Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Jacquemin Mélanie, 2012, « Petites bonnes » d’Abidjan. Sociologie des filles en service domestique

Paris, L’Harmattan, coll. logiques sociales
Françoise Ugochukwu
p. 383-384
Référence(s) :

Jacquemin Mélanie, 2012, « Petites bonnes » d’Abidjan. Sociologie des filles en service domestique, Paris, L’Harmattan, coll. logiques sociales, 213 p.

Texte intégral

1Si de nombreuses études ont été publiées depuis quelques années sur l’économie informelle, l’importance du travail féminin au sein de ce secteur a longtemps été négligée, même si, depuis une dizaine d’années, on a pu constater un début d’intérêt de la part des institutions internationales pour cette catégorie de population. Introduit par une préface de Claudine Vidal, auteure de plusieurs ouvrages et articles sur Abidjan et l’emploi domestique qui ont inspiré l’auteure, cet ouvrage novateur est l’un des premiers à s’intéresser au travail domestique des fillettes et des adolescentes en côte d’ivoire. Si son titre donne Abidjan comme lieu d’enquête, les migrations des jeunes bonnes y dessinent des liens entre la capitale économique du pays, sa capitale politique et la région pourvoyeuse de Zanzan, au nord-est. basé sur trois terrains successifs, couvrant les années 1999-2001 dans le cadre d’un doctorat de sociologie mais intégrant l’évolution de la situation au cours des dix dernières années, ce travail cherche à comprendre et à mettre en lumière les logiques contemporaines de la mise à contribution de petites et jeunes filles âgées de huit à dix-huit ans dans l’économie domestique des ménages abidjanais.

2L’auteure retrace l’histoire de la capitale économique du pays depuis 1925, évoque l’essor rapide du micro-commerce depuis l’indépendance du pays et la contribution des femmes à son développement. Elle se penche sur les pratiques anciennes de circulation des enfants en côte d’ivoire et commente les données récoltées sur la population féminine abidjanaise de 15 à19 ans lors des recensements de 1978 et 1992. Elle démontre le rôle central joué par les femmes dans le développement du micro-commerce de proximité dans le contexte de la récession sévissant en Afrique de l’Ouest depuis le début des années 1980, lié à l’existence d’une main-d’œuvre jeune non qualifiée étudiée ici en profondeur pour la première fois. S’appuyant sur la recherche de Vidal (1985), une phrase résume le lien entre vie quotidienne et mise au travail des jeunes tout en remontant à la source de ce phénomène : dans le contexte ivoirien et africain et pour le gros de la population, « il est strictement impossible qu’une femme assure seule l’ensemble du travail [domestique et économique] : un apport de main-d’œuvre est nécessaire, même si sur le lieu de vente, il arrive qu’elle opère seule » (p. 35). L’auteure considère l’évolution de ce phénomène à partir d’enquêtes démographiques et de santé, des beaux jours du fosterage, longtemps considéré comme moyen d’élévation sociale, pour noter en fin d’ouvrage l’évolution de cette pratique du fait de la dégradation de la qualité de vie en milieu urbain. L’ouvrage illustre et commente l’impact de la crise économique sur l’éducation des filles, l’apparition des petites domestiques, l’explosion des agences de placement, le lien entre offre et demande et les raisons plurielles qui les déterminent – nécessités pratiques, enjeux de statut social et obligations familiales.

3L’une des grandes richesses de l’ouvrage est son choix de privilégier les sources orales, dont une majorité d’entretiens informels avec les fillettes et jeunes filles concernées, leurs familles et leurs employeurs. L’importance donnée aux entretiens oraux permet de mettre en lumière l’importance capitale du vocabulaire employé par les uns et les autres pour décrire la mise au travail des petites jeunes filles – jeunes parentes, enfants confiées/fosterées, petites nièces-apprenties/scolarisées/déscolarisées/domestiquées, aides familiales gratuites, filles de maison, petites nounous/bonnes/servantes, enfants louées/ placées/trafiquées. l’auteure s’interroge sur le sens à donner à des mots-clés comme ‘enfance’ dans le contexte africain, et souligne l’ambiguïté du mot ‘travail’ dans le discours des jeunes employées comme des employeurs et des familles. cette réflexion sur le langage révèle dans le même temps à quel point les mots utilisés peuvent masquer l’exploitation dont souffrent ces enfants aux mains de leurs ‘mamans’ et ‘tanties’. cette exploration de la vie quotidienne des ‘petites bonnes d'Abidjan’ (horaires, tâches, conditions) plonge courageusement au sein d’un secteur caractérisé par une importante mobilité, une énorme complexité, une grande variabilité de pratiques et une lourde charge affective. on se rend compte, à la lecture des transcriptions, du rôle capital joué par les réseaux de parenté et de voisinage dans la circulation de la main-d’œuvre jeune entre village et centres urbains. bravant les obstacles liés à leurs horaires de travail et à leur emploi, le dernier chapitre donne la parole aux enfants – prise de parole conforme à l’article 12 de la convention internationale des droits de l’enfant de 1989.

4Cette étude, en marge de son objectif premier mais dans le cadre de recherches plus vastes sur les migrations dans l’enfance en Afrique, évoque brièvement les liens entre les migrations internes des jeunes et le cas extrême du trafic transfrontalier, qui voit les jeunes transportés du Burkina, du Mali, du Togo et du Ghana vers la côte d’ivoire, le Cameroun et le Gabon en passant par le Benin et le Nigeria. Ses trois ans de terrain n’ont cependant pas vraiment permis à l’auteure de répondre à la question posée : « n’est-il pas fascinant, quand des dizaines de milliers d’enfants confiées sont concernées, que leur mise au travail domestique ne soulève pas davantage de questions ? » (p. 43). Cette interrogation, et le jugement porté sur la « violence de l’institution familiale » (p. 193), gagneraient à être revisités au sein d’une équipe intégrant des chercheurs ivoiriens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Ugochukwu, « Jacquemin Mélanie, 2012, « Petites bonnes » d’Abidjan. Sociologie des filles en service domestique », Journal des africanistes, 82-1/2 | 2012, 383-384.

Référence électronique

Françoise Ugochukwu, « Jacquemin Mélanie, 2012, « Petites bonnes » d’Abidjan. Sociologie des filles en service domestique », Journal des africanistes [En ligne], 82-1/2 | 2012, mis en ligne le 25 mai 2016, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4468

Haut de page

Auteur

Françoise Ugochukwu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org