Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Takács Gábor, 2011, Studies in Afro-Asiatic Comparative Phonology: Consonants

Berlin, Dietrich Reimer, coll. Sprache und Oralität in Afrika
Henry Tourneux
p. 389-390
Référence(s) :

Takács Gábor, 2011, Studies in Afro-Asiatic Comparative Phonology: Consonants, Berlin, Dietrich Reimer, coll. Sprache und Oralität in Afrika, 260 p.

Texte intégral

1Gábor Takács est un comparatiste bien connu de tous les (rares) linguistes qui s’intéressent à la reconstruction de l’afro-asiatique. Il a à son actif une impressionnante bibliographie, notamment sur l’égyptien ancien comparé aux autres langues du phylum. Ce nouvel ouvrage a pour objet de compléter la comparaison phonologique entreprise dans son dictionnaire étymologique de l’égyptien (Etymological Dictionary of Egyptian, Leyde‑Boston‑Cologne, Brill, 1999). La reconstruction de l’afro-asiatique est beaucoup moins avancée que celle de l’indo-européen. D’après Takács ce retard est dû notamment à la plus grande difficulté de l’entreprise, qui résulterait d’une distance historique beaucoup plus importante entre la protolangue (qui remonterait pour certains auteurs russes à dix ou onze mille ans) et les langues contemporaines. Deuxième explication à ce retard, une comparaison entre familles (ou branches) beaucoup moins avancée. Rappelons que le phylum afro-asiatique comporte les familles suivantes : sémitique, égyptien, berbère, couchitique, omotique et tchadique. La seule famille tchadique compte plus de cent cinquante langues réparties en trois ou quatre branches. Ajoutons à ces difficultés intrinsèques, une autre beaucoup plus prosaïque : pour pouvoir véritablement travailler dans le domaine, il faut maîtriser la lecture de plusieurs langues dans lesquelles a été produit un corpus scientifique sur l’afro-asiatique (allemand, anglais, français, russe), chose que fait l’auteur sans problème.

2L’une des découvertes les plus étonnantes faite par l’auteur récemment est que le mythique égyptien, dont beaucoup pensaient qu’il était le plus proche du système phonologique de la protolangue du fait de l’ancienneté de ses attestations écrites, a subi, en fait, une érosion consonantique bien plus importante que certaines autres langues africaines contemporaines appartenant au même phylum. Le système consonantique de l’égyptien ne représente donc pas du tout une étape archaïque du système afro-asiatique. Pire encore, même le sémitique lui vole la vedette de l’antiquité.

3Takács commence son ouvrage par un état de la recherche à la fois au niveau du phylum et à celui de ses diverses composantes. Le constat est sans appel : on est encore loin de pouvoir reconstruire le phylum, faute de reconstructions valides aux niveaux inférieurs. Ensuite, vient une section consacrée à la démonstration de l’origine affriquée des sifflantes du sémitique. Puis, Gábor Takács critique en détail les travaux d’Otto Rössler, concernant les correspondances entre égyptien et sémitique. Le savant allemand est très sérieusement déstabilisé. Les deux chapitres suivants sont consacrés à l’étude de quelques phonèmes consonantiques dans plusieurs langues berbères, à la lumière de l’afro-asiatique. Les trois sections suivantes ont consacrées au couchitique. Les deux dernières sections portent sur une partie de la branche occidentale du tchadique. Le livre s’achève par 45 pages de bibliographie.

4On l’aura compris, ce livre n’est plutôt destiné aux spécialistes. Il n’en constitue pas moins un apport très important, fondé non pas sur des considérations idéologiques, mais sur une étude méticuleuse de correspondances entre sons de multiples langues appartenant à l’afro-asiatique. Cela suffit à balayer la plupart des thèses afro centristes de naguère qui (pour des raisons inavouables) mettaient en doute la parenté du sémitique et de l’égyptien et faisaient de l’égyptien la langue mère de toutes les langues africaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henry Tourneux, « Takács Gábor, 2011, Studies in Afro-Asiatic Comparative Phonology: Consonants », Journal des africanistes, 82-1/2 | 2012, 389-390.

Référence électronique

Henry Tourneux, « Takács Gábor, 2011, Studies in Afro-Asiatic Comparative Phonology: Consonants », Journal des africanistes [En ligne], 82-1/2 | 2012, mis en ligne le 26 mai 2016, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4480

Haut de page

Auteur

Henry Tourneux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org