Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Diop David, Graille Patrick, ZatorsKa Izabella (dir.), 2012, « l'Afrique », Dix-Huitième siècle

N° 44, Paris, la découverte, 792 p.
Catherine Coquery‑Vidrovitch
p. 370-371
Référence(s) :

Diop David, Graille Patrick, ZatorsKa Izabella (dir.), 2012, « l'Afrique », Dix-Huitième siècle, n° 44, Paris, la découverte, 792 p.

Texte intégral

1Ce gros livre comble avec bonheur une période jusqu’à présent négligée des recherches sur l'Afrique, alors que les 17 articles proposés (ceux en anglais ou portugais ont été traduits) sur la question montrent que les sources ne manquent pas. La section consacrée à l'Afrique distingue trois parties : l’histoire, les représentations et les fictions. Beaucoup de ces textes sont passionnants, presque tous originaux. Comme on pouvait s’y attendre, l’accent est mis sur l’esclavage et la traite atlantique. Au XVIIIe siècle, le trafic était à son maximum, bien organisé aussi bien du côté européen que du côté africain. On apprend beaucoup sur cet aspect longtemps négligé mais aujourd’hui redécouvert des collaborations commerciales et politiques entre ces partenaires. Un milieu métisse hybride s’est alors développé sur la côte, voire dans l’arrière-pays, depuis bientôt trois siècles. La biographie (par Selma Pantoja) de l’africain João Texeira de Cavalho, originaire de Benguela et devenu à la fois prêtre et affairiste entre Angola et brésil au cours d’une carrière mouvementée, est révélatrice. À partir d’un remarquable témoignage de 1799, Bernard Gainot apporte d’utiles précisions sur les relations d’affaires et les ajustements politiques entre le roi du Dahomey et ses interlocuteurs occidentaux. Brice Martinetti fournit le même genre d’informations à propos de la traite rochelaise sur la côte des esclaves, avec son alternance de coopérations locales et de conflits (prises d’otages), qui révèlent les décalages sociétaux et les intérêts de plus en plus divergents entre les africains et leurs partenaires. On doit signaler aussi l’étude précise d'Ibrahima Seck qui rappelle opportunément, chiffres en main, et quoi qu’on ait pu en dire, que la traite des esclaves fut fort active en Sénégambie jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, notamment à Gorée, même si Saint-Louis, occupé à plusieurs reprises par les britanniques, exportait aussi, à la fin du siècle, de l’or, de l’ivoire, de la cire, des cuirs et des peaux.

2Les sections sur les représentations et les fictions, à partir de documents majeurs disponibles, sont plus classiques (Chamfort par Gérard Lahouati, Daniel Defoë par Erzsi Kukorelly, etc.). signalons l’intérêt tout particulier de la relecture, par Andrew Curran, des théories du naturaliste Buffon : celui-ci, en représentant du siècle des lumières, à la différence de Linné, croit en l’unité de l’espèce humaine, et attribue la « dénaturation » de l’homme noir à des facteurs extérieurs, essentiellement environnementaux. Deux articles sont consacrés à des figures féminines : Nzinga, reine d'Angola du XVIe siècle revue par le Père Labat (Catherine Gallouët), et les femmes vues par l’Histoire générale des Voyages.

3Les Varia, comme leur nom l’indique, sont diverses : trois études sur Fontenelle, trois sur la mode, quelques essais littéraires et historiques et, comme à l’habitude, des notes de lecture remarquablement fournies (125 p.).

4Bref, un numéro solide, qui s’impose désormais dans la bibliothèque des chercheurs en études africaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Coquery‑Vidrovitch, « Diop David, Graille Patrick, ZatorsKa Izabella (dir.), 2012, « l'Afrique », Dix-Huitième siècle », Journal des africanistes, 82-1/2 | 2012, 370-371.

Référence électronique

Catherine Coquery‑Vidrovitch, « Diop David, Graille Patrick, ZatorsKa Izabella (dir.), 2012, « l'Afrique », Dix-Huitième siècle », Journal des africanistes [En ligne], 82-1/2 | 2012, mis en ligne le 25 mai 2016, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4445

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org