Skip to navigation – Site map

Des « paroles d’Afrique » dans un musée : de la valorisation à la transmission

Voices of Africa” in a museum: from scientific valorization to transmission
Sandra Bornand and Cécile Leguy
p. 44-78

Abstracts

Since the pioneering work of Geneviève Calame-Griaule, “language” in all its forms has become an object of study in itself for anthropologists, specifi for ethnolinguists. With a focus on enhancing the impact of our own research, this paper describes the experience of mounting an exhibition at the Musée d’Ethnographie de Bordeaux on the theme Voices of Africa. The aim of this exhibition was to investigate the social, cultural and political aspects of language–oral and written–on the African continent. But how is it possible to display the intangible in a museum exhibition? It poses a real challenge because it requires us to fi ways not only of exhibiting language itself, but also of making visitors feel its impact by associating sound, imagery and objects. How could we share with the public our concerns about the various and complex ways that contemporary African societies have of understanding, organizing, preserving and enhancing language, that most intangible of all aspects of cultural heritage?

Top of page

Editor's notes

Cet article est dédié à Geneviève Calame-Griaule, dont le travail pionnier sur la relation de la société à la parole nous a inspirées pour cette exposition, et avec qui nous avons partagé tant de bons moments aux Cahiers de littérature orale.

Full text

  • 1 Le musée d’Ethnographie de Bordeaux (MEB), ancienne institution universitaire créée en 1894, a rouv (...)
  • 2 Paroles d’Afriques, exposition présentée par le MEB du 23 octobre 2012 au 31 mai 2013, sous le comm (...)
  • 3 L’exposition a, en plus du MEB, principalement été soutenue par le LLACAN (UMR 8135), laboratoire d (...)

1Dans cet article, nous présentons une réflexion sur cette partie du travail du chercheur que l’on nomme aujourd’hui « valorisation », à partir de l’expérience d’une exposition au musée d’Ethnographie de Bordeaux (MEB)1, consacrée aux « Paroles d’Afrique » et proposée aux visiteurs2 durant l’année 2012-2013. Cette exposition, montée par deux ethnolinguistes et toute une équipe de collègues, ayant pour la plupart collaboré avec Geneviève Calame-Griaule3, avait pour objet de questionner les dimensions sociales, culturelles et politiques de la parole – orale comme écrite – en Afrique subsaharienne. Elle prolonge ainsi les réflexions de cette ethnolinguiste pionnière dans les recherches sur la parole et la communication en Afrique. Calame-Griaule était elle-même partie prenante de cette expérience, même si elle n’a pas pu activement y participer pour raisons de santé, et nous avions discuté avec elle du propos général de l’exposition.

2Lieu d’éducation populaire, le musée est aussi un instrument d’ouverture interculturelle. Institution unique en son genre, le MEB a pour objectif la diffusion de la culture scientifique et l’expérimentation muséographique. Afin de présenter les principales caractéristiques du projet plus spécifique de l’exposition Paroles d’Afrique et d’en faire un bilan critique, nous examinerons, dans une perspective réflexive, trois points cruciaux quand l’on souhaite répondre aux objectifs ambitieux du musée et de l’exposition. Dans un premier temps, comment présenter de l’immatériel (des « paroles ») dans une exposition ? Cela constitue un véritable défi muséographique, mais aussi pédagogique, car il ne s’agit pas uniquement d’exposer ces paroles, de mettre du « matériel » dans l’« immatériel », mais aussi d’en faire ressentir les effets aux visiteurs par le son, l’image et les « objets » qui leur sont liés. L’objectif est de parvenir ainsi, peut-être, à une compréhension plus intuitive et, de fait, plus accessible à tous, de ce que peuvent être les fonctions du langage.

3Ensuite, comment partager avec le public nos questionnements sur les manières diverses et complexes qu’ont les sociétés africaines actuelles d’appréhender, d’organiser, de conserver et de mettre en valeur cet immatériel par excellence qu’est la parole ? Comment instaurer un dialogue avec le public – le spécialiste comme le néophyte, l’adulte comme l’enfant – en offrant un autre regard sur ces paroles « africaines », qui permette de déconstruire un à un les nombreux clichés souvent véhiculés au sujet de l’Afrique (par exemple, l’idée vague d’une Afrique uniforme, où tout chanteur est qualifié de « griot »), ou encore la conception d’une Afrique traditionnelle, figée dans l’oralité (ce continent qui « ne serait pas encore entré dans l’histoire ») ?

4Enfin l’objectif pédagogique n’est-il pas également d’ordre politique ? Quel rôle peut jouer un musée, exposant des paroles « africaines », dont de la littérature orale, en ces temps de replis identitaires ? N’y a-t-il pas des leçons à retenir des diverses conceptions africaines du langage qui pourraient être utiles à nos contemporains, non seulement pour les aider à s’ouvrir à l’altérité, mais aussi pour apprendre à faire un meilleur usage de la parole ?

5Ces trois points sont intimement liés, car la scénographie – comme la mise en discours, en récit – est une construction et une représentation du monde proposée au public : « les musées participent désormais à la définition de ce qui constitue la “culture”, attribuant en fonction de systèmes de valeurs implicites ou explicites une plus ou moins grande importance à tel ou tel de ses aspects » (Unesco 1996 : 203). Le questionnement central, ici, porte sur le rôle éducatif qui peut être joué par les modalités de la parole quand elle est mise en scène au sein d’un musée, exposée et proposée au visiteur invité à découvrir la complexité d’un continent mais aussi d’une faculté commune à tous les hommes, le langage.

Historique du projet et présentation

Pourquoi cette exposition ?

  • 4 Cécile Leguy enseignait alors également au département d’anthropologie sociale et ethnologie de Bor (...)

6Le MEB, situé dans le centre-ville et dont l’entrée est gratuite, est conçu comme un lieu de diffusion de la culture scientifique et d’expérimentation muséographique, destiné à tout public. Ses missions consistent à proposer une lecture originale des questions de société en invitant chercheurs, professionnels et publics autour d’expositions thématiques en prise sur l’actualité. Il a ouvert ses portes en 2011 mais, dès 2005, la directrice du musée, Sophie Chave-Dartoen, enseignant-chercheur au département d’anthropologie sociale et ethnologie, a sollicité ses collègues4 pour préparer les expositions à venir. Paroles d’Afrique a ainsi été programmée comme deuxième grande exposition du nouveau MEB, après une exposition sur la santé abordée d’un point de vue anthropologique, ce qui était tout à fait novateur dans cette grande université de médecine. La réflexion autour d’une exposition sur la parole a donc pris naissance dès 2005, avec la constitution d’une équipe de collaborateurs, puis s’est intensifiée dans l’année précédant l’exposition elle-même.

7L’objectif premier était de renouveler, à travers l’expérience muséographique, les questionnements initiés par Geneviève Calame-Griaule (Calame-Griaule 2009) sur les représentations émiques de la parole et sur la littérature orale. Par ailleurs, cette exposition avait pour but de refléter l’état de la recherche scientifique sur la question et constituait un défi encore inédit pour l’univers muséal français : celui non seulement de présenter de l’immatériel dans un cadre muséographique, mais également de faire ressentir les effets de la parole.

  • 5 Anne-Marie Dauphin-Tinturier, Alice Degorce, Jean Derive, Gérard Dumestre, Annie Lenoble-Bart, Aïss (...)
  • 6 Sylvie Abbé, Saoudé Ali Bida, Marie-Rose Abomo Maurin, Nicolas Aubry, Thomas Bearth, Noël Bernard B (...)

8Pour préparer cet événement, nous nous sommes entourées d’un comité scientifique composé d’anthropologues, d’ethnolinguistes, de linguistes, de spécialistes de la communication et de littéraires, certains en tant que collaborateurs engagés dans la réflexion générale et activement impliqués dans la réalisation du projet5, d’autres comme simples consultants ou fournisseurs d’éléments à exposer6.

Synopsis de l’exposition : un parcours en six salles

9Suivons rapidement le cheminement proposé au fil des six salles du musée. Après une entrée en matière animée par un temps de salutations, puis une immersion dans un contexte où la parole est omniprésente, le parcours conduit le visiteur à travers différents types de paroles, des plus quotidiennes aux plus ésotériques.

  • 7 Voir, par exemple, pour l’Afrique du Sud, Lafon 2008.
  • 8 En lien avec le film de Marie Lorillard (2012).
  • 9 Un écran interactif présente le fonctionnement des modalités de communication de différents objets (...)

10La première salle est consacrée aux paroles ordinaires et présente divers aspects de la socialisation par le verbe (Illus. no 1). À partir de vignettes ludiques à manipuler fi sur un triptyque, le visiteur emboîte le pas d’un enfant gbaya de Centrafrique (Roulon et Doko 2009) dans son apprentissage de la maîtrise de la parole, est amené à résoudre des devinettes mossi (Burkina Faso), puis à comprendre progressivement des proverbes bwa du Mali (Leguy 2001) de plus en plus complexes. Viennent ensuite les écrits présents au quotidien (Mbodj-Pouye 2013), à l’école7 (Illus. no 2) ou dans la rue, qu’il s’agisse de photos d’enseignes colorées projetées en diaporama multi-vues sur le mur, ou bien de listes de courses ou de récits de rêves envoyés pour une émission de radio à Mopti, au Mali (Van den Avenne et Mbodj-Pouye 2013), donnés à consulter sous la forme de copies plastifi ou encore de SMS bilingues ou trilingues recueillis au Sénégal en wolof, pulaar et français présentés sur un panneau (Vold Lexander 2007, 2011, 2013). Puis est abordée la question des médias audiovisuels de plus en plus présents sur le continent (Lenoble-Bart et Chéneau-Loquay, 2010). Une « librairie par terre » est reconstituée ; d’une vieille radio émanent des jingles en différentes langues ; trois émissions se succèdent sur un écran de télévision ; un joueur de tambour d’aisselle appelle les électeurs aux urnes (Illus. no 3)… Cette salle des paroles quotidiennes s’achève sur les paroles indirectes et les modalités ordinaires de la communication par les moyens détournés que peuvent être les pagnes, les couvercles à proverbes, les chants à moudre8, la voix du balafon9 ou encore les noms donnés aux enfants.

  • 10 Auquel Yvan Amar a consacré son émission « La Danse des mots », sur RFI, le 4 mars 2013 (http://www (...)
  • 11 L’extrait présentant une séance de conciliation zarma, issu du film de Joël Calmettes (1993), est m (...)

Dans la deuxième salle (Illus. no 4) sont présentées, en particulier à partir d’un jeu de bulles à manipuler, les manières de désamorcer une crise – à l’instar des propos échangés entre « parents à plaisanteries » ou des joutes verbales comme le gate gate ivoirien10 (Derive et Derive 2004, Derive 2008) – et de résoudre celle-ci comme lors des jugements dont deux exemples11 sont diffusés sur un écran de télévision face auquel le visiteur est invité à s’asseoir pour un temps de réflexion.

Ill. 1 : « Apprendre à parler, salle 1 » (Cécile Leguy 2013).

Ill. 1 : « Apprendre à parler, salle 1 » (Cécile Leguy 2013).

Ill. 2 : « Écrits du quotidien, salle 1 » (Gustave Deghilage 2012).

Ill. 2 : « Écrits du quotidien, salle 1 » (Gustave Deghilage 2012).

Ill. 3 : « Librairie par terre, salle 1 », (Gustave Deghilage 2012).

Ill. 3 : « Librairie par terre, salle 1 », (Gustave Deghilage 2012).

Ill. 4 : « Paroles de jeu, paroles de crise, salle 2 » (Gustave Deghilage 2012).

Ill. 4 : « Paroles de jeu, paroles de crise, salle 2 » (Gustave Deghilage 2012).

11La troisième salle est un espace consacré aux paroles littéraires, orales et écrites. Le visiteur est d’abord plongé dans le monde de la littérature orale à l’aide de films sur différentes productions (Illus. no 5), qu’il s’agisse de contes gbaya (Roulon et Doko 1982), de poésie des bergers peuls (Seydou 1991), de poésie mystique peule (Seydou 2008), d’une épopée d’un griot généalogiste zarma (Bornand 2006) ou de l’éloge d’un chasseur mandingue (Kedzierska-Manzon 2013). Il est ensuite amené à faire une pause silencieuse dans un salon de lecture où il peut consulter des romans, des recueils de poésie ou de la littérature de jeunesse, en langues africaines et occidentales.

  • 12 Dialiba Konaté est un dessinateur d’origine malienne fasciné par les récits épiques qu’on lui faisa (...)

12La transition entre l’espace consacré à la littérature orale et celui voué à la littérature écrite est marquée par l’exposition de dessins originaux de Dialiba Konaté relatant l’épopée de Soundiata12 (Illus. no 6). Ceux-ci couvrent les deux faces de la cloison, signifiant ainsi le continuum entre les modalités de l’expression littéraire, afin de montrer qu’il n’y a pas de frontière nette entre oralité et écriture. Dans la salle de la littérature écrite, des vitrines mettent en évidence des productions particulières comme un manuscrit de Sony Labou Tansi, Roméo et Juliette jouent au football ; un tapuscrit racontant la vie d’un enfant-soldat dont le récit a été publié sous le titre Souvenez-vous de moi l’enfant de demain (Amisi 2011), expérience d’une écriture collective, en lingala et en français, menée par Serge Amisi, Raharimanana et Jean-Christophe Lanquetin ; un roman hausa écrit par une femme, Hajiya Ramat Yakubu et édité au Nigeria (1990) ; ou encore le roman publié initialement par Samba Niaré en bambara sous le titre Kanuya Wale à Bamako (Société malienne d’édition, SOMED, 1996), réédité en bambara en 2010 (avec le même titre, EDIS, Bamako) et, à cette occasion, traduit et publié aussi en peul (sous le titre Jili), en songhay (sous le titre Baayan allaahidu) et en français (sous le titre Un acte d’amour) chez le même éditeur (sur ce livre, lire notamment Derive 2006).

  • 13 L’extrait présenté est issu du film d’Olivier de Sardan (1974).

Ce temps de calme consacré à la découverte d’ouvrages et manuscrits de différentes époques et origines a pour but de rendre la transition d’autant plus brutale, puisque, dans la quatrième salle, le visiteur est invité – par un montage audiovisuel dynamique – à faire l’expérience des effets de « paroles efficaces » au grand pouvoir performatif : prière aux ancêtres, paroles du devin, rituels initiatiques (Dauphin-Tinturier 2003), invocations pour la pluie13, « attachement » du mariage par la parole, bénédiction (Bornand 2006, 2013)...

Ill. 5 : « Littérature orale, salle 3 » (Gustave Deghilage 2012).

Ill. 5 : « Littérature orale, salle 3 » (Gustave Deghilage 2012).

Ill. 6 : « Littérature écrite avec les dessins de Dialiba Konaté, salle 3 » (Gustave Deghilage 2012).

Ill. 6 : « Littérature écrite avec les dessins de Dialiba Konaté, salle 3 » (Gustave Deghilage 2012).
  • 14 Comme le rap wolof (Moulard 2004, 2013), le slam swahili, la bande dessinée zoulou et camerounaise (...)
  • 15 Voir les travaux d’Henry Tourneux (2006, 2008 ; Tourneux et Métangmo-Tatou 2011).

13Dans les deux dernières salles, le voyage sur le continent africain se termine par l’appel à s’ouvrir aux influences : les pratiques14 comme les mots circulent à travers les continents (Moñino 2002, 2007), investissent le monde moderne par de nouveaux usages, s’adaptant à la nécessité de toujours mieux communiquer (pensons tout particulièrement à l’utilisation de la littérature orale dans le cadre de projets de développement15). Un studio de montage reconstitué permet d’entendre des rappeurs sénégalais (Illus. no 7). Des bandes dessinées dans diverses langues peuvent être consultées. Un écran interactif présentant le « voyage des mots » permet, en cliquant sur un terme, de visualiser son trajet, d’un continent à l’autre, selon les différents emprunts linguistiques.

  • 16 Voir également le film d’Alexandra Ena, Au pays du conte (2014) et l’émission de radio d’Amélie Tul (...)
  • 17 Voir le film d’Alexandra Ena, Magistrats et migrants (2012).

14Le parcours se termine par une invitation, adressée au visiteur, à s’interroger sur ses propres pratiques (Illus. no 8). Dans ce cadre sont présentées des initiatives et expériences réalisées en France avec des enfants et des adultes, expériences dont le but est d’œuvrer à la reconstruction d’un lien social distendu, grâce à un usage renouvelé de la parole (Launey et Platiel 201016). Des ouvrages réalisés par les enfants français et burkinabè sont exposés en vitrine, tandis qu’un jeu pour stimuler les récits de vie et de migration s’affiche sur un mur. Un documentaire17 sur les témoignages des juges pour enfants ayant suivi les sessions de formation proposées par Suzy Platiel, diffusé sur un écran de télévision, montre combien il peut être utile de tenir compte des conceptions de la parole des sociétés d’origine des enfants pour mieux les comprendre dans les situations où les juges sont sollicités.

Public et animation

  • 18 « Le guide pédagogique de l’exposition Paroles d’Afrique », -pos_guide.php.

15En tant qu’outil de médiation et de pédagogie, le MEB a accueilli un public diversifié autour de l’exposition Paroles d’Afrique. Pour prolonger cet aspect pédagogique, Marie Lorillard, anthropologue spécialiste de la littérature orale sénoufo (Lorillard 2013), a proposé des ateliers sur chacune des salles, adressés aux enfants des écoles et des centres d’animation de la ville, avec différentes activités en fonction des âges des enfants. Le livret qu’elle a conçu est aujourd’hui disponible sur Internet18 et peut être utilisé par les enseignants comme par les parents qui souhaiteraient transmettre à leur enfant cette expérience de la parole, même si ce n’est plus à l’occasion de la visite de l’exposition.

  • 19 Dont les participants furent Thomas Bearth(universitédeZürich,Suisse),Anne-MarieDauphin-Tinturier ( (...)
  • 20 Cinéaste d’origine burkinabè, chargé de cours à l’université de Bordeaux.
  • 21 Serge Amisi (écrivain), Jean-Christophe Lanquetin (metteur en scène) et Jean-Luc Rahari-manana (écr (...)
  • 22 Annie Chéneau-Loquay (LAM, Bordeaux) et Mirjam de Bruijn (Centres d’études africaines de Leiden, Pa (...)
  • 23 Voir l’émission de radio Tire ta langue d’Antoine Perraud du 31 mars 2013, « Le slameur et le lingu (...)
  • 24 « MEB – Exposition “Paroles d’Afrique” », https://www.facebook.com/MebExpositionPar olesDAfrique ?r (...)

Différents temps forts ont en outre rythmé l’exposition, proposant aux visiteurs des éclairages sur les problématiques liées à la parole dans les mondes africains. A ainsi été organisé, par Sandra Bornand et Jean Derive, un colloque international intitulé Paroles d’Afrique. Entre traditions et mutations19, ouvert au public et se voulant accessible à tous, afin de faire le point de la recherche sur des aspects fondamentaux de l’exercice de la parole en Afrique. Un cycle de projections cinématographiques accompagnait ce colloque. Cet événement, coordonné par Dragoss Ouedraogo20, se tenait dans différentes institutions culturelles bordelaises, ce qui a permis de toucher d’autres types de publics : les habitués des cinémas d’art et d’essai à l’Utopia, les clients des cafés associatifs au Boulevard des Potes, les habitants de la banlieue bordelaise au Rocher de Palmer, les adeptes des sorties culturelles au musée d’Aquitaine... Des conférences21 et un séminaire22 destinés à enrichir notre propos ont également été organisés sur toute la durée de l’exposition. Des chercheurs et des écrivains ont ainsi été invités à s’adresser à un large public, afin de permettre aux visiteurs de revoir l’exposition avec un autre regard. Des spectacles et des ateliers ont ponctué la période de l’exposition ; il s’agissait tout d’abord d’attirer un autre public au musée et, dans un deuxième temps, de favoriser l’établissement de liens. Ainsi, la performance du slameur franco-sénégalais, Souleymane Diamanka, amenait le public à établir un lien entre slam et poésie des bergers peuls23. Les ateliers ont quant à eux permis au public – enfants comme adultes – de se laisser emporter par les contes et d’expérimenter soi-même une pratique comme le slam ou le graffiti (Illus. no 9). L’exposition était par ailleurs accompagnée d’une page Facebook24 permettant de suivre les activités à distance ou d’en découvrir quelques aspects et prolongements (émissions de radio, concerts, publications, etc.).

Ill. 7 : « Formes et usages renouvelés, salle 5 » (Gustave Deghilage 2012).

Ill. 7 : « Formes et usages renouvelés, salle 5 » (Gustave Deghilage 2012).

Ill. 8 : « Restaurer le lien social, salle 6 » (Gustave Deghilage 2012).

Ill. 8 : « Restaurer le lien social, salle 6 » (Gustave Deghilage 2012).

Ill. 9 : « Atelier graffitis » (MEB 2013).

Ill. 9 : « Atelier graffitis » (MEB 2013).

16Pour conclure, précisons que cette exposition, pas plus que les activités connexes, n’avaient de prétention encyclopédique, mais s’intégraient pleinement dans notre volonté de créer un lieu de rencontres, de discussions, et de permettre aux visiteurs d’assimiler de nouvelles connaissances au fur et à mesure des événements proposés par le musée lui-même.

Valorisation et transmission, enjeux et obstacles

17Si Geneviève Calame-Griaule et ses collègues ont, dès les années 1960-1970, consacré la parole comme objet d’étude, si le terme de « patrimoine culturel immatériel » s’est imposé dès 1982 lors d’une conférence mondiale de l’Unesco à Mexico, mettant en valeur les arts de la parole, celle-ci reste souvent absente des musées, plus intéressés à la préservation des objets, de la « matérialité », du tangible. L’exposition Paroles d’Afrique, dans son ambition novatrice et éducative, était donc confrontée à plusieurs enjeux.

Un premier enjeu : exposer des paroles

  • 25 Voir à ce sujet le dossier coordonné par Christian Hottin (2008), en particulier les résultats de l (...)
  • 26 Le deuxième volet portait sur la construction et l’usage des images en anthropologie, et s’intitula (...)

18Le projet s’est affirmé comme pionnier en France : rares sont les expositions dédiées au patrimoine culturel immatériel et aux questions que celui-ci pose25. Au musée d’Ethnographie de Neuchâtel, la notion de parole, tout comme celles de bruit, de son et de musique, avait en partie été questionnée dans l’exposition Bruits (qui s’est tenue du 2 octobre 2010 au 15 septembre 2011), première phase d’une trilogie26 consacrée au patrimoine culturel immatériel, dans le cadre d’une recherche conduite avec l’Institut d’ethnologie de l’université de Neuchâtel et plusieurs partenaires suisses. Mais, dans cette exposition, la parole et la littérature orale occupaient une place marginale. Si celle dont Benoît de l’Estoile était le commissaire, intitulée Nous sommes devenus des personnes. Nouveaux visages du Nordeste brésilien (École normale supérieure et École nationale supérieure des arts décoratifs, 2003), accordait une place centrale à l’interaction pour éviter toute essentialisation de la relation ethnographique, la parole n’en était cependant pas le véritable objet.

  • 27 « Texte de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel », http:// www.unesco (...)

19Un projet comme le nôtre, avec pour but de rendre accessibles et de faire connaître à un public non spécialisé les complexités de la parole, renvoie aux interrogations suscitées par la notion de « patrimoine immatériel » telle qu’elle a été conçue par l’Unesco (Seitel 2001). En effet, si l’exposition présente des « traditions et expressions orales », des « arts du spectacle » et des « rituels » relevant du patrimoine culturel immatériel (PCI), selon la Convention de 200327, notre propos ne s’inscrit cependant pas dans la perspective d’une réflexion sur les enjeux du PCI (comme peut le faire, par exemple, Bortolotto 2011). Il ne s’agit pas pour nous de questionner le concept de PCI à travers la parole ni, en exposant des pratiques langagières dans un musée, de chercher à patrimonialiser ces dernières, mais plutôt de montrer comment est conçue la parole, sur un continent particulier ou plutôt dans une zone spécifique (l’aire subsaharienne), et d’interroger nos propres pratiques en regard de celles présentées au sein de l’exposition.

  • 28 À partir des travaux de Jean-Baptiste Eczet (Zaoui 2010).
  • 29 À partir des travaux de Cécile Leguy (2005, 2011, 2012).

20Nous sommes tout à fait conscientes qu’exposer au MEB telle pratique dans telle société plutôt qu’une autre, c’est prendre le risque de transmettre une image « figée » ou réductrice des productions de l’oralité, car nous ne pouvons en montrer toute la complexité. De plus, le visiteur risque de généraliser à partir de ce qu’il voit. Pour éviter au maximum cet écueil, nous avons cherché autant que possible à proposer des exemples issus de sociétés différentes. Ainsi, pour présenter les noms, nous avons choisi de mettre en parallèle deux systèmes de nomination mettant en jeu les relations sociales, mais de diverses manières : celui des Mursi d’Éthiopie, par le jeu de la multiplicité des noms, chacun donnant un nom à un individu en fonction des relations qu’il entretient avec ce dernier28 ; celui des Bwa du Mali, en utilisant les noms comme messages indirects29, dans lesquels se jouent généralement des questions relationnelles (Illus. no 10).

21Nous voulons ainsi amener le visiteur à questionner les pratiques, en remettant aussitôt en question son interprétation de celles-ci, à participer au processus de construction du savoir et à ne pas essentialiser son propos (Hainard 1987, Gonseth et al. 2005).

Un deuxième enjeu : faire ressentir les effets de la parole

22Un des enjeux majeurs de l’exposition était de faire prendre conscience au visiteur de la force de la parole, telle qu’elle a été mise en valeur par les travaux de Calame-Griaule (2009) et d’autres ethnolinguistes. En effet, dans un contexte où l’on dit facilement « les paroles s’envolent, les écrits restent », on n’a pas forcément conscience de la portée de certains mots. Il nous semble donc important que le visiteur puisse un moment s’interroger sur le poids de la parole et sur les effets que celle-ci peut avoir sur l’auditoire. C’est plus précisément en présentant ce que nous appelons les « paroles efficaces » (bénédictions et malédictions, prières et appels aux ancêtres, chants initiatiques ou paroles thérapeutiques, etc.) que nous cherchons à faire ressentir et appréhender, autant que possible, cette dimension performative de la parole au visiteur.

  • 30 Prêtés par Jean-Marc Boutonnet-Tranier (collection privée).

23Sur le sol du musée, quelques proverbes, en version bilingue, invitent à réfléchir aux effets de la parole (comme « Le petit oiseau bavard n’a pas de graisse au derrière », proverbe malinké, Mali-Guinée ; « Une parole, c’est de l’eau : si elle a coulé, ne se ramasse pas », proverbe peul, Afrique de l’ouest ; « Celui qui parle rend les autres intelligents », proverbe bemba, Zambie). Au fond de la salle consacrée aux « paroles efficaces », de très beaux rouleaux magiques éthiopiens30 écrits en guèze et illustrés en couleurs évoquent les usages qui peuvent être faits de certaines paroles, orales comme écrites, considérées comme protectrices ou même guérisseuses. Mais c’est surtout le montage présenté dans cette salle, introduit par un générique dynamique et rythmé, et quelques proverbes percutants comme « La parole est comme une décharge de fusil ; si elle s’échappe, il est tard pour la rattraper » (proverbe wolof, Sénégal), « La douleur causée par une lance se cicatrice avant celle causée par une mauvaise parole » (proverbe zarma, Niger) ou « La bouche de la femme est son carquois » (proverbe moré, Burkina Faso), qui conduit le visiteur à appréhender le pouvoir de la parole, intellectuellement mais aussi physiquement, en écoutant le devin interroger de manière lancinante les ancêtres, en participant à la tension impliquée par le roulement du tambour du griot annonçant la bénédiction nuptiale ou en vibrant avec le possédé jusqu’à vivre avec soulagement l’arrivée tumultueuse de la pluie.

Un troisième enjeu : apprendre par immersion

  • 31 Atelier « La danse comme objet anthropologique », co-animé par Michael Houseman (IMAF, EPHE) et Geo (...)
  • 32 Qu’il dirige avec Philippe Jespers à l’Université libre de Bruxelles (Belgique).

L’accès à la connaissance passe par l’expérience, l’expérimentation où les sens sont sollicités ; la pédagogie active, proposée dès le début du XXe siècle, incite ainsi la personne à être actrice de son propre apprentissage, à construire son savoir en situation (voir les propositions du pédagogue Célestin Freinet, en France, dès les années 1920). Des anthropologues comme Jeanne Favret-Saada et Michael Houseman font également de l’expérimentation, des émotions, une modalité d’accès à la connaissance. Pour Favret-Saada (1990), la participation et le fait d’être affecté contribuent à la compréhension de phénomènes difficilement accessibles de l’extérieur, comme ce qui peut être vécu lors de ce qu’on appelle une « crise de sorcellerie ». Houseman (2008 : 7), dans l’introduction d’un numéro de la revue Systèmes de pensée en Afrique noire intitulé « Éprouver l’initiation », parle, de même, de « privilégier les dimensions affectives du processus initiatique » et amène à « envisager le contexte initiatique non seulement “du point de vue d’un agir spécifique”, mais surtout “du point de vue d’un pâtir spécifique” ». Il encourage ainsi ses étudiants à expérimenter la danse dans un atelier consacré à l’anthropologie de la danse31 ou les met en situation rituelle en organisant des « Rites-actions32 ». L’expérimentation, la participation et les émotions sont alors considérées comme des modalités d’accès à la connaissance. Dans la même volonté d’enseigner par l’expérience en immersion, la visite de l’exposition se construit comme une parenthèse, un passage où le visiteur acquiert des connaissances qui non seulement l’informent, mais surtout le transforment. Le parcours de l’exposition est d’ailleurs pensé, on l’a vu plus haut, comme un processus initiatique, avec un sas de salutations et un bain de paroles marquant l’entrée, un cheminement progressif allant du plus ordinaire au plus ésotérique, menant à un moment fort où le visiteur reçoit dans le noir la puissance des « paroles efficaces » avant une réintégration dans le monde, où ce qui a été perçu est mis en pratique. Avant de sortir, le visiteur est en effet invité à prendre du recul et à laisser un peu de lui-même. Un arbre dont les feuilles colorées, sous le nom de « graines de mémoire », présentent chacune un petit récit de vie, marque la fin du parcours (Illus. no 11). Le visiteur est convié, au moment de quitter la dernière salle, à cueillir une feuille pour emporter avec lui le récit d’un moment de vie et à rédiger lui-même, sur une « graine de mémoire » vierge, un petit texte du même type à accrocher dans l’arbre. L’arbre change ainsi de frondaison au fil du temps de l’exposition et les dernières feuilles, ramassées lors du démontage et ajoutées au livre d’or, relatent des moments de vie en lien ou non avec ce qui a été vécu lors de la visite (souvenirs de voyages en Afrique, récit d’enfance ou bien jeu avec les mots, paroles de conteurs ou d’instituteurs, découvertes multiples…). Ces « graines de mémoire » sont un signe du passage de visiteurs qui ont vécu le parcours de l’exposition comme une découverte personnelle, une histoire dont ils sont ressortis transformés (Illus. no 12).

Ill. 10 : « Pratiques de nomination mursi et bwa » (Cécile Leguy 2013).

Ill. 10 : « Pratiques de nomination mursi et bwa » (Cécile Leguy 2013).

Ill. 11 : « Arbre à graines de mémoire » (Gustave Deghilage 2012).

Ill. 11 : « Arbre à graines de mémoire » (Gustave Deghilage 2012).
  • 33 Un DVD actuellement en préparation, et dont il sera plus longuement question plus bas, a été conçu (...)

24On peut alors considérer l’exposition comme une performance globale ou une série de performances, où chaque visite, chaque vue du DVD33 de l’exposition permettent au visiteur d’« éprouver » les effets de la parole et de l’amener à communiquer et à expérimenter des formes de relations nouvelles. L’accession au sens de l’exposition, l’« initiation », en quelque sorte – conçue comme « consist[ant] avant tout en la transmission non pas d’un corpus de savoirs mais d’expériences exceptionnelles » (Houseman 2008, paragraphe 13) –, passe alors par la participation et l’expérience (Hainard 1987 ; Gonseth et al. 2005).

Ill. 12 : « Graine de mémoire laissée par un visiteur » (MEB 2013).

Ill. 12 : « Graine de mémoire laissée par un visiteur » (MEB 2013).

Obstacles

Rendre compte de la complexité sans réifier

25L’un des principaux obstacles rencontrés a été la nécessité de faire comprendre notre propos de manière simple. Notre objectif était de faire prendre conscience de la complexité d’un objet apparemment banal en soi, et plus spécifiquement dans la situation africaine. Puisque nous visions une perspective éducative, comment le faire dans des termes accessibles aux non-spécialistes, sans risquer les généralisations abusives ? Comment transmettre la parole, ouvrir les visiteurs à une réflexion scientifique sans le jargon ni les longueurs de l’écrit scientifique ?

26Le cheminement est mis en évidence par une multiplication des voix : la voix off qui résonne à la lecture des cartels, les paroles entendues lors des performances filmées, les citations – écrites ou orales – d’hommes et de femmes photographiés, les lettres... À cette multiplication des voix s’ajoute une multiplication des supports : écrits, audio et audiovisuels (Illus. no 13). Ces stratégies visent à la fois à montrer que le propos est un point de vue sur une pratique, et à créer une relation avec le visiteur tendant à l’inclure dans le processus.

27Si nous avons pris le parti d’une voix off pour les textes des salles et des modules qui guident le visiteur au long de son parcours, nous avons volontairement adopté un style subjectif, avec l’emploi du pronom de la première personne du pluriel, de façon à impliquer le visiteur et à le placer dans une situation d’interlocution.

  • 34 Lucia Spodniakova, chef de projet au MEB, ainsi que la société Eugène et Thierry Piers pour la scén (...)

28Cette subjectivité, assumée par les commissaires, se veut plurielle dans la mesure où les textes ont été, dans un premier temps, écrits par chaque chercheur responsable d’un module, et, dans un deuxième temps, réécrits par les commissaires et finalement validés par la chargée d’exposition34. Cette dernière a mis l’accent sur la taille des textes, qui devaient toujours être réduits. Or, présenter par exemple les griots généalogistes et historiens en moins de six cents caractères, espaces compris, peut paraître impossible, alors que ce groupe socioprofessionnel est présent dans une grande partie de l’Afrique de l’Ouest.

Exemple de cartel : Les griots généalogistes et historiens
Artisans du verbe et de la musique, les griots sont des gens dits « de caste », qui tiennent, de naissance, leur statut et leur métier. Passé dans la langue française et dans le registre artistique européen, ce terme est souvent employé à tort pour désigner tout musicien et chanteur africain. Or, dans les cultures africaines qui connaissent cette catégorisation, c’est-à-dire principalement en Afrique de l’Ouest, il désigne une catégorie socioprofessionnelle bien plus précise, dont la plus prestigieuse est celle des griots généalogistes et historiens, narrateurs d’épopées.

29Si la plupart des chercheurs ont joué le jeu, il a été difficile pour tous, y compris ceux qui s’intéressent à la transmission et à la valorisation et qui, pour certains en tant qu’enseignants, expérimentent régulièrement la nécessité d’exposer clairement la complexité, de se restreindre à peu de mots, au risque de trop généraliser leur propos. Les retours du public semblent toutefois donner raison à la chargée d’exposition dans la mesure où, dans les commentaires laissés sur le livre d’or, les visiteurs trouvaient l’exposition très riche, notant parfois la nécessité de plusieurs visites pour véritablement en saisir tous les aspects.

Richard Schechner, quand il décrivait les expériences shamaniques comme « real and whole », précisait : « Our interpretations diminish and fragment them » (2003 : 35). Dans le cadre d’une exposition, ce ne sont pas seulement nos interprétations qui courent ce risque, mais aussi nos explications : on nous demandait continuellement de réduire nos textes, tandis que nous avions peur de trop résumer, d’être trop simplistes. Le parti pris de la chargée des expositions et des commissaires a été de voir l’exposition comme un ensemble, dans la mesure où c’est ce dernier qui donne le sens. Nous nous sommes finalement aperçues que la simplification demandée était de toute façon moins importante que celle que le visiteur fait de lui-même : ce dernier ne lit en effet pas forcément chaque cartel et ne peut tout appréhender en une visite. Il ne faut pas perdre de vue ce qui est visé, soit le cheminement que le visiteur effectue dans l’exposition comme dans la parole et dans son appréhension. Et les graines de mémoire laissées par les uns et les autres, ainsi que les remarques sur le livre d’or, montrent que le défi est réussi.

Ill. 13 : « Voix des médias » (Cécile Leguy 2013).

Ill. 13 : « Voix des médias » (Cécile Leguy 2013).

Ill. 14 : « Portraits et citations d’écrivains africains » (Gustave Deghilage 2012).

Ill. 14 : « Portraits et citations d’écrivains africains » (Gustave Deghilage 2012).

Comment ne pas reproduire les formes de domination symbolique ou politique ?

30Enfin, la question de la nécessaire neutralité du scientifique se pose face aux faits langagiers si souvent révélateurs de relations de pouvoir. Comment ne pas risquer de reproduire les formes de domination symbolique ou politique en faisant le choix d’exposer telle image ou tel objet, de parler de tel auteur ou de telle pratique langagière ? Les langues elles-mêmes subissent des luttes d’influence, non seulement au sein des nations (Achard 1998, Canut 2008), mais aussi quand elles font ou non l’objet d’un enseignement, à l’école ou dans les universités, y compris en dehors du continent (pensons au choix des langues africaines enseignées à l’Inalco à Paris). De même, produire une littérature dans une langue africaine (par exemple en pulaar, voir Bourlet 2007, ou en swahili, voir Garnier 2006) ou en français peut être un acte politique, de revendication ou d’allégeance (Derive 2004). En souhaitant indiquer sur une grande carte toutes les langues mentionnées dans l’exposition, nous avons en outre été confrontées aux réticences des géographes qui, par peur d’une certaine essentialisation – mettre un nom de langue sur une carte est effectivement toujours figer et simplifier une situation particulièrement complexe, dans une région de forte dialectalisation où, de plus, sont souvent parlées plusieurs langues – auraient préféré ne retenir que les langues officielles de pays bien délimités par leurs frontières politiques… ce qui était pour le moins paradoxal !

31En composant une exposition sur les pratiques langagières issues du continent africain, il nous importait d’éviter autant que possible ces écueils, qui font l’objet de nombreuses discussions au sein même de l’Unesco. Ainsi, lors de la conférence mondiale de Mexico (Mondiacult) en 1982, toute hiérarchie entre les cultures fut unanimement rejetée, du fait que rien ne peut justifier la discrimination entre « cultures supérieures et cultures inférieures ». La Déclaration de Mexico affirmait en outre que toute culture représente un ensemble unique et irremplaçable de valeurs, dans la mesure où les traditions et les formes d’expression de chaque peuple sont sa manière propre de manifester sa présence dans le monde. C’est lors de cette Déclaration de Mexico sur les politiques culturelles que fut proposée une nouvelle définition du patrimoine culturel, englobant les œuvres tant matérielles qu’immatérielles par lesquelles la créativité des populations trouve son expression. On souligna également que, en ce qui concernait les valeurs et traditions culturelles et spirituelles, les cultures du Sud pouvaient contribuer fortement à revitaliser celles du reste du monde. Nous savons cependant combien il peut être difficile, pour certaines populations marginalisées dans leur propre pays, de faire entendre leur voix quand la communication avec les instances internationales passe par les structures étatiques.

  • 35 Cette attention aux hommes et femmes en tant qu’individus apparaît notamment dans la volonté de pré (...)

32Autre risque également dénoncé suite aux actions en faveur de la sauvegarde du patrimoine immatériel dans le cadre de l’Unesco : celui d’un figement de traditions dont le mode de transmission, oral, induit une certaine variabilité. La Convention pour la sauvegarde du patrimoine immatériel adoptée en 2003 par l’Unesco pose en effet un certain nombre de questions, dont quelques-unes portant sur le risque, en valorisant un tel ou tel type de productions orales, de reproduire un discours construit dont la visée serait avant tout identitaire (Ciarcia 2006). Du point de vue de la littérature orale, se pose aussi la question de la pertinence qu’il y a à chercher à sauvegarder ce qui ne se réalise qu’en performance (Furniss 2005b). Dans le cadre de l’exposition, il nous importait d’amener le visiteur à penser la « parole » présentée – par exemple l’épopée et son récitant – non pas comme un « chef-d’œuvre » produit par un « trésor humain vivant », pour reprendre les termes de l’Unesco, mais comme une production et un performer parmi d’autres. Pour faire comprendre la complexité des situations, nous avons décidé, tout en mettant en valeur certaines grandes figures de la parole orale et écrite dont les citations affichées sur les murs donnaient à réfléchir (Illus. no 14), de mettre sur un même plan différent types de paroles35. Ainsi, parmi la littérature orale, les joutes verbales d’insultes peuvent être entendues comme des paroles ordinaires, mais dont le poids dans la vie sociale peut être tout aussi important que le récit majestueusement mis en scène par un grand griot de la généalogie d’une honorable famille. Face aux Bibles anciennes en guèze ou au Petit Livre rouge de Mao publié en hausa, des carnets de comptes d’un marchand de coton bambara montrent de même la diversité des usages de l’écrit (Illus. no 15).

Ill. 15 : « Diversité des écrits » (Cécile Leguy 2013).

Ill. 15 : « Diversité des écrits » (Cécile Leguy 2013).

33Si exposer rend présent, les enjeux de cette actualisation dépassent la seule valorisation et transmission d’un savoir : la désignation comme « chef-d’œuvre » n’est pas une simple qualification mais une catégorisation stigmatisante pour ceux dont les productions sont mises en exergue, tout comme pour ceux qui sont oubliés, qui n’ont pas les moyens de valoriser leur production. Ces « oublis » reproduisent généralement les rapports de domination au sein de la société, et c’est pourquoi certains chercheurs, comme l’historien Mamadou Diawara (2003) et l’anthropologue Jean-Pierre Olivier de Sardan (1975), ont pris le parti de s’intéresser aux traditions serviles.

Exposer parole et littérature orale dans un musée : un acte militant ?

34En ces temps de repli identitaire et de crispation politique en Afrique comme ailleurs dans le monde, penser une exposition intitulée « Paroles d’Afrique », c’est viser à déconstruire une conception essentialiste de la culture. C’est pourquoi nous avons choisi, d’une part, comme Benoît de L’Estoile (2007 : 406) à l’occasion d’une autre exposition, de « donner à entendre une pluralité de voix, correspondant à la diversité des significations que les individus donnent aux transformations sociales en fonction de leurs expériences antérieures ; […] traduire la situation d’interlocution qui caractérise la relation ethnographique » et, d’autre part, de terminer le parcours par une salle de dialogue entre les trois continents, africain, américain et européen. Ainsi est interrogé ce que peuvent apporter, aux sociétés occidentales en mal de lien social au sein même de l’école, des conceptions et apprentissages de la parole qui ont fait la preuve de leur efficacité dans les sociétés africaines dont elles sont issues.

35Prendre le parti d’interroger l’identité à travers la parole est intéressant à plus d’un titre : non seulement comme objet scientifique, mais aussi parce que le langage comme faculté est commun à tous les êtres humains, même si la manière de le traiter ou de le considérer diffère d’un contexte à l’autre. C’est d’autant plus intéressant qu’on assiste actuellement, en Europe comme en Afrique, à des changements dans les modalités de communication, où le face-à-face est de moins en moins présent, où la coprésence n’est plus requise pour se « parler ». En interrogeant ces paroles d’Afrique, c’est donc une invitation – au-delà d’un appel à essayer de comprendre l’« Autre » – à interroger ses propres pratiques. Il s’agit de questionner la parole et d’envisager comment celle-ci aide à vivre ensemble. Mais il s’agit aussi de réfléchir à la manière dont les travaux scientifiques peuvent avoir un impact social, préoccupation qui concerne tous les chercheurs.

  • 36 Livre écrit suite à la rencontre avec Christiane Faure (1908-1998) qui a initié les politiques cult (...)

36On le voit, nous nous inscrivons clairement dans un débat politique et social, et exposer les paroles africaines, en rendre compte, est considéré comme une « action sociale » (à l’instar de ce que dit Richard Schechner de la performance), qui participe de l’éducation populaire (Lepage 200536, 2012). Celle-ci peut être définie, à la suite de Christian Maurel (2010 : 82), comme « l’ensemble des pratiques éducatives et culturelles qui œuvrent à la transformation sociale et politique, travaillent à l’émancipation des individus et du peuple, et augmentent leur puissance démocratique d’agir ».

37La scénographie a été mise au service de cet objectif, dans la mesure où, à la suite de ce qui a été fait dans des musées qui revendiquent une « muséologie de la rupture » (notamment le musée d’Ethnographie de Neuchâtel ; cf. Hainard 1987), nous avons construit une exposition interactive où la participation du visiteur est sollicitée, mais aussi parce que nous avons cherché à faire tomber la barrière symbolique entre visiteurs et « objets », une barrière qui est intégrée inconsciemment par les premiers, comme en témoignent leurs difficultés à oser toucher, emporter, raconter, c’est-à-dire à prendre une part active dans le processus de transmission des connaissances, comme ils étaient invités à le faire. Les traces laissées par les visiteurs dans le livre d’or de l’exposition et dans les graines de mémoire accrochées à l’arbre révèlent cependant combien certains ont été touchés par l’expérience.

38En amenant les visiteurs à s’emparer des objets (la « librairie par terre » et un salon de lecture offrent des journaux et des livres à consulter), à toucher les écrans tactiles (un jeu interactif, le « Voyage des mots », permet de visualiser les emprunts linguistiques à travers les continents), à emporter des documents (au fil de l’exposition, on trouve des feuilles à détacher avec des informations complémentaires), à laisser une trace – et pas seulement sur le livre d’or qui se veut retour sur l’exposition, mais aussi par les graines de mémoire instaurant un dialogue au-delà de l’exposition –, les visiteurs sont incités à interagir, à participer, à se poser comme les acteurs de leur propre visite.

  • 37 DVD réalisé par Sandra Bornand, Cécile Leguy et Paulette Roulon-Doko, avec la collaboration de Dani (...)
  • 38 Le choix, dans un premier temps, du DVD s’explique par la volonté de proposer un support accessible (...)
  • 39 « Autrement dit [des] “sujets de l’enquête”, que ce soit en les personnes ayant été directement int (...)

39Si l’exposition de Bordeaux relève des « formes de diffusion classique des résultats de recherches (rapports, articles, livres, films, exposition, enseignement) qui s’adressent pour l’essentiel à des publics plus ou moins indiscriminés extérieurs au monde social enquêté » (Olivier de Sardan 2014 : 37), nous avons, sur la suggestion de la directrice du MEB, réfléchi à une suite de l’exposition qui pourrait rencontrer d’autres publics sous la forme d’un DVD37, comprenant des documents complémentaires et des entretiens filmés38. Grâce à ce support, l’exposition est vouée à voyager et à aller à la rencontre d’autres publics, et, potentiellement, des « acteurs concernés39 ». Elle se fait « restitution », dans la définition qu’en propose Olivier de Sardan (2014 : 37), « comme “feed-back”, centrée sur une “performance” présentant les résultats d’une recherche empirique à des membres du groupe social ayant fait l’objet de l’enquête ».

Conclusion

40Le musée comme lieu d’éducation et l’exposition comme action sociale sont les deux points sur lesquels il nous semble important de conclure. Nous avons conçu cette exposition comme parcours initiatique, marqué par une entrée dans un espace différent, avec une temporalité différente, et des étapes où l’on cherche à faire éprouver des sensations, des émotions, où l’on aspire à faire émerger des questionnements, visant à une transformation à la sortie.

41Le visiteur est ainsi amené à interroger son rapport au langage et à la communication à travers les pratiques langagières d’autres cultures, toutes africaines, c’est-à-dire présentes dans un continent souvent méconnu. C’est pour lui une manière de découvrir « ce que parler veut dire » chez les Amhara d’Éthiopie, les Bemba de Zambie, les Gbaya de Centrafrique ou les Mossi du Burkina Faso, dans la continuité des travaux aujourd’hui classiques de Calame-Griaule et de ses collègues qui ont mis l’accent sur l’importance de la parole et la diversité des conceptions de celle-ci selon les sociétés.

  • 40 Paulette Roulon, Aïssatou Mbodj-Pouye, Annie Lenoble-Bart, Christiane Seydou, Mélanie Bourlet, Anne (...)

42À travers les différentes modalités de l’expression orale et écrite, les visiteurs sont initiés aux pratiques langagières actuelles d’un continent dynamique. L’exposition vise à montrer la diversité des pratiques et des représentations de la parole, allant à l’encontre du cliché d’une Afrique subsaharienne uniforme ; à mettre en évidence la créativité présente partout, y compris dans les pratiques dites « traditionnelles », contredisant l’idée d’une Afrique figée ; à réfuter l’idée d’une Afrique continent sans écriture par la présentation de documents en guèze, en swahili, en tifinagh… ; et à inciter en retour les visiteurs à interroger leurs propres pratiques, dans un monde où les échanges directs tendent à se raréfier. Cette réflexion est autant amenée par l’exposition elle-même que par les prolongements prévus : livret de médiation téléchargeable sur le Net que les enseignants comme les parents peuvent utiliser, ateliers autour d’une performance (conte, slam, chant, graffiti) qui font expérimenter la pratique, conférences et colloque. Dans cette perspective, le DVD constitue à la fois une prolongation de l’exposition et un développement, grâce aux entretiens filmés de certains spécialistes ayant participé à l’exposition40, ainsi qu’aux notices sur les sociétés abordées et aux bonus sur des aspects particuliers présents dans l’exposition ; bref, à tenter de répondre à la critique adressée en son temps par Arnold van Gennep aux musées et qui reste encore d’actualité : « Si les musées ethnographiques dans leur état actuel font du mal à notre science, c’est qu’ils perpétuent l’illusion ancienne que ce qui lui importe, c’est avant tout la connaissance des objets matériels » (1914 : 21).

Top of page

Bibliography

Achard Pierre, 1998, Nations, nationalismes : l’approche discursive, Langage et société 86 : 9-61.

Albert Christiane (dir.), 1999, Francophonie et identités culturelles, Paris, Karthala.

Amisi Serge, 2011, Souvenez-vous de moi, l’enfant de demain, La Roque d’Anthéron, Vents d’ailleurs.

Bornand Sandra, 2005, Le Discours du griot généalogiste chez les Zarma du Niger, Paris, Karthala.

— 2006, Parlons zarma, Paris, L’Harmattan.

— 2013, Chants de mariage des Songhay-Zarma : Niger, Dictionnaire des créatrices, Paris, Éditions des femmes : 838-839.

Bortolotto Chiara (dir.), 2011, Le Patrimoine culturel immatériel. Enjeux d’une nouvelle catégorie, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Bourlet Mélanie, 2007, Poésie pulaar et politique au Sénégal et en Mauritanie dans les années 1970 et 1980, in Musanji Ngalasso-Mwata, Virginia Coulon, Alain Ricard (textes réunis et présentés par), Littératures, savoirs et enseignements. Actes du colloque de l’APELA, Bordeaux, septembre 2004, Pessac, CELFA/Presses universitaires de Bordeaux : 37-45.

Calame-Griaule Geneviève, 2009 [1965], Ethnologie et langage. La parole chez les Dogon, Limoges, Lambert Lucas.

Canut Cécile, 2008, Le Spectre identitaire : entre langue et pouvoir au Mali, Limoges, Lambert Lucas.

Ciarcia Gaetano, 2006, La Perte durable. Étude sur la notion de « patrimoine immatériel », LAHIC/Mission à l’ethnologie (ministère de la Culture). http://www.iiac.cnrs.fr/article747.html41.

Dauphin-Tinturier Anne-Marie, 2003, Cisungu à nouveau. Initiation des femmes et structure sociale dans le nord de la Zambie, L’Homme 167-168 : 187-208.

De Bruijn Mirjam, Nyamnjoh Francis et Brinkman Inge (eds), 2009, Mobile Phones: The New Talking Drums of Everyday Africa, Bamenda/Leiden, LANGAA/Africa Studies Center.

Derive Jean, 2004, Le traitement littéraire du conte africain : deux exemples chez Bernard Dadié et Birago Diop, Semen 18, http://semen.revues.org/2226.

— 2006, Le parcours sinueux d’un roman bambara : Kanuya Wale [Un acte d’amour] de Samba Niaré (1996), in Xavier Garnier, Alain Ricard (dir.), L’Effet roman. Arrivée du roman dans les langues d’Afrique, Paris, CENEL/L’Harmattan : 265-285.

Derive Jean, Derive Marie-Jo, 2004, Processus de création et valeur d’emploi des insultes en français populaire de Côte d’Ivoire, Langue française 144 : 13-34, http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/lfr_ 0023-8368_2004_num_144_1_6805.

Derive Jean, Leguy Cécile (dir.), 2015, Paroles d’Afrique. Entre traditions et mutations, Cargo 4.

Derive Marie-Jo, 2008, Internet : un nouveau terrain d’enquête. Quelques pistes à explorer d’après une expérience, Cahiers de littérature orale 63-64 : 117-125 http://clo.revues.org/114.

Diawara Mamadou, 2003, L’Empire du verbe et l’Éloquence du silence, Cologne, Rüdiger Köppe.

Favret-Saada Jeanne, 1990, Être affecté, Gradhiva 8 : 3-9.

Furniss Graham, 2003, Hausa Popular Literature and Video Film: the Rapid Rise of Cultural Production in Times of Economic Decline, Arbeitspapiere 27, Mainz, Johannes Gutenberg Universität, http://www.ifeas.uni-mainz. de/workinpapers/FurnissHausa.pdf.

— 2005a, Video and the Hausa Novella in Nigeria, Social Identities 11 (2): 89-112.

— 2005b, Reflections on the UNESCO Convention on the Safeguarding of the Intangible Cultural Heritage, in Jean Derive, Ursula Baumgardt (dir.), Paroles nomades: écrits d’ethnolinguistique africaine, Paris, Karthala: 31-44.

Garnier Xavier, 2006, Le Roman swahili. La notion de « littérature mineure » à l’épreuve, Paris, Karthala.

Garnier Xavier, riCard Alain (dir.), 2006, L’Effet roman. Arrivée du roman dans les langues d’Afrique, Paris, CENEL/L’Harmattan.

Gauvin Lise, 2007, Écrire pour qui ? L’écrivain francophone et ses publics, Paris, Karthala.

Gonseth Marc-Olivier, 2005, Un atelier ethnographique. Les expositions du MEN 1981-2004, in Marc-Olivier Gonseth, Jacques Hainard, Roland Kaehr (dir.), Cent ans d’ethnographie sur la colline de Saint-Nicolas 1904-2004, Neuchâtel, musée d’Ethnographie : 375-529.

Gonseth Marc-Olivier, Hainard Jacques, Kaehr Roland (dir.), 2005, Cent ans d’ethnographie sur la colline de Saint-Nicolas 1904-2004, Neuchâtel, musée d’Ethnographie.

Gonseth Marc-Olivier, Knodel Bernard, Laville Yann, Mayor Grégoire, 2011, Bruits, Neuchâtel, musée d’Ethnographie.

Hainard Jacques, 1987, Pour une muséologie de la rupture, Musée 10, 2-4 : 44-45.

Hottin Christian (dossier coord. par), 2008, Le Patrimoine culturel immatériel, Culture et recherche 116-117 : 10-54. http://www.culture.gouv.fr/culture/ editions/r-cr_116_117.html.

Houseman Michael, 2008, Éprouver l’initiation, Systèmes de pensée en Afrique noire 18 : 7-40, http://span.revues.org/744.

— 2004, The Red and Black: A Practical Experiment for Thinking about Ritual, Social Analysis 48 (2): 75-97.

Kedzierksa Manzon Agnès, 2013, Chasseurs mandingues. Violence, pouvoir et religion en Afrique de l’Ouest, Paris, Karthala.

L’Estoile Benoît de, 2007, Le Goût des Autres. De l’Exposition coloniale aux arts premiers, Paris, Flammarion.

Lafon Michel, 2004, De la diversité linguistique en Afrique du sud : Comment transformer un facteur de division en un outil de construction nationale ?, in Philippe Guillaume, Nicolas Péjout, Aurélie Wa Kabwe-Segatti (dir.), L’Afrique du sud dix ans après. Transition accomplie ?, Paris, Karthala : 217-247.

— 2008, Mozambique : vers la reconnaissance de la réalité plurilingue par l’introduction de l’éducation bilingue, in Henry Tourneux (dir.), Langues, cultures et développement en Afrique, Paris, Karthala : 217-250.

Launey Nicole, Suzy Platiel, 2010, Vitalité du conte : à l’école du conte oral, en Guyane. Ou comment s’appuyer sur la tradition orale pour développer la sociabilité et les structures mentales des enfants, Synergie France 7 : 137-144. http://ressources-cla.univ-fcomte.fr/gerflint/France7/nicole.pdf.

Leguy Cécile, 2001, Le Proverbe chez les Bwa du Mali. Parole africaine en situation d’énonciation, Paris, Karthala.

— 2005, Noms de personne et expression des ambitions matrimoniales chez les Bwa du Mali, Journal des africanistes 75/2 : 107-128.

— 2010, Dialiba Konaté, ou celui qui donne à voir la parole des griots, Cahiers de littérature orale 67-68 : 203-222.

— 2011, Que disent les noms-messages ? Gestion de la parenté et nomination chez les Bwa (Mali), L’Homme 197 : 71-92.

— 2012, Nomination, organisation sociale et stratégies discursives chez les Bwa (Mali-Burkina Faso), in Sophie Chave-Dartoen, Cécile Leguy, Denis Monnerie (dir.), Nomination et organisation sociale, Paris, Armand Colin : 323-352.

Lenoble-Bart Annie, Chéneau-Loquay Annie, 2010, Les Médias africains à l’heure du numérique, Netsuds 5, Paris, L’Harmattan.

Lenoble-Bart Annie, Tudesq André-Jean (dir.), 2008, Pour connaître les médias d’Afrique subsaharienne. Problématiques, sources et ressources, Paris, IFAS-IFRA-MSHA-Karthala.

Lepage Franck, 2007, Inculture(s), t. I : L’éducation populaire, monsieur, ils n’en ont pas voulu… ou Une histoire de la culture », Paris, Cerisier.

— 2012, Éducation populaire, une utopie d’avenir (coordonné par l’équipe de Cassandre/Horschamp, à partir des enquêtes réalisées par Franck Lepage), Paris, Les Liens qui libèrent.

Lorillard Marie, 2013, Souffrances discrètes, fatigue ordinaire, Paris, Ibis Press.

Maurel Christian, 2010, Éducation populaire et puissance d’agir. Les processus culturels de l’émancipation, Paris, L’Harmattan.

Mbodj-Pouye Aïssatou, 2013, Le Fil de l’écrit. Une anthropologie de l’alphabétisation au Mali, Lyon, ENS-Éditions.

Mbodj-Pouye Aïssatou, van den avenne Cécile 2013, Faire entendre sa voix : deux corpus de lettres envoyées à une radio locale à Mopti (Mali), Journal des africanistes 83/1 : 38-69.

Moñino Yves, 2007, Les rôles du substrat dans les créoles et dans les langues secrètes : le cas du palenquero, créole espagnol de Colombie, in Karl Gadelii, Anne Zribi-Hertz (dir.), Grammaires créoles et grammaire comparative, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes : 49-72.

— 2002, Expressions de l’identité et de l’altérité en Colombie, Amérique Latine, Histoire et Mémoire, Les Cahiers ALHIM [en ligne] 4, http://alhim.revues.org/497.

Morand Katell, 2011, Mélodies pleurées, paroles à attraper. Les chants d’ǝngurguro dans des funérailles éthiopiennes Goğğam, Amhara), Cahiers de littérature orale 69 : 57-78. http://clo.revues.org/607.

Moulard Sophie, 2013, Le regard entre deux rives : la migration et l’exil dans le discours des rappeurs sénégalais, Cahiers d’études africaines 213-214 : 415-449.

— 2004, « Le rap à Dakar. Approche sociolinguistique du langage hip-hop au Sénégal », in Dominique Caubet et al. (dir.), Les Parlers jeunes, ici et là-bas : pratiques et représentations, Paris, L’Harmattan.

Niare Samba, 1996, Kanuya Wale (en 3 volumes), Bamako, Société malienne d’Édition. (Réédité en 2010 avec le même titre, Bamako, EDIS et traduit également en peul et en songhay respectivement sous le titre de Jili et de Baayan allaahidu.)

Olivier De Sardan Jean-Pierre, 1975, Quand nos pères étaient captifs, Paris, Nubia.

— 2014, Des restitutions : pour quoi faire ?, in Caroline Dayer, Marie-Noëlle Schurmans, Maryvonne Charmillot (dir.), La Restitution des savoirs. Un impensé des sciences sociales ?, Paris, L’Harmattan : 37-50.

Perrez de Cuellard Javier (dir.), 1996, Notre diversité créatrice. Rapport de la Commission mondiale de la culture et du développement, Paris, Éditions de l’Unesco, http://unesdoc.unesco.org/images/0010/001055/105586fo.pdf.

Platiel Suzy, 1993, L’enfant face au conte, Cahiers de littérature orale 33 : 55-73.

— 2002, Le conte africain à l’école, La Grande Oreille 12 : 79-83.

— 2005, Un conte voyageur, in Jean Derive, Ursula Baumgardt (dir.), Paroles nomades : écrits d’ethnolinguistique africaine, Paris, Karthala : 115-135.

— 2012, Ce que disent les contes aux Sanan, adultes et enfants : les Sanan, une société de tradition orale, in Ce que disent les contes, Actes du colloque des Arts du récit (2010), Grenoble, livret 3 : 1-30.

Ricard Alain, 1995, Littératures d’Afrique noire : des langues aux livres, Paris, CNRS/Karthala.

— 2006, Histoire des littératures de l’Afrique subsaharienne, Paris, Ellipses.

Roulon Paulette, Doko Raymond, 1982, Un pays de conteurs, Cahiers de littérature orale 11 : 123-134.

— 2009, La parole pilée : accès au symbolisme chez les Gbaya’Bodoe de Centrafrique, Cahiers de littérature orale 66 : 217-232, http://clo.revues. org/656.

Schechner Richard, 2002, Performances Studies. An Introduction, Londres & New York, Routledge.

— 2003 [1977], Performance Theory, Londres & New York, Routledge.

— 2004 [1988], Over Under and Around. Essays on Performance and Culture, Chicago, Seagull.

— 2008, Performance : expérimentation et théorie du théâtre, Paris, Éditions théâtrales.

Seitel Peter (ed.), 2001, Safeguarding Traditional Cultures: A Global Assessment, Center for Folklife and Cultural Heritage, Washington (DC), Smithsonian Institution.

Seydou Christiane, 1991, Bergers des mots. Poésie peule du Mâssina, Paris, Classiques africains.

— 2008, La Poésie mystique peule du Mali, Paris, Karthala.

Tourneux Henry, 2006, La Communication technique en langues africaines. L’exemple de la lutte contre les ravageurs du cotonnier (Burkina Faso/ Cameroun), Paris, Karthala.

Tourneux Henry (dir.), 2008, Langues, cultures et développement en Afrique, Paris, Karthala.

Tourneux Henry, Métangmo-Tatou Léonie, 2011, Parler du sida au Nord-Cameroun, Paris, Karthala.

Van Gennep Arnold, 1914, Religions, mœurs et légendes : essais d’ethnographie et de linguistique, Paris, Mercure de France.

Vold Lexander Kristin, 2007, Langues et SMS au Sénégal. Le cas des étudiants de Dakar, in Jeannine Gerbault (éd.), La Langue du cyberespace : de la diversité aux normes, Paris, L’Harmattan : 59-66, http://www.osiris.sn/Kristin-Vold-Lexander-Langues-et.html.

— 2011, Vœux plurilingues électroniques. Nouvelles pratiques, nouvelles fonctions pour les langues africaines ?, Journal of Language Contact, THEMA 3 : 228-246.

— 2013, Le SMS amoureux, Journal des africanistes 83-1 : 70-91.

Zaoui Pierre, 2010, Le peuple des couleurs. Les Mursi et leurs vaches : voyage en hétérochromie. Entretien avec Jean-Baptiste Eczet, Vacarme 52 (Que disent les couleurs ?) : 42-46, http://www.vacarme.org/article1908.html.

Références discographiques

Bornand Sandra, Zekri Camel, 1998, Niger. Épopées zarma et songhay. Jibo Baje, Enregistrements (1996) : Camel Zekri ; texte : Sandra Bornand ; photographies : Mamadou Touré-Béhan et Dominique Chevaucher. Livret 32 pages, en français, anglais et allemand, 2 photographies, 13 plages. Un CD OCORA/Radio France, C 560127. 71’.

Barry Alfa, 2009, Le Baptêmepeuldu VIH (texte : Henry Tourneux,Abdoulaye Boubakary, Konaï Hadidja, langue fulfulde ; compositeur de la musique, interprète, musicien : Alfa Barry ; textes parlés : Hadidja Konaï ; prise de son et mixage : Moussa Sodéa Sylvestre), Studio d’enregistrement : Sawtu Linjigiila (Ngaoundéré).

Roulon Paulette, Dehoux Vincent, 1993, Centrafrique. Musique pour sanza en pays gbáyá. Enregistrements (1977) : Vincent Dehoux ; texte : Paulette Roulon et Vincent Dehoux ; photographies : Gilles Burgard et Vincent Dehoux. Livret 36 pages, en français et en anglais, 5 photographies, 1 carte. 15 plages. Un CD AIMP XXVII, VDE CD-755. 69’08.

— 1995, Centrafrique. Musique Gbáyá (2). Enregistrements (1977 et 1979) : Vincent Dehoux ; texte : Paulette Roulon-Doko et Vincent Dehoux ; photographies : Yves Moñino, Paulette Roulon-Doko et Vincent Dehoux. Livret 28 pages, en français, anglais et allemand, 4 photographies, 14 plages. Un CD OCORA/Radio France, C 560079 HM 83. 63’09.

Références filmographiques

Calmettes Joël, 1993, La démocratie n’a pas d’ancêtres : chronique villageoise d’une élection, France, producteurs : Agat Film, FR3, Canal France International, Ex Nihilo 58 mn.

Ena Alexandra, 2012, Magistrats et migrants, CNRS Images, 16 mn, http://videotheque.cnrs.fr/doc=3739.

— 2014, Au pays des contes, CNRS Images, 32 mn, http://videotheque.cnrs.fr/ doc =4095.

Lorillard Marie, 2012, Souffrances ordinaires. Paroles d’hommes et de femmes sénoufo, France, 26 mn.

Olivier de Sardan Jean-Pierre, 1974, La Vieille et la Pluie, CNRS Images, 58 mn, http://videotheque.cnrs.fr/doc=594?langue=EN.

Roulon Paulette, 2008, Le Jugement de Gnognoro et de son épouse Sofine, 16 mn 40, CNRS, http://www.vjf.cnrs.fr/clt/html/audio/videotheque.html.

Tourneux Henry, 2011a, Danser pour les génies, France, CNRS Images, producteur Paouri Arghyro, 34 mn.

Tourneux Henry 2011b, La Boule de sorgho, producteur Arghyro Paouri, France, 12 mn.

Tourneux Henry, Konaï Hadidja, 2011, Le Sorgho de saison sèche au Cameroun, France, 25 mn.

Références médiatiques

Amar Yvan, 18 décembre 2012, « Exposition Paroles d’Afrique », entretien avec Sandra Bornand et Cécile Leguy, La Danse des mots, RFI. http://www.rfi.fr/emission/20121218-danse-mots-18122012.

— 15 janvier 2013, « La poésie du Massina », entretien avec Christiane Seydou, La Danse des mots, RFI. http://www.rfi.fr/emission/20130115 poesie-massina.

— 4 mars 2013, « Gate-gate en Côte d’Ivoire », entretien avec Jean Derive, La Danse des mots, RFI. -cote-ivoire.

— 15 mars 2013, « Les histoires drôles racontées par les enfants », entretien avec Diabou Sega Touré, La Danse des mots, RFI. http://www.rfi.fr/ emission/20130315-histoires-droles-racontees-enfants.

— 12 avril 2013, « Slam de Brazza. À la rencontre des slameurs de Brazzaville », La Danse des mots, RFI. http://www.rfi.fr/emission/20130412-slam-brazzaville-congo.

Mermet Daniel, 27 mars 2014, « Pour une éducation populaire », entretien avec Franck Lepage, Là-bas si j’y suis, France Inter. https://www.franceinter.fr/emissions/la-bas-si-j-y-suis/la-bas-si-j-y-suis-27-mars-2014.

Garrigou-Lagrange Matthieu, 4 octobre 2007, « Amadou Kourouma (1927-2003), avec Boniface Mongo-Mboussa, Bernard Magnier, Koffi Kwahulé, Jean Derive, Bernard Mouralis et Stéphanie Loïk, Une vie, une œuvre, France culture http://www.franceculture.fr/emission-ahmadou-kourouma-1927-2003-2007-10-04.html.

Lepage Franck, 2007, Conférences gesticulées – Inculture(s) 1 : Une autre histoire de la culture, « L’éducation populaire, Monsieur, ils n’en ont pas voulu ! », Conférence gesticulée, -populaire-monsieur-ils-n-en-ont-pas.

— 2009, « De l’éducation populaire à la domestication par la “culture” », Le Monde diplomatique, mai 2009. http://www.monde-diplomatique.fr/2009/05/LEPAGE/17113.

Lema Louis, 16 juin 2012, « Dans le livre de Serge Amisi, Le Temps. http:// www.letemps.ch/Page/Uuid/95a80b54-b70e-11e1-bf6e9eee89d705f2/ Dans_le_livre_de_Serge_Amisi.

Perraud Antoine, 31 mars 2013, « Le slameur et le linguiste », entretien avec Julien Barret et Souleymane Diamanka, Tire ta langue, France Culture. http:// -2013-03-31.

Tulet Amélie, 2013, Prélude au Salon du livre (2/3) : « Les Histoires de Suzy Platiel – Plaidoyer pour le conte », France Culture, Sur les Docks. www. franceculture.fr/player/reecouter ?pause =4584901.

— 20 mars 2013, « Djibo Badjé, dernier grand griot historien zarma du Niger », RFI grand reportage, RFI. http://www.rfi.fr/afrique/20130307-djibo-badje-dernier-grand-jasare-zarma-niger-griot-musique/ (écrit et radiophonique).

Top of page

Notes

1 Le musée d’Ethnographie de Bordeaux (MEB), ancienne institution universitaire créée en 1894, a rouvert ses portes dans un espace dédié, au sein du site universitaire de la place de la Victoire en janvier 2011, sous la direction de Sophie Chave-Dartoen. Voir le site internet du musée : http://www.meb.u-bordeaux2.fr/index.htm. Voir également l’émission de radio qu’Yvan Amar a consacrée à l’exposition (2012) (les références des émissions et autres documents cités dans cet article sont données à la suite de la bibliographie). Ce projet n’aurait pas pu avoir lieu sans l’aide de Sophie Chave-Dartoen et de son équipe, tout particulièrement la chargée d’exposition, Lucia Spodniakova.

2 Paroles d’Afriques, exposition présentée par le MEB du 23 octobre 2012 au 31 mai 2013, sous le commissariat scientifi de Sandra Bornand et Cécile Leguy. (Dossier de presse de l’exposition téléchargeable : http://www.meb.u-bordeaux2.fr/DP%20EXPO%20PAROLES.pdf.)

3 L’exposition a, en plus du MEB, principalement été soutenue par le LLACAN (UMR 8135), laboratoire du CNRS qui a pris la suite de l’équipe de recherche associée (ERA) du CNRS et de l’Inalco « Langage et culture en Afrique de l’ouest », dirigée par Geneviève Calame-Griaule, de 1977 à 1989. Elle a entre autres également reçu le soutien du laboratoire ADES-Aménagement, développement, environnement, santé et sociétés (UMR 5185) pour la constitution des cartes.

4 Cécile Leguy enseignait alors également au département d’anthropologie sociale et ethnologie de Bordeaux. C’est en réfléchissant ensemble à différents thèmes possibles que nous avons eu l’idée d’une exposition consacrée aux paroles d’Afrique.

5 Anne-Marie Dauphin-Tinturier, Alice Degorce, Jean Derive, Gérard Dumestre, Annie Lenoble-Bart, Aïssatou Mbdoj-Pouye, Yves Moñino, Katell Morand, Sophie Moulard, Loïc Perrin, Suzy Platiel, Alain Ricard, Paulette Roulon Doko, Christiane Seydou, Henry Tourneux, Yvonne Treis, Cécile Van den Avenne.

6 Sylvie Abbé, Saoudé Ali Bida, Marie-Rose Abomo Maurin, Nicolas Aubry, Thomas Bearth, Noël Bernard Biagui, Julien Bonhomme, Mélanie Bourlet, Nthatisi Bulane, Jean-Marc Boutonnet-Tranier, Bernard Caron, Catia Miriam Costa, Jacint Creus Boixaderas, Etienne Damome, Marie-Jo De-rive, Olivo Diogo, Sokhna Bao Diop, Jean-Baptiste Eczet, Étienne Féau, Gérard Galtier, Xavier Garnier, Sylvie Grand’Eury Buron, Chantal Ghisoma, Mohamed Hassan, Jean-Charles Hilaire, Nicole Launey, Agnes Kedzierska Manzon, William Kelleher, Michel Lafon, Guy Lenoir, Marie Lorillard, Marie Lorin, Nicolas Martin-Granel, Jean-François Joseph Nunez, Thierry Ouéda, Juan Manuel Pedrosa, Jean-Dominique Penel, Nicolas Quint, Jean-Luc Raharimanana, Christian Rapold, Suzanne Ruelland, Gertrud Schneider-Blum, Frank Seidel, Marie-Claude Simeone-Senelle, Douo Geneviève Singo, Françoise Ugochukwu, Kristin Vold Lexander, Julien Volper (du musée royal de l’Afrique centrale de Tervuren), Valentin Vydrin, Hugo Zemp.

7 Voir, par exemple, pour l’Afrique du Sud, Lafon 2008.

8 En lien avec le film de Marie Lorillard (2012).

9 Un écran interactif présente le fonctionnement des modalités de communication de différents objets présentés en vitrine : balafon, soufflet de forge, meule, tambour à fente.

10 Auquel Yvan Amar a consacré son émission « La Danse des mots », sur RFI, le 4 mars 2013 (http://www.rfi.fr/emission/20130304-gate-gate-cote-ivoire/).

11 L’extrait présentant une séance de conciliation zarma, issu du film de Joël Calmettes (1993), est mis en parallèle avec celle présentée par Paulette Roulon-Doko chez les Gbaya de Centrafrique (voir son film de 2008).

12 Dialiba Konaté est un dessinateur d’origine malienne fasciné par les récits épiques qu’on lui faisait enfant et qu’il a cherché à transmettre, par des dessins au crayon de couleur accompagnés de quelques commentaires. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages édités par Le Seuil Jeunesse (voir Leguy 2010).

13 L’extrait présenté est issu du film d’Olivier de Sardan (1974).

14 Comme le rap wolof (Moulard 2004, 2013), le slam swahili, la bande dessinée zoulou et camerounaise ou encore les productions cinématographiques en hausa de Kaniwood (Furniss 2003, 2005a).

15 Voir les travaux d’Henry Tourneux (2006, 2008 ; Tourneux et Métangmo-Tatou 2011).

16 Voir également le film d’Alexandra Ena, Au pays du conte (2014) et l’émission de radio d’Amélie Tulet (2013).

17 Voir le film d’Alexandra Ena, Magistrats et migrants (2012).

18 « Le guide pédagogique de l’exposition Paroles d’Afrique », -pos_guide.php.

19 Dont les participants furent Thomas Bearth(universitédeZürich,Suisse),Anne-MarieDauphin-Tinturier (France), Jean Derive (LLACAN, France), Graham Furniss (SOAS, Londres), Daniela Merolla (université de Leiden, Pays-Bas), Christiane Seydou (France), Paulette Roulon-Doko (LLACAN, France), Tal Tamari (IMAF, France) et Diabou Sega Toure (université de Saint-Louis, Sénégal). Leurs contributions ont fait l’objet d’une publication dans la revue Cargo (Derive et Leguy 2015).

20 Cinéaste d’origine burkinabè, chargé de cours à l’université de Bordeaux.

21 Serge Amisi (écrivain), Jean-Christophe Lanquetin (metteur en scène) et Jean-Luc Rahari-manana (écrivain), « Débat autour du livre Souvenez-vous de moi, l’enfant de demain. Un manuscrit à trois, entre oralité et (r)écriture » ; Boukhary Ben Essayouti (directeur du musée municipal de Tombouctou, Mali), « Conférence-débat sur les manuscrits de Tombouctou » ; Maëline Le Lay (LAM, Bordeaux), « Le théâtre en République démocratique du Congo : approche d’un genre artistique urbain contemporain » ; Annie Lenoble-Bart et Étienne Damome (université Bordeaux-Montaigne), « “Paroles d’Afrique” : l’appropriation des médias » ; Yves Moñino (LLACAN), « San Basilio de Palenque, un village colombien de “Nèg’Marrons” originaires du Congo. Diasporas africaines des Amériques » ; Henry Tourneux (LLACAN), « La question linguistique dans le développement en Afrique ».

22 Annie Chéneau-Loquay (LAM, Bordeaux) et Mirjam de Bruijn (Centres d’études africaines de Leiden, Pays-Bas), « La nouvelle parole en Afrique, le téléphone mobile : e-innovations, e-mobilisations » (25 avril 2013).

23 Voir l’émission de radio Tire ta langue d’Antoine Perraud du 31 mars 2013, « Le slameur et le linguiste ».

24 « MEB – Exposition “Paroles d’Afrique” », https://www.facebook.com/MebExpositionPar olesDAfrique ?ref =hl.

25 Voir à ce sujet le dossier coordonné par Christian Hottin (2008), en particulier les résultats de l’enquête menée par Marie-France Calas, « L’immatériel et les musées, première approche à partir d’une enquête auprès des musées », p. 35-37.

26 Le deuxième volet portait sur la construction et l’usage des images en anthropologie, et s’intitulait Hors-champs (3 novembre 2012-20 octobre 2013, prolongé jusqu’au 15 décembre 2013). Un troisième volet est actuellement consacré aux Secrets (du 17 mai – 18 octobre 2015).

27 « Texte de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel », http:// www.unesco.org/culture/ich/index.php?lg=fr&pg=00006.

28 À partir des travaux de Jean-Baptiste Eczet (Zaoui 2010).

29 À partir des travaux de Cécile Leguy (2005, 2011, 2012).

30 Prêtés par Jean-Marc Boutonnet-Tranier (collection privée).

31 Atelier « La danse comme objet anthropologique », co-animé par Michael Houseman (IMAF, EPHE) et Georgiana Wierre-Gore (PAEDI, EA 4271, université Blaise Pascal-Clermont-Ferrand 2).

32 Qu’il dirige avec Philippe Jespers à l’Université libre de Bruxelles (Belgique).

33 Un DVD actuellement en préparation, et dont il sera plus longuement question plus bas, a été conçu pour permettre la pérennisation de l’exposition et sa circulation, en particulier auprès des chercheurs et étudiants africains.

34 Lucia Spodniakova, chef de projet au MEB, ainsi que la société Eugène et Thierry Piers pour la scénographie. Anne-Perrine Couët et Greg Vezon ont été chargés des illustrations et créations plastiques.

35 Cette attention aux hommes et femmes en tant qu’individus apparaît notamment dans la volonté de présenter les producteurs de littérature orale comme ceux de littérature écrite à travers un portrait photographique et une citation.

36 Livre écrit suite à la rencontre avec Christiane Faure (1908-1998) qui a initié les politiques culturelles d’éducation populaire après la Deuxième Guerre mondiale.

37 DVD réalisé par Sandra Bornand, Cécile Leguy et Paulette Roulon-Doko, avec la collaboration de Danièle Bonardelle et Jeanne Zerner, ingénieurs du LLACAN, de Céline Ferlita et Franck Guillemain, ingénieurs de l’UPS « Cultures, Langues, Texte » et d’un infographiste, Yann Lobry.

38 Le choix, dans un premier temps, du DVD s’explique par la volonté de proposer un support accessible même lorsque la connexion à Internet est aléatoire ou trop onéreuse, comme c’est le cas dans de nombreuses régions, en Afrique.

39 « Autrement dit [des] “sujets de l’enquête”, que ce soit en les personnes ayant été directement interrogées, ou plus largement les membres du groupe social investigué » (Olivier de Sardan 2014 : 37).

40 Paulette Roulon, Aïssatou Mbodj-Pouye, Annie Lenoble-Bart, Christiane Seydou, Mélanie Bourlet, Anne-Marie Dauphin-Tinturier, Loïc Perrin, Suzy Platiel et les commissaires de l’exposition, Sandra Bornand et Cécile Leguy.

41 Toutes les références internet citées ont fait l’objet d’une consultation à la date de la rédaction de cet article, soit dans le courant de l’année 2015.

Top of page

List of illustrations

Title Ill. 1 : « Apprendre à parler, salle 1 » (Cécile Leguy 2013).
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/4519/img-1.png
File image/png, 369k
Title Ill. 2 : « Écrits du quotidien, salle 1 » (Gustave Deghilage 2012).
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/4519/img-2.png
File image/png, 332k
Title Ill. 3 : « Librairie par terre, salle 1 », (Gustave Deghilage 2012).
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/4519/img-3.png
File image/png, 379k
Title Ill. 4 : « Paroles de jeu, paroles de crise, salle 2 » (Gustave Deghilage 2012).
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/4519/img-4.png
File image/png, 316k
Title Ill. 5 : « Littérature orale, salle 3 » (Gustave Deghilage 2012).
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/4519/img-5.png
File image/png, 370k
Title Ill. 6 : « Littérature écrite avec les dessins de Dialiba Konaté, salle 3 » (Gustave Deghilage 2012).
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/4519/img-6.png
File image/png, 392k
Title Ill. 7 : « Formes et usages renouvelés, salle 5 » (Gustave Deghilage 2012).
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/4519/img-7.png
File image/png, 382k
Title Ill. 8 : « Restaurer le lien social, salle 6 » (Gustave Deghilage 2012).
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/4519/img-8.png
File image/png, 307k
Title Ill. 9 : « Atelier graffitis » (MEB 2013).
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/4519/img-9.png
File image/png, 231k
Title Ill. 10 : « Pratiques de nomination mursi et bwa » (Cécile Leguy 2013).
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/4519/img-10.png
File image/png, 454k
Title Ill. 11 : « Arbre à graines de mémoire » (Gustave Deghilage 2012).
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/4519/img-11.png
File image/png, 364k
Title Ill. 12 : « Graine de mémoire laissée par un visiteur » (MEB 2013).
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/4519/img-12.png
File image/png, 72k
Title Ill. 13 : « Voix des médias » (Cécile Leguy 2013).
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/4519/img-13.png
File image/png, 343k
Title Ill. 14 : « Portraits et citations d’écrivains africains » (Gustave Deghilage 2012).
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/4519/img-14.png
File image/png, 285k
Title Ill. 15 : « Diversité des écrits » (Cécile Leguy 2013).
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/4519/img-15.png
File image/png, 336k
Top of page

References

Bibliographical reference

Sandra Bornand and Cécile Leguy, « Des « paroles d’Afrique » dans un musée : de la valorisation à la transmission », Journal des africanistes, 85-1/2 | 2015, 44-78.

Electronic reference

Sandra Bornand and Cécile Leguy, « Des « paroles d’Afrique » dans un musée : de la valorisation à la transmission », Journal des africanistes [Online], 85-1/2 | 2015, Online since 16 June 2016, connection on 23 October 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4519

Top of page

About the authors

Sandra Bornand

Chargée de recherche Comue Sorbonne-Paris Cité, LLACAN (UMR 8135 CNRS, INALCO)

By this author

Cécile Leguy

Professeur des universités, anthropologue Comue Sorbonne-Paris Cité, Sorbonne Nouvelle-Paris 3, LACITO, UMR 7107

By this author

Top of page

Copyright

Société des africanistes

Top of page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org