Navigation – Plan du site

« Koumbo qui fait tomber la pluie » et d’autres figures féminines : l’exemple de quelques contes peuls du Nord Cameroun

Kumbo who makes it rain” and other feminine figures: an example of Fulani folktales from North-Cameroun
Ursula Baumgardt
p. 142-154

Résumés

Dans les contes peuls du Nord Cameroun, on rencontre des figures bien connues et récurrentes comme la coépouse jalouse, la marâtre méchante, l’épouse infidèle, la fille obéissante ou la « Fille de beurre ». À côté de ces textes sont attestées des figures féminines plus rares, incarnant des valeurs comme l’initiative personnelle, la prise de risque et le libre choix du conjoint, facteurs d’accomplissement du couple et de promotion sociale. On ne trouve pas de telles figures dans les répertoires de conteurs, mais elles constituent un nombre relative ment important du répertoire de la conteuse Goggo Addi enregistré entre1985 et 1989. Cette répartition induit l’hypothèse suivante : il existe des répertoires masculins et féminins de contes. Cette hypothèse devrait être approfondie à travers des collectes et des études comparatives prenant en compte non seulement les contes des autres aires peules, mais également d’autres langues et cultures.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ses analyses des contes africains sont regroupées dans Geneviève Calame-Griaule 1987 ; la situation (...)
  • 2 J’utilise le terme de « producteur » comme synonyme d’« énonciateur ».

1Dans ses recherches en littérature orale africaine, Geneviève Calame-Griaule s’est toujours intéressée de manière privilégiée aux contes dans différents corpus1, et notamment aux personnages féminins. Je voudrais proposer une réflexion sur ces figures dans quelques contes peuls. Geneviève Calame-Griaule a également souligné l’importance de l’analyse de la performance et du statut des énonciateurs dans son célèbre article « Pour une étude ethnolinguistique de la littérature orale » (1970). En me situant dans cette perspective, je voudrais tenter de déterminer s’il est possible d’établir un lien entre les contenus des représentations et les producteurs2 des textes.

  • 3 Une étude comparative intégrant les textes des autres régions de l’aire peule serait intéressante, (...)
  • 4 Cette chanson, présente dans toutes les versions, comprend parfois deux strophes : la première est (...)

2Cette question est suggérée par la grande richesse des figures féminines dans les corpus peuls dont je ne retiendrai ici que les contes peuls du Nord Cameroun3. On y rencontre des figures bien connues et récurrentes comme la coépouse jalouse, la marâtre méchante, l’épouse infidèle, la fille obéissante ou la « Fille de beurre, Lougoudjâré ». Cette dernière, née d’une motte de beurre, ne doit pas s’approcher du feu et ne doit donc pas préparer les repas, ce qui équivaut à ne pas remplir son rôle d’épouse. Le jour où son mari s’absente, ses coépouses la privent de nourriture, elle s’approche du feu et retourne à son état initial car elle fond. Au retour du mari, celui-ci envoie un oiseau aux parents qui leur annonce la mort de Lougoudjâré dans une chanson4.

3À côté de ces textes que je cite simplement, des figures féminines bien différentes et très riches sont attestées dans quelques contes que je présenterai un peu plus en détail ici. Elles incarnent des valeurs comme l’initiative personnelle, la prise de risque et le libre choix du conjoint, facteurs d’accomplissement du couple et de promotion sociale.

4Dans ces exemples, l’importance structurelle des personnages varie. Ainsi, certains textes mentionnent simplement à la fin qu’une femme a beaucoup d’enfants et qu’elle crée une ville, ce qui fait d’elle la figure fondatrice d’une communauté nouvelle après qu’elle est venue à bout d’agressions majeures dirigées contre elle. C’est le cas de Djounguel Kinel et de Amâna Ngam Njâri.

  • 5 Les contes publiés dans Baumgardt 2000 sont référencés « GA », suivi d’un chiffre ; le chiffre renv (...)

Djounguel Kinel a une mère « sorcière » qui « mange » les enfants. Sa fille fuit, va en brousse et épouse un lion. Elle accouche d’un enfant humain et rend visite à sa mère. Celle-ci l’envoie chercher des ingrédients pour la cuisine. Pendant l’absence de sa fille, la mère fait cuire l’enfant dans une sauce. Sa fille en mange et trouve le petit doigt de son enfant. Elle part immédiatement pour rejoindre son mari. Le lion, qui avait menacé de la tuer si elle revenait sans son enfant, l’accueille. Elle accouche de dix fils et de quatre filles, ils fondent une ville, le lion meurt (GA 75).

Amâna-Ngam-Djâri : Une femme a une fille. Elle grandit. Le père meurt. La mère « mange » des enfants. Sa fille part en brousse et rencontre l’hyène, sa « tante maternelle ». Chaque fois que l’hyène part, elle travaille ses propres champs, rentre, prend l’un des enfants de l’hyène et le fait cuire. Après avoir mangé tous les enfants, la fille s’installe sur le toit de son refuge et dit à l’hyène qu’elle a mangé les enfants de cette dernière. L’hyène appelle tous les animaux pour tuer la fille. La fille en tue un, les autres animaux prennent la fuite. Elle descend et fonde une ville (GA 46).

  • 6 Voir Baumgardt 2000 : 107-114. La sorcellerie est supposée être transmise surtout de la mère à ses (...)

5Dans les deux exemples que je viens de mentionner, le conte tout entier est organisé autour du personnage de la fille, intégré dans plusieurs constellations relationnelles, et notamment le lien entre la fille et la mère « sorcière6 ». Ici, la fille lutte et résiste ainsi avec succès aux agressions de la première. À la différence de ces textes fondés sur la relation conflictuelle entre la mère et la fille, d’autres illustrent des constellations bénéfiques pour cette dernière, ce qui est le cas lorsqu’elle entretient une relation privilégiée avec son père, protecteur. Dans d’autres contes, la fille est vue par rapport à son futur mariage qui peut être conclu suite à son initiative.

La fille et son père

6Une relation privilégiée entre la fille et son père qui est protecteur a des répercussions positives sur cette dernière. C’est le cas le Layma Nga Laymaaji qui doit respecter un interdit comparable à celui de la « Fille de beurre » : elle ne doit pas voir le soleil.

Layma la Grande aux Parasols Un roi a une fille. Il dit que sa fille ne doit pas voir le soleil. Il lui construit cent maisons à terrasse et il dit aux prétendants qu’il ne donnera sa fille en mariage qu’à celui qui pourra lui construire autant de maisons. Un roi, dans un pays lointain, apprend l’histoire et vient. Il va voir la princesse à l’endroit où elle dort. Il la réveille, il lui demande de bien le regarder et de lui dire si elle l’aime. Elle répond oui. Ils partent. Le père part à la recherche de sa fille. Il retrouve le roi qui a emmené la princesse, et lui donne une petite lance : si sa fille est exposée au soleil, le mari doit tuer le père. Le père constate que le mari a autant de maisons que lui. Il accepte que le roi épouse sa fille (GA. 57).

  • 7 Voir également Baumgardt 1994.

7Layma la Grande aux Parasols exprime ses sentiments envers son prétendant et le suit. Contrairement à Lougoudjâre, elle a un père qui est roi et qui s’assure que les conditions pour le respect de l’interdit sont bien assurées. La bienveillance protectrice du père à l’égard de sa fille agit jusqu’au mariage de celle-ci7. Dans le contexte d’une relation privilégiée entre le père et sa fille, on peut mentionner que la fille, active et combattive, aide à son tour son père.

Le roi qui n’avait que des filles et le roi qui n’avait que des garçons Un roi a seulement des filles. Un autre roi a seulement des fils. Le père des filles possède des armes et est un bon guerrier. Le père des fils demande au premier de lui prêter des armes. Il les obtient, mais il ne veut les rendre que si leur propriétaire a un fils. L’une des femmes du roi accouche d’une fille. Le roi promet un poulain à celle-ci. La fille grandit, elle veut aller reprendre les armes de son père. La princesse se déguise en prince. Le roi lui impose des épreuves de virilité qu’elle réussit avec la complicité de son cheval. Le roi rival rend les armes, on accompagne le « prince ». Dès qu’elle a franchi le fleuve qui est la frontière entre les deux pays, elle se déshabille. Le roi rival veut épouser la princesse. Une série d’épreuves, d’inversions et de substitutions se suivent. Le roi quitte son palais et rentre dans la maison de son berger (GA 19).

8Basé sur le motif du travestissement de la fille en garçon, ce conte illustre deux aspects complémentaires : la fille rétablit l’honneur de son père ; de plus, elle se soustrait au mariage avec le roi, agresseur de son père, et l’amène à abandonner son statut social initial : le roi traître et agresseur est destitué.

La fille et son futur mariage

  • 8 Par rapport à cette thématique, les contes ne distinguent pas clairement les personnages féminins s (...)

9Dans une série de contes, la fille agit par rapport à son futur mariage. Elle peut prendre l’initiative de rejoindre son mari avec l’accord de son père. Dans d’autres exemples, elle choisit son mari librement, sans l’intervention d’un membre de sa famille8, ou bien elle réalise une action salvatrice pour celui qui deviendra son mari par la suite.

Elle rejoint son mari avec l’accord de son père

10Elle a pour objectif de se marier, c’est elle qui réalise la quête de son mari. Deux contes à structures narratives différentes illustrent cette idée.

Soûfi Ibrâhîma Une femme a deux filles ; tous les matins, elle les envoie devant la porte de la maison. Des passants demandent aux filles si elles les aiment, elles disent que non. Un prince donne une bague à chacune, il veut les épouser. Il leur demande de le rejoindre dans son pays. Le père prépare le voyage pour les deux filles. Lasse de suivre pendant des jours et des jours son mari, l’une d’elle rentre, alors que l’autre fille poursuit le voyage et retrouve son mari. Le roi envoie des cadeaux au père de la fille (GA 16).

Râkoumi Un homme a une fille. Il lui construit une maison en brousse et lui apporte de la nourriture. Des guerriers passent à cet endroit et dorment dans la maison de la fille. Le prince lui donne un cheval gris, des pagnes et une servante pour qu’elle les donne à son père. Celui-ci prépare sa fille pour le voyage. Après qu’elle a marché plusieurs jours, le prince vient à sa rencontre, ils se marient. Le roi envoie des cadeaux au père de la fille (GA 18).

  • 9 Selon l’analyse de Paulme 1976.

11Le premier exemple est construit sur le schéma narratif bien connu des « Deux filles9 » organisé autour de deux personnages qui sont confrontés aux mêmes difficultés, mais dont l’un seulement fait preuve du comportement requis pour atteindre le but visé. Le texte « Râkoumi », quant à lui, est construit sur le motif de la « Fille recluse par son père » qui, en l’isolant, veut l’empêcher de se marier. Cette intention est contrecarrée par la fille car elle prend l’initiative de rejoindre Râkoumi. Un degré supplémentaire d’initiative est atteint lorsque la fille choisit librement son mari.

Elle choisit son conjoint

12Ce cas est illustré, par exemple, par « Koumbo qui fait tomber la pluie ».

Koumbo ou la fille qui refusait de rire Un homme et une femme ont une fille. Chaque fois qu’elle sourit, la pluie tombe. Ses parents partent en brousse. Le père étale dehors ses papiers, la mère étale au soleil des légumes et de la farine, ils demandent à leur fille de ramasser les choses à l’intérieur avant de rire. Toute la matinée, la fille reste sans rire. Le jeune homme qu’elle aime lui demande pourquoi elle ne rit pas. « Tout son cœur sourit », des nuages viennent. Elle rit, les affaires sont mouillées, elle les rentre et allume un feu. Les parents reviennent et la grondent. Elle se fâche, la pluie cesse de tomber. Elle part, c’est la sécheresse, les hommes et les animaux souffrent de soif et meurent. La mère, le père, l’oncle paternel, la tante paternelle et la tante maternelle la cherchent, elle ne sourit pas. Le roi la fait chercher par ses dignitaires, elle ne sourit pas. Le roi fait chercher le jeune homme qu’elle aime, il va la voir, elle rit, la pluie tombe. Le roi célèbre le mariage et leur donne dix esclaves, dix vaches et dix chevaux. Il n’y a plus eu de sécheresse (GA 48).

13Le sourire, expression du bien-être de la fille, a pour conséquence la pluie fertilisante. Ce bien-être est provoqué lorsqu’elle voit approcher le jeune homme qu’elle aime. Ainsi se construit l’idée suivante : le bien-être de la fille apporte la vie à la communauté. Les brimades injustifiées de ses parents la contrariant, elle ne sourit plus : lorsqu’elle cesse de sourire, la sécheresse et avec elle la mort s’installent. Son bien-être n’est rétabli que lorsqu’elle est à nouveau en contact avec l’homme qu’elle aime. L’amour qu’elle éprouve pour le jeune homme est ainsi qualifié de bénéfique non seulement pour elle et son futur mari (ils se marient et reçoivent de somptueux cadeaux), mais pour toute la communauté qui n’est plus confrontée à la sécheresse. Ce conte était l’un des préférés des jeunes filles du public.

14Elles le savouraient visiblement, tout comme « L’homme et la femme rapides » que je mentionnerai plus bas.

Elle réalise une action bénéfique pour son futur mari

15Cette situation est illustrée dans deux textes, à propos d’un personnage masculin frappé d’un trait qui ne lui permet pas de contracter un mariage. Le personnage central du premier des deux contes distingue particulièrement la fille qui porte un nom, Bourba. Le deuxième est une variante masculine de la « Fille de beurre », mais ici, l’issue est différente.

Bourba Un roi a un garçon-serpent qui tue toutes les filles qui lui sont proposées comme épouses. Un homme a deux femmes, chacune a une fille. L’une des femmes meurt. La marâtre maltraite l’orpheline et veut l’empêcher d’aller à la fête. L’orpheline s’assoit près d’un fleuve. Un djinn la coiffe, elle est belle et peut partir. Les messagers du roi découvrent la belle fille. Son père ne peut pas s’opposer à ce qu’elle devienne la femme du prince-serpent. La fille dit au revoir au djinn. Celui-ci donne des conseils expliquant comment échapper à la mort. Elle suit ces conseils (brûler des vêtements, faire en sorte que le serpent enlève son boubou). Le serpent se transforme en humain. Le roi récompense le père de la fille. Le prince et sa femme ont des enfants (GA 15).

Le garçon de beurre Un roi n’a pas d’enfant. Un marabout lui dit d’apporter du beurre. Le marabout met le beurre dans une marmite et fait intervenir sa science. Après quelques mois, le beurre se transforme en petits vers, puis en un grand ver, puis en un garçon. Le garçon ne doit pas être vu par une femme. Pendant des années, le prince reste claustré dans une chambre. Une femme vient d’un pays lointain. Elle trouve le prince en train de dormir, elle le réveille. Ils passent la nuit à causer. Le matin, le prince est mort. Le marabout demande au roi de creuser une fosse et d’y allumer un feu : si quelqu’un entre dans le feu, le prince ressuscitera. Le père n’y arrive pas, la mère n’y arrive pas. La femme entre dans le feu, le prince ressuscite. Il épouse la femme avec le consentement du roi. Il peut désormais sortir (GA 56).

16Le personnage féminin réalise une action bénéfique, elle « humanise » ou ressuscite le personnage qui devient son mari. Le fait qu’il s’agisse, dans le premier cas, d’une fille, dans le deuxième, d’une femme venue d’un pays lointain, n’a pas d’influence sur le déroulement et le résultat de l’action positive du personnage féminin. Dans les deux cas, l’implication de celui-ci est très importante, ce qui crée un réel suspense. En effet, la fille risque sa vie en s’approchant du serpent qui avait tué avant elle toutes les jeunes filles. C’est le cas également de la femme qui entre dans le feu.

17Un troisième groupe de textes est centré sur la relation entre le mari et l’épouse.

La relation entre l’épouse et son mari

18Cette relation est présentée sous des aspects très différents, allant de l’égalité des partenaires et d’un désir partagé à un affrontement mortel dont l’épouse sort victorieuse.

Égalité

19La femme choisit un mari en dehors de toute considération familiale.

Un homme et une femme rapides Un chasseur part chercher une femme rapide. Une femme part chercher un homme rapide. Ils se rencontrent, se marient et vivent ensemble. L’homme part à la chasse. Il trouve un troupeau d’hippotragues. Il tire la flèche ; avant que la flèche n’arrive, il a égorgé et dépouillé l’hippotrague. Il rentre à la maison. Avant qu’il n’ait fait le tour de la maison, la femme a préparé la pâte de mil et la bouillie et a fait chauffer de l’eau. Qui est le plus rapide ? (GA 3).

  • 10 Voir également Baumgardt 1991 et 2005.
  • 11 Ce conte, très apprécié du public exclusivement composé de jeunes filles et de femmes, a été suivi (...)

20Les personnages se marient sur la base d’un désir commun exprimé clairement, mais sans épreuve préalable. En effet, l’épreuve n’intervient que pendant leur mariage10. Chacun prouve qu’il est capable de tenir sa promesse. Ils ne peuvent pas être départagés. Le ton du texte est plutôt ludique, ce qui est souligné par la question qui le clôture11.

Confiance

21La structure est comparable à celle du texte précédent, à cette différence près que la femme pose une condition par rapport à l’homme qu’elle épousera ; comme dans l’exemple précédent, le mariage est conclu sans épreuve préalable.

Poils de girafe Une femme peule ne veut épouser que celui qui lui apportera des poils de girafe. Un chasseur qui vit en brousse la demande en mariage. Elle accepte de l’épouser. Ils partent ensemble. Le chasseur se rend à l’endroit où passent des girafes. Il se dissimule sous des écorces d’un arbre. Au moment où la girafe princesse enjambe l’homme, celui-ci lui coupe un bout de la queue. Les girafes le poursuivent, il se sauve. Il enveloppe la queue de la girafe. Le matin, le mari dit à sa femme d’aller chercher leur « contrat ». Chaque morceau qu’elle coupe dans le paquet devient de l’or ou de l’argent. Des rois envoient des messagers pour échanger vaches, chevaux et esclaves contre l’or et l’argent. Le mari devient riche comme un roi (GA 8).

22Plus long, entrecoupé de plusieurs chansons, le texte crée un certain suspense quant à la réussite du mari qui voit passer tout un troupeau de girafes avant l’arrivée de la girafe princière. Ce suspense est contrebalancé par l’effet de surprise du mari (et du public) lorsqu’il apprend la véritable raison de l’épreuve. Le respect de l’engagement des époux sur la base de leur confiance réciproque a pour résultat leur promotion sociale. Par ailleurs, à la différence de « L’homme et la femme rapides » qui illustre une rivalité joyeuse et constate l’égalité des partenaires, « Poils de girafe princière » met en relief les liens affectifs entre le mari et l’épouse, exprimés par une chanson du mari répétée à plusieurs reprises à voix douce. En effet, de retour de l’épreuve en pleine nuit, il chante pour réveiller sa femme en utilisant des termes affectueux :

Djam, ma femme chérie, Lîkô Bani,

Djam, les poils de la grande girafe [je les ramène]

Réveille-toi en paix, femme ouvre-moi que j’entre (GA 227).

Sauvetage

23Un conte met en scène une épouse qui sauve son mari face à l’agression du père.

La fille dans la gourde Un cultivateur a deux femmes. L’une a beaucoup d’enfants, l’autre n’en a pas. Elle en est triste. Elle accouche d’une gourde. Lorsque les parents partent aux champs, la gourde s’ouvre, une fille en sort. Elle accomplit les travaux ménagers et rentre dans la gourde. Un prince découvre la fille-gourde et l’épouse. Le roi veut voir la femme de son fils qui est très belle : il demande à toutes les femmes de venir recevoir l’aumône de sa main. Le morceau de viande qu’il veut donner à sa belle-fille tombe par terre. Il veut tuer son fils pour épouser sa femme. Lors d’une épreuve d’équitation, le prince tombe dans une fosse creusée avant l’épreuve. Des graines de papaye germent, un papayer pousse, le prince sort petit à petit de la terre. Sa femme donne de la nourriture à sa servante qui la lui apporte. Sa femme lui procure la lance du roi, le fils revient et tue le père. Il prend le pouvoir, vit avec sa femme et ils ont des enfants (GA 34).

24Ce conte problématise un conflit mortel entre le père et son fils, conflit déclenché par le désir incestueux du père pour la femme de son fils. L’initiative de la femme et l’alliance solide entre les époux face à l’attaque du père aboutissent au meurtre du père par le fils, ce qui est tout à fait exceptionnel. Le parricide est justifié par le conte, car le fils vit avec sa femme et ils ont des enfants.

Rapport de force

  • 12 Il s’agit d’un nom peul du Nord Cameroun.

25Une situation tout à fait différente est illustrée dans « Doûdou12 », nom de de la fille d’un homme pauvre. Grâce à son travail au palais, elle acquiert le savoir nécessaire pour obtenir les « cadeaux » du roi qui l’épouse.

Doûdou Un roi n’a pas d’enfants. Il demande qu’on tue une souris et qu’on la mette dans une calebasse fermée. Un vieil homme pauvre a une fille, Doûdou. Elle travaille dans le palais du roi. Doûdou tue la souris. Le roi promet des cadeaux à celui qui lui dira ce qui se trouve dans la calebasse. Personne ne trouve la réponse, sauf le père de Doûdou. Le roi lui donne les cadeaux. Le roi épouse Doûdou. Celle-ci met un liquide rouge dans des sacs en cuir. Le roi dit à un esclave de tuer Doûdou. Il transperce les sacs, le sang coule. Le lendemain, on trouve Doûdou en train de balayer la maison. Le roi lui dit qu’il partira en guerre et qu’il la tuera à son retour pour reprendre ses richesses. L’armée et le roi sont tués. Doûdou prépare de grandes quantités de viande séchée. Elle en donne aux vautours. Leur roi demande que les vautours recrachent ce qu’ils avaient avalé. Ils recrachent des morceaux de chevaux et d’hommes, les morceaux se ressoudent. Le roi des vautours recrache le roi et son cheval. Le roi des vautours leur dit de rentrer.
Le roi peut-il désormais tuer Doûdou ? Toutes les femmes libres sont à sa disposition, toutes les concubines deviennent ses servantes (GA 21).

26Ce conte s’organise autour d’un triple défi lancé au roi par Doûdou : elle trouve la réponse à une question absurde ; ensuite, non seulement elle prouve qu’elle n’est pas dupe et qu’elle est capable de se protéger (substituer un objet à son corps) mais en plus, elle illustre de manière ostentatoire le fait d’avoir survécu à la tentative d’assassinat orchestrée par le roi. Le troisième défi est compris dans son action de sauvetage commentée ainsi : « Le roi pouvait-il alors tuer Doûdou ? Ils revinrent. Seul ce que disait Doûdou [comptait]. Toute épouse du roi de condition libre dut s’en aller et laisser Doûdou. Toutes les concubines du roi durent se mettre à son service. Ainsi s’imposa Doûdou. » (GA 317)

Conclusion

27Les contes mettant en scène le type de personnages féminins dont je viens de donner quelques exemples sont rares et d’une grande « modernité », en ce sens qu’ils illustrent des valeurs d’initiative, d’entente et d’amour entre les conjoints. En évoquant l’idée d’égalité de statut entre hommes et femmes et en dessinant l’alliance matrimoniale comme la rencontre de deux désirs, l’imaginaire se constitue comme un contrepoids considérable par rapport à la pratique sociale qui, dans le choix du conjoint, fait souvent abstraction de l’implication émotionnelle des futurs époux.

  • 13 Ces séjours ont été financés grâce à l’aide du Sonderforschungsbereich Afrianistik sous la responsa (...)

28Ces contes ne sont pas attestés dans les corpus de conteurs peuls du Nord Cameroun, recueillis par des chercheurs, en l’occurrence le père Dominique Noye et Paul Eguchi. Ils ne sont pas non plus présents dans le répertoire du conteur Oumarou Ndoudi que j’ai recueilli entre 1985 et 1989 à Ngaoundéré et qui reste non publié. Cependant, ces contes constituent un nombre relativement important du répertoire de la conteuse Goggo Addi, que j’ai enregistré auprès d’elle, à Garoua, lors de plusieurs séjours de recherche, entre 1985 et 198913. On pourrait voir en elle une conteuse et créatrice véritablement « avant-gardiste » dont les contenus modernes ne se sont révélés qu’à travers la prise en compte de son répertoire qui, par ailleurs, comprend aussi des contes tout à fait conventionnels, comme je l’ai indiqué au début de cet article. Cette observation induit l’hypothèse qu’il existe effectivement des répertoires masculins et féminins, ce qui devrait être approfondi à travers des collectes et des études comparatives prenant en compte non seulement les contes des autres aires peules, mais également d’autres langues et cultures.

Haut de page

Bibliographie

Andreesca Ioana et Calame-Griaule Geneviève (dir.), 1994, Cahiers de littérature orale 34, 1994, Le Pouvoir des femmes, Paris, Maison des sciences et de l'homme.

Baumgardt Ursula, 1991, Le mariage heureux et le mariage malheureux à travers quatre contes peuls du Nord-Cameroun, Actes du IVe Colloque Mega-Tchad, Paris, ORSTOM : 71-122.

— 1994, Parenté et alliance dans les contes peuls du Cameroun, in Veronika Görög-Karady (dir.), Le Mariage dans les contes africains. Études et anthologie, Paris, Karthala : 135-174.

— 2000, Une conteuse peule et son répertoire. Goggo Addi de Garoua, Cameroun, Paris, Karthala.

— 2005, [Le conte] Les Poils de la queue d’une girafe princière, in Bruno de La Salle, Michel Jolivet, Henri Touati, Francis Cransac, Pourquoi faut-il raconter des histoires ?, Paris, Autrement : 79-82.

Calame-Griaule Geneviève, 1970, Pour une étude ethnolinguistique des littératures orales africaines », in Bernard Pottier, L’Ethnolinguistique, Langages 18 : 22-47.

— 1987, Des cauris au marché. Essais sur des contes africains, Paris, Société des africanistes.

— 1991, Le Renouveau du conte, Paris, CNRS.

— 2002, Contes tendres, contes cruels du Sahel nigérien, Paris, Gallimard.

— 2006, Contes dogon du Mali, Paris, Karthala & INALCO.

Eguchi Paul K., 1978, Fulfulde Tales of North Cameroon I, Tokyo, Institute for the Study of Languages and Cultures of Asia and Africa (ILCAA).

— 1980, Fulfulde Tales of Northern Cameroon II, Tokyo, ILCAA.

— 1982, Fulfulde Tales of Northern Cameroon III, Tokyo, ILCAA.

— 1984, Fulfulde Tales of Northern Cameroon IV, Tokyo, ILCAA.

— 1996, Fulbe Folktales of Northern Cameroon I: Stories Told by Baaba Zandu, Kyoto, Nakanishi Printing Co.

— 1997, Fulbe Folktales of Northern Cameroon II: Stories Told by Baaba Zandu, Kyoto, Nakanishi Printing Co.

— 1998, Fulbe Folktales of Northern Cameroon III: Stories Told by Baaba Zandu, Kyoto, Nakanishi Printing Co.

2003, Taali Fulb’e Aadamaawa bee Binuwoy [Contes peuls de l’Adamaoua et de la Bénoué], Tokyo, ILCAA.

Noye Dominique (éd.), 1980, Le Menuisier et le Cobra, Paris, Luneau-Ascot, [rééd. en 1999 sous le titre Contes peuls du Nord-Cameroun. Le menuisier et le cobra, Paris, Karthala (« Contes et légendes »).

— Taali ful’be talaa’di Baaba Zandu [Les contes peuls de Bâba Zandou],

Maroua, Mission catholique.

— 1982, Contes peuls de Bâba Zandou du Cameroun, Paris, CILF-EDICEF.

— 1983, Bâba Zandou raconte. Contes peuls du Cameroun, Paris, CILF-EDICEF [éd. bilingue]

Paulme Denise, 1972, Morphologie du conte africain, Cahiers d’études africaines 45 (XII), Paris, Mouton : 131-163 [rééd. 1976 dans La Mère dévorante. Essai sur la morphologie des contes africains, Paris, Gallimard (« Tel ») : 19-50].

Haut de page

Notes

1 Ses analyses des contes africains sont regroupées dans Geneviève Calame-Griaule 1987 ; la situation du conte en France a été analysée lors d’un colloque dont elle a édité les Actes en 1991. Elle a également accordé beaucoup d’attention à l’indispensable édition des corpus, comme en témoignent les volumes de 2002 et 2006.

2 J’utilise le terme de « producteur » comme synonyme d’« énonciateur ».

3 Une étude comparative intégrant les textes des autres régions de l’aire peule serait intéressante, mais elle n’est pas possible dans le cadre restreint de ce travail. Je retiens ici uniquement les contes du Nord Cameroun qui sont relativement bien documentés à travers les recueils publiés par Paul Eguchi, Dominique Noye et Ursula Baumgardt (voir références bibliographiques).

4 Cette chanson, présente dans toutes les versions, comprend parfois deux strophes : la première est joyeuse, informant les parents que Lougoudjâré a donné naissance à un enfant. La deuxième strophe n’est chantée que lorsque les parents sont proches du domicile de leur fille ; la voix de l’oiseau exprime alors de la tristesse en précisant que Lougoudjâré est décédée.

5 Les contes publiés dans Baumgardt 2000 sont référencés « GA », suivi d’un chiffre ; le chiffre renvoie au numéro du conte dans le volume.

6 Voir Baumgardt 2000 : 107-114. La sorcellerie est supposée être transmise surtout de la mère à ses enfants.

7 Voir également Baumgardt 1994.

8 Par rapport à cette thématique, les contes ne distinguent pas clairement les personnages féminins selon le critère de leur âge et de leur statut : il peut s’agir de « filles » (non encore mariées) qui ont besoin au moins de l’accord du père, mais également de « femmes » désignées par le terme debbo. Cela signifie que les textes de la littérature orale, tout en étant ancrés dans un contexte culturel spécifique auquel ils font référence, n’accordent cependant pas forcément la priorité à l’exactitude anthropologique mais qu’ils se situent effectivement au niveau des représentations culturelles.

9 Selon l’analyse de Paulme 1976.

10 Voir également Baumgardt 1991 et 2005.

11 Ce conte, très apprécié du public exclusivement composé de jeunes filles et de femmes, a été suivi de débats animés, sollicités par la question qui clôture le conte. Elles ont constaté avec un plaisir non dissimulé que le mari n’était pas le plus fort.

12 Il s’agit d’un nom peul du Nord Cameroun.

13 Ces séjours ont été financés grâce à l’aide du Sonderforschungsbereich Afrianistik sous la responsabilité du Pr Janos Riesz de l’université de Bayreuth.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ursula Baumgardt, « « Koumbo qui fait tomber la pluie » et d’autres figures féminines : l’exemple de quelques contes peuls du Nord Cameroun », Journal des africanistes, 85-1/2 | 2015, 142-154.

Référence électronique

Ursula Baumgardt, « « Koumbo qui fait tomber la pluie » et d’autres figures féminines : l’exemple de quelques contes peuls du Nord Cameroun », Journal des africanistes [En ligne], 85-1/2 | 2015, mis en ligne le 05 juillet 2016, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4560

Haut de page

Auteur

Ursula Baumgardt

Professeure de « oralité et littérature africaine », Université Paris Cite, Llacan, UMR 8135, CNRS-INALCO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org