Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Laburthe‑Tolra Philippe, 2010, Le rite tsoo chez les Bënë du Cameroun. Renaissance de rituels traditionnels chez les catholiques africains

Paris, L’Harmattan, 129 p.
Michel Bonemaison
p. 384-385
Référence(s) :

Laburthe‑Tolra Philippe, 2010, Le rite tsoo chez les Bënë du Cameroun. Renaissance de rituels traditionnels chez les catholiques africains, Paris, L’Harmattan, 129 p.

Texte intégral

1Dans une brève introduction, l’auteur mentionne la pérennité des rituels traditionnels dans les cultures africaines quelle qu’ait été l’influence de l’occident, en particulier avec l’apport de l’évangile. « Dans l’esprit des gens… la suppression des rituels ou des organisations qui contrôlaient la puissance de la sorcellerie eut pour effet… de permettre à cette puissance de se déchaîner sans frein, de proliférer anarchiquement. »

2Une liste de mots en langue béti, suivie de leur sens, permet d’entrer directement dans le vocabulaire et la pensée du Tsoo.

3En 5 pages de généralités (p. 11-15) l’auteur nous apprend que le rite du Tsoo, à l’origine de l’histoire des Enoa, est « organisé pour compenser l’inceste dont leur clan serait issu ». Quant à la foi chrétienne, elle paraît s’en accommoder, ce rite étant considéré par les chrétiens comme une « réunion de famille ». Le Tsoo est à la fois une maladie, une agression dans la famille, ainsi que sa guérison ou sa conjuration.

4L’auteur annonce qu’il va analyser le cas de la mort accidentelle d’un oncle maternel. il est le témoin direct de la célébration de réparation ainsi que ses deux informateurs. Voici les circonstances particulières du rite (p. 17-25) : « Ahanda Noa Okoa, était un grand héros, qui tuait sans pitié même dans sa parenté : frères, sœurs, il s’en foutait, car il était prêtre, magicien et guerrier. De ce sang de tueur, Noa Ahanda est né. Lui-même tua par mégarde son oncle maternel. » Moniteur à la mission catholique, il ne put vivre les rites de conjuration, « d’où les avortements, des fausses couches, les morts subites… ». Une réflexion approfondie au sein de la famille amène les gens à vouloir vivre le Tsoo, donc à soigner, à guérir et à conjurer, ce qui permet à l’auteur d’analyser aussi le « conflit entre tradition et christianisation. »

5Sont ensuite décris les préparatifs du rite (p. 27-34), où tout a son importance, où aucun détail n’est laissé au hasard par les protagonistes, ni passé sous silence par l’auteur, et son déroulement (p. 35-92). La description minutieuse de ce qui est vécu pour chacun des neufs jours du rituel est accompagnée méthodiquement de précisions de l’auteur. Ces notes fortes judicieuses permettent au lecteur de comprendre le bien-fondé de la multiplicité des objets, de la réalité hétéroclite des gestes et de l’intervention des personnes. L’auteur excelle à guider son lecteur au cœur de la complexité du cérémonial. Au terme de la conjuration : « … la famille peut confirmer sa victoire sur la sorcellerie en mangeant le poisson qui incarne le Tsoo : elle n’a plus rien à craindre ! »

6Conclusion du Tsoo : aujourd’hui encore le tsoo n’a pas son pareil pour apporter l’équilibre dans la vie de la famille, de la société, quels que soient les aménagements apportés par la vie moderne. le petit poisson à la queue coupée, le silure, est toujours le signe de la paix et de la prospérité pour chacun des membres de la famille.

7Suivent quelques pages sur les rites du mwag, des réflexions de 1987, trois annexes fort pertinentes et, pour finir, une page de bibliographie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Bonemaison, « Laburthe‑Tolra Philippe, 2010, Le rite tsoo chez les Bënë du Cameroun. Renaissance de rituels traditionnels chez les catholiques africains », Journal des africanistes, 82-1/2 | 2012, 384-385.

Référence électronique

Michel Bonemaison, « Laburthe‑Tolra Philippe, 2010, Le rite tsoo chez les Bënë du Cameroun. Renaissance de rituels traditionnels chez les catholiques africains », Journal des africanistes [En ligne], 82-1/2 | 2012, mis en ligne le 26 mai 2016, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4470

Haut de page

Auteur

Michel Bonemaison

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org