Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Hilgers Mathieu & Mazzocchetti, Jacinthe (dir.), 2010, Révoltes et oppositions dans un régime semi-autoritaire. Le cas du Burkina Faso

Paris, Karthala
Elieth Eyebiyi
p. 380-382
Référence(s) :

Hilgers Mathieu & Mazzocchetti, Jacinthe (dir.), 2010, Révoltes et oppositions dans un régime semi-autoritaire. Le cas du Burkina Faso, Paris, Karthala, 313 p.

Texte intégral

1L’objectif de cet ouvrage collectif est de comprendre à partir du cas du Burkina Faso, comment s’opèrent les oppositions de conscience et de pratiques, les insubordinations et les révoltes vis-à-vis du pouvoir. Si, dans le contexte du Burkina Faso, la légitimité de ces oppositions n’est pas remise en cause, ces dernières aboutissent rarement aux résultats espérés. Ainsi qu’il est mentionné en quatrième de couverture, Mathieu Hilgers, Jacinthe Mazzocchetti, et les quinze autres chercheurs sollicités, s’attèlent à cette tâche.

2L’ouvrage est organisé en trois parties, précédées d’une introduction et d’une mise en contexte sur la situation politique, économique et du développement du Burkina Faso. La première partie analyse les paradigmes de l’opposition, de la tradition et du changement social, grâce à cinq textes dont le mérite est de partir du contexte historique de l’empire « mossi » pour en arriver à l’apparition de « mages magnats » au lendemain de l’ajustement structurel.

3La deuxième partie se consacre à l’étude des contestations dans un cadre urbain. On y découvre comment les différents registres du politique qui sont mobilisés peuvent intéresser des sujets aussi variés que la gestion des ordures, la question de l’identité collective et la lutte pour la reconnaissance, mais aussi l’analyse des formes d’opposition. Ainsi, sur la question des ordures, Jacky Bouju (pp. 151-173) montre-t-il comment les populations se servent des déchets ménagers pour affronter la municipalité accusée de ne pas répondre à leurs besoins. Pour cause, l’évacuation des ordures est devenue un lieu d’expression de la confrontation politique (p. 152) pour des populations à majorité analphabètes et ne détenant pas les ficelles des formes d’expression politique partisanes classiques. Bouju souligne particulièrement ce qu’il qualifie de « paradoxe d’une ville “sale” peuplée d’habitants “propres” » (p. 165). En dehors du détournement d’usage que font de l’espace public les populations de Bobo-Dioulasso, les « jeux » dont témoignent ces acteurs s’inscrivent dans des pratiques populaires de résistance à l’autorité publique. Les enjeux symboliques mais aussi politiques sont ainsi nombreux au cœur de l’espace urbain des villes africaines : alors que la municipalité tente de se réapproprier l’espace public à travers le maintien de l’assainissement, les populations utilisent les ordures comme objet de marquage identitaire pour quasiment défier les pouvoirs publics.

4La troisième partie est consacrée aux relations entre opposition et institutions. Sabine Luning (pp. 223-240) s’interroge sur le cas du réseau national de lutte anticorruption (REN-LAC) en tant que réseau d’opposition. Né en 1997, le REN-LAC a bénéficié du climat favorable instauré par la banque mondiale en formulant son intention de fournir « a systematic framework for addressing corruption as a developpement issue in the assistance it provides to countries and in its operation work more generally » (p. 223). Le réseau se définit lui-même comme étant « a non-governemental, independent, a-political non partisan organisation without profit seeking goals. It is the contribution to the fight against corruption in Burkina Faso » (p. 223). Ainsi balisé et inscrit dans l’économie globale de la morale, de la transparence et de l’éthique formulée par l’engagement de la banque mondiale dans la lutte contre la corruption, le REN-LAC a mis en place plusieurs stratégies et mécanismes d’interventions dans l’espace public burkinabé. Dans ce cadre s’inscrit la surveillance et la méfiance quasi systématiques dont sont l’objet les organisations et groupes politiques suspectées de corruption. Sabine Luning montre dans ce chapitre que les stratégies de lutte contre la corruption mises en œuvre par le REN-LAC ne font pas qu’affaiblir cette organisation, mais aussi réduisent de façon notable sa marge de manœuvre pour une effective opposition politique. Elle s’appuie sur l’analyse de Hilgers et Mazochetti (2006) pour montrer qu’au Burkina Faso, les organisations qui s’opposent à l’état dans une arène formelle, sont rapidement disqualifiées étant donné que les vraies négociations se mènent à l’abri des regards, dans une arène informelle.

5Revenant sur la création du REN-LAC, l’auteure examine le profil de ses pères fondateurs et insiste notamment sur leur activisme antérieur, notamment dans le domaine des droits de l’homme, puis l’entrée de certains sur la scène politique. En faisant un rapide rapprochement avec le cas du FONAC (équivalent du REN-LAC) au bénin, on se rend ainsi compte que les sources de l’engagement militant anti-corruption sont diversifiées mais qu’elles ont semble-t-il en commun que la plupart des activistes anticorruption sont issus d’organisations ou de groupuscules autrefois actifs dans la défense des droits humains.

6En définitive, cet ouvrage montre qu’à la saturation des espaces d’expression conventionnelle traditionnellement animés par les partis politiques d’opposition, répond l’émergence d’espaces non conventionnels où sont de plus en plus visibles des mouvements sociaux portés par la société civile (p. 287). Dans d’autres contextes, une frange de la société civile, notamment les entreprises anticorruption, tente de prendre pied dans l’arène politique par le biais de la mobilisation de masse autour des questions d’intérêt commun : les élections, les déchets ménagers, la bonne gouvernance ou bien encore, par exemple, la lutte contre la corruption.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elieth Eyebiyi, « Hilgers Mathieu & Mazzocchetti, Jacinthe (dir.), 2010, Révoltes et oppositions dans un régime semi-autoritaire. Le cas du Burkina Faso », Journal des africanistes, 82-1/2 | 2012, 380-382.

Référence électronique

Elieth Eyebiyi, « Hilgers Mathieu & Mazzocchetti, Jacinthe (dir.), 2010, Révoltes et oppositions dans un régime semi-autoritaire. Le cas du Burkina Faso », Journal des africanistes [En ligne], 82-1/2 | 2012, mis en ligne le 25 mai 2016, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4462

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org