Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Gayibor Théodore Nicoué, 2011, Sources orales et histoire africaine

Approches méthodologiques, en collaboration avec Moustapha Gomgnimbou et Komla Etou, préface de Claude Hélène Perrot, Paris, L’Harmattan
Fabio Viti
p. 376-378
Référence(s) :

Gayibor Théodore Nicoué, 2011, Sources orales et histoire africaine. Approches méthodologiques, en collaboration avec Moustapha Gomgnimbou et Komla Etou, préface de Claude Hélène Perrot, Paris, L’Harmattan, 221 p.

Texte intégral

  • 1 On pourrait cependant remarquer le faible développement de thèmes importants, tel le statut de l’or (...)

1Dans la rédaction de cet ouvrage, T.N. Gayibor, Professeur d’histoire et ancien Président de l’Université de Lomé, est d’abord motivé par un souci pédagogique, qui le pousse à reprendre de manière systématique les principaux sujets du débat autour des sources orales1. Ces sujets sont clairement exposés et souvent illustrés par des exemples, tirés de l’expérience directe de l’auteur auprès des sociétés de l’ancienne côte des Esclaves, ou bien d’autres recherches. Ainsi, cet ouvrage « est appelé à devenir un manuel indispensable pour ceux qui cherchent à atteindre le passé de l'Afrique » (p. 11), comme le souligne dans sa Préface Claude Hélène Perrot, spécialiste renommée des sources orales et référence incontournable, dont l’œuvre sert de guide à l’auteur dans la plupart de ses argumentations.

2Dans le sillage de Jan Vansina, T.N. Gayibor rappelle d’abord les divers types de sources orales ou non écrites, dans un souci de définition des genres qui caractérisent la transmission de savoirs par la voie de l’oralité : « récits de tous genres, chansons, contes, proverbes, activités humaines » (p. 26). À cette liste non exhaustive il faudrait peut-être ajouter le langage tambouriné, source précieuse notamment en matière de listes dynastiques et de devises royales.

3Font également partie des sources non écrites les traces matérielles, telles que les lieux (sites, espace naturel, bois sacrés) avec leurs toponymes et les objets (reliques, objets cultuels ou utilitaires, cannes, sièges et tambours royaux), capables de représenter ou d’évoquer des pages d’histoire et dont la connaissance, la vue ou l’utilisation peuvent être réservés aux seuls spécialistes autorisés.

4Tout au long de son ouvrage, Gayibor attribue beaucoup d’importance au rapport que l’ensemble des sources et traditions orales entretient avec la sphère du religieux et celle du politique. Concernant cette dernière, l’auteur souligne la différence qui passe, en matière de traditions orales, entre les sociétés étatiques et les sociétés lignagères ou segmentaires. Cette division entre systèmes politiques différents parcourt d’ailleurs tout le livre, de manière peut-être trop schématique et quelque peu essentialiste lorsqu’on songe aux difficultés que l’on rencontre précisément dans les essais de défi des entités politiques de l'Afrique précoloniale.

5Dans les sociétés étatiques, le pouvoir se doterait ainsi de spécialistes formés et entretenus en tant que tels et dont les fonctions reconnues sont la louange adressée aux chefs et la sauvegarde des traditions « officielles ». En revanche, dans les sociétés lignagères, l’accès au savoir historique apparaît moins directement contrôlé par le pouvoir, quoique toujours détenu par des sujets particuliers : devins, prêtres, forgerons ou chasseurs. Ici, les aspects religieux et cultuels qui accompagnent l’évocation de la parole des ancêtres sont particulièrement sensibles, au point d’en rendre l’accès au chercheur problématique.

6Si les détenteurs du savoir historique diffèrent d’un type de société à l’autre, le chercheur ne saurait se contenter d’une vision stéréotypée faisant de la personne âgée le premier de ses informateurs. Ici l’auteur de ce volume brise un lieu commun lorsqu’il déclare avec entrain que « tout vieillard qui meurt en Afrique […] n’est […] pas forcément une bibliothèque qui part en fumée » (p. 59). L’informateur idéal, le bon témoin, la « perle rare » serait donc plutôt « l’homme ordinaire qui occupe dans sa société un statut qui lui permet de connaître la tradition » (ibidem), définition quelque peu tautologique mais qui renvoie à une continuité de présence dans son propre milieu culturel, qui devient au demeurant de plus en plus difficile. À ce sujet, on pourrait ajouter que parmi les informateurs principaux des historiens de terrain se trouvent souvent les invalides, notamment les aveugles, que leur condition particulière a empêché de quitter les lieux depuis longtemps, voire depuis toujours, les mettant à l’écoute du savoir des anciens et les disposant plus particulièrement à l’introspection, aspect rarement retenu par les spécialistes de la mémoire orale et de la transmission des savoirs.

7Ce qui retient l’attention de Gayibor est en revanche la nature du savoir historique propre à chaque société ; cet aspect empêche d’ailleurs la formulation d’une méthodologie unique, standardisée, pour servir à la collecte des sources orales. Toute société a ses modes de production de l’histoire et de transmission des connaissances, ses représentations et ses conceptions culturelles du passé qu’il faut d’abord pénétrer avant de se consacrer à la collecte des sources. Puisque « le savoir intuitif de sa société d’origine » (p. 81) ne suffit pas à garantir de telles connaissances, l’historien de terrain doit se faire anthropologue (mais aussi linguiste et archéologue), comme le recommandent les principales références de cet ouvrage, à savoir Jan Vansina et Claude Hélène Perrot.

  • 2 Voir M. Diawara, « les recherches en histoire orale menées par un autochtone ou l’inconvénient d’êt (...)

8Aucun aspect problématique lié à la recherche en milieu oral et à l’exploitation de ses sources historiques (limites de fiabilité des sources, difficultés d’interprétation, problèmes linguistiques, manipulations, remaniements, présence d’enjeux cachés, chronologies approximatives, relations avec les autres sources, effets de feed-back, folklorisation des traditions, méfiance ou hostilité à l’égard du chercheur, etc.) n’échappe à l’attention critique de l’auteur, qui se montre prudent sans pour autant nullement renoncer à parcourir cette difficile voie d’accès au savoir sur le passé de l'Afrique qu’est l’oralité. On doit toutefois regretter que l’auteur n’ait pas davantage pris en compte le débat autour de l’appartenance du chercheur au même milieu que ses interlocuteurs, à savoir « l’inconvénient d’être du cru »2.

  • 3 D’ailleurs, ces archives ont-elles aussi besoin d’une sauvegarde (classement, numérisation, restaur (...)

9Dans l’ensemble, nous avons donc là un guide théorique aussi bien qu’un manuel pratique d’enquête, réunis en un volume de consultation facile et de lecture aisée. Celui-ci, sans renouveler de fond en comble les sujets nombreux qu’il aborde, constitue tout de même une invitation efficace à renouer avec les enquêtes en milieu oral, dont les fortunes alternes n’ont pour autant jamais interrompu le flux des recherches, en dépit de la disparition progressive et inéluctable des détenteurs des traditions orales les plus anciennes. À ce propos, il serait nécessaire non seulement de constituer un répertoire des traditionnistes attitrés et un fond documentaire des traditions connues, comme le suggère l’auteur, mais aussi, à mon sens, de déplacer en avant les limites chronologiques, élargissant ainsi la recherche basée sur les sources orales également au passé le plus récent, colonial et postcolonial, en dialogue constant avec les sources écrites et toute autre forme de documentation, notamment matérielle et visuelle. Outre le fait de renouveler l’élan de la recherche à partir des sources orales, cet élargissement du champ chronologique réduirait considérablement l’écart qui persiste encore entre une histoire précoloniale basée sur les traditions orales et une histoire coloniale (et contemporaine) uniquement fondée sur les archives écrites3.

Haut de page

Notes

1 On pourrait cependant remarquer le faible développement de thèmes importants, tel le statut de l’oralité, le rapport complexe entre l’oral et l’écrit et les passages entre les deux, qui ne se réduisent certainement pas à des problèmes de transcription.

2 Voir M. Diawara, « les recherches en histoire orale menées par un autochtone ou l’inconvénient d’être du cru », Cahiers d’études africaines, XXV, 97 (i) : 5-19.

3 D’ailleurs, ces archives ont-elles aussi besoin d’une sauvegarde (classement, numérisation, restauration)

que les États africains ne sont pas toujours en mesure d’assurer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabio Viti, « Gayibor Théodore Nicoué, 2011, Sources orales et histoire africaine », Journal des africanistes, 82-1/2 | 2012, 376-378.

Référence électronique

Fabio Viti, « Gayibor Théodore Nicoué, 2011, Sources orales et histoire africaine », Journal des africanistes [En ligne], 82-1/2 | 2012, mis en ligne le 25 mai 2016, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4453

Haut de page

Auteur

Fabio Viti

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org