Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Rollinde Marguerite (dir.), 2010, Genre et changement social en Afrique

Paris, éditions des archives contemporaines/agence universitaire de la francophonie, coll. manuels
Etienne Bourel
p. 388-389
Référence(s) :

Rollinde Marguerite (dir.), 2010, Genre et changement social en Afrique, Paris, éditions des archives contemporaines/agence universitaire de la francophonie, coll. manuels, 122 p.

Texte intégral

1L’ouvrage qu’a dirigé Marguerite Rollinde se situe dans la continuité du séminaire international qui s’est tenu en septembre 2007 à Ouagadougou (Burkina Faso). Il interroge les changements sociaux potentiels induits par l’accès des femmes au marché du travail et à l’espace public dans différents pays africains (Algérie, Burkina Faso, Maroc, République Démocratique du Congo, Togo et Gabon notamment). Les huit contributions, rédigées par sept femmes et deux hommes, sont chacune divisées en trois parties renvoyant aux espaces qu’elles interrogent : les espaces économiques, politiques et transnationaux. La pluralité des horizons disciplinaires de rattachement des auteur(e)s assure une diversité méthodologique dans les approches qui rythme la lecture. Elle contrebalance le nombre peut-être un peu restreint de situations nationales abordées et le fait qu’elles appartiennent toutes à l’espace francophone. Par ailleurs, plusieurs chapitres se terminent par des encarts présentant des associations ou portraits, documentant et enrichissant agréablement la lecture.

  • 1 Kergoat, Danièle, division sexuelle du travail et rapports sociaux de sexe in Hirata, Héléna, Labor (...)

2Si la perspective constructiviste, affirmée dès l’introduction, imprègne l’ensemble de l’ouvrage et se retrouve dans la plupart des chapitres, il est également possible de suivre, au fil des pages, une discussion avec le matérialisme. En effet, cette optique semble caractériser le texte de Fatoumata Badini-Kinda et le débat entre ces deux courants théoriques apparaît dans les chapitres quatre (p. 57, Houria Alimi Mchichi expose les tensions sur la complémentarité des rôles qui traversent la société marocaine) et huit (p. 120, Claire Escoffier conclut son chapitre par un rappel des contingences matérielles pesant sur les femmes migrantes par-delà la remise en cause de l’ordre des genres qu’elles produisent à travers leurs mouvements). À plusieurs reprises également, si les lectures des données proposées semblent politiquement inscrites dans le constructivisme, elles reflètent des situations de terrain où les différences de sexe sont données pour naturelles (point intelligemment historicisé par Jacques Tsibwabwa Kuditshini, qui ancre son origine dans le contexte colonial de la R.D.C.). Enfin, le concept le plus régulièrement mis à l’ouvrage au fil des pages, la « division sexuelle du travail », que ce soit à propos des domaines économique ou politique, procède, précisément, à la mise en discussion du constructivisme et du matérialisme1.

3D’un point de vue thématique, l’interrogation générale vise à interroger la relation entre espace privé et espace public au prisme de la globalisation et des changements qu’elle engendre. La question de l’autonomie est abordée dès le premier chapitre par Abdellatif Rebah et se retrouve à la fin du livre à propos des transmigrantes subsahariennes au Maroc. Elle est également au centre de l’article de Fanta Diallo Maïga qui aborde les aléas des activités économiques de femmes camerounaises immigrées au Gabon. L’invisibilité et le passage à la visibilité des personnes dont il est question dans ce livre sont largement abordés. Pour Aurélie Dammame et Magalie Saussey, c’est à travers des contextes associatifs et des actions collectives, où la non-mixité revêt de l’importance, que cela est montré, via l’analyse de la production de beurre de karité et d’huile d’arganier au Burkina Faso et au Maroc. La problématique de l’ « entrée en visibilité » (qui s’articule avec le travail mené dans les enquêtes présentées comme autant de possibilités de dire ce qu’on ne peut montrer) s’avère à plusieurs endroits conflictuelles et ce sont des formes de radicalité (se mettre nues au cours d’une manifestation de femmes à Lomé) que finit par montrer Corinne Sodadjan dans le franchissement et le brouillage de ces frontières.

4Les implications politiques des textes de cet ouvrage sont donc nombreuses et récurrentes. Elles nous invitent à élargir le périmètre de l’enquête en sciences sociales (tel peut être une manière de comprendre la publication du livre dans la collection « manuels » de la maison d’édition) sans céder ni au misérabilisme et ni au voyeurisme. Cet engagement critique se retrouve dans les lignes conclusives de plusieurs chapitres (deux, trois et six) aux tons emprunts d’espoir et évoquant des perspectives futures. En terminant l’ouvrage sur une invitation à retravailler la question du changement social à l’aune du rôle joué par les femmes dans différents conflits armés africains, Marguerite Rollinde réinscrit, à sa manière, la pertinence des problématiques relatives au genre dans des engagements transversaux face à la difficulté de construire du social en commun.

Haut de page

Notes

1 Kergoat, Danièle, division sexuelle du travail et rapports sociaux de sexe in Hirata, Héléna, Laborie, Françoise, Le Doaré, Hélène et Senotier, Danièle, Dictionnaire critique du féminisme, 2ème édition augmentée, Paris, P.U.F., 2004 : 35-44.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Etienne Bourel, « Rollinde Marguerite (dir.), 2010, Genre et changement social en Afrique », Journal des africanistes, 82-1/2 | 2012, 388-389.

Référence électronique

Etienne Bourel, « Rollinde Marguerite (dir.), 2010, Genre et changement social en Afrique », Journal des africanistes [En ligne], 82-1/2 | 2012, mis en ligne le 26 mai 2016, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4478

Haut de page

Auteur

Etienne Bourel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org