Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Earle T.F. & Lowe K.J.P., (dir.), Les Africains noirs en Europe à la Renaissance | Gnammankou Dieudonné & Modzinou, Yao (dir.), Les Africains et leurs descendants en Europe avant le XXe siècle

Toulouse, MAT éditions, coll. Essais historiques
Catherine Coquery‑Vidrovitch
p. 371-373
Référence(s) :

Earle T.F. & Lowe K.J.P., (dir.), 2010, Les Africains noirs en Europe à la Renaissance, Toulouse, mat éditions, coll. Essais historiques, 428 p. (1re éd. en anglais, Black Africans in Renaissance Europe, Cambridge University Press, 2005) ;

Gnammankou Dieudonné & Modzinou, Yao (dir.), 2008, Les Africains et leurs descendants en Europe avant le XXe siècle, Toulouse, MAT éditions, coll. Essais historiques, 419 p.

Texte intégral

  • 1 Collection d’ouvrages (ou « beaux livres ») dirigée (en coll.) par Jean Devisse, sur L’image du noi (...)

1Ces deux livres, tous deux édités par la maison de l'Afrique à Toulouse, sont des ouvrages collectifs résultant chaque fois d’un colloque. Ils sont complémentaires mais d’origine différente : le premier est la traduction d’un ouvrage de langue anglaise publié par Cambridge University Press en 2005, le second la publication d’un colloque maison tenu la même année à Toulouse. Tous deux sont assez richement illustrés ; mais à la différence de la seule autre tentative d’envergure sur le sujet des africains en Europe dans l’histoire1, ils reposent davantage sur les textes que sur les images.

2Une autre différence, sensible dans la tonalité des ouvrages (même si deux spécialistes ont participé aux deux volumes, Kate Lowe et Didier Lahon), est la nationalité des auteurs : seize auteurs pour le premier, tous Européens ou américains, de langue surtout anglaise, mais aussi allemande, portugaise, espagnole, avec deux francophones (un suisse et un Français) et un Finlandais, tous anthropologues, linguistes ou historiens et historiens d’art. Le second rassemble 22 auteurs, dont cinq d’origine africaine (tous francophones), pour leur quasi-totalité en poste dans des universités occidentales dans des disciplines analogues.

3Sur la renaissance, l’introduction de Kate Lowe, historienne de la renaissance à l’université de londrès, souligne la rareté des travaux jusqu’à présent consacrés au sujet, alors que la présence de nombreux noirs est attestée en Europe, et qu’elle va s’accroître rapidement tout au long du XV e siècle (tant que l'Amérique n’est pas encore découverte) par la traite portugaise des esclaves qui va s’ajouter à l’apport méditerranéen. D’où la genèse, à partir de l’arrivée des Portugais en Afrique lorsqu’ils prennent pied à Ceuta en 1415, de la différentiation entre noirs et blancs née des préjugés et de la discrimination anti-noire, à la fois d’ordre juridique et culturel. Un autre point important est la relation entre le christianisme et l’esclavage, selon que l’esclave est musulman ou païen converti plus ou moins de force au christianisme. La conversion peut rendre possible une ouverture vers la liberté. Les auteurs soulignent la rapidité avec laquelle les nouveaux arrivants noirs s’adaptèrent aux institutions et aux systèmes juridiques et sociaux européens : ils passèrent maîtres dans l’art de constituer des confréries d’entraide, qui leur permirent de construire, par-delà leurs différences, leur identité de noirs, capables de porter devant les tribunaux les cas d’injustice dont ils souffraient. tout ceci est traité en quatre parties, la première traitant de la « naissance du concept de noir », la deuxième concernant une série d’études de cas d’esclaves de cour, la troisième évoquant les modalités de la solidarité africaine et du passage à l’émancipation éventuelle, et la dernière évoquant quelques biographie de personnages issus de cette symbiose à la fois biologique et culturelle. Les différentes communications procèdent le plus souvent par études de cas, ce qui rend le travail un peu haché. Mais on y retrouve les qualités classiques caractéristiques des chercheurs anglo-saxons, aussi bien par la précision du propos que par l’importance des références, même si, de façon générale, la bibliographie de langue française est, sauf exception, sinon ignorée du moins inutilisée.

4Le deuxième volume est à la fois moins classique et plus ambitieux dans sa facture. Il couvre une période nettement plus étendue, depuis l’antiquité jusqu’à la fin du XIXe siècle, et concerne moins les « noirs » que d’une façon plus générale les africains, dont la couleur très variable n’est qu’une des facettes du métissage culturel intense caractérisant le continent dans ses variantes très nombreuses du nord au sud. Dieudonné Gnammankou reprend dans son introduction le même thème que celui du précédent ouvrage : la méconnaissance de cette histoire des africains – européens, « grands absents de l’histoire culturelle européenne », avec le souci de rendre compte des raisons de ce silence. D’une façon générale, l’accent est mis sur une série de thèmes clés vus du point de vue des Africains d’Europe et de leurs descendants : les relations interculturelles, la construction du racisme, les débuts de la traite européenne des nègres et de leur réduction en esclavage en Europe, l’évolution des représentations et des identités. Le tout est regroupé en quatre grandes sections. La première entend montrer, par un certain nombre d’exemples, qui vont de la Crête minoenne ou de la Rome antique aux Maures noirs de l’époque baroque au service des Princes allemands, la permanence de la présence africaine en Europe. La deuxième présente un certain nombre d’acteurs africains de l’histoire européenne, tels le duc Alexandre de Médicis (et sa mère noire Simonetta), le philosophe africain des lumières Anton Wilhelm Amo, l’humaniste espagnol Juan Latino, et quelques exemples de britanniques noirs. La troisième section confronte esclavage, racisme et religion, surtout dans le cas Portugais, mais aussi en Sicile, ou dans la France du XVIIIe siècle. Enfin, la quatrième section concerne les identités et les représentations. Moins classique et plus nerveux, l’ouvrage présente, entre autres, l’intérêt de reprendre certains thèmes de l’ouvrage précédent, mais sous un autre angle d’approche. Il est plus engagé dans la volonté de montrer l’importance multiculturelle de la diaspora noire en Europe tout au long de son histoire. cela incite parfois à quelques assertions insuffisamment vérifiées, en tous les cas de la part du présentateur de l’ensemble, Yao Modzinou ; mais il est difficile de lui faire grief de son enthousiasme militant, compte tenu de sa spécialité, la mathématique, ce qui explique pourquoi il ne sait pas toujours, dans le choix de ses citations, faire la différence entre hypothèse proposée et certitude historique, par exemple pour marie-louise Diop-Maes ou cheikh Anta Diop, dont les spécialistes reconnaissent le génie tout en émettant parfois quelques réserves sur leurs propositions.

5Cela n’enlève rien à la haute tenue de la plupart des chapitres, qui font découvrir au lecteur un pan si longtemps oublié de l’histoire européenne. L’ensemble ne fait pas double emploi et est, incontestablement, de qualité.

Haut de page

Notes

1 Collection d’ouvrages (ou « beaux livres ») dirigée (en coll.) par Jean Devisse, sur L’image du noir dans l’art occidental. La deuxième section de ces publications, consacrée à la période concernée ici, Des premiers siècles chrétiens aux Grandes découvertes, est publiée en deux volumes en 1979 à Fribourg et Lausanne (suisse). Le premier volume en est intitulé De la menace démoniaque à l’incarnation de la sainteté, le second Des premiers siècles chrétiens aux Grandes Découvertes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Coquery‑Vidrovitch, « Earle T.F. & Lowe K.J.P., (dir.), Les Africains noirs en Europe à la Renaissance | Gnammankou Dieudonné & Modzinou, Yao (dir.), Les Africains et leurs descendants en Europe avant le XXe siècle », Journal des africanistes, 82-1/2 | 2012, 371-373.

Référence électronique

Catherine Coquery‑Vidrovitch, « Earle T.F. & Lowe K.J.P., (dir.), Les Africains noirs en Europe à la Renaissance | Gnammankou Dieudonné & Modzinou, Yao (dir.), Les Africains et leurs descendants en Europe avant le XXe siècle », Journal des africanistes [En ligne], 82-1/2 | 2012, mis en ligne le 25 mai 2016, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4485

Haut de page

Auteur

Catherine Coquery‑Vidrovitch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org