Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Haour Anne, Rulers, warriors, traders, clerics. The Central Sahel and the North Sea 800-1500| Haour, Anne, Rossi, Benedetta (eds), Being and Becoming Hausa. Interdisciplinary perspectives

Oxford, Oxford University Press| Leiden, Brill
Olivier P. Gosselain
p. 378-380
Référence(s) :

Haour Anne, 2007, Rulers, warriors, traders, clerics. The Central Sahel and the North Sea 800-1500, Oxford, Oxford University Press, 178 p.

Haour, Anne, Rossi, Benedetta (eds), 2010. Being and Becoming Hausa. Interdisciplinary perspectives, Leiden, Brill, 307 p.

Texte intégral

1Deux ouvrages consacrés à la région centrale du sahel et au monde hausa nous rappellent opportunément que cette zone vaut mieux que l’image qu’en livrent les médias – entre massacres religieux, pauvreté endémique et crises alimentaires – et qu’elle constitue depuis un millénaire un formidable laboratoire des identités, du pouvoir, de l’économie ou des syncrétismes religieux. Ils nous rappellent également qu’on est loin d’en avoir résolu toutes les énigmes historiques, dont la moindre n’est sans doute pas l’origine d’une langue – le hausa – parlée au Niger et au Nigeria, mais aussi dans bien d’autres pays, avec un nombre de locuteurs qui avoisine les 60 millions.

2Rulers, warriors, traders, clerics, de l’archéologue britannique Anne Haour, porte sur l’histoire ancienne du sahel central (800-1500 ad), durant la période la moins documentée par les sources écrites. L’aire considérée va de la boucle du Niger au Darfour, tant parce que l’histoire hausa est liée à celle des « états médiévaux » d'Afrique de l’ouest (Ghâna, mali, songhay) et de la région du lac Tchad (Kanem-Bornou), que parce que les données archéologiques sont si pauvres pour le monde hausa qu’elles permettent peu de réflexions générales. L’histoire ancienne tend alors à se construire en termes d’incertitudes, de problèmes et de limites, mais aussi sur base d’analogies à la fois ethnographiques et historiques, la période mieux connue des 18e-19e siècles étant classiquement « projetée » sur le passé ancien, comme si le « fait hausa » était apparu d’emblée armé de toutes les caractéristiques observées à la veille de la colonisation.

3Pour échapper à ce réductionnisme, Haour a choisi de comparer la situation du sahel central à celle d’un autre contexte géo-historique – le nord-ouest de l’Europe – où archéologues et historiens sont confrontés à des problèmes similaires et où les processus historiques suivraient des logiques assez proches dans le domaine politique, militaire, économique et religieux. Le fil conducteur du travail repose ainsi sur la notion « d’interconnexion » : entre les sociétés et les expériences du passé, et entre les méthodes et agendas scientifiques.

4Le premier mérite de cet ouvrage est de réunir une somme de données disparates selon une logique à la fois macro-régionale et thématique. Dans le chapitre consacré à l’archéologie sahélienne, on ne retrouve pas l’habituel saucissonnage en fonction des frontières nationales ou de la langue des chercheurs. Il y a une évidente volonté d’intégration, même si la disparité des données, ainsi que la familiarité inégale qu’en a l’auteure, ne permet pas toujours de faire émerger des thèmes communs.

5L’approche comparative est menée dans les chapitres consacrés successivement aux « dirigeants », aux « guerriers », aux « marchands » et aux « religieux ». Les données sont alors confrontées dans des parties distinctes – contexte sahélien/contexte européen –, ou mises en dialogue au sein de sections thématiques. Si l’histoire comparée est une démarche ancienne qui a fait ses preuves, elle ne va pas sans poser problème, notamment du point de vue de l’échelle des phénomènes comparés, comme l’avait déjà montré Marc Bloch au début du 20e siècle. Il est dommage qu’Haour n’évoque pas ce domaine de l’historiographie et discute peu de problèmes de méthodes. Toutefois, la question importante est de savoir ce qu’apporte cette version archéologique de l’histoire comparée. À en juger par le dernier chapitre, la réponse est plutôt positive. l’auteure y exploite par exemple des travaux récents sur l’économie du monde carolingien pour envisager un monde hausa ancien dans lequel la participation économique des campagnes serait plus importante que ne le révèle l’archéologie, avec une polarisation moindre sur les centres urbains et les circuits d’échange à longue distance. En ce qui concerne les villes murées (chapitres 3 et 4), elle développe des hypothèses intéressantes sur la dimension symbolique des enceintes et sur l’éventuelle mobilité des « capitales » hausa, à la manière des capitales Franques (notons à propos des cités-états hausa qu’une comparaison avec les cités-états grecques serait également bienvenue). D’autres parties sont moins réussies, comme le chapitre consacré aux marchands, où l’auteure se perd dans la description archéologique de deux comptoirs sahéliens.

6Au final, c’est à un projet courageux et prometteur que s’est attelé Haour, qui l’envisage à ce stade comme une voie de recherche future et une façon de combattre l’ethnocentrisme propre à l’historiographie hausa. On la suit volontiers dans cette direction.

7Being and becoming Hausa est issu de deux colloques tenus en 2008 à Norwich et liverpool. Centré sur les questions d’ethnogenèse et de dynamique identitaire, le parti pris des organisateurs était de croiser les disciplines et les points de vue. Pari tenu, car si la question de l’identité (linguistique, géographique, statutaire, religieuse) est un classique des études hausa, rarement un ouvrage en a développé une approche aussi éclectique et, de ce fait, si bien illustré le caractère situé et multiscalaire des façons d’ être et de devenir hausa.

  • 1 Sutton, J. E. G., 1979, toward a less orthodox history of hausaland, Journal of African History 20: (...)

8L’un des bénéfices de la démarche interdisciplinaire est la mise en valeur des objectifs et méthodes propres aux différentes disciplines. C’est particulièrement le cas de P. Jaggar, qui expose les principes de la linguistique historique et montre ce qu’elle peut apporter à la problématique hausa. Ce texte, très pédagogique, mérite d’être lu par toute personne qu’intéresse l’histoire africaine. La linguistique avait jusqu’ici été curieusement négligée par les historiens du monde hausa – à l’exception de J. Sutton, à qui l’on doit une des réflexions les plus intelligentes sur l’ethnogenèse hausa1. Trente ans plus tard, il revisite la question dans un chapitre conclusif qui intègre les données récentes de la linguistique comparative. C’est l’occasion de remettre à nouveau quelques pendules à l’heure et de synthétiser ce que l’on peut dire (et ne pas dire) au sujet du hausa en tant que processus linguistique et identitaire.

9D’autres données linguistiques sont exploitées par m. last et J. Mcintyre. Le premier compare les toponymes des environs de Kano et y décèle les traces d’une implantation ancienne de populations non-hausa. Clairement engagé dans une nouvelle recherche, last n’évite pas tous les écueils d’une manipulation profane des données linguistiques, dans laquelle la ressemblance phonétique l’emporte parfois sur l’analyse effective. Mais sa démarche mérite clairement d’être poursuivie. L’étude des proverbes et composés verbaux entreprise par Mcintyre révèle une autre situation d’hétérogénéité, avec une multitude de référents associés au monde rural et aux pratiques magico-religieuses, dans un contexte où deux expressions canoniques de l’identité hausa sont l’urbanité et l’islam.

10Synthétisant l’état des connaissances archéologiques pour l’aire hausa et examinant le cas particulier du site nigérien de Kufan Kanawa (« l’ancienne Kano »), Haour s’interroge sur les possibilités d’établir un lien entre l’archéologie et les sources orales et écrites. Question classique, à laquelle il est difficile d’apporter une réponse positive à l’heure actuelle, tant l’archéologie du monde hausa reste balbutiante. Comme dans son autre ouvrage, elle montre bien qu’une collecte de données à la fois plus systématique et plus raisonnée reste un préalable à toute réflexion archéologique sérieuse. C’est sur ce chemin que paraît s’engager a. Sule Sani, qui présente les premiers résultats d’un programme d’étude mené sur le site de Kirfi (Nigeria), où cohabitent les vestiges anciens d’une intense activité métallurgique et les traces d’une occupation plus récente, manifestement liée aux populations actuelles.

11La question des activités artisanales et des liens entre documents matériels et identités est abordée dans deux chapitres consacrés aux textiles. L’intérêt des productions cotonnières ne fait aucun doute du point de vue de l’histoire hausa, mais on peut regretter que d’autres éléments de la culture matérielle ne soient pas pris en compte, car leur analyse pourrait enrichir les scénarios historiques et faciliter le dialogue avec l’archéologie. Dans sa reconstitution du processus d’émergence de l’industrie textile, M. Candotti illustre, par exemple, les interactions fondamentales, mais changeantes, entre acteurs techniques, économiques et politiques à partir du 14e siècle. Elle met également l’accent sur les dynamiques identitaires (sociales et religieuses) en relation avec les techniques de fabrication des vêtements. Consacrée aux boubous de cérémonie collectés par quelques musées anglais durant la première moitié du XXe siècle, la contribution de S. Worden aborde également la question identitaire et montre, à propos des styles vestimentaires, à quel point les artisans et les consommateurs hausa excellent à rebattre des « cartes » existantes pour produire et donner sens à des objets singuliers.

12Cette capacité d’absorption et de redéfinition est très présente dans les trois contributions anthropologiques. Qu’il s’agisse de l’évolution historique des communautés rurales de l’Ader (B. Rossi – qui s’inscrit ici dans le sillage de Nicole Echard), des jeunes rappeurs d’une petite ville nigérienne (D. Masquelier) ou d’une communauté chrétienne de la région de Maradi, au Niger (B. Cooper), on touche au cœur d’une identité hausa en transformation constante, mais où les logiques d’inclusion et de distinction se fondent sur une palette de référents assez étroite et parfois étonnamment stables. C’est le cas de l’ethos islamique et du sens de la communauté chez les rappeurs et les chrétiens, ou de la langue et de l’opposition esclaves/gens libres dans les villages de l’Ader, en contact avec le monde touareg.

13Haour et Rossi ont ainsi réuni une dizaine de contributions généralement passionnantes, qui explorent les multiples dimensions spatiales et temporelles du monde hausa et développent des approches non seulement complémentaires, mais également novatrices – par l’originalité des sujets traités ou des méthodes développées.

Haut de page

Notes

1 Sutton, J. E. G., 1979, toward a less orthodox history of hausaland, Journal of African History 20: 179-201.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier P. Gosselain, « Haour Anne, Rulers, warriors, traders, clerics. The Central Sahel and the North Sea 800-1500| Haour, Anne, Rossi, Benedetta (eds), Being and Becoming Hausa. Interdisciplinary perspectives », Journal des africanistes, 82-1/2 | 2012, 378-380.

Référence électronique

Olivier P. Gosselain, « Haour Anne, Rulers, warriors, traders, clerics. The Central Sahel and the North Sea 800-1500| Haour, Anne, Rossi, Benedetta (eds), Being and Becoming Hausa. Interdisciplinary perspectives », Journal des africanistes [En ligne], 82-1/2 | 2012, mis en ligne le 25 mai 2016, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4455

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org