Skip to navigation – Site map

Geneviève Calame-Griaule et les archives

Geneviève Calame-Griaule and the ethnographic archives
Marie-Dominique Mouton and Éric Jolly
p. 12-27

Abstracts

On the basis of two anthropological archives, this article offers a fresh perspective on the professional career of a famous ethnolinguist. In the early 1990s, Geneviève Calame-Griaule made an initial deposit of her father’s ethnographic archives in the Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (Nanterre). In doing so, she not only initiated a movement towards collecting and preserving anthropological archives which is still in its infancy today, but also encouraged epistemological study of the archival material of early French ethnographers. Her own materials have been now transferred to the archival deposit of the LESC and are still being processed. An initial study demonstrates the wealth of these documents and their importance for the history of anthropology. Studied in connection with Marcel Griaule’s field notes, her own archival records bring to light changes in data collection and the evolution of anthropological topics from the post-war period through to the end of the twentieth century. But above all, these archives sketch a portrait of a woman who, while deeply invested in the preservation of her father’s memory, simultaneously managed to escape from his scientific tutelage from her very first fieldwork onwards, and went on to set up and develop a very personal research method.

Top of page

Full text

1Chercheuse infatigable et enseignante convaincue, Geneviève Calame-Griaule était aussi une femme de cœur. Tous ceux et celles qui l’ont côtoyée au fil des années se souviendront longtemps de la générosité avec laquelle elle partageait ses connaissances, du soutien qu’elle ne mesurait à personne et du temps qu’elle était toujours prête à consacrer aux recherches des autres.

2Si elle a marqué durablement la recherche par ses travaux, Geneviève Calame-Griaule est sans doute beaucoup moins connue pour son action en faveur de la sauvegarde des archives des ethnologues. Pourtant, c’est elle qui a initié et accompagné ce mouvement en déposant officiellement, en 1996, les archives de son père, Marcel Griaule, au Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, puis en exprimant le souhait que son propre fonds y soit à son tour constitué.

Les archives de Marcel Griaule

  • 1 Menée, en collaboration avec Marion Abélès (LAS), dans le cadre du « Réseau des archives des ethnol (...)
  • 2 Denise Paulme décide en 1997, quelques mois avant sa mort, de verser au laboratoire ses matériaux s (...)

3À la fin des années 1980, les bibliothèques du laboratoire d’anthropologie sociale (Paris) et du Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (LESC, Nanterre) avaient amorcé une réflexion sur l’importance et l’urgence d’entreprendre la collecte et la sauvegarde des archives des ethnologues, et en particulier de leurs matériaux de terrain, confortées en cela par divers mouvements observés dans les pays anglo-saxons, en particulier aux États-Unis, autour de la Wenner-Gren Foundation. Pour le LESC, le dépôt du fonds Marcel-Griaule a été l’événement fondateur qui a permis la concrétisation du projet de création d’un centre d’archives et la mise en place d’une réflexion sur le traitement et la valorisation des matériaux de terrain1. La notoriété de Marcel Griaule a très vite drainé autour de ces documents nombre de chercheurs français et étrangers passionnés par les premières missions ethnographiques en Afrique – en particulier la célèbre mission Dakar-Djibouti. L’ampleur de ce mouvement a ainsi confirmé, s’il en était besoin, l’importance scientifique que représentaient la collecte et la mise à disposition des archives d’ethnologues. En confiant au département des archives de la bibliothèque du LESC les matériaux de terrain de son père, Geneviève Calame-Griaule a par ailleurs grandement contribué à asseoir la crédibilité de ce service naissant. Plusieurs autres fonds d’ethnologues ayant travaillé avec son père ont été déposés dans les années suivantes, dont certains à son instigation directe2. Forte du rôle central qu’elle a occupé au sein de l’africanisme pendant de nombreuses années, Geneviève Calame-Griaule a en effet usé de tout son poids pour encourager chercheurs et famille à participer à la sauvegarde des archives de la discipline.

4Le fonds Marcel-Griaule est, à Nanterre, le plus consulté ; il est également, pour moi qui en ai été la dépositaire – au nom de la bibliothèque dont j’avais alors la responsabilité –, le fonds qui m’a permis d’appréhender concrètement la nature des matériaux de terrain, les spécificités de la collecte des archives scientifiques. À l’occasion de ce dépôt, j’ai eu la chance de rencontrer Geneviève Calame-Griaule de façon régulière, de parler longuement avec elle du travail que nous menions en commun. Ainsi nous avons construit, autour de l’exploitation et de la valorisation des archives de son père, une collaboration qui s’est poursuivie tout au long des années.

L’histoire de la collecte du fonds Marcel-Griaule

5Illustration de la part de hasard et de l’importance du facteur humain qui président souvent aux destinées des documents d’archives, la constitution du fonds Marcel-Griaule à Nanterre procède tout de même d’une certaine logique. Parce qu’il a toujours accordé une place centrale au terrain, le laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative était en effet une structure particulièrement adaptée à l’accueil des archives du fondateur de la pratique ethnographique en France.

6Tout a commencé, un jour ordinaire, au milieu des années 1980, par deux casiers en bois, remplis de feuilles issues de carnets manifold, rédigées au crayon, dont le désordre apparent laissait deviner le classement thématique qui avait été le leur à l’origine. Ces deux casiers étaient posés en équilibre instable sur une benne à ordures ménagères, dans le parking du musée de l’Homme. Par chance, Annie Lebeuf, déposant sa voiture dans ce même parking, eut la curiosité de regarder ces casiers poussiéreux et les identifia rapidement. Il s’agissait de la première partie du fichier éthiopien de la mission Dakar-Djibouti, établi par Marcel Griaule et les membres de la mission pendant leur séjour à Gondar. Sans hésiter davantage, Annie Lebeuf mit les casiers dans son coffre et les apporta au laboratoire d’ethnologie dont elle était à l’époque directrice.

7Au laboratoire, l’affaire fut beaucoup commentée et intéressa tout de suite Jacques Mercier, spécialiste de la région, qui avait entrepris une recherche sur le travail réalisé par Michel Leiris à Gondar lors de la mission Dakar-Djibouti. Désireux d’en savoir plus sur le parcours de ce fichier, dans lequel figuraient effectivement des notes de la main de Michel Leiris, et d’avoir accès à la partie manquante du fichier, il prit aussitôt contact avec Geneviève Calame-Griaule.

8C’est ainsi qu’en sauvant ces documents de la destruction, Annie Lebeuf a enclenché un processus qui marque durablement l’histoire de nos archives. En effet, grâce à ce sauvetage et à l’intervention de Jacques Mercier, des contacts se sont noués avec Geneviève Calame-Griaule. Le projet de constitution d’un fonds Marcel-Griaule à Nanterre a pris des mois à se concrétiser, ponctués de discussions et de rencontres. Je faisais là mon apprentissage de la collecte archivistique. Officiellement créé en 1996, le fonds a fait l’objet de plusieurs versements qui se sont étalés dans le temps : dans les premières années, les fichiers de terrain, puis les photographies, les agendas et les carnets ; début 2013, un ensemble important de textes, notes de cours, plaques de verre et quelques correspondances. En 2014, enfin, après le décès de Geneviève Calame-Griaule, certains textes et documents de son père qu’elle avait conservés dans son bureau ont été déposés à Nanterre avec l’ensemble de ses propres papiers de recherche et de sa bibliothèque de travail, permettant de clore le fonds Marcel-Griaule.

Déposer un fonds d’archives, une démarche complexe

9L’histoire du fonds Marcel-Griaule montre que l’on ne collecte pas des archives comme on réunit les ouvrages d’une bibliothèque. Bien souvent, le processus de constitution d’un fonds s’inscrit dans le temps long et se heurte à divers obstacles qui relèvent de l’affect et découlent des liens profonds qui unissent un producteur à ses archives ou, plus encore, un ayant droit avec les archives dont la responsabilité lui incombe. Se séparer des « papiers » d’un époux ou d’une épouse, d’un père ou d’une mère, accepter de se déposséder des souvenirs d’un proche pour en permettre l’archivage peut se révéler une démarche difficile, douloureuse, mais parfois aussi cathartique. À cette réaction émotionnelle s’ajoute une hésitation bien naturelle : celle de donner à voir, et donc potentiellement de livrer à la critique, le travail effectué en amont des textes publiés, du recueil des données à leur traitement et à leur interprétation. Confier ses matériaux de recherche, c’est accepter le regard d’autrui sur ses réflexions, sur son cheminement, et permettre ainsi qu’en soient découvertes les éventuelles failles ou fragilités. Si la démarche demande une certaine abnégation quand il s’agit de ses propres documents, elle est encore plus difficile lorsqu’il s’agit des matériaux d’un proche.

10Sachant la profonde affection et l’admiration que Geneviève Calame-Griaule portait à son père, l’énergie qu’elle a dépensée tout au long de sa vie pour faire vivre sa mémoire et valoriser ses travaux, il est indéniable que constituer un fonds Marcel-Griaule a été, pour elle, une décision importante et mûrement réfléchie. Un tel choix a été certainement inspiré par le sens du devoir et le goût du partage qui étaient les siens, mais aussi par la certitude que ce geste contribuerait à garder vivant, dans les mémoires, le rôle de son père dans l’ethnologie française.

11Geneviève Calame-Griaule a suivi, jour après jour, la mise en place des archives. Grâce à son appui, un financement a été obtenu et a permis à un jeune docteur, Éric Jolly, d’entreprendre l’inventaire et l’analyse du fonds afin de l’ouvrir très vite à la communication.

  • 3 Voir le portail des archives des ethnologues LESC sur le site de la bibliothèque Éric-de-Dampierre  (...)
  • 4 En particulier deux réalisations menées dans le cadre du LESC : l’Action concertée incitative « Le (...)

12Le fonds Marcel-Griaule représente aujourd’hui plus de onze mètres linéaires ; il a été rejoint à ce jour par vingt et un fonds africanistes3. Les demandes de consultation et de reproduction proviennent de France, mais également d’autres pays européens, des États-Unis, du Mali et du Cameroun ; les recherches qui y sont menées concernent l’histoire de la discipline et l’épistémologie, mais s’élargissent à d’autres sujets moins attendus comme l’anthropologie visuelle, l’architecture ou la création artistique. Consultations, publications, illustrations, participations à des expositions ou à des projets de recherche4, le fonds Marcel-Griaule ne cesse d’être sollicité, démontrant bien par-là que les archives engendrent autour d’elles une activité sans cesse renouvelée, assurant une seconde vie aux travaux de leur producteur.

13À partir de 1996, Geneviève Calame-Griaule s’est tenue régulièrement informée des projets menés autour des archives de son père, ne ménageant ni ses conseils ni ses encouragements. La décision de créer un fonds Marcel-Griaule a ainsi représenté pour elle un véritable engagement qu’elle a en quelque sorte confirmé, de nombreuses années plus tard, en souhaitant que ses documents de travail soient eux aussi archivés à Nanterre.

par Marie-Dominique Mouton

Les archives de Geneviève Calame-Griaule

  • 5 Dans cet article, les références archivistiques ajoutées en note se rapportent toutes à ces cartons (...)

14En janvier 2013, quelques mois avant sa disparition, Geneviève Calame-Griaule avait amorcé le dépôt de ses archives à la bibliothèque Éric-de-Dampierre, au laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative de Nanterre. Dans l’année qui a suivi, ses deux enfants – François Calame et Laure-Marie Meyer – ont enrichi ce premier versement avec le reste de ses documents de travail et de sa correspondance professionnelle. Réparties pour l’instant dans vingt-cinq cartons de déménagement5, ces archives ont fait l’objet d’un premier inventaire par Marie-Line Priot, en attendant leur classement définitif. À ce fonds, désormais très complet, il faut ajouter une bibliothèque scientifique comprenant plus de mille ouvrages (principalement sur la littérature orale, la linguistique et l’ethnolinguistique), mais nous nous limiterons ici à une première présentation des archives de Geneviève Calame-Griaule, en interrogeant à la fois son classement et son contenu.

  • 6 Sur la reconstitution du parcours de Geneviève Calame-Griaule, voir l’article de l’équipe langage e (...)

15Comparé aux archives de Marcel Griaule déposées une vingtaine d’années plus tôt, ce fonds a un double intérêt. Il permet d’abord de repérer, d’une génération à l’autre, les évolutions des méthodes d’enquête, d’enregistrement ou de notation, que ces changements soient liés à des innovations techniques, à des transformations disciplinaires ou à des choix plus personnels. Il éclaire également tous les aspects du parcours et de l’œuvre scientifiques de Geneviève Calame-Griaule sur plus de soixante ans : travaux de terrain, enseignements reçus et dispensés, responsabilités administratives et éditoriales, réseaux savants, publications, etc. En consultant ce fonds, un biographe trouvera ainsi tous les documents nécessaires pour reconstituer la longue et riche carrière de Geneviève Calame-Griaule6. Cet article a toutefois un objectif plus modeste : partir des archives pour dégager les pratiques spécifiques d’une femme qui est à la fois une pionnière de l’ethnolinguistique et une ethnologue de la seconde génération, représentante emblématique d’une période intermédiaire de la discipline (celle qui suit les grandes expéditions ethnographiques des années 1930, accompagne le développement des magnétophones et précède le passage à l’informatique ou au numérique). Si elle n’a jamais cessé ses activités dans le domaine de la recherche ou de l’édition, Geneviève Calame-Griaule se passait en effet d’ordinateur, et tous ceux qui traitent ou étudient ses archives ne peuvent que s’en réjouir aujourd’hui.

Archivage et dévotion filiale

  • 7 Sur la biographie de Griaule par Anne-Marie Petit et Isabelle Fiemeyer, voir le carton 11 du fonds (...)

16Avant sa disparition, Geneviève Calame-Griaule possédait encore de nombreux documents appartenant à son père, notamment des écrits littéraires inédits et des coupures de presse qui rejoindront sans doute le fonds Marcel-Griaule, constitué lui-même de versements successifs. De cet héritage paternel, elle conservait également des papiers qu’elle traitait cette fois comme des documents de travail et non comme des souvenirs. Pour ses propres recherches sur les Dogon, elle continuait par exemple à exploiter des cartes, des photographies aériennes et des notes ethnographiques de son père. Elle gardait aussi les cours et les inventaires inachevés de Marcel Griaule qu’elle avait elle-même révisés et édités dans deux publications posthumes : la Méthode de l’ethnographie (1957) et la « Classification des insectes chez les Dogon » (1961). Retravaillés ou réutilisés par Geneviève Calame-Griaule, mais sans modification des documents originaux, ces éléments d’archive sont en définitive à cheval entre deux fonds et leur classement ne va pas de soi. Après la mort de Marcel Griaule, en février 1956, sa fille a enfin constitué de volumineux dossiers sur les hommages, expositions, films, publications, rééditions et biographies concernant son père. Certains de ces projets ont d’ailleurs été initiés à sa demande, sous sa supervision ou avec son aide, à l’instar de la biographie inaboutie d’Anne-Marie Petit, en 1986, ou de l’ouvrage d’Isabelle Fiemeyer sur Marcel Griaule, citoyen dogon, en 20047. Les archives de Geneviève Calame-Griaule témoignent donc là encore de sa volonté de valoriser l’œuvre d’un père qu’elle admirait et dont elle a suivi les traces.

Les notes de terrain

17En 1946, Marcel Griaule dirige une nouvelle mission en pays dogon en compagnie de Germaine Dieterlen, de Solange de Ganay et de sa fille aînée, qui doit servir de linguiste à cette équipe de quatre personnes. Pour sa première expérience de terrain, à vingt et un ans seulement, Geneviève Calame-Griaule ne peut se prévaloir que d’un diplôme de lettres classiques, mais elle abat néanmoins un travail impressionnant en l’espace de quatre mois. Pour combler les lacunes linguistiques des missions précédentes et pour répondre aux demandes des autres membres de la mission, elle étudie en détail plusieurs parlers dogon, repère une douzaine de dialectes différents, transcrit une cinquantaine de contes, traduit des prières rituelles et effectue de petites enquêtes ethnographiques dans le prolongement de ses travaux sur le vocabulaire technique, musical, architectural…

  • 8 Sur l’usage de ces fiches manifold à partir de la mission Dakar-Djibouti, voir Jolly 2011 : 316-321

18Par rapport aux pratiques de son père, ses notes de terrain et ses méthodes d’enquête présentent d’évidentes similitudes, mais aussi des différences significatives. Comme les autres membres de l’équipe, Geneviève Calame-Griaule emploie en 1946 de nombreuses fiches manifold, soit pour transcrire et traduire les contes qu’elle recueille oralement, soit pour noter le vocabulaire et les informations relatives par exemple aux habitations, au tissage ou aux techniques agricoles. Produites en double exemplaire grâce au carbone, ces fiches sont rédigées sur le modèle adopté depuis la mission Dakar-Djibouti de 1931 avec, de chaque côté d’un titre thématique, des précisions sur le lieu, la date et le nom de l’informateur8. À l’exception des fiches de transcription, de nombreux croquis sont également joints au texte pour expliciter les termes répertoriés ou les descriptions rapportées.

  • 9 Voir le fichier dogon de 1946-1947 dans le fonds Marcel-Griaule, aux entrées « agriculture », « âme (...)
  • 10 Les publications issues des entretiens entre Griaule et Ogotemmêli s’étalent sur trois ans seulemen (...)
  • 11 Voir, par exemple, Calame-Griaule 2006.
  • 12 Voir FGCG, carton 25.

19À chaque conte ou vocabulaire technique correspond donc une liasse de fiches écrites seulement au recto, mais, à la différence de son père, Geneviève Calame-Griaule ne range pas ces documents « bruts » dans un fichier thématique. Une cinquantaine de ses fiches originales sont certes classées en fonction de leur titre dans le fichier collectif de 1946, au sein du fonds Marcel-Griaule9, conformément à la règle de partage ou de centralisation des données établie par le chef de mission, mais la benjamine de l’équipe en conserve des centaines d’autres en les répartissant dans différents dossiers thématiques en fonction de ses projets de publication ou d’enseignement, indépendamment de la chronologie de ses enquêtes. Et qu’il s’agisse de fables ou de précisions linguistiques, elle exploite ses notes de 1946 pendant plusieurs décennies, contrairement à son père. Pour Marcel Griaule, en effet, les informations « savantes » qu’il recueille après-guerre n’ont plus de valeur cumulative : dans sa quête des couches supérieures du savoir dogon, la dernière version qu’il obtient est toujours la meilleure et se substitue aux précédentes. À l’image de l’enseignement « métaphysique » qu’il reçoit de l’aveugle dogon Ogotemmêli, en 1946, chaque « révélation » de ses informateurs privilégiés est publiée dans les deux ou trois années qui suivent, avant d’être remplacée par un autre récit cosmogonique encore plus admirable10. À l’inverse, Geneviève Calame-Griaule continue jusqu’au milieu des années 2000 à retravailler et à publier les contes et les informations linguistiques qu’elle avait récoltés entre 1946 et 198311. Jamais invalidées par de nouvelles gloses, ses données de terrain – transcriptions de textes oraux, vocabulaire, analyse de la langue, observations directes des gestes techniques ou oratoires – se prêtent en revanche à de nombreux ajouts. Par exemple, le dictionnaire dogon publié par Geneviève Calame-Griaule en 1968 est le résultat d’une enquête qui s’étend sur une vingtaine d’années, et son auteure continuera à le compléter, notamment en annotant son exemplaire de travail12. Par ailleurs, les contes, chants ou prières qu’elle a collectés suscitent, des années plus tard, de nouvelles interprétations et comparaisons. Dactylographié, photocopié et classé en fonction des travaux en cours, chacun d’eux se retrouve dans quatre ou cinq dossiers rassemblant des textes très différents (par leur provenance, leur date ou même leur rédacteur). À partir des années 1960, les techniques de reprographie permettent en effet de ventiler des notes de terrain qui, dans le fonds Marcel-Griaule, occupent à l’inverse une place et une seule au sein d’un fichier ou d’un registre.

  • 13 Voir notamment le cahier « Linguistique 1946 », qui comprend 135 pages (FGCG, carton 20).
  • 14 Lors de sa mission de 1967-1968, Geneviève Calame-Griaule consigne également ses notes linguistique (...)
  • 15 Voir FGCG, carton 26.
  • 16 Voir les registres des missions 1970, 1972, 1974, 1977, 1978.

20Il existe d’autres différences notables entre les pratiques du chef de mission et de sa fille. Tandis que le premier emploie uniquement des fiches jusqu’en 1950, la seconde utilise dès 1946 de grands cahiers manifold pour l’étude des divers parlers dogon13. Cela lui permet de faire des comparaisons sur plusieurs colonnes et de compléter ses notes linguistiques sans jamais perdre de vue la progression de son enquête. Lors de ses missions suivantes, de 1954 à 1983, Geneviève Calame-Griaule abandonne totalement les fiches pour des cahiers ou de volumineux registres où elle consigne ses travaux sur la langue, ses transcriptions et ses traductions, ses enquêtes ethnographiques ou ethnomusicologiques, ses précisions sur la gestuelle des conteurs… Lors de ses enquêtes de 1956 et 1960 en pays dogon ou le long du fleuve Niger, elle note même ses informations dans deux registres distincts : l’un est réservé à ses enquêtes sur la musique, et l’autre accueille ses données concernant la linguistique ou la littérature orale14. Commun à Geneviève Calame-Griaule et à son mari Blaise Calame, violoniste professionnel, le registre de 1956 sur la musique comprend notamment de magnifiques croquis d’instruments, des transcriptions musicales, des références aux photographies, aux films ou aux enregistrements sonores, et des précisions sur les paroles des chanteurs, la position des musiciens ou la fabrication des instruments15. Le registre, par sa taille, se prête bien à ces combinaisons d’informations et de dessins grand format, mais il s’agit ici de dessins réalistes issus d’observations directes, et non de signes ésotériques ou de croquis de synthèse produits par des informateurs, contrairement aux registres de Griaule (1952-1955). À la différence des fiches, le registre permet aussi de mettre en vis-à-vis le texte d’un conte, sur la page de droite, et des informations concernant les gestes du conteur, ses intonations ou le sens de ses mots, sur la page de gauche. C’est le procédé employé par Geneviève Calame-Griaule à partir de sa mission de 1970, lorsqu’elle commence sa recherche sur la performance orale des conteurs Touaregs et isawaghen du Niger16.

  • 17 Remplis à la demande de Geneviève Calame-Griaule entre octobre et décembre 1946, les trois cahiers (...)

21En 1946, Geneviève Calame-Griaule confie par ailleurs plusieurs cahiers à un jeune lettré dogon, Antemmeli Poudyougo, en lui demandant de décrire son parler maternel ou de transcrire des contes, des chants et des devises17. Si Griaule avait utilisé un tel procédé en Éthiopie entre 1928 et 1932, il ne l’a jamais appliqué en pays dogon : après-guerre, il s’en tient en effet à des entretiens semi-directifs au cours desquels il peut orienter et recadrer les propos de ses informateurs privilégiés afin d’en dégager une synthèse cosmogonique ou un système symbolique. De ce point de vue, les objectifs du père et de la fille divergent nettement dès leur mission commune de 1946 : de cette date à 1983, Geneviève Calame-Griaule reproduit ce qu’elle voit et ce qu’elle entend, compare les dialectes et les contes, interroge leurs variantes ou leur variabilité, précise les règles d’interlocution et souligne la créativité propre à toute performance orale, alors que Marcel Griaule, de 1946 à 1956, tient peu compte de la littérature orale, du contexte d’énonciation et de la diversité des discours.

Les questionnaires

  • 18 Voir FGCG, carton 20. Rédigé à partir des Notes and Queries on Anthropology et des cours de Marcel (...)
  • 19 Voir FGCG, carton 23.
  • 20 Le sous-programme « couleur » aboutira à la publication de l’ouvrage collectif édité par Serge Torn (...)

22Dans les papiers de Geneviève Calame-Griaule, on trouve la trace d’une douzaine de questionnaires qu’elle applique sur le terrain ou qu’elle archive sans y répondre. Ils n’occupent jamais une place centrale dans son travail, pas même en linguistique, mais leur nombre et leur diversité témoignent d’une époque intermédiaire où prévalait encore le modèle de la monographie ou le souci de l’exhaustivité. Certains d’entre eux servent justement à faire le tour d’une question, à l’image des « Recommandations pour l’étude de la famille », texte ronéotype de dix-huit pages diffusé par l’Institut international pour l’étude des langues et des civilisations africaines18. L’« Aide-mémoire » établi en 1967 par la Société d’ethnobotanique et d’ethnozoologie se présente aussi comme une liste de questions permettant de documenter tous les aspects des plantes alimentaires, de leur culture à leur utilisation ou à leurs représentations littéraires19. D’autres questionnaires, plus récents, servent à compléter certaines enquêtes ethnolinguistiques. À In Gall, en mars 1975 et en janvier 1977, Geneviève Calame-Griaule interroge ses interlocuteurs isawaghen sur les noms de 51 couleurs, en utilisant un nuancier et un formulaire conçus par le laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative vers le milieu des années 1970, dans le cadre du programme de recherche « signaux20 ».

  • 21 Pour ce questionnaire sur les serrures dogon, voir FGCG, carton 20. Pour les enquêtes de terrain su (...)

23Pour ses enquêtes, Geneviève Calame-Griaulecréeégalement ses propres questionnaires, à des fins monographiques. C’est le cas du volumineux « questionnaire sur les serrures dogon » conçu à la fin des années 1960, dans le cadre d’un programme d’étude incluant, pour sa partie muséographique, Annie Dupuis et Francine Ndiaye. En pays dogon, c’est à la suite d’une première enquête de terrain, en octobre-novembre 1967, que Geneviève Calame-Griaule rédige, à propos des serrures, une liste numérotée de plus de cent questions couvrant tous les domaines (linguistique, technique, artistique, politique, sociologique, économique…)21. Pour compléter ses données, elle utilise ce questionnaire de treize pages en novembre 1970, à Sangha, en remplissant simultanément des fiches qui précisent l’âge, le sexe, le métier et la position sociale de chaque Dogon interrogé. Refusant d’enregistrer un discours univoque et une réalité figée, elle introduit en outre des questions ouvertes et de nombreuses « variables », en s’intéressant même à « l’attitude de l’informateur au cours de l’enquête » ou à son opinion sur l’achat de serrures par les touristes. Avec ce questionnaire, son auteure démontre à nouveau sa volonté d’analyser la diversité des discours et des points de vue, à rebours de la démarche totalisante et uniformisatrice de son père.

  • 22 Voir FGCG, carton 24. Non datés, ces questionnaires linguistiques comptent entre 200 et 714 lexèmes
  • 23 Voir, par exemple, les fi linguistiques de Jean Mouchet lors de la mission Dakar-Djibouti (fonds Ma (...)

24Geneviève Calame-Griaule se sert enfin de plusieurs questionnaires linguistiques, notamment ceux de la School of Oriental and African Studies (SOAS) ou ceux de Morris Swadesh et de William E. Welmers22. Ces listes standards de mots et de phrases sont utilisées dans le contexte malien ou nigérien pour une première approche de la langue ou dans un but comparatif, notamment pour repérer le degré de parenté entre deux parlers, mais leur importance reste marginale dans les notes de terrain de Calame-Griaule, contrairement aux enquêtes et aux publications linguistiques des africanistes au cours des années 1920 et 193023.

Les enregistrements sonores et visuels

  • 24 Voir les deux registres « Dogon 1954 » (FGCG, carton 10).
  • 25 Voir la chemise « Afrique – Disques » (FGCG, carton 20) et le disque de Geneviève Calame-Griaule et (...)

25Sur le terrain, Geneviève Calame-Griaule effectue ses premiers enregistrements sonores lors de sa mission de 1954 en pays dogon. Elle enregistre des contes, des échanges de devinettes, des devises, des chants, des moqueries et des conversations ordinaires, puis transcrit et traduit sur place une partie de ces textes24. Lors de sa mission suivante, en 1956, son usage du magnétophone devient encore plus systématique non seulement en raison de l’orientation ethnomusicologique de ses recherches, mais aussi grâce au « Nagra » de la vedette-laboratoire Mannogo, mise à l’eau sur le Niger un an plus tôt. Avec son mari Blaise Calame, elle tient d’ailleurs un inventaire précis du contenu de ses 31 bandes magnétiques (soit 9 heures d’enregistrement environ) dont ils tirent tous deux un disque présentant les chants et la musique instrumentale des Dogon25.

26L’emploi régulier d’un magnétophone offre de nombreux avantages exploités au cours de ses missions suivantes : à ses informateurs, Geneviève Calame-Griaule fait écouter ses enregistrements pour les transcrire, les traduire et obtenir des explications sur le sens d’une fable ou d’un chant ; en fonction de ses priorités, elle consigne immédiatement certains contes et attend la mission suivante pour en transcrire d’autres ; et surtout, elle peut désormais observer, photographier ou filmer la performance d’un conteur ou d’un chanteur dans son intégralité, sans avoir à l’interrompre pour noter les paroles prononcées. Par ailleurs, l’analyse des intonations ou de la musique s’en trouve bien sûr facilitée. Or, de tels changements ouvrent la voie, à partir de 1970, à ses recherches sur la gestuelle des conteurs, sur leur performance orale et, par voie de conséquence, sur leur créativité.

  • 26 Les diapositives et négatifs concernant cette étude sont conservés dans le carton 22 (FGCG).
  • 27 Voir notamment Geneviève Calame-Griaule (1977 et 2002).
  • 28 Voir FGCG, registre XIV de 1978.

27Lors de cette étude, Geneviève Calame-Griaule se sert bien sûr de la photographie, d’abord pour saisir en contexte les mimiques, les positions et les gestes narratifs des conteurs Touaregs ou isawaghen26, puis pour illustrer ses publications27. En 1975 et 1978, grâce à la caméra d’Edmond Bernus, elle complète ses méthodes d’enregistrement en filmant les performances des conteurs nigériens afin d’analyser leurs mouvements. Pour chaque conte, elle tient d’ailleurs un inventaire précis des films et des clichés qui ont été pris28.

Réseaux savants et collaborations scientifiques

  • 29 Germaine Dieterlen, Jean-Paul Lebeuf et Claude Lévi-Strauss sont membres de la SEZEB en 1967.
  • 30 Luc Bouquiaux, Geneviève Calame-Griaule, Marie-Paule Ferry, Pierre-Francis Lacroix, Denise Paulme, (...)
  • 31 Voir, par exemple, les trois volumes qu’elle dirige sur Le Thème de l’arbre dans les contes (Calame (...)

28Les dossiers archivés par Geneviève Calame-Griaule nous renseignent aussi sur ses collaborations, sur sa participation à des projets collectifs et sur le paysage institutionnel de l’ethnolinguistique à partir du milieu des années 1960. Par exemple, il est intéressant de noter que Calame-Griaule adhère à la Société d’ethnozoologie et d’ethnobotanique (Sezeb) dès sa création, en 1965. Cette association fédère des linguistes, des ethnologues et des représentants des sciences naturelles avec, comme principal objectif, le rassemblement d’une documentation croisée sur les plantes et les animaux d’Afrique et d’Asie. Elle comprend notamment des ethnologues de la génération de Marcel Griaule, formés à la pluridisciplinarité dans les années 193029, un célèbre chercheur au carrefour de l’agronomie, de l’ethnobotanique, de l’ethnolinguistique et des ethnosciences – André-Georges Haudricourt – et une équipe de linguistes, d’ethnolinguistes ou d’anthropologues africanistes qui abordent les plantes et les animaux à travers la littérature orale ou les taxinomies locales30. Certaines recherches de Geneviève Calame-Griaule sur les végétaux et les insectes31 s’expliquent sans doute par la fréquentation de cette société savante durant une dizaine d’années.

  • 32 Sous la direction de Geneviève Calame-Griaule, l’ERA 246 se dote en 1980 d’un nouvel intitulé : « L (...)
  • 33 Voir FGCG, carton 24.
  • 34 Ibid.
  • 35 Sur la création des CLO et du groupe de littérature orale, voir les archives de Geneviève Calame-Gr (...)

29À partir du 1er janvier 1970, plusieurs linguistes ou ethnolinguistes de ce groupe se retrouvent dans la nouvelle Équipe de recherches linguistiques et littéraires au Soudan et au Sahel occidentaux (ERA 246), dirigée par Pierre-Francis Lacroix, puis par Geneviève Calame-Griaule à partir de 197732. Celle-ci est responsable de l’axe « littérature orale et écrite » depuis mai 1969, avant même la création officielle de cette unité de recherche33. Entre 1973 et 1978, elle prend également la direction d’une RCP (recherche coopérative sur projet) consacrée à la communauté sédentaire des Isawaghen d’In Gall et de Tegidda-n-Tessent. Associant études linguistiques, ethnologiques et archéologiques, cette RCP 322 rassemble autour de sa responsable une petite dizaine de chercheurs, dont Edmond Bernus, Suzy Bernus et Pierre-Francis Lacroix34. En 1975, au sein du Centre de recherche « Littératures et théories de la littérature », Geneviève Calame-Griaule participe également à la fondation d’un groupe sur la littérature orale qui, un an plus tard, publie le premier numéro des Cahiers de littérature orale (CLO). Elle est d’abord responsable de l’espace africain au sein du comité de rédaction, avant de prendre la direction de cette revue semestrielle35.

  • 36 Voir FGCG, carton 24.
  • 37 Les doubles manifold des contes dogon transcrits par Denise Paulme en 1935 sont rangés dans deux ch (...)
  • 38 Voir FGCG, carton 1, 4 et 21.

30Les archives révèlent aussi des collaborations plus discrètes avec des collègues de la génération précédente. Au début des années 1970, Geneviève Calame-Griaule s’associe par exemple à Denise Paulme afin de publier conjointement un recueil de 300 contes dogon qu’elles ont mis en commun. Ce projet, annoncé à plusieurs reprises dans les rapports d’activité36, n’a pas abouti pour des raisons inconnues, mais on trouve effectivement trace du partage de leur corpus dans leurs publications respectives comme dans les archives37. À la demande de Germaine Dieterlen, Geneviève Calame-Griaule se charge aussi de la traduction des prières ou dialogues en « langue (secrète) du sigui » dans les films tournés par Jean Rouch entre 1967 et 1972, au moment de la cérémonie dogon du sigui38.

31Ce survol rapide des archives n’a rien d’exhaustif puisqu’il omet de présenter et d’analyser les notes de cours de Geneviève Calame-Griaule, ses rapports de mission ou encore les centaines d’articles reçus de ses collègues. Le nombre impressionnant de ces tirés à part ne démontre pas seulement la place centrale qu’occupait Calame-Griaule dans le milieu des ethnolinguistes ; il témoigne aussi d’une époque plus ou moins révolue où les chercheurs échangeaient couramment leurs articles sous une forme papier. Mais avant de conclure cette partie, il reste à interpréter en creux l’absence de plusieurs types de documents dans un fonds pourtant très complet. Manifestement, Geneviève Calame-Griaule n’a jamais tenu de journal ou de carnet de route lors de ses missions, pour deux raisons sans doute : le manque de temps, du fait d’un travail intensif souvent concentré sur de courtes périodes, et l’absence de toute vision romantique ou héroïque du terrain. Contrairement à son père et malgré une formation en lettres, elle n’a pas davantage produit de textes littéraires sur ses voyages ou ses enquêtes, même sous forme de brouillon, probablement pour des motifs similaires à ceux évoqués précédemment, mais aussi par modestie et pour se cantonner à une posture purement scientifique. Comme l’a déjà montré Marianne Lemaire (2011), cela n’a rien d’étonnant : pour faire leurs preuves et se distinguer des aventurières, les femmes ethnologues des années 1930 s’interdisaient déjà, dans leurs écrits, toute fantaisie littéraire ou toute mise en scène de soi. Dans le cas de Geneviève Calame-Griaule, on peut également se demander si son refus de toute « aventure » littéraire ne va pas de pair avec sa volonté de promouvoir avec passion et générosité la « littérature orale » et la langue des Autres, grâce à des traductions soignées et à des éditions bilingues.

par Éric Jolly

32En définitive, Geneviève Calame-Griaule a toujours valorisé le travail des autres, qu’il s’agisse des recherches de son père ou du répertoire des conteurs africains, mais sa dévotion filiale ou son admiration pour la littérature orale africaine ne l’ont jamais cantonnée à un rôle de faire-valoir, bien sûr ; elle a su au contraire construire une œuvre pionnière en ethnolinguistique en traçant sa propre voie, divergente de celle de Marcel Griaule en dépit d’un début de parcours commun.

Top of page

Bibliography

Calame-Griaule Geneviève, 1968, Dictionnaire dogon (dialecte tɔ̀ rɔ). Langue et civilisation, Paris, Klincksieck.

— 1977, Pour une étude des gestes narratifs, in Geneviève Calame-Griaule (dir.), Langage et cultures africaines, Essais d’ethnolinguistique, Paris, François Maspero : 303-359.

— 1987, Des insectes et des hommes. Essai d’analyse sémantique des noms d’insectes dogon, in Solange de Ganay, Annie et Jean-Paul Lebeuf, Dominique Zahan (textes réunis par), Ethnologiques, Hommages à Marcel Griaule, Paris, Hermann : 3-17.

— 2002, Contes tendres, contes cruels du Sahel nigérien, Paris, Gallimard.

— 2006, Contes dogon du Mali, Paris, Karthala/Langues O’.

Calame-Griaule Geneviève (dir.), 1974, Le Thème de l’arbre dans les contes, Paris, selaf, 3 volumes (I : 1969, II : 1970, III : 1974).

Calame-Griaule Geneviève, Dupuis Annie, Ndiaye Francine (dir.), 1976, Serrures dogon : approches ethno-morphologiques, Paris, microédition du musée de l’Homme.

Cohen Marcel, 1928, Questionnaire linguistique de Marcel Cohen, Paris, Institut d’ethnologie.

Équipe langage et culture en Afrique de l’Ouest, 1989, Profil d’une recherche, Graines de parole. Puissance du verbe et traditions orales, textes offerts à Geneviève Calame-Griaule, Paris, CNRS : 421-427.

Fiemeyer Isabelle, 2004, Marcel Griaule, citoyen dogon, Arles, Actes Sud.

Griaule Marcel, 1948, Dieu d’eau. Entretiens avec Ogotemmêli, Paris, Éditions du Chêne.

— 1957, Méthode de l’ethnographie, Paris, PUF.

— 1961, Classification des insectes chez les Dogon, Journal de la Société des africanistes XXXI (I) : 7-71.

Jolly Éric, 2011, Les notes de terrain de Marcel Griaule : enregistrer et ordonner une société, in Christian Jacob (dir.), Lieux de savoir 2. Les mains de l’intellect, Paris, Albin Michel : 312-332.

— 2015, Geneviève Calame-Griaule (1924-2013), L’Homme, 213 : 7-18.

Lemaire Marianne, 2011, La chambre à soi de l’ethnologue. Une écriture féminine en anthropologie dans l’entre-deux-guerres, L’Homme, 200 : 83-112.

Mouton Marie-Dominique, 2008 Les ethnologues et leurs archives : passion, possession et appropriation, Journal des africanistes 78 (1-2) : 221-233.

— 2014, Dans les archives des ethnologues, la recherche autrement, in Marie Cornu, Jérôme Fromageau, Bertrand Müller (dir.), Archives de la recherche. Problèmes et enjeux de la construction du savoir scientifique, Paris, L’Harmattan : 135-145.

Mouchet Jean, 1938, Vocabulaires comparatifs de 15 parlers du Nord-Cameroun, Journal de la Société des africanistes VIII (II) : 123-143.

Tornay Serge (éd.), 1978, Voir et nommer les couleurs, Nanterre, Société d’ethnologie.

Top of page

Notes

1 Menée, en collaboration avec Marion Abélès (LAS), dans le cadre du « Réseau des archives des ethnologues » dès l’année 1999.

2 Denise Paulme décide en 1997, quelques mois avant sa mort, de verser au laboratoire ses matériaux sur les Dogon ; en 1998, la veuve de Gaston-Louis Roux confie les lettres rédigées par son époux lors de la mission Dakar-Djibouti ; en 1994 puis en 1995, le fonds Annie-MD-Lebeuf et Jean-Paul-Lebeuf est déposé en deux versements ; en 2004, Geneviève Calame-Griaule négocie elle-même le dépôt du fonds Solange-de-Ganay, puis celui de la Société des africanistes.

3 Voir le portail des archives des ethnologues LESC sur le site de la bibliothèque Éric-de-Dampierre : http://www.mae.u-paris10.fr/bibethno/ (consulté le 04/02/2015).

4 En particulier deux réalisations menées dans le cadre du LESC : l’Action concertée incitative « Le terrain et son archivage » (2004-2007), dont un des axes, « Archives ethnographiques françaises sur le Mali : regards croisés », animé par Éric Jolly, portait sur les archives Marcel-Griaule ; et le portail « Naissance de l’ethnologie française – Les premières missions ethnographiques en Afrique » (en cours), dans le cadre du Labex « Les passés dans le présent ».

5 Dans cet article, les références archivistiques ajoutées en note se rapportent toutes à ces cartons et sont donc provisoires.

6 Sur la reconstitution du parcours de Geneviève Calame-Griaule, voir l’article de l’équipe langage et culture en Afrique de l’Ouest (1989) et l’In memoriam écrit par Éric Jolly (2015).

7 Sur la biographie de Griaule par Anne-Marie Petit et Isabelle Fiemeyer, voir le carton 11 du fonds Geneviève-Calame-Griaule (FGCG).

8 Sur l’usage de ces fiches manifold à partir de la mission Dakar-Djibouti, voir Jolly 2011 : 316-321.

9 Voir le fichier dogon de 1946-1947 dans le fonds Marcel-Griaule, aux entrées « agriculture », « âme », « astronomie », « divination », « génies »…

10 Les publications issues des entretiens entre Griaule et Ogotemmêli s’étalent sur trois ans seulement, de 1947 à 1949, avec comme ouvrage central Dieu d’eau (Griaule 1948).

11 Voir, par exemple, Calame-Griaule 2006.

12 Voir FGCG, carton 25.

13 Voir notamment le cahier « Linguistique 1946 », qui comprend 135 pages (FGCG, carton 20).

14 Lors de sa mission de 1967-1968, Geneviève Calame-Griaule consigne également ses notes linguistiques concernant le tamasheq sur un cahier séparé (voir FCGC, carton 21).

15 Voir FGCG, carton 26.

16 Voir les registres des missions 1970, 1972, 1974, 1977, 1978.

17 Remplis à la demande de Geneviève Calame-Griaule entre octobre et décembre 1946, les trois cahiers d’Antemmeli Poudyougou se trouvent dans le fonds Calame-Griaule pour deux d’entre eux (carton 11) et dans le fonds Griaule pour le troisième. Originaire du village d’Amani, ce jeune informateur dogon de Geneviève Calame-Griaule a été formé à l’école de la mission protestante de Sangha, mais il n’a pas collaboré aux missions suivantes en raison de son émigration en Côte d’Ivoire à la fin des années 1940.

18 Voir FGCG, carton 20. Rédigé à partir des Notes and Queries on Anthropology et des cours de Marcel Mauss à l’Institut d’ethnologie, ce document n’est pas daté.

19 Voir FGCG, carton 23.

20 Le sous-programme « couleur » aboutira à la publication de l’ouvrage collectif édité par Serge Tornay : Voir et nommer les couleurs (1978). Le nuancier de 51 couleurs se trouve dans le carton 8 du fonds Geneviève-Calame-Griaule, tandis que les réponses au questionnaire sont classées dans une chemise du carton 4 ou consignées dans le registre XIII de 1976-1977 (boîte 1 du dépôt de janvier 2013).

21 Pour ce questionnaire sur les serrures dogon, voir FGCG, carton 20. Pour les enquêtes de terrain sur cette même thématique, voir les registres des missions 1967 à 1970, dans le carton 10. Sur les résultats de cette recherche, voir Geneviève Calame-Griaule, Annie Dupuis et Francine Ndiaye (1976).

22 Voir FGCG, carton 24. Non datés, ces questionnaires linguistiques comptent entre 200 et 714 lexèmes.

23 Voir, par exemple, les fi linguistiques de Jean Mouchet lors de la mission Dakar-Djibouti (fonds Marcel-Griaule) et sa publication sur les « Vocabulaires comparatifs de 15 parlers du Nord-Cameroun » (1938). Ses listes de mots sont établies sur le modèle du Questionnaire linguistique de Marcel Cohen (1928).

24 Voir les deux registres « Dogon 1954 » (FGCG, carton 10).

25 Voir la chemise « Afrique – Disques » (FGCG, carton 20) et le disque de Geneviève Calame-Griaule et Blaise Calame : Scènes de la vie des Dogon (Soudan français), Paris, Résonances, 1957.

26 Les diapositives et négatifs concernant cette étude sont conservés dans le carton 22 (FGCG).

27 Voir notamment Geneviève Calame-Griaule (1977 et 2002).

28 Voir FGCG, registre XIV de 1978.

29 Germaine Dieterlen, Jean-Paul Lebeuf et Claude Lévi-Strauss sont membres de la SEZEB en 1967.

30 Luc Bouquiaux, Geneviève Calame-Griaule, Marie-Paule Ferry, Pierre-Francis Lacroix, Denise Paulme, Jacqueline Thomas. Sur la création de la SEZEB et sur ses activités jusqu’au milieu des années 1970, voir FGCG, Carton 23.

31 Voir, par exemple, les trois volumes qu’elle dirige sur Le Thème de l’arbre dans les contes (Calame-Griaule 1974) ou son article « Des insectes et des hommes. Essai d’analyse sémantique des noms d’insectes dogon » (Calame-Griaule 1987).

32 Sous la direction de Geneviève Calame-Griaule, l’ERA 246 se dote en 1980 d’un nouvel intitulé : « Langage et culture en Afrique de l’Ouest ».

33 Voir FGCG, carton 24.

34 Ibid.

35 Sur la création des CLO et du groupe de littérature orale, voir les archives de Geneviève Calame-Griaule déposées à la bibliothèque Éric-de-Dampierre en janvier 2013.

36 Voir FGCG, carton 24.

37 Les doubles manifold des contes dogon transcrits par Denise Paulme en 1935 sont rangés dans deux chemises des cartons 4 et 8 du fonds Geneviève-Calame-Griaule.

38 Voir FGCG, carton 1, 4 et 21.

Top of page

References

Bibliographical reference

Marie-Dominique Mouton and Éric Jolly, « Geneviève Calame-Griaule et les archives  », Journal des africanistes, 85-1/2 | 2015, 12-27.

Electronic reference

Marie-Dominique Mouton and Éric Jolly, « Geneviève Calame-Griaule et les archives  », Journal des africanistes [Online], 85-1/2 | 2015, Online since 16 June 2016, connection on 19 August 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4493

Top of page

About the authors

Marie-Dominique Mouton

CNRS, Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative (LESC)

By this author

Éric Jolly

CNRS, Institut des Mondes Africains (IMAF)

By this author

Top of page

Copyright

Société des africanistes

Top of page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org