Navigation – Plan du site

Présentation

Cécile Leguy et Paulette Roulon-Doko
p. 9-11

Texte intégral

1Ce dossier en hommage à Geneviève Calame-Griaule s’ouvre par l’article de Marie-Dominique Mouton et Eric Jolly, montrant la prise de conscience très moderne de Geneviève Calame-Griaule pour les archives. En effet, au début des années 1990, elle a déposé les archives de son père au laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative de Nanterre (LESC). En faisant ce choix, elle a non seulement amorcé un mouvement encore balbutiant de sauvegarde et de valorisation des archives des ethnologues, mais elle a également encouragé une réflexion épistémologique sur les pratiques de notation des premiers ethnographes. Ses propres archives, encore en cours de traitement, ont aujourd’hui rejoint le LESC.

2Suivent trois articles qui illustrent l’ethnolinguistique dont Geneviève Calame-Griaule fut une pionnière en France. Christiane Seydou, à partir du fulfulde, langue des Peuls du Mali, se demande dans quelle mesure il est possible de « déceler, dans les structures même d’une langue, des indices d’une influence de la réalité environnementale et du style de vie que conditionne celle-ci ». Plus précisément, remarquant avec des exemples lexicaux probants combien le dynamisme est marqué dans la langue de ce peuple d’origine nomade, elle s’interroge sur l’influence que peut avoir un mode de vie transhumant sur l’expression linguistique. Ainsi, en prenant l’exemple du verbe désignant le fait de regarder, on constate que là où le français utilise un verbe (regarder) et des adverbes (dessous, au-dessus, au loin, derrière, etc.), le fulfulde emploie pour chaque orientation du regard un verbe spécifique. Le mouvement, l’orientation, sont inhérents à l’acte, en l’occurrence de vision ici ; cette coalescence dans la racine verbale même de l’action et de son inscription dans l’espace semble pour l’auteur, en tant que particularité linguistique, pouvoir être mise en rapport avec la situation de nomadisme. De même, les désignations du devant et du derrière sont orientées selon l’avancée du marcheur, le « devant » d’une maison étant située au fond de celle-ci quand on s’avance à partir de la porte d’entrée. Le texte de Christiane Seydou nous invite ainsi, par une simple réflexion à partir de remarques lexicales et grammaticales, à nous interroger sur les relations entre le monde vécu et la manière de le dire.

3Sandra Bornand et Cécile Leguy ont choisi de présenter une exposition consacrée aux Paroles d’Afrique, à laquelle ont participé de nombreux africanistes, dont une grande partie des proches collaborateurs de Geneviève Calame-Griaule. Suivant les travaux de Geneviève Calame-Griaule qui ont mis en valeur la notion de parole en tant qu’attribut propre à l’humanité mais aussi en tant que force agissante, elles décrivent les différents aspects mis en valeur lors de cet événement, dont l’objectif était de questionner les dimensions sociales, culturelles et politiques de la parole sur le continent africain. En parcourant les six salles du Musée d’Ethnographie de Bordeaux, le visiteur découvre différents aspects des pratiques langagières, orales et écrites, quotidiennes ou ésotériques, distinctes ou communes. Et il est amené à s’interroger sur la richesse et la complexité de conceptions d’une parole vécue comme une force. Si cette parole peut avoir des effets négatifs comme positifs, elle présente surtout d’énormes capacités d’adaptation et de renouvellement, poursuivant quels que soient les contextes ses fonctions de fédérateur de lien social. L’exposition invite alors à se mettre à l’écoute de ce qui est dit comme de ce qui ne l’est pas, à prendre la parole au sérieux et, à travers les exemples présentés, met en évidence les apports de la recherche inaugurée par Ethnologie et langage.

4Dans son article, Marie-Rose Abomo-Maurin s’attache à cerner les différentes modalités de la communication orale chez les Búlù du Cameroun. Explorant les modalités de la parole dans ce contexte, à partir d’expressions figées et de pratiques langagières, elle met en valeur une conception où chaque type de parole, ordinaire ou spécifique, fait l’objet d’un métalangage détaillé. Dans cette société plutôt égalitaire, une importance particulière est accordée à l’orateur, à celui qui maîtrise l’art de la parole et, de fait, est considéré comme sage. Ancrée dans sa connaissance des savoirs ancestraux, sa parole est d’autant plus efficace qu’il apprend, au fil d’un parcours initiatique, à tenir compte de son auditoire pour assurer la bonne marche de l’échange. Sa maîtrise du paraverbal et du contexte, ainsi que celle des genres oraux codifiés, le conduisent à un véritable art de la communication. Les quatre articles qui suivent concernent la littérature orale, qui est un domaine central des recherches de Geneviève Calame-Griaule. Paulette Roulon-Doko fait le choix d’un conte reconnu comme étant un thème typique et très largement répandu, celui dit des échanges successifs, pour montrer qu’une analyse ethnolinguistique faite suivant les exigences posées par Geneviève Calame-Griaule redonne à ce conte la place particulière qu’il occupe dans la culture qui l’a créé – les Gbaya, une société sans hiérarchie –, et permet de s’interroger sur ce que peut être le conte-type auquel on pourrait le rattacher. Le héros du conte gbaya est un enfant qui a été abandonné à la naissance et dont la quête se termine lorsqu’il retrouve la mère qui l’a mis au monde. Le corpus, qui comporte 4 versions enregistrées entre 1970 et 2011, permet de s’interroger tant sur le point de vue du producteur que sur le contenu du conte. L’auteur fait aussi une analyse critique des termes scientifiques utilisés pour caractériser les contes.

5Anne-Marie Dauphin-Tinturier présente le concept d’être humain, éventuellement sexué, tel qu’il est explicité dans trois mythes d’origine, recueillis dans la première partie du XXe siècle dans la région de parler cibemba, au nord de la Zambie. Décrivant l’arrivée de l’homme sur Terre et l’introduction de la sexualité et de la mort, leur analyse confère à la femme une place particulière par rapport à la divinité primordiale, Lesa, d’où l’existence de l’initiation des filles, rituel qui n’a pas, dans cette société, d’équivalent masculin, et dont le but est en quelque sorte de préparer les filles à cette relation spéciale. Une conséquence de ce rôle singulier porte sur la position des femmes à l’intérieur de cultes syncrétiques comme celui de la prêtresse Lenshina, qui utilise les principaux concepts de l’initiation des filles pour fonder une nouvelle religion.

6Ursula Baumgardt choisit de présenter, dans les contes peuls du Nord Cameroun où l’on rencontre plutôt des figures bien connues et récurrentes comme la coépouse jalouse, la marâtre méchante, l’épouse infidèle, la fille obéissante ou la « Fille de beurre », des figures féminines rares, incarnant des valeurs comme l’initiative personnelle, la prise de risque et le libre choix du conjoint, facteurs d’accomplissement du couple et de promotion sociale. Bien que ces figures ne se trouvent pas volontiers dans les répertoires de conteurs, elles constituent un nombre relativement important du répertoire de la conteuse Goggo Addi enregistré entre1985 et 1989. Cette répartition induit l’hypothèse suivante : il existe des répertoires masculins et féminins de contes. Cette hypothèse devrait être approfondie à travers des collectes et des études comparatives prenant en compte non seulement les contes des autres aires peules, mais également d’autres langues et cultures.

7Jean Derive présente un petit échantillon de chants d’un genre littéraire exécuté avant leur mariage par les jeunes filles dioula et appelé, dans la taxinomie locale, bóndolon dɔ̀ nkiri. Il replace ces chants – recueillis à Kong dans des conditions naturelles de production, dans la décennie 1970-1980 – à la fois dans leur contexte d’énonciation et dans leur contexte social d’époque, selon la méthode préconisée par Geneviève Calame-Griaule, afin de mettre en évidence leur fonction cathartique : dans ces chants s’expriment maintes aspirations des jeunes filles que les contraintes de la réalité sociale de l’époque ne permettront pas, le plus souvent, de satisfaire.

8Enfin, font également partie de ce dossier les textes de Denis Douyon et de Marie-Paule Ferry, présentés dans la rubrique « Notes et documents ». Et, à la suite des In Memoriam relatifs à Geneviève Calame-Griaule, on trouvera également une bibliographie exhaustive de ses travaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Leguy et Paulette Roulon-Doko, « Présentation », Journal des africanistes, 85-1/2 | 2015, 9-11.

Référence électronique

Cécile Leguy et Paulette Roulon-Doko, « Présentation », Journal des africanistes [En ligne], 85-1/2 | 2015, mis en ligne le 15 juin 2016, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4492

Haut de page

Auteurs

Cécile Leguy

Professeur des universités, anthropologue, Comue Sorbonne-Paris cité, Sorbonne Nouvelle-Paris 3, LACITO, UMR 7107

Articles du même auteur

Paulette Roulon-Doko

LLACAN (UMR 8135 du CNRS), INALCO, LABEX

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org