Navigation – Plan du site

Le fulfulde, langue de nomades… (Mali)

Fulfulde, language of a nomadic people… (Mali)
Christiane Seydou
p. 28-42

Résumés

L’ethnolinguistique étudie plus communément et plus aisément les rapports de la langue, dans ses réalisations langagières et discursives, avec l’univers culturel propre à ses locuteurs ; ce qui est ici abordé concerne un rapport plus intrinsèque, puisqu’il se situe au cœur même du signe linguistique. À partir d’exemples divers – racines verbales, sens dérivés et métaphores d’usage – se dégage une notion de « dynamique » qui pourrait être le reflet, dans la langue, d’une relation au monde influencée par les conditions de vie liées au nomadisme.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 ERA 246 du CNRS, 1981, L’ethnolinguistique est-elle une chauve-souris ?, in Frank Alvarez-Pereyre ( (...)

1Si l’ethnolinguistique n’est plus une chauve-souris1, elle n’en reste pas moins, souvent, un exercice de réflexion aux frontières mouvantes, aux objectifs subjectifs (pardonnez l’oxymore) et aux résultats malaisément certifiables (excusez ce mot non attesté) : voilà ce qui, jusqu’à ce jour, a contenu mes velléités de dévoiler certaine interrogation qui a titillé ma curiosité depuis ma rencontre avec le fulfulde, et que je regrette de n’avoir jamais osé aborder lors de mes conversations privées avec Geneviève ; sans doute est-ce pour alléger ce regret que je me résous ici à combler a posteriori ce silence, en livrant quelques éléments d’analyse ici humblement proposés bien plus en guise d’ouverture à des perspectives de recherche qu’au titre de résultats démonstratifs ; et c’est ce qui m’incite à prier le lecteur de m’autoriser l’usage d’un style parfois trop personnel pour un article qui traitera moins d’un sujet scientifique que d’une question qui fait l’objet de ma seule curiosité : peut-on déceler, dans les structures même d’une langue, des indices d’une influence de la réalité environnementale et du style de vie que conditionne celle-ci ? En effet, l’ethnolinguistique étudie plus communément et plus aisément les rapports de la langue, dans ses réalisations langagières et discursives, avec l’univers culturel propre à ses locuteurs ; ce qui sera ici abordé concerne un rapport plus intrinsèque, puisqu’il se situe au cœur même du signe linguistique.

  • 2 La langue peule est appelée pulaar dans la zone occidentale de l’aire peule, fulfulde au centre et (...)

2Pour qui est familiarisé avec les langues indo-européennes, le système verbal du fulfulde2 n’est guère dépaysant, l’organisation morphologique des verbes reposant en gros sur l’adjonction à une racine – composée de CVC/CVVC/CVCC (consonne, voyelle brève ou longue, consonne simple ou géminée) –, de neuf suffixes dont la combinaison génère de nombreux dérivatifs, de morphèmes indiquant la voix (active, moyenne et passive), l’aspect (accompli, inaccompli), le mode (indicatif, subjonctif, injonctif), les modalités (statif, duratif, inchoatif), les marques (affirmatif, négatif).

3Pourtant, sitôt passé ce premier abord, ce qui frappe est, par contraste, l’absence totale d’économie au niveau des racines elles-mêmes qui, en tant que bases lexicales à portée sémantique, révèlent bien souvent :

  • Soit une précision extrême, avec pour corollaire une grande complexité sémantique, comme, par exemple, hurj- : voyager à la recherche de quelque travail rémunéré (pour rapporter un cadeau à son maître coranique à l’occasion de la cérémonie de fin d’étude) ; ‘upp- : souffler dans la vulve (d’une vache, pour en activer la lactation et faciliter la traite, en particulier lorsque son veau est mort) ;

  • Soit une complexité sémantique plus limitée, comme les nombreuses racines conjuguant en leurs seuls trois phonèmes une action avec son inscription dans le temps ou l’espace.

4Voilà qui interpelle tout traducteur, un simple terme peul ne pouvant souvent se traduire que par toute une phrase en français.

Lexique pastoral, quelques exemples

  • 3 Ce calcul, réalisé par un mathématicien, résulte des combinaisons entre 19 couleurs de base, 39 typ (...)

5Certes, il n’y a pas lieu de s’étonner de la profusion de lexèmes très congrus relatifs à tout ce qui concerne le pastoralisme chez une population à l’origine nomade ; ainsi en est-il, par exemple, des multiples termes caractérisant le bétail : couleur des robes, forme et place des taches sur le corps, forme et disposition des cornes et même, pour distinguer deux bêtes identiques, amorce de généalogie suivant ces mêmes signes distinctifs, portés par leur génitrice ; voilà ce qui donne lieu, pour le seul recensement des bêtes d’un troupeau, à des dizaines de milliers (exactement 75 2533) de combinaisons potentielles.

6De même, à ne s’en tenir qu’au stock lexical verbal, apparaît significative l’abondance des exemples où l’inscription inévitable des activités concernées dans un environnement tant spatial que temporel se manifeste directement dans des racines spécifiques, ou encore dans des « sens dérivés » de racines dont le sens premier finit par apparaître bien éloigné :

a) Verbes dont la racine combine activité pastorale et espace :

  • ɗowde : conduire en marchant devant le troupeau, guider ;

  • soggude : conduire (un troupeau) en le faisant marcher devant soi ; coggal : troupeau en marche ;

  • hennjaade : faire marcher en tête du troupeau les bêtes sélectionnées comme guides ; kennjiiɗo (participe), « celui qui fait marcher en tête le peloton de bêtes sélectionnées » désigne le berger lorsqu’il se place entre le peloton de tête et la masse du troupeau ;

  • foɓɓaade : faire traverser à la nage un cours d’eau à un troupeau (racine foɓɓ-, « taper de la paume de la main » : en effet le berger nage avec ses bêtes en poussant des cris et en frappant fortement la surface de l’eau de ses paumes, pour les encourager).

b) Verbes dont la racine combine activité pastorale, temps et espace (déplacement) :

  • soggude : (par extension) conduire un troupeau au pâturage avant le lever du jour pour le ramener tôt dans la matinée ;

  • oosude : « voyager de nuit » et, pour un troupeau : continuer de marcher, de nuit, pour trouver un lieu de stationnement qui lui convienne ;

  • gukkaade : « se cogner, heurter brusquement ou inopinément » et, pour un troupeau : partir dans l’obscurité, donc partir de nuit ;

  • ɓuumnaade : « refroidir, se rafraîchir » – racine ßuuß-(être froid, frais) -n-(suffixe factitif) -aa-de (marque de l’infinitif moyen) : partir avant ou après le grand soleil, se mettre en route à la fraîche ;

  • iwtude : « ressortir de… » – iw- : sortir de, être issu de… et, pour un troupeau : revenir du pâturage en fin d’après-midi ;

  • jaaƴaade : rentrer au bercail le soir, revenir du pâturage le soir ; (par extension) revenir chez soi sain et sauf ;

  • gamtaade/gantaade : mener paître un troupeau assez loin en brousse pendant la journée et le ramener près du village le soir ;

  • goofude : installer pas trop loin d’un village (là où il y a encore de l’herbe et de l’eau) un troupeau de petit bétail, pendant quelques mois (sorte de petite transhumance) ; goofal, parc temporaire, dans les environs d’une agglomération.

7Indépendamment du contexte pastoral, dans le vocabulaire le plus courant, on relève une abondance de verbes dont la racine associe chronologie et déplacement dans l’espace, comme par exemple :

  • hujjude : se mettre en route juste à l’aube ;

  • rojude/roƴude : partir avant l’aube après un léger somme ; dojol : départ à l’aube ;

  • gunndiboo : partir de nuit ou très tôt (sans se faire remarquer) – racine

  • gunnd-(secret) ;

  • dawde : se mettre en route le matin ; (par extension) partir en voyage ;

  • hiirndude : se mettre en route le soir venu.

  • hejjude : veiller tard, être au cœur de la nuit ; se mettre en route en pleine nuit.

8On en arrive à des exemples comme les suivants :

  • À partir de la racine fiy-, « frapper, battre », puis « lancer, mettre en mouvement », pourvue du suffixe -t-indiquant l’intensité, la répétition ou l’inversion (lorsque la répétition du mouvement implique son inversion), le verbe fiitaade, appliqué à une vache, signifie qu’on la ramène près d’une agglomération (après son vêlage, pour que les villageois aient du lait frais, pendant que les troupeaux sont en transhumance) ;

    • 4 Notons que, parmi les neuf suffixes dont l’affixation imprime à la racine verbale une nuance sémant (...)

    À partir de la racine japp-signifiant « étendre, déployer, étaler » (par exemple étaler une natte où faire asseoir un hôte, ou étendre un tapis de selle sur le dos d’un cheval…), pourvue du suffixe -oy-indiquant un déplacement avec éloignement4, le verbe jappoyaade suffit à évoquer toute une pratique socioculturelle et signifie : « se rendre d’un village à un autre pour aller participer à une veillée et la passer avec les jeunes filles, et n’en revenir qu’au matin » !

Regarder

  • 5 Ne seront pas prises en compte les racines verbales désignant une qualification intentionnelle du r (...)

9Les exemples pourraient être multipliés à l’envi ; mais, pour plus de réflexion, mieux vaut s’en tenir à l’examen d’un cas plus circonscrit ; nous nous attacherons donc ici, simplement, au champ du regard5.

10En effet, tout comme, en français, le verbe « regarder », en peul, ƴeewde ajoute à la simple vision (« voir », yi’de), la notion d’acte volontaire appliqué à un objet précis. Mais lorsqu’il s’agit d’expliciter l’orientation du regard, que ce soit en fonction de l’intention du sujet ou de la position de l’objet regardé, le verbe, en français, reste le même, le sujet étant toujours considéré comme siège central de l’action, comme regardant « pour soi » ; et, dans l’un et l’autre cas, la langue a recours à l’adjonction obligatoire soit d’un adverbe – regarder en haut, en bas, au loin… – soit d’une préposition – dans, sous, devant, derrière etc. ; ce qui maintient une distanciation et une distinction nette entre sujet et objet de l’action, comme si l’acte de regarder était prioritairement conçu « pour soi », et avait besoin d’une indication secondaire explicite pour situer l’action dans son contexte : soit dans la relation binaire, actant/action, avec un adverbe qui, comme son nom l’indique, ajoute simplement à l’action une précision – ici, la direction donnée par le sujet à son action ; soit dans la relation ternaire, actant/action/ acté, avec une préposition qui établit la relation entre les trois parties : ici, la direction du regard assumée par le sujet mais déterminée par rapport à l’objet. Cela étant, quelle que soit la situation, l’expression linguistique traduit une conceptualisation de l’acte de « regarder », comme indépendant en tant que tel de son exercice contextualisé. La langue peule a bien un verbe (Ÿeewde) exprimant l’acte de « regarder » en soi et pour soi :

  • ɗum welaa ƴeewde : cela n’est pas agréable à regarder ;

    • 6 Est-ce là l’indice d’une attitude du sujet par rapport à son environnement, que pourrait éclairer u (...)

    ƴeewtaade (suff. -t-, intensif/inversif et -aa-, voix moyenne) : s’examiner, i. e. procéder à son introspection, faire son examen de conscience. Mais elle utilise, pour chaque orientation du regard, une racine propre, l’acte de « regarder » étant alors conçu comme, d’emblée, indissociable de son inscription dans un contexte défini6. Ainsi voit-on l’articulation du regard s’exprimer à travers une série de verbes :

  • hoynaade : regarder en l’air ;

  • tiggitaade : regarder loin en l’air, en renversant la tête ;

  • soynaade : regarder au loin, apercevoir dans le lointain ;

  • suttinaade : regarder fixement droit devant soi ;

  • yeeƴaade : regarder en arrière ; yeeŸitaade : regarder en se retournant ;

  • yuurnaade : regarder de l’extérieur vers l’intérieur, au fond de…, sous… ;

  • yonngaade : regarder par-dessus (un mur, par exemple) en se haussant ;

  • ƴellitaade : plonger du regard sur…, parcourir du regard un vaste panorama ;

  • jiimde et tiimde : regarder de haut en bas.

11Nous nous attacherons plus particulièrement à ces deux dernières racines, jiim-et tiim-qui, bien qu’impliquant une même orientation, de haut en bas, aboutissent à des sens distincts :

  • Le verbe jiimde, qui peut correspondre aussi à « se pencher au-dessus de… », voire « surplomber, être en suspens au-dessus de… », signifie plus précisément « regarder, paupières baissées et tête inclinée », d’où deux emplois dérivés des participes :

  • gorko jiimuɗo : (littéralement, un homme qui a les yeux baissés sur [un livre]) « un homme studieux »,

  • jiimɗo : (paradoxalement, par euphémisme) « un aveugle » ;

  • Le verbe tiimde a, lui aussi, un champ sémantique assez étendu, le regard de haut en bas correspondant à des situations distinctes selon l’objet visé ; ainsi pourra-t-il signifier :

  • examiner ; le nominal tiimgo signifie « regard de haut en bas » mais aussi « examen, vérification » : miɗo yaha tiimgo, « je vais à la vérification », dit le berger qui va promener son regard sur l’ensemble de son troupeau couché, pour en vérifier l’état,

  • lire : o tiimi ɓataake oo, « il lut la lettre »,

  • contempler un mort, être présent lors de son trépas : mi tiiman teewu makko, « je verrai son corps (cadavre allongé au sol) »,

  • prédire l’avenir ; l’agent tiimoowo désigne « un devin » ; car, le procédé de divination étant la géomancie, le devin consulte la table tracée sur le sol ; tiimgal, « opération de divination », tiimle, « thème géomantique » ;

  • et, de la prédiction divinatoire, on passe à prévoir, envisager, puis entreprendre : a tiimii tifal ngal timmataa, « tu as prévu/entrepris un voyage sans fin ».

12De l’orientation de la vision se déduit la position de l’ensemble du corps, pour en arriver au sens figuré de :

  • avoir une place élevée, une position dominante, une situation supérieure : Sookura fuu Seeku tiimi, « de tout le Sôkoura, c’est Sêkou qui a la meilleure situation » ;

  • et au sens général de : surplomber (quel qu’en soit le sujet, qu’il soit ou non doué de vision) : lekki ana ɗoon tiimi callugol ngol, « il y avait là un arbre qui surplombait le cours d’eau » ; et, avec le suffixe de réciprocité -ondir-, on rencontre des exemples tels que : ɓe tiimondiri e deebaaje maayo Dibani, « ils se trouvèrent au bord des cuvettes du fleuve Dibani » ; et timmondirde : « être sur les berges élevées d’un fleuve » ; l’utilisation du suffixe de réciprocité accentue la prédominance ici accordée à l’acception purement spatiale par rapport au sens premier de la racine, sujet et objet de l’action étant alors considérés comme impliqués dans celle-ci de la même façon.

13Avec le suffixe -t-(intensité, répétition ou inversion, lorsque la répétition de l’action implique son annulation : par exemple, fermer vs ouvrir, couvrir vs découvrir), tiimtude prend à nouveau une série de sens différents selon l’objet subsumé de l’action :

  • lire : mi haaɓirii tiimtude kammbari mi ɓooyii e hen, « j’en ai assez de lire (et de relire) parce qu’il y a trop longtemps que j’y suis occupé » ;

  • mais aussi et surtout, revenir sur ses pas, faire demi-tour : o tiimtataa so nyawlii, « il ne fera pas demi-tour sitôt que le soleil sera haut » ; l’emploi de ce verbe est surtout appliqué dans le contexte pastoral et signifie alors « revenir, rentrer du pâturage » : tiimtol yonii, « c’est l’heure du retour » ; en effet, le berger, parti de bonne heure avec ses bêtes, décide du retour quand, à midi, il ne voit plus son ombre à ses pieds, afin d’être rentré au campement avant la nuit ; et ses bêtes, remises alors en route, « revoient » les traces de leurs pas laissées sur le sol à l’aller ; d’où tiimtude : « rentrer du pâturage ».

14Par ailleurs, à la voix moyenne, tiimtaade, « se regarder de bas en haut », n’est pas « regarder ses pieds » mais :

  • regarder son reflet, se mirer : si l’objet grâce auquel on peut se regarder, tiimtorgal, est bien à présent un miroir, avant de le connaître, c’était dans l’eau que tout narcissisme pouvait s’exercer, ce qui explique cette orientation du regard ; mais, à contempler un reflet, on peut s’y conformer ;

  • d’où les sens de : être le reflet de…, imiter, se conformer à…, prendre pour modèle : yimɓe ɓeltiiɓe, tiimta ɓe, « les gens du passé, prends-les pour modèles ! » ;

  • enfin, on peut induire que tiimtimol-qu’on trouve aussi sous la forme tiimotiimoongal, « l’arc-en-ciel », conjuguerait tous ces sens : il est on ne peut plus haut, en surplomb, au-dessus de la terre, il peut se refléter dans l’eau et il est attaché à des croyances !

15À parcourir dans le lexique peul tous ces regards et leurs divagations sémantiques, on est frappé par une particularité : la coalescence, dans les racines, de l’action et de la situation dans laquelle elle s’exerce ; la position du sujet et celle de l’objet sont intégrées dans l’acte lui-même, impliquant une conception de relation globalisante, indissociable entre tous les éléments en cause. Par ailleurs, cette orientation inhérente à l’action, comme le traduisent toutes ces racines, n’est pas sans créer l’impression d’une vision intrinsèquement dynamique du monde. Serait-ce en relation avec le nomadisme originel du peuple peul ?

16Notons que, en corollaire, l’usage des prépositions est d’autant plus restreint ou même indifférent ; ainsi, pour « entrer dans une maison », on dira plus souvent simplement et directement naatude suudu que naatude ley (sous) suudu ou naatude e (dans) suudu ; le mouvement et son orientation étant inhérents à la racine verbale, inutile de recourir à une précision supplémentaire. Les verbes « monter », « descendre », etc., n’ont nul besoin d’une préposition (dow, ley) qui, lorsqu’elle est utilisée, est en fait pléonastique.

Devant/derrière

17Y aurait-il d’autres indices pour confirmer, à un autre niveau de la langue, cette vision dynamique ? Prenons les mots yeeso et caggal, qui désignent les parties du corps spatialement opposées : la face et le dos. Comme dans la plupart des langues, ces deux termes ont un statut diversifié ; en effet, de par la situation même des parties du corps qu’ils désignent, chacun d’eux se prête à un emploi fonctionnel et adverbial (tant locatif que temporel) : « devant », « derrière », « avant », « après ». Ainsi :

  • yeeso suudu nduu signifie bien « devant la maison » ; mais suudu yeesooru nduu (avec la forme adjectivale yeesooru accordée au nom suudu) n’est pas, contrairement à toute attente, la partie en façade d’une maison ni la pièce qui fait face lorsqu’on y entre, mais au contraire la « pièce du fond », les maisons en banco comprenant traditionnellement deux pièces en enfilade ; il s’agit donc de la pièce qui est le plus en avant, par rapport au sens de la marche de celui qui pénètre dans la maison ;

    • 7 Notons que cela n’a aucun lien avec le sens de l’écriture (arabe ou latine), la remarque s’inversan (...)

    de même, lorsqu’il s’agit d’un livre : yeeso deftere (« face d’un livre » ou tiinde deftere, « front d’un livre ») en désigne le plat inférieur7 et caggal deftere (« dos d’un livre »), le plat supérieur portant le titre, l’orientation de l’objet « livre » par rapport à l’avant et l’arrière étant, là aussi, fonction de la dynamique du sens de la lecture ; dès qu’on ouvre un livre pour le lire, la page de couverture se retrouve rejetée en arrière et l’on avance de la première à la dernière page qui, elle, se trouve en avant.

18D’ailleurs, sur une ligne d’écriture, le mot qui, dans une perspective propre à l’usage de la langue française, est considéré comme placé devant un autre est dit, en peul, derrière (caggal), ce qui inverse les notions de préfixe et de suffixe. Cela rend compte de la réalité spatiale dynamique de la chaîne des mots, visualisée selon leur avancée sous la plume, comme avance un troupeau ou l’avant-garde d’un escadron, alors que, au contraire, la langue française projette sur la position spatiale des mots écrits leur succession chronologique telle qu’elle s’effectue dans leur énoncé oral ou dans leur lecture, celui vu devant étant celui dit et entendu avant.

19Ces exemples révèlent, entre le français et le peul, une inversion de l’emploi des termes « avant/après », « devant/derrière », qui tient tantôt, comme dans ce dernier cas, à une conception temporelle pour le premier, spatiale pour le second, tantôt – et surtout – à une opposition du statique au dynamique : en français, une pièce dite « en façade » est envisagée spatialement du point de vue de la maison dont elle fait partie (et c’est aussi celle que l’on voit en premier, comme en un face-à-face statique) ; tandis que, en peul, suudu yeesooru est ainsi qualifiée non du point de vue de la maison, mais par rapport à la situation de celui qui marche en y pénétrant et désigne donc, en toute logique, la « pièce du fond ».

20Remarquons par ailleurs que, pour l’indication de la place des pattes d’un animal, ce n’est pas à ces deux mots, yeeso et caggal, que l’on recourt : pour les antérieures, on utilise un terme (sg. ardutal/pl. ardute) formé sur la racine ar-d-, « être en tête, précéder, guider » et, pour les postérieures, un autre (sg. cakutal/pl. cakute), formé sur la racine sak-it-, « être le dernier, l’ultime, arriver en dernier » ; choix logique pour ces membres qui, se trouvant par leur fonction même impliqués dans la dynamique de la marche, ne pouvaient se suffire de la seule indication d’une position « avant/arrière ».

Tête

21Cette notion de « dynamique » semble aussi parcourir l’organisation sémantique du lexique à travers les métaphores d’usage, par exemple, celles relatives à une autre partie du corps, la tête, hoore. Outre ses nombreux emplois par synecdoque et métonymie, dans ses emplois métaphoriques, hoore, utilisé comme premier terme (déterminé) d’un syntagme déterminatif, prend son sens d’après celui du second terme (déterminant) ; ainsi, l’examen de l’ensemble des occurrences révèle deux notions principales : l’une concrète, de « bout, extrémité », l’autre abstraite, de « leadership ».

  1. Hoore, « extrémité » : il s’agit d’une extrémité non appendiculaire, c’est-à-dire de la terminaison d’un tout continu et qui présente deux cas :

  • Soit une extrémité absolue n’ayant pas d’autre extrémité symétrique opposable ; ainsi en est-il du bout de la queue (hoore laaci), du bout d’un doigt (hoore feɗeendu), du bout de la langue (hoore ɗemgal)… ;

  • Soit une extrémité opposable à une autre, symétrique, inférant donc un début et une fin, identiques ou non : ainsi en est-il des extrémités semblables d’une corde (hoore ßoggol) ou d’un bâton (hoore sawru), et, au contraire, du début d’un livre (hoore deftere) ou d’une année (hoore hitaande) opposés à leur fin (timmoode)…

22Mais plus intéressants, pour notre réflexion, sont les emplois relatifs à des réalités topographiques :

  • hoore ngeenndi : bout (début ou fin) d’un village ;

  • hoore weendu : extrémité d’un lac (là où finit le lac, par rapport à la situation du locuteur) ;

  • hoore ilam : limite extrême atteinte par la crue ;

  • hoore galle : bout d’une « concession », c’est-à-dire, lorsqu’on est au centre, l’entrée ou le fond, les autres côtés étant appelés sg. sera/pl. seraaji ;

  • hoore ngesa : bout d’un champ : soit celui d’où l’on part, soit celui où l’on aboutit lorsqu’on le cultive ;

  • hoore haayre : contre toute attente, ne désigne pas le sommet d’une colline (dit ƴoolu haayre), mais l’endroit où ses flancs rejoignent la surface de base, autrement dit son pied.

23Nous décelons là un premier indice, dans l’orientation, celui d’horizontalité, qui se confirme dans les emplois conjuguant les deux notions, concrète et abstraite, celles d’une situation spatiale et hiérarchique.

b. Hoore, « leadership » : cette notion se dégage de l’emploi métaphorique du mot dans des contextes représentatifs de la culture peule : activités pastorales et expéditions guerrières où la situation d’antériorité spatiale connote celle de hiérarchie :

  • hoore na’i : « tête de bovins » désigne le groupe de bêtes, endurantes et disciplinées, que l’on fait marcher en tête du troupeau transhumant pour entraîner les autres ; et nagge hooreewe est une vache du groupe de tête, soit une « vache meneuse » ;

  • hoore pucci : « tête de chevaux » désigne le groupe de cavaliers, les chevaux de tête et pucci hooreeji, l’escadron guidant une armée en marche ;

  • hooreeße wolde : chefs de guerre ;

  • waɗde hoore : « mettre en tête » devient « mettre à la tête de… » ;

  • laataade hoore : « devenir tête de… » devient « être à la tête de… ».

24Des contextes pastoral et militaire où l’antériorité spatiale connote une dynamique de l’entraînement et de l’exemple, on passe aisément à la notion qualitative de supériorité ou, tout au moins, de hiérarchie.

  • 8 Notons ici une double anomalie grammaticale : c’est cette évolution qualitative du sème de base du (...)
  • 9 La racine verbale laam-signifie « commander, gouverner, régner », et le participe actif laamii®o (...)

25L’emploi de hoore rejoint ici celui de « chef » en français (dans sa double acception de « tête » – par exemple, couvre-chef – et de « dirigeant »), mais la notion de prééminence connotée par le terme hooreejo8 (formation adjectivale à partir du mot hoore) n’implique pas, en soi, une notion de gouvernance, de pouvoir exercé sur autrui, etc. ; à la différence du laamiiɗo qui « commande, règne, détient le pouvoir et exerce son autorité » sur des sujets (laamaaɓe)9, un hooreejo est un guide qui reste pair parmi ses pairs dont il est comme le représentant par excellence, ne se distinguant que par ses qualités exemplaires et sa fonction motrice ; ce terme désigne en effet tout personnage à la tête de ses semblables dans tous les domaines (social, religieux, militaire, politique, etc.) : d’un chef de village à un chef d’État, d’un directeur de service administratif à un président de société, d’un chef de bataillon à un imam… ; hooreeße désigne les « notabilités », hooraaku, la « qualité de chef » – tout à la fois « prééminence » et « direction » –, et hooreejum, « toute chose de première qualité ».

26Antériorité spatiale et supériorité qualitative se superposent au point que les termes hoore et hooreejo deviennent interchangeables ; on dira :

  • hoore ngeenndi ou hooreejo ngeenndi : un chef de village ;

  • et, inversement, hoore konu : tête de colonne armée ou chef de bataillon.

27Tous les exemples pris ici en considération laissent transparaître une notion commune, combinant horizontalité et dynamisme : cela est particulièrement patent dans le passage du mot hoore dans la sphère de la métaphore abstraite par le biais du sème de l’antériorité spatiale qui, dans le cas du troupeau, se confond avec celui de priorité qualitative ; priorité qualitative qui dépend directement de la perspective éminemment dynamique dans laquelle s’inscrit cette antériorité spatiale, les bovins placés en tête du troupeau l’étant en fonction de leurs capacités d’entraîneurs et de guides ; ils sont en effet les moteurs de cette dynamique.

28En fait, toute dynamique peut être créée par deux mouvements d’orientation opposée : traction ou pulsion ; et si l’on en revient aux emplois métaphoriques du mot hoore évoqués en premier – ceux désignant l’extrémité –, apparaît bien cette double orientation du mouvement : lorsqu’on considère l’extrémité comme lieu non plus de traction mais de pulsion, hoore devient alors un « point de départ » où se superposent espace et temps et qui déclenche une autre dynamique, non plus d’entraînement exemplaire, mais de lancement créateur. Et du simple sens très neutre de « début » :

  • hoore deftere : début d’un livre ;

  • hoore aaya : début d’un verset ;

  • hoore hitaande : début d’année ;

  • saɗi woni hoore joowtaango, bisimillaahi woni hoore jannde : « salut ! » (est début de) introduit [toute] salutation, « au nom de Dieu ! » (est début de) introduit [toute] étude, on passe à des débuts plus prometteurs, points de départ d’une potentialité dynamique, celle de réalités appelées à se développer dans l’avenir :

  • hoore jawdi (littéralement « tête de richesse ») : mise de fonds, capital servant de base à une entreprise, en particulier commerciale, appelée à se développer ;

  • hoore duɗal (littéralement « tête de feu d’enclos » : feu allumé au centre du parc à bétail pour en chasser les mouches le soir ou, aussi, feu allumé au centre d’une cour et autour duquel se regroupent les élèves pour lire leurs tablettes à sa clarté) : groupe initial d’élèves à partir duquel s’est créée une école coranique ;

  • hoore dammbugal (littéralement « tête de porte ») : chef de lignage, ce dernier syntagme réunissant tout à la fois les notions d’antériorité chronologique, de point de départ d’une réalité productive, de priorité dans la responsabilité et de valorisation qualitative.

29À la lumière de tous ces emplois métaphoriques, on remarque que la hiérarchie des valeurs n’est pas figurée selon l’orientation verticale d’une pyramide statique qui serait couronnée par un élément supérieur, autonome et distinct de l’ensemble, mais au contraire, selon une orientation horizontale et par la qualité motrice d’un élément qui, bien que situé en tête, fait corps avec le tout homogène auquel il appartient et dont il ne se distingue que par sa prééminence dans des qualités qui, à l’origine, leur sont communes.

30Parallèlement, en en revenant aux racines verbales relatives au « regard » on peut, là encore, reconnaître dans l’intégration de l’orientation à l’acte lui-même, une notion de dynamique qui traduit une conception globalisante du rapport du sujet à l’action et de l’action à son environnement.

Conclusion

31Au terme de cette exploration de quelques pistes à travers le champ lexical peul du Mali, depuis le relevé de racines à sémantisme mixte – action spécifique + orientation spatiale ou temporelle – jusqu’au recensement des syntagmes générés par l’emploi métaphorique des parties du corps spatialement connotées, une notion semble s’imposer, celle d’une dynamique : tout se passe comme si l’action ne se concevait qu’inscrite dans un déplacement ou une évolution ; indépendamment de la coalescence assez générale des notions de temps et d’espace (avant/après, devant/derrière) que nous avons ici négligée, on remarque constamment comme une prégnance significative d’une cinétique dans l’expression de l’agir. Ainsi, l’analyse des racines verbales évoquées révèle :

  • Pour les unes, une complexité intrinsèque, puisqu’elles associent en elles-mêmes :

  • action et déplacement, par exemple, yeeƴ-, « regarder en arrière »,

  • position et déplacement, par exemple, sogg-, « conduire en se tenant derrière »,

  • temps et déplacement, par exemple, daw-, « se mettre en route de bon matin » ;

  • Pour d’autres, une dérivation de sens orientée, là encore, vers le champ sémantique du mouvement ; par exemple foɓɓ-, « frapper de la paume » et foɓɓaade, « faire traverser un fleuve à la nage (à un troupeau) ».

32Il en est de même pour les métaphores d’usage des termes désignant des parties du corps :

  • yeeso, « visage, face », par exemple, yeeso deftere, « quatrième de couverture d’un livre » ;

  • hoore, « tête » qui, en désignant une extrémité, peut être animée d’un mouvement de traction ou de pulsion et, de ce fait, « entraîner, guider » ou « donner l’élan, le départ » ; par exemple, hoore na’i, « groupe de bovins meneurs » et hoore duɗal, « groupe initial d’élèves qui a donné naissance à une école coranique ».

33On ne peut alors qu’être tenté de lier l’omniprésence de cette conception dynamique de l’action et de la situation du corps dans l’espace aux conditions mêmes d’un peuple comme le peuple peul, pasteur et originellement nomade, dont la vie, profondément impliquée dans sa dépendance vis‑à‑vis de l’environnement naturel, est tout entière rythmée par le cycle de la journée, celui des saisons et celui des déplacements qu’elles entraînent.

34Pour clore l’évocation de cette hypothèse, allégeons donc l’austérité de cette incursion dans le stock lexical peul par une pirouette finale, et, tout en restant dans le domaine des parties du corps, passons de la « tête » au « pied », koyngal. Nous ne nous attarderons pas sur les emplois (trop probants !) de koyngal (« jambe » et « pied ») qui en font le sujet tout à fait indépendant d’une action, comme si jambe ou pied pouvaient être doués d’une volonté personnelle :

  • koyngal ittam ɗo bone : (jambe ou pied/ôte-moi de/où/mal) « puissé-je échapper au danger ! » ;

  • koyngal makko ɓilti mo : (jambe ou pied/de lui/a décroché/lui) « il n’a dû son salut qu’à la fuite ».

35Il est un emploi encore plus intéressant pour notre propos : son emploi concurrentiel avec laawol (chemin, voie) pour exprimer le dénombrement d’actes répétés, ce que l’on traduit en français par « fois » :

  • koyngal gootal ou laawol gootol : « une seule fois » ;

  • koyɗe ɗiɗi ou laabi ɗiɗi : « deux fois ».

36Que l’on puisse avoir – qui plus est dans ce contexte, pour signifier la réitération d’une action – une coïncidence entre « jambe » et « chemin » semble accentuer de façon quasi superfétatoire cette conception dynamique sous-jacente que nous avons cru déceler au cours de toute notre analyse. De même que hoore, la « tête » en tant qu’extrémité, ne se caractérise pas comme située dans une verticalité en tant que sommet statique, mais au contraire dans une horizontalité orientée par un mouvement (de traction ou de pulsion), de même, koyngal, « pied ou jambe », n’est conçu comme support vertical et statique que dans des emplois d’emprunt (pied de table, objet importé) et ne peut l’être normalement que comme organe de la marche, au point de se prêter tout naturellement à cet emploi concurrentiel avec laawol, « chemin ». Et cela pour exprimer, avec le nombre de fois qu’une action se répète, sa prolongation dans l’espace et le temps.

  • 10 Notons en outre que le domaine de la littérature offre un reflet de cette notion dominante, comme e (...)

37Ainsi, à travers tous ces exemples, le Peul nous apparaît-il impliqué de façon incontournable – « de la tête aux pieds » risquerions-nous – dans une dynamique du déplacement et de l’orientation que ses conditions de vie ne pouvaient que lui rendre nécessaire sinon familière, au point d’en imprégner fondamentalement sa relation au monde et l’expression de celle-ci dans les structures morphologiques, lexicales voire stylistiques de sa langue10.

Haut de page

Notes

1 ERA 246 du CNRS, 1981, L’ethnolinguistique est-elle une chauve-souris ?, in Frank Alvarez-Pereyre (éd.) Ethnolinguistique : contributions théoriques et méthodologiques, Paris, Selaf-LACITO-Document : 49-56.

2 La langue peule est appelée pulaar dans la zone occidentale de l’aire peule, fulfulde au centre et fula à l’est. Les exemples donnés ici seront tous pris dans le fulfulde du Mali où persiste une forte tradition de pastoralisme et de transhumance à longue distance.

3 Ce calcul, réalisé par un mathématicien, résulte des combinaisons entre 19 couleurs de base, 39 types de taches, 15 types d’encornure et les éventualités d’une amorce de généalogie.

4 Notons que, parmi les neuf suffixes dont l’affixation imprime à la racine verbale une nuance sémantique supplémentaire, figure ce suffixe -oy-à valeur de distanciation (spatiale et temporelle) : indice supplémentaire de la prégnance, dans toutes les composantes de la langue, de cette notion de « dynamique » que nous allons voir s’imposer dans l’analyse des faits linguistiques étudiés ici.

5 Ne seront pas prises en compte les racines verbales désignant une qualification intentionnelle du regard (regarder avec admiration, attention, mépris, envie, regarder d’un mauvais œil, etc).

6 Est-ce là l’indice d’une attitude du sujet par rapport à son environnement, que pourrait éclairer une analyse ethnolinguistique ? Quelle signification donner à cette particularité ?

7 Notons que cela n’a aucun lien avec le sens de l’écriture (arabe ou latine), la remarque s’inversant lorsqu’il s’agit de l’écriture arabe.

8 Notons ici une double anomalie grammaticale : c’est cette évolution qualitative du sème de base du nominal hoore qui a entraîné la possibilité de cette formation adjectivale, à partir du nominal hoore (et non de sa racine ho’-), qui se convertit ici en une racine adjectivale secondaire hoor-ee-; à cette anomalie s’ajoute le maintien du h-initial qui, normalement, aurait dû suivre la permutation consonantique de règle à l’initiale, pour les mots marqués du classificateur o, et donner donc *kooreejo.

9 La racine verbale laam-signifie « commander, gouverner, régner », et le participe actif laamii®o désigne un chef, en tant que détenteur d’une autorité et d’un pouvoir que son statut politique l’autorise à exercer sur des sujets laamaaße (participe passif) dont il se distingue fortement par son statut. D’ailleurs, l’emploi de Laam®o, « le Seigneur », pour qualifier Dieu (jamais désigné par le terme de Hooreejo), marque bien cette différence de nature entre Dieu, « souverain absolu », et les hommes.

10 Notons en outre que le domaine de la littérature offre un reflet de cette notion dominante, comme en témoigne, dans les divers genres poétiques, l’omniprésence quasi obsessionnelle des toponymes, au point même de les voir se prêter, dans la poésie pastorale, à leur enchaînement en d’interminables listes ; ailleurs aussi, on relève, comme un thème constant longuement développé, l’évocation des lieux : nostalgique ou projetée dans le parcours d’un itinéraire, cette évocation s’inscrit bien dans cette dynamique du déplacement qui circule, comme on l’a vu, à travers toute l’expression linguistique, mais inspire aussi la création poétique dans toute l’aire peule.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christiane Seydou, « Le fulfulde, langue de nomades… (Mali) », Journal des africanistes, 85-1/2 | 2015, 28-42.

Référence électronique

Christiane Seydou, « Le fulfulde, langue de nomades… (Mali) », Journal des africanistes [En ligne], 85-1/2 | 2015, mis en ligne le 16 juin 2016, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4509

Haut de page

Auteur

Christiane Seydou

Directeur de recherche honoraire au CNRS, LLACAN, UMR 8135

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org