Navigation – Plan du site

Nouveaux membres de la société des africanistes 2012

Marie-Rose ABOMO-MAURIN

Née en 1953, Marie-Rose Abomo-Maurin, chercheuse en littérature africaine orale et écrite, est maître de conférences à l’Université de Yaoudé 1 dans le département de littératures et de civilisations africaines, et chercheuse-associée au LLACAN du CNRS.

Depuis plus de dix ans, elle est aussi Professeure de lettres, chargée de cours de techniques d’expressions et de communication au Lycée Jacques Monod d’Orléans.

Docteur en littérature, elle a soutenu sa thèse en 1990 au Centre international d’Études Francophones à Paris sur le sujet : « La représentation du thème du voyage dans le conte et le roman de l’Afrique centrale bantoue : continuité ou rupture ? » (Mention très honorable).

Elle a aussi obtenu son habilitation à diriger des recherches (HDR) en 2007 à l’Université de Paris XII-Créteil sur le thème « les thématiques majeures du roman camerounais de 1960 à 1990 ».

Enfin, elle a à son actif un certain nombre de publications, aussi bien d’ouvrages (5) que d’articles (8) qui témoignent de son activité de chercheuse confirmée.

Régina ODJOLA

Régina Odjola, docteure en linguistique, a soutenu sa thèse de doctorat en 1997 à l’Université René Descartes Panthéon-Sorbonne Paris 5, intitulée « Étude de l’emprunt du lingala au portugais et au français à Brazzaville : Analyse sociolinguistique du contact des langues présent au Congo ». Elle est actuellement enseignante-chercheuse à l’Université de Koudougou au Burkina Faso.

Elle y enseigne la linguistique et la littérature orale africaine (cours magistraux, travaux dirigés, encadrements de mémoires de maîtrise) aux étudiants de 1er et de 2ème cycles.

En plus de son travail d’enseignante, Régina Ojola s’investit beaucoup dans la vie associative. Entre autres, elle a été conseillère en insertion professionnelle au Conseil général des Hauts de Seine, Nanterre, formatrice en cours d’alphabétisation pour tout public (Association « Des femmes et des sens »), stagiaire au service de la coopération internationale au secours populaire français à Melun pour la réalisation de trois projets (La construction des latrines chez les populations indiennes du Mexique, la mise en place d’une coopérative maraîchère chez les paysannes de Fada Gourma au Burkina Faso, la réalisation d’une crèche associative pour les bébés orphelins de Boulsa au Burkina Faso).

Melchisedek CHATIMA

Melchisedek Chatima, historien et anthropologue, est assistant d’histoire à l’École Normale supérieure de l’Université de Maroua au Cameroun.

Il est actuellement à l’Université de Laval, au Canada, où il prépare une thèse d’histoire intitulée « Architecture traditionnelle et histoire des peuples montagnards des Mont Mandara au Cameroun (19-20ème siècles) ».

Il est également, à la même Université de Laval, assistant de recherche dans le Groupe Inter-universitaire d’ Études et de Recherches sur les Sociétés Africaines.

Son terrain de recherche se situe dans les monts Mandara au Cameroun où il étudie les ethnies montagnardes. Ses thèmes de recherche sont : l’architecture vernaculaire, la mémoire servile et l’identité, la mise en valeur touristique du patrimoine, l’ethnicité et la société civile.

Enfin, il a à son actif plusieurs publications et a participé à plusieurs séminaires et colloques. Il a en particulier présenté une communication à l’occasion du colloque de la Société des Africanistes du mois de novembre 2011 dont le titre était « Memoranda et revendications ethno-régionales au Cameroun (1990-2010) : des rapports complexes entre États et société civile ».

Sylvie BREDELOUP

Sylvie Bredeloup est socio-anthropologue, directrice de recherche à IRD depuis 2004. Elle est affectée à l’UMR 151 LPED (Laboratoire Population Environnement Développement) à l’Université de Provence à Marseille.

Elle a passé son doctorat en sociologie et anthropologie en 1988 sous la Direction de Georges Balandier et a présenté en 2012 son HDR sous la direction de Jean-Pierre Dozon sur le thème « L’aventure à l’aune de la migration africaine ».

Elle a à son actif de nombreuses responsabilités scientifiques en tant que membre de plusieurs comités d’arbitrages ou d’experts. Elle est également membre du comité de rédaction de la revue Autrepart et referee de plusieurs revues.

De plus, elle a été et est encore responsable ou co-responsable de plusieurs programmes de recherche relatifs aux migrations et aux compositions identitaires et territoriales. Elle a été membre du jury de plusieurs soutenances de doctorats et de HDR.

Impliquée dans la formation à la recherche, elle a organisé ou participé à de nombreuses rencontres scientifiques. Enfin, elle a publié plusieurs ouvrages (5) et de nombreux articles.

Ses thèmes de recherche sont les migrations internationales, les recompositions socio spatiales, l’urbanisation, les comparaisons nord-sud, les articulations entre mobilité spatiale, identité sociale et territoire urbain.

Ses recherches sur les migrations sont essentiellement menées en Afrique de l’Ouest, en particulier au Sénégal et en Côte d’Ivoire mais aussi au Burkina Faso.

Habibatou DOUMBIA

Habibatou Doumbia, docteure en sociologie, a soutenu sa thèse en 2010 à l’Université Paris 8, sous la direction de la professeure Dan Ferrand-Bechmann, sur le thème « Le décrochage scolaire et le destin des filles du Mali ».

Ses compétences sont surtout liées à la gestion, l’organisation et à l’animation de la recherche. Ainsi elle est responsable administrative de l’Association Française de Sociologie où elle a géré l’organisation de deux congrès (l’un en 2009, l’autre en 2011).

En 2010, elle a aussi été ingénieure d’étude au Centre Edgar Morin/CNRS pour l’étude ALIMI, c’est-à-dire le lien entre alimentation et immigration chez les populations maliennes et marocaines vivant en île de France.

En 2004, elle a également été animatrice à l’Association pour la Transmission Interculturelle et Intercommunautaire et, de 2004 à 2006, consultante à l’Association pour le développement de l’Éducation en Afrique. Enfin, dans les années 80-90, elle a été enseignante d’école primaire dans plusieurs localités du Mali.

Nathalie CARRÉ

Née en 1975, Nathalie Carrée est ethnolinguiste. Elle a passé brillamment son doctorat en littérature comparée en 2011 à l’Université de Paris 13 sur le thème : « Langue et identité sur la route : conscience de soi et rapport au monde au travers des premiers « récits de voyage » swahili au tournant du XIXème siècle. Les Safari za Wasuaheli de Carl Velten et la Maisha de Tippu Tip ».

Elle participe aux séminaires de plusieurs équipes de recherche du CNRS : au LACITO (UMR 7107), au LLACAN (UMR 8135) et elle est membre de l’ANR-swahili.

Agrégée de lettres modernes depuis 2001, elle a enseigné dans différents collèges et lycées à Drancy, à Cachan et au lycée Al Badil Attarbaoui d’Oudja au Maroc.

De plus, elle a rempli et remplit encore un travail d’expertise et d’animation littéraire auprès de différentes structures : l’Alliance Internationale des éditeurs indépendants, la Fondation Dapper, le Centre Georges Pompidou, le Salon du Livre de Chaumont, le Salon africain du livre, de la presse et de la culture de Genève.

Elle a également à son actif l’organisation d’évènements scientifiques et culturels en tant que coordinatrice et conceptrice d’expositions, et animatrice de séminaires de formation. Elle a aussi participé à plusieurs colloques internationaux et nationaux et est intervenue dans plusieurs séminaires.

Enfin, elle compte plus d’une dizaine de publications d’articles dans des revues spécialisés telles que Notre librairie ou encore Études littéraires africaines, Afrique contemporaine, et aussi la publication d’entretiens et de comptes rendus d’ouvrages scientifiques et littéraires dans les mêmes revues, mais aussi dans le Monde diplomatique, dans la revue Homme et migrations, Africulture, Culture sud.

Actes de la société pour l’année 2012

Séance du 5 janvier 2012

Lecture et adoption du procès-verbal de la séance du 16 juin 2011 (Assemblée générale) et résumé du colloque du 17-18 novembre 2011 et de la remise du Prix des Africanistes.

Présentation d’un nouveau membre : Marie-Rose ABOMO-MAURIN, parrainée par Yves Monino et Paulette Roulon-Doko.

Conférence de Christian DUPUY : « Le début de l’Âge des métaux dans le Sud du Sahara d’après l’art rupestre et les fouilles archéologiques ».

Sont intervenus : Roland Colin, Suzanne Lallemand, Philippe Laburthe-Tolra, Line Eskenazi, Elisée Coulibaly, Bertrand Goy, Françoise Le Guennec-Coppens (pour M. J. Tubiana).

Séance du 8 mars 2012

Lecture et adoption du procès-verbal de la séance du 5 janvier 2012.

Présentation de deux nouveaux membres : Melchisedek CHATIMA, parrainé par Christian Seignobos et Charles Becker ; Régina ODJOLA, parrainée par Anne-Marie Benezech et Paulette Roulon-Doko.

Conférence d’Ismaël MOYA : « La ville comme révélateur sociologique. Femmes, parenté et islam à Dakar et au-delà ».

Sont intervenus : Elisée Coulibaly, Gervais Coppé, Françoise Le Guennec-Coppens, Alfred Schwartz.

Séance du 5 avril 2012

Lecture et adoption du procès-verbal du 8 mars 2012.

Présentation d’un nouveau membre : Sylvie BREDELOUP, parrainée par Catherine Baroin et Jean Boutrais.

Conférence de Céline FLORY : « Après la traite et l’esclavage : les « immigrants africains » en Guyane et aux Antilles française, 1848-1889 ».

Sont intervenus : Marie Terral Vidal, Charles Becker, Alfred Schwartz, Igor Magot, Elisée Coulibaly, Lucy Tryoen, Berthe Fournel, Stella Vincenot, Roland Colin, Rolande Bosphore-Perou.

Séance du 3 mai 2012

Lecture et adoption du procès-verbal du 5 avril 2012.

Présentation d’un nouveau membre, Habibatou DOUMBIA, parrainée par Suzanne Lallemand et Catherine Baroin.

Conférence de Daniela BOGNOLO : « L’animal au cœur de l’identité : rencontre avec la culture toussian, Burkina-Faso ».

Sont intervenus : Cécile de Rouville, Janine Correa, Liliane Lasserre, Michèle Dacher, Philippe Labuthe-Tolra, Anne Fournier, Jean Boutrais, Olivia Andria Perrin.

Séance du 1er juin – Assemblée Générale

L’Assemblée Générale de la Société des Africanistes s’est tenue le 1er juin 2012 à 17h dans la salle de cinéma du Musée du quai Branly, sous la présidence d’Elysée Coulibaly.

Après présentation du rapport moral par le Président, Elisée Coulibaly, la Secrétaire générale, Françoise Le Guennec-Coppens, donne lecture du rapport d’activité et invite la Trésorière, Anne-Marie Benezech, à présenter le rapport financier. Le rapport moral et le rapport d’activité sont approuvés à l’unanimité moins une abstention, tandis que le rapport financier est approuvé à l’unanimité par l’Assemblée.

Le Professeur Yves CHARBIT présente ensuite sa conférence : « Sept milliards d’êtres humains : quelles clés pour analyser l’évolution de la population de l’Afrique ».

Sont intervenus : Gilette LEUWAT, Maria TEIXERA, Charles BECKER, Roland COLIN, Élisée COULIBALY.

Les résultats des élections pour le renouvellement du Conseil d’Administration ont été donnés : sur 25 membres élus, 13 sont des membres sortants et 12 sont des nouveaux membres.

Séance du 10 octobre 2012

Lecture et adoption du procès-verbal du 1er juin 2012 – Assemblée générale. Conférence de Catherine BAROIN : « Justice et malédiction chez les Rwa (Tanzanie) ».

Sont intervenus : Serge TORNAY, Roland COLIN, Maud GAUQUELIN, Suzanne LALLEMAND, Élisée COULIBALY, Ismael BINDJAD.

Séance du 22 novembre 2012

Lecture et adoption du procès-verbal de la séance du 10 octobre 2012.

Présentation d’un nouveau membre, Nathalie CARRÉE, parrainée par Roland Colin et Françoise Le Guennec-Coppens.

Conférence de Julien BONDAZ : « Un ethnologue au zoo ».

Sont intervenus : Roland COLIN, Élisée COULIBALY, Anne-Marie BENEZECH.

Séance du 20 décembre 2012

Lecture et adoption du procès-verbal de la séance du 22 novembre 2012.

Conférence de Marc-Antoine PEROUSE DE MONCLOS : « Le Nigéria à l’épreuve de l’insurrection islamiste de Boko-Haram ».

Sont intervenus : Gervais COPPÉ, Nicolas MONTEILLET, Maud GAUQUELIN, Roland COLIN, Abdou IDRISSA, Daniel BROWN, Line ESKENAZI.

Assemblée Générale – 1ER JUIN 2012

Rapport d’activité

C’est la troisième, mais aussi la dernière année, puisque nous sommes en fin de mandat, que le Conseil d’Administration et le Bureau ont assuré un exercice complet (celui allant de juin 2011 à mai 2012).

Dans ce rapport d’activité, il sera tout d’abord indiqué ce qui a été réalisé pendant cette année, puis ce qui est en cours de réalisation et enfin ce que nous n’avons pu réaliser mais qui pourra l’être par la prochaine équipe.

Ce qui a été réalisé :

Les conférences mensuelles

Nous n’avons donné que 5 conférences entre janvier et juin 2012. En effet, la fin de l’année 2011 a été consacrée à la préparation du Colloque qui s’est tenu le 17 et 18 novembre. Pour cette raison, nous n’avons pas organisé de conférences en octobre, novembre et décembre 2011 comme à l’accoutumée. D’autre part, nous avons annulée, avec son accord, la conférence de Catherine BAROIN du mois de février car, le même jour, avait lieu la « Journée en hommage à Georges Balandier ». Nous avons considéré que la concurrence était trop déloyale et Catherine a accepté de reporter sa conférence au mois d’octobre 2012.

5 janvier 2012 -Christian DUPUY : « Le début de l’Âge des métaux dans le Sud du Sahara d’après l’art rupestre et les fouilles archéologiques ».

8 mars 2012 -Ismaël MOYA :

« La ville comme révélateur sociologique. Femmes, parenté et islam à Dakar et au-delà.».

5 Avril 2012 -Cécile FLORY : « Après la traite et l’esclavage : les « immigrants africains » en Guyane et aux Antilles française, 1848-1889 ».

3 mai 2012 -Daniela BOGNOLO :

« L’animal au cœur de l’identité : rencontre avec la culture toussian, Burkina Faso ».

1er juin 2012 (Assemblée Générale) -Yves CHARBIT :

« 7 milliard d’êtres humains : quelles clés pour analyser l’évolution de la population de l’Afrique ? ».

Les dates des conférences pour le dernier trimestre 2012 sont déjà arrêtées, et nous avons déjà des intervenants pour les mois d’octobre, novembre et décembre.

À l’occasion de ces séances, six nouveaux membres ont été élus :

Marie-Rose ABOMO-MAURIN, parrainée par Yves Monino et Paulette Roulon-Doko (janvier 2012), Melchisedek CHETIMA, parrainé par Christian Seignobos et Charles Becker (mars 2012),

Régina ODJOLA, parrainée par Anne-Marie Benezech et Paulette Roulon-Doko (mars 2012), Sylvie BREDELOUP, parrainée par Catherine Baroin et Jean Boutrais (avril 2012),

Habibatou DOUMBIA, parrainée par Suzanne Lallemand et Catherine Baroin (mai 2012),

Nathalie CARRÉE, parrainée par Roland Colin et Françoise Le Guennec-Coppens (novembre 2012). Parmi ces six nouveaux membres, nous avons eu le plaisir d’accueillir quatre Africains ou

Africaines (2 du Cameroun, 1 du Burkina, et 1 du Congo).

D’autre part, pour l’année 2012, nous avons intégré comme membres, les quatorze jeunes qui ont candidaté au Prix des Africanistes en novembre 2011. À eux de savoir s’ils désirent rester membres de la Société en 2013, ce que nous souhaitons bien sûr. Parmi ces candidats, Céline Flory et Ismaël Moya, successivement 1er et 2ème prix des Africanistes, ont déjà, donné une conférence (l’une en avril, l’autre en mars dernier).

Les séances de cinéma

Comme l’année dernière, grâce au programme établi par le Comité du film des Africanistes et coordonné par Anne-Marie BÉZÉNECH, les séances du Cinéma des Africanistes ont eu lieu le mercredi à 16 h30 une fois par mois depuis octobre 2011.

Nous nous sommes aperçus, en dépit du jour et de l’horaire inadéquats (16h30 le mercredi), que le public est venu plus nombreux cette année et que, d’une séance à l’autre, nous retrouvions les mêmes spectateurs. Leur fidélité, selon eux, est due à la qualité et à la diversité des films projetés. Nous le devons, bien sur, aux choix minutieux des membres du Comité du film, et en particulier à Anne-Marie BENEZECH.

Il y a eu huit séances de cinéma au lieu de neuf comme prévu, car celle du 11 avril 2012 a dû être annulée pour des raisons indépendantes de notre volonté : le plafond de la salle de cinéma risquait de s’effondrer !!!

19 octobre 2011 : « Ngwane » (l’explosion de la maladie du sida au Swaziland).

9 novembre 2011 : « Pour le meilleur et pour l’oignon » (le prix des oignons, le « violet de Galmi » au Niger et ses conséquences sur les alliances matrimoniales).

4 décembre 2011 : « Waliden, enfant d’autrui » (l’adoption traditionnelle au Mali).

18 janvier 2012 : « Énigmes de sirius » (le fil conducteur du film a été de croiser l’histoire astronomique et l’histoire humaine).

8 février 2012 : « Françoise Héritier. La pensée de la différence » (hommage rendu à Françoise Héritier).

14 mars 2012 : « Docteur Clic Clac » (l’évolution du photographe Philip Kwame Apagya du Ghana).

9 mai 2012 : « Fantang ou les trois frères peuls » (les liens entre trois groupes socio-professionnels peuls : les boisseliers, les pasteurs et les griots).

6 juin 2012 : « À visage découvert » (portrait d’une femme représentant une association féminine chez les Lobi au Burkina-Faso).

Le colloque

Pour la première fois dans l’histoire de la Société, nous avons organisé un colloque international. Ce colloque, dont le titre était « Quels regards scientifiques sur l’Afrique depuis les Indépendances ? » a eu lieu les 17 et 18 novembre 2011 dans la salle de cinéma du Musée du quai Branly.

Il était divisé en huit sessions thématiques ayant chacune un responsable :

Session 1 -Méthodologie de recherche et terrain ;
Session 2 -Littératures et langues ;
Session 3 -Techniques et savoirs locaux et leur transmission ;
Session 4 -Structures des sociétés anciennes et nouveaux modèles d’organisations sociales ;
Session 5 -Préhistoire et protohistoire ;
Session 6 -Questions de développement ;
Session 7 -Foncier -Ressources naturelles et territoires ; Session 8 -États, pouvoir et gouvernance.

Avec trois intervenants par session, il y a donc eu 24 communications pendant les deux jours du colloque. Il est à rappeler qu’une cinquantaine de personnes avait répondu à l’appel à communication.

Nous tenons à remercier les membres du Conseil scientifique, en particulier Charles BECKER, et les responsables de session qui se sont beaucoup investis dans le choix et la tenue des interventions. Mais nous remercions aussi les membres de la Société qui ont présenté des communications, ainsi que ceux qui ont participé aux débats. Leur présence a, en effet, largement contribué à la réussite du colloque.

Le Prix des Africanistes

Pour la première fois, la Société des Africanistes a décerné un Prix, le Prix de thèse des Africanistes.

Le Prix a été remis le 18 novembre 2011 à la fin du Colloque lors d’une cérémonie officielle qui a été accueillie par l’Organisation international de la Francophonie. C’est Monsieur Hamidou SALL, de l’OIF, qui a présidé la cérémonie au cours de laquelle les prix ont été remis par les Professeurs du Collège de France, Madame Françoise HÉRITIER et Monsieur Yves COPPENS.

Le premier prix a été attribué à Céline FLORY, pour sa thèse La Liberté forcée. Politiques impériales et expériences de travail dans l’Atlantique du XIXe siècle.

Le deuxième prix a été décerné à Ismaël MOYA, pour sa thèse : De l’argent aux valeurs.

Femmes, économie, parenté et islam à Thiaroye-sur-Mer, Dakar, Sénégal.

Les deux troisièmes prix ex-æquo ont été attribués aux thèses de : Mathilde COUDERC, Enjeux et pratiques de la recherche médicale transnationale en Afrique. Analyse anthropologique d’un centre de recherche clinique sur le VIH à Dakar (Sénégal) et Juliette SAKOYAN, Un souci

« En partage » : Migrations de soins et espace politique entre l’archipel des Comores et la France.

Lors de notre dernier Conseil d’Administration, il a été décidé de ne décerner un Prix de thèse des Africanistes que tous les deux ans, mais que ceux qui auraient soutenus leur thèse dans les deux années précédant la remise du prix pourraient concourir afin de donner à chacun sa chance.

La lettre électronique

Comme vous avez pu le constater, la lettre électronique, comme l’année dernière, a été éditée régulièrement et avec ponctualité grâce au travail commun et assidu des éditeurs, Marina LAFAY et Charles BECKER.

La renommée de la lettre n’est plus à faire et son intérêt et sa nécessité ne sont plus à prouver. En effet, les nombreuses demandes pour y être abonnée l’attestent. La lettre est donc maintenant largement diffusée et souvent redirigée par ceux qui la reçoivent.

Nous remercions, une fois de plus, ses éditeurs ; éditeurs qui vous demandent, une fois de plus, de les aider à alimenter cette lettre en leur envoyant des informations sur vos publications, les séminaires ou colloques ou toute autre manifestation scientifique qui sont organisés dans vos laboratoires, ou dont vous avez entendu parler.

Le site Web

Le site web, africanistes.org, est plus que jamais fonctionnel et depuis l’année dernière, il est régulièrement enrichi et mis à jour par Charles BECKER.

Seul l’annuaire des membres doit être complété car beaucoup d’entre vous n’ont pas encore répondu au questionnaire que nous vous avions envoyé l’année dernière. Il n’est pas encore trop tard pour le remplir. Il serait en effet souhaitable que la majorité de nos membres figure dans cet annuaire (avec leur photo, si possible…).

Le Journal des Africanistes

Le numéro 81 du Journal des Africanistes a été publié, le fascicule 1 de varia à la fin de l’année 2011, tandis que le fascicule 2, qui comporte un dossier thématique de 8 articles sur le thème « migration dans l’enfance, migration de l’enfance. Regards pluridisciplinaires », est paru en mars 2012.

Lors du dernier Conseil d’Administration, il a été décidé de renouveler le Comité de rédaction. Afin de constituer le nouveau Comité de Rédaction, Luc PECQUET a ainsi été nommé Directeur de rédaction en remplacement de Paulette ROULON-DOKO. Selon Luc, le nouveau Comité de rédaction est pratiquement « formé », il sera un peu plus étoffé que le précédent afin d’ajouter de « nouvelles têtes ».

Ici, nous voulons remercier particulièrement et chaleureusement Paulette ROULON-DOKO qui, pendant plus de dix ans, a tenu, avec beaucoup de ténacité et d’abnégation, cette fonction de Directeur de rédaction. En effet, compte tenu de la totale absence de secrétariat de rédaction, elle a, outre son travail de rédactrice (à savoir le suivi des articles et leur relecture, entre autres), assuré seule le travail de mise en page et de formatage afin de produire à l’imprimeur des « prêt à clicher » ; « prêt à clicher » qui ont permis de réduire sensiblement le coût de production du Journal.

Revues.org

La mise en lignes des numéros 78/fasc.1-2, 79/fasc.1, 79/fasc.2, 80/fasc.1-2 du Journal sur Revues.org a été retardée, mais a été enfin réalisée à la fin de l’année 2011.

Il reste aujourd’hui à récupérer les fichiers en format .doc du dernier numéro, à savoir le n° 81/fasc.1 et 2, afin de régler rapidement sa mise en ligne. Tous les numéros du Journal seront ainsi numérisés.

Ce qui est en cours de réalisation :

La publication des actes du colloque et de la thèse primée

Pour la publication des actes du colloque et de la thèse primée, un comité d’édition avait été créé comprenant Charles BECKER, Roland COLIN et Marina LAFAY.

Lors du dernier Conseil d’Administration, bien que les membres du CA aient reconduit, par un vote à l’unanimité, l’équipe qui s’était engagée à publier les actes, Charles BECKER a annoncé qu’il renonçait à continuer ses activités d’édition des actes du Colloque. Pour que le travail puisse être poursuivi, il a transmis à la Société, sous forme d’un DVD de 2 Gigas Octets, toutes les archives relatives au Colloque, ainsi qu’un dossier avec les textes révisés qui lui étaient parvenus avant son retrait.

Afin que les actes et la thèse primée soient publiés dans les meilleurs délais et dans les meilleures conditions, Élisée COULIBALY, le Président, Marina LAFAY et Françoise LE GUENNEC-COPPENS, la Secrétaire générale, ont décidé de poursuivre le processus de publication après l’Assemblée Générale.

Lors du dernier Conseil d’Administration, il a également été décidé que les actes seraient publiés sous la forme d’un livre (en coédition, sans doute avec Karthala) plutôt que sous la forme d’un numéro spécial du Journal des Africanistes.

Il a également été décidé que la publication de la thèse primée ferait l’objet d’une coédition avec Karthala. Le Président, Élisée Coulibaly en ayant déjà discuté avec l’éditeur.

Ce que nous n’avons pu réaliser :

Modifications des statuts

L’année dernière nous avions suggéré d’apporter des modification à certains articles des statuts que nous trouvions soient trop compliqués, trop imprécis ou non-conformes à la législation actuelle ou encore qu’ils ne permettaient pas toujours de répondre à certaines situations dans le fonctionnement de la Société (par exemple, rien de précis n’est dit dans les statuts sur la durée des mandats, sur le nombre de pouvoirs que chaque membre peut avoir, etc.). Nous avions donc formé un Comité, dont Alain BILOT était le responsable. Bien que ce comité se soit réuni une fois, faute de temps, nous n’avons pu finaliser les modifications prévues. Nous laissons donc ce travail à la prochaine équipe.

********

Pour terminer, je voudrais signaler que durant plus de trois années de mandat, nous avons fonctionné uniquement sur le bénévolat, excepté un emploi de quelques heures par semaine sur une courte période, pour aider Anne-Marie BENEZECH, notre Trésorière. De plus, une de nos bénévoles, la plus active et la plus efficace, à savoir Marina LAFAY, a dû ralentir son travail personnel et professionnel pour s’investir dans la Société. Elle a ainsi continué de s’occuper (avec Charles BECKER) de la lettre électronique et aussi du site Web, de la mise en ligne du Journal sur revue.org … et surtout de l’organisation du colloque en dépit de la naissance, juste avant la tenue du colloque, de sa ravissante petite fille, Marie-Amélie.

Il reste qu’aussi bien au niveau de la trésorerie que de l’administration de la Société et de la publication du Journal, la nécessité d’une aide volontaire, ou payante, se fait de plus en plus pressante. Problème que la nouvelle équipe devra sans doute résoudre.

Enfin, je voulais remercier tous les membres du Bureau, Élisée, Suzanne, Anne-Marie, Marina, Luc, Paulette. Certes nous avons beaucoup travaillé, mais nous avons toujours essayé de le faire dans la bonne humeur, la connivence et la complicité… malgré certaines divergences. J’ajouterais que j’ai été très contente et très fière de travailler avec Élisée, notre Président, d’autant plus que j’avais un argument imparable lorsque nous avions quelques différents, toujours bénins (rassurez-vous !), c’était de lui dire que, compte tenu de sa jeunesse, « j’avais connu l’Afrique avant lui », alors !!!

Je vous remercie.

Rapport financier-Juin 2011-mai 2012

Image 10000201000002CD0000037669944738.png

  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org