32Parfois arrivent aussi quelques colporteurs avec des parures de fer, de cuivre, de coquillages ou de perles, s’insérant dans la logique du don et du contre-don. Les échanges dominants sont en effet sociaux et institutionnels dans le cadre d’un système politique tributaire et d’une société hiérarchisée où les liens, volontaires ou contraints, sont fondés sur le « cadeau » et non sur le commerce.

Un lieu de gestion politique

33Cet aspect est mis en scène de différentes façons28. Il s’agit d’une manifestation d’abord d’ordre religieux. Les principales capitales royales sont celles où se déroule la fête annuelle des semailles du sorgho (umuganuro) : Mbuye, mais aussi Bukeye, Muramvya et Kiganda, toutes situées au centre du pays, dans l’actuelle province de Muramvya. Mais en fait les lieux saints sont démultipliés, des domaines sont réservés aux ritualistes dans la région des capitales ou aux périphéries du pays. À la cour royale elle-même, dans l’enclos où réside le roi (on a vu que cette résidence est tournante), on trouve le tambour dynastique Rukinzo, le taureau sacré Muhabura, la reine mère ou une autre femme en tenant lieu, des devins, des bouffons protégés par une sorte d’immunité. Sans décorum triomphaliste, ces personnes ou ces objets balisent le palais en tant que sanctuaire de l’autorité surnaturelle du mwami.

34Le pouvoir se traduit aussi par une gestion judiciaire et politique : le Sentare est le lieu du tribunal royal, où s’exerce une justice en appel ; les banyarurimbi, « ceux de la petite clôture », sont les grands notables, conseillers politiques du souverain, qui se réunissent périodiquement autour de lui dans le rurimbi (cf. supra).

35Enfin, dans cette société de communication orale, la résidence du souverain est par excellence un centre d’informations : des messagers porteurs de nouvelles et, d’une manière générale, toutes les délégations qui y affluent font par définition converger les renseignements vers ce que les Barundi appelaient « le haut », haruguru, non pas au sens de l’altitude, encore moins du nord géographique, mais au sens du sommet du royaume, ce lieu d’où, en quelque sorte, tout peut être vu et entendu.

Une densité humaine importante, mais fluctuante

36Une « capitale » royale au Burundi regroupe quelques centaines de permanents et de visiteurs quotidiens pour raisons de service. Si l’on y ajoute les visiteurs extérieurs, y compris les jeunes guerriers, installés à la périphérie de la résidence, le chiffre total peut atteindre quelques milliers. En avril 1897, le capitaine allemand Hans Ramsay, de passage à Bukeye, estime à environ deux mille les personnes groupées autour de cette cour où résidait alors le roi Mwezi29.

37En outre, une fois par an, une foule immense affluait vers l’une des quatre grandes capitales de la royauté à l’occasion du muganuro : cinquante mille semble une estimation raisonnable à l’historien burundais qui a étudié en détail cette festivité30. Cette fourmilière humaine se déplace annuellement d’enclos en enclos, mais au sein d’une même région.

Une région-capitale en milieu rural

38Cet ancien royaume africain s’organise donc autour d’un réseau d’une trentaine de domaines royaux qui forment un bloc territorial au centre du pays avec quelques antennes vers le centre-est, le nord et le sud. Les résidences du souverain relèvent donc à la fois d’une polarité politique et d’une gestion agraire de type domanial. Cette situation peut rappeler celle des grandes villae carolingiennes ou celle de l’économie palatiale de la Grèce archaïque (révélée par les tablettes de Pylos). Outre une certaine agglomération humaine, d’ailleurs relative, instable et fluctuante, le seul trait « urbain » serait la centralité politique, le rôle dirigeant sur le reste du pays avec les prélèvements en nature qui l’accompagnent. Mais on ne trouve ni spécialisation économique extra-agricole, ni spécificité socioculturelle, ni paysage monumental permettant de distinguer à la fin du xixe siècle un enclos du roi Mwezi Gisabo du paysage offert par l’habitat dispersé du reste du pays.

Les autres royaumes voisins : le passage des cours-capitales à des cités capitales

39L’exemple burundais est caractéristique, avec des variantes culturelles, de la situation de la plupart des autres royaumes de la région et de leurs « capitales » rustiques. Nous ne faisons ici que les évoquer rapidement d’après des descriptions de l’époque31.

Le cas rwandais

40Le voyageur (et futur résident) Richard Kandt, de passage à proximité de la résidence du mwami du Rwanda Yuhi Musinga en juin 1898, l’évoque en ces termes : un complexe de huttes rondes, dans un dédale de ficus et « aux alentours sur une longue distance, sur les versants, il y avait des huttes de toutes sortes, de grandes pour les notables et de petites pour les vassaux, tantôt bien propres, tantôt des cabanes misérables pour des séjours passagers ». L’ensemble regrouperait environ deux mille personnes. Plus tard, un officier allemand, F. R. Von Parish, observe (en septembre 1902) « un conglomérat de cours rondes, communiquant les unes avec les autres, mais ne donnant sur l’extérieur que par une ou deux issues »32.

41C’est toujours la juxtaposition du palais royal, des cases du personnel et des gîtes temporaires de visiteurs, y compris, peut-être, des artisans attachés à la cour ou des prestataires. Mais, comme au Burundi, la cour est itinérante : près d’une douzaine pour chaque règne, surtout au Rwanda central, au Rukoma, dans le coude de la Nyabarongo, notamment au « ciel de Kamonyi ». Durant les règnes guerriers, les capitales peuvent être plus périphériques.

Exemples haya-nyoro

42À cheval sur l’Ouganda et la Tanzanie actuels, on trouve un ensemble homogène sur le plan linguistique, héritier de la culture politico-religieuse cwezi, le Bunyoro et les États haya. Ils correspondent à des paysages variés, plutôt pastoraux et céréaliers sur les plateaux, plutôt marqués par les bananeraies dans les plaines humides proches du lac Victoria. Les résidences princières ont des physionomies relativement variées, mais dans le contexte d’une réalité économique fondamentalement agropastorale33.

43Au Bunyoro, les résidences royales présentent un ensemble de clôtures et de cases en matériau végétal selon des plans analogues au cas burundais : grand enclos central à plusieurs cours et cases de guerriers, de chefs et autres visiteurs aux alentours, le tout environné de pâturages et de bananeraies34.

44Dans les petits royaumes du Buhaya, à l’ouest du lac Victoria, les premiers observateurs décrivent des cases dispersées dans une bananeraie et où l’on accède par des allées bordées de haies vives. La résidence royale prend la forme d’un « village » à la manière de cette région, simplement plus gros que les autres et avec, à son « sommet », les cases royales, elles-mêmes précédées d’un espace découvert et d’une clôture gardée, lieu du tribunal35.

45On peut relever ici que Catherine Coquery-Vidrovitch fait remonter la civilisation urbaine dans la partie nord de cette région au « royaume chwezi » avec ses « villes fortifiées » de Bigo et Kabengo [pour Kibengo], apparemment sur la base du mythe d’une conquête de « pasteurs hima » venus du Sahel au xive siècle. Sans revenir sur le côté dépassé de l’hypothèse hamitique à la mode interlacustre que l’auteur revendique d’ailleurs comme un droit à « continuer à imaginer », il faut rappeler l’apport des travaux récents d’archéologie qui mettent en valeur la dimension agraire et pastorale de ces sites de l’Ouest ougandais36. Plus que dans un imaginaire des origines, l’intérêt réside davantage dans les mutations de la fin du xixe siècle en fonction de l’intervention du commerce à longue distance avec la vallée du Nil et surtout avec la côte orientale.

Interactions avec des réseaux commerciaux

46Plusieurs pays sont touchés à la fin du xixe siècle par les axes commerciaux branchés sur les mondes musulmans du nord et de l’est du continent et dont l’enjeu primordial est la recherche de l’ivoire.

47C’est ainsi qu’au Bunyoro on assiste à l’évolution du paysage rustique vu ci-dessus. Lors des passages d’Emin Pacha ou de ses compagnons dans la capitale du Bunyoro, Mparo, dans les années 1870-1880, apparaissent des descriptions d’ateliers fabriquant des outils, des armes, des peaux tannées et des étoffes de ficus. Des marchés fonctionnent de façon périodique, ils sont approvisionnés en produits lointains par des Zanzibarites ; on note l’usage de cauris comme monnaie, la diffusion des cotonnades et des armes à feu ; le souverain est habillé à la turque (pantalon, tunique)37.

48De même, au Karagwe et au Rusubi, les capitales sont devenues des pôles commerciaux sur la route des caravanes qui va de Tabora vers l’Ouganda. Dans le premier cas, le marché de Kafuro s’est développé depuis le milieu du xixe siècle près de la capitale située à Bweranyange ; dans le second cas, tout près de la capitale du Rusubi, se développe sous le règne de Kasusura le futur centre de Biharamulo.

49Dans d’autres situations, les échanges modernes conduisent à marginaliser les autorités et leurs « capitales » au profit de nouveaux centres mieux intégrés aux réseaux arabo-swahili. Ainsi, au Bujiji, l’autorité royale a été évincée par les maîtres des nouveaux marchés développés sur le lac et qui vont constituer la factorerie d’Ujiji : celle-ci, créée par des Swahili dès les années 1840, s’est peu à peu émancipée du mwami du Bujiji, installé sur les hauteurs du Manyovu, avec l’appui de chefs locaux intéressés par les nouvelles sources de profit. La « capitale » a été politiquement coupée du nouvel emporium du lac Tanganyika. Ujiji est devenu un gros bourg de pêcheurs et de piroguiers, avec son marché permanent approvisionné en sel, huile, poissons, fer, mais aussi perles, cauris, cotonnades… Exemple classique du portus suscité par une rupture de charge et catalysant une formation urbaine38.

Le cas du Buganda : dimension économique de la capitale politique

50Le Buganda offre une illustration plus décisive encore du passage d’une cour politique à un foyer économique à même de fixer une création urbaine. Dans ce royaume la résidence du souverain était mobile, comme au Burundi ou au Rwanda : à Banda en 1862 pour Speke, à Rubaga en 1875 pour Stanley, à Kasubi en 1882. Le kabaka Mwanga s’installera quant à lui à Mengo à la fin des années 1880. De 1859 à 1890, on compte au moins dix emplacements, mais dans un demi-cercle de quinze kilomètres de rayon. On peut donc parler d’une région-capitale, un peu comme autour de Muramvya au Burundi.

51Mais le style de la capitale39 a changé en fonction de l’évolution à la fois politique et économique d’une monarchie en expansion, de plus en plus centralisée, mais aussi prédatrice et en contact avec les commerçants venus de l’océan Indien depuis les années 1840. C’est le souverain et la cour qui contrôlent ce commerce à longue distance, et leur activité militaire (razzias d’ivoire, de bétail, de femmes esclaves) se détermine en fonction de ce commerce.

52La superficie et la population du kibuga, la résidence du kabaka, impressionnent tous les voyageurs. Speke note en février 1862 : « Toute une colline était couverte de huttes élevées dont je n’avais pas encore vu de pareilles sur le continent africain »40. En 1875, Stanley en livre aussi une description émerveillée41 :

 « De la haute palissade en roseau qui entourait la ville, rayonnaient de grandes avenues d’une largeur impériale. Arrivés au pied du Roubaga et traversant, au moyen d’une chaussée formée de troncs d’arbres, un espace marécageux, nous atteignîmes une de ces avenues dont le sol est une argile rougeâtre, fortement mélangée de détritus d’hématite. Cette voie, de cent pieds de large, nous conduisit par une douce montée à la route circulaire qui suit extérieurement l’enceinte. Là, nous vîmes que notre chaussée de trente mètres n’était qu’un chemin secondaire. En face de nous s’ouvrait l’avenue d’honneur, entre deux lignes d’habitations appartenant aux grands de l’État et enfouies dans des bosquets de bananiers et de figuiers [ficus]. C’est de ce côté que donne la salle du trône, et que se découvre le plus bel horizon de la capitale, si riche en lointains splendides. »

53On pouvait y distinguer deux secteurs, le domaine de la famille royale et le domaine des dignitaires de l’État. Le palais de la famille royale inclut le palais du roi proprement dit, lubiri, sur le sommet nivelé d’une colline, les maisons des épouses (selon une logique de harem différente du cas burundais vu plus haut) avec tout leur personnel libre ou servile42, les cases des gardes et du personnel de service. Le palais se distingue par sa taille et sa propreté. Stanley note en 1875 : « Ce palais africain est spacieux et élevé. De grandes cours propres l’entourent, un enclos de roseaux entoure le tout, et au-delà de la clôture il y a de nouveau une grande avenue. » Linant de Bellefonds précise en 1876 : « Une avenue large de 80 à 100 mètres. » Selon le R. P. Giraud en juillet 1885, la maison du roi dépasse 20 mètres de haut et le toit est soutenu par toute une rangée de longs pieux de bois43. Donc un ensemble plus monumental que dans les autres pays, même si le matériau est toujours végétal. Au lieu des amas de huttes de visiteurs, observés au Burundi, on trouve dans le domaine des dignitaires un véritable ensemble de quartiers représentant les différents districts du pays, où résident en permanence des autorités de ces districts, comme une sorte de Versailles asservissant l’aristocratie. Les grands enclos des dignitaires, avec leurs hautes maisons, englobent aussi les huttes des serviteurs. Ce domaine est beaucoup plus vaste que l’enclos royal proprement dit.

54Le révérend John Roscoe décrira plus tard une organisation, avec de larges avenues bordées de hautes palissades, qui prélude à un véritable urbanisme44 :

« La capitale était divisée en un certain nombre de parties correspondant chacune à un district du pays. Chaque grand chef était entouré de sous-chefs de son district et une portion de terres était laissée inculte pour que les paysans puissent y construire des huttes temporaires quand ils devaient résider dans la capitale royale pour exécuter les travaux de l’État […] Les chefs construisaient de grandes clôtures en roseaux autour de leurs domaines […]. »

55Cette fois enfin, nous avons un ensemble beaucoup plus vaste que ce qui peut s’observer dans le reste du pays : cette capitale regroupe de 700 à 1 000 maisons au total, soit 30 000 à 70 000 résidents pour l’ensemble, 10 à 30 fois plus qu’au Burundi ou au Rwanda, y compris la population flottante. Le domaine royal à lui seul occupait environ 1 kilomètre carré selon Kagwa. D’après Gorju, 13 collines étaient concernées. Selon les dires d’un commerçant arabe à Richard Burton en 1862, il fallait une journée à pied de traversée. Des chiffres peu cohérents mais voulant traduire chaque fois l’immensité de l’agglomération.

56Cette résidence est une « véritable cité politique ». C’est le lieu où s’exprime la domination du kabaka, mais aussi où se tissent ses relations internationales avec les délégations et les commerçants venus acheter les butins des guerres. L’usage des grandes audiences publiques quasi quotidiennes en présence des principaux dignitaires, dans la cour devant l’entrée du lubiri est essentiel, c’est un spectacle que l’on retrouve pour les souverains du Mali ancien. Kibuga signifie justement « lieu vers lequel on marche, où il y a de l’animation d’arbitrage et d’intégration nationale45.

57C’est le centre où affluent les prestations le plus de corvées (par exemple, les 2 000 hommes qui creusent un lac artificiel au p la fin du xixe siècle), au cœur du pays utile. La localisation des différentes résidences rs un glissement vers le sud-est, vers l’économie du lac, au cours des xviiie et s voies d’accès bien entretenues y convergent : Speke parle de « chemins laretenus », de passerelles en bambous aidant à traverser les marais. Le missionnaire Macus les chemins menant à la capitale doivent traverser ces marais ; on a construit pour t sec une petite digue percée çà et là de petits chenaux pour laisser passer l’eau. »

58La cour royale ganda est en fait un ensem, touché sans cesse par des visites venues de partout. Il n’y a pas de réel marché attestép de gens y vivent d’autres activités que des prestations agricoles. Les approvisionnem n’empêchent cependant pas que des bananeraies se retrouvent au cœur de la civille de « jardins luxuriants » selon le commissaire Johnston. Un missionnaire de était « plutôt un ensemble de villages qu’une ville proprement dite ». Nous avoprésence de la ruralité caractérisait beaucoup de villes africaines.

59Donc la capitale du Buganda avant le protique était certes centrée sur le palais d’un souverain, elle était entièrement en matérile baignait dans le milieu rural du pays, marqué par l’omniprésence du bananier. ectifs et sa taille, par sa mise en scène monumentale (même en bois et en roseaues demeures (royales et aristocratiques) et par l’aménagement d’un plan déjà urbain,  des milieux qui s’y côtoyaient, nationaux et étrangers, par l’existence d’une économieartisanale, elle vivait un passage réel à une situation urbaine au sens propre. Elle décité agro-pastorale que nous avons analysée dans le cas burundais.

Tout pôle d’autorité et d’échange n’est pas une ville

60Les royaumes des Grands Lacs ne nous of, même au xixe siècle, le tableau d’un « réseau urbain » qui serait là comme une toute société humaine. Ils donnent plutôt l’exemple d’un processus historique avec èrement intéressant de l’émergence d’un milieu urbain dans un contexte bien préciiel celui du Buganda. Cette situation bien attestée permet de réfléchir sur la manifes et les facteurs politiques et économiques de la cristallisation d’une ville au sein d’une argement agricole, au cœur du continent.

61Ensuite le phénomène urbain accompagneplus classique, les progrès de l’emprise européenne : postes militaires et administrtions en dur, implantations de commerçants d’origine asiatique, multiplication des mar naissance d’un milieu social dont le cursus devient presque entièrement citadin, multiplication d’artisanats spécialisés. Certaines de ces villes ont été créées de toutes pièces comme Gitega au Burundi, Kigali au Rwanda, Bukoba en Tanzanie. D’autres se sont implantées en un lieu de marché périodique (mais sans habitat durable), comme Bujumbura fondée par les Allemands en 1897 près du grand marché de Mukaza à l’extrémité nord du lac Tanganyika, fréquenté par les piroguiers bajiji puis par les marchands swahili. Il est significatif que la « ville » au Burundi ait été désignée par le mot swahili mji ou muji46. Un autre terme employé aujourd’hui et dérivé du kirundi, gisagara, renvoie à une tout autre réalité, celle des hameaux des chasseurs-potiers batwa, qui avaient la caractéristique de ce type de regroupement de l’habitat. L’image est cette fois celle de l’agglomération humaine, opposée à la dispersion « traditionnelle ».

62Mais les racines politiques et marchandes du xixe siècle ont aussi été récupérées en plusieurs cas, à Kampala, choisie comme capitale du protectorat de l’Ouganda, au cœur de la zone des résidences royales, comme à Ujiji sur les bords du lac Tanganyika, choisi comme terminus du chemin de fer de l’Afrique orientale allemande (plus précisément à Kigoma).

63Les affirmations de Catherine Coquery-Vidrovitch dont nous sommes initialement parti rappellent donc l’enthousiasme des premiers auteurs d’une nouvelle histoire de l’Afrique en voie de décolonisation. Nous pensons à Méroë perçue comme une « Birmingham » de l’ancienne Afrique47. Au moins ces envolées ont-elles le mérite de susciter la réflexion et de sortir du discours ethnographique sur le village africain. Mais la spécificité du phénomène urbain et des dynamiques historiques qui l’accompagnent ressortent mieux en évitant la banalisation sommaire qui, en Afrique, ferait de toute agglomération, voire de tout attroupement, une ville, sous le prétexte que le regard exotique des ethnographes africanistes aurait été caricatural. Une villa gallo-romaine, un castrum du haut Moyen Âge, un portus carolingien peuvent être la matrice de futures villes, mais sans avoir pris davantage cette forme dès les origines, même si la fierté normande, belge ou occitane devait souffrir rétroactivement de ce passé rustique.

64Si l’on voulait déboucher sur une synthèse plus universelle, il faudrait sans doute inventer un autre concept qui caractériserait un pôle de pouvoir et un carrefour des hommes et des choses dans un espace donné. De ce point de vue, on pourrait peut-être dégager une comparaison sur la dynamique des pôles sous des régimes économiques différents : celle des anciens « foyers » préurbains (enclos princiers, palais, marchés, temples…), autant de têtes de réseaux d’autorité, d’information, de cadeaux, de prestations, de pèlerinages, de trocs… Et que dire de la situation actuelle au « nord » où les villes se fondent dans des conurbations, dans des mégalopoles dont le tissu économique, administratif et social finit par recouvrir des régions, voire des pays entiers ? Quand la ville ne se distingue plus de la « campagne », ne faut-il pas penser en d’autres termes48 ?

Haut de page

Bibliographie

Acquier, J.-L., 1986, Le Burundi, Marseille, Parenthèses (Architectures traditionnelles).

Bahenduzi, M., 1991, Le rituel du Muganuro dans l’histoire du Burundi, des origines au xxe siècle, thèse, université Paris 1.

Bairoch, P., 1985, De Jericho à Mexico, Paris, Gallimard.

Balandier, G., 1955, Sociologie des Brazzavilles noires, Paris, A. Colin.

Balandier, G. & Maquet, J. (éd.), 1968, Dictionnaire des civilisations africaines, Paris, F. Hazan.

Bois, G., 1989, La mutation de l’an mil. Lournand, village mâconnais, de l’Antiquité au féodalisme, Paris, Fayard.

Botte, R., 1974, « Processus de formation d’une classe sociale dans une société africaine précapitaliste », Cahiers d’études africaines, 14 (4), pp. 605-626.

— 1982, « Burundi : de quoi vivait l’État ? », Cahiers d’études africaines, 87-88 (3-4), pp. 277-324.

Braudel, F., 1979, Civilisation matérielle, économie et capitalisme xve-xviiie siècles, vol. I, Les structures du quotidien, Paris, A. Colin.

Calas, B., 1998, Kampala, la ville et la violence, Paris, Karthala.

Casati, G., 1892, Dix années en Equatoria. Le retour d’Emin Pacha et l’expédition Stanley, Paris, Firmin Didot [traduit de l’italien].

Cesard, E., 1937, « Le Muhaya. L’Afrique orientale », Anthropos, 32, pp. 15-60.

Childe, G., 1957, « Civilization, Cities and Towns », Antiquity, 31 (121), pp. 36-38.

Chrétien, J.-P., 1975, « Le Buha à la fin du xixe siècle : un peuple, six royaumes », Études d’histoire africaine, 7, pp. 9-38.

— 1985, « L’empire des Bacwezi. La construction d’un imaginaire géopolitique », Annales ESC, 40 (6), pp. 1335-1377.

— 2000, L’Afrique des Grands Lacs. Deux mille ans d’histoire, Paris, Aubier (Collection historique).

Claval, P., 1981, La logique des villes, Paris, Litec.

Cooper, F., 1983, Struggle for the City : Migrant Labor, Capital and the State in Urban Africa, Beverly Hills, Sage.

Coquery-Vidrovitch, C., 1993, Histoire des villes d’Afrique noire. Des origines à la colonisation, Paris, Albin Michel (L’Évolution de l’humanité).

Davidson, B., 1962, L’Afrique avant les Blancs, Paris, PUF [traduit de Old Africa rediscovered, Londres, Gallancz, 1959].

Dresch, J., 1948, « Villes congolaises. Études de géographie urbaine et sociale », La Revue de géographie humaine et d’ethnologie, 3, pp. 3-24.

Duby, G., 1980, Histoire de la France urbaine, Paris, Le Seuil.

Gorju, J., 1920, Entre le Victoria, l’Albert et l’Édouard. Ethnographie de la partie anglaise du vicariat de l’Uganda, Rennes, Imprimerie Oberthür.

— 1926, En zigzag à travers l’Urundi, Namur, Missionnaires d’Afrique.

Gutkind, P. C. W., 1963, The royal capital of Buganda. A study of internal conflict and external ambiguity, Paris/La Haye, Mouton.

Kandt, R., 1919, Caput Nili, eine empfindsame Reise zu den Quellen des Nil, t. II, Berlin, D. Reimer [1re éd. 1905].

Mumford, L., 1964, La cité à travers l’histoire, Paris, Le Seuil [traduit de City in History, New York, Harcourt, Brace & World, 1961].

Mworoha, E., 1975, « La cour du roi Mwezi Gisabo (1852-1908) du Burundi à la fin du xixe siècle », Études d’histoire africaine (Lubumbashi), VII, pp. 39-58.

— 1977, Peuples et rois de l’Afrique des lacs, Dakar, Nouvelles Éditions africaines.

— 1981, « Redevances et prestations dans les domaines royaux du Burundi précolonial », in Mélanges Raymond Mauny. Le sol, la parole et l’écrit, Paris, SFHOM, pp. 751-768.

Nicolet, J., 1972, « Essai historique de l’ancien royaume du Kitara de l’Uganda », Annali del pontificio museo missionario etnologico, 34-36, pp. 165-225.

Nsanze, A., 1980, Un domaine royal au Burundi. Mbuye, env. 1850-1945, Paris, SFHOM.

— 1986, Le Burundi ancien. L’économie du pouvoir de 1875 à 1920, thèse, université Paris 1 [publié en 2001, Paris, L’Harmattan].

Ramsay, H., 1898, « Über seine Expedition nach Ruanda… », Verhandlungen der Gesellschaft für Erdkunde zu Berlin, pp. 302-323.

Randles, G., 1972, « Precolonial urbanization in Africa South of the Equator », in P. J. Ucko et al. (éd.), Men, settlement and urbanism, Londres, Duckworth, pp. 891-897.

Rossi, P., 1987, Modelli di Citta, Turin, Einaudi.

Sautter, G., 1951, « Aperçus sur les villes “africaines” du Moyen Congo », L’Afrique et l’Asie, 14, pp. 34-53.

Sirven, P., 1984, La sous-urbanisation et les villes du Rwanda et du Burundi, Bordeaux, éd. par l’auteur.

Speke, J. H., 1865, Les sources du Nil. Journal de voyage du capitaine J. H. Speke, Paris, Hachette [trad. de l’anglais, 1863].

Stanley, H. M., 1879, À travers le continent mystérieux, t. I, Paris, Hachette [trad. de l’anglais, 1878].

Sutton, J., 1993, « The antecedents of the interlacustrine kingdoms », Journal of African History, 34 (1), pp. 33-64.

Vansina, J., 2001, Le Rwanda ancien. Le royaume nyiginya, Paris, Karthala.

Vennetier, P., 1976, Les villes d’Afrique tropicale, Paris, Masson.

Von Parish, F. R., 1904, « Zwei Reisen durch Ruanda 1902 bis 1903 », Globus, 1, pp. 5-13.

Weber, M., 1982, La ville, Paris, Aubier [traduit de Die Stadt. Eine soziologische Untersuchung, in Archiv für Sozialwissenschaft und Sozialpolitik, 47, 1920-1921, pp. 621-772].

Haut de page

Notes

1Entrée « ville » dans Balandier & Maquet 1968 : 433.
2Cf. Vennetier 1976.
3On pense évidemment à Sociologie des Brazzavilles noires (1955). Notons que deux géographes précurseurs ont influencé Balandier : Dresch 1948 ; Sautter 1951.
4Davidson [1959] 1962.
5Bairoch 1985 ; Rossi 1987.
6Coquery-Vidrovitch 1993.
7Ibid. : 43-44.
8Childe 1957.
9Braudel 1979 : 421-491.
10Randles 1972.
11Mumford [1961] 1964.
12Weber [1921] 1982.
13Duby 1980.
14Bois 1989.
15Cooper 1983.
16Coquery-Vidrovitch 1993 : 41.
17Ibid. : 73-104. La capitale de l’empire lunda y a été curieusement placée avec les autres « petits royaumes d’Afrique centrale proches des Grands Lacs ».
18Mworoha 1977. Dans cet ouvrage, paru à Dakar, la carte était en fait sous-titrée : « Principaux domaines royaux au Burundi sous Mwezi Gisabo » (op. cit. : 146). Mworoha y évoquait en détail les cultures et les pâturages qui constituaient la trame essentielle de ces domaines, sans aucune connotation urbaine.
19Coquery-Vidrovitch 1993 : 85, 87.
20Cf. Nsanze 1980.
21Acquier 1986 : 41-61.
22Ibid. : plan p. 48.
23Description par le père J. M. Van der Burgt le 15 novembre 1904 (Rome, Archives des Pères Blancs, Diaire de Kanyinya).
24Mworoha 1975, 1981 ; Nsanze 1980.
25Mworoha 1981 ; Botte 1974, 1982 ; Nsanze 1986.
26Mworoha 1981.
27Ibid. : 765, et commentaires du médiéviste Robert Fossier lors de la soutenance de la thèse d’A. Nsanze (1986) citée ci-dessus (Paris, janvier 1987).
28Mwohora 1977 : 116-130.
29Ramsay 1898.
30Bahenduzi 1991.
31Cf. Chrétien 2000 : 117-170.
32Kandt [1905] 1919 : 3-4 ; Von Parish 1904.
33Plans de résidences royales dans Mworoha 1977 : 214, 220.
34Nicolet 1972 : 219.
35Cesard 1937 : 28-29.
36État de la question dans Sutton 1993 ; cf. aussi Chrétien 1985 et, plus récemment, Vansina 2001 : 33 sur « les conjectures de grandes migrations continuelles et massives qui jonchent la littérature ». Ces conjectures ont été généralement fondées sur une confusion naïve ou systématique entre les traditions dynastiques et l’histoire du peuplement et sur la prétention à « faire parler » des traditions orales considérées comme volontairement obscures en fonction de la capacité de dissimulation attribuée aux groupes hima et tutsi ! (cf. Coquery-Vidrovitch 1993 : 344, n. 22).
37Cf. Casati 1892 : 260.
38Chrétien 1975 : 22-23.
39Cf. Gutkind 1963.
40Speke 1865 : 254.
41Stanley 1879 : 184-185, 370-382.
42Selon le père Julien Gorju, à la fin du xixe siècle, l’ensemble palatial abritait 84 épouses, un millier de suivantes et 17 000 esclaves (Gorju 1920, encart p. 136).
43Cf. Mworoha 1977 : 238.
44J. Roscoe, 1911, The Baganda : an account of their native customs and beliefs, Londres, cité par Mworoha 1977 : 239.
45Calas 1998.
46Et non umugi, comme l’affirme Sirven 1984 : 7.
47Cette formule date en fait de 1911, utilisée par l’archéologue anglais A. Sayce, mais fut reprise par nombre d’auteurs des années 1960.
48On peut renvoyer aux théories de la centralité et des pôles développées par des géographes comme Paul Claval (1981).
Haut de page

Table des illustrations

Titre L’enclos royal de Bisoro (Mbuye) au Burundi, fin du xixe siècle
Légende 1. case royale ; 2. case des princes ; 3. sentare ; 4. case des cuisiniers ; 5. intangaro ; 6. inyubakwa ; 7. ururimbi ; 8. akago ; 9. sanctuaire Nyamwiza ; 10. icanzo (sortie discrète) ; 11. case de la suivante Nyenumugamba ; 12. veilleurs ; 13. trayeurs ; 14. greniers ; 15. tambour Rukinzo ; 16. foyer ; 17. feux ; 18. feu des vaches ; 19. étables à veaux(reconstitution en 1982 d’après les arbres témoins et les enquêtes orales menées par J.-L. Acquier 1986 : 48).
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/458/img-1.png
Fichier image/png, 21k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Chrétien, « Les capitales royales de l’Afrique des Grands Lacs peuvent-elles être considérées comme des villes ? », Journal des africanistes, 74-1/2 | 2004, 277-298.

Référence électronique

Jean-Pierre Chrétien, « Les capitales royales de l’Afrique des Grands Lacs peuvent-elles être considérées comme des villes ? », Journal des africanistes [En ligne], 74-1/2 | 2004, mis en ligne le 15 mai 2007, consulté le 30 mars 2017. URL : http://africanistes.revues.org/458

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Chrétien

Historien, CNRS-université Paris 1, Mutations africaines dans la longue durée.

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org