Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Martin Jean, 2010, Histoire de Mayotte, département français, Paris, les Indes savantes

Paris, les Indes savantes
Viviane Fayaud et Hugues Béringer
p. 385-387
Référence(s) :

Martin Jean, 2010, Histoire de Mayotte, département français, Paris, les Indes savantes, 198 p.

Texte intégral

  • 1 Pour la qualification précise du statut de Mayotte, nous renvoyons à l’article de H. Béringer, « La (...)

1À l’entrée du canal du Mozambique au Nord-Ouest de Madagascar, quatre îles (Grande Comore, Mohéli, Anjouan et Mayotte) constituent l’archipel des Comores. grande-terre et Petite-terre, forment dans l’un des plus vastes lagons coralliens du monde (plus de 1 500 km2), l’île de Mayotte. Leurs 186.452 habitants, les mahorais ont choisi le statut départemental lors de la consultation du 29 mars 2009, devenant en 2011, le cent-unième département français1 et, bientôt, une région Ultrapériphérique de l’Europe (RUP).

2Avec Quatre îles entre pirates et planteurs (L’Harmattan 1983, 2 vol. ), Jean martin nous avait laissé une somme issue de sa remarquable thèse de doctorat d’état sur l’archipel des Comores, laquelle couvrait la période fin du XVIIIe siècle-1912. Comme l’indique l’auteur (p. 10), Histoire de Mayotte, département français doit beaucoup à ses recherches antérieures. Le Professeur martin rappelle ainsi les racines historiques de cette collectivité située outre-mer dont l’histoire précédant le XVIIIe siècle n’est connue qu’au travers des navigateurs étrangers (Perses ou arabes), dont les récits complètent les études de l’archéologie et de l’histoire orale locales. L’auteur offre plus que ce qu’il appelle modestement « quelques rappels chronologiques » (p. 11), et à cet égard, l’index et le tableau chronologiques synthétiques sont les bienvenus tant s’avère dense l’information apportée. des faits, des noms, des dates et des lieux, nous retenons de manière subjective, que Mayotte qui, pourtant située au large de l'Afrique « n’est pas une île d'Afrique » (p. 12), porte un nom qui la rapproche pour certains de l’espace polynésien (p. 14) ; que depuis le VIIIe siècle, flux et reflux de populations (Perses, africains, Européens, malgaches) accompagnées de situations politiques contradictoires (africaines, puis arabes (sultanat), puis européennes) ont submergé le « cap occidental des Malayo-indonésiens, qui est aussi un cap oriental des bantous de langue swahili » (p. 12) ; que la présence française naît de la politique des points d’appuis de la monarchie de Juillet, les officiers de marine prenant possession de l’île par un acte signé le 23 février 1841, et ratifié par François Guizot le 10 février 1843, selon une pratique similaire à celles des marquises (pour rester dans l’espace polynésien).

3Il restait cependant à étudier la période allant du rattachement des quatre îles (Grande-Comore, Anjouan, Mayotte et Mohéli) à la colonie de Madagascar jusqu’à la toute récente départementalisation de Mayotte, étant entendu que les trois autres îles forment un état indépendant depuis 1975 sous les appellations successives de république Fédérale islamique des Comores puis d’Union des Comores.

4L’auteur souligne l’ancienneté de la revendication du statut départemental car entreprise dès 1958 et datée très précisément du 12 décembre 1958 lorsque les quatre élus de Mayotte votèrent pour le statut de département d’outre-mer, choix cependant rendu inopérant, l’assemblée territoriale des Comores se prononçant majoritairement pour le maintien du statut de territoire d’outre-mer. La présence française à Mayotte n’a pas été ressentie comme un assujettissement mais – au contraire – comme une protection libératrice face aux « sultans batailleurs » et aux « aristocrates » anjouanais. L’auteur ne se limite pas à l’histoire de Mayotte et prend en compte, à juste titre, l’environnement régional de l’île aux parfums. Ainsi Mayotte accueillera bien des victimes de la dictature d'Ali Soihiti (1975-1978) et des survivants du progrom de Majunga (Madagascar, 1976). Jean martin relate aussi la tentative de sécession d'Anjouan en 1977, l’instabilité politique favorisant l’immigration clandestine vers Mayotte. l’auteur analyse les enjeux démographiques, économiques, et sociaux de « la fille aînée de la France dans le canal du Mozambique » (p. 124) qui a deux fois en trente-cinq ans souhaité se séparer des Comores, avec lesquelles elle présente pourtant une indéniable parenté (liens familiaux, culturels, linguistiques), pour demeurer dans la France, alors que parallèlement, les Comores, indépendantes depuis le 6 juillet 1975, ne cessent de réclamer la souveraineté sur Mayotte, soit sur la totalité de l’archipel.

5L’auteur consacre en conséquence un long développement à la vie politique mahoraise. sur ce dernier point et pour une bonne compréhension du sujet, le rappel de quelques fondamentaux aurait été souhaitable : la filiation centriste de Mayotte à raison du soutien apportée à la cause mahoraise par le président du sénat Alain Poher dès 1969, une gauche inexistante jusqu’en 2002 (Lionel Jospin fait voter le statut de collectivité départementale en 2001) du fait que soixante députés socialistes et apparentés avait déféré au conseil constitutionnel (pour en obtenir l’annulation) le texte qui allait devenir la loi du 31 décembre 1975 permettant à Mayotte de demeurer dans la république française.

6Enfin si Mayotte a voté en 1988 pour François Mitterrand à l’occasion de l’élection présidentielle, c’est parce que Jacques Chirac, premier ministre, s’était opposé à la départementalisation lors du séjour officiel à Mayotte et la petite phrase par laquelle il ne faut pas mettre « la charrue avant les bœufs » (19 octobre 1986) restera longtemps gravé dans les mémoires. Aujourd’hui, un certain nombre de questions posées par l’évolution actuelle, notamment par celle des statuts juridiques et institutionnels, constituent la raison d’être d’une étude de qualité, que quelques cartes géographiques auraient encore enrichi.

Haut de page

Notes

1 Pour la qualification précise du statut de Mayotte, nous renvoyons à l’article de H. Béringer, « La nature juridique de la collectivité territoriale de Mayotte (Mayotte n’est pas un département/région d’outre-mer) », Revue Juridique de l’Océan Indien, octobre 2011, n° 13, p. 125 sqq. la collectivité de Mayotte a pris le nom de « département de Mayotte », ce qui explique la justesse de la majuscule dans l’intitulé de la loi n° 2010-1487 du 7 décembre 2010 relative au département de Mayotte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Viviane Fayaud et Hugues Béringer, « Martin Jean, 2010, Histoire de Mayotte, département français, Paris, les Indes savantes », Journal des africanistes, 82-1/2 | 2012, 385-387.

Référence électronique

Viviane Fayaud et Hugues Béringer, « Martin Jean, 2010, Histoire de Mayotte, département français, Paris, les Indes savantes », Journal des africanistes [En ligne], 82-1/2 | 2012, mis en ligne le 26 mai 2016, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4473

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org